HALIFAX GROUPES LOURDS FRANCAIS SQUADRONS 346 et 347 R.A.F

27 novembre 2019

NOEL A ELVINGTON - 1944-2019

NOËL A ELVINGTON

sur les traces de nos ancêtres

1944-2019.

En 1944, nos aviateurs français fabriquèrent 204 jouets pour les enfants de York...

neill-watson-09372

 

Cette année, 2019, nous suivrons leurs traces et recolterons des jouets pour les enfants de l'hôpital de York.

Wartime Toys Made by French Airmen for Children of York - Yorkshire Air Museum

The following festive story hit the national and region al newspapers on the eve of Christmas and it is indeed a heartwarming story for the season. We forget how things were during World War Two, but 67 years ago, on Christmas Eve 1944, 200 handcrafted toys were delivered to York Mansion House to be delivered ...

http://yorkshireairmuseum.org

Ce vendredi débutera la collecte de jouets, autour de l'illumination du sapin de noël d'Elvington, accompagnée des enfants de l'école primaire du village, du représentant de l'hôpital et de l'équipe du musée.

 

Christmas Toy Appeal At The Yorkshire Air Museum - York's Toy Story - Yorkshire Air Museum

In the Christmas Eve of 1944, 200 handcrafted toys were made by the French airmen based here at RAF Elvington, York. * Join us this Christmas and help the children of York Hospital by donating a Christmas Gift through The Yorkshire Air Museum The Story of the WW2 French Airmen and the Children of ...

http://yorkshireairmuseum.org

(Source: Sandrine Bauchet - Bureau Français)

Posté par DUCAPHIL à 19:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


21 novembre 2019

342 LORRAINE Henri VIGIER

Henri VIGIER

Mort pour la France

carte Scan (351) 

Henri VIGIER à son retour d'une mission de bombardement. Cette photo à été tirée à plusieurs millions d'exemplaires par la propagande alliée et diffusée avec cette présentation " Un ami des Forces Françaises Libres".

L'INCROYABLE AVENTURE.

Vigier vient de quitter la zone allemande et relate, comme en passant, un exploit qui suffit à donner la mesure de son coeur.

"... Le 24 décembre (1940), je pris le train pour Tours puis pour Blérié-sur-le-Cher où je pus passer d'une zone à l'autre tard dans la soirée... Le matin, transi de froid, je roulai vers Chateauroux, Limoges, Brive, Aurillac car je tenais à voir une dernière fois ma famille et mon beau pays d'Auvergne. Ce devoir accompli, je partis rendre visite à un de mes oncles qui habite Viviez et, en y allant, ce n'est pas sans émotion que je traversai la commune de Pers où je suis né.

Arrivé chez lui, j'appris que mon cousin (son fils) était peut-être encore prisonnier à Orléans et, en tout cas, en instance de départ pour l'Allemagne. Refaire le chemin inverse, repasser la zone, filer sur Orléans et aider mon cousin à s'évader ne fut qu'un jeu, sauf naturellement les risques encourus et la fatigue des nuits de voyage sur le dur... Nous reprîmes à nouveau le chemin de la liberté sans incident, sauf au passage de la zone où nous manquâmes d'être cueillis par les Allemands. Le 8 janvier nous étions de retour à Viviez.

...Laissant mes parents à leur joie, je partis pour Toulouse où j'espérais trouver une organisation gaulliste qui hélas n'avait peut-être jamais existé que dans l'imagination de quelques zélés partisans..."

...Vigier est maintenant à Marseille. Grâce à une complicité que lui ont valu sa chance et son cran, il est titulaire d'un livret de navigateur et attend impatiemment que le bateau auquel il est affecté puisse reprendre la mer.

...Entre temps j'avais manqué d'être la victime d'une soi-disant organisation gaulliste qui faisait partir ses membres par le territoire neutre d'Andorre... Est ce n'est que grâce à une prudence aiguisée par mes récentes déconvenues que je parvins de justesse à échapper à la police.

...Vers fin mai, le bateau ayant terminé ses réparations revint à Marseille. La navigation était presque entièrement suspendue et on passait de longues semaines dans le port en proie aux mouchards de la légion et du parti doriotiste.

Heureusement, sur le bateau, deux officiers mécaniciens protégeaient les gaullistes et je voudrais que MM. Rousseau et Barbier lisent un jour ces lignes et y trouvent l'expression de la reconnaissance de tous les mécaniciens du Colombie qui ont rallié nos forces françaises libres.

"...Aussi quelle joie et quel stimulant, lorsque j'apprends que le bateau va aller à Beyrouth chercher les gens qui, trompés par une propagande que toute la France a connue ne veulent pas rallier... Un court séjour à Toulon, une dernière fouille - car sur le Marrakech qui nous précède une bonne douzaine de passagers clandestins ont été trouvés - et nous voilà partis!..."

Cette note de voyage:

"... En passant de nuit, j'admire le volcan Stomboli dont la lave rouge coule jusqu'à la mer, mais le matin, à l'entré du détroit de Messine j'admire avec encore plus de plaisir un beau croiseur italien qui, quelques heures auparavant, a reçu d'un sous-marin anglais deux torpilles en son arrière qui est complètement sous l'eau..., quelques charges de profondeur secouent notre navire mais j'apprendrai à Beyrouth que le sous-marin s'en est sorti sans mal.."

Et voici l'arrivé.

"... J'ai préparé deux cordes de 10 à 12 mètres, j'ai enveloppé mes papiers dans un vieux morceau d'imperméable et j'attends.

... Chance ! nous allons à quai. Je quitte mon service, cours à ma couchette, me change, prends ma petite valise et fonce sur l'échelle de coupée, quitte à forcer le passage... Mais, joyeuse et bonne surprise, les deux fonctionnaires de garde ont été les premiers à déserter le bateau. Ils sont déjà à terre et c'est un défilé des membres de l'équipage, les marins en bleus, les cuistots en blanc, les soldats qui suivent avec armes et bagages et voici la femme de chambre - en réalité infirmière diplômée - qui vient aussi offrir ses services à la France libre avec ceux d'un jeune pilote parisien quelle avait réussi à cacher à bord..."

"... Il y a 8 mois que j'attendais ce jour-là ! on ne pourra pas m'accuser de manquer de suite dans les idées... Mais pourvu que ma mère qui est seule à Paris et mon frère prisonnier n'en souffrent pas.

J'ai toute leur approbation."

Henri VIGIER qui fera toute la dure campagne de Lybie jusqu'à la victoire d'El Alamein sera d'abord chargé, comme sergent, du service des réparations et de la défense du camp d'aviation de Rayack proche des lignes. Ce n'est pas précisément une sinécure.

Voici d'ailleurs un échantillon de la trame de périls et de fatigues dont étaient faits les jours.

"... Après l'installation, le vrai travail commence. Interceptions, convoyages, chasse de nuit, les pilotes s'en donnent à coeur joie... En tout et pour tout, nous avons par jours, trois litres d'eau légèrement salée. Le vent de sable très fréquent, nous oblige à porter des lunettes. Il rentre partout, même dans la soupe. La chaleur elle est si forte que les cartouches partent toutes seules et brûlent dans les boîtes chargeurs des ailes.

"... Presque toutes les nuits l'ennemi vient lancer sur le terrain des fusées éclairantes et de petites bombes incendiaires mais nous craignons surtout les parachutistes venant du désert... nous ne seront mitraillés qu'une fois, bombardés une demie douzaine et encore, par chance, à chaque coup notre partie de terrain est manquée... Ce terrain nous porte bonheur. C'est là que nous avons vécu, en avant de nous, le vaillant exploit de nos frères d'armes de l'infanterie à Bir-Hakeim.

"... Pendant tout le mois de juin je ne me rappelle pas avoir passé beaucoup de nuit tranquille... nous sommes maintenant près du front et les parachutistes allemands attaquent fréquemment... Le travail est plus dur aussi par suite du plus grand nombre de missions.

"... Puis c'est le repli car l'ennemi avance toujours. Nous arrivons sur un autre terrain, dans le désert... et le lendemain nous sommes bombardé violemment. Un chapelet de bombes coupe notre camp en deux, un appareil brûle, deux autres sont endommagés, des bombes tombent très près de plusieurs tentes, blessant des hommes et l'une d'elle à moins de 10 mètres d'un camion chargé de munitions le criblant de centaines d'éclats, par une chance inouïe, aucune fusée, aucun obus éclatent... ce qui est heureux pour la sentinelle que nous retrouvons blessée à la tête et évanouie sur les caisses de cartouches.

"... Le groupe participant à la défense de la route où se replient les colonnes britanniques essuie des pertes sévères: cinq de nos pilotes ne sont pas rentrés... et l'ennemi avance toujours. Il ira ainsi jusqu'à El Alamein où, stoppé net, il n'avancera plus."

 

carte Scan (352)

Damas - Groupe Alsace - Nous sommes passés en revue et félicités personnellement, par le Général de GAULLE, après la campagne de Lybie. (on aperçoit Ricardou félicité par le Général de GAULLE)

Au début de 1943, Henri Vigier rejoignit l'Angleterre par la ligne du Cap avec son groupe de bombardement. Pour la seule période de mai à novembre 1944 son carnet de vol au Groupe Lorraine porte l'indication de 11 missions volontaires réalisées sur l'Allemagne et des bases allemandes en Hollande et en France.

Voici des notes prises sur l'une d'elles.

"... 8 minutes de traversée d'une épaisse couche de nuages après Bruxelles, puis 30% de visibilité seulement aux environs de l'objectif qui est caché par un nuage et que nous dépassons de loin. Virage et nous passons à nouveau sur l'objectif, mais à découvert, cette fois. La D.C.A. déjà précise redouble d'intensité et pendant une dizaine de minutes elle ne nous lâchera plus car nous passons en plein dans la zone de défense de Venlo. Piqué de 6.000 à 2.000 mètres pour tenter d'échapper. Près à sauter j'avais quitté mon tube d'oxygène à ce moment et mes oreilles sifflent désagréablement (le mal devait être d'ailleurs beaucoup plus grave qu'il ne le pensait alors). Notre ailier gauche sous-lieutenant Léger a disparu. Nous apprenons le lendemain que son observateur a sauté en parachute et que léger est tombé dans un bois de sapin en ligne alliées. Retour sur le terrain. Sur nos 6 avions, 1 a été abattu, 2 sont bons pour la ferraille, 1 s'inscrit pour 15 jours de réparation, les 2 autres n'ont qu'une dizaine de trous..."

Et ceci permet de mieux comprendre pourquoi sur 50 équipages "Free French" incorporés dans le groupe Lorraine il ne reste peut-être pas à l'heure actuelle une dizaine de héros survivants.

LA LETTRE.

L'orqu'il s'agissait de sa Patrie, Henri Vigier avait une vocation si sûre que certaines de ses actions possédaient une efficacité naturelle que ne leur auraient peu-être pas donné les plus savants calculs.

C'est ainsi qu'une de ses photos prise hors de toute idée de pose se transforma en une arme efficace de propagande et que des deux lettres extra-familiales qu'il écrivit, l'une - adressée à M. Heurteux, en Amérique - a connu une fortune diplomatique inattendue, tandis que l'autre, plus récente écrite à son frère, est un document versé à l'histoire de cette merveilleuses épopée des premiers volontaires gaullistes qui, dans toutes leurs armes, ne comptent pas aujourd'hui 3.000 survivants.

 

CARTE Scan (353)

 

La lettre écrite à M. Heurteux lui parvint en Amérique en janvier 1942. Elle avait été rédigée par Henri Vigier pendant cette période où il se désespérait à Marseille des retards apportés au départ du Colombie. Confiée d'abord aux bons soins d'un marin français, elle mit 7 mois à parvenir. Nous avons fait photographier pour nos lecteurs l'enveloppe du message, libellée de la main de Vigier.

Dans cette lettre Vigier fait d'abord un résumé de sa situation puis il indique:

"J'attends impatiemment de trouver un bureau qui pourrait toucher un port où l'Angleterre a un consulat ce qui me permettrait de réaliser mon voeu le plus cher, me mettre à votre disposition ou à celle de nos anciens alliés.

" Evidemment cette lettre ne vous apprendra pas grand chose, mais en tous cas, une fois de plus, elle vous fera savoir qu'il y a beaucoup de Français qui souhaitent la victoire de l'Angleterre et feraient l'impossible pour l'aider.

" Ceci me vaudra peut-être la prison mais je ne fais qu'appliquer et défendre ce que pensent les trois-quarts des Français, quoiqu'en disent les journaux en France..."

Cette lettre "qui ne lui apprenait pas grand chose" M. Heurteux pensa qu'elle pouvait beaucoup apprendre aux Américains. En conséquence il la montra, la diffusa, s'en servit en toutes occasions - et en 1942, les occasions étaient nombreuses - pour contrecarrer la propagande désespérée des vychistes... Ainsi, tandis que Vigier combattait en Lybie, l'action de son message de résistance se multipliait et se prolongeait sans cesse loin de lui."

Dès son retour en France le Directeur général voulu retrouver Vigier.

Mais Vigier déjà n'était plus - selon la phrase de Kipling - que dans nos coeurs, dans nos âmes et pour toujours.

Ch. ELIE.

(Source: Samy Hassid)

(Article parut dans un numéro de mai 1946 du journal interne d'Hispano-Suiza)

Posté par DUCAPHIL à 14:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

19 novembre 2019

ELVINGTON LES CEREMONIES DU SOUVENIR DU 11 NOVEMBRE

ELVINGTON - YORK

11 NOVEMBRE 2019

LES CEREMONIES DU SOUVENIR

remembrance2019-1-1024x562

De gauche à droite:

Elliot Hacquin, Frédéric Gaussin,Anne Bogaert, Lt/Col. Valin, Jean François Bauer, Sonia Frelot, Paul Bogaert, Barbara George, AlainMallia, François Cathala, Philippe Bogaert, Michele Cathala, Fabienne Bauer, Nicole Rousseau-Payen, Yvonne Finale. 

Remembrance 2019 - Yorkshire Air Museum

After many days of Yorkshire rainfall leading up to Remembrance Sunday, it was refreshing to see such a bright, mild and sunny Sunday morning as we gathered for Remembrance Sunday. The first ceremony took place at the French Memorial in Elvington Village, where the Parade of Scouts, Cubs, Guides, Brownies and Beavers, largely drawn from ...

http://yorkshireairmuseum.org

(Source: YAM d'Elvington)

Posté par DUCAPHIL à 13:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 novembre 2019

Lundi 11 novembre 2019 à Londres commémoration du souvenir du 346 Guyenne et 347 Tunisie

Lundi 11 novembre 2019

commémoration à l'occasion du 75ème anniversaires

au Mémorial des Bombardiers à Green Park à Londres

pour le souvenir des aviateurs du

346 Guyenne et 347 Tunisie.

40 personnes étaient présentes en provenance de toute la France et de Grande-Bretagne pour déposer des gerbes et couronnes et se souvenir des Squadrons Français qui ont volés avec la Royal Air Force.

Les gerbes et couronnes ont été déposées par:

Col. Patrice Hugret - Air Attaché Armée de l'Air (Londres).

Group Capt Antony McCord - Air Attaché RAF (Paris).

Col. Lee Wingfield - Air Attaché USAF (Londres).

M. Paul Bogaert / Elliot Hacquin - Association des Anciens et Amis des Groupes Lourds.

M. Simon Horsington / John Edmonds - AFHG/Groupe du Patrimoine des Forces Alliées.

Mme Beryl Dennet Stannard - Royal Air Force Association - Sud Ouest France.

Mme Jan Leeming - Souvenir Français.

M. Richard Kornicki CBE - Cttee commémorative de l'armée de l'air polonaise.

__________________

Bomber Command Memorial, Green Park, Londres, 11/11/2019.

IMG_2636

Ian REED.

IMG_2643

Col. Patrice HUGRET.

101

De gauche à droite:

Elliot Hacquin, Paul Bogaert, Group Captain Antony McCord, Ian Reed, Col. Patrice Hugret, Col. Lee Winfield USA.

103

Le diner au Royal Air Force Club, 11/11/2019.

______________________________

Cimetière militaire de Brookwood, Surrey - Mémorial Français, 11/11/2019.

102 

De gauche à droite:

Col. Patrice Hugret, Ian Reed, Group Captain Antony McCord, Cdt Jean-Luc Bozec.

IMG_4056

 

IMG_4034

 

IMG_4035

 

IMG_4036

 

IMG_4038

IMG_4047

IMG_4051

(Photos: Simon Horsington)

 

Posté par DUCAPHIL à 19:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 novembre 2019

COMMEMORATION ANNUELLE DES GROUPES LOURDS AUX INVALIDES

COMMEMORATION ANNUELLE DES GROUPES LOURDS

à la Cathédrale

St Louis des Invalides.

20191107_141145_resized (1)

De gauche à droite:

Cdt LERAY (Base d'Istre) Ian REED, Group Capt A. Mc. Cord (UK Attaché de l'Air) Raymond ROUILLARD (Mitrailleur, équipage STOLZ - 347 Tunisie) Paul BOGAERT Président de l'A.A.A. des Groupes Lourds, Lt/Col MESTRE ( Base d'Istre) M. BIGOT (Maire de Grandcamp-Maisy).

Posté par DUCAPHIL à 21:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


01 novembre 2019

ELVINGTON - PRESENTATION DU NOUVEAU DIRECTEUR DU MUSEE ET MEMORIAL.

ELVINGTON

Présentation du nouveau Directeur

du Musée et Mémorial

Mme Barbara George.

barbara-george-2019-00132-2-1024x683

 

Présentation du Nouveau Directeur du Musée et Mémorial - Yorkshire Air Museum

Le 1er juin 2019, alors que l'Europe entière commémorait le 75ème anniversaire du Débarquement en Normandie, le Yorkshire Air Museum et Mémorial des Forces Aériennes Alliées à Elvington en Angleterre, nommait Madame Barbara George Directrice du Musée et du Mémorial. C'était vraisemblablement un moment poignant pour prendre ses fonctions, voyant le musée et mémorial s'embarquer ...

http://yorkshireairmuseum.org

(Source: Barbara George)

Posté par DUCAPHIL à 11:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

31 octobre 2019

LA JOURNEE DES FORCES AERIENNES ALLIEES A ELVINGTON

La journée des Forces Aériennes Alliées

et nouvelle initiative

du Musée d'Elvington

allied-air-forces-2019-19-2-1024x576

(collection photo: Charlotte Graham.)

 

Allied Air Forces Day and a New Museum Initiative - Yorkshire Air Museum

Sunday 1st September was a day that the Chairman of The Yorkshire Air Museum, Martin Withers declared 'the most important date in our Calendar'. Allied Air Forces Memorial Day took on a new direction this year as the Museum revealed it's fresh direction and purpose. "To honour, educate and inspire."

http://yorkshireairmuseum.org

(Source: Barbara George - YORKSHIRE AIR MUSEUM)

Posté par DUCAPHIL à 21:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 septembre 2019

LES "PINGOUINS" SUR B-26 EN INDOCHINE

LES "PINGOUINS" SUR B-26 EN INDOCHINE 

carte Scan (157)

 

carte Scan (158)

carte Scan (159)

carte Scan (160)

carte Scan (161)

 

(Source: Gilbert SALA)

Posté par DUCAPHIL à 20:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 août 2019

Après 20 ans de recherches - Ils retrouvent l'épave d'un bombardier

Après 20 ans de recherches

Thierry Trotin est Olivier Brichet ont localisé précisément l'épave

du Halifax If any du Squadron 433 canadien.

Pays_Malouin_2019_05_16__p6__Epave_Halifax_R 

carte Scan (130)

 

carte Scan (131)

A voir sur le lien suivant: Lédition du soir OUEST-FRANCE du mardi 23 avril 2019.

Ouest_France_2019_04_23_Edition_du_soir___Epave_Halifax___Saint_Malo

(Source: Yves Ploton)

Posté par DUCAPHIL à 18:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

14 août 2019

HOMMAGE A MAC REA ET FLETCHER DEUX AVIATEURS BRITANNIQUES MORTS A JONZAC LE 6 AOUT 1944

13 août 2019 hommage à

Donald John Mac Rea et Robert Fletcher

deux aviateurs britanniques morts

à Jonzac le 6 août 1944.

Capture d’écran 2019-08-13 à 10

 

Jonzac : hommage à Mac Crea et Fletcher, deux aviateurs britanniques morts à Jonzac le 6 août 1944

Le 6 août 1944, les pilotes Robert Fletcher et Donald John Mac Rae sont partis d'un aérodrome de Cornouailles. Ils avaient pour mission de bombarder les forces ennemies en ciblant les voies ferrées françaises et plus précisément les convois y circulant. A bord de leur Mosquito, ils ignoraient que cette mission serait la dernière.

http://nicolebertin.blogspot.com

(Source: RAFA Sud-Ouest)

Posté par DUCAPHIL à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :