HALIFAX GROUPES LOURDS FRANCAIS SQUADRONS 346 et 347 R.A.F

07 octobre 2008

 517 (2)

Philippe et Pierre LOBELLE

Si j'ai créé ce Musée Virtuel personnel sur les Groupes Lourds c'est pour le souvenir de mon père le capitaine Pierre LOBELLE, que je recherchais depuis l'âge de 18 ans, et j'ai eu la grande chance de pouvoir le retrouver en 2007. Je voudrais remercier tous les Anciens, les enfants, les petits-enfants, et les amis des Groupes Lourds pour les documents qui enrichissent tous les jours le souvenir de nos anciens, nous ne les oublierons pas.

Ce site n'est pas le site officiel de l'A.A.A. des Groupes Lourds, dont je fais parti, mais privé et personnel. J'essais modestement de partager ma passion pour les Groupes Lourds et le Lorraine,"Manifestations, Cérémonies", grâce aux Anciens, enfants, petits-enfants et amis, qui me communiquent leurs documents et photos pour enrichir le souvenir de nos anciens.

Ducastelle Philippe

Toutes reproductions partielles où totales sont interdites sans l'accord de l'auteur du blog.

guistar@aol.com

 

HALIFAX 346 et 347

Groupes Lourds Français

Basés à Elvington en Grande-Bretagne

1944 - 1945

Squadron 346 et 347

2/23 "GUYENNE" - 1/25 "TUNISIE"

NOUS N'OUBLIERONS PLUS LES GROUPES LOURDS

img346

mes_images653

Insigne des Groupes Lourds créé en Grande-Bretagne pour porter sur la fourragère ou sur l'uniforme. Il est gravé au nom de chaque membre d'équipage ayant effectué des missions.

L'INSIGNE DES GROUPES LOURDS

Il y a une histoire... et cette histoire est toute simple. Un soir de janvier 1945, nous étions quelques-uns réunis autour du bar de la grande salle de l'Officer's Mess à Elvington.

On remettait whisky sur whisky..., puis on passait à l'orange-gin, faute de munitions. Les langues se déliaient et de quoi aurait-on parlé si ce n'est des opérations et... des absents? Le mois avait été très sévère au 347: Courvalin, Brachet, Bresson, Marin, Petus, comme il l'avait été en novembre dernier pour le 346: Baron, Béraud, Vlès, Hyenne, Dabadie, Loew, et chacun pensait: "De nous tous ici, combien resterons-nous dans quelques temps ?"

C'est alors qu'une idée commune germa: faire un insigne distinctif de tous pour les rescapés de cette aventure, un insigne qui leur permettrait de se reconnaître sans ambiguité possible.

"Celui-là a été comme moi, il l'a eu légèrement coincé sur le target..." devra-t-on pouvoir dire.

... Et l'on en a reparlé le lendemain. L'idée a fait son petit bonhomme de chemin; elle n'était pas tellement nouvelle d'ailleurs. Les Américains ont créé l'insigne des rescapés de Ploesti, et le caterpillars ne distingue-t-il pas les rescapés par parachute ?

Nous avons chargé Tulli de nous proposer quelques maquettes et... lorsque le Capitaine Millet revint de captivité, il s'employa à le faire réaliser.

Il avait été question d'en faire frapper pour les familles, mais nous n'avons pas voulu que le petit cousin ou la belle-soeur en fassent un hochet. C'est pourquoi la plaquette comportant l'insigne fut retenue. Nous voulions avoir l'assurance que seuls les exécutants en seraient porteurs.

Cet insigne, nous en sommes fiers parce qu'à lui seul il matérialise les missions de son détenteur et qu'il permet à un certain nombre de rescapés de compter...

Commandant WRRIER.

(L'OPS N°2 Avril 1947)

LE GROUPEMENT DE BOMBARDEMENT

LOURD N°1

img225

Un équipage du Squadron 77 a Full Sutton se prépare pour un raid prenant a son bord un membre des Forces Aériennes Françaises Libres, le Colonel BAILLY, commandant de la Base d'Elvington, Squadrons 346 et 347.

img686

Elvington 27 mai 1944.

De gauche à droite:

F/Lt H.H. GOODE, Air Commodore WALKER, Colonel BAILLY.

(collection: André HAUTOT)

img684

Cession de la station le samedi 27 mai 1944.

(collection: André HAUTOT)

mes_images286

Le Colonel BAILLY est arrivé en Grande-Bretagne le premier des Bombardiers Lourds. Il a suivi tous les stages de la R.A.F. avant d'aller à ELVINGTON y organiser la station Française qu'il devait commander jusqu'à la fin des hostilités.

Le colonel BAILLY a quitté le commandement de la base d'Elvington le 20 Mars 1945. A cette date, il a été remplacé par le Lieutenant-Colonel VENOT qui après avoir commandé le Groupe Guyenne jusqu'à son accident du 10 septembre 1944 a donc pris le commandement de la base d'Elvington pendant les deux derniers mois d'hostilité et ensuite jusqu'au retour des français sur Bordeaux plusieurs mois après la fin des hostilités. Le Lieutenant-Colonel VENOT avait fait plusieurs mois d'hôpital et ne pouvait plus voler du fait d'une impotence de sa main droite qui l'a conduit à venir se faire réopérer avec succés fin 1945 en Angleterre.

sans-titre

Cest en tant que commandant de la base qu'il avait accueilli le 15 Mai 1945 Joséphine Baker venue faire une représentation pour distraire les personnels français d'Elvington.

(collection: Alain VENOT)

C'est à LIVERPOOL qu'arrivèrent par une brumeuse matinée de septembre les premiers équipages des Groupes Lourds. Pendant plus d'un an, les transports continuèrent d'amener périodiquement jusqu'à la MERSEY les autres équipages des 2 groupes et le personnel de complément. Pour le personnel 2/23 et du 1/25 la grande aventure commençait.

Dés le printemps 1943, avaient été discutées et réglées, les modalités, des équipages au matériel quadrimoteur et de transport du personnel d'Afrique du Nord en Grande-Bretagne.

Il était important pour les forces de la France et de l'Empire maintenant tout entier dans la lutte, de participer à cet écrasement de l'Allemagne par les airs, qu'avait entrepris la R.A.F. moins d'un an avant d'être présent dans tous les ciels, fussent-ils ceux de HAMBOURG, de KIEL ou de LIEPZIG. Grâce à la compréhension de l'Air Ministry toutes les difficultés, nées des circonstances furent aplanies rapidement.

76167176

76919346 

H. MEMIN (Cdt d'avion), R. SERRA (équipage GAUBERT), J.LEGUILLOU (équipage PETIT), Air Commodore A.WALKER, Col. BAILLY, Jacques VAUTARD (équipage DABADIE), Jacques LASSERRE? (équipage PUGET), Lt-Col VENOT, Julien DIAZ (équipage MARIAS), Gabriel FERNANDEZ (Gaby équipage SIMON), Roland GONNOT (équipage BRION), Robert ROIRON (équipage SIMON), André ICHE (équipage PLAGNARD).

(source: Roger FOURES, Michel DARRIBEHAUDE)

Les premier équipages du 346 squadron  2/23 Guyenne sur la base d'Elvington le 27 mai 1944.

De gauche à droite:

F/Lt H.H. GOODE, Air Commodore WALKER, Colonel BAILLY, Lt-colonel VENOT.

(colection: André HAUTOT)

LCL_Vigouroux__Air_Cdre_X__Air_Cdre_Walker___Col_Bailly

(collection: Caroline VALAIN)

De gauche à droite:

le Lieutenant-Colonel VIGOUROUX, l'Air Vice-Marshal CARR, Chef d'état-major et le Colonel BAILLY.

(source: Archives du Yorkshire Air Muséum. NUITS DE FEU SUR L'ALLEMAGNE. Louis BOURGAIN.)

mes_images267

Le Lieutenant-Colonel VENOT.

(SHAA)

Les Groupes Français, formés en un groupement commandé par le Lieutenant-Colonel BAILLY, étaient aux ordres du Lieutenant-Colonel VENOT (GUYENNE) et du Commandant VIGOUROUX (TUNISIE). Le Capitaine PUGET et le Commandant HOQUETIS commandaient en second.

Cdt_Hoquetis___LCL_Vigouroux

(collection: Caroline VALAIN)

Le Lieutenant-Colonel HOQUETIS et le  Lieutenant-Colonel VIGOUROUX du G.B.1/25 - TUNISIE

(source: SHAA. Le "L" for LOVE DU Capitaine VEAUVY. Auteur: Andrée A.VEAUVY.)

Et le long entraînement commença. Près d'un an de travail, de nombreux stages dans les Écoles de la R.A.F. En Angleterre du Nord ou du Sud en Écosse.

mes_images266

A droite: le Commandant PUGET.

à gauche: le Lieutenant Henri DELAUNAY.

(source:NUITS DE FEU SUR L'ALLEMAGNE. Louis BOURGAIN.)

img448

Vidéo sur Henri DELAUNAY dans l'émission de TV

"Les coulisses de l'Exploit"

http://www.youtube.com/watch?v=lijArXkAeW8

Le 15 mai 1944 le premier groupe prêt à faire la guerre s'installe à ELVINGTON et le 1er juin il entre dans le combat. Le 2éme groupe entre à son tour en opérations le 12 juin et, jusqu'à la fin, GUYENNE (Squadron 346) et TUNISIE (Squadron 347) ne cesseront pas de combattre.

COLONEL COUSTEY.

(source: BULLETIN DES FORCES AERIENNES FRANCAISES EN GRANDE-BRETAGNE N° 19 1945 - collection: J.P. DELMAS)

Visite du Général VALIN le 12 juin 1944

img693

De gauche à droite:

Air Commodore BEAUMONT (R.A.F.) Colonel BAILLY (F.A.F.) Cdt de la Base, Air-Vice Marshal CARR (R.A.F.) Général VALIN (F.A.F.L.) Lt-colonel BODET (F.A.F.L.)

Visite du Général VALIN Chef d'Etat-Major Adjoint Commandant des Forces Aériennes Françaises en Grande-Bretagne aux squadron 346-347 à Elvington (York-Yorkshire) le 12 juin 1944.

(collection: André HAUTOT)

img694

Le 12 juin 1944, visite du général VALIN et de l'Air Vice-Marshal CARR au N°346 Squadron Guyenne, les deux officiers généraux conversent avec l'équipage du Cne MARIAS prêt à partir pour la mission sur la gare de Longueau.

De gauche à droite:

Asp POUGNET, Cne MARIAS, qui cache le Sgt/C DIAZ, Sgt LAFARGUES, Gal VALIN Sgt/C BLANC s'entretenant avec l'Air.Vice.Marshal CARR.

(collection: André HAUTOT)

40388981_p

 Équipage du commandant: CALMEL

VIDEO sur le Mitrailleur-supérieur Sgt: MECHALY par son petit-fils YOHAN ZERDOUN

DEUX SUPERBES VIDEOS SUR LES GROUPES LOURDS BRAVO YOHAN.


Hommage aux Groupes Lourds Francais, Tribute to the French Heavy Bomber

 

Emile HAÏM MECHALY,Groupes Lourds Français 2/23 GUYENNE, RAF Squadron 346.

 


Emile HAÏM MECHALY, Groupes Lourds Français 2_23 GUYENNE 346

concernant les erreurs de frappe sur les équipages, je voudrais vous indiquer que nous ne sommes pas des historiens, mais tout simplement des enfants et petits-enfants des Anciens des Groupes Lourds et tout ceci est fait dans le but de ne pas les oublier.

Je n'oublie pas non plus nos Anciens que nous avons encore parmi nous et bien sûr tous les Amis des Groupes Lourds qui sont de plus en plus nombreux.

DUCAPHIL.

 


Posté par DUCAPHIL à 20:59 - Commentaires [9] - Permalien [#]


ENCADREMENT DU GROUPE 1/25 "TUNISIE"

AVIS DE RECHERCHE

Jean descousis (42)

(collection: Jean DESCOUSIS)

Sur la photo Jean DESCOUSIS, le lieutenant BARROIS.

Elvington le 27/02/1945 quelques membres d'équipage avant une mission sur Mayence "Le réconfort... avant l'effort!!". 

 

hachette_insignes_003

Insigne du capitaine Robert HACHETTE.

(collection: Bernard HACHETTE)

ENCADREMENT DU GROUPE 1/25

 PENDANT LES OPERATIONS

Commandant du groupe: Lieutenant-Colonel VIGOUROUX, puis Commandant HOQUETIS à partir du 23 mars 1945.

Commandant en second: Commandant HOQUETIS.

Officiers en second: Commandant OSTRE; Capitaine BARRAULT.

Commandant de la 1er escadrille: Capitaine DUTREY- LASSUS jusqu'au 25 décembre 1944 (fin de son tour d'opérations); puis Capitaine STANISLAS jusqu'au 5 février 1945 (date à laquelle il fut descendu par la chasse Allemande: raid sur GOCH); puis Capitaine HAUTECOEUR, jusqu'au 25 avril 1945 (date à laquelle il fut abattu par la D.C.A. des îles de la Frise: dernière mission de guerre sur WANGUEROOGUE).

Commandant de la 2e escadrille: Commandant STOLTZ, jusqu'au 23 mars 1945 (fin de son tour d'opérations); puis Capitaine VERHILLE.

Citation

Le Général de GAULLE Chef du Gouvernement Provisoire de la République Française.

Cite à l'Ordre de l'Armée Aérienne

le Groupe de Bombardement 1/25

"Groupe remarquable de dynamique et d'ardeur guerrière, héritier d'un glorieux passé, s'est évadé de Tunisie le 8 novembre 1942, échappant à l'emprise Allemande pour reprendre avec un allant incomparable la lutte contre l'ennemi.

Depuis son arrivée en Angleterre, sous l'impulsion vivifiante de son Chef, le Lieutenant-Colonel VIGOUROUX qui, depuis Mai 1942, vole à la tête de ses équipages, a pris une part remarquable au gigantesque effort du Bomber Command.

En quatre mois et demi d'opérations, attaquant au départ des bases Anglaises des objectifs très divers: ports de la Baltique, usines de la Ruhr, malgré les réactions extrêmement violentes des défenses ennemies, a exécuté à la date du 8 Novembre 1944, 2.900 heures de vols de guerre en 540 sorties, déversant avec précision sur ses objectifs 2.100 tonnes de bombes au prix de 8 membres d'équipages tués, 21 disparus, 5 blessés, 71 avions endommagés par la flak ou la chasse."

EQUIPAGE DU SOUS-LIEUTENANT de MIRAS

44386925

 

De gauche à droite:

Sgt LETOUBLON Roger, Radio. Sgt PICOT Pierre, Mécanicien. S/Lt BLANCHIN Louis, Navigateur. Sgt LOBELLE Pierre, Mitrailleur-arrière. Sgt BERGES Pierre, Mitrailleur-supérieur. Sgt/C BRU Georges, Bombardier. S/Lt de MIRAS René, Pilote.

 

equipage de MIRAS 1-25 tunisie

 31856328

 

(collection: Claude. de MIRAS. pour le souvenirs de nos pères. merci claude)

De gauche a droite sur la photo: Equipage de mon père Mitrailleur-arrière: LOBELLE Pierre.

Equipage de renfort. mars 1945

1re Escadrille.

Radio: Sgt. LETOUBLON Roger. Mitrailleur-supérieur: Sgt. BERGES Pierre. Pilote: S/Lt. de MIRAS René.(Cdt. de l'avion). Navigateur: S/Lt. BLANCHIN Louis. Bombardier: Sgt/C. BRUN Georges. Mitrailleur-arrière: Sgt. LOBELLE Pierre. Mécanicien: Sgt. PICOT Pierre.

Mécaniciens entretien:

?? ??, Albert CHAZERAND, ?? ??.

CITATIONS

 

33856280

Mitrailleur-arrière: Sgt. LOBELLE

33915239

SOUVENIRS DU LIEUTENANT BLANCHIN 

sans-titre71876817

 

71876864

71876934

(collection: Marc BLANCHIN)

41625634_p

img509

Le "E" du Capitaine HAUTECOEUR.

(collection: Robert LAMOUROUX)

Mission de guerre

du Lt BLANCHIN Louis.

- 8/9/4/1945 - Objectif: (Hambourg) Halifax III - L8 - Equipage - Pilote: S/Lt René de MIRAS, Navigateur: S/Lt Louis BLANCHIN, Bombardier: Sgt/C Georges BRU, Radio: Sgt Roger LETOUBLON, Mécanicien: Sgt Pierre PICOT, Mitrailleur-supérieur: Sgt Pierre BERGES, Mitrailleur-arrière: Sgt Pierre LOBELLE. Durée: 6h23. Vol de nuit 4h51. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions, Tunisie 13 avions. Total des avions engagés dans la mission 440 avions. Bombardement de Hambourg. Mission de guerre.

- 11/4/1945 - Objectif: (Nuremberg) Halifax III - L8 - Même équipage - Durée: 7h12. Vol de jour. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 14 avions, Tunisie 15 avions. Total des avions engagés dans la mission 143 avions. Bombardement de Nuremberg. Mission de guerre.

- 18/4/1945 - Objectif: (Héligoland) Halifax III - L8 - Même équipage - Durée: 4h40. Vol de jour. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 16 avions, Tunisie 16 avions. Total des avions engagés dans la mission 969 avions. Bombardement d'Héligoland. Mission de guerre.

- 25/4/1945 - Objectif: (Wangerooge) Halifax III - L8 - Même équipage - Durée: 4h35. Vol de jour. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 18 avions, Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 482 avions. 7 Français tués dans la mission. Bombardement de Wangerooge. Mission de guerre.

4 missions de guerre sur l'Allemagne.

25092011272__1_

De gauche à droite:

Mr Guy NAPIAS ancien pilote de l'Armée de l'Air qui vole à Rions, Mr Pierre BERGES ancien des Groupes Lourds (Mitrailleur-supérieur) équipage de Miras, Christian BONNET pilote du POIZ.

Photo prise sur l'Aérodrome de Rions-des-Landes avec le POIZ, c'est là que j'ai fait ma formation de pilote avec  Mr Pierre BERGES de 2000 à 2001.

(collection: Christian BONNET)

___________________________

EQUIPAGE DU SOUS-LIEUTENANT TERRIEN

Equipage de renfort juillet 1944

2ième Escadrille

 

38146853

(collection: la mémoire des groupes lourds)

Pilote: S/Lt. TERRIEN. (Cdt. de l'avion) Navigateur: S/Lt. MOSNIER. Bombardier: S/Lt. MICHELON. Radio: Sgt. DUGARDIN. Mécanicien: Adjt. LE GALL. Mitrailleur-supérieur: Sgt. DELAROCHE. Mitrailleur-arrière: Sgt. DUNAND.

3/4.03.1945 - Objectif: KAMEN.

Nombre d'avions engagés par chaque groupe:

"GUYENNE" 13 avions.

"TUNISIE" 13 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 234 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 3 tués.

L'avion très sérieusement touché prend feu immédiatement. TERRIEN donne l'ordre d'évacuation et reste à son poste. Il y trouvera la mort après avoir sauvé ses 6 compagnons. TERRIEN a été inhumé au cimetière d'HARROGATE le 9 mars 1945.

_____________________________________

EQUIPAGE DU COMMANDANT STOLZ

2ème Escadrille juin 1944

A fait un tour d'opérations complet.

37275623

(collection: la mémoire des groupes lourds)

Le Commandant STOLZT est au milieu, à sa droite le Lieutenant: Maurice DUGIT-GROS, à sa gauche le Lieutenant: BENIT.

 Maurice DUGIT-GROS, né le 17 mars 1920 Promotion PINCSON a rejoint le Groupe 1/25 , à sa sortie de l'école de l'Air, en décembre 1940 à TUNIS-EL-AOUINA. Affecté à la 2ème Escadrille, il a quitté le groupe en mars 1945.

Carnet de vol arrêté le 13 mars 1945: au total de 765h50 dont 202h de nuit, 266h de vol de guerre en 59 missions de bombardement. (un tour complet d'opération avec 36 missions).

(source: Françoise DUGIT-GROS)

Pilote: Cdt. STOLTZ Albert. (Cdt. de l'avion). Navigateur: Lt. DUGIT-GROS. Bombardier: Lt. BENIT. Radio: Adjt: MOULIN. Mécanicien. Sgt/C. VANICELE. Mitrailleur-supérieur: Sgt. ROUILLARD. Mitrailleur-arrière: Sgt. SONZOGNO.

CITATIONS

32879435

Pilote: Cdt. STOLTZ Albert. (Cdt de l'avion)

D.F.C.

LCL_Vigouroux_-_Cdt_S%0d%0a toltz_-_X_-_décorés%0d%0a _DFC

(collection: Caroline VALAIN)

Lt Colonel VIGOUROUX, ??, Cdt STOLTZ Albert-Maurice.

Sa MAJESTE le ROI, sur proposition du Commandant en Chef de la ROYAL AIR FORCE, a approuvé l'attribution de la

DISTINGUISHED FLYING CROSS

au

Commandant Albert Maurice STOLTZ

-------------------------

"Le Commandant STOLTZ Albert, Commandant de "FlightB" au Squadron 347, reçut l'ordre d'attaquer la ville d'OSNABRUCK dans la nuit du 6 au 7 Décembre 1944, comme pilote commandant d'avion.

Immédiatement après le largage des bombes sur l'objectif une collision avec un autre avion de la force de bombardement causa de graves dommages à la queue de son appareil et un large trou dans la partie arrière du fuselage. Toutes les commandes électriques avec la tourelle arrière furent coupées. Les commandes du gouvernail de profondeur furent sérieusement endommagées. Le mitrailleur arrière séparé de la partie centrale de l'avion par un large trou, ne parvient à gagner celle-ci qu'au prix d'efforts considérables et s'évanouit par manque d'oxygène. En même temps, un incendie se déclara au poste de l'opérateur radio, par suite des dommages causés aux circuits électriques. L'avion devient très difficile à contrôler, les tabs étant bloqués et inefficaces.

Dans ces conditions très graves, le Commandant STOLTZ inspira la plus grande confiance à son équipage et mit le cap sur l'Angleterre.

Les conditions météorologiques rencontrées sur la route du retour furent extrêmement défavorables et le Commandant STOLTZ fut contraint de voler dans des nuages dangereux où son indicateur de vitesse givra. Il réussit cependant à ramener son appareil en Angleterre, au terrain de secours de WOODBRIDGE. Pendant le tour de piste le Commandant STOLTZ fut obligé de maintenir les moteurs au régime maximum pour empêcher l'appareil de s'engager en piqué; pendant la première prise du terrain, il fut soudain gêné par un autre appareil en détresse qui se posa immédiatement devant lui, et l'obligea de faire un "overshoot". A la deuxième prise de terrain, il put exécuter un atterrissage parfait, en maintenant son appareil sur les roues, lorsque la roulette de queue entra en contact avec le sol, toute la tourelle arrière se détacha et tomba sur le "runway".

En ramenant son appareil très gravement endommagé, avec des chances de succès très incertains, le commandant STOLTZ a fait preuve des plus hautes qualités de commandant d'avion et de pilote.

Cet officier a effectué, à ce jour, dans le "Bomber Command" 20 missions de bombardement sur des objectifs très fortement défendus.

Ses différentes activités au Squadron le classement comme un Chef remarquable.

Elvington le 21 Février 1945.

Le Lt Colonel VIGOUROUX, commandant le Groupe de Bombardement 1/25 (347 Squadron).

---------------------------------------------

Hommage vidéo d'Henry STOLTZ

pour le souvenir de son père

le commandant STOLTZ Albert

 

GREEN PARK BLUES

_____________________________________________

EQUIPAGE DU COMMANDANT OSTRE

1re Escadrille juin 1944

img922

mes_images155

(collection: Renzini. Marcel)

Pilote: Cdt. OSTRE. (Cdt. de l'avion). Navigateur: Cpt. CHEVALIER. Bombardier: Lt. CHEMIN. Radio: Adjt. CHABRES. Mécanicien: Sgt/C. SCIOLETTE. Mitrailleur-supérieur: Sgt. RAMOND. Mitrailleur-arrière: Sgt. TILLIERS.

15/16.03.1945 - Objectif: HAGEN (RUHR)

Nombre d'avions engagés par chaque groupe:

"GUYENNE" 12 avions.

"TUNISIE" 12 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 267 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 16 tués.

Au retour de mission l'avion s'écrase sur les collines au nord-est d'ELVINGTON. OSTRE, CHEVALIER, CHEMIN, CHABRES et RAMOND périssent dans l'accident. Le mécanicien SCIOLETTE qui se trouvait à l'arrière de l'appareil pour vérifier qu'aucune bombe ne restait dans l'avion et le mitrailleur de queue TILLIERS échappent à la mort. A noter que l'équipage OSTRE effectuait cette nuit-là l'ultime mission de son tour d'opération.

Les 5 tués ont été inhumés au cimetière d'HARROGATE le 21 mars 1945. Le RP Meurisse, officiant.

(source: La mémoire des groupes lourds)

get_attachment

(collection: Caroline VILAIN)

CITATIONS

Citation à l'ordre de la Brigade Aérienne - Ordre N°12 du 22/8/44

Le Colonel Bailly Commandant les Groupes de Bombardement N°1 cite à l'ordre de la Brigade Aérienne:

L'équipage du Commandant Ostré

Commandant:  Ostré  pilote commandant d'avion

Capitaine  Chevalier  navigateur

Lieutenant Chemin  bombardier

Adjudant  Chabres  radio navigant

Sgt/Chef  Sciolette  mécanicien

Sgt/Chef  Tillier  mitrailleur-arrière

Sgt  Ramond  mitrailleur-supérieur

"Équipage sûr et expérimenté qui a fait preuve depuis son entrée en opération en Grande-Bretagne, de belles qualités de maîtrise, de détermination et de cohésion. S'est signalé par la précision de ses bombardements sur des objectifs ennemis du Nord de la France fortement protégé par une D.C.A. active et précise notamment au cours de l'opération du 7 juillet sur un objectif du champ de bataille de Normandie"

Cette citation comporte l'attribution de la croix de Guerre avec étoile de Bronze.

--------------------------------------------

Citation à l'ordre de la Division Aérienne

Citation accordée par lettre N°399/3/F.A.G.B./ par le Colonel commandant PVT les Forces Aériennes Françaises en Grande-Bretagne en date du 11 janvier 1945.

"Équipage dont la grande expérience et l'ardeur ont contribué à la réussite de nombreuses missions de bombardement effectuées sur les territoires occupés et en Allemagne. S'est particulièrement mis en valeur dans la nuit du 18 au 19 Août 1944 au cours d'un raid sur la Ruhr, où pris dans les projecteurs et le feu intense de la D.C.A. qui atteignit son appareil à plusieurs reprises, il réussit cependant un bombardement très précis."

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre avec étoile d'argent.

------------------------------------------------

Citation à l'ordre de l'Aviation de Bombardement

Citation accordée par message express 260/I.G.F.A.F./3 du 10/3/45 approuvé par le Général des Forces Aériennes Françaises.

"Équipage particulièrement confirmé dont les qualités professionnelles, jointes à un cran et un allant remarquables viennent encore de s'affirmer au cours d'une grande série de mission sur des objectifs lointains et puissamment défendus en territoire ennemi. En particulier le 6 novembre effectuant une mission de jour sur un des objectifs de la Ruhr le plus défendu, a réussi grâce à sa maîtrise et à son calme, en dépit d'une réaction très violente de l'ennemi, un bombardement au but sur une usine d'essence synthétique."

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre avec étoile de Vermeil

Citation à l'ordre de l'Armée Aérienne

Décision N°904 du 2/7/45 du Général de gaulle Président du Gouvernement Provisoire de la République Française Chef des Armées.

Sciolette (Henri, Jean, Albert) Sergent-Chef du G.B. 1/25. "Mécanicien navigant de grande valeur, membre d'un équipage de bombardement lourd avec lequel il a effectué 30 missions sur l'Allemagne et sur des objectifs des pays occupés. En toutes circonstances a montré un calme et un mépris de danger absolus collaborant étroitement avec son pilote pour la conduite des moteurs et assurant par sa surveillance vigilante du ciel la sécurité de son équipage. S'est distingué tout particulièrement le 16/1/45 au cours d'une mission exceptionnellement longue et dure sur un objectif de l'Allemagne du centre, au cours de laquelle son avion a été violemment attaqué sur tout le parcours par la D.C.A. adverse."

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre avec Palme.

Citation à l'ordre de l'Armée Aérienne

Citation à l'ordre de l'Armée Aérienne - Décision N°1050 du Général de Gaulle J.O. R.F. 20/1/46 page 11146.

Sciolette (Henri, Jean, Albert) Sgt - Chef du G.B. 1/25 "Sous-officier mécanicien ayant fait preuve des plus belles qualités de courage et de ténacité au des 38 missions qu'il vient d'effectués sur Halifax. Connaissant à fond son métier, travaillant en étroite collaboration avec son pilote a contribué largement au succès des missions, ne se laissant jamais surprendre par les violentes réactions de l'ennemi qui endommagèrent plusieurs fois son avion. Dans la nuit du 15 Mars 1945, au retour d'une très dure mission de bombardement sur un centre de la Ruhr son avion s'est écrasé au Nord de la base, au moment de la percée rendue particulièrement difficile par les mauvaises conditions atmosphériques. Blessé à réussi à évacuer l'avion après avoir porté secours à son mitrailleur, tous les autres membres de l'équipage ayant été tués. (4 fois cités 209 heures de mission de Guerre dont 79 heures de nuit.

Attribution de la Croix de Guerre avec Palme.

(collection: Hélène SCIOLETTE)

 

Cdt OSTRE

Cdt OSTRE

(collection: Alice Delfino Ostré)

 

nr287_003

(collection: Richard ALLENBY)

La photo représente où l'avion s'est écrasé.

L'avion s'est écrasé à proximité du petit village de Scawton dans le North Yorkshire. Scawtonest à mi-chemin entre les villes de Thirsk et Heimsley, il avait d'abord touché le sol près de la route principale entre les deux petites villes et a fini à proximité du village dans une petite vallée.

Richard ALLENBY.

http://www.yorkshire-aircraft.co.uk

DSCF1130

(collection: Richard ALLENBY)

DSCF1133

(collection: Richard ALLENBY)

nr287_002

(collection: Richard ALLENBY)

a

(collection: Richard ALLENBY)

http://www.yorkshire-aircraft.co.uk/aircraft/planes/45/nr287.html

DSCF7027

(collection: Richard ALLENBY)

http://www.aircrewremembrancesociety.com/raf1945/ostre.html

equipage ostré

Le crash du NR287 du commandant Ostré. 

img277

Raymond CHEVALIER

Appartenance: Réseau Alliance - F.A.F.L. - Groupe Tunisie - Date de naissance: 1er mars 1910 - Lieu de naissance: Louvilliers-les-Perche (Eure-et-Loir) - Profession: Prêtre - Professeur de Biologie - Situation de famille: Célibataire - Date de Décès: 15 mars 1945 - Lieu de Décès: Helmsley (Grande-Bretagne) - Lieu de Sépulture: Saint-Chéron, Chartres (Eure-et-Loir).

Parcours 

Raymond CHEVALIER est fils d'un employé communal de Louvilliers-les-Perche. Il a une soeur. Le 1er octobre 1921, l'Abbé CHEVALIER de Dancy présente son neveu Raymond CHEVALIER à la maîtrise Notre-Dame à Chartres.

En 1925, Raymond CHEVALIER est élève en troisième. Son devoir sur la quête du Graal est inscrit au cahier d'honneur.

En septembre 1927, il entre au Grand Séminaire de Chartres.

Il effectue son service militaire d'octobre 1930 à octobre 1931 avec son ami Jean GINISTY. Ordonné prêtre le 28 juin 1934 par Monseigneur HARSCOUET et nommé Vicaire à Voves puis curé de Baigneux en 1935. Professeur de biologie à l'institution Notre-Dame de Chartres, il est pressenti pour en prendre la direction.

Passionné de vitesse, d'aviation, de moto, Raymond CHEVALIER donne l'image d'un baroudeur.

En 1939, l'Abbé CHEVALIER, officier de réserve, est mobilisé dans l'Aviation. En juin 1940, son unité de bombardement se replie au Maroc.

Raymond CHEVALIER gagne Alger et intègre le Réseau Alliance.

En septembre 1943, Raymond CHEVALIER rejoint l'Angleterre. Versé dans le Groupe Tunisie, basé à Elvington, le Capitaine CHEVALIER est affecté comme officier navigateur sur bombardier Halifax. Sous les ordres du Commandant Ostré (Cdt d'avion), il effectue 38 missions de bombardement sur l'Allemagne.

Le 15 mars 1945, le Halifax NR287 décolle pour Hagen, sur la Ruhr. A 0h40, Raymond CHEVALIER est tué dans le crash de son appareil lors d'une manoeuvre d'approche au retour de sa 38e mission; l'avion s'écrase sur une colline aux environs d'Elvington. Cinq des sept membres d'équipages sont tués.

 

Chartres_-_Raymond_CHEVALIER

(collection: Denis MARTIN, Président ARMREL)

 

Les obsèques du Capitaine CHEVALIER ont lieu à Chartres le 20 janvier 1949. Au cimetière, le discours est prononcé par le Lieutenant-colonel NICOT, commandant de la Base aérienne de Chartres.

Chevalier de la Légion d'Honneur.

Croix de Guerre avec Etoiles de Bronze, d'Argent, de Vermeil avec Palme.

Médaille de la Résistance.

 

Chartres_-_Raymond_CHEVALIER_(2)

(collection: Denis MARTIN Président ARMREL)

 

Liens Mémoire: Rue de l'Abbé Raymond CHEVALIER à Chartres (Eure-et-Loir)

 

Chartres_-_Montage_CHEVALIER_2

Sépulture du capitaine Raymond CHEVALIER

(collection: Denis MARTIN Président ARMREL)

 

(source: Denis MARTIN http://armrel.pagesperso-orange.fr )

__________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE MARIN

1re Escadrille juin 1944

img070

 

Pilote: Cpt. MARIN. (Cdt. de l'avion). Navigateur: Lt. FRANGOLACCI. Bombardier: Lt. MINVIELLE. Radio: Adjt/C. VUILLEMOT. Mécanicien: Adjt. VILLENEUVE. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C.DARGENTON. Mitrailleur-arrière: Sgt/C. MEUNIER.

16/17.01.1945 - Objectif: MAGDEBOURG.

Nombre d'avions engagés par chaque groupe:

"GUYENNE" 9 avions.

"TUNISIE" 12 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 371 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 7 tués.

Au cours de la ligne droite qui précède le bombardement, le HALIFAX du Capitaine MARIN est gravement endommagé par la Flak. Celui-ci est tué à son poste de pilote. VUILLEMOT saute mais son corps ne sera jamais retrouvé. VILLENEUVE et DARGENTON n'ont pas dû pouvoir évacuer. Les autres membres d'équipages sautent en parachute et son sains et saufs. L'avion s'écrase entre WÜLFINGEN  et POPPENBURG (14 km W de HILDENSHEIM).

(source: La mémoire des groupes lourds)

---------------------------------------------------

CITATION

Mécanicien: Adjudant VILLENEUVE André.

Décret du 13 septembre 1947 portant concession de la médaille militaire (à titre posthume).

- VILLENEUVE André-Marius. Adjudant, groupe de bombardement 1/25 Tunisie: excellent sous-officier mécanicien qui, grâce à ses connaissances mécaniques, à sa valeur professionnelle autant qu'à son énergie et son courage, s'est révélé un magnifique combattant. Déjà cité pour avoir été un auxiliaire précieux pour son pilote, a effectué 27 missions de guerre sur des objectifs extrêmement défendus par la chasse et la flak. A trouvé une mort glorieuse dans la nuit du 16 au 17 janvier 1945 son avion ayant été abattu par la flak alors qu'il bombardait un objectif important du centre de l'Allemagne.

Cité à l'ordre de l'armée aérienne (Croix de guerre avec palme).

---------------------------------------------------

EQUIPAGE DU CAPITAINE BARRAULT

1re Escadrille juin 1944

 

Cpt BARRAULT Tunisie_-_Equipage_PV_02

(collection: Jean-Pierre VALETTE)

 

Cpt BARRAULT Tunisie_-_Equipage_PV_03 

(collection: Jean-Pierre VALETTE)

De gauche à droite:

Mitrailleur-arrière: Adjt STEPHANOPOLI, Bombardier: S/Lt BERGEON, Pilote:Cpt BARRAULT (Cdt de l'avion), Navigateur: Cpt VALETTE, Radio: Adjt/C BAFFICO, Mécanicien: Adjt LARONZE, Mitrailleur-supérieur: Sgt MONNET.

 

6__quipage_et_m_caniciens_sol

Elvington 1944

De gauche à droite:

Adjudant/Chef MANUEL, Capitaine VALETTE, Capitaine BARRAULT, Sergent BERGEON, Adjudant STEPHANOPOLI, Mécanicien au sol.

Sergent MONNET, Mécanicien au sol, Adjudant LARONZE, Adjudant/Chef BAFFICO, Mécanicien au sol.

(collection: LARONZE Henri)

CITATIONS

33108166

Bombardier: Lt. BERGEON. 

32882392

Mécanicien: S/Lt. LARONZE. 

Tunisie - Halifax 04

Mitrailleur-arrière: Adjt STEPHANOPOLI.

(collection: Jean-Pierre VALETTE)

Cpt BARRAULT PV_-_London

Navigateur: Cpt VALETTE

(collection: Jean-Pierre VALETTE)

- Affecté au Groupe de Bombardement 2/21 le 10/05/1940.

- Retour et repris en compte par la Base dépôt de Toulouse-Francazal le 3/07/1940.

- Affecté aux formations de l'air en Afrique Occidentale Française le 04/12/1940 - Embarqué à Marseille le 11/12/1940.

- Débarqué Dakar le 22/12/1940.

- Affecté à Compagnie de Base N°10 Ouakam 23/12/1940.

- Affecté à la section de 25 C.A. N°15 à Rosso (Sénégal).

- Affecté à la Base Aérienne de Bamako GB 1/62 le 01/07/1942, R d. C le dit jour.

- Fait mouvement avec le G.B. 1/62 de Bamako à Ouakam du 25/06/1943 au 28/06/1943. - 25/06/1943.

- Fait mouvement avec le G.B. 1/62 sur l'A.F.N. Embarque à Dakar le 18/07/1943 sur S/S Alexander. Débarque à Casablanca le 23/07/1943.

- Fait mouvement avec le G.B. 1/62 de Casablanca à Rabat le 25/07/1943.

- Affecté au G.B. 1/25 par TO 5251/EM/CAF du 09/08/1943 d'Air Maroc, R d. C le 13/08/1943.

- Affecté aux Forces Aériennes en Grande-Bretagne embarqué le 28/09/1943.

- Débarqué à Liverpool le 08/10/1943.

- En stage à Bornemouth le 13/10/1943.

- Affecté au stage de Navigation à l'A.F.U. N°10 de DUMFRIES - Affecté au stage de Navigation à l'O.T.U. N°20 à LOSSIEMOUTH le 18/01/1944.

CITATIONS DU Cpt VALETTE

DFC

(collection: Jean-Pierre VALETTE) 

img075

(collection: Jean-Pierre VALETTE)

 

numérisation0007

 

Tunisie - Equipage PV 04.

(collection: Jean-Pierre VALETTE)

Tunisie - Equipage x01

Une belle photo du 1/25 Tunisie merci Jean-Pierre.

(collection: Jean-Pierre VALETTE)

MISSIONS DE GUERRE

DU Cpt Pierre VALETTE

JUILLET 1944

- 1/7/44 - Objectif: (St Martin L'Hortier) Halifax V - L8 "J" - équipage: Pilote: Cpt BARRAULT (Cdt d'avion) Navigateur: Cpt Pierre VALETTE, Bombardier: S/Lt BERGEON, Radio: Adjt/C BAFFICO, Mécanicien: Adjt LARONZE, Mitrailleur-supérieur: Sgt MONNOT, Mitrailleur-arrière: Adjt STEPHANOPOLI. Durée: 4h00 - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 5 avions, Tunisie 13 avions. Total des avions engagés dans la mission 307 avions. Bombardement base de départ d'avions sans pilote à St Martin. Mission de guerre.

- 4/7/44 - Objectif: (Domléger) Halifax V - L8 "G" - Même équipage - Durée: 4h10. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 6 avions, Tunisie 10 avions. Total des avions engagés dans la mission 328 avions. Bombardement base de départ d'avions sans pilote à Domléger. Mission de guerre.

- 6/7/44 - Objectif: (Marquise-Mimoyecques) Halifax V - L8 "C" - Même équipage - Durée: 3h20. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 10 avions, Tunisie 11 avions. Total des avions engagés dans la mission 551 avions. 7 Français tués dans la mission. Bombardement base de départ avions sans pilote à Marquise-Mimoyecques. Mission de guerre.

- 18/7/44 - Objectif: (Sannerville) Halifax III - L8 NA512 - Même équipage - Durée: 4h15 - vol de nuit 2h55, vol de jour 1h20. Nombre d'avion engagés dans la mission Guyenne 12 avions, Tunisie 7 avions. Total des avions engagés dans la mission 942 avions. Bombardement de concentration de troupes et matériel à Sannerville. Mission de guerre.

033

Bâtiment Amagnetique du site du Val Ygot d'Ardouval.

(collection: Ducastelle Philippe) 

- 20/21/7/44 - Objectif: (Ardouval) Halifax III - L8 - NA512 - Même équipage - Durée: 3h45. Nombre d'avions engagés dans la mission Tunisie 6 avions. Total des avions engagés dans la mission 87 avions. Bombardement base de départ d'avion sans pilote à Ardouval. Mission de guerre.

- 24/25/7/44 - Objectif: (Stuttgart) Halifax III - L8 - LL557 - Même équipage - Durée: 8h15, vol de jour 1h30, vol de nuit 6h45. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 6 avions, Tunisie 6 avions. Total des avions engagés dans la mission 631 avions. Bombardement de Stuttgart, 2ème pilote Cpt VALETTE aux commandes 0h30. Mission de guerre.

- 28/7/44 - Objectif: (Forêt de Nieppe) Halifax III - L8 - NA512 - Même équipage - Durée: 4h15, vole de jour 1h00, vol de nuit 3h15. Nombre d'avion engagés dans la mission Guyenne 14 avions, Tunisie 14 avions. Total des avions engagés dans la mission 199 avions. Bombardement Forêt de Nieppe, 2ème pilote Cpt VALETTE aux commandes 0h30. Mission de guerre.

Août 1944

- 2/8/44 - Objectif: (Forêt de Nieppe) Halifax III - L8 - NA512 - Même équipage - Durée: 3h20. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 10 avions, Tunisie 10 avions. Total des avions engagés dans la mission 394 avions. Bombardement objectif spécial Forêt de Nieppe. Mission de guerre.

- 5/8/44 - Objectif: (Forêt de Nieppe) Halifax III - L8 - NA512 - Même équipage - Durée: 4h25. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 14 avions, Tunisie 17 avions. Total des avions engagés dans la mission 742 avions. Bombardement objectif spécial Forêt de Nieppe. 2ème pilote Cpt VALETTE aux commandes 0h30. Mission de guerre.

- 16/17/8/44 - Objectif: (Kiel) Halifax III - L8 - NA512 - Même équipage - Durée: 5h35 vol de jour 0h15, vol de nuit 5h20. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 14 avions, Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 348 avions. Bombardement de Kiel posé à Carnaby. Mission de guerre.

25/8/44 - Objectif: (Forêt de Watten) Halifax III - L8 - NA512 - Même équipage - Durée: 4h00. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 14 avions, Tunisie Tunisie 16 avions. Total des avions engagés dans la mission 161 avions. Bombardement objectif spécial forêt d'Eperlecques. Mission de guerre.

- 31/8/44 - Objectif: (Lumbres - près de Saint-Omer) Halifax III - L8 - NA512 - Même équipage - Durée: 4h15. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions, Tunisie 11 avions. Total des avions engagés dans la mission 601 avions. Bombardement dépot de munitions à Lumbres. 2ème pilote Cpt VALETTE aux commandes 0h30. Mission de guerre.

Septembre 1944

- 9/9/44 - Objectif: (Le Havre) Halifax III - L8 - NA512 - Même équipage - Durée: 3h00 - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 10 avions, Tunisie 13 avions. Total des avions engagés dans la mission 272 avions. Bombardement troupes et fortifications près du Havre. 2ème pilote Cpt VALETTE aux commandes 1h00. Mission de guerre.

- 10/9/44 - Objectif: (Octeville - près du Havre) Halifax III - L8 - NA512 - Même équipage - Durée: 4h30 - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 16 avions, Tunisie 14 avions. Total des avions engagés dans la mission 992 avions. 6 Français tués dans la mission. Bombardement  troupes et fortifications près du Havre. 2ème pilote Cpt VALETTE aux commandes 1h00. Mission de guerre.

- 12/9/44 - Objectif: (Münster) Halifax III - L8 - NA512 - Même équipage - Durée: 4h30 - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 9 avions, Tunisie 9 avions. Total des avions engagés dans la mission 119 avions. Bombardement de Münster en Westphalie. 2ème pilote Cpt VALETTE aux commandes 0h45. Mission de guerre.

Octobre 1944

- 9/10/10-1944 - Objectif: (Bochum) Halifax III - L8 - NA512 - Même équipage - Durée: 5h45 - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 10 avions, Tunisie 11 avions. Total des avions engagés dans la mission 435 avions. Bombardement de Bochum (Ruhr). 2ème pilote Cpt VALETTE aux commandes 0h30. Mission de guerre.

- 15/16/10-1944 - Objectif: (Wilhelmshaven) Halifax III - L8 - NA512 - Même équipage - Durée: 4h35 - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 7 avions, Tunisie 6 avions. Total des avions engagés dans la mission 506 avions. Bombardement de Wilhelmshaven. 2ème pilote Cpt VALETTE aux commandes 0h30. Mission de guerre.

- 21/22/10-1944 - Objectif: (Hanovre) Halifax III - L8 - NA512 - Même équipage - Durée: 3h10 - Retour à la base par ordre. 2ème pilote Cpt VALETTE aux commandes 0h30.

- 23/24/10-1944 - Objectif: (Essen) Halifax III - L8 - NA512 - Même équipage - Durée: 5h55 - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 15 avions, Tunisie 15 avions. Total des avions engagés dans la mission 1055 avions.10 français tués dans la mission. Bombardement d'Essen (Ruhr). Mission de guerre.

- 28/10-1944 - Objectif: (Cologne) Halifax III - L8 - NA512 - Même équipage - Durée: 4h15 - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions, Tunisie 15 avions. Total des avions engagés dans la mission 733 avions. Bombardement de Cologne. Atterrissage forcé à Bruxelles.

Novembre 1944.

- 28/29/11-1944 - Objectif: (Essen) Halifax III - L8 - LL602 - Même équipage - Durée: 6h30 - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 16 avions, Tunisie 15 avions. Total des avions engagés dans la mission 316 avions. Bombardement d'Essen (Ruhr). 2ème pilote Cpt Pierre VALETTE aux commandes 1h00. Mission de guerre.

Décembre 1944.

- 5/6/12-1944 - Objectif: (Soest) Halifax III - L8 - LL602 - Même équipage - Durée: 6h45 - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 15 avions, Tunisie 15 avions. Total des avions engagés dans la mission 497 avions. Bombardement de Soest (Gare de triage) 2ème pilote Cpt Pierre VALETTE aux commandes 1h00. Mission de guerre.

- 21/22/12-1944 - Objectif: (Cologne) Halifax III - L8 - LL602 - Même équipage - Durée: 5h50 - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 8 avions, Tunisie 8 avions. Total des avions engagés dans la mission 136 avions. Bombardement de Cologne-Nippes (Gare de triage) 2ème pilote Cpt Pierre VALETTE aux commandes 1h00. Mission de guerre.

Février 1945.

- 1/2//2-1945 - Objectif: (Mayence) Halifax III - L8 - NR287 - Même équipage - Durée: 6h30 - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 6 avions, Tunisie 5 avions. Total des avions engagés dans la mission 340 avions. Bombardement de Mayence (Gares) 2ème pilote Cpt Pierre VALETTE aux commandes 0h30. Mission de guerre.

- 4/5/2/1945 - Objectif: (Bonn) Halifax III - L8 - LL602 - Même équipage - Durée: 6h20 - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 6 avions, Tunisie 7 avions. Total des avions engagés dans la mission 238 avions. Bombardement de Bonn (Rhénanie) Gare. 2ème pilote Cpt Pierre VALETTE aux commandes 0h30. Mission de guerre.

- 7/8/2/1945 - Objectif: (Goch) Halifax III - L8 - LL602 - Même équipage - Durée: 6h10 - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions, Tunisie 14 avions. Total des avions engagés dans la mission 464 avions. 9 Français tués dans la mission. Bombardement de Goch (Rhénanie) concentration de troupes. 2ème pilote Cpt Pierre VALETTE 0h30. Mission de guerre.

- 13/14/2/1945 - Objectif: (Bohlen-Leipzig) Halifax III - L8 - LL602 - Même équipage - Durée: 8h55 - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 10 avions, Tunisie 11 avions. Total des avions engagés dans la mission 368 avions. Bombardement de Bolhen près de Liepzig usine essence synthétique. 2ème pilote Cpt Pierre VALETTE 0h30. Mission de guerre.

- 14/15/2/1945 - Objectif: (Chemnitz) Halifax III - L8 - LL602 - Même équipage - Durée: 4h35 - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 10 avions, Tunisie 5 avions. Total des avions engagés dans la mission 717 avions. Bombardement de Chemnitz Silésie, (retour prématuré). 2ème pilote Cpt Pierre VALETTE.

- 17/2/1945 - Objectif: (Wesel) Halifax III - L8 - LL602 - Même équipage - Durée: 5h20 - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 17 avions, Tunisie 11 avions. Total des avions engagés dans la mission 298 avions. Bombardement de Wesel (abandon par le Masters Command). 2ème pilote Cpt Pierre VALETTE.

- 20/21/2/1945 - Objectif: (Reisholz) Halifax III - L8 - LL602 - Même équipage - Durée: 6h45 - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions, Tunisie 11 avions. Total des avions engagés dans la mission 173 avions. Bombardement de Reishlz (Düsseldorf) usine d'essence synthétique. 2ème pilote Cpt Pierre VALETTE 0h30. Mission de guerre.

- 21/22/2/1945 - Objectif: (Worms) Halifax III - L8 - LL602 - Même équipage - Durée: 7h15 - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 14 avions, Tunisie 9 avions. Total des avions engagés dans la mission173 avions. 14 Français tués dans la mission. Bombardement de Worms (Palatinat). 2ème pilote Cpt Pierre VALETTE 1h00. Mission de guerre.

- 23/2/1945 - Objectif: (Essen) Halifax III - L8 - LL602 - Même équipage - Durée: 5h45 - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 11 avions, Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 342 avions. Bombardement d'Essen. 2ème pilote Cpt Pierre VALETTE 1h00. Mission de guerre.

- 24/2/1945 - Objectif: (Kamen) Halifax III - L8 - LL602 "F"- Même équipage - Durée: 5h55 - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 11 avions, Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 340 avions. Bombardement de Kamen dans la Ruhr (huile synthétique). 2ème pilote Cpt Pierre VALETTE 0h30. Mission de guerre.

Mars 1945.

- 7/8/3/1945 - Objectif: (Hemingstedt) Halifax III - L8 - LL573 - Même équipage - Durée: 6h10 - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 11 avions, Tunisie 10 avions. Total des avions engagés dans la mission 281 avions. Bombardement d'Hemingstedt (Schelswig) usine d'essence synthétique. Mission de guerre.

11/3/1945 - Objectif: (Essen) Halifax III - L8 - LL573 - Même équipage - Durée: 5h35 - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions, Tunisie 11 avions. Total des avions engagés dans la mission 1079 avions. Bombardement d'Essen. 2ème pilote Cpt Pierre VALETTE 1h00. Mission de guerre.

- 12/3/1945 - Objectif: (Dortmund) Halifax III - L8 - LL556 - Même équipage - Durée: 1H40 - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 15 avions, Tunisie 9 avions. Total des avions engagés dans la mission 1108 avions. Retour prématuré.

- 13/3/1945 - Objectif: (Wuppertal) Halifax III - L8 - LL556 - Même équipage - Durée: 5h35 - Nombre d'avion engagés dans la mission Guyenne 14 avions, Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 354 avions. Bombardement de Wuppertal (Ruhr) 2ème pilote Cpt VALETTE 0h45. Mission de guerre.

- 22/3/1945 - Objectif: (Dulmen) Halifax III - L8 - LL602 - Même équipage - Durée: 4h40 - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 8 avions, Tunisie 9 avions. Total des avions engagés dans la mission 130 avions. Bombardement de Dulmen, 2ème pilote Cpt Pierre VALETTE 0h45. Mission de guerre.

- 24/3/1945 - Objectif: (Sterkrade) Halifax III - L8 - LL602 - Même équipage - Durée: 5h35 - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 9 avions, Tunisie 10 avions. Total des avions engagés dans la mission 177 avions. Bombardement de Sterkrade-Holten, 2ème pilote Cpt Pierre VALETTE 0h45. Mission de guerre.

- 25/3/1945 - Objectif: (Osnabrück) Halifax III - L8 - LW630 - Même équipage - Durée: 4h50 - Nombre d'avion engagés dans la mission Guyenne 4 avions, Tunisie 9 avions. Total des avions engagés dans la mission 156 avions. Bombardement d'Osnabrück. Mission de guerre.

Avril 1945.

- 4/5/4/1945 - Objectif: (Harbourg) Halifax III - L8 - LL602 - Même équipage - Durée: 5h25 - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 8 avions, Tunisie 8 avions. Total des avions engagés dans la mission 327 avions. Bombardement  d'Harbourg (sur l'Elbe). Mission de guerre.

- 8/9/4/1945 - Objectif: (Hambourg) Halifax III - L8 - LL602 "F" - Même équipage - Durée: 6h00 - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions, Tunisie 13 avions. Total des avions engagés dans la mission 440 avions. Bombardement d'Hambourg. Mission de guerre.

12 missions sur la France, 27 missions sur l'Allemagne, total 39 missions de guerre.

______________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT LEROY

722_DE_LOURDS_SOUVENIRS_0

http://www.youtube.com/watch?v=2NxJzrNv0Rk

Prix du Meilleur Documentaire au Festival du Film de l'Imperial War Museum de Londres le 21 mars 2012.

 

Picture_DE_LOURDS_SOUVENIRS_24_12_1944

 

2ème Escadrille juin 1944

Pilote: Sgt/C BAILLON. Navigateur: Lt. LEROY. (Cdt. de l'avion). Bombardier: S/Lt. GAUTHERET. Radio: Adjt. GRANIER. Mécanicien: Sgt/C. DURAN. Mitrailleur-supérieur: Sgt. GUEDEZ. Mitrailleur-arrière: Sgt. EVEN.

24.12.1944 - Objectif: MULHEIM-ESSEN.(Aéroport)

Nombre d'avions engagés par chaque groupe:

"GUYENNE" 13 avions.

"TUNISIE" 14 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 338 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 5 tués.

En abordant la Ruhr, le HALIFAX du Lieutenant LEROY est touché par la Flack. En dépit des avaries, l'équipage décide de poursuivre la mission. Il bombarde l'objectif, l'aéroport de MULHEIM-ESSEN.

Un peu plus tard, l'appareil est de nouveau sévèrement atteint; l'ordre d'évacuation est donné. Le pilote, le Sergent/Chef BAILLON, reste aux commandes pour maintenir l'avion en ligne de vol, tandis que les autres évacuent l'avion. Hélas, deux seulement survivront, les quatre autres étant assassinés peu après avoir touché le sol.

BAILLON périra dans l'avion qui s'écrase au sol? Il fait partie de cette cohorte des pilotes de bombardement qui se sont sacrifiés pour que le reste de l'équipage survive. Tous sont morts en héros anonymes. Les cinq tués ont été inhumés au cimetière Nord de DÜSSELDORF.

RECHERCHE DES MORTS

ET DISPARUS DE L'ARMEE DE L'AIR

img819

img820

(collection: Gilbert BOHN)

CITATIONS

Citations du Lieutenant LEROY Jacques.

img818

(collection: Gilbert BOHN)

GB_Tunisie

Insigne du Lt LEROY Jacques.

(collection: Philippe BENTRESQUE)

Mission de Guerre

du lieutenant LEROY

Juillet 1944

- 4/7/44 - Objectif: (Domléger) - 2ème Pilote: Lt LEROY - Equipage - Halifax V - L 8 "E" - Pilote: Cpt DUTREY-LASSUS, (Cdt d'avion) Navigateur: LtTROTET, Bombardier: S/Lt HERROU, Radio: Sgt BOURGOGNON, Mécanicien: Sgt/C PARATORE, Mitrailleur-supérieur: SgtVAISSADE, Mitrailleur-arrière: Sgt/C de FELIGONDE. (Guyenne 6 avions - Tunisie 10 avions). Durée: 4h40. Total des avions engagés dans la mission 328 avions. Bombardement de Domléger. Vol de guerre.

- 6/7/44 - Objectif: (Marquise-Mimoyecques) - Equipage - Halifax V - L 8 "O" - Pilote: Sgt/C BAILLON, Navigateur: Lt LEROY (Cdtd'avion) Bombardier: S/Lt GAUTHERET, Radio: Adjt GRANIER, Mécanicien: Sgt/C DURAN, Mitrailleur-supérieur: SgtGUEDEZ, Mitrailleur-arrière: Sgt EVEN. (Guyenne 10 avions - Tunisie11 avions). Durée: 4h25. Total des avions engagés dans la mission 551 avions. Nombre de Français tués dans la mission (7). Bombardementobjectif spécial. Vol de guerre.

- 23/24/7-44 - Objectif: (Les Hauts-Buissons) - Même équipage - Halifax III - L 8 - NA529 - (Guyenne 9 avions - Tunisie 10 avions). Durée: 4h15. Total des avions engagés dans la mission 116 avions. Bombardementobjectif spéciale. Vol de guerre de nuit.

- 28/7/44 - Objectif: (Forêt de Nieppe) - Même équipage - Halifax III - L 8 - NA529 - (Guyenne 14 avions - 14 avions). Durée: 4h05. Vol de jour 3h10. Vol de nuit 0h55. Total des avions engagés dans la mission 199 avions. Bombardementobjectif spécial. Vol de guerre.

Aout 1944

- 1/8/44 - Objectif: (Noyelles-en-Chaussée) - Même équipage - Halifax III - L 8 - LW642 - (Guyenne 11 avions - Tunisie 10 avions). Durée: 4h05. Total des avions engagés dans la mission 777 avions. Bombardementsite d'avions sans pilote. Vol de guerre.

- 3/8/44 - Objectif: (Forêt de Nieppe) - Même équipage - Halifax III - L 8 - NA576 - (Guyenne 11 avions - Tunisie 9 avions). Durée: 3h50. Bombardement forêt de Nieppe. Vol de guerre.

- 5/8/44 - Objectif: (Forêt de Nieppe) - Même équipage - Halifax III - L 8 - NA529 - (Guyenne 11 avions - Tunisie 11 avions). Durée: 3h55. Total des avions engagés dans la mission 222 avions. Bombardement forêt de Nieppe. Vol de guerre.

- 16/17/8-44 - Objectif: (Kiel) - Même équipage - Halifax III - L 8 - NA606 - (Guyenne 14 avions - Tunisie 12 avions). Durée: 5h10. Total des avions engagés dans la mission 348 avions. Bombardement de Kiel. Vol de guerre.

- 25/8/44 - Objectif: (Forêt de Watten) - Même équipage - Halifax III - LL 555 - (Guyenne 14 avions - Tunisie 16 avions). Durée: 3h25. Vol de jour 3h15. Vol de nuit 0h10. Total des avions engagés dans la mission 161 avions. Bombardement forêt de Watten. Vol de guerre.

Septembre 1944

- 3/9/44 - Objectif: (Venloo - Aéroport) - Même équipage - Halifax III - LW 630 - (Guyenne 13 avions - Tunisie12 avions). Durée: 4h55. Total des avions engagés dans la mission 675 avions. Nombre de Français tués dans la mission (5). Bombardement d'un terrain d'aviation à Venlo (Hollande) att. à Sutton-Bridgs. Vol de guerre.

- 9/9/44 - Objectif: (Le Havre) - Même équipage - Hlifax III - "L" NA 606 - (Guyenne 10 avions - Tunisie 13 avions). Durée: 3h40. Vol de jour 2h30. Vol de nuit 1h10. Total des avions engagés dans la mission 272 avions. Bombardementtroupes au Havrenon exécuté, ordre du Master Bomber. Vol de guerre.

- 10/9/44 - Objectif: (Octeville- près du Havre) - Même équipage - Halifax III - LK 793 - (Guyenne 16 avions - Tunisie14 avions). Durée: 4h15. Total des avions engagés dans la mission 992 avions. Nombre de Français tués dans la mission (6). Bombardementtroupes au sol au Havre. Vol de guerre.

- 20/9/44 - Objectif: (Sangatte - près de Calais) - Même équipage - Halifax III - "L" NA 602 - (Guyenne 11 avions - Tunisie 8 avions). Durée: 3h35. Total des avions engagés dans la mission 646 avions. Bombardementde troupes au sol au Sud de Calais. Vol de guerre.

 Octobre 1944

- 9/10/10-44: Objectif: (Bochum) - Même équipage - Halifax III - "L" NA 602 - (Guyenne 10 avions - Tunisie 11 avions). Durée: 5h35. Vol de jour 1h35. Vol de nuit 4h10. Total des avions engagés dans la mission 435. Bombardement de la ville de Bochum (Rhur). Vol de guerre de nuit.

- 14/10/44 - Objectif: (Duisbourg) - Même équipage - Halifax III - "L" NA 602 - (Guyenne 15 avions - Tunisie 15 avions). Durée: 5h15. Total des avions engagés dans la mission 1013 avions. Vol de jour 4h50. Vol de nuit 0h25. Bombardement de Duisbourg. Vol de guerre.

- 14/15/10-44 - Objectif: (Duisbourg) - Même équipage - Halifax III - "P" LL 603 - (Guyenne 11 avions - Tunisie 10 avions). Durée: 4h55. Total des avions engagés dans la mission 1005 avions. Vol de nuit. Bombardement de Duisbourg (Rhur) atterrissage à Fulsham. Vol de guerre de nuit.

- 23/24/10-44 - Objectif: (Essen) - Même équipage - Halifax III - NA 680 - (Guyenne 15 avions - Tunisie15 avions). Durée: 4h45. Vol de jour 3h35. Vol de nuit 1h10. Total des avions engagés dans la mission 1055 avions. Nombre de Français tués dans la mission (10). Bombardement de Essen atterrissage à Bradwell Bay. Vol de guerre.

- 25/10/44 - Objectif: (Essen) - Même équipage - Halifax III - LW 630 - (Guyenne 15 avions - Tunisie 14 avions). Durée: 5h10. Total des avions engagés dans la mission 771 avions. Bombardement de Essen. Vol de guerre.

- 28/10/44 - Objectif: (Cologne) - Même équipage - Halifax III - NA 680 - (Guyenne 13 avions - Tunisie 15 avions). Durée: 5h30. Vol de jour 4h40. Vol de nuit 0h55. Total des avions engagés dans la mission 733 avions. Bombardement de Cologne. Vol de guerre.

Novembre 1944

- 2/3/11-44 - Objectif: (Düsseldorf) - Même équipage - Halifax III - "L" LL 557 - (Guyenne 12 avions - Tunisie13 avions). Durée: 5h40. Vol de jour 1h55. Vol de nuit 3h45. Total des avions engagés dans la mission 992 avions. Nombre de Français tués dans la mission (5). Bombardement de Düsseldorf. Vol de guerre.

- 28/29/11-44 - Objectif: (Essen) - Même équipage - Halifax III - "L" LL 557 - (Guyenne 16 avions - Tunisie 15 avions). Durée: 6h05. Vol de jour 0h20. Vol de nuit 5h45. Total des avions engagés dans la mission 316 avions. Bombardement de Essen. Vol de guerre de nuit.

Décembre 1945

- 24/12/44 - Objectif: (Mülheim-Essen) -Même équipage - Halifax III "L" MZ 489 - (Guyenne 13 avions - Tunisie14 avions). Total des avions engagés dans la mission 338 avions. Nombre de Français tués dans la mission (5). Bombardement de Mülheim-Essen(Aéroport). Vol de guerre. 

11 missions sur la France, 11 missions sur l'Allemagne, total: 22 missions de guerre

_____________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT PETUS

mes_images748

(collection: la mémoire des groupes lourds)

 

img011

(Collection: Daniel CHAZERAND)

1re Escadrille juin 1944

Pilote: Lt. PETUS. (Cdt. de l'avion). Navigateur: Lt. DESESSARD. Bombardier: Lt. MIGNON. Radio: Adjt. COQUERON. Mécanicien: Sgt. TRIBERT. Mitrailleur-superieur: Sgt/C. LINDEBERG. Mitrailleur-arrière: Adjt. RIVIERE.

Mécanicien au sol: Albert CHAZERAND.

22/23.01.1945 - Objectif: GELSENKIRCHEN.

Nombre d'avions engagés par chaque groupe:

"GUYENNE" 13 avions.

"TUNISIE" 12 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 152 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 2 tués.

Au retour de mission l'avion du Lieutenant PETUS s'écrase dans la campagne à GRAFTON UNDERWOOD (sud-ouest de PETERSBOROUGH). Le Lieutenant PETUS et le Sergent TRIBERT sont tués. L'Adjudant COQUERON dont le parachute ne s'est pas ouvert, atterrit sur un tas de neige qui amortit sa chute; Bien que grièvement blessé à la colonne vertébrale, il réussira après des mois et des mois de rééducation, à retrouverune vie presque normale. Les autres membres de l'équipage s'en sortent sains et saufs. Les deux tués ont été inhumés au cimetière d'HARROGATE le 26 janvier 1945.

________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE BRESSON

mes_images840

 

(collection: la mémoire des groupes lourds)

Debout troisième à droite Sgt KANNENGIESER, Cpt BRESSON 2ème en bas à partir de la droite.

 

Équipage de renfort  juillet 1944

2ème Escadrille

Pilote: Cpt. BRESSON. (Cdt. de l'avion). Navigateur: Cpt. de SAUVEBEUF. Bombardier: Lt. RONAT. Radio: Adjt. RABIER. Mécanicien: Sgt. KANNENGIESER René. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C. POILBOUT. Mitrailleur-arrière: Sgt. MARTIN.

16/17.01.1945 - Objectif: MAGDEBOURG.

Nombre d'avions engagé par chaque groupe:

"GUYENNE" 9 avions.

"TUNISIE" 12 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 371 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 7 tués.

Le HALIFAX du Capitaine BRESSON est abattu par la Flak.Le Capitaine BRESSON et le Sergent/Chef POILBOUT restent prisonniers de l'avion qui s'écrase au sol. Les 5 autres membres de l'équipage sont sains et saufs. KANNENGIESER René fait prisonnier réussira une évasion spectaculaire.

_________________________________

CITATION.

Sergent-Chef: KANNENGIESER René, Denis " Patriote alsacien, à réussi à rejoindre un Groupe Lourd Français de la Royal Air Force pour participer activement à la libération de son pays.

Sous-officier mécanicien à bord d'un Halifax du Groupe de Bombardement 1/25, a effectué 23 missions de guerre sur des objectifs particulièrement défendus des régions occupées et de l'Allemagne.

Dans la nuit du 16 janvier 1945, a eu son avion abattu en Allemagne centrale. Après avoir réussi à sauter en parachute de l'appareil désemparé, a procédé lui-même à l'extraction des éclats d'obus qui l'avaient blessé à la cuisse et au genou droits, s'est ensuite diriger vers les lignes alliées. Arrêté après une semaine de route par la gendarmerie allemande, a réussi à s'échapper au cours de son transfert vers un centre d'interrogatoire, après s'être débarrassé d'un de ses gardiens et avoir revêtu son uniforme. S'étant défait de l'uniforme allemand, a essayé par trois fois de franchir les lignes près de Julich, a été chaque fois contraint de revenir en arrière en raison des tirs fournis et systématiques des patrouilles américaines."

Décret en date du 20/8/1945 (faits de guerre)

Citation accompagnant l'attribution de la Médaille Militaire.

_____________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT PLUCHART

1re Escadrille juin 1944

Pilote: Adjt. LECORNU. Navigateur: Lt. PLUCHART. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Lt. RIOU. Radio: Sgt. COLLARD. Mécanicien: Adjt. CAILLIER. Mitrailleur-supérieur: Adjt. LOISELOT. Mitrailleur-arrière: Sgt. BENET.

groupes_lourds

Adjudant/Chef: LOISELOT.

(collection: Louis LOISELOT)

Adjt_LOISELOT

Adjudant/Chef LOISELOT.

Photo prise entre 1946 et 1948 à la base aérienne de Cazaux, dans les Landes, où il était affecté à la garde d'un camp de prisonniers Allemands.

(collection: Louis LOISELOT)

Mission de guerre

de l'Adjudant LOISELOT

Juillet 1944

 img065

St-Martin L'Hortier (Seine-Maritime) Base d'approvisionnement V1

- 1/7/44 - Objectif: (St-Martin L'Hortier) Equipage: Pilote: Adjt LECORNU, Navigateur: Lt PLUCHART,(Cdtde l'avion) Bombardier: Lt RIOU, Radio: Sgt COLLARD, Mécanicien: Adjt CAILLER, Mitrailleur-supérieur: AdjtLOISELOT, Mitrailleur-arrière: Sgt BENET - Halifax V - L 8 - (Guyenne 5 avions - Tunisie13 avions. Total des avions engagés dans la mission - 307 avions). Durée: 4h05. Mission de guerre contre l'Allemagne. Bombardement en territoire occupé.

img066

Domléger (Somme) Base d'approvisionnement V1.

- 4/7/44 - Objectif: (Domléger) - Même équipage - Halifax V - L 8 - (Guyenne 6 avions - Tunisie10 avions. Total des avions engagés dans la mission - 328 avions). Durée 4h00. Mission de guerre contre l'Allemagne. Bombardement en territoire occupé. 

img069

Marquise Mimoyecques site V3

- 6/7/44 - Objectif: (Marquise Mimoyecques) - Même équipage - Halifax V - L 8 - ( Guyenne 10 avions - Tunisie11 avions. Total des avions engagés dans la mission - 551 avions). Durée: 3h55. Vol de jour 3h10. Vol de nuit 0h45. Mission de guerre contre l'Allemagne. Bombardement en territoireoccupées. Nombre de Français tués dans la mission (7).Retour Driffied base.

- 7/7/44 - Objectif: (Caen - Troupes) - Même équipage - Halifax V - L 8 - ( Guyenne 9 avions - Tunisie10 avions. Total des avions engagés dans la mission - 467 avions). Durée: 4h05. Mission de guerre contre l'Allemagne. Bombardement en territoire occupé.

------------------------------------------------

Août 1944

- 1/8/44 - Objectif: (Noyelles-en-Chaussée)- Equipage du Cpt LAFAYE - Halifax III - L 8 - (Guyenne 11 avions - Tunisie10 avions. Total des avions engagés dans la mission - 777 avions). Durée: 3h45. Mission de bombardement qui n'a pas lieux sur ordre du mastersBomber.

- 3/8/44 - Objectif: (Bois de Cassan) - (Guyenne 6 avions - Tunisie 5 avions) - (Forêt de Nieppe) - (Guyenne 11 avions - Tunisie 9 avions) - Equipage du Cpt LAFAYE - HalifaxIII - L 8 - (Total des avions engagés dans la mission - 1114 avions). Durée: 3h40. Mission de guerre contre l'Allemagne. Bombardement en territoire occupé.

- 31/8/44 - Objectif: (Lumbres site V2 - près de Saint-Omer) - Equipage du Lt GEORGON - Halifax III - L 8 - (Guyenne 13 avions - Tunisie12 avions. Total des avions engagés dans la mission - 601 avions). Mission de guerre contre l'Allemagne. Bombardement en territoire occupé.

--------------------------------------------

Octobre 1944

- 1/10/44 - Equipage du Cpt MARIN - Halifax III - L 8 - (Transport Elvington - Bruxelles - Elvington). Durée: 3h45.

- 2/10/44 - Equipage de l'Adjt PELLISSIER - Halifax III - (Elvington - Bruxelles et retour). Durée: 4h00.

- 6/10/44 - Objectif: (Scholven) - Equipage de l'Adjt PELISSIER - Halifax III - L 8 - ( Guyenne 15 avions - Tunisie 13 avions. Total des avions engagés dans la mission - 320 avions). Durée: 5h00. Vol de jour 4h25. Vol de nuit 0h35. Mission de bombardement. Avion toucher par la Flak.

- 15/10/44 - Objectif: (Duisbourg) - Equipage du Cpt MARIN - Halifax III - L 8 - (Guyenne 11 avions - Tunisie 10 avions. Total des avions engagés dans la mission - 1005 avions). Durée: 4h45. Mission de bombardement (Duisbourg) atterrissage à Fulsham.

- 25/10/44 - Objectif: (Essen) - Equipage du Cpt MARIN - Halifax III - L 8 - (Guyenne 15 avions - Tunisie 14 avions. Total des avions engagés dans la mission - 771 avions). Durée: 5h00. Mission de bombardement sur Essen.

------------------------------------------------

Novembre 1944

- 18/11/44 - Objectif: (Gare de Münster) - Equipage - Pilote: Sgt/C BAGOT, Navigateur: Cpt PELLIOT, (Cdtde l'avion) Bombardier: Lt ROLLET, Radio: Sgt/C BRILLARD, Mécanicien: Adjt MOLL, Mitrailleur-supérieur: SgtLe MITHOUARD, Mitrailleur-arrière: Adjt LOISELOT - Halifax III - L 8 - (Guyenne 13 avions - Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission - 479 avions). Durée: 5h41. Vol de jour 4h59. Vol de nuit 0h42. Bombardement de Münster.

- 21/11/44 - Objectif: (Sterkrade) - Même équipage - Halifax III - L 8 - (Guyenne 13 avions - Tunisie12 avions. Total des avions engagés dans la mission - 270 avions). Durée: 6h30. Nombre de Français tués dans la mission (7). Bombardement de (Sterkrade).  Retour à la base.

Décembre 1944

 - 6/12/44 - Objectif: (Osnabrück) - Même équipage - Halifax III - L 8 - (Guyenne 13 avions - Tunisie11 avions. Total des avions engagés dans la mission - 453 avions). Durée: 6h10. Vol de jour 1h25. Vol de nuit 4h45. Nombre de Français tués dans la mission (2). Bombardement de (Osnabrück ). Avion touché par la Flak.

- 24/12/44 - Objectif: (Mülheim-Essen-Aéroport) - Même équipage - Halifax III - L 8 - (Guyenne 13 avions - Tunisie14 avions. Total des avions engagés dans la mission - 338 avions). Durée: 5h15. Nombre de tués dans la mission (5). Bombardement du terrain d'aviation de (Essen-Mülheim). Atterrissage à Carnaby (Avion touché par la Flak).

- 29/12/44 - Objectif: (Coblence) - Même équipage - Halifax III - L 8 - (Guyenne 6 avions - Tunisie 9 avions. Total des avions engagés dans la mission - 192 avions). Durée 5h20. Bombardement de Coblence.

-30/12/44 - Objectif: (Cologne-Kalk) - Même équipage - Halifax III - L 8 - (Guyenne 12 avions - Tunisie 9 avions. Total des avions engagés dans la mission - 470 avions). Durée: 5h55. Bombardement de Cologne.

Janvier 1945

- 5/1/45 - Objectif: (Hanovre) - Même équipage - Halifax III - L 8 - (Guyenne 13 avions - Tunisie12 avions. Total des avions engagés dans la mission - 664 avions). Durée: 5h25. Vol de jour 1h00. Vol de nuit 4h25. Nombre de Français tué dans la mission (2). Bombardement de Hanovre.

6/1/45 - Objectif: (Hanau - Ruhr) - Même équipage - Halifax III - L 8 - (Guyenne 11 avions - Tunisie 11 avions. Total des avions engagés dans la mission - 486 avions). Durée: 6h40. Vol de jour 1h50. Vol de nuit 4h50. Bombardement de Hanau.

- 28/1/45 - Objectif: (Stuttgart) - Même équipage - Halifax III - L 8 - (Guyenne 14 avions - Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission - 602 avions). Durée: 7h40. Vol de jour 1h05. Vol de nuit 6h35. Bombardement de Stuttgart.

Février 1945

- 7/2/45 - Objectif: (Goch-Rhénanie) - Même équipage - Halifax III - L 8 - (Guyenne 13 avions - Tunisie14 avions. Total des avions engagés dans la mission - 464 avions). Durée: 3h30. Nombre de Français tués dans la mission (9). Bombardement de Goch. Avion en flammes évacuation en parachute sur ordre du Cdt d'avion.

7 missions sur la France, 13 missions sur l'Allemagne, total 20 missions de guerre.

(collection: Louis LOISELOT)

--------------------------------------

Objectif: sur Goch

Au cours de la mission, le Halifax du lieutenant PELLIOT a été abattu par la chasse, avant l'objectif. Le "crash" a eu lieu à Veluwe près d'Asten (Hollande). Le sergent-chef BAGOT, le lieutenant PELLIOT et le sergent Le MITHOUARD sont tués. L'adjudant LOISELOT remplaçait le sergent-chef BESNARD au cours de cette mission, pour raison de santé.

Le lieutenant PELLIOT a été inhumé au cimetière de Woensel, à Eindhoven.

L'avion avait encore ses bombes quand il a heurté le sol. Il a explosé. Le sergent-chef BAGOT et le sergent Le MITHOUARD, restés dans l'avion, ont été pulvérisés.

 

__________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT GIGUET.

1re Escadrille juin 1944

img567

(collection: Antoine MARCHETTI)

Au centre de la photo le Pilote: l'Adjudant BISGAMBIGLIA.

Pilote: Adjt. BISGAMBIGLIA. Navigateur: Lt. GIGUET. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Lt. LE POITEVIN. Radio: Sgt/C. PHILIPPON. Mécanicien: Adjt. RIPERT. Mitrailleur-supérieur: Sgt. MATTE. Mitrailleur-arrière: Sgt/C. SOULES.

__________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT CHAPRON

1re Escadrille juin 1944

Pilote: S/Lt. VARLET Gilbert. Navigateur: Lt. CHAPRON Gérard. (Cdt. de l'avion). Bombardier: S/Lt. VIEULES. Radio: Adjt. CHARAUDEAU René. Mécanicien: Adjt.CHARLIER André. Mitrailleur-supérieur: Adjt. ECKHARDT Paul. Mitrailleur-arrière: Sgt. GODART Pierre.

6.07.1944 - Objectif: MARQUISE-MIMOYECQUES.

Nombre d'avions engagés par chaque groupe:

"GUYENNE" 10 avions.

"TUNISIE" 11 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 551 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 7 tués.

Au retour de la mission contre le bunker de MIMOYECQUES qui abritait les canons V3 à longue portée destinés à tirer sur la région Londonienne, l'appareil du Lieutenant CHAPRON s'écrase à environ 30 km du terrain d'ELVINGTON à THORNE (YORKSHIRE) pour une raison indéterminée. L'équipage périt carbonisé. Tous ont été inhumés au cimetière d'HARROGATE le 11 juillet 1944.

B11_Lieutenant_ChapronDSCF4798

Cimetière de Brockwood

Navigateur: Lieutenant Gérard CHAPRON (Cdt d'avion)

(collection: Floriane Zuniga)

69849120_p

Mitrailleur: Sergent Fernand DELPECH.

B12_Varlet_et_Delpech_Elvington_DSCF4800

Cimetière de Brockwood

Sgt Fernand DELPECH  Pilote: Sous-lieutenant Gilbert VARLET

(collection: Floriane Zuniga) 

CITATIONS

Journal officiel du 4 Février 1945

Par décret en date du 12 janvier 1945, la médaille militaire est attribuée, a titre posthume.

Adjudant: René CHARADEAU.

CHARADEAU René adjudant: radio navigant dont l'ardeur communicative et l'enthousiasme ont toujours été un stimulant pour son équipage. Depuis le début des opérations menées par le groupe sur les territoires occupés du Nord de la France, a participé à trois missions de bombardement en 48 heures de vol. Mort au champ d'honneur, le 6 juillet 1944, au retour d'une mission d'opérations.

Adjudant/Chef: Paul-Alphonse ECKHARDT.

ECKHARDT Paul-Alphonse adjudant-chef: mitrailleur plein d'allant qui avait su inspirer confiance à son équipage par ses qualités de vigilance et de tireur. A trouvé une mort glorieuse, le 6 juillet, au retour d'une mission de bombardement en territoire occupé.

Adjudant: André CHARLIER.

CHARLIER André adjudant: mécanicien navigant allant et combatif dont la compétence professionnelle indiscutable et les qualités de calme et de sang-froid avaient la plus heureuse influence sur le rendement de son équipage. A trouvé une mort glorieuse, le 6 juillet 1944, au retour d'une mission d'opérations.

Sergent: Pierre-Georges GODARD.

GODARD Pierre-Georges sergent: jeune mitrailleur qui a trouvé une mort glorieuse le 6 juillet 1944, au retour de sa troisièmemission d'opérations alors que l'occasion venait de lui être donnée de pouvoir enfin participer activement à la lutte contre l'Allemagne, lutte qu'il désirait mener le plus longtemps possible et à laquelle il s'était donné tout entier.

Ces citations comportent l'attribution de la Croix de guerre avec palme de bronze.

(sources: Adjudant: COUSTELLIE - B.A. 106 - C.A.E.A.)

1hpim9892

2plaqueraf

(http://aerosteles.net photo: Serguei DYBOFF)

Posté par DUCAPHIL à 21:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

ENCADREMENT DU GROUPE 2/23 " GUYENNE "

ELVINGTON STATION

ENCADREMENT DU GROUPE

2/23 "GUYENNE"

PENDANT LES OPERATIONS

ELVINGTON était fait pour un Squadron: il y en a deux. C'est à dire que la place est mesurée. Pour faire voler 32 avions, il y a 2.500 hommes, dont 250 officiers. C'est une base Française, commandée par un officier Français, le Colonel BAILLY. La discipline, l'administration y sont Françaises, mais l'organisation est Anglaise.

Elle comprend:

l'Etat-Major du Groupement de Bombardement N°1. Ce groupement est aux ordres du Colonel BAILLY; du point de vue tactique, il est un organe de transmission entre la "Base" anglaise, la Base 42, dont l'Etat-Major, à POCKLINGTON, est aux ordres de l'Air-Commodore WALKER, et les deux Squadrons. Du point de vue administratif; cet E.M. du G.B.1 joue le rôle de l'E.M. d'une base Française.

img034

Air Commodore "Gus" Walker dans son bureau à POKLINGTON.

(IWM. CH9328)

Le Squadron 346 est le nom Anglais du Groupement 2/23 "GUYENNE". Comme tout squadron, il comprend deux "FLIGHTS" (escadrilles). Dans chaque Flight, il y a 8 avions, et 16 équipages; deux équipages sont affectés à un même avion, et chacun fait une mission sur deux.

A l'intérieur du groupe, le personnel vit autant par spécialité que par escadrille. Les navigateurs vivent à la Navigation, les mitrailleurs à la "Gunnery", etc... Du point de vue discipline surtout, l'escadrille intervient.

Le groupe "GUYENNE" était commandé au début des opérations par le Lieutenant-Colonel VENOT, dont l'adjoint était le Capitaine PUGET. Après le 10 septembre, le Capitaine PUGET prit le commandement du groupe, qu'il garda jusqu'à la fin.

Les Commandants d'escadrille étaient au début, le Capitaine SIMON, à la 3, le Capitaine MARIAS à la 4; le Commandant SIMON disparu le 23 octobre, fut remplacé par le Capitaine THIRY jusqu'en février 45; après le départ de celui-ci, le Capitaine GOEPFERT prit le Commandement de la 3e escadrille. A la 4e escadrille, le Commandant MARIAS, le 16 novembre 1944, fut remplacé par le Commandant BROHON, qui s'appelait alors BARRAT; après son départ, la 4e escadrille fut commandée par le Commandant MARTIN.

Le Commandant LADOUS était le leader des navigateurs; le Commandant BLAES le leader des bombardiers; le Lieutenant CARRAT le leader des radios; le Capitaine ROUSSEAU le leader des mécaniciens. Seul le leader des mitrailleurs était un officier anglais.

CITATIONS

Du Groupe de Bombardement 2/23

G.Q.G.A. Le 20 Juin 1940

ORDRE "C" N° 54

Le Général Commandant en Chef VUILLEMIN, Commandant en Chef des Forces Aériennes, cite à l'ordre de:

L'ARMEE AERIENNE

Le Groupe de Bombardement 2/23

"Engagé sous les ordres du Capitaine FLIQUE au plus fort de la bataille de France, a donné la preuve des plus belles qualités guerrières. Malgré la perte de ses deux chefs d'Escadrilles et de plusieurs de ses équipages, a conservé le même allant et continue à lutter avec le même ténacité et la même foi".

Ces citations comportent l'attribution de la Croix de Guerre avec palme.

DECISION N°235

(J.O. n°36 du 11.02.1945 page 187G)

Vu le décret du 22 novembre 1944 relatif à l'exercice de la présidence du Gouvernement provisoire de la République Française pendant l'absence du général de GAULLE.

Sur proposition du ministre de l'air, le président du Gouvernement provisoire de la République Française, chef des armées, cite:

A L'ORDRE DE L'ARMEE AERIENNE

"Groupe de bombardement 2/23 : unité d'élite de bombardement lourd appelée, la première à représenter la France dans l'effort du Bomber Command. Sous le commandement du lieutenant-colonel VENOT, puis du commandant PUGET, a pris part avec le plus grand succès, tant aux opérations qui ont préparé et appuyé l'ouverture du second front qu'aux raids en territoire ennemi : effectuant en moins de cinq mois plus de 2.000 heures de vol de guerre en 600 sorties d'opérations, dont 200 sur les objectifs lointains et puissamment défendus de l'Allemagne, lançant 2.400 tonnes de bombes. Malgré les pertes subies, continue à combattre avec la même ardente volonté."

Ces citations comportent l'attribution de la Croix de guerre avec palme de bronze.

DECISION n°957

Sur la proposition du Ministre de l'Air,

Le Général de GAULLE, Président du Gouvernement provisoire de la République Française, Chef des Armées, cite:

A L'ORDRE DE L'ARMEE AERIENNE :

(Le Groupe de Bombardement lourd 2/23 "GUYENNE")

"Groupe de bombardement lourd opérant en Grande-Bretagne. Termine sous l'impulsion énergique de son chef le commandant PUGET une série d'opérations entreprise au contact étroit du Bomber Command, ayant déversé du 25 Octobre 1944 au 25 Avril 1945 2540 tonnes de bombes au cours de 720 sorties d'avion.

Plusieurs fois détenteurs de trophées de la R.A.F. récompensant les meilleurs résultats obtenus en opération, s'est notamment distingué au cours

- des missions de harcèlement des voies de communication ennemies aboutissant au blocage de l'offensive Von Rundstedt de Décembre 1944,

- des missions entreprises pour le nivellement de la Rhur.

Conservant son allant malgré la perte de plus de 50% de son personnel navigant en 11 mois d'opération, la précision de ses tirs, l'héroisme de ses équipages, le travail acharné de ses mécaniciens lui valent la haute estime du Commandement tant allié que Français et la reconnaissance du pays."

Ces citations comportent l'attribution de la Croix de Guerre avec Palme.

(collection: Pascal HERVEZ)

--------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU SOUS-LIEUTENANT MATHURIN

mes_images095

(collection:ANDRE HAUTOT)

Pilote: Sgt/C. JOS. Navigateur: S/Lt. MATHURIN. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Sgt. BOUQUET des CHAUX. Radio: Sgt. DUGAST. Mécanicien: Sgt. PRADIER. Mitrailleur-supérieur: Sgt. HAUTOT. Mitrailleur-arrière: Sgt. DEUTSCH.

ETAT SIGNALETIQUE ET DES SERVICES

Du Bombardier: L'Adjt/Chef Pierre-Marie BOUQUET DES CHAUX

 

img003

(collection: J. L. BOUQUET des CHAUX)

DETAIL DES SERVICES

ET MUTATIONS DIVERSES

img004

 

img005

(collection: J.L. BOUQUET des CHAUX.)

030

(collection: DUCAPHIL)

René LAMOUROUX, André HAUTOT, DUCAPHIL.

Ma première rencontre avec Monsieur André HAUTOT et René LAMOUROUX au centre Monsieur HAUTOT notre plus jeune engagé volontaire au "Squadron 346 - 2/23 GUYENNE des Groupes Lourds Français", Monsieur René LAMOUROUX directeur du Parc Ornithologique de Pont de Gau un passionné du "NORMANDIE-NIEMEN" et du "342 LORRAINE".

Parc ornithologique PONT-de-GAU

RD 570

13460 Saintes-Maries-de-la-Mer

contact@parcornithologique.com

www.parcornithologique.com

_hautot_1003

_hautot_1004

 (Source: Régis JOUHAUD - N°118 du Bulletin du Musée de l'Air d'Angers - Christian RAVEL)

__________________________________


EQUIPAGE DU SOUS-LIEUTENANT JOUSSELME

Pilote: Sgt/C. CHEVRIER. Navigateur: S/Lt. JOUSSELME. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Sgt. RENARD. Radio: Sgt/C. RENARD. Mécanicien: Sgt. VILLETTE. Mitrailleur-supérieur: Sgt. LEJEUNE. Mitrailleur-arrière: Sgt. BORTHOMIEU.

 ______________________________________________________________ 

EQUIPAGE DU SOUS-LIEUTENANT LASSUS

Pilote: Sgt. BONNET. Navigateur: S/Lt. LASSUS. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Sgt. LUPISGICH. Radio: Sgt. DERBESSE. Mécanicien: Sgt. LATTES. Mitrailleur-supérieur: Sgt. BOURSET. Mitrailleur-arrière: Sgt. BOUGEROL.

__________________________________________________________ 

EQUIPAGE DU LIEUTENANT AUMONT

Pilote: Lt. AUMONT. (Cdt. de l'avion). Navigateur: S/Lt. TRENTESLAUX. Bombardier: Asp. SERIS. Radio: Sgt. PROST Roger Mécanicien: Sgt. DUBACH. Mitrailleur-supérieur: Sgt. BERTRAND. Mitrailleur-arrière: Sgt. VESQUE.

 ____________________________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT VERGE

 

EQUIPAGE VERGE 2-23 GUYENNE

(collection: Robert Saubry-Bobet, De Paris à Elvington)

Pilote: S/Lt. MARGAILLAN. Navigateur: S/Lt. VERGE. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Asp. SAUBRY. Radio: Sgt. BARLOY. Mécanicien: Sgt. PUIG. Mitrailleur-supérieur: Sgt. FLEURY. Mitrailleur-arrière:Sgt. BALASTEGUI.

_______________________________________________________ 

EQUIPAGE DU LIEUTENANT LEFEBVRE

Pilote: Lt. LEFEBVRE. (Cdt. de l'avion) Navigateur: Asp. SCHIMD. Bombardier: Sgt/C.BOISJOU. Radio: Sgt. REQUENNE. Mécanicien: Sgt. ESTIENNE. Mitrailleur-supérieur: Sgt. SCHUTRUMPF. Mitrailleur-arrière: Sgt/C. LEHONT.

 ___________________________________________________________

EQUIPAGE DU SOUS-LIEUTENANT HUBERT

Pilote: Sgt. BABEAU. Navigateur: S/Lt HUBERT. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Sgt/C. TOURNE. Radio: Sgt/C. BECOURT. Mécanicien: Sgt. PATRICE. Mitrailleur-supérieur: Sgt. DERUI. Mitrailleur-arrière: Sgt. BAUD.

---------------------------------------------------------------- 

EQUIPAGE DU CAPITAINE PETIT

ReneBauer_PhotoEquipagePETIT

(collection: Monique BAUER)

De gauche à droite:

Mitrailleur-arrière: Sgt VIDAL Raoul, Radio: Sgt/C MIMAUD Robert, Bombardier: Adjt/C DEZELLIS André, Navigateur: Cpt PETIT Henri, Pilote: Adjt RAMES Georges, Mécanicien: Adjt BAUER René (dit DUBOIS), Mitrailleur-supérieur: Sgt LE GUILLOU.

---------------------------------------------

Composition de l'équipage du Cpt PETIT dans le journal de marche du "GUYENNE" du Cpt COCHO.

Pilote: Adjt RAMES. Mécanicien: Adjt BAUER (dit DUBOIS). Navigateur: Cpt PETIT. Bombardier: Adjt/C DEZELLIS (puis le Cdt BLAES). Radio: Sgt/C MIMAUD (puis le Sgt PERRIN). Mitrailleur-supérieur: Sgt BILLAUD. Mitrailleur-arrière: Sgt LE GUILLOU (puis le Sgt TALLONNEAU).

Le 18 décembre 1944, MIMAUD est blessé sur la Ruhr, DEZELLIS et LE GUILLOU sautent en parachute.

img198

Le mécanicien l'adjudant René BAUERT (dit DUBOIS) a son poste de travail.

(collection: Monique BAUERT)

img626

Mitrailleur-supérieur: Sgt Jean BILLAUD.

(collection: Jean BILLAUD)

---------------------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DE L'ASPIRANT LECOQ

Pilote: Sgt. ALBAREIL André. Navigateur: Asp. LECOQ Marcel. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Sgt. BEDARD Georges. Radio: Sgt. BOISDRON Pierre. Mécanicien: Sgt. SAFARIAN Ardavale. Mitrailleur-supérieur: Sgt. MARTIN Maurice. Mitrailleur-arrière:  Sgt. ARTIAQUE Jean.  

 

75936056   

   Sergent: Maurice MARTIN. 

(collection: Patrick BAUMANN)

                             

Posté par DUCAPHIL à 22:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

EQUIPAGE DU Lt MATHIEU 1/25

 EQUIPAGE DU LIEUTENANT MATHIEU

img891

Équipage de renfort.

1re Escadrille

Pilote: S/Lt. de MARLIAVE. Navigateur: Lt. MATHIEU (Cdt. de l'avion)  Bombardier: S/Lt. DUBAYEE. Radio: Sgt. HANUSSE. Mécanicien: Sgt. PRUVOT. Mitrailleur-supérieur: Sgt. TORRES (Auteur: du livre l'aile meurtrie). Mitrailleur-arrière: Sgt. MEREAU.

---------------------------------------------------------------------------

mes_images103

Photo prise devant le WELLINGTON de fin d'école d'O.T.U. Elle est située à LOSSIEMOUTH (Nord de l'Ecosse).

L'équipage est constitué (sans le mécanicien) avec les deux mitrailleurs, vol simulent les missions de jour et de nuit: 3 à 4 mois/85h.

Photo prise avant leur passage à RUFFORTH en H.C.U. les vols se déroulent sur les vieux HALIFAX V.

Debout de gauche a droite:

Pilote: COLLOT. Bombardier: BASSET. Radio: BORGEAU.Navigateur: POTROT. (Cdt de l'avion).

Assis:

Mitrailleur-supérieur: Robert DESMARET. Mitrailleur-arrière: Gabriel DOMPNIER.

"Monsieur DOMPNIER Gabriel recherche son camarade le mitrailleur-supérieur: Robert DESMARET"

(collection: Pierre-Yves DOMPNIER)

img705

Vue aérienne de la base de LOSSIEMOUTH.

(source: LA VICTOIRE APRES L'ENFER. Louis BOUGAIN.)

 img706

Le Wellington

___________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT DELEUZE

img678

(collection: Raymond JUSTE)

De gauche à droite:

Mécanicien: Sgt/C Raymond JUSTE, Radio: Sgt CHABOUD, Pilote: Lt DELEUZE, Navigateur: Lt COURVALIN, Bombardier: Aspt VEZOLLE, Mitrailleur-supérieur: Sgt MEAU, Mitrailleur-arrière: Sgt BASTIAN.

img679

(collection: Raymond JUSTE)

Mécanicien JUSTE Raymond

CITATION:

Le 2 juillet 1945 Citation à l'ordre de l'Armée aérienne avec attribution de la croix de guerre 39/45 avec palme

- "JUSTE (Raymond-Georges) sergent-chef, du G.B. 1/25 "Tunisie": excellent mécanicien-navigant d'un équipage de bombardement lourd. A fait preuve de remarquables qualités professionnelles et de sang-froid au cours de nombreuses missions de bombardement effectuées en Allemagne au milieu de défenses extrêmement violentes. Le 28 octobre 1944, en route vers l'Allemagne, a du se poser en mer du Nord à la suite de graves ennuis de moteurs, tout l'équipage étant sauvé grâce à la parfaite coopération de tous. Dans la nuit du 2 au 3 novembre 1944, puis de nouveau dans la nuit du 4 au 5 novembre a subi les attaques de chasseurs ennemis qui ont été déjoués par la manoeuvre du pilote et le feu des mitrailleurs. Disparu dans la nuit du 5 au 6 janvier 1945 au cours d'une mission sur une importante ville industrielle allemande."

img681

Le Capitaine (H) Raymond JUSTE Promu Officier de la Légion d'Honneur.

- Le 1er Novembre 1939, le sergent mécanicien-air Raymond JUSTE est affecté au groupe de bombardement 2/32 qui se rend au Maroc pour y recevoir des avions de bombardements venant des USA. Nommé sergent/chef le 1.12.1943, Raymond JUSTE se porte volontaire pour servir sur les bombardiers lourds au sein de la R.A.F. Il est alors plaçé au 4ème Groupe du BOMBER-COMMAND sur la base d'Elvington (York).

C'est avec le squadron 347 "Tunisie" qu'il va participer à de nombreux bombardements sur les grandes villes d'Allemagne et sur les rampes de V1 et V2 installées en France.

Son avion est abattu dans la nuit du 5 au 6 janvier 1945 au retour d'une mission sur la ville de Hanovre ce qui lui vaudra d'être cité à l'ordre de l'Armée.

Prisonnier, il s'évade, mais sur ordre du Lt D'Astier de la Vigerie du "Groupe Lorraine", il entre dans l'organisation "Bayard" et prend la responsabilité d'un camp de prisonniers français.

Libéré par l'Armée russe le 10.05.1945 il est nommé S/Lt en Août 1947 et capitaine le 1.01.1955. Il va occuper un poste d'officier mécanicien à Air France le 1.11.1946.

Rayé des cadres il demande à être versé dans la réserve active et il effectuera à ce titre plusieurs missions en Algérie en Février et Mars 1961.

Raymond JUSTE est officier de la Légion d'Honneur, médaillé Militaire et titulaire de 3 citations dont une à l'ordre de l'Armée aérienne. Il a en outre reçu la Médaille de l'aéronautique, la Air Crew-Star et la Battles of Germany.

Avec les chaleureuses félicitations des Membres D.P.L.V de Vaucluse.

(R.G.)

Posté par DUCAPHIL à 22:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 octobre 2008

DUCAPHIL POUR LE SOUVENIR DE MON PERE POUR TOUS LES ANCIENS DES GROUPES LOURDS

POUR LE SOUVENIR DE MON PERE

PRIERE DES AVIATEURS

Au nom du Père,qui a créé l'Espace

Du fils,qui a ouvert le Ciel aux hommes,

et l'Esprit,qui a donné la Vie,

 

Vierge-Marie, Notre-Dame des Ailes,

A qui les Équipages ont toujours fait confiance,

Vois,à tes pieds, tes fils, qui voudraient se hausser jusqu'à Toi.

 

Obtiens-leur une âme pure comme l'azur qui les environne,

Un coeur fort comme les réacteurs qui les emportent,

Un corps vigoureux comme les chasseurs qui pilotent,

Une attention sans faille comme les radars qui les guident,

Une jeunesse d'esprit,aussi large que les horizons qu'ils contemplent,

Une passion de servir, puissante comme les poussées qui les propulsent.

 

Mais surtout, O Notre-Dame des Ailes,

Sois toujours présente à la navigation,

Fais-les triompher des tempêtes, qui dévient leur route,

Pour qu'ils puissent atterrir un jour prés de toi,

A l'aéroport de l'Eternité.

Amen.

POUR TOUS LES ANCIENS

DES GROUPES LOURDS FRANCAIS

IMGP1551

MA PREMIERE VISITE DU MEMORIAL DES GROUPES LOURDS FRANCAIS "GUYENNE"ET "TUNISIE" A GRANDCAMP-MAISY POUR LE 20eANNIVERSAIRE DE LA STELE. LE 28 MAI 2008

Grandcamp_maisy_du_02_juin_2009_001

Mémorial des groupes lourds "GUYENNE" et "TUNISIE" 2 juin 2009 GRANDCAMP-MAISY pour le 65e Anniversaire du Débarquement

MES_IMAGES

http://www.aeroclub.com

 

MA PREMIERE VISITE A L'AERO-CLUB DE FRANCE INVITE PAR MONSIEUR CAILLET (PRESIDENT) AVEC UN ACCEUIL TRES SYMPATIQUE A L'ASSOCIATION DE L'AMICALE DES GROUPES LOURDS

HENRY DEUTSCH DE LA MEURTHE

Se passionne pour l'aviation naissante et fonde en 1898 l'AERO-CLUB de FRANCE avec un autre mécène ERNEST ARCHDEACON, et plusieurs industriels dont GUSTAVE EIFFEL.

 

"NOUS N'OUBLIERONS PLUS LES GROUPES LOURDS"

MES_IMAGES

GROUPES 2/23 "GUYENNE" et 1/25 "TUNISIE" DANS LA R.A.F.: SQUADRONS 346 et 347 BASES A ELVINGTON (près de YORK) EN GRANDE-BRETAGNE EN 1944/1945.

MES_IMAGES

BADGE DU 2/23 "GUYENNE"

MES_IMAGES

BADGE TISSU DU 1/25 "TUNISIE"

 

 

mes_images529

THE ROYAL AIR FORCE

mes_images530                               mes_images532

img437

Association (R.A.F.A.)

Squadron Leader: Beryl Dennett Stannard

R.A.F.A. Sud-Ouest France Branch

Le Perail  -  17250 Beurlay

Tel: 05.46.95.38.89

Email: Rafasof@wanadoo.fr

Posté par DUCAPHIL à 14:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]



BIBLIOGRAPHIES SUR LES GROUPES LOURDS

ICARE N° 187

img243

LES GROUPES DE BOMBARDIERS

LOURDS FRANCAIS

DANS LA ROYAL AIR FORCE

1943 - 1945

-------------------------------------------------------------------------------------

DE PARIS A ELVINGTON

Auteur: Robert-Saubry- BOBET

mes_images014  MES_IMAGES  mes_images015

-----------------------------------------------------------------------

 MES_IMAGES

10.000 HEURES DE VOL AUTEUR: Ajt/Chef René PUGET

------------------------------------------

img559

La mémoire des Groupes Lourds, Auteur: Colonel (H) Robert NICAISE.

Pour l'achat du livre prendre contact a l'adresse suivante.

AAA des GROUPES LOURDS

C/O Aéroclub de France

6 rue Galilée

75782 Paris CEDEX16

--------------------------------------------------------------------------

img560

Feu du ciel feu vengeur.

Auteur: Pierre-Celestin DELRIEU.

---------------------------------------------------------------------------------

img561

img562

Formidable livre souvenir du Capitaine VEAUVY, je conseille vivement la lecture.

Pour l'achat du livre prendre contact à l'adresse suivante:

Mme Andrée VEAUVY

32 Rue Victor Hugo

33160 St Médard en Jalles.

(Prix 38 euros)

---------------------------------------------------------------------------------------

img563

Le groupe de Bombardement TUNISIE, du 8 novembre 1942 a la Victoire.

Avec une superbe préface du Général VIGOUROUX.

--------------------------------------------------------------------------

img564

img565

De l'ombre à la lumière.

Auteur: Léonce SEMAIL

Ce livre est dédié a son Epouse a ses enfants a ses petits-enfants et arrières petits-enfants.

(Merci Léonce pour ce très beau document ensemble nous n'oublierons plus les Groupes Lourds)

---------------------------------------------------------------------------

 

 img211

Un superbe document sur la chute d'un bombardier du 428e Squadron de la R.C.A.F

De l'équipage du Fligth-Lieutenant William George WECKS.

Une très belle recherche historique de Monsieur Jean-Pierre MERTENS

Auteur du récit et qui a mené a bien son projet de voir érigé, a proximité de l'endroit précis du crash, une stèle commémorative,  sur le territoire de sa commune, afin que cet épisode de la seconde guerre mondiale, ne sombre pas dans l'oublie.

Toutes mes félicitations a Monsieur Jean-Pierre MERTENS pour ce superbe récit, et tous les témoignages des habitants des communes environnantes.

DUCAPHIL.

Photo_005_1_

(collection: Charles MULLER)

MEMORIAL DU 428e SQUADRON de la R.C.A.F.

Toutes mes félicitations mon cher Charles, et surtout un grand merci au Bourgmestre Monsieur Yvan PETIT pour son initiative concernant le monument, je n'oublie pas non plus l'excellent travail réalisé par l'Echevin des travaux Monsieur Jean HYAT.

"Pour le souvenir de nos anciens"

N'OUBLIONS PAS POUR LE SOUVENIR DE CES JEUNES GENS

QUI SE SACRIFIERENT POUR NOTRE LIBERTE

DSCF0004_1_

(collection: Charles MULLER)

L'équipage du HALIFAX  DK 228 NA-D du 428e Squadron de la R.C.A.F.

Pilote: Capitaine, William George, WEEKS, (R.C.A.F.) Navigateur: Flying Officier, Ernest Drever ROBERTSON, (R.C.A.F.) Bombardier: Lieutenant, Walter Ferguson STEWART, (R.C.A.F.) Radio: Adjudant, James Richard GOODFELLOW, (R.C.A.F.) Mécanicien: Sergent, Stephen ZAYETS, (R.A.F.) Mitrailleur-supérieur: Sergent, Archibald Douglas DAWSON, (R.C.A.F.) Mitrailleur-arrière: Flying Officier, Harold Bramley WARD, (R.C.A.F.)

Photo_003_2_

(collection: Charles MULLER)

img212

DSCF0002_1_

(collection: Charles MULLER)

Photo_004_1_

(collection: Charles MULLER)

DSCF0003_1_

(collection: Charles MULLER)

Photo_006_1_

(collection: Charles MULLER)

DSCF0006_1_

(collection: Charles MULLER) 

img213

Un grand merci a mon ami BELGE Monsieur Charles MULLER qui a eu la grande gentillesse de me communiquer ces documents.

 --------------------------------------------------------------------- 

img282

ARAIGNEE DU SOIR

Henri DELAUNAY, Récits recueillis par Simone DELAUNAY,

Editions: FRANCE-EMPIRE.

img284

Henri DELAUNAY

img285

 

Posté par DUCAPHIL à 15:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

EQUIPAGES DU 2/23 "GUYENNE"

EQUIPAGE DU CAPITAINE VEAUVY

38642984

(Collection: Bernard BAL)

De gauche à droite:

Mitrailleur-supérieur: Sgt. MASSON. Mitrailleur-arrière: Sgt. BARTH. Pilote: S/Lt. GRIDELET. Navigateur: Cpt. VEAUVY (Cdt. de l'avion) Bombardier: Adjt. BAL. (le père de Bernard Bal). Radio: Sgt. MAYEUX. Mécanicien: Sgt. GRIFFE.

Mécaniciens au sol: De gauche a droite: un soldat aviateur, deux mécaniciens confirmés l'Adjt. ROLAND et le Sgt. VERDIER. et un autre soldat aviateur.

CITATIONS 

32990577

 Radio: Sgt. MAYEUX.

 33184328

 Mécanicien: Sgt/C. GRIFFE.

 32957982

 Mitrailleur-arrière: Sgt. BARTH.

 32958642

 Mitrailleur-supérieur: Sgt. MASSON.

img940

1/2 tonneau du site N°3 du "L" FOR LOVE ou logeait l'équipage du Capitaine VEAUVY a ELVINGTON.

(collection: Raphël MASSON)

IMGP1651

 

Mme. MASSON Paule. Le Sgt. MASSON. Raphaël. Mitrailleur-supérieur: au 20e Anniversaires de la stèle des Groupes Lourds Français a Grandcamp-Maisy 28 mai 2008.

mes_images

mes_images

Pilote: Cpt VEAUVY. (Cdt de l'avion) 

005

Une belle journée chez Paule et Raphaël MASSON, avec quelques récits sur les souvenirs de son passage aux Groupes Lourds.

_________________________________________________

EQUIPAGE DU COMMANDANT PUGET

Pilote: Cdt PUGET, Navigateur: Cpt BREARD, Bombardier: Cpt BLAES, Radio: S/Lt CARRAT, Mécanicien: Lt ROUSSEAU, Mitrailleur-supérieur: Sgt BRUNET, Mitrailleur-arrière: Sgt LASSERRE

img956

Photo prise à ELVINGTON.

De gauche à droite à partir du haut:

Cdt Pierre BLAËS, Cdt André PUGET, Cdt Robert DEMAZURE, Lt Albert ROUSSEAU, S/Lt Léon CARRAT, Cdt René de VULPILLIERES.

(collection: Nicole ROUSSEAU PAYEN)

 

44897875

Photo prise devant la tour de contrôle d'ELVINGTON le 12 mars 1945.

 De gauche à droite:

Debout:

Cdt CATTELLAT Claude, Lt LAFOND Pierre, Cpt PLOTON Robert, Cpt RAVOTTI Gaudens, Lt ROUXEL Yves, S/Lt RAMES Georges, Cpt GOEPFERT Antoine, chef d'escadrille entrant,Lt GONTHIER André, Cpt AUBERT Emmanuel, Cpt THIRY Jean, chef d'escadrille sortant, Cpt BORNECQUES Jacques, Cpt ROY Jules, Cpt NOTTELLE Paul, Cpt BROCHARD Roger, Lt GROSNIER Jean, Cpt Pierre BLAËS, Lt Le GOUIC Joseph.

Assis:

Cpt POIROT Henri, S/Lt De GISORS Jacques, S/Lt BLANC André, Lt TROUETTE Albert, Lt ROUSSEAU Albert, Cpt PETIT Henri. 

img010 

Le Lieutenant ROUSSEAU dans son bureau, 

photo prise en mars 1945 à Elvington, il assumait la fonction de leader des mécaniciens navigants, et sa compétence lui vaudra le grade de Capitaine.

(collection: Nicole ROUSSEAU-PAYEN)

DECORATIONS

Chevalier de la Légion d'Honneur à compter du 20.08.1945, décret du 20.08.45.

Croix de guerre avec 2 palmes: 1 étoile d'argent - 1 étoile de bronze.

Distinghished Flying Cross.

CITATIONS

Citation à l'ordre de la Brigade - Ordre n°7 du 23.07.1944

Le Colonel BAILLY, Commandant les Groupes de bombardement n°1 cite à l'ordre de la Brigade aérienne:

Lieutenant ROUSSEAU, mécanicien

" Équipage d'élite auquel son expérience, sa cohésion, sa haute valeur morale et son ardeur au combat ont permis d'accomplir avec une précision remarquable contrôlé par photographie, des missions de bombardement de jour et de nuit rendues difficiles par le mauvais temps et la défense aérienne ennemie. A notamment participé avec un plein succès aux opérations pour la préparation et l'appui du débarquement allié en Normandie".

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de guerre avec étoile de bronze.

Citation à l'ordre de la Division aérienne - Ordre n°303 DU 22.09.44

" Chef des mécaniciens volants du groupe, volontaire pour toutes les missions. A su donner au personnel dont il a la charge l'exemple du parfait courage et d'une compétence éprouvée. Notamment le 2 août 1944 a permis par son action rapide le retour à la base de son appareil gravement endommagé par la D.C.A. lourde. S'était déjà signalé le 24 juillet au cours du raid sur STUTTGART lorsqu'il dut effectuer au-dessus de l'objectif une réparation de fortune qui assura le succès de la mission de son équipage".

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de guerre avec étoile d'argent.

Décret portant nomination dans la Légion d'Honneur le 20 août 1945.

"Officier mécanicien, chef des mécaniciens navigants du groupe, animé des plus hautes qualités d'enthousiasme, de courage et de sang-froid, profondément passionné de son travail auquel il se dévoue entièrement au sol comme en vol: n'a cessé de donner depuis l'entrée en lutte du groupe "Guyenne" le plus bel exemple d'abnégation de discipline et de compétence.

Réalise déjà dans le cadre du Bomber Command une longue série de missions rendues particulièrement dangereuses par des conditions météorologiques très défavorables, une D.C.A. des plus denses et des mieux réglées, et l'activité d'une chasse extrêmement vigilante et agressive.

A montré en toutes circonstances un cran à toute épreuve et a permis par ses hautes qualités professionnelles la réussite complète des missions entreprises par son équipage, jusque dans les circonstances les plus difficiles.

A pris part, dans la nuit du 2 mars 1945 à l'attaque d'un objectif puissamment défendu de la région rhénane au retour de laquelle les chasseurs ennemis ont accompagné le flot des bombardiers, leur causant de lourdes pertes jusque sur leur terrain d'atterrissage.

La nomination de la Légion d'Honneur comporte l'attribution de la Croix de guerre avec palme.

Citation à l'ordre de l'Armée aérienne - Décision n° 1207 DU 27.09.45.

"Officier mécanicien navigant leader de cette spécialité dans son groupe, qui a su non seulement par son action au sol, entretenir chez ses subordonnés un standard de connaissance et un moral élevés, mais encore, a, par sa brillante conduite, son courage et sa compétence, contribué au succès de 28 missions de jour et de nuit auxquelles il a participé dans le cadre du Bomber Command.

Connaissant à fond son matériel, faisant preuve dans les moments difficiles du plus calme sang-froid, a apporté une aide efficace à son pilote en le libérant de tous les soucis de la conduite des moteurs.

S'est particulièrement distingué le 11 septembre 1944 au cours d'une mission de jour sur la RHUR où le formidable barrage que la D.C.A. allemande employa ce jour là endommagea tous les avions, participant au raid le 4 novembre 1944 au cours de cette mission de nuit sur la RHUR qui coûta au groupe le tiers des effectifs engagés.

Vient de terminer brillamment la guerre par une dernière série de missions difficiles pendant lesquelles sa compétence et son courage ne cessèrent de se manifester".

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de guerre avec palme.

img012

L'Air vice Marshal CARR en visite à ELVINGTON et le Colonel BAILLY félicite le Lieutenant ROUSSEAU premier a gauche.

(collection:Nicole ROUSSEAU -PAYEN, la fille du Capitaine ROUSSEAU)

-----------------------------------

Missions de guerre

du

 Lieutenant ROUSSEAU

img066

Juin 1944

- 1/2/6-44 - Objectif: (Ferme d'Urville) - Equipage - Halifax V - H7 "F" Pilote: Cpt PUGET, Navigateur: Cpt BREARD, Bombardier: Cpt BLAES, Radio: S/Lt CARRAT, Mécanicien: Lt ROUSSEAU, Mitrailleur-arrière: Adjt LASSERE, Mitrailleur-supérieur: Sgt/C MECHALY. (Guyenne 12 avions). Durée: 4h10. Total des avions engagés dans la mission 10 avions. Bombardement - station radio près Cherbourg (Ferme d'Urville). Vol de nuit. 

- 2/3/6-44 - Objectif: (Cap Gris-Nez) - Equipage - Halifax V - H7 "F" Pilote: Cpt PUGET, Navigateur: Cpt BREARD, Bombardier: Cpt BLAES, Radio: S/Lt CARRAT, Mécanicien: Lt ROUSSEAU, Mitrailleur- arrière: Adjt LASSERE, Mitrailleur-supérieur: Sgt GARIDO. ( Guyenne 9 avions). Durée: 3h35. Total des avions engagés dans la mission 271 avions. Bombardement - Batterie côtière, Cap Gris-Nez (Harinzelles). Vol de nuit.

- 5/6/6-44 - Objectif: (Maisy) - Même équipage - Halifax V - H7 "G" (Guyenne 12 avions). Durée: 5h05. Total des avions engagés dans la mission 1012 avions. Bombardement - Batterie lourdes Allemande Isigny (Maisy). Vol de nuit.

- 8/9/6-44 - Objectif: (Gare d'Alençon) - Même équipage - Halifax V - H7 "E" (Guyenne 14 avions). Durée: 5h50. Total des avions engagés dans la mission 483 avions. Bombardement - Gare de triage d'Alençon, atterri Carnaby - avion indisponible. Vol de nuit.

- 25/6/44 - Objectif: ( Montorgueil) - Equipage - Halifax III - H7 "M" - Pilote: Lt/Col VENOTLt BECAM, Cpt BLAES, Adjt WEBER, Lt ROUSSEAU, Sgt/C RETORE, Adjt LASSERRE. ( Guyenne 3 avions). Total des avions engagés dans la mission 323 avions. Bombardement Base avions sans pilote. Vol de jour. 

Juillet 1944

- 24/25/7-44 - Objectif: (Stuttgart) - Equipage - Cpt PUGET et équipage - Halifax III - H7 "G" - (Guyenne 6 avions - Tunisie 6 avions). Durée: 8h00. Vol de jour 1h00 - Vol de nuit 7h00. Total des avions engagés dans la mission 631 avions. Bombardement de Stuttgart.(Panne circuit Hydrolique. Orbite15') Vol de nuit.

 Août 1944

- 2/8/44 - Objectif: (Forêt de Nieppe) - Equipage - Cpt PUGET et équipage - Halifax III - H7 "G" - (Guyenne 10 avions - Tunisie 10 avions). Durée: 3h39 dont 1h00 vol de nuit. Total des avions engagés dans la mission 394 avions. Bombardement objectif spécial Forêt de Nieppe. Avion gravement touché par la Flak.

- 7/8/8-44 - Objectif: (May-sur-Orne) - Equipage - Halifax III - H7 "F" - Pilote: Cpt THIRY, Navigateur: Cpt GALLOIS, Bombardier: S/Lt ROUXEL, Radio: Adjt/C BLANC, Mécanicien: Lt ROUSSEAU, Mitrailleur-supérieur: Sgt AUBOURG, Mitrailleur-arrière: Sgt THAYMOND. (Guyenne 13 avions - Tunisie 11 avions). Durée: 4h24 dont 3h24 de nuit. Total des avions engagés dans la mission 1019 avions. Bombardement près de Caen "Totalize3". Vol de guerre de nuit.

- 9/8/44 - Objectif: ( Forêt de Mormal) - Même équipage - Halifax III - H7 "F" - (Guyenne 4 avions - Tunisie 1 avions). Durée: 3h40. Total des avions engagés dans la mission 160 avions. Bombardement - Dépôt carburant - Forêt de Mormal.

- 12/13/8-44 - Objectif: (Rüsselheim) - Equipage - Cpt PUGET et équipage - Halifax III - H7 "G" - (Guyenne 8 avions - Tunisie 3 avions). Durée: 5h30. Vol de jour 0h20. Vol de nuit 5h10. Total des avions engagés dans la mission 297 avions. Bombardement usines "OPEL" RÜSSELHEIM près de Mayence. Vol de guerre de nuit.

- 25/8/44 - Objectif: (Forêt de Watten) - Même équipage - Halifax III - H7 "G" - (Guyenne 14 avions - Tunisie 16 avions). Durée: 3h60. Vol de jour 2h50. Vol de nuit 1h10. Total des avions engagés dans la mission 161 avions. Bombardement Base de V2 - Forêt de Watten. Vol de guerre.

Septembre 1944

- 10/9/44 - Objectif: (Octeville) - Equipage - Cpt PUGET et équipage - Halifax III - H7 "G" ( Guyenne 16 avions - Tunisie 14 avions). Durée: 3h40. Total des avions engagés dans la mission 992 avions. Nombre de Français tués dans la mission (6). Bombardement Octevile près du Havre concentration ennemie. Vol de guerre.

- 11/9/44 - Objectif: (Gelsenkirchen) - Equipage - Cpt ROY - Pilote: Lt GROSNIER et équipage - Halifax III - H7 "F" (Guyenne 11 avions - Tunisie 9 avions). Durée: 4h50. Total des avions engagés dans la mission 379 avions. Nombre de Français tués dans la mission (7). Bombardement usine essence synthétique Gelsenkirchen (Rhur).

Octobre 1944

- 7/10/44 - Objectif: (Klèves) - Equipage - Halifax III - H7 "D" - Pilote: Adjt/C PUGET, Navigateur: Lt FLESCH, Bombardier: Adjt AURIOL, Radio: Sgt/C BORS, Mécanicien: Lt ROUSSEAU, Mitrailleur-supérieur: Sgt/C JAFFREUX, Mitrailleur-arrière: Sgt/C SENLEBES. ( Guyenne 16 avions - Tunisie 12 avions). Durée: 4h00. Total des avions egagés dans la mission 351 avions. Bombardement Klèves (Rhur). Vol de guerre.

- 28/10/44 - Objectif: (Cologne) - Equipage - Halifax III - H7 "A" - Pilote: Cdt PUGET, Navigateur: Lt BECAM, Bombardier: Cdt BLAES, Radio: Adjt WEBER, Mitrailleur-supérieur: Sgt/C COQUOT, Mitrailleur-arrière: Sgt/C RETORE. Durée: 5h14. ( Guyenne 13 avions - Tunisie 15 avions). Total des avions engagés dans la mission 733 avions. Bombardement Cologne (Usine produits chimiques). Vol de guerre.

Novembre 1944

- 4/5/11-44 - Objectif: (Bochum) - Equipage - Halifax III - H7 "D" - Pilote: Cpt BARRAT, Navigateur: Lt PLUCHARD, Bombardier: Lt PERSEVAL, Radio: Sgt MOREY, Mécanicien: Lt ROUSSEAU, Mitrailleur-supérieur: GARDIOL, Mitrailleur-arrière: Adjt/C POTET. ( Guyenne 16 avions - Tunisie 11 avions). Durée: 5h24. Total des avions engagés dans la mission 749 avions. Nombre de Français tués dans la mission (23). Bombardement Bochum. Vol de guerre de nuit.

Février 1945

- 4//5/2-45 - Objectif: (Bonn) - EquipageHalifax III - H7 "S" - Pilote: S/Lt RAMES, Navigateur: Cpt PETIT, Bombardier: Cdt BLAES, Radio: Sgt PERRIN, Mécanicien: Lt ROUSSEAU, Mitrailleur-supérieur: Sgt BILLAUT, Mitrailleur-arrière: Sgt TALLONNEAU. (Guyenne 6 avions - Tunisie 7 avions). Durée: 6h10. Vol de jour 0h21. Vol de nuit 5h49. Total des avions engagés dans la mission 238 avions. Bombardement Bonn (Rhénanie). Vol de guerre de nuit.

- 21/22/2-45 - Objectif: (Worms) - Même équipage - Halifax III - H7 "H" - (Guyenne 14 avions - Tunisie 9 avions). Durée: 7h12. Vol de jour 2h03. Vol de nuit 5h09. Total des avions engagés dans la mission 349 avions. Nombre de Français tués dans la mission (14). Bombardement Worms (Palatinat). Vol de guerre de nuit.

- 23/2/45 - Objectif: (Essen) - Même équipage - Halifax III - H7 "H" - (Guyenne 11 avions - Tunisie 12 avions). Durée: 5h24. Total des avions engagés dans la mission 342 avions. Bombardement d'Essen. Vol de guerre.

- 27/2/45 - Objectif: (Mayence) - Même équipage - Halifax III - H7 "H" - (Guyenne 13 avions - Tunisie 14 avions). Durée: 6h28. Vol de jour 5h59. Vol de nuit 0h29. Total des avions engagés dans la mission 458 avions. Bombardement Gare de Mayence. Vol de guerre.

Mars 1945

- 2/3/45 - Objectif: (Cologne) - Même équipage - Halifax III - "H" - (Guyenne 12 avions - Tunisie 13 avions). Durée: 5h57. Vol de jour 5h30. Vol de nuit 0h27. Total des avions engagés dans la mission 858 avions. Bombardement Cologne. Vol de guerre.

- 3/4/3-45 - Objectif: (Kamen) - Même équipage - Halifax III - "H" - (Guyenne 13 avions - Tunisie 13 avions). Durée: 6h33. Vol de jour 1h14. Vol de nuit 5h19. Total des avions engagés dans la mission 234 avions. Nombre de Français tués dans la mission (3). Vol de guerre de nuit.

- 7/8/3-45 - Objectif: (Hemingstedt) - Même équipage - Halifax III - "A" - (Guyenne 11 avions - Tunisie 10 avions). Durée: 5h52. Vol de jour 0h34. Vol de nuit 5h18. Total des avions engagés dans la mission 281 avions. Bombardement raffinerie de pétrole près de Kiel Hemingstedt (Schelswig). Vol de guerre de nuit.

- 8/9/3-45 - Objectif: (Hambourg) - Même équipage - Halifax III - "G" - (Guyenne 10 avions - Tunisie 9 avions). Durée: 5h53. Vol de jour 0h56. Vol de nuit 4h57.Total des avions engagés dans la mission 312 avions. Bombardement chantiers navals Hambourg. Vol de guerre de nuit.

- 11/3/45 - Objectif: (Essen) - Même équipage - Halifax III - "H" - (Guyenne 13 avions - Tunisie 11 avions). Durée: 5h22. Total des avions engagés dans la mission 1079 avions. Bombardement Essen. Vol de guerre.

- 13/3/45 - Objectif: (Wuppertal) - Equipage - Halifax III - "K" - Pilote: Lt IDRAC, Navigateur: Cdt de VULPILLIERE, Bombardier: Sgt/C LARUE, Radio: Sgt GAVOYE, Mécanicien: Lt ROUSSEAU, Mitrailleur-supérieur: Sgt BOUFFAND, Mitrailleur-arrière: Sgt ROUTHIER. ( Guyenne 14 avions - Tunisie 12 avions). Durée: 5h49. Bombardement Wuppertal (Rhur). Vol de guerre.

- 24/3/45 - Objectif: (Sterkrade) - Equipage - Halifax III "E" - Pilote: Lt TROUETTE, Navigateur: Lt le GOUIC, Bombardier: Lt CHEVALIER, Radio: Lt CARRAT, Mécanicien: Lt ROUSSEAU, Mitrailleur-supérieur: Sgt BORGEY, Mitrailleur-arrière: Sgt TALLONNEAU. (Guyenne 9 avions - Tunisie 10 avions). Durée: 5h33. Total des avions engagés dans la mission 177 avions. Bombardement Gare de Sterkrade. Vol de guerre.

Avril 1945

- 25/4/45 - Objectif: (Wangerooge) - Equipage - Halifax VI "Q" - Pilote: Sgt BONNET, Navigateur: S/Lt LASSUS, Bombardier: Sgt LUPISGICH, Radio: Sgt/C DERBESSE, Mécanicien: Lt ROUSSEAU, Mitrailleur-supérieur: Sgt BOURSET, Mitrailleur-arrière: Sgt BOURGEROL. (Guyenne 18 avions - Tunisie 12 avions). Durée: 4h06. Total des avions engagés dans la mission 482 avions. Nombre de Français tués dans la mission (7). Bombardement batterie côtière Wangerooge (Frise). Vol de guerre.

10 missions sur la France, 18 missions sur l'Allemagne, total 28 missions de guerre.

__________________________________________

EQUIPAGE DU COMMANDANT PUGET - (BROHON)

37155313

(collection: POTET.Jean-Marie)

Pilote: Cdt PUGET. (Cdt de l'avion) Mécanicien: Sgt/C CARAYOL. Navigateur: Lt PLUCHART. Bombardier: Lt PERSEVAL. Radio: Sgt. MOUREY. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C GORDIOL. Mitrailleur-arrière: Adjt/C POTET.Claude

Après le départ du Commandant BROHON le Commandant PUGET deviendra pilote de cet équipage.

 

PhotoSign

(collection: POTET Jean-Marie)

_____________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE BARON

mes_images898

(collection: la mémoire des groupes lourds)

Pilote: Cpt. BARON.(Cdt. de l'avion). Navigateur: Lt. TRUCHE. Bombardier: Adjt. VIGNERON. Radio: Adjt/C. MIGNOT. Mécanicien: Sgt/C. CORMIER. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C. PETITJEAN. Mitrailleur-arrière: Sgt. BOURRELYLt-Colonel. DAGAN.(co-Pilote)

4/5.11.1944 - Objectif: BOCHUM - Squadron 346 - 5 morts.

NOMBRE D'AVIONS ENGAGES PAR CHAQUE GROUPE:

GUYENNE 16 AVIONS TUNISIE 11 AVIONS.

TOTAL DES AVIONS ENGAGES DANS LA MISSION: 749 AVIONS.

NOMBRE DE FRANCAIS TUES DANS LA MISSION: 23 TUES.

Les avions traversèrent un formidable barrage de D.C.A.. Cette mission fut bien plus meurtrière que les précédentes! Ils étaient fortement secoués: l'ennemi défendait ses usines d'armes de guerre avec acharnement. Des "HALIFAX" étaient touchés à mort. Ils tombaient et, malheureusement, aucun parachute ne s'ouvrait. Les équipages étaient perdus à jamais!

Le Capitaine BARON sur le-J- avait déjà effectué 26 missions pour la France dont 9 missions sur l'Allemagne. Le Lieutenant-Colonel DAGAN, de l'état-major de Londres, s'était embarqué avec lui comme 2ème pilote , car il pensait que, pour pouvoir commander des gens qui faisaient la guerre, il fallait la faire aussi. C'était pour cette raison qu'il accompagnait le Capitaine BARON. Au retour de sa mission, attaqué par un chasseur de nuit.(les intruders) l'avion fut descendu à NORFT (8km au S-O. de DÜSSELDORF). Trois membres de l'équipage furent sauvés par leur parachute et faits prisonniers. Le "HALIFAX" emporta dans sa chute 4 membres de l'équipage et le Lieutenant-Colonel DAGAN.

(source: Le "L" for LOVE du Cpt. VEAUVY )

CITATION

Cité à l'ordre de la Brigade Aérienne:

Le Colonel BAILLY, Commandant les Groupes de bombardement N°1 cite à l'ordre de la Brigade Aérienne l'équipage du Capitaine BRION (Cdt d'avion)

"Équipage d'une très grande valeur et d'une expérience exceptionnelle. Manifeste en opérations un allant et une compétence qui lui ont permis d'accomplir avec un grand succès contrôlé par photographie plusieurs missions de bombardement de nuit pour la préparation et l'appui du débarquement en Normandie, en dépit des circonstances atmosphériques peu favorables, de l'opposition de la D.C.A. et de la chasse ennemie. Notamment au cours d'une mission effectuée le 06.06.44 à basse altitude a eu son appareil endommagé par la D.C.A.

(Croix de guerre avec étoile de bronze)

Cité à l'Ordre de la Division Aérienne:

Capitaine BARON, et son équipage:

"Équipage d'élite, ardent à participer à toutes les missions. A effectué avec efficacité 7 missions de nuit et 4 de jour contre les bases d'avions sans pilote et contre le réseau ferré ennemi. Notamment en juillet 1944 a eu son avion atteint par la D.C.A."

(Croix de guerre avec étoile d'argent)

Radio: S/Lt René MIGNOT

CITATION A L'ORDRE DE L'ARMEE AERIENNE: J.O. du 6.1.46 a/c du 3.3.45 Décret du 19.11.45.

"Membre d'un équipage d'élite du bombardement lourd ayant fait preuve de magnifiques qualités au cours de nombreuses missions conduites avec succès contre les objectifs les plus défendus d'allemagne manifeste pour ces missions le même allant qu'au début de son tour d'opérations depuis sa dernière citation a notamment mené à bien le 15.9.44 une attaque difficile contre un port de la Baltique et le 6.10.44 une mission de jour contre une usine de la Ruhr, mission au cours de laquelle tous les avions du Groupe furent endommagés par la Flack. Le 2 novembre a fait partie d'un raid contre une ville de la Ruhr et a réussi remarquablement sa mission malgré les efforts d'une chasse ennemie particulièrement mordante et active.

CETTE CITATION COMPORTE LA CROIX DE GUERRE 39/45 avec Palme.

Décision du 06/03/1947 à l'ordre de l'armée aérienne- J.O.R.F. du 16/04/1947 - page 1704.

"MIGNOT (René Pierre Henri) Sous-Lieutenant du Groupe de Bombardement 2/23 "Guyenne": Officier radio de grande valeur qui vient d'effectuer du 5 Juillet 1944 au 12 Septembre 1944, une nouvelle série de missions de jours et de nuit sur des Centres industriels et des noeuds de communications de la Ruhr ainsi que sur des rampes de bombes volantes, objectifs tous puissamment défendus par la D.C.A. A toujours contribué par son travail et son sang-froid la pleine réussite de ces missions ou des résultats excellents ont été obtenus.

CETTE CITATION COMPORTE L'ATTRIBUTION DE LA CROIX DE GUERRE AVEC PALME.

___________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE MARCHAL

mes_images093

Pilote: Cpt. MARCHAL (Cdt. de l'avion) Navigateur: Lt. de PREVAL. Bombardier: S/Lt. MUNIER. Radio: Sgt. REBIERE. Mécanicien: Sgt. MOLINIER. Mitrailleur-supérieur: Sgt. FABRE. Mitrailleur-arrière: Sgt/C. GODARD.

mes_images834

Le  Capitaine MARCHAL et le lapin mascotte de l'escadrille.

(source: La mémoires des groupes lourds)

img011

Lieutenant de PREVAL.

Photo prise en mars 1945 à ELVINGTON.

(collection: Nicole ROUSSEAU-PAYEN)

CITATIONS

CITATION A L'ORDRE DE LA BRIGADE AÉRIENNE N°18 DU 20.9.43

DÉCERNÉE A L'ASPIRANT MOLINIER G.L.C. 1447 F.A.F.L.

Le Colonel COUSTEY, Commandant des FORCES AÉRIENNES FRANÇAISES LIBRES en GRANDE-BRETAGNE, cite à l'ordre de la Brigade Aérienne, l'équipage du Squadron N°346 : Aspirant MOLINIER.

"Mécanicien d'un équipage d'un cran admirable : le 25 Juillet, au cours d'une mission de nuit contre une usine de pétrole synthétique en Allemagne de l'Ouest, isolé par suite d'un retard de dix minutes sur l'horaire, décida de poursuivre l'attaque et bombarda en fait avec un bon résultat, fut pris alors durant 7 minutes dans des cônes de projecteurs et soumis, durant 20 minutes au tir concentré de la D.C.A. la plus puissante d'Allemagne; revint atterrir sur un terrain de secours de la côte Anglaise avec un avion très endommagé et un membre de l'équipage sérieusement blessé".

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre avec étoile de bronze.

CITATION A L'ORDRE DE LA DIVISION AÉRIENNE N°353 DU 24.2.44

DÉCERNÉE A L'ASPIRANT MOLINIER Georges des F.A.F.L.

Le Colonel COUSTEY, Commandant des FORCES AÉRIENNES FRANÇAISES en GRANDE-BRETAGNE, cite à l'ordre de la Division aérienne, l'Aspirant G.L.C. MOLINIER, du Squadron N°346:

"Mécanicien d'un équipage de bombardement lourd qui, au terme de son tour d'opération, s'est porté spontanément volontaire pour effectuer une nouvelle série de missions dans le cadre de la lutte du "Bomber Command" contre l'Allemagne.

A, en particulier, participé au cours de 96h25 de vols de guerre, à une série d'attaque contre les objectifs industriels et voies de communication puissamment défendus de l'Allemagne de l'Ouest.

A toujours fait montre des meilleurs qualités de courage et de sang-froid au sein du combat commun pour la libération de la Patrie".

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre avec Étoile d'Argent.

CITATION A L'ORDRE DE LA DIVISION AÉRIENNE N°59 DU 2.5.44

DÉCERNÉE A L'ASPIRANT MOLINIER Georges (Squadron 346 R.A.F.)

Commandant Air en Grande-Bretagne. Citation Équipage du Capitaine MARCHAL.

" Excellent équipage de bombardement qui a donné les preuves de sa valeur au cours de nombreuses opérations sur des objectifs comptant parmi les plus puissamment défendus de l'Allemagne.

Vient de prendre part à une nouvelle série d'opérations sur la Ruhr et l'Allemagne du Nord. Déjouant par sa compétence et sa cohésion toutes les difficultés qu'apportent des conditions atmosphériques souvent défavorables et les violentes réactions de la D.C.A. lourde et de la chasse.

S'est particulièrement distingué le 25 Mars 1944 lors d'une attaque sur un important centre ferroviaire et industriel de l'Allemagne du Nord, alors qu'étant pris à partie et sérieusement atteint par la D.C.A., il réalisa cependant un excellent bombardement et le 4 avril 1944 au cours d'une attaque de nuit sur un important port de guerre ennemi très protégé".

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre avec Étoile d'Argent.

(collection: Famille MOLINIER)

33180975

Mécanicien: Sgt. MOLINIER.

mes_images

Mitrailleur-arrière: Sgt/C. GODART.

mes_images

Bombardier: S/Lt. MUNIER.

mes_images

Radio: Sgt. REBIERE.

___________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT GONTHIER

img313

mes_images094

Pilote: Lt. GONTHIER. (Cdt. de l'avion) Navigateur: S/Lt. CAPDEVILLE. Bombardier: Sgt/C. DUSSAULT. Radio: Sgt/C. RAYNAUD. Mécanicien: Sgt/C. PATRIS. Mitrailleur-superieur: Sgt. HELLMUTCH. Mitrailleur-arrière: Sgt. SAINTSEVIN.

18/19.03.1945 - Objectif: WITTEN.

Nombre d'avions engagés par chaque groupe:

"GUYENNE" 9 avions.

"TUNISIE" 9 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 324 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 6 tués.

Pendant le trajet aller de la mission, le HALIFAX du Lieutenant GONTHIER tombe en panne de moteur.Les règlements l'autorisent à faire demi-tour. Déjà victime de ce type d'incident à plusieurs reprises, le Lieutenant GONTHIER décide cette fois de poursuivre sa mission. Il continue sa route vers l'objectif et largue ses bombes sur l'objectif. Au retour, il est attaqué par un chasseur et s'écrase au sol à NÖLLENBERG.Seul le radio est sauvé par son parachute.Les 6 tués ont été inhumés au cimetière catholique de BEYENBURG.

(source: La mémoire des groupes lourds)

http://www.anoraa620.org/content/view/33/7/

 

img223

 

CITATION

img314

Lieutenant André GONTHIER.

Officier pilote, commandant d'avion, toujours volontaire pour les missions les plus dangereuses, a donné au cours de missions qu'il totalisait dans le cadre du Bomber Command un exemple remarquable de courage, d'esprit de décision et de sang froid. A pris part au cours du mois de mars 1945 à une série d'opérations de longue durée de jour et de nuit sur les objectifs les plus fortement défendus du territoire ennemi où en dépit d'une chasse très agressive et d'une D.C.A. toujours extrêmement dense et précise, il a obtenu des résultats d'une haute précision contrôlés par photographie aérienne.

Le 18 mars 1945 participant à un raid d'importance sur un centre industriel des mieux protégés de la région rhénane a été abattu avec son équipage.

 

Charles de GAULLE

20.08.1945

_____________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT VIALATTE

mes_images156

EQUIPAGE DU LIEUTENANT VIALATTE

img959

 

EQUIPAGE DU CAPITAINE CALMEL

EQUIPAGE DU LIEUTENANT VIALATTE

(collection:Eric SUTOUR)

img271

EQUIPAGE DU CAPITAINE CALMEL

De gauche à droite:

Pilote: Cpt.CALMEL. (Cdt. de l'avion) Navigateur: Lt. BERRARD. Bombardier: S/Lt. PARDOEN. Radio: Sgt/C. ALIX. Mécanicien: Adjt/C. ROUX. Mitrailleur-supérieur: Sgt. MECHALY. Mitrailleur-arrière: Sgt. LADET-CHASSAGNE.

EQUIPAGE DU LIEUTENANT VIALATTE

Pilote:Sgt/C. BUSNEL. Navigateur: Lt. VIALATTE. (Cdt de l'avion) Bombardier: Lt. SUTOUR. Radio: Sgt/C. BONNAFOUS. Mécanicien: Adjt/C. CHOMY. Mitrailleur-supérieur: Sgt. HELARY. Mitrailleur-arrière:Sgt. BAERT.

RECIT DU PETIT-FILS DU Sgt/C BUSNEL Christophe LAVIE.

Concernant le H7C, il a en fait été réformé sur place, suite à la mission du 26 Décembre 1944

Objectif: SAINT-WITH.

"GUYENNE" 5 avions.

"TUNISIE" 3 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 294 avions

Durant la bataille des Ardennes de 1944, une division panzer se cachait à St WITH, dans les Ardennes Belges, et le seul moyen de les déloger, était l'arme aérienne, le GUYENNE bombarde à 500mètres d'altitude ce jour-là!

Les chars font du tir au pigeon sur les HALIFAX, mon grand-père manque de se faire tuer aux commandes lorsqu'un éclat d'obus perfore la carlingue, lui passe entre les jambes, coupe le fil de l'interphone de bord et ressort en faisant un trou dans le haut du cockpit.

Au retour de la mission, l'avion est en triste état: 6 réservoirs crevés sur 14, plus de circuit hydraulique, même celui de secours, donc pas de freins. Roger, détourne l'avion sur CARNABY, ou se trouve un terrain de secours, et secoue l'avion dans tous les sens pour faire sortir le train.

Atterrissage d'urgence, l'avion roule jusqu'en bout de piste, puisque les freins sont morts, et s'arrête finalement, pas d'accident, mais l'avion est réformé, avec 289 trous dans la carlingue.

La mission suivante, le 29 Décembre, se fera avec un H7C Charlie tout neuf.

(Christophe LAVIE)

CITATIONS

mes_images

Navigateur: Lt. VIALATTE. ( Cdt. de l'avion).

_______________________________

Scan10022

Blida en 1940, Maurice BAERT premier en partant de la droite.

(collection: Famille BAERT)

mes_images

Maurice_BAERT_093

Mitrailleur-arrière: Sgt. BAERT Maurice.

____________________________________________

mes_images

Mitrailleur-supérieur: Sgt. HELARY.

mes_images

Pilote: S/Lt. BUSNEL.

mes_images

Mécanicien: S/Lt. CHOMY.

________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT-COLONEL VENOT

 

equipage du Col VENOT 2-23 guyenne

(collection: Roger Dodsworth)

- Une petite anecdote, La photo appartenait à Madame Pauline Dodsworth (1928-2013) qui est décédé cette année. Son nom de jeune fille était Elmhirst et pendant la guerre, elle et sa famille vivaient à la Grange (Ferme) à Elvington. La famille avait beaucoup de contact avec les "Français Libres", comme elle les appelait et les officiers ont été régulièrement invités à la Grange (Ferme) pour des repas et des fêtes.

Pilote: Lt-Col. VENOT.(Cdt. de l'avion). Navigateur: Lt. GUILLOCHEAU. Bombardier: Adjt. KIPPERLE. Radio: Sgt. LHOMOND. Mécanicien: Sgt/C. COUPEAU. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C.FINALE. Mitrailleur-arrière: Sgt/C. BIAGGI.

10.09.1944-Objectif:OCTEVILLE(près du havre).

Nombre d'avions engagés par chaque groupe

"GUYENNE" 16 avions.

"TUNISIE" 14 avions

Total des avions engagés dans la mission: 992 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 6 tués.

L'avion du Lieutenant-Colonel VENOT (commandant du groupe GUYENNE) explose à l'attérissage sur le terrain d'ELVINGTON, à 18h.34, au retour d'une mission très facile sur Octeville (près du Havre). Une bombe restée dans l'avion se décroche au contact du sol, faisant éclater l'avion, qui prend feu immédiatement. Seul, le Lieutenant-Colonel VENOT est miraculeusement sauvé. Il est grièvement brûlé, tous les autres membres de l'équipage sont tués.

Tous ont été enterrés le 14 septembre au R.A.F. Regional Cimetery de Stonefall, à Harrogate (Yorkshire).

CITATIONS

img921

(collection: Alain VENOT)

Général VENOT.

 

Guillocheau_Louis_Robert_(Groupes_Lourds)_-_Pauillac

Sépulture de Louis-Robert GUILLOCHEAU, inhumé au cimetière de Pauillac (33).

(source: Yves PLOTON)

 

img838

Sergent: Gabriel LHOMOND

Journal officiel du 4 Février 1945

Par décret en date du 12 Janvier 1945, la médaille militaire est attribuée, à titre posthume.

 

LHOMOND Gabriel, sergent: sous-officier d'active, radio navigant; après avoir obtenu en école anglaise des résultats extrêmement brillants qui découlaient d'une intelligence vive, d'une application au travail et d'un parfait esprit  militaire, se montrait au cours des missions un membre particulièrement allant, précieux et sûr de l'équipage du Halifax III dont il faisait partie. Après avoir effectué, malgré l'opposition parfois violente de la chasse ennemie, de nombreuses missions de jour et de nuit contre l'Allemagne et les territoires occupés, est mort pour la France avec son équipage le 10 septembre 1944, par suite de l'explosion à l'atterrissage d'une bombe qui n'avait pu être larguée. Totalisait 15 missions, 406 heures de vol de guerre, dont 37 heures de nuit. Durant ses quatre années de services, S'était déjà affirmé comme un sous-officier de valeur exceptionnelle, qui, plus tard, aurait pu être promu officier.

IMG_0001_1___2_

Sergent-Chef: Dominique BIAGGI

(collection: Sandra BARBIER NIAULON)

BIAGGI Dominique-François, Sergent-Chef: sous-officier d'active mitrailleur; après de nombreuses années de service en France et en Afrique française du Nord, servait en Angleterre comme mitrailleur arrière d'un avion "HALIFAX III". Il se montra en mission particulièrement allant et sûr, aidant notamment, à six reprises, par sa veille et son tir précis, a éviter des attaques de chasseurs de nuit ou à s'en dégager. Après avoir effectué de nombreuses missions de jour et de nuit contre l'Allemagne et les territoires occupés, est mort pour la France avec son équipage, le 10 septembre 1944, par suite de l'explosion à l'atterrissage d'une bombe qui n'avait pu être larguée. Totalisait 18 missions 346 heures de vol. Dont 101 de nuit, et 71 heures de vol de guerre, dont 39 heures de nuit. Durant cinq années de service, s'était montré un camarade gai, allant et courageux et un très bon sous-officier consciencieux et discipliné.

----------------------------------------------------------

P1030085

Cimetière de BROOCKWOOD

zpfile002

(collection: Yvonne FINALE)

P1030086

Cimetière de BROOCKWOOD la stèle du Sgt/C FINALE.

(collection: Yvonne FINALE)

Sergent-Chef: Wilson FINALE

FINALE Wilson, Sergent-Chef: sous-officier mitrailleur initialement d'active, devenu réserviste, rappelé sous les drapeaux en février 1943, servait en Angleterre comme "Mild Upper Gunner" d'un avion HALIFAX III; il se montra en mission particulièrement allant et sûr, aidant notammentà six reprises, par sa veille et son tir précis, à éviter des attaques de chasseurs de nuit ou à s'en dégager. Après avoir effectué de nombreuses missions de jour et de nuit contre l'Allemagne et sur les territoires occupés, est mort pour la France avec son équipage le 10 septembre 1944, par suite de l'explosion à l'atterrissage d'une bombe qui n'avait pu être larguée. Totalisait 16 missions, 446 heures de vol, dont 98 de nuit. Durant ses onze mois de services à l'escadrille, s'était affirmé comme un excellent camarade et comme un combattant plein d'allant et de courage.

-----------------------------------------------------

Adjudant: Jules-Joseph KIPFERLE

KIPFERLE Jules Joseph, Adjudant,: sous-officier de carrière volontaire pour combattre au-dessus de l'Allemagne malgré le danger accru par sa qualité de Lorrain; après de nombreuses années de service comme mitrailleur, servait comme bombardier dans un équipage de "HALIFAX III". S'est montré très compétent, très adroit et précis au cours de ses bombardements de jour et de nuit. Après avoir effectué, malgré l'opposition parfois violente de la chasse ennemie, de nombreuses missions très réussies de jour et de nuit contre des objectifs en Allemagne et en territoire occupés, est mort pour la France avec son équipage, le 10 septembre 1944, par suite de l'explosion à l'atterrissage d'une bombe qui n'avait pu être larguée. Totalisait 23 missions, 657 heures de vol, dont 145 de nuit et 89 heures de vol de guerre, dont 28 heures de nuit. Durant ses dix années de service, fut pour ses chefs un subordonné actif, consciencieux, discipliné, et pour ses camarades le modèle d'un excellent sous-officier.

Sergent-Chef: Marcel COUPEAU.

COUPEAU Marcel, Sergent-Chef: sous-officier d'active, mécanicien navigant; après de nombreuses années de services comme mécanicien au sol, avait par sa valeur obtenu la récompense tant désiré d'être navigant dans un équipage de Halifax III et de combattre l'Allemand; se montrait particulièrement actif et sûr dans le controle de l'appareillage technique et un collaborateur sérieux des mitrailleurs dans sa surveillance du ciel. Après avoir effectué malgré l'opposition parfois violente de la chasse ennemie, de nombreuses missions très réussies contre l'Allemagne et les territoires occupés, est mort pour la France avec son équipage le 10 septembre 1944, par suite de l'explosion à l'atterrissage d'une bombe qui n'avait pu être larguée. Totalisait 15 missions, 141 heures de vol, dont 56 de nuit, et 68 heures de vol de guerre, dont 36 heures de nuit. Au cours de huit années de services s'était montré un sous-officier de grande valeur, à la fois mécanicien compétent et navigant plein d'allant et de foi.

 

Ces citations comportent l'attribution de la Croix de guerre avec palme de bronze.

(sources: Adjt. COUSTELLIE, "B.A. 106")

______________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE PETIT

img549

mes_images075

Le 4e en partant de la gauche sur la photo l'Adjudant/Chef DEZELLIS.

(collection:la mémoire des groupes lourds)

De gauche à droite:

Mécanicien au sol: MONFRAIX, Mitrailleur-supérieur: Sgt VIDAL Raoul, Radio: Sgt/C MIMAUD, Bombardier: Adjt/C DEZELLIS, Navigateur: Cpt PETIT, Pilote: Adjt RAMES, Mécanicien: BAUER "dit DUBOIS", Mitrailleur-arrière: Sgt LEGUILLOU, Mécanicien au sol: LOONIS.

17/18.12.1944 - Objectif: DUISBOURG.

Nombre d'avions engagé par chaque groupe.

"GUYENNE" 13 avions.

"TUNISIE" 15 avions.

Total des avions engagés dans la mission:523 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 1tué.

Au cours d'une mission sur DUISBOURG (Ruhr), l'avion du Capitaine PETIT, désemparé, perd plus de 15.000 pieds d'altitude, l'évacuation est arrêtée et l'avion rentre en Angleterre.

Le Capitaine PETIT, navigateur, l'Adjudant RAMES, pilote, l'Adjudant BAUER,dit dubois, mécanicien, sont indemnes. Le Sergent VIDAL Raoul, mitrailleur, est légèrement blessé, Le Sergent-Chef MIMAUD Robert, radio, est gravement blessé au bras.

Le bombardier, l'Adjudant DEZELLIS André, a sauté en parachute, il est fait prisonnier. Le Sergent-Chef LE GUILLOU Jean, mitrailleur, a également sauté en parachute. Jamais son corps n'a été retrouvé.

mes_images

(collection: Michel BARON)

"JOURNAL DE MARCHE DU GROUPE "GUYENNE"

Le 18 Décembre, enfin, treize équipages décollent à 2h30 du matin. Pour ne pas changer, ils vont "au charbon".L'objectif est encore, en effet, DUISBOURG. Le Commandant de VULPILLERES fait un "early return", par suite de panne de boite Gee, sur le "P". Sur l'objectif, le "Q" piloté par le Lieutenant DELVOYE, est touché par la Flack. Un éclat écorche sans gravité le Lieutenant CAPARROS, bombardier, un autre casse la pile de la Mae West du Lieutenant BALDASSARI, navigateur. Le "D" du Lieutenant FLESCH et le "G" du Capitaine THIRY sont attaqués par des chasseurs et sauvés par leurs corkscrews. Le Capitaine CALMEL sur le "C-Charlie" comme d'habitude, fait sa 31e et dernière mission ; et c'est d'une voix claironnante qu'au retour il clame à 9h30 son dernier "C-Charlie, clear out".

mes_images076

Le "C FOR CHARLIE" piloté par le Commandant CALMEL Commandant le "GUYENNE" mène le défilé aérien du 14 juillet.

(source: PILOTES DE NUIT. Auteur: Commandant CALMEL.)

Mais le "H" du Capitaine PETIT n'est pas rentré à ELVINGTON. Il a eu de sérieux ennuis, et a dû atterrir à MANSTON, deux des membres de l'équipage ayant sauté en parachute au-dessus de l'Allemagne. A 20.000 pieds, sur la RUHR, pris dans un important barrage de D.C.A., le HALIFAX, déséquilibré, perd 17.000 pieds d'altitude. Le Capitaine PETIT donne l'ordre d'évacuer en parachute; le bombardier, l'Adjudant/Chef DEZELLIS et le sergent/Chef GUILLOU mitrailleur-arrière, sautent. Le Capitaine PETIT aurait pu sauter, puisqu'il venait d'en donner l'ordre et qu'il est navigateur; mais il est aussi Commandant d'avion, et il ne veut sauter que le dernier; il aide le pilote, l'Adjudant RAMES, à reprendre le contrôle de l'appareil, et y réussit avant que le reste de l'équipage ait pu sauter.

Sans_nom

Petite indication sur l'Adjudant/Chef DEZELLIS son insigne tissu "B" de bombardier sur son uniforme a droite de la photo.(collection: Michel BARON)

L'ordre d'évacuer est donc rapporté. Mais l'avion est maintenant sous les nuages,à 3000 pieds au-dessus de la RUHR, et pris à partie par la D.C.A. Le compas est fou, la Gee démolie par un éclat. Un autre éclat blesse grièvement au bras le radio, le Sergent/Chef MIMAUD, qu'il faut étendre sur la banquette de repos. Aprés quelques minutes de vol vers l'Est, le navigateur aperçoit l'erreur, fait demi-tour, et, sans Gee, sans compas, sans radio, aidé surtout par la boussole de la boite "d'escape", il se dirige vers l'Ouest et réussit à atterrir à MANSTON, terminant sa 24e mission.

L'équipage rejoindra par la suite, mais l'avion sera immobilisé par ses avaries pour de longues semaines, et le Sergent/Chef MIMAUD ne pourra continuer son tour d'opérations.

(source:Le journal de marche du Capitaine COCHO.)

CITATIONS

mes_images

Mitrailleur-supérieur: Sgt. BILLAUD.

_______________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE BERAUD

mes_images096

(collection: la memoire des groupes lourds)

Pilote: Cpt. BERAUD. (Cdt. de l'avion) Navigateur: Lt. VALETTE. Bombardier: Lt. RAFFIN. Radio: Adjt. CLOAREC. Mécanicien: Sgt/C. IMART. Mitrailleur-superieur: Sgt/C. BELLON. Mitrailleur-arrière: Adjt. MANFROY.

4/5.11.1944 - Objectif: BOCHUM.

Nombre d'avions engagés par chaque groupe:

"GUYENNE" 16 avions.

"TUNISIE" 11 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 749 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 23 tués.

Toujours au cours de la même nuit, le HALIFAX du Capitaine BERAUD est atteind par une rafale de mitrailleuse d'un chasseur de nuit. Les sept membres de l'équipage réussissent à sauter en parachute. Hélas, deux d'entre eux ne survivront pas: le Lieutenant RAFFIN PIERRE tombe sur une ligne à haute tension et meurt électrocuté.

Le Capitaine BERAUD tombe non loin de cette ligne, son parachute déchiré. Ils avaient déclaré que "quoi qu'il arrive", ils resteraient unis. Ils le sont dans la mort, enterrés dans le même cimetière, le cimetière communal de Stommein.

jo4a

Les tombes du lieutenant RAFFIN et du capitaine BERAUD au cimetière de Stommein.

(collection: Famille BERAUD)

CITATION

jo2a

Lieutenant BERAUD

(collection: Famille BERAUD)

Cité à l'Ordre de la Division Aérienne:

Capitaine BERAUD, et son équipage:

"Équipage qui s'impose par sa valeur technique, son allant, son calme et la conscience minutieuse avec laquelle il accomplit ses missions. A exécuté avec succès 5 missions de nuit et 5 de jour participant aux opérations de Normandie, à la lutte contre les avions sans pilote et à l'action contre le réseau ferré. Notamment a pris part aux deux interventions massives du Bomber Command dans la région de Caen dont la première en juillet 1944 a mérité les chaleureux remerciements de l'Armée Montgomery."

________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE PLOTON 

Elvington_1944-1945_(02)_HD-R

De gauche à droite:

Pilote: Cpt Robert PLOTON (Cdt d'avion) Radio: Sgt Jean VERMEULEN, Navigateur: Lt Henri POIROT, Bombardier: S/Lt Jacques de GISORS, Mécanicien: Sgt Auguste SIMONETTI, Mitrailleur-supérieur: Sgt Pierre VAUTRIN, Mitrailleur-arrière: Sgt Paul JUNQUA.

Au centre des mécaniciens au sol le Sgt André CABE mécanicien responsable du pilotage automatique.

(collection: Yves PLOTON)

Lien vers le parcours du Sgt André CABE

http://lythosav.edres74.ac-grenoble.fr/cnrd2004/lestemoi/cabe/tcabe.htm

BOMBER COMMAND

GROUPES DE BOMBARDEMENT N°1

Grande-Bretagne le 7 Juillet 1945

Le Colonel VENOT, Commandant les Groupes

de Bombardement N°1 et la R.A.F. Station d'Elvington.

Adresse ses félicitations

au Sergent CABE André, Mle 921

pour le motif suivant.

Spécialiste instruments de bord. Chargé de l'entretien et du réglage des appareils de pilotage automatique montés sur les avions du groupement, a accompli sa mission avec beaucoup de compétence active et une ardeur au travail, une bonne humeur particulièrement remarquées. Totalise plus de 200 heures de vol de réglage depuis son arrivée au Groupement.

Signé: VENOT.

Réponse de la D.M. donnant droit au port d'insigne noble de membre d'équipage

C.M.2506/4 0/12 23/4/44.

(collection: André CABE)

Elvington_1944-1945_-_Officiers

(collection: Yves PLOTON) 

Tunisie - Halifax EQUIPAGE BARRAULT

Mécanicien au sol.

(collection: Jean-Pierre VALETTE)

 

CITATIONS

Le Lieutenant-Colonel VENNOT Cdt les Groupes de Bombardement N°I, cite à l'ordre de la Brigade Aérienne:

Équipage d'un allant remarquable qui vient de commencer brillament son tour d'opérations en exécutant de dures missions de bombardement sur des objectifs puissamment défendus de la région Rhénane et de l'Allemagne centrale, malgré une flak lourde, nombreuse et précise et une chasse ennemie particulièrement active, a mené à bien toutes ces missions et obtenu d'excellents résultats de bombardement.

Cette citation comporte l'attribution de la croix de Guerre avec étoile de Bronze.

Citation à l'ordre de la DIVISION AERIENNE:

Équipage plein d'allant et d'une cohésion parfaite, faisant montre dans les circonstances les plus difficiles, d'un esprit particulièrement combattif et d'un courage à toute épreuve.

Vient de prendre part au cours des mois de Février et Mars 1945, à de nombreuses missions de jour et de nuit, sur différents objectifs de l'Allemagne du Nord et de l'Ouest. A obtenu dans ces occasions des résultats d'une grande précision, malgré les réactions violentes d'une D.C.A. particulièrement dense et précise, et les activités d'une chasse ennemie très éveillée.

Le 3 Mars 1945 au retour d'une longue mission de nuit,a réussi par son habileté et son audace à déjouer les attaques des chasseurs ennemis qui effectuaient une veille au abords des terrains d'atterrissage.

Cette citation comporte l'attribution de la croix de Guerre avec Etoile d'Argent.     

mes_images

Navigateur: Lt. POIROT.

mes_images

Mitrailleur-supérieur: Sgt. VAUTRIN.

mes_images

forteresse_vollante022

Mitrailleur-arrière: Sgt. JUNQUA.

Sur proposition du Ministre de l'Air, le Général de GAULLE, Président du Gouvernement Provisoire de la République Française, Chef des Armées, cite à l'ordre de l'Armée Aérienne:

Le Sergent JUNQUA Paul, du Groupe de Bombardement 2/23 Guyenne.

Jeune sous-officier mitrailleur de tourelle supérieure qui calme et courageux et faisant preuve des plus belles qualités professionnelles, est un élément précieux pour son équipage. Vient au cours d'une nouvelle série de missions de jour et de nuit sur des objectifs puissamment défendus de l'Allemagne du Nord et de l'Ouest de montrer ses réelles qualités de courage et compétence en ne cessant pas d'apporter avec la même clarté, même dans les moments les plus délicats, les renseignements nécessaires au pilote et au navigateur pour assurer le succès d'une mission.

S'est particulièrement distingué le 15 Mars 1945 et le 19 Mars 1945 au cours de missions de jour et de nuit sur la Rhur en permettant à son pilote d'éviter des zones rendues particulièrement dangereuses par l'activité des chasseurs de nuit et des projecteurs.

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre avec palme de Bronze.

___________________________________________________

EQUIPAGE DU COMMANDANT SIMON

mes_images100

(collection: la mémoire des groupes lourds)

Pilote: Cdt. SIMON. (Cdt. de l'avion). Navigateur: Lt. PELISSIER. Bombardier: Lt. ZEILLER. Radio: Sgt/C. VIELLE. Mécanicien: Adjt/C. BRIGALAND. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C. ROIRON. Mitrailleur-arrière:Sgt. FERNANDEZ. Sgt/C. FOURNIER.(copilote)

mes_images743

ESSEN photographiée le 12 septembre 1944.

(source:LES FOUDRES DU CIEL. du Général NOIROT.)

23/24. 10. 1944 - Objectif: ESSEN

Nombre d'avions engagés dans la mission.

"GUYENNE": 15 avions.

"TUNISIE": 15 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 1055 avions.

Nombre de Français tués dans la mission. 10 tués.

L'avion du Commandant SIMON, commandant  la première escadrille du groupe GUYENNE, ne revient pas de la mission. D'abord porté "manquant", l'équipage est ensuite considéré comme "disparu".

D'après les recoupements effectués à partir des comptes rendus des équipages ayant participé à la mission, il est probable que le HALIFAX du commandant SIMON est entré en collision avec un autre HALIFAX de la force principale au dessus de la mer du nord. Le sergent-chef FOURNIER effectuait, en qualité de copilote, sa mission d'accoutumance. L'équipage dont il faisait partie dut évidemment être dissout.

CITATION

Cité à l'Ordre de la Division Aérienne:

Capitaine SIMON, et son équipage:

"Équipage d'élite commandé par le Chef d'Escadrille. A obtenu, malgré une défense de chasse de nuit et de flak violentes, des résultats d'une précision remarquable au cours de onze missions qu'il a effectuées depuis l'engagement du Groupe: attaques de jour et de nuit sur les objectifs du champ de bataille en Normandie, sur les bases d'avions sans pilote, sur les centres ferroviaires et industriels puissamment défendus, et notamment le 24 juillet sur Stuttgart."

photo_1

Lieutenant PELISSIER.

(collection: Christian PELISSIER)

img842

Journal de marche du Lt PELISSIER.

(collection: Christian PELISSIER)

 

1_York_-_Roger_Fourès,_'mon_ami_Robert_Roiron_disparu_avec_l'équipage_du_Cdt_Simon',_et_Robert_Brunet (2)

Photo prise à York.

Roger FOURES M/S équipage du Cpt BRION, Robert ROIRON M/S équipage du Cdt SIMON , Robert BRUNET M/S équipage du Cpt ARAUD.

(collection: Roger FOURES)

______________________________________

EQUIPAGE DU COMMANDANT BREARD

mes_images099

(collection: la mémoire des groupes lourds)

img849

Pilote: Adjt. SOUCILLE. Navigateur: Cdt. BREARD. (Cdt. de l'avion). Bombardier: S/Lt. FAUVET. Radio: Sgt/C. LEMAIRE. Mécanicien: Adjt. ACQUAVIVA. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C. CHIERICCI. Mitrailleur-arrière: Sgt. ZAVATERRO.

21/22. 02.1945 - Objectif: WORMS (Palatinat)

Nombre d'avions engagés par chaque groupe:

"GUYENNE" 14 avions.

"TUNISIE" 9 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 349 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 14 tués.

Au cours de la nuit la chasse Allemande se montre particulièrement active dans la région de l'objectif. Deux avions du groupe "GUYENNE" sont abattus. Le HALIFAX du Commandant BREARD dont l'équipage effectuait sa 31e mission est abattu à 9 km de WORMS.

Tous les membres de l'équipage sont tués et d'abord inhumé sur place, puis au cimetière de KLEINBOCHEHEIM.

CITATIONS

Le 23 Juillet 1944: Le Colonel BAILLY, Commandant les Groupes de Bombardement n°1, cite à l'ordre de la Brigade Aérienne:

l'équipage: Capitaine A. PUGET pilote Commandant d'avion, Capitaine R.BREARD navigateur, Capitaine BLAES bombardier, Lieutenant A. ROUSSEAU mécanicien, Sous-Lieutenant CARRAT radio, Adjudant J. LASSERRE mitrailleur-arrière, Sergent-Chef RETORE mitrailleur-supérieur, " équipage d'élite auquel son expérience, sa cohésion, sa haute valeur morale et son ardeur au combat ont permis d'accomplir avec une précision remarquable contrôlée par photographie, des missions de bombardement de jour et de nuit rendues difficiles par le mauvais temps et la défense aérienne ennemie. A notamment participé avec un plein succès aux opérations pour la préparation et l'appui du débarquement allié en Normandie".

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre avec étoile de bronze.

Commandant BREARD navigateur Cdt d'avion

Le 22 septembre 1944; Citation à l'ordre de la Division Aérienne:

Le Colonel ANDRIEU, Commandant p.i. les Forces Aériennes Françaises en Grande-Bretagne, cite à l'ordre de la DIVISION AERIENNE.

Le Capitaine BREARD du squadron n° 346

" Chef des Navigateurs du Groupe. Officier au caractère ardent, avide de servir. A su donner au personnel dont il est responsable l'exemple d'un parfait courage et d'une compétence absolue au cours de nombreuses missions effectuées de jour et de nuit dans des conditions difficiles sur les objectifs puissamment défendus de l'Allemagne et des territoires occupés, en particulier le 24 Juillet sur Stuttgart et le 18 Août sur la Ruhr.

Cette citation entraine l'attribution de la Croix de Guerre avec étoile d'argent.

(collection: Fernande BONNEMAIN)

www.airmemorialcreusois.fr

__________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT FLURIN

mes_images101

(collection: l'auteur du livre LES GROUPES FRANCAIS DE BOMBARDEMENT LOURD EN GRANDE-BRETAGNE 1943/1944- la mémoire des groupes lourds le COLONEL ROBERT NICAISE est à genoux au centre (il était sergent-chef), son premier équipage ayant été dissous, il a fini la guerre avec l'équipage du Lieutenant FLURIN)

Pilote:S/Lt. BERTRANDE. Navigateur: Lt. FLURIN. (Cdt. de l'avion) Bombardier: S/Lt. BERNOLLE. Radio: Sgt/C. DENAT. Mécanicien: Sgt. SAMARCELLI. Mitrailleur-supérieur: Sgt. TOURON. Mitrailleur-arrière: Sgt.GLEDEL.

http://pagesperso-orange.fr/flurin/guyenne.html

_______________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT TROUETTE

EQUIPAGE DU Lt TROUETTE

 (collection: la mémoire des groupes lourds)

Pilote: Lt. TROUETTE. (Cdt. de l'avion) Navigateur: Lt. LEGOUIC. Bombardier: Lt. DASPET. Radio: Sgt/C. FANTON. Mécanicien: Sgt/C.CHEVALIER. Mitrailleur-supérieur: Sgt. GAZEL. Mitrailleur-arrière: Sgt. BERTRAND.

CITATIONS

33098409

Pilote: Lt. TROUETTE. ( Cdt. de l'avion).

32928095

Bombardier: Lt. DASPET.

ORDRE N°17

Le Colonel BAILLY, Commandant les Groupes de Bombardement n°I, cite à l'ordre de la Brigade Aérienne:

Le Sergent GAZEL Paul, Mitrailleur

"Jeune Sous-Officiers mitrailleur plein de bonne volonté et d'allant. Aucours du mois d'Août 1944 a effectué de nombreuses missions de bombardement sur les bases de départ d'avions sans pilote, sur un port de la Baltique et des usines de carburant synthétique en Allemagne. En particulier le 18 Août 1944 sur un objectif lointain particulièrement défendu par la D.C.A. a permis par sa vigilance d'éviter deux attaques de chasseurs de nuit.

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de guerre avec étoile de bronze.

En Grande-Bretagne, le 19 Septembre 1944

Le Colonel BAILLY Commandant les groupes de Bombardement n°I.

ORDRE N°260

Par message express n°260/IGBFAF/3 du 10.3.45 la citation suivante, à l'ordre de l'aviation de bombardement, est accordée à l'équipage:

Lieutenant        TROUETTE     Pilote Cdt de l'avion

        "               LE GOUIC      Navigateur

        "               DASPET          Bombardier

Sergent-Chef     CHEVALIER  Mécanicien

         "               FANTON        Radio

Sergent              BERTRAND    Mitrailleur-arrière

         "               GAZEL           Mitrailleur-supérieur

Équipage d'une maitrise absolue qui vient encore d'effectuer avec un plein succès de dures missions de bombardement des objectifs puissamment défendus de la région rhénane.

En particulier le 18 Octobre 1944, malgré une D.C.A. intence et de nombreux  éclats reçus dans l'avion, a mené à bien toute sa mission et obtenu des résultats de bombardement particulièrement bons.

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de guerre avec étoile de vermeil.

32997341

56369640

Mitrailleur-supérieur: Sgt. Paul GAZEL.

L'itinéraire de guerre aérienne du Sergent-chef Paul GAZEL

img475

img476

 

img478

____________________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT HYENNE

mes_images157

 

(collection: la mémoire des groupes lourds)

P1600748

(collection: Roland DELEPINE. Pat MARTIN WOODGATE. Paul de seja MARTIN)

Pilote: Sgt: ROCA. Navigateur: Lt. HYENNE. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Adjt/C. CHABROUD. Radio: Sgt/C. MAXERAT. Mécanicien: Sgt/C. LAHERRERE. Mitrailleur-supérieur: Sgt. MARTIN. Mitrailleur-arrière: Sgt. REYNAL.

RECIT DE Roland DELEPINE

mes_images

Diplome Mécanicien d'armement: Soldat MARTIN Henri. Alger le 24 Septembre 1943.

mes_images

Mitrailleur-supérieur: MARTIN Henri.

P1600743_1_

(collection: Roland DELEPINE.)

Alors qu' HENRI MARTIN se battait pour la France Libre , son père était embarqué sur un navire été grièvement blessé lors d'une attaque aérienne. Décédé quelques mois après des suites de ses blessures.

Nous gardons le souvenir d'HENRI MARTIN et son regard si jeune ne manque jamais de nous rappeler pour quelle cause il  est mort. PAT MARTIN WOODGATE nous parle souvent de lui et de ses camarades à ELVINGTON, mais ne se souvient que de Mr HOUZE et de deux autres personnes dont les prénoms sont Françis et Jacques (peut-être en fait Mr HOUZE). Ils se rencontraient souvent dans un restaurant à YORK. Elle connaissait aussi très bien le Commandant PUGET.

Il faut savoir que la veuve d'HENRI MARTIN appartenait aux SERVICES SPECIAUX ANGLAIS. Elle était placée directement sous les ordres de WINSTON CHURCHILL. Madame PAT MARTIN WOODGATE a accompli de nombreuses missions dangereuses en France occupée et notamment en Normandie. Parachutée en LYSANDER, retour en GRANDE-BRETAGNE par sous-marin. Elle occultait cette activité à HENRI, a qui elle expliquait ses "absences" par des vacances dans la famille...

4 NOVEMBRE 1944

OBJECTIF BOCHUM

Nuit néfaste pour le groupe GUYENNE. L'objectif est BOCHUM (Ruhr) attaqué par 703 bombardiers lourds, dont 16 du groupe. 27 avions sont manquants, dont 5 du groupe.

L'avion du Lieutenant HYENNE est abattu à Dashausen vers 20 heures. Les 7 membres de l'équipage, tués, furent inhumés le 11 novembre au cimetière civil du champ de course, à DORTMUND (Ruhr).

Tombe 222: Sergent ROCA Guy (Pilote)

Tombe 223: Sergent-Chef MAXERAT Louis (Radio)

Tombe 224: Adjudant-Chef CHABROUD Jean (Bombardier)

Tombe 225: Lieutenant HYENNE Auguste (Navigateur)

Tombe 226: Sergent MARTIN Henri (Mitrailleur-supérieur)

Tombes 227 et 228: deux aviateurs inhumés comme "inconnus", présumés: Sergent-Chef LAHERRERE Jean (Mécanicien) , Sergent REYNAL Jean (Mitrailleur-arrière).

(source: journal de marche du Groupe GUYENNE en opérations Capitaine COCHO.)

Télégramme de la Croix-Rouge Internationale de GENEVE ,concernant l'équipage du Lieutenant HYENNE.

Objectif: BOCHUM, le HALIFAX est abattu à DASHAUSEN

img168

img169

Document découvert par monsieur Guy ALAPHILIPPE, et grace a sa professeur d'anglais Madame Jane RAYMOND qui lors d'une visite sur le blog à découvert le récit de Monsieur Roland DELEPINE conçernant l'histoire du Sergent Henri MARTIN.

"Un superbe document pour les GROUPES LOURDS un grand merci à Madame Jane RAYMOND".

CITATIONS

mes_images

mes_images

(collection: Roland DELEPINE. PAT. MARTIN WOODGATE. Paul de SEJA MARTIN)

DECISION N°1183

Sur la proposition du Ministère de l'Air le Président du Gouvernement provisoire de la République Française chef des Armées.

Henri_Martin

Sergent Henri MARTIN

(collection: Stérenn MATHIEU)

CITE

A L'ORDRE DE L'ARMEE AERIENNE

Le Sergent MARTIN Henri Louis Alphonse du G.B. 2/23 GUYENNE

Sous-officier mitrailleur de tourelle supérieure d'un équipage de classe, au courage modeste et tranquille ardent au combat. Aparticipé pendant les mois de Septembre,Octobre et de Novembre 1944 à de nombreux bombardements sur des objectifs très défendus de l'Allemagne; Notamment le II Septembre, attaquait de jour une usine de pétrole syntétique du centre de la Ruhr, malgré une D.C.A. trés intense et très précise, et ramenait son avion gravement endommagé, percé de 15 éclats d'obus, un moteur arrêté, un réservoir d'essence crevé.

Le 6 Octobre, bombardait de nuit avec succès un autre objectif de la Rhur, et était à nouveau sérieusement touché par 2 éclats de D.C.A. un réservoir d'huile crevé, le dispositif de mise en drapeau d'un moteur hors d'usage.

A trouvé une mort glorieuse à sa IIème mission, alors qu'il participait à une attaque sur un centre industriel important de la Ruhr.

Cette citation annule et remplace la citation à l'ordre de l'Aviation de bombardement accordée par décision N° 323 du Ier Décembre 1944 du Colonel Commandant provisoirement les Forces Aériennes Françaises en Grande-Bretagne

Cette citation comporte l'attribution de la croix de guerre avec palme.

Paris le I Septembre 1945

C. DE GAULLE

mes_images

(collection: Roland DELEPINE. Pat MARTIN WOODGATE. Paul de Seja MARTIN.)

MERIGNAC. le 6 Août 1947

Le Commandant CALMEL, Commandant le G.B. 2/21 "GUYENNE"

____________________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT DABADIE

mes_images165

(collection: Nuits de feu sur l'Allemagne. Louis. BOURGAIN)

Pilote: Adjt. GUISE. Navigateur: Lt. DABADIE. (Cdt.de l'avion). Bombardier: S/Lt. POTHUAU. Radio: Sgt/C. ALAVOINE. Mécanicien: Sgt/C. LELONG. Mitrailleur-supérieur: Sgt. VAUTARD. Mitrailleur-arrière: Sgt. VEGA.

4/5.11.1944 - Objectif: BOCHUM.

Nombre d'avions engagés par chaque groupe:

"GUYENNE" 16 avions.

"TUNISIE" 11 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 749 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 23 tués.

Le HALIFAX du Lieutenant DABADIE est attaqué par-dessous. Le feu se déclare immédiatement au moteur intérieur gauche. Le Lieutenant DABADIE appelle le pilote,l'Adjudant GUISE, qui ne répond pas, probablement tué par la rafale. DABADIE donne alors l'ordre de sauter. Il ouvre la trappe d'évacuation avant, mais celle-ci se coince. DABADIE et le bombardier, le Lieutenant PONTHUAU, sont enfermés dans la partie avant de la carlingue. Le radio, le Sergent/Chef LAVOINE, s'approche de la trappe. DABADIE lui fait signe de sauter et ALAVOINE évacue après avoir jeté un coup d'oeil vers l'arrière et vu le mécanicien, le Sergent LELONG, tenter de mettre son parachute dans la fumée épaisse. Pendant ce temps, le mitrailleur-supérieur, le Sergent VAUTARD ouvre la porte arrière et se précipite dans le vide. L'avion tombe à HÜCKELHOVEN (20 km N.O de Cologne). Ils seront les deux seuls rescapés. DABADIE et GUISE ont été inhumés au cimetière de HÜCKLHOVEN.

Les 3 autres corps n'ont pas été retrouvés.

(source: La mémoire des groupes lourds)

 ___________________________________________________________ 

EQUIPAGE DU CAPITAINE ROY

mes_images161

(collection: la mémoire des groupes lourds)

Pilote: Lt. GROSNIER. Navigateur: Lt. RAVOTTI. Bombardier: Cpt. Jules ROY. (Cdt. de l'avion). Radio: Sgt/C. DURAN. Mécanicien: Adjt. KOPP. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C. KERGRENE. Mitrailleur-arrière: Adjt. MOT.

JRHalifax

(collection: ROY. Jean Louis)

de gauche a droite:

Bombardier: Cpt. Jules ROY (Cdt. de l'avion). Pilote: Lt. GRONIER. Navigateur: Lt. RAVOTTI. Mécanicien: Adjt. KOPP. Radio: Sgt. DURAN. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C. KERGRENE. Mitrailleur-arrière: Adjt. MOT.

12/13.07.1944 - Objectif: LES HAUTS-BUISSONS (Haute Forêt d'EU prés de CAMPNEUSEVILLE)

Nombre d'avions engagés par le groupe :

"GUYENNE" 13 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 230 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 7 tués.

L'OBJECTIF SE SITUE DANS MA REGION.

Dans la nuit du 12 au 13 juillet 1944, l'objectif est les HAUTS-BUISSONS. Treize équipages décollent, entre 22h30 et 23heures. Le passage d'un front chaud est annoncé pour la nuit, mais il fait, au départ, assez beau, et les bombardements ont lieu à 15 000 pieds, sur les T.I., clairement visibles. Au retour, le plafond s'abaisse, et la plupart des avions rentrent vers la base dans les nuages. A ELVINGTON , il bruine; le plafond est de 500 à 600 pieds, et la visibilité, dans cette atmosphère liquide qui brouille tout, est très réduite. Plusieurs avions sont déja posés lorsque, vers 2h50, le E, l'avion du Capitaine GAUBERT, qui termine sa première mission, commence ses tours de piste.

Sur le F, l'équipage piloté par le Lieutenant GRONIER, aux ordres du Capitaine ROY, fait également sa première mission. Dans la crasse il tourne, lui aussi autour du terrain. Soudain, un feu rouge qui se rapproche... et c'est la collision. Le E, l'empennage démoli par une hélice du F, tombe au sol, ou il explose, tuant les sept membres de l'équipage. Sur le F, déséquilibré, le Capitaine ROY, trés calme, donne l'ordre d'évacuer en parachute. Le navigateur, le Lieutenant RAVOTTI, et le mitrailleur-arrière, l'Adjudant MOTH, sautent. Mais le Lieutenant GRONIER, malgré une hélice cassée et de violentes vibrations, parvient à tenir l'avion. L'évacuation est stoppée, et, grâce à l'habileté et au sang-froid du pilote, le F se pose sans casse sur la piste.

(source: Journal de marche du Capitaine COCHO.)

JULES ROY

13 JUILLET 1944.

Nous sommes partis hier bombarder la haute Forêt d'EU, exactement à l'ouest-nord-ouest de CAMPNEUSEVILLE, prés de quelques maisons dans les vergers. Au retour sur la base, à deux heures dix du matin, nous avons été heurtés en plein vol par un avion de l'escadrille (je l'ai su à terre), qui tomba et brûla. Il y eut un moment de flottement terrible, un début d'incendie à un moteur et des vibrations très fortes qui me décidèrent à commander l'évacuation en parachute. GRONIER et moi stoppâmes le moteur en question; les vibrations cessèrent et j'arrêtai les sauts de ceux qui restaient encore à bord. Dans un calme absolu, GRONIER réussit à poser l'avion. Le navigateur et le mitrailleur-arrière ont attéri sans ennui dans des champs de pommes de terre. Tout l'équipage est sauf. Toi qui nous as soutenus, et qui nous as versé le secours de la force souveraine, sois béni...

A mon retour dans la hutte (Nissen), essayé d'appliquer mon esprit à la lecture de VAUVENARGUES. Trés difficile. J'évite de parler de cet accident et même d'y penser, tant j'en suis remué jusqu'au fond de l'être.

14 JUILLET 1944

Bals dans le voisinage. Il n'est pas question une seconde pour moi d'y assister.Je songe bêtement à ces sept copains qui sont tout prés d'ici et qui ont flambé dans leur avion, prés d'un bouquet de chênes. Qu'a-t'on fait d'eux? Ou sont leurs pauvres restes? Si j'avais partagé leur sort, les camarades continueraient aussi à courir sur les routes pour rencontrer des filles ou boire de la bière. Et pour ne pas attrister ce jour de fête, le Colonel n'a pas osé parler d'eux dans son allocution de ce matin.

Le corps pressent-ils les dangers qui le menaçent? J'ai vu, il y a quelque temps, comment ma mort serait annoncée à ma mère. Hier, j'ai écrit quelques lettres fixant certaines dispositions post mortem.

15 JUILLET 1944

Toujours pensé aux camarades, à leur jugement, le seul qui soit vrai et qui importe. Si j'avais eu une responsabilité en cette affaire, ils m'auraient tourné le dos, et c'est bien la crainte absurde que j'éprouvai après l'accident. Je respire mieux, et ma joie renaît de les sentir si francs à se serrer autour de moi. Estime de BROHON, en particulier. Nul besoin de nous dire ce que nous éprouvons. Eté voir notre nouvel avion. L'équipage est soudain comme durci, prêt à affronter d'autres dangers.

Lettre de G... bien émouvante.

Enquête réglementaire et trés poussée.

16 JUILLET 1944

Alerte, puis déroulement classique des opérations; repas à heures spéciales, conférences, contre-ordres puis nouvelles conférences, équipements et nouveaux contre-ordres pour la soirée. Temps lourd et chaud.

Ce matin, messe à la mémoire de l'équipage tombé. Simplicité vraiment évangélique, chants graves. Rien de discordant, que la quête.

17 JUILLET 1944

Fin de l'enquête. Irresponsabilité de l'équipage au moment de l'accident et louanges pour sa conduite après. "Requis" depuis midi. Mission de nuit probablement, car le repas est fixé à dix-huit heures trente.

(source: RETOUR DE L'ENFER. Journal de marche du Capitaine ROY.)

 

JULES ROY OU L'UTILE SACRIFICE

Qu'y a-t-il de plus indiqué que de réduire à régler sa pensée, a modeler sa conscience, à orienter sa vie sur la mode du jour, celle-ci faite des talents, des caprices, des passions et des erreurs des hommes? Cette forme d'abdication de soi JULES ROY l'a rejetée toute sa vie. Ce n'était pas la vaste lueur qui émane du sentiment général vers laquelle il inclinait, mais vers sa propre flamme qu'il situait sur le chemin de l'unique vérité. Esprit rebelle. Bien sûr. Là était l'un de ses mérites.

Qualité d'autant plus exigeante qu'il souffrait des contradictions qu'elle implique. Soldat passionné porté par le devoir de servir, il acceptait mal cependant ces nuits de carnage au cours desquelles son équipage semait la mort et répandait les ruines, pêle-mêle, sur les combattants et les non-combattants; amoureux de la vie, il avait décidé de l'accompagner de l'amer piment du risque; en quête permanente de victoires pour la nation, il lui fallut vivre ses terribles défaites; fasciné par la grandeur et les servitudes du métier des armes, il ne put s'accommoder des mesquineries qui côtoient même les plus grandes et les plus nobles entreprise de l'humanité.

"Je veux témoigner", disait-il, "plus tard si, pour moi, il y a un plus tard..., je veux témoigner et pour le faire la tête haute, je veux accomplir plus de missions, prendre plus de risques, être sans reproches... Si parfois la peur ne me gagne, quel bonheur, ensuite, que de l'avoir vaincue. Là est le destin de l'homme". Pour savourer la vie, il fallait qu'elle eût, par moments, le goût de la mort. Plus tard, la vie, il l'exalta la plume à la main, une plume dérangeante qu'il avait placée au service de sa vérité. L'incompréhension a peut-être été son ultime récompense puisqu'elle l'a situé hors du commun.

GENERAL (C.R) Pierre M. GALLOIS

(source: L'OPS N°23 JUILLET 2000)

 CITATIONS

mes_images

Pilote: Cpt. GRONIER.

mes_images

Radio: Sgt/C. DURAN.

 _________________________________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT DELVOYE

mes_images162

(collection:la mémoire des groupes lourds)

Pilote: Lt. DELVOYE. (Cdt. de l'avion). Navigateur: BALDASSARI. Bombardier:  Lt. CAPPAROS. Radio: Sgt/C. VIGNE. Mécanicien: Sgt/C. MARAMBER. Mitrailleur-supérieur: Sgt. GODEFERT. Mitrailleur-arrière: Sgt. GRAZIANI.

mes_images

Bombardier: Lt. CAPPAROS.

mes_images

Mitrailleur-arrière: Sgt. GRAZIANI.

mes_images

Mécanicien: Sgt/C. MARANBER.

mes_images

Radio: Sgt/C. VIGNE.

mes_images

Mitrailleur-supérieur: Sgt. GODEFERT.

______________________________________________________ 

EQUIPAGE DU COMMANDANT DEMAZURE

mes_images163

(collection: la mémoire des groupes lourds)

Pilote: Cpt. BOE. Navigateur: Cdt. DEMAZURE. (Cdt. de l'avion). Bombardier: S/Lt. RUELLAN. Radio: Sgt/C. PLOYE. Mécanicien:S/Lt CARISTAN Hilarion. Mitrailleur-supérieur: Sgt. AZEMA. Mitrailleur-arrière: Sgt. BRESSON.

mes_images

Mitrailleur-supérieur: Sgt. AZEMA.

mes_images

Mitrailleur-arrière: Sgt. BRESSON.

_________________________________________________________ 

EQUIPAGE DU CAPITAINE MEMIN

mes_images164

Pilote: Lt. GUIOMAR. Navigateur: Cpt. MEMIN. (Cdt. de l'avion). bombardier: S/Lt. BISMUTH. puis le S/LT de GENNES. Radio: S/Lt. BAZIMON. Mécanicien: Sgt. VANPARYS. Mitrailleur-supérieur: Sgt. RICHARD. Mitrailleur-arrière: Sgt. QUENTIN.

Sur la photo d'équipage du Capitaine MEMIN le 3ième à partir de la gauche le Sous-Lieutenant de GENNES, propriétaire du fume cigarette avec les signatures de plusieurs de ses camarades d'équipage d'ELVINGTON.

On distingue plusieurs signatures très lisibles: MEMIN, BLEUZAT, Marcel NOGES, GUIOMAR, Lucien SUSBIELLE, H. de FREYCINET, J. CHAPUT.

porte_cigarette_papa_1_169_1_

(collection: Béatrice FERNET)

UNE BELLE ANECDOTE

Voici la belle anecdote concernant ce fume cigarette. Un officier Anglais lui offrant une cigarette dans un bar de la R.A.F. Le Sous-Lieutenant de GENNES regarde cet objet et lui dit que c'est celui de son père, pilote de la 1er Guerre Mondiale, (décédé en 1929, sur les lignes LATECOERE) perdu lors d'un combat aérien, et à ce moment là l'Anglais lui dit " mon père l'a trouvé dans la boue des tranchées" nous ignorons le nom de l'Anglais et le lieu où cela s'est passé.

Une belle histoire de Madame Béatrice FERNET la fille du Sous- Lieutenant de GENNES.

 

Posté par DUCAPHIL à 16:11 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

EQUIPAGES DU 1/25 "TUNISIE"

EQUIPAGE DU LIEUTENANT HEGLY

mes_images750

 

37642659

(collection: Jacques ROUSSEAU)

EQUIPAGE DE RENFORT PENDANT L'ANNEE 1944.

1re Escadrille

DE GAUCHE A DROITE SUR LA PHOTO

Mitrailleur-arrière: Sgt. CHAMPAGNOL. Mécanicien: Adjt/C. VILLARD. Bombardier: S/Lt. TOUREL. Pilote: Lt. HEGLY.(Cdt de l'avion) Mécanicien au sol: Adjt/C. LACARIEUX. Navigateur: Lt. SERVIERE. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C. JACQUEMIN.  Mécanicien au sol.

En bas: Mécanicien d'entretien. Albert CHAZERAND,  Radio: Sgt/C. VAUTHIER.

_________________________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE MULLER

mes_images747

(collection: la mémoire des groupes lourds)

EQUIPAGE DE RENFORT

2ième Escadrille

Pilote: S/Lt. QUENEL. Navigateur: Cpt. MULLER. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Adjt/C. PLEINDOUX. Radio: Sgt. BERTHOME. Mécanicien: Sgt. GEMOT. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C. BECK. Mitrailleur-arrière: Sgt. BEYER.

CITATIONS

mes_images

Mitrailleur-arrière: Sgt. BEYER Guy-Charles.

mes_images

Mitrailleur-supérieur: Sgt/C.BECK Paul-Lucien-Jean.

32999829

img876

Mécanicien: Adjudant: GEMOT Pierre.

(collection: Nicole ROUSSEAU-PAYEN)

______________________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE PERSON

mes_images672

mes_images175

img816

(collection: la mémoire des groupes lourds)

1re Escadrille

Pilote: Cpt. PERSON. (Cdt de l'avion). Navigateur: Lt. JOLY. Bombardier: Lt. BLOT. Radio: S/Lt. ADNET. Mécanicien: S/Lt. BOURDEROTTE. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C. CHEVALIER. Mitrailleur-arrière: Sgt/C. GERARD.

6/7.12.1944 - Objectif: OSNABRÜCK.

Nombre d'avions engagés par chaque groupes:

"GUYENNE" 13 avions.

"TUNISIE" 11 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 453 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 2 tués.

Le HALIFAX du Capitaine PERSON est attaqué par un chasseur ennemi après le passage sur l'objectif. Tout l'équipage à l'exception de PERSON saute en parachute. PERSON sera retrouvé mort dans l'avion à WACHENDORF. ADNET opéré par les chirurgiens allemands ne devait pas survivre. GERARD est amputé des deux jambes. PERSON et ADNET ont été inhumés au cimetière de LIGEN-EMS.

(source: La mémoire des groupes lourds)

---------------------------------------------------

EXTRAIT DU JOURNAL DE MARCHE de la 2 ème ESCADRILLE du GROUPE DE BOMBARDEMENT 1/25 TUNISIE (SQUADRON 347)

img317

(source: ASSOCIATION AMICALE des anciens bombardiers du 12è R.A.B. et de la 12è Escadre)

(collection: Odile ROZOY KUNZ)

CITATION

Le 19 septembre 1944, ordre n°12, le Colonel ANDRIEU, commandant par intérim les Forces Aériennes en Grande-Bretagne, citait à l'ordre de la Brigade aérienne l'équipage du Capitaine PERSON, avec attribution de la Croix de Guerre avec étoile de Bronze:

"Équipage de valeur, dont la grande expérience aéronautique et les qualités de courage et de sang-froid ont trouvé à s'exercer au cours des opérations de bombardement auxquelles il a participé, notamment pendant le raid du 25 juillet sur la Ruhr où il réussit à ramener à la Base de Départ son avion criblé par la D.C.A. ennemie."

Le 5 janvier 1945, ordre n°18 le Général d'Armée aérienne BOUSCAT, inspecteur Général de l'Armée de l'Air, Commandant des Forces Aériennes Engagées, citait l'équipage à l'Ordre de la Division Aérienne, avec attribution de la Croix de Guerre avec étoile d'Argent:

Équipage de bombardement toujours animé d'un sens élevé du devoir. A participé avec succès à de nombreuses missions de jour et de nuit en territoire ennemi. S'est particulièrement distingué dans la nuit du 18 au 19 août 1944, en bombardent avec précision une usine de pétrole synthétique de la Ruhr, malgré le feu intense de la D.C.A. et la réaction de la chasse ennemie."

Le 16 mars 1945, décision n°527, le Général DE GAULLE, Président du Gouvernement provisoire de la République Française, Chef des Armées, citait à l'ordre de l'Armée aérienne avec attribution de la Croix de Guerre avec Palme.

Le Capitaine PERSON Jean-François, du Groupe de Bombardement 1/25 "TUNISIE".

"Pilote prestigieux, Commandant d'avion remarquable, a créé un magnifique équipage qui a su obtenir un degré de cohésion rarement atteint et qui a fait preuve d'une sérénité confiante malgré qu'il ait souffert plus particulièrement et à plusieurs reprises de la violence des réactions ennemies. S'est distingué par son sang-froid et son esprit de détermination au cours de longues et nombreuses missions effectuées sur des points extrêmement défendus de l'Allemagne, notamment sur la région de la Ruhr. Sévèrement touché le 02 décembre 1944 par la D.C.A. ennemie, a exécuté malgré ce handicap, un bombardement remarquable de précision. Les 05 et 06 décembre participait à nouveau à deux autres opérations particulièrement dures. Porté disparu le 06 décembre alors qu'il effectuait sa 22ème mission sur un centre ferroviaire et industriel important au Nord-Est de la Ruhr".

________________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE DUTREY -LASSUS

img855

L'équipage du L.8 E. ".E. For Esay"avec les mécaniciens au sol de l'avion.

(collection: Yves HERROU)

1re Escadrille

Pilote: Cpt. DUTREY-LASSUS. (Cdt. de l'avion) Navigateur: Lt. TROTET. Bombardier: S/Lt. HERROU. Radio: Sgt. BOURGOGNON. Mécanicien: Sgt/C. PARATORE. Mitrailleur-supérieur: Sgt. VAISSADE. Mitrailleur-arrière: Sgt/C. de FELIGONDE.

img864

Remise de la Croix de Commandeur de la Légion d'Honneur au Commandant HERROU par l'Amiral Amman à Brest en 1963.

(collection: Yves HERROU)

- Matelot de 2ème classe: Pierre HERROU - Arrivé à bord du Vaisseau Ecole "ARMORIQUE" le 1er Octobre 1929 comme élève de l'Ecole de Maistrance.

- Engagé volontaire pour 5 ans compter du jour de sa sortie de l'école le 11 décembre 1929 à Brest (Finistère) - A été compris sous le n° 1112 de la liste du recrutement de la classe 1933 de la subdivision de Brest, canton de Pleyben.

- Matelot de 2ème classe sans spécialité le 11 Décembre 1929.

- Sorti de l'école de Maistrance de Brest le 1er Octobre 1930.

- Affecté au C.A.M. de Rochefort du 1er Octobre 1930 au 1er Janvier 1931.

- Obtient le brevet d'arrimeur à/c du 1er Janvier 1931 (moyenne: 14,80)

- Promu Quartier Maitre Arrimeur par le C.A.M. de Rochefort à/c du 1/1/1931.

- Affecté au C.P.H. de Carouba (Tunisie) du 1er Janvier 1931 au 27 Octobre 1931.

- Affecté au C.I. d'Hourtin du 27 Octobre 1931 au 30 Janvier 1932.

- Obtient le certificat de mitrailleur-bombardier à/c du 30 Janvier 1932 (moyenne: 15,57)

- Promu Second-Maitre Arrimeur à compter du 1er Juillet 1932.

- Affecté au B.P.A. de Cherbourg du 30 Janvier 1932 au 6 Septembre 1933.

- Affecté au B.P.A. de Sidi-Ahmed du 6 Septembre 1933 au 1er Janvier 1936.

- Rengagé pour 3 ans au port de Bizerte le 19 Août 1935 pour compter du 1er Octobre 1935.

- Versé dans les Cadres de l'Armée de l'Air à/c du 1er Janvier 1936.

DECORATIONS

Commandeur de la Légion d'Honneur

- Croix de Guerre 39-45 (Palmes et Etoiles)

- Croix des T.O.E. (Etoiles)

- Médaille Coloniale

- Médaille de l'Aéronautique

- Ordre Etranger

- Cèdre du Liban

- Nicham Iftikar (Tunisie)

Mission de guerre

Du S/Lt HERROU

Juin 1944

- 28/6/44 - Objectif: (Mont-Candon - base d'avions) - Equipage - Halifax III - "L 8"(Tunisie 11 avions). Durée: 4h10. Total des avions engagés dans la mission 721 avions. 

Juillet 1944

- 1/7/44 - Objectif: (Saint-Martin L'Hortier) -  Equipage + Lt BERTHET - Halifax III - L 8 "E" - LL 253 - ( Guyenne 5 avions - Tunisie 13 avions). Durée: 4h10. Total des avions engagés dans la mission 307 avions.

- 4/7/44 - Objectif: (Domléger) - Equipage + Lt LEROY - Halifax III - L 8 "E" - LL 253 - (Guyenne 6 avions - Tunisie 10 avions). Durée: 4h25. Total des avions engagés dans la mission 328 avions.

- 6/7/44 - Objectif: (Marquise Mimoyecques) - Equipage - Halifax III -  L 8 "E" - LL 253 - (Guyenne 10 avions - Tunisie 11 avions). Durée: 3h43. Vol de jour 2h21. Vol de nuit 1h22. Total des avions engagés dans la mission 551 avions. Nombre de Français tués dans la mission (7).

- 23/7/44 - Objectif: (Sannerville) - Equipage - Halifax III - L 8 "E" - LL 573 - (Guyenne 12 avions - Tunisie 7 avions). Durée: 3h21. 6h43 N. Total des avions engagés dans la mission 942 avions.

- 24/7/44 - Objectif: (Stuttgart) - Equipage - Halifax III - L 8 "E" - LL 573 - (Guyenne 6 avions - Tunisie 6 avions). Durée: 7h52. Vol de jour 1h09. Vol de nuit 6h43. Total des avions engagés dans la mission 631 avions.

Septembre 1944

- 3/9/44 - Objectif: (Venloo) - Equipage - Halifax III - L 8 - LL 590 - ( Guyenne 13 avions - Tunisie 12 avions). Durée: 4h15. Total des avions engagés dans la mission 675 avions. Nombre de Français tués dans la mission (5). Bombardement de l'aérodrome de Venloo. Hollande.

- 10/9/44 - Objectif: (Octeville - près du Havre) - Equipage - Halifax III - L 8 - LL 590 - (Guyenne 16 avions - Tunisie 14 avions). Durée: 4h05. Total des avions engagés dans la mission 992 avions. Nombre de Français tués dans la mission (6). Bombardement des lignes Allemandes du Havre.

Octobre 1944

- 10/10/44 - Objectif: (Bochum) - Equipage - Halifax III - L 8 "E" LL 573 - ( Guyenne 10 avions - Tunisie 11 avions). Durée: 5h45. Vol de jour 1h30. Vol de nuit 4h15. Total des avions engagés dans la mission 435 avions. Bombardement de Bochum (Rhur).

- 14/10/44 - Objectif: (Duisbourg) - Equipage - Halifax III - L 8 "E" LL 573 - (Guyenne 15 avions - Tunisie 15 avions). Durée: 5h05. Vol de jour 4h30. Vol de nuit 0h35. Total des avions engagés dans la mission 1005 avions. Bombardement de Duisbourg (Rhur).

- 23/10/44 - Objectif: (Essen) - Equipage - Halifax III - L 8 "E" LL 573 - (Guyenne 15 avions - Tunisie 15 avions). Durée: 5h35. Vol de jour 1h05. Vol de nuit 4h30. Total des avions engagés dans la mission 1055 avions. Nombre de Français tués dans la mission (10). Bombardement d'Essen (Rhur).

- 25/10/44 - Objectif: (Essen) - Equipage - Halifax III - L 8 "E" LL 573 - (Guyenne 15 avions - Tunisie 14 avions). Durée: 5h10. Total des avions engagés dans la mission 771 avions. Bombardement d'Essen (Rhur).

- 28/10/44 - Objectif: (Cologne) - Equipage + Cpt SAUTEREY - Halifax III - L 8 "E" LL 573 - ( Guyenne 13 avions - Tunisie 15 avions). Durée: 5h30. Vol de jour 4h45. Vol de nuit 0h45. Total des avions engagés dans la mission 733 avions. Bombardement de Cologne (Rhur).

- 31/10/44 - Objectif: (Cologne) - Equipage + Sgt/C PERSON - Halifax III - L 8  "F" ( Guyenne 14 avions - Tunisie 13 avions). Durée: 5h00. Vol de jour 0h20. Vol de nuit 4h40. Total des avions engagés dans la mission 905 avions. Bombardement de Cologne (Rhur).

Décembre 1944

- 2/12/44 - Objectif: (Hagen) - Equipage + Lt GUENOIS - Halifax III - L 8 - NA 182 - (Guyenne 14 avions - Tunisie 13 avions). Durée: 6h55. Total des avions engagés dans la mission 504 avions. Bombardement de Hagen (Rhur).

- 5/12/44 - Objectif: (Gare de Soest) - Equipage - Halifax III - L 8 - NA 182 - (Guyenne 15 avions - Tunisie 15 avions). Durée: 6h55. Total des avions engagés dans la mission 497 avions. Bombardement  de Soest (Rhur).

- 6/12/44 - Objectif: (Osnabrück) - Equipage - Halifax III - L 8 - NA 182 - (Guyenne 13 avions - Tunisie 11 avions). Durée: 6h55. Vol de jour 1h34. Vol de nuit 5h20. Total des avions engagés dans la mission 453 avions. Nombre de Français tués dans la mission (2). Bombardement d'Osnabrück.

- 12/12/44 - Objectif: (Essen) - Equipage - Halifax III - L 8 - NA 182 - ( Guyenne 8 avions - Tunisie 8 avions). Durée: 6h25. Vol de jour 1h15. Vol de nuit 5h10. Total des avions engagés dans la mission 540 avions. Bombardement d'Essen (Rhur).

- 18/12/44 - Objectif: (Duisbourg) - Equipage - Halifax III - L 8 - NA 182 - (Guyenne 13 avions - Tunisie 15 avions). Durée: 6h30. Vol de jour 5h50. Vol de nuit 0h40. Total des avions engagés dans la mission 523 avions. Nombre de Français tués dans la mission (1). Bombardement de Duisbourg.

- 21/12/44 - Objectif: (Cologne) - Equipage - Halifax III - L 8 - LL 577 - (Guyenne 8 avions - Tunisie 8 avions). Durée: 5h40.  Vol de jour 1h50. Vol de nuit 3h50. Total des avions engagés dans la mission 136 avions. Bombardement de la gare de triage de Cologne (gare de Nippes).

- 28/12/44 - Objectif: (Mönchengladbach) - Equipage - Halifax III - L 8 "C" - NR 287 - (Guyenne 9 avions - Tunisie 6 avions). Durée: 5h25. Vol de jour 1h30. Vol de nuit 3h55. Total des avions engagés dans la mission 186 avions. Bombardement de München-Gladback.

6 missions sur la France, 15 missions sur l'Allemagne, total 21 missions de guerre.

(collection: Yves HERROU)

____________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT BIENAIME

1re Escadrille

Pilote: Sgt/C. LOTH. Navigateur: Lt. BIENAIME. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Cpt. RUBY. Radio: Sgt/C. LAGIER. Mécanicien: Adjt. TIERCET. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C. WOLF. Mitrailleur-arrière: Adjt. MOSNIER.

 

 

Posté par DUCAPHIL à 21:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

EQUIPAGES DU 1/25 "TUNISIE"

EQUIPAGES DU 1/25 TUNISIE:

EQUIPAGE DU LIEUTENANT-COLONEL VIGOUROUX

2ème Escadrille

Pilote: Lt/Col. VIGOUROUX. (Cdt. de l'avion). Navigateur: Lt. BOURGEOIS. Bombardier: Lt. PERSINETTE. Radio: Sgt. BOURDON. Mécanicien: Lt. HABERT. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C. EGALITE. Mitrailleur-arrière: Sgt/C. BURLET.

 

 

img152

Lt-Col VIGOUROUX.

(collection: Roger BOURGEOIS)

 

CITATIONS

Citation à l'Ordre de la Brigade Aérienne.

"Equipage d'une valeur exceptionnelle, a accompli des missions de jour et de nuit sur le Front de FRANCE et sur la Ruhr avec un courage et un calme qui leur ont permis de bombarder d'une façon précise, contrôles par photographie, des objectifs défendus par une D.C.A. intense. Notamment dans la nuit du 25 juillet bien qu'ayant son avion atteint par des éclats d'obus, a réussi un bombardement particulièrement efficace."

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre avec Etoile de Bronze.

--------------------------------------------

Ordre n°12 du GB. n°1 en date du 22 Août 1944.

Citation à l'Ordre de la Division Aérienne

"Equipage de grande classe qui, depuis l'entrée du Groupe en opérations, a exécuté avec une ardeur inlassable, des missions de bombardement de jour et de nuit sur la Ruhr et des objectifs violemment défendus en Allemagne et sur le Front de FRANCE. Bien qu'ayant eu son avion atteint à plusieurs reprises par la D.C.A., a toujours parfaitement réussi ses bombardements prouvant ainsi sa valeur et sa cohésion."

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre avec Etoile d'Argent.

-------------------------------------------------

 

img151

 

 (collection: Roger BOURGEOIS)

 

img150

 

Equipage du Capitaine BOURGEOIS

(collection: Richard BOURGEOIS)

Lettre 399/3/FAGB du Commandant les Forces Aériennes Françaises en Grande-Bretagne en date du 11 janvier 1945.

Adjudant: LECORNU Pilote

Capitaine: BOUGEOIS Navigateur (Cdt d'avion)

Lieutenant: PERSINETTE Bombardier

Lieutenant HABERT Mécanicien

Sergent: BOURDON Radio

Sergent/Chef: BURLET Mitrailleur-arrière

Sergent/Chef: EGALITE Mitrailleur-supérieur

 

img153

Le Cpt BOURGEOIS à son poste de navigateur.

(collection: Roger BOURGEOIS)

 

Citation à l'Ordre de l'Aviation de Bombardement

"Equipage continuant à faire preuve des plus hautes qualités militaires et morales. Depuis sa dernière citation, grâce à un esprit de cohésion parfait, a montré les plus belles qualités de tenacité et d'ardeur au combat en attaquant avec succès de nombreux objectifs en Allemagne. Avec un mépris complet du danger, une précision et une régulante à citer en exemple, à toujours mené à bien toutes ses attaques. En particulier le 25 Octobre malgré une vive opposition de la Flak, a contribué brillamment à détruire une ville industrielle de la Ruhr ramenant à la Base son avion sérieusement endommagé.

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre avec Etoile de Vermeil.

(collection: Richard BOURGEOIS)

Superbe document du Lieutenant HABERT mécanicien de l'équipage du Lt/Col. VIGOUROUX avec le Lieutenant ROZOY du Groupe LORRAINE.

img835

img836

(collection: Odile ROZOY KUNZ)

________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE LAFAYE

 

51034147

 2ème Escadrille

 (collection: Pierre VAYRON)

Pilote: Cpt. LAFAYE. (Cdt. de l'avion). Navigateur: Lt. CAPRON. Bombardier: S/Lt. DONDELINGER. Radio: Sgt/C. HENRIOT. Mécanicien: Adjt. Paul VAYRON. Mitrailleur-supérieur: Sgt. PATALANO. Mitrailleur-arrière: Sgt. REYNAUD.

CITATIONS

Brigade Aérienne - Ordre n° 293 du 19.9.44

Équipage de grande valeur se distingue par son calme et son allant. Engagé dans les premières missions du groupe dans les opérations de bombardement de jour et de nuit, a obtenu des résultats particulièrement précis malgré des conditions atmosphériques défavorables et les réactions des défenses ennemies.

"Croix de guerre avec étoile de Bronze"

Division Aérienne n°18 du 5.1.45

Équipage qui s'est distingué par sa haute valeur professionnelle et morale au cours de missions de bombardement de jour et de nuit sur l'Allemagne et les territoires occupés par l'ennemie. Le 14 août 1944 engagé comme leader de deux groupes a brillamment réussi sa mission, exécutant lui-même un bombardement particulièrement précis.

"Croix de guerre avec étoile de Bronze"

Ordre général de bombardement n° 44 du 18.9.1945

Équipage d'élite, dont la plupart des membres, engagés depuis le début de la guerre, ont participé a toutes les opérations aériennes sur le front de France de 39/40. De Tunisie et d'Allemagne. Doit à la longue expérience acquise, a une grande habilité professionnelle, d'exécuter avec succès toutes les missions qui lui sont confiées, en dépit des défenses ennemies et des conditions météorologiques les plus défavorables.

A été plusieurs fois touché par la D.C.A. notamment au cours des missions des 6 octobre et 6 novembre 1944.

" Croix de guerre 39/45 avec étoile de Vermeil"

Mécanicien: Adjudant Paul Lucien VAYRON

VAYRON Paul Lucien adjudant du G.B 1/25 "Tunisie" S/Officier mécanicien navigant. Vient de terminer un tour d'opérations dans un groupe Français engagé sous les ordres du Bomber. Command. A effectué 30 missions de jour et de nuit sur des objectifs fortement défendus en Allemagne et en territoire occupé par l'ennemi. A toujours, par son calme, et ses qualités professionnelles, contribué a la bonne exécution des missions confiées a son équipage, s'est particulièrement distingué dans la nuit du 5.1.45 en permettant le retour de son avion a la base, malgré une panne de moteur et la rupture du circuit hydraulique général.

"Croix de guerre avec palme"

(collection: Pierre VAYRON)

________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE BRACHET

2ème Escadrille

 2ème_équipage_1943

(collection: Suzanne MEMIN)

 1er_équipage

(collection: Suzanne MEMIN)

de gauche a droite:

Radio: Sgt. RIGADE. Mécanicien: Adjt. HUMBERT. Bombardier: Lt. HABEZ. Mitrailleur-arrière: Sgt/C. MALTERRE. Navigateur: Cpt. BRACHET (Cdt. de l'avion). Mitrailleur-supérieur: Sgt. Robert MEMIN. Pilote: Adjt. JOUZIER.

 Robert_MEMIN_ECOLE_R

Mitrailleur-supérieur: Sgt Robert MEMIN.

(collection: Suzanne MEMIN)

 

LA COLLISION

HOMMAGE AU CAPITAINE BRACHET

mes_images792

Paysan de France, cette explosion qui vient de te faire sursauter et qui t'inquiète, cette gigantesque flamme qui jaillit là-bas derrière la colline, ce sont des Français, exilés depuis longtemps, qui touchent le sol natal: ceux dont quelque fois tu entends dire " IL PARAIT QU'IL Y A DES FRANCAIS QUI SE BATTENT EN ANGLETERRE. " La campagne du Beauvaisie a revêtu son manteau blanc le plus pur pour recevoir les plus dignes de ses enfants... et lentement, la nuit se remplit de flocons neigeux qui, seuls, recouvriront ce soir les restes des héros.

Capitaine BRACHET... exemple magnifique pour ceux qui n'ont pas tout donné... votre nom restera le symbole du parfait Commandant d'avion, du plus beau caractère qui honore les GROUPES LOURDS et dont les promotions futures conserveront pieusement et respectueusement la mémoire.

Janvier 1945.

Commandant WRRIER.

(source: LE GROUPE DE BOMBARDEMENT TUNISIE.)

Une masse sombre qui grandit dans la nuit, qui se rapproche trop vite, que l'on voit trop tard, que l'on ne peut éviter.

Une violente secousse qui fait trembler l'avion de toutes parts suivie d'un fracas épouvantable que les ténèbres amplifient.

Les flammes qui jaillissent des moteurs et viennent lécher le longeron principal d'une aile qui, en moins d'une minute, aura fondu et se sera détaché.

Un ordre qui fuse dans l'interphone: Sautez, sautez, sautez..."

Un pilote qui se débat jusqu'à l'extrème limite de ses forces pour permettre au reste de l'équipage d'évacuer en parachute, qui sait qu'il restera prisonnier dans son habitacle et qu'il périra...

Des mains qui, dans le noir, saississent des parachutes et accrochent les mousquetons aux aspérités du fuselage, la trappe qui s'ouvre, une impulsion des genoux et des jambes qui vous propulse dans le vide, l'air glacé qui vous cingle la figure et la brusque tension des sangles du parachute quand il se déploie, puis la lente descente vers le sol.

L'avion qui pique inexorablement vers le sol et s'écrase dans un immense panache de flammes rougeâtres et de fumées noires.

Des camarades qui restent prisonniers du brasier: c'est cela la collision.Et pour le Capitaine BRACHET sur le siège juste à coté de la trappe avant et qui pourrait sauter le premier, mais qui ne veut pas le faire parce que, comme dans la marine, le Commandant doit évacuer le dernier, la collision, c'est un équipage qu'il faut aider de toutes ces forces.

Quand il se retrouve seul avec le pilote, il monte dans l'habitacle pour tenter de le dégager.

Hélas! l'avion pique de plus en plus vite vers le sol et termine sa course dans une explosion dans laquelle périssent:

le Capitaine BRACHET, navigateur,

l'Adjudant JOUZIER, pilote,

le Sergent-Chef MALTERRE, mitrailleur-arrière.

Pour BRACHET , la collision c'est le sacrifice et le don de sa personne.

Pour BRACHET, la collision, c'est tout cela et c'est pire encore.

(source: NUITS DE FEU SUR L'ALLEMAGNE. Louis BOURGAIN.)

 

mes_images

Stèle érigée dans un champ à la mémoire de l'équipage du Cpt. BRACHET sur le lieu du crash, après la collision (PARNES dans l'Oise)

2hxu0w4

Je voudrais remercier les personnes qui ont fleuri la stèle en 2010 pour le souvenir.

Situation: Environ 8 à 9 kms dans le sud-ouest de Gisors.

Description: Petite stèle en béton (d'aspect simple) d'environ 1,10m de hauteur portant l'inscription suivante:

"A la mémoire des Aviateurs tombés ici le 13 janvier 1945.

Cpt BRACHET

Aspt JOUZIER

Sgt/C MALTERRE

MORTS POUR LA FRANCE"

Accès: Nationale 14 - Paris - Rouen

Après MAGNY-en-VEXIN (en direction de Rouen) prendre à 7 kms à droite la direction de PARNES.

Passez devant l'église de PARNES et continuer jusqu'au Monument aux Morts de la Commune.

A gauche du monument prendre la D157 pendant 300/350 mètres environ dépasser une ferme, puis un hangar métallique et prendre immédiatement à gauche un chemin vicinal en direction de BOURY-en-VEXIN(attention absence de signalisation)

Après un parcours de 1800/1900 mètres sur ce chemin vicinal la stèle est élevée à gauche de la route.

(chemin vicinal en mauvais état en fin de parcours)

13/14.01.1945 - Objectif: SARREBRUCK.

Nombre d'avions engagés par chaque groupe:

"GUYENNE" 15 avions.

"TUNISIE" 13 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 274 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 3 tués.

Au retour de mission le HALIFAX du lieutenant BRACHET entre en collision avec un quadrimoteurs anglais dans la région de GISORS. Le sergent-chef MALTERRE est tué sur le coup. L'adjudant JOUZIER qui a remplacé le lieutenant GEORGEON pour raison de santé et le lieutenant BRACHET s'écrasent avec l'appareil. Les autres membres d'équipages sautent en parachute et sont sains et saufs. BRACHET aurait très bien pu sauter, il a préféré aider le pilote tandis que le mécanicien évacuait.

Le Sous-Lieutenant GEORGEON, plus vieux que lui et plus ancien dans le métier, et son bombardier, le Lieutenant HABEZ, timide et effacé, ils faisaient un team solide et cohérent; leur bonne entente se répercutait sur les autres membres de leurs équipage qui vouaient à leur patron une vénération presque mystique, en raison de sa haute conscience professionnelle dont il avaient eu maintes fois l'occasion de constater les heureux effets.

Toutefois, vers la fin de l'année 1945, GEORGEON avait commencé à ressentir une certaine fatigue et il avait fallu toute la ferme autorité de BRACHET pour qu'il consentit à se faire remplacer après une bonne dizaine de missions; le nouveau pilote, l'Adjudant JOUZIER, s'était de suite intégré à l'équipe animée par BRACHET et, en deux ou trois vols d'opération, le tandem "pilote-navigateur-bombardier" était reconstitué

(source:LES FOUDRES DU CIEL. du GENERAL NOIROT.)

LA COLLISION DU CAPITAINE BRACHET PAR LE SERGENT MEMIN

SON MITRAILLEUR-SUPERIEUR

mes_images791

HALIFAX III - N° MZ 465

Collision - 13/14.01.1945.

(source: NUITS DE FEU SUR L'ALLEMAGNE: LOUIS BOURGAIN)

Dans la nuit du 13 janvier 1945, vers 20 h 30, à 6000 pieds, nous étions sur le chemin du retour après avoir bombardé SARREBRUCK, notre vingt-cinquième mission. La nuit était obscure et la visibilité réduite; le sol de France disparaissait sous la neige. De temps en temps, je tournais ma tourelle. Je venais d'apercevoir, non loin de notre avion, un flare rouge, utilisé par les Allemands pour baliser les streams. Alors que je surveillais la partie arrière, je vis, surgissant de la nuit, vos deux moteurs droits, et aussitôt, un grand choc.

mes_images793

Tourelle mitrailler-supérieur.

Je crie dans l'interphone; avion à droite.

BRACHET répond: - qu'est-ce qu'il y a ?

Notre appareil complètement déséquilibré était devenu incontrôlable. J'imagine les efforts désespérés du pilote pour le maintenir en ligne de vol.

Je craignais à tout instant qu'il ne passât sur le dos.

Je saisis mon parachute, que j'accrochai à un seul mousqueton de mon harnais. Impossible d'enclencher le deuxième.

Ralenti par l'obscurité et les terribles secousses de l'avion, je mis un bon moment à atteindre la porte arrière, me cramponnant à tout ce qui pouvait aider ma progression.

Lorsque j'arrivai à la trappe, il me fut impossible d'en saisir la poignée d'ouverture. Une mission au coeur de l'Allemagne, prévue la veille, avait été annulée, mais tous les paquets de WINDOWSétaient restés entassés à l'intérieur le long du fuselage et face à la trappe. Au moment du choc, tous ces paquets tombèrent pêle-mêle, bloquant la trappe.

A tâtons, je dus les enlever précipitamment en les jetant vers l'arrière. A ce moment arriva le mécanicien; il m'éclaira de sa lampe-torche et je pus enclencher le deuxième mousqueton de mon parachute, ouvrir la porte et sauter, suivi par le mécanicien.

C'est alors que je me rendis compte que nous étions très bas, et presque aussitôt je vis le HALIFAX exploser au sol.

Ma descente fut violemment stoppée par un arbre sur lequel s'emmêla mon parachute.

J'étais dans le village de GUERNY, prés de GISORS, dans le département de l'EURE, juste en face de la maison du maire, qui m'hébergea pour la nuit.

Quelques heures plus tard, le mécanicien qui lui, s'était emmêlé avec son parachute dans une ligne électrique, vint me rejoindre, accompagné des gens du village que l'explosion de l'avion avait alertés.

Ils me demanda de rester sur place, pendant qu'accompagné des gendarmes, il irait à la recherche de nos camarades.

Dans le courant de la nuit, le Lieutenant HABEZ fut retrouvé, il s'était brisé la cheville en se posant sur la voie ferrée; s'aidant d'un bâton, il avait pu atteindre une maison à proximité de son point de chute.

Puis le Sergent RIGADE fut retrouvé à son tour, sérieusement blessé au cou par les suspentes de son parachute

Alors qu'il était encore dans l'avion, le bombardier lui passa son parachute, mais au cours de cette manipulation faite dans l'obscurité et la précipitation, le parachute s'ouvrit.

Le violent courant d'air qui s'engouffrait par la trappe d'évacuation, fit que tout le parachute se déploya et s'accrocha dans la cabine.

L'arrachant aux aspérités qui le retenaient, il en fit une boule qu'il maintint contre sa poitrine et ainsi, tenta de sauter.

La pression de l'air à travers la trappe était si forte qu'il ne put y parvenir. C'est alors qu'il imagina de faire passer d'abord le parachute en le poussant de la main. Il fut brutalement arraché à l'avion, et se retrouva suspendu à son parachute.

Fort heureusement, le Sergent RIGADE était de taille moyenne, ce qui favorisa son passage à travers la trappe.

Je le vis le lendemain matin, alors qu'on le transportait à l'hôpital de GISORS, en compagnie du Lieutenant HABEZ.

Le Sergent RIGADE était particulièrement mal en point avec une très mauvaise blessure au cou.

Le 14 janvier, les gens du village découvrirent dans la neige les restes très mutilés du navigateur et du bombardier de l'avion anglais rencontré.

Les faits qui suivent me furent rapportés le lendemain par le mécanicien.

"A cette occasion le Capitaine BRACHET fit preuve d'un grand sang-froid et d'un courage exceptionnel.

Négligeant l'issue de secours qui lui eût laissé la vie sauve, il se porta spontanément auprès du pilote afin de l'aider à se dégager de son siège et lui faciliter l'évacuation.

Malheureusement, l'altitude trop faible au moment de la collision, ainsi que la vitesse de chute de l'avion, ne leur permirent pas d'évacuer à temps."

Le Capitaine BRACHET

l'Adjudant JOUZIER

Le  Sergent-Chef MALTERRE

furent retrouvés à leur poste dans l'avion désintégré.

(Recit du Sergent: MEMIN mitrailleur-supérieur)

LA COLLISION DU CAPITAINE BRACHET

PAR LE SQUADRON LEADER WILSON

(Extrait d'une lettre au Capitaine MEMIN)

mes_images795

De gauche à droite: mécanicien, mitrailleur-supérieur, pilote, WILSON, mitrailleur-arrière.

Mes souvenirs de cette nuit sont très nets.

C'était ma première mission au squadron 51, basé à SNAITH

Pour cette opération de nuit, j'avais deux mitrailleurs de remplacement, les deux mitrailleurs en titre étant malades.

Mais avant cette opération sur SARREBRUCK, j'en avais effectué un dizaine au squadron 578, de BURN.

Comme vous le dites dans votre lettre, le raid de SARREBRUCK avait été très facile.

Juste avant la collision, j'avais déjà repéré un autre avion très près de moi, sur mon côté droit.

J'avais demandé à mon mitrailleur supérieur de le surveiller, au cas ou il se rapprocherait davantage, sans oublier de renforcer son attention tout autour.

Tout à coup, je vis votre avion me couper la route.

Je tirai sur le manche, mais trop tard.

Comme je luttais pour contrôler mon avion, je vis que le vôtre avait perdu la queue, et je vous vis disparaître dans la nuit.

J'ignorais à ce moment précis, quels étaient les dommages causés à mon avion, mais tout de suite je sentis que je pouvais encore le maintenir en vol.

Le mécanicien évalua les dégâts. Tout le nez de l'appareil jusqu'au palonnier avait disparu avec le bombardier et le navigateur.

mes_images796   

mes_images797

Dinghy

L'équipement électrique, hydraulique et l'interphone n'étaient plus en état de marche.Le parachute du radio était tombé et le dinghy en s'éjectant de l'aile gauche avait endommagé la queue.

Le radio était légèrement blessé.

Des pièces de l'avion se détachaient et tombaient sans arrêt, et il devenait de plus en plus difficile à contrôler.

J'estimais être à 11 000 pieds , mais n'en étais pas certain.

Je n'avais aucune idée de ma position, et plus de cartes.

Je décidai de monter et de voler aussi haut que possible afin d'éviter d'éventuels sommets, et aussi pour avoir le temps de réfléchir, au cas ou nous serions obligés de descendre.

Je laissai les moteurs à leur régime de croisière; ils paraissaient tourner régulièrement.

Je craignais que l'avion se mit en perte de vitesse et je décidai de me maintenir aux environs de 7 000 pieds.

Notre problème majeur était maintenant de trouver le cap de retour, avec des instruments de navigation inutilisables.

Je repérai l'étoile polaire, et pris un cap nord-ouest.

Lorsque je m'estimai proche du LINCOLNSHIRE, j'utilisai la procédure de secours, c'est-à-dire: vol en orbite. Les projecteurs au sol s'allumèrent, levant et abaissant leurs faisceaux pointés dans la direction à prendre, jusqu'au cône formé par les projecteurs qui indiquaient le terrain d'atterrissage.

Malgré de nombreux nuages, je trouvai le terrain.

Mais à ma première tentative d'atterrissage, l'avion se mit à vibrer violemment alors que j'étais en approche, et je dus overshooter.

Je fis la deuxième approche à une plus grande vitesse et réussis à me poser.Nous étions sur une base de l'Aéronavale à BRIGHTON, côté sud de l'Angleterre. Le jour suivant, un avion de notre base vint nous chercher.

Mon navigateur est enterré à BERTHENOUVILLE près de ROUEN, dans le cimetière d'un petit village et le bombardier au cimetière militaire de rouen.

collision_HALIFAX_III_dans_la_nuit_du_13_14_01_1945_1_

HALIFAX du Lt GIBSON du Squadron 51 qui est entré en collision avec l'avion du Cpt BRACHET.

(source: NUITS DE FEU SUR L ALLEMAGNE. Auteur: Capitaine Louis BOURGAIN Groupe "Guyenne" pilote Cdt. d'avion)

CAPITAINE BRACHET

Commandant d'avion sur "Halifax"

J'ai connu le capitaine Brachet. C'était un grand diable taillé à la serpe, à la chevelure très brune coiffée en brosse et au regard tout droit qui en disait long; j'avais pensé en le voyant:

"Tiens, il a de la gueule, ce type !"

Je ne croyais pas si bien dire.

Et puis après, je l'ai apprécié. Quand il rouspétait, c'est qu'il ne partait pas en mission. Il n'avais qu'une peur, voir partir les autres à sa place. Il avait hâte de finir son tour d'opérations pour... pouvoir en faire un second. Il avait une flamme communicative, était assoiffé d'idéal. Son ancien pilote, un vieux routier, disait de lui: "Il n'a que 25 ans; mais c'est un vrai chef !".

Un soir de janvier 1945, Brachet n'est pas rentré. On apprit le lendemain matin qu'à la suite d'une collision, l'avion s'était écrasé en France, entre Paris et Rouen, et que quatre membres de l'équipage avaient pu sauter. On n'avait pas les noms.

Une mission de nuit, bien facile, celle-là. L'objectif, en Allemagne, a été bien attaqué; la flack moyenne, pas de chasseurs. Le "Halifax" suit tranquillement la route du retour. La région parisienne est passée, la mission tire à sa fin.

Tout à coup, un formidable choc dans la queue... puis le noir. L'adjudant Jouzier, au poste de pilotage, se cramponne et crie:

- Sautez !

Calmement, Brachet relève son siège, ouvre la trappe, allume sa lampe de poche et aide le bombardier qui disparaît dans le trou.

- Sautez, répète le pilote.

Collé à la paroi, Brachet éclaire le radio qui, par inadvertance, vient d'ouvrir son parachute dans l'avion. Tranquillement, il l'aide à se reprendre et à se lancer vers son destin.

- Tout le monde a sauté en arrière ? demande-t-il.

Pas de réponse.

Dans un effort désespéré, l'adjudant Jouzier essaye de tenir l'avion qui, irrémédiablement pique vers le sol.

Brachet voit le grand trou noir... la seule issue vers la vie. Alors... le pilote va rester seul ? Pourquoi cette injustice ? "Moi, le chef, vais-je l'abandonner ? " et Brachet, qui depuis des mois a fait le sacrifice de sa vie, sent que l'heure est venue... Il sera grand et héroïque comme il a souhaité de l'être. Q'importe le prix.

Plaqué sur l'escalier, à la force des poignets, il se hisse à côté de Jouzier, pour l'aider... pour l'aider à mourir, car c'est tout ce qui reste à faire. Et dans les secondes de la chute vertigineuse, les images se succèdent dans son esprit: Devoir !... Exemple !... Sa famille !... Son pilote !... La France !... Sa France !... Il a dû penser: la belle mort !... Et sans qu'il puisse la voir, la terre est arrivée. Terrible et brutale.

Votre nom, capitaine Brachet, demeure un symbole.

" UN OFFICIER DES "LOURDS"

___________________________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE VAUCHE

 38003254

 (Collection: Claude GRAUX)

2ème Escadrille

Pilote: Lt. CANDELIER. Navigateur: Cpt. VAUCHE. (Cdt. de l'avion) Bombardier: Lt. PEHUET. Radio: S/Lt. CLAIREFOND. Mécanicien: Sgt/C. LEFEBVRE. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C. PRE. Mitrailleur-arrière: Sgt. D'ANDREA.

CITATIONS

 

33856900

33857478

Mitrailleur-arrière: Sgt/C PRE.

 

33948232

 Anciens combattants de St QUENTIN.

Le premier debout à droite sur la photo le Mitrailleur-arrière: Sgt/C PRE.

(collection: Claude GRAUX)

_________________________________________________

EQUIPAGE DU COMMANDANT HOQUETIS

37799442

 (Collection: La mémoire des groupes lourds)

Équipage présent à la station d'Elvington, le 27 juin 1944 date de la première mission éffectuée par le groupe dans le "Bomber Command".

1re Escadrille

Pilote: Lt. DELAUNAY. Navigateur: Cdt. HOQUETIS. (Cdt. de l'avion) Bombardier: Lt. ULMER. Radio: Adjt. PUGNET. Mécanicien: Adjt. MAGNIOT. Mitrailleur-supérieur: Sgt. RUST.Mitrailleur-arrière: Sgt. VIRUEGA.

img283

Angleterre, ELVINGTON (dans le stream) Henri DELAUNAY s'apprête pour un bombardement de nuit sur l'Allemagne. A gauche, ULMER son bombardier.

(source: Araignée du soir)

CITATIONS

CITATION A L'ORDRE DE LA BRIGADE AERIENNE:Ordre n°293 du 19-9-44 du Colonel BAILLY, Cdt le Groupe de Bombt n°1

"Équipage confirmé et homogène qui a participé entre le 1er et le 24 juillet à des opérations de bombardement en territoire ennemi. S'est particulièrement distingué le 24 juillet au cours d'une mission longue et difficile effectué de nuit sur un Centre Industriel important du Sud-Ouest de l'Allemagne, malgré l'activité intense de la D.C.A. et de la chasse ennemie, à obtenu d'excellents résultats au cours de ce bombardement."

CETTE CITATION COMPORTE L'ATTRIBUTION DE LA CROIX DE GUERRE AVEC ETOILE DE BRONZE.

CITATION A L'ORDRE DE LA DIVISION AERIENNE: O.G. N°18 du 5.1.45

"Équipage sûr et expérimenté qui s'est mis en valeur par la précision de ses bombardements sur les champs de bataille du Nord de la France et qui a fait preuve de maîtrise et de détermination au cours des raids massifs exécutés sur l'Allemagne en particulier le 16 Août 1944 sur un port de la Baltique et le 12 Septembre 1944 sur un Centre Industriel important ou il a enregistré d'excellents résultats en dépit de la D.C.A. dense et précise défendant ces objectifs.

CETTE CITATION COMPORTE L'ATTRIBUTION DE LA CROIX DE GUERRE AVEC ETOILE D'ARGENT

CITATION A L'ORDRE DE L'AVIATION DE BOMBARDEMENT: Ordre n°24 du Gal BOUSCAT du 2.5.45.

"Equipage dont le cran ne s'est jamais ralenti ayant fait preuve au cours de missions lointaines en territoire ennemi les plus belles qualités professionnelles jointes à un esprit d'équipage remarquable. En particulier le 18 Novembre 1944 au cours d'une mission de jour sur une ville situé profondement en territoire ennemi, à donné la pleine mesure de sa valeur, par la précision de sa navigation comme leader de formation et la justesse de son bombardement maigré une réaction extrêmement violente de la D.C.A. ennemie qui toucha durement son appareil."

CETTE CITATION COMPORTE L'ATTRIBUTION DE LA CROIX DE GUERRE AVEC ETOILE DE VERMEIL.

img309

Adjudant Jean MAGNIOT

CITATION A L'ORDRE DE LA DIVISION AERIENNE: Ordre n°32 du Gal BOUSCAT du 22.6.45.

"Mécanicien navigant ayant toute la confiance de son pilote qu'il secondait comme deuxième pilote aux moments des décollages et des atterrissage. A, par ses connaissances techniques et professionnelles permis à l'équipage de toujours rentrer à la base ayant obtenu de l'avion le maximum de performance malgré les incidents dus au froid à la longueur de certains trajets, à la flack. A de plus par le guet constant qu'il a assuré contribué grandement à la sécurité de son équipage. Vient de participer à de nombreuses missions de bombardement sur des objectifs puissamment défendus du centre de l'Allemagne et du bassin industriel de la Ruhr, en particulier les 1er et 2 Février 1945."

CETTE CITATION COMPORTE L'ATTRIBUTION DE LA CROIX DE GUERRE AVEC ETOILE D'ARGENT.

Delaunay_icare_63_p3

Le pilote de lignes aériennes et pilote de guerre - Henri DELAUNAY.

Né à Paris le 13 décembre 1904. Toute son enfance et son adolescence seront marquée par les premiers vols des précurseurs de l'aviation Française, et par les exploits héroïques des As de la grande guerre.

Passionné d'aviation, à dix-huit ans il s'engage, par devancement d'appel, dans l'aéronautique militaire, il est breveté pilote à l'école Blériot de Buc en 1923.

img416

Ecole Blériot à Buc Henri DELAUNAY devant le Spad VII, l'avion de la route du Brevet.

Son brevet obtenu, Delaunay est incorporé au deuxième régiment de chasse de Strasbourg, où sa virtuosité le fait rapidement remarqué; il est nommé caporal en mars 1924.

2 ans au 37ème régiment d'aviation basé au Maroc, son activité (où commencent ses coups durs) durant la guerre du Riff de 1925/1926 lui valut, avec le grade de sergent, la Croix de guerre des T O E avec 3 citations à l'ordre de l'armée et du régiment (2 palmes et 1 étoile).

Breveté Pilote de Transport Public et Navigateur Aérien, il entre dans l'aviation civile aux lignes Latécoères en Janvier 1927. Compagnon des Mermoz, Guillaumet, St. Exupéry, Reine et autres défricheurs des lignes aériennes partant de Toulouse, il sera l'un des acteurs de cette "Épopée de la ligne", qui tracera son sillon dans le ciel en direction de Casablanca, puis de Dakar, dernier point d'appui avant le grand saut sur l'Atlantique en direction de l'Amérique du Sud, mais n'anticipons pas, à cette époque les avions ne traversent pas encore l'Atlantique.

Sur Toulouse, Casablanca, Dakar, les coups durs sont nombreux par suite des pannes de moteur au-dessus de la Mauritanie aux tribus insoumises, Delaunay en a sa part.

Les lignes Latécoère deviennent la Compagnie Générale AEROPOSTALE, et Delaunay passe sur le réseau d'Amérique du Sud où le courrier est transporté de NATAL à BUENOS-AYRES; toujours les pannes de moteur, les coups durs continuent.

Jusqu'à Mai 1928; les avions transportant le courrier volaient seulement le jour, la nuit les appareils restaient au sol et le courrier prenait forcément du retard.

De sa propre initiative, Delaunay décide de décoller de nuit de Rio de Janeiro pour rallier Santos, le vol se poursuit normalement, malgré les instruments de bord rudimentaires de l'époque, et bien entendu sans radio; en arrivant vers Florianopolis, le moteur prend feu, au prix d'un courage inouï et d'affreuses brûlures aux mains et aux pieds qui le marqueront définitivement, il réussit à atterrir dans des conditions surhumaines, sauvant les trois passagers, embarqués avec le courrier pour ce vol de nuit inaugural. 

img417

Laté 26 - C'est ce type d'avion que pilotait Henri Delaunay pour le premier vol de nuit, Rio de Janeiro-Santos. Le moteur en feu, Delaunay posait l'avion à Florianopolis.

Après dix mois d'hôpital, Delaunay reprend sa place sur la ligne, la France le nomme Chevalier de la Légion d'Honneur et le Brésil lui décerne la Médaille de première classe Brésilienne.

En 1931, il passe aux lignes d'Air-Orient qui rallient la France à l'Indochine, sous les ordres de Maurice Noguès il est affecté au secteur Beyrouth-Saïgon, en 1934 on lui décerne le Grand Prix du Pilote de Lignes Damas-Saïgon.

1935 le voit à Dakar, où avec Mermoz et Guillaumet, il assure les premières traversées du courrier au-dessus de l'Atlantique Sud, il en détient le record.

En 1938, sa carrière si riche de travail efficace et si chargée de faits héroïques est récompensée par la croix d'officier de la Légion d'Honneur.

A la déclaration de guerre, il exécute les missions qui lui sont confiées par la Direction Générale d'Air France, en effectuant des liaisons aériennes Marseilles - Hong-Kong.

Il ne cessera d'insister en 1939, pour être envoyé dans une unité combattante et c'est en 1943 qu'il entre dans le "BOMBER COMMAND" de la Royal Air Force au groupe Tunisie - 34 missions de bombardements de nuit complètement effectuées lui valurent la Distinguished Flying Cross qu'il reçut le 18 août 1945, il termine les hostilités avec le grade de Capitaine, et reçoit la croix de Commandeur de la Légion d'Honneur et 4 citations pour faits de guerre le 16 juin 1945.

Après guerre, Henri Delaunay reprend son service en qualité de commandant de bord à Air France sur les lignes longs courriers vers l'extrême-Orient et Madagascar.

Il est affecté au réseau Malgache en 1951 jusqu'en Novembre 1958 - date de sa retraite. Retiré à Antibes, il décède le 2 Novembre 1965.

Il avait effectué au total 23.864 heures de vol.

Cet homme d'action était aussi un poète et un écrivain, dans un style personnel et très supérieur à celui de la majorité des témoignages de ce genre, il nous laisse les récits de ses "Coups Durs" dans un livre "ARAIGNEE DU SOIR", lequel vient d'obtenir le prix GUYNEMER 1968. Préface de Joseph KESSEL de l'Académie Française.

------------------------------------------------------------- 

EQUIPAGE DU CAPITAINE STANISLAS 

 56548944

Équipage du Capitaine STANISLAS et les cinq mécaniciens au sol.

(collection: Geneviève BORDIER)

  37643929

 (Collection: La mémoire des groupes lourds)

Equipage de renfort Juillet 1944.

1re Escadrille

Pilote: Adjt/C. Jean AULEN. Navigateur: Cpt. STANISLAS. (Cdt de l'avion) Bombardier: S/Lt. ROGNANT. Radio: Sgt/C. Henri BERDEAUX. Mécanicien: Sgt/C. PATRY. Mitrailleur-supérieur: Sgt. Maurice BORDIER. Mitrailleur-arrière: Sgt. BORDELAIS.

7/8.02.1945 - Objectif: GOCH. (Rhénanie)

Nombre d'avions engagés par chaque groupe:

"GUYENNE" 13 avions.

"TUNISIE" 14 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 464 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 9 tués.

Au retour de cette mission, le HALIFAX du Capitaine STANISLAS, atteint par une rafale d'un chasseur de nuit, explose. Sans savoir ni pourquoi, ni comment, le Capitaine STANISLAS se retrouve dans les airs, suspendu aux sangles de son parachute. Il sera le seul rescapé de cet accident.

Le crash a eu lieu sur la commune de ASTEN (25 km sud-ouest de EINDHOVEN). AULEN, BERDEAUX et BORDELAIS ont été inhumés au cimetière de WOENDEL à EINDHOVEN.

ROGNANT, PATRY et BORDIER ont été inhumés au cimetière militaire français de KABELLE (HOLLANDE).

CITATION.

Journal Officiel du 2 Décembre 1945

Bordelais (Roger. Victor - Emile) - Sergent du G.B. 1/25 "Tunisie" - "Sous-officier mitrailleur d'un calme et d'un sang froid absolus, montrant sans cesse une conscience professionnelle au-dessus de tout éloge dans l'ingrate mission de surveillance du ciel.

Au cours d'une mission de nuit contre l'Allemagne le 7 février 1945, attaqué par la chasse ennemie son avion touché ayant explosé presque instantanément a disparu dans l'accomplissement de son devoir."

"Avait effectué 28 missions contre l'Allemagne"

Repose au cimetière d'Eindhowen (Hollande).

(Source: Philippe BENTRESQUE)

______________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE NOIROT

 

Jean descousis (33)

(collection: Jean DESCOUSIS)

2ème Escadrille

De gauche à droite: Avril 1945.

Radio: Sgt. CADEAU. Mécanicien: Adjt. MOLL. Pilote: Lt. SANTI. Navigateur: Cdt. NOIROT. (Cdt. de l'avion). Mitrailleur-supérieur: Sgt. DESCOUSIS. Mitrailleur-arrière: Sgt. BUREL. Bombardier: Lt. BARROIS.

CITATIONS

ORDRE GENERAL N°21 EN DATE DU 17 FEVRIER 1945

de Monsieur le Général d'Armée Aérienne BOUSCAT, Inspecteur Générale de l'Armée de l'Air et Commandant les Forces Aériennes Françaises engagées.

Citation à l'Ordre de la "DIVISION AERIENNE"

"Equipage de grande valeur qui a toujours effectué avec succès toutes les missions qui lui ont été confiées et dont certaines visaie à la destruction d'objectifs fortement défendus de la Ruhr.

Notamment le 21 Novembre 1944, au cours d'une attaque de nuit sur une usine de pétrole synthétique, a décidé de continuer sa mission malgré de sérieux incidents mécaniques survenus dès le départ; ayant par la suite dû stopper un moteur 25 minutes avant d'atteindre l'objectif, a néanmmoins réussi un bombardement précis dans des circonstances particulièrement plus difficiles.

Violemment pris à partie par la Flak qui lui avait percé un réservoir d'essence et détérioré les instruments de contrôle de ses moteurs a cependant rejoint sa base malgré les nombreux dommages subis par son appareil."

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre avec Etoile d'Argent.

Elvington, le 6 Mai 1945.

---------------------------------------------------------------------------------------------

ORDRE N°372

du Colonel Commandant les Forces Aériennes Françaises

en Grande - Bretagne en date du 17.4.45

Citation à l'Ordre de la "DIVISION AERIENNE"

" Équipage dont l'ardeur et l'enthousiasme se sont encore affermis et qui vient de réussir coup sur coup plusieurs missions difficiles ayant toutes pour but la destruction d(objectifs lointains exigeant un survol prolongé du territoire Allemand dans des régions où les réactions de la D.C.A. ennemie étaient particulièrement violentes.

A participé entre autres aux dernières attaques de nuit menées par le "Bomber Command" contre les gares de l'Allemagne Centrale et les Usines de la Ruhr au cours desquelles il a obtenu d'excellents résultats controlés par la photographie aérienne."

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre avec Etoile d'Argent.

----------------------------------------------------------------

 

Jean descousis 109

Pilote: Lt SANTI

(collection: Jean DESCOUSIS)

 

 mes_images819

Le mitrailleur-supérieur le Sergent Jean DESCOUSSIS à sa tourelle; au fond la modeste "cagna" de nos mécaniciens.

 Jean descousis 106

Sgt Jean DESCOUSIS.

CITATIONS

Elvington, le 13 Juin 1945

PROPOSITIONS DE CITATIONS ACCORDEES AU SERGENT DESCOUSIS Jean.

Citation à l'Ordre de l'ARMEE AERIENNE ( Transmission N° 1039 du G.B.1 en date du 13.4.1945.)

"Jeune Sous-Officier Mitrailleur de la plus grande valeur morale et professionnelle servant dans un Groupe français de bombardement lourd opérant en Grande-Bretagne.

Vient d'effectuer 24 missions menées par le Bomber Command sur des objectifs très fortement défendus et situés profondément en territoire ennemi.

Dans les circonstances les plus difficiles et en particulier le 5 Mars 1945 au cours d'une mission sur CHEMNIZT a fait preuve du plus grand sang-froid lors de nombreuses rencontre avec la chasse de nuit allemande.

Le 8 Mars 1945 lors d'une très forte attaque de nuit sur HAMBOURG s'est distingué par la peécision des manoeuvres évasives qu'il a commandées à son Pilote permettant ainsi de dérouter les chasseurs ennemis.

Totalise 120 heures de vol de guerre dont 78 heures de nuit. 2 fois cité."

------------------------------------------------

Citation à l'ordre de l'ARMEE AERIENNE (J.O. du 4 Mai 1946 - Médaille Militaire)

"Le Sergent DESCOUSIS vient d'accomplir en Angleterre un tour d'opération comme Mitrailleur-Supérieur dans un Groupe de Bombardiers Lourds.

Jeune et doué a fait preuve en toutes circonstances d'un calme et d'un sang-froid remarquable.

Depuis septembre 1944 participant aux missions effectuées par le Bomber-Command, s'est signalé par ses qualités professionnelle donnant avec précision à son Pilote les commandements qui ont permis de déjouer les attaques des chasseurs de nuit et de prévenir les collisions.

En particulier dans la nuit du 15 Mars 1945 a su faire éviter le contact avec les chasseurs de nuit allemands alors que des nombreux combats se livrèrent à proximité de l'avion.

De même les 4 et 8 avril 1945 lors des attaques de nuit sur le port de HAMBOURG a fait exécuter à son Pilote de nombreuses manoeuvres décélant à chaque reprise la présence des chasseurs ennemis.

Par sa vigilance et son ardeur au combat a mérité la pleine confiance de son équipage.

Totalise 191 heures de vol de guerre en 28 missions. Déjà 3 fois cité.

-------------------------------------------------------------------

 Missions de Guerre

du Sgt Jean DESCOUSIS

Septembre 1944

- 16/9/1944 - Objectif: Boulogne (Troupes) - Halifax III - M - LW630 - Equipage - Navigateur - Cpt NOIROT (Cdt d'avion) - Pilote: Lt SANTI - Bombardier: S/Lt BARROIS - Radio: Sgt CADEAU - Mécanicien: Sgt MAINGUEUX - Mitrailleur-arrière: Sgt BUREL - Mitrailleur-supérieur: Sgt DESCOUSIS - Durée: 3h10. Vol de jour. (Tunisie 12 avions). Total des avions engagés dans la mission 762 avions. Bombardement environs de Boulogne (Troupes). Mission de Guerre.

- 20/9/1944 - Objectif: Sangatte (près de Calais) - Halifax III - K - LW470 - Même équipage - Durée: 3h30. Vol de jour. (Guyenne 11 avions - Tunisie 8 avions). Total des avions engagés dans la mission 646 avions. Bombardement environs de Calais. Sangatte. Mission de Guerre.

Octobre 1944

- 7/10/1944 - Objectif: Klèves - Halifax III - O - LW642 - Même équipage - Durée: 4h35. Vol de jour. (Guyenne 16 avions - Tunisie 12 avions). Total des avions engagés dans la mission 351 avions. Bombardement Klèves. 23 éclats de Flack. Mission de guerre.

Novembre 1944

- 6/11/1944 - Objectif: Gelsenkirchen (Ruhr) - Halifax III  - O - MZ635 - Equipage - Pilote: Lt SANTI - Navigateur: Cpt NOIROT - Bombardier: S/Lt BARROIS - Radio: Sgt CADEAU - Mitrailleur-arrière: Sgt CLEMENT - Mécanicien: Sgt EMPTOZ-LACOTE - Mitrailleur-supérieur: Sgt DESCOUSIS - Durée: 4h40. Vol de jour. (Guyenne 6 avions - Tunisie 11 avions). Total des avions engagés dans la mission 738 avions. Bombardement de Gelsenkirchen. 2 éclats de Flack. Mission de guerre.

- 18/11/1944 - Objectif: Gare de Münster - Halifax III - O - LW642 - Equipage - Navigateur: Cpt NOIROT - Pilote: Lt SANTI - Bombardier: S/Lt BARROIS - Radio: Sgt CADEAU - Mitrailleur-arrière: Sgt BUREL - Mécanicien: Adjt GRIBOUVA - Mitrailleur-supérieur: Sgt DESCOUSIS - Durée: 5h10 - 4h50. Vol de jour - 0h20. Vol de nuit. (Guyenne 13 avions - Tunisie 12 avions). Total des avions engagés dans la mission 479 avions. Bombardement de la Gare de Münster. 2 éclats. Mission de guerre.

- 20/11/1944 - Objectif: Sterkrade (Ruhr) - Halifax III - O - LW642 - Même équipage - Durée: 6h00 - Vol de jour 0h05 - Vol de nuit 5h55. (Guyenne 13 avions - 12 avions). Total des avions engagés dans la mission 270 avions. 7 Français tués dans la mission. Bombardement de Sterkrade-Holden. 5 éclats attaque sur trois moteurs. Mission de guerre.

- 29/11/1944 - Objectif: Essen - Halifax III - O - NR235 - Equipage - Navigateur: Cpt NOIROT - Pilote: Lt SANTI - Bombardier: S/Lt BARROIS - Mécanicien: Sgt MAIGUEUX - Mitrailleur-arrière: Sgt BUREL - Radio: Sgt CADEAU - Mitrailleur-supérieur: Sgt DESCOUSIS - Durée: 5h50 - Vol de jour 0h15 - Vol de nuit 5h35. (Guyenne 16 avions - Tunisie 15 avions). Total des avions engagés dans la mission 316 avions. Bombardement d'Essen. Mission de guerre.

Décembre 1944

- 5/12/1944 - Objectif: Gare de Soest - Halifax III - O - NR235 - Même équipage - Durée: Vol de jour 6 6h45. (Guyenne 15 avions - Tunisie 15 avions). Total des avions engagés dans la mission 497 avions. Bombardement de la Gare de Soest (Ruhr). Mission de guerre.

- 18/12/1944 - Objectif: Duisbourg - Halifax III - O - NR235 - Equipage - Navigateur: Cpt NOIROT - Pilote: Lt SANTI - Bombardier: S/Lt BARROIS - Mécanicien: Sgt GRIBOUVA - Radio: Sgt CADEAU - Mitrailleur-arrière: Sgt BUREL - Durée: 6h50 - Vol de jour 1h00 - Vol de nuit 5h50. (Guyenne 13 avions - Tunisie 15 avions). Total des avions engagés dans la mission 523 avions. 1 Français tués dans la mission. Bombardement de Duisbourg. Mission de guerre.

Janvier 1945

- 13/01/1945 - Objectif: Saarbrucken - Halifax III - O - NR235 - Equipage - Navigateur: Cdt NOIROT - Pilote: Lt SANTI - Bombardier: Lt BARROIS - Mécanicien: Sgt MAINGUEUX - Radio: Sgt CADEAU - Mitrailleur-arrière: Sgt BUREL - Mitrailleur-supérieur: Sgt DESCOUSIS - Durée: 7h10 - Vol de jour 2h45 - Vol de nuit 4h25. ( Guyenne 15 avions - Tunisie 13 avions). Total des avions engagés dans la mission 274 avions. 3 Français tués dans la mission. Bombardement de la Gare de Sarrebruck. Mission de guerre.

- 14/01/1945 - Objectif: Dulmen - Halifax III - O - NR235 - Même équipage - Durée: 6h55 - (Guyenne 15 avions - Tunisie 12 avions). Total des avions engagés dans la mission 115 avions. Bombardement de l'usine synthétique de Dulmen (Ruhr). Mission de guerre.

- 16/01/1945 - Objectif: Magdebourg - Halifax III - O - NR235 - Même équipage - Durée: 5h40 - (Guyenne 9 avions - Tunisie 12 avions). Total des avions engagés dans la mission 371 avions. 7 Français tués dans la mission. Par suite d'ennuis de moteurs les bombes sont larguées dans la région d'Hanovre. Bombardement d'Hanovre. Mission de guerre.

22/01/1945 - Objectif: Gelsenkirchen - Halifax III - O - NR235 - Même équipage - Durée: 6h15 - (Guyenne 13 avions - Tunisie 12 avions). Total des avions engagés dans la mission 152 avions. Bombardement de Gelsenkirchen (Ruhr). Mission de guerre.

Février 1945

- 4/02/1945 - Objectif: Bonn (Rhénanie) - Halifax III - O - NR235 - Même équipage - Durée: 6h00 - Vol de jour 0h25 - Vol de nuit 5h35. (Guyenne 6 avions - Tunisie 7 avions). Total des avions engagés dans la mission 238 avions. Bombardement de Bonn. Mission de guerre.

- 7/02/1945 - Objectif: Goch (Rhénanie) - Halifax III - N - NA263 - Equipage - Navigateur: Cdt NOIROT - Pilote: Lt SANTI - Bombardier: Lt BARROIS - Mécanicien: Sgt MAINGUEUX - Radio: Sgt CADEAU - Mitrailleur-arrière: Sgt PATALANO - Mitrailleur-supèrieur: Sgt DESCOUSIS - Durée: 6h40 - (Guyenne 13 avions - Tunisie 14 avions). Total des avions engagés dans la mission 464 avions. 9 Français tués dans la mission. Mission annulée sur l'objectif 6 bombes de 250 largués en mer au retour. Bombardement de Goch. Mission de guerre.

- 27/02/1945 - Objectif: Mayence - Halifax III - O - NR235 - Equipage normal - Durée: 7h15 - Vol de jour 5h50 - Vol de nuit 1h25 - (Guyenne 13 avions - Tunisie 14 avions). Total des avions engagés dans la mission 458 avions. Bombardement  de la Gare de Mayence. Mission de guerre.

Mars 1945

- 2/03/1945 - Objectif: Cologne - Halifax III - O - NR235 - Même équipage - Durée: 6h00 - Vol de jour 0h05 - Vol de nuit 5h55 - (Guyenne 12 avions - Tunisie 13 avions). Total des avions engagés dans la mission 858 avions. Bombardement de Cologne. Mission de guerre.

- 5/03/1945 - Objectif: Chemnitz - Halifax III - P - NR226 - Même équipage - Durée: 8h10 - Vol de jour 2h10 - Vol de nuit 6h00. (Guyenne 13 avions - Tunisie 10 avions). Total des avions engagés dans la mission 760 avions. 7 Français tués dans la mission. Atterrissage à Friston (crashed). Mission de guerre.

- 7/03/1945 - Objectif: Hemingstedt (Schelswig) - Halifax III - N - NA263 - Equipage - Pilote: Lt SANTI - Navigateur: Cdt NOIROT - Bombardier: Lt BARROIS - Mécanicien: Adjt GRIBOUVA - Radio: Sgt CADEAU - Mitrailleur-arrière: Sgt BUREL - Mitrailleur-supérieur: Sgt DESCOUSIS - Durée: 6h25 - Vol de jour 0h35 - Vol de nuit 5h50 - (Guyenne 11 avions - Tunisie 10 avions). Total des avions engagés dans la mission 281 avions. Bombardement de Hemingstedt. Usine d'essence synthétique près de Heyde. Mission de guerre.

- 8/03/1945 - Objectif: Hambourg - Halifax III - N - NR263 - Même équipage - Durée: 5h50 - Vol de jour 1h00 - Vol de nuit 4h50 - (Guyenne 10 avions - Tunisie 9 avions). Total des avions engagés dans la mission 312 avions. Bombardement de Hambourg. Mission de guerre.

- 11/03/1945 - Objectif: Essen - Halifax III - O - MZ936 - Equipage - Pilote: Lt SANTI - Bombardier: Lt BARROIS - Navigateur: Cdt NOIROT - Mécanicien: Sgt DUFAURE - Radio: Sgt CADEAU - Mitrailleur-arrière: Sgt BUREL - Mitrailleur-supérieur: Sgt DESCOUSIS - Durée: 5h25 - Vol de jour - (Guyenne 13 avions - Tunisie 11 avions). Total des avions engagés dans la mission 1079 avions. Bombardement d'Essen (Ruhr). Mission de guerre.

- 12/03/1945 - Objectif: Dortmund - Halifax III - O - MZ936 - Même équipage - Durée: 5h55 - Vol de jour - (Guyenne 15 avions - Tunisie 9 avions). Total des avions engagés dans la mission 1108 avions. Bombardement de Dortmund (Ruhr). Mission de guerre.

- 13/03/1945 - Objectif: Wuppertal - Halifax III - O - MZ936 - Même équipage - Durée: 5h45 - Vol de jour - (Guyenne 14 avions - Tunisie 12 avions). Total des avions engagés dans la mission 354 avions. Bombardement de Wuppertal (Ruhr). Mission de guerre.

- 15/03/1945 - Objectif: Hagen - Halifax III - Z - PN167 - Même équipage - Durée: 6h30 - Vol de jour 2h40 - Vol de nuit 3h50 - (Guyenne 12 avions - Tunisie 12 avions). Total des avions engagés dans la mission 267 avions. 16 Français tués dans la mission. Bombardement de Hagen (Ruhr). Mission de guerre.

- 20/03/1945 - Objectif: Recklinghausen - Halifax III - O - MZ936 - Même équipage - Durée: 5h30 - Vol de jour - (Guyenne 8 avions - Tunisie 6 avions). Total des avions engagés dans la mission 153 avions. Bombardement de Recklinghausen. Touché par la flack, tuyauteries coupées. Mission de guerre.

- 24/03/1945 - Objectif: Sterkrade - Halifax III - O - MZ936 - Equipage normal - Durée: 5h50 - Vol de jour - (Guyenne 9 avions - Tunisie 10 avions). Total des avions engagés dans la mission 177 avions. Bombardement de Sterkrade-Holden. Mission de guerre.

Avril 1945

- 4/04/1945 - Objectif: Harbourg (sur l'Elbe) - Halifax III - O - MZ936 - Equipage - Pilote: Lt SANTI - Navigateur: Cdt NOIROT - Bombardier: Lt BARROIS - Mécanicien: Adjt MOLL - Radio: Sgt CADEAU - Mitrailleur-arrière: Sgt BUREL - Mitrailleur-supérieur: Sgt DESCOUSIS - Durée: 5h50 - Vol de jour 1h15 - Vol de nuit 4h35 - (Guyenne 8 avions - Tunisie 8 avions). Total des avions engagés dans la mission 327 avions. Bombardement de Hambourg-Harbourg (usine d'essence synthétique). Mission de guerre.

- 8/04/1945 - Objectif: Hambourg - Halifax III - O - MZ936 - Même équipage - Durée: 5h35 - Vol de jour 1h35 - Vol de nuit 4h00 - (Guyenne 13 avions - Tunisie 13 avions). Total des avions engagés dans la mission 440 avions. Bombardement de Hambourg. Mission de guerre.

2 missions sur la France, 26 missions sur l'Allemagne, total 28 missions de guerre.

007

 

Un super après-midi passé avec Monsieur DESCOUSIS, avec des souvenirs inoubliables.

Jean DESCOUSIS, Philippe DUCASTELLE.

 

 Jean_descousis_102

L'équipage du Cdt NOIROT sous la neige d'Elvington.

(collection: Jean DESCOUSIS)

mes_images818

Le Général Marcel NOIROT, qui a effectué un tour d'opération complet comportant au moins trente bombardements sur l'Allemagne, pour la plupart de nuit, a su traduire tous les aspects techniques et humains de ces opérations. Ancien chasseur passé au bombardement par désir de continuer la lutte, il était mieux placé que d'autres pour juger la qualité des équipages, le courage qui les animait, pour apprécier aussi le sens des sacrifices, si nombreux, qui furent le prix du succès.

LES FOUDRES DU CIEL! Un témoignage poignant et méconnu des missions d'enfer qu'ont accomplies les équipages Français, au coude à coude avec leurs camarades Anglais, à bord des bombardiers lourds de la Royal Air Force pendant la dernière guerre. LES FOUDRES DU CIEL donnent un relief d'autant plus singulier aux récits de ces vols que l'auteur sait expliquer la situation des belligérants qui s'affrontent et la remarquable organisation du BOMBER COMMAND pour assurer aux équipages les moyens de faire face.

Certes , le Général NOIROT, Grand Officier de la Légion d'Honneur et titulaire de la Distinguished Flying Cross, exprime ses souvenirs, mais il y ajoute les éléments susceptibles de faire mesurer l'ampleur de la tâche réalisée par les groupes Français engagés dans les bombardements lointains depuis les bases britanniques. Il donne ainsi aux FOUDRES DU CIEL  la valeur d'un dossier riche et précis pour l'histoire.

Dans les coulisses de la R.A.F. ,dans l'action et dans l'enthousiasme comme dans la tragédie, ces pages permettent d'évaluer la bravoure et l'abnégation des hommes qui, aussi bien dans l'exaltation de leurs périlleuses randonnées de navigants que dans l'exécution de leurs humbles travaux de rampants, surent tout donner, à bord ou au service de leurs gros bombardiers, pour contribuer à la libération de la France.

mes_images744

La ville de MÜNSTER photographiée le 12 septembre 1944.

(source: Les Foudres du Ciel du Général NOIROT.)

12.09.1944 - Objectif: MÜNSTER.

Nombre d'avions engagés par chaque groupe:

"GUYENNE" 9 avions.

"TUNISIE" 9 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 119 avions.

____________________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT LAC

2ème Escadrille

Pilote: Adjt. LIDON. Navigateur: Lt. LAC. (Cdt. de l'avion). Bombardier: S/Lt. ROTTE. Radio: Sgt. MORIN. Mécanicien: Adjt. PUTHIER. Mitrailleur-supérieur: Sgt. BENET Mitrailleur-arrière: Sgt/C. NONNEMACHER.

11.09.1944. - Objectif: GELSENKIRCHEN.

Atteint par la Flack au-dessus de l'objectif, l'avion est gravement endommagé et le Sous/Lieutenant ROTTE, bombardier est tué au cours de la visée. Dans des conditions difficiles l'équipage réussit à ramener l'avion en Angleterre (à WOODBRIDGE). ROTTE a été inhumé au cimetière régional de CAMBRIDGE le 16 septembre 1944, le RP Meurisse, aumônier, officiant.

(source: la mémoire des groupes lourds.)

CITATIONS

mes_images

Mécanicien: Adjt. PUTHIER.

________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE MILLET

 

52648046

 2ème Escadrille

De gauche à droite 1er rang:

Bombardier: Lt ALLEGRE, Pilote: Adjt ROUILLAY, Navigateur: Cpt MILLET, (Cdt de l'avion), Radio: Sgt/C SOUILLARD.

De gauche à droite 2ième rang:

Mécanicien: Sgt MOREAU, Mitrailleur-arrière: Sgt/C WITZMANN, Mitrailleur-supérieur: Sgt VAISSADE.

03.09.1944 Objectif: VENLOO. (Aéroport)

Nombre d'avions engagés par chaque groupe:

"GUYENNE" 13 avions

"TUNISIE" 12 avions

Total des avions engagés dans la mission: 675 avions

Nombre de Français tués dans la mission: 5 tués

Atteint par la FLAK Allemande à la verticale de l'objectif, le pilote ROUILLAY et le mécanicien MOREAU restent prisonniers de l'avion qui s'écrase au sol à la frontière germano-allemande. ALLEGRE, WITZMANN et VEILLARD sont massacrés au sol par les Allemands. Inhumation au cimetière de WAKUM (Nord-est de VERLOO) MILLET et VAYSSADE sont faits prisonniers. Cet accident est le premier de ceux dans lesquels le pilote et le mécaniciens restent solidaires dans l'avion en perdition tandis que les autres membres de l'équipage saute en parachute.

(collection: la mémoire des groupes lourds)

CITATION

Décret du 13 septembre 1947 portant concession de la médaille militaire (à titre posthume)

- MOREAU Pierre-Armand. Sergent, groupe de bombardement 1/25 Tunisie. Excellent sous-officier mécanicien. A effectué, dans le cadre du Bomber Command, 10 missions en 43 heures 15 de vol de guerre au-dessus de l'Allemagne et des territoires occupés. S'est toujours distingué par ses qualités professionnelles. Le 3 septembre 1944, lors de l'attaque de l'aérodrome de Venloo, a fait preuve des plus grandes qualités de sang-froid et de décision. Son appareil durement touché par la D.C.A. ayant pris feu a été du plus grand secours pour son pilote dans la lutte contre l'incendie. A délibérément sacrifié sa vie en continuant a seconder son pilote pour faciliter l'evacuation de ses camarades.

Cité à l'ordre de l'armée aérienne (Croix de guerre avec palme).

_________________________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT VERHILLE

2ème Escadrille

Pilote: Lt. VERHILLE. (Cdt. de l'avion). Navigateur: Lt. SUVERAN. Bombardier: Lt. HENRY. Radio: Sgt/C. BONNELALBAY. Mécanicien: Adjt. GORIUS. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C. NYS. Mitrailleur-arrière: Sgt/C. MARTIN.

CITATIONS

mes_images

Mitrailleur-arrière: Sgt/C MARTIN.

mes_images

Radio: Sgt/C. BONNELALBAY.

mes_images

photo_lieutenent_suveran_RAF_Squadron_347_BC_WW2

Navigateur: Lt. SUVERAN.

mes_images

Mécanicien: Adjt. GORIUS.

-----------------------------------------------------------------

 EQUIPAGE DU LIEUTENANT BALAS

 

72286357

 2ème Escadrille

De gauche à droite:

Radio: Sgt DESRUMEAUX, Mitrailleur-supérieur: Sgt ACEZAT, Mitrailleur-arrière: Sgt FLAMENT

Mécanicien: Adjt SIRE, Bombardier: Adjt/C MEYER, Navigateur: Lt BALAS (Cdt de l'avion) Pilote: Adjt MILLET.

 

sans-titre

 

(L'OPS. N°12 OCTOBRE 1994)

Inauguration a LUMBRES (Pas-de-Calais)

le 1er Septembre 1994

De la Stèle de l'Équipage du Lieutenant BALAS.

Abattu le 8 Août par la D.C.A. Allemande.

Le 8 Août 1944, l'équipage du Lt. BALAS est abattu au-dessus de la commune de LUMBRES au cours d'une mission sur le site des Bombes Volantes VI de FROMENTEL à 10 kilomètres de l'Ouest de SAINT-OMER.

Pour conserver le souvenir de cet équipage, la commune de LUMBRES a érigé une stèle à l'emplacement même ou l'avion s'est abattu. Cette stèle a été dévoilée le 1er septembre 1994, par Monsieur le Maire de LUMBRES en présence de deux des veuves des membres de l'équipage, Mesdames BALAS et FLAMENT.

A l'issue de ce dévoilement , le Lieutenant-Colonel Louis BOURGAIN, représentant l'Amicale des Anciens des Groupes Lourds GUYENNE et TUNISIE, prit la parole et s'adressa tout d'abord aux deux veuves, puis aux Officiels, en particulier, Monsieur le Sous-Prefet et Monsieur le Maire de LUMBRES, enfin à la nombreuse assistance. L'allocution comportait deux parties:

La première relatait les circonstances de l'accident telles qu'elles ont pu être établies par Monsieur Gabriel EVRARD, à partir des témoignages des témoins oculaires.

La seconde rappelait le long et dur parcours des Groupes Lourds au sein du Bomber Command de la Royal Air Force en 1944 et 1945 pour un public qui dans sa majorité, l'ignorait et qu'on peut retrouver dans les deux livres de L. BOURGAIN: "Nuit de feu sur l'Allemagne" et "La victoire aprés l'Enfer".

CITATIONS

 

img416

LIEUTENANT BALAS (Cdt de l'avion)

BALAS Antoine, lieutenant Groupe de bombardement 1/25 " Jeune officier plein d'allant. A effectué 11 missions de guerre du 17 au 30 juin 1941. S'est particulièrement distingué le 24 juin au cours d'un bombardement délicat en obtenant un bon résultat malgré une vive réaction de la D.C.A."

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de guerre avec palme.

BALAS Antoine lieutenant groupe de bombardement 1/25. "Jeune officier pilote observateur ardent. Volontaire pour toutes les missions aériennes de guerre. S'est particulièrement distingué le 10 juillet 1941, au cours du bombardement de la station de pompage T."

Citation à l'ordre de l'aviation de bombardement.

"BALAS Antoine Louis Marie, lieutenant du G.B. 1/25 Tunisie. Officier sorti de l'école de l'Air alliant aux plus grandes qualités militaires et professionnelles une valeur morale exceptionnelle. A toujours été pour ses camarades un exemple de droiture et de discipline, pour l'équipage qu'il commandait, un modèle de courage et d'audace. Le 8 août 1944, au cours d'une mission en territoire occupé alors que son avion avait été durement touché par la Flak au-dessus des côtes françaises et dans des conditions de vol difficiles, n'a pas hésité à continuer sa mission en dépit d'une violente opposition de l'artillerie anti-aérienne qui le prenant à partie l'a finalement abattu. A de ce fait trouvé une mort glorieuse avec son équipage dans l'accomplissement total de son devoir."

Citation à l'ordre de l'armée aérienne en date du 25 juillet 1945.

(source: CRASHS SUR LE PAS-DE-CALAIS. Auteur: HUGUES CHEVALIER)

(Merci REGIS un souvenir supplémentaire)

--------------------------------------------------------

Mitrailleur-arrière: Adjt FLAMENT Georges.

Décret du 13 septembre 1947 portant concession de la médaille militaire (à titre posthume).

- FLAMENT Georges-Léon. Adjudant, groupe de bombardement 1/25 Tunisie: sous-officier mitrailleur titulaire du poste délicat de "Rear-Gunner" a fait preuve au cours de plusieurs missions effectuées sur les objectifs les plus défendus de l'Allemagne et sur les territoires occupés par l'ennemi, d'une connaissance parfaite de son métier et d'un sang-froid remarquable. Le 8 août 1944, a trouvé une mort glorieuse dans l'accomplissement total de son devoir, son appareil ayant été abattu par la D.C.A. ennemie.

Cité à l'ordre de l'armée aérienne (Croix de guerre avec palme).

---------------------------------------------------------

Mécanicien: Adjt SIRE André.

Décret du 13 septembre 1947 portant concession de la médaille (à titre posthume).

- SIRE André-David-Armand. Adjudant, groupe de bombardement 1/25 Tunisie. Mécanicien navigant de grande valeur faisant preuve d'un grand calme et de réelles qualités professionnelles. A toujours été un aide précieux pour son équipage dans les circonstances les plus difficiles. A effectué de nombreuses missions de bombardement sur les objectifs les plus défendus de l'Allemagne et sur les territoires occupés par l'ennemi. Le 8 août 1944 a trouvé une mort glorieuse dans l'accomplissement de son devoir, son appareil ayant été abattu par la D.C.A ennemie

Cité à l'ordre de l'armée aérienne (Croix de guerre avec palme).

_________________________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE BONNET

 

56100386

 2ème Escadrille

 (collection: Flora HOYEAU)

De gauche à droite sur la photo prise le 12 mars 1945.

Radio: Adjt BOZEC, Mécanicien: RIOU, Navigateur: Cpt ALLEGRE, Pilote: Cpt BONNET, (Cdt d'avion) Bombardier: MAUPEU, Mitrailleur-supérieur: Adjt/C MANO, Mitrailleur-arrière: Sgt Armand HOYEAU.

______________________________

Pilote: Cpt. BONNET. (Cdt. de l'avion). Navigateur: Cpt. ALLEGRE. Bombardier: S/Lt. GLOAGUEN. Radio: Adjt. BOZEC. Mécanicien: Adjt. MAFAYOUX. Mitrailleur-supérieur: Adjt/C. MANO. Mitrailleur-arrière: Sgt. HOYEAU.

CITATIONS

mes_images

Mitrailleur-supérieur: Adjt/C. MANO.

_____________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE HILAIRE

 

Roudy

Radio: Sergent/C Rodolphe JENGER.

 

2ème Escadrille

Pilote: Lt. BERTHET. Navigateur: Lt. PATURLE. Bombardier: Cpt. HILAIRE. (Cdt. de l'avion). Radio: Sgt/C. JENGER. Mécanicien: Adjt. MADAULE. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C. EYRARD. Mitrailleur-arrière: Adjt. OGER.

11.09.1944. - Objectif: GELSENKIRCHEN.

Nombre d'avions engagés par chaque groupe:

"GUYENNE" 11 avions.

"TUNISIE" 9 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 379 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 7 tués.

Atteint par la Flack au-dessus de l'objectif, l'avion explose et s'écrase à STERKRADE. L'adjudant OGER mitrailleur-arrière est le seul rescapé. Les 6 tués ont été inhumés au cimetière Nord de DÜSSELDORF.

(source: La mémoire des groupes lourds.)

----------------------------------------------------------

CITATIONS

Mécanicien: Adjudant MADAULE Jean.

Décret du 13 septembre 1947 portant concession de la médaille militaire (à titre posthume).

- MADAULE Jean-Marius. Adjudant, groupe de bombardement 1/25 Tunisie: adjudant mécanicien d'un équipage de Halifax. A toujours participé avec ardeur et enthousiasme aux nombreuses missions effectuées avec plein succès sur des objectifs puissamment défendus de la Ruhr et de l'Allemagne centrale. Le 11 septembre 1944, a trouvé glorieusement la mort a la suite de l'attaque d'une usine de pétrole synthétique de la Ruhr défendue par un puissant barrage de D.C.A. Totalisait à ce jour 11 missions de guerre dans le cadre du Bomber Command effectuées en 40 heures 50 de vol dont 15 heures 15 de nuit.

Cité à l'ordre de l'armée aérienne (Croix de guerre avec palme).

----------------------------------------------------------

IMG_0001

Radio: Sergent-Chef Rodolphe et Denise JENGER, Tunis 1942.

(collection: Claude JENGER)

Décret du 13 septembre 1947 portant concession de la médaille militaire (à titre posthume).

- JENGER Rodolphe. Sergent-chef, groupe de bombardement 1/25 Tunisie. Sous-officier radio dans un équipage de Halifax qui a participé avec ardeur et enthousiasme aux nombreuses missions dévolues a son groupe. Le 11 septembre 1944, a trouvé une mort glorieuse alors que son avion attaquait une usine de pétrole synthétique de la Ruhr puissamment défendue par un violent barrage de D.C.A. Totalisait à ce jour 24 missions de guerre dont 11 effectuées dans le cadre du Bomber Command en 55 heures 50 de vol de guerre.

Cité à l'ordre de l'armée aérienne (Croix de guerre avec palme).

Itinéraire de Rodolphe Jenger

Sergent-chef Radio-navigant. Forces Aériennes Françaises Libres 1943/1944 Elvington (Yorkshire) GB 1/25 "Tunisie" Squadron 347 dans la Royal Air Force.

Rodolphe est né le 30 novembre 1915 à Annemasse (74) il était le fils de la soeur ainée de mon père, Victoria, décédée en 1941.

Marié à Denise MISSONIER, il avait une fille, Maryse, née le 25 Février 1943 à Tunis. Marc-Alain, né le 14 octobre 1944 à El Ariana (Tunisie), qu'il n'aura pas connu. Décédé le 11 septembre 1944.

83151958_o

2ème escadrille du Tunisie.

1er rang en haut 5ème en partant de la gauche Sgt/C Albert LACAULT.

2ème rang 9ème en partant de la gauche le lieutenant PATURLE.

(collection: Annie LACAULT)

DSC_0006

3ème en partant de la gauche, le lieutenant PATURLE, derrière lui, casquette blanche, Rodolphe JENGER.

(collection: Claude JENGER)

Tunisie, Algérie.

Le GB 1/25 basé à El-Aouïna (Tunisie), fait mouvement avec ses "LéO 54" vers Aïn Oussera, à 150 kilomètres au sud d'Alger, entre Djelfa et Boghari, en prévision de la riposte des forces de l'Axe à l'Opération "Torch", par l'occupation de la Tunisie.

L'équipage du Sergent-chef Rodolphe JENGER, se compose du Lieutenant PATURLE, l'Adjudant-chef MENARD, et du Sergent BUIGNET.

La première mission dans le cadre de la "North Tactical Air Force" a lieu le 24 février 1943, le 7 mai , Tunis est libérée, le drapeau de la 25ème escadre défile dans Tunis.

Le GB 1/25 est choisi pour être rééquipé en Angleterre de bombardiers lourds "Halifax" et placé sous les ordres de la R.A.F. sous la dénomination du Squadron 347 Groupe "1/25 Tunisie".

Grande-Bretagne.

marnix2

Le 28 septembre 1943, le groupe embarque à bord du paquebot hollandais "S/S VAN MARNIX St ALDEGONDE" à destination de Liverpool. Le 7 octobre après neuf jours de mer, le S/S Marnix défile lentement devant Birkenhead, avant-port de Liverpool, puis mouille à New-Brighton. Ce n'est que le lendemain matin que le personnel du groupe débarque à Liverpool, d'où il est immédiatement dirigé vers West-Kirby, base de transit pour le personnel de la R.A.F.

Les 24 équipages constitués en Algérie sont disloqués et l'entraînement commence, par spécialités dans les différentes écoles de la R.A.F; les nouveaux équipages sont constitués à Lossiemouth (Ecosse) 20e O.T.U. sur Wellington, puis a lieu le stage "battle course" à Drieffield et l'ultime phase de conversion à Rufforth avec l'apport des mécanicien déjà sur place depuis le mois de février (1663 H.C.U. Heavy Conversion Unit).

Le Squadron 347 sera basé à Elvington, banlieue de York (Yorkshire), sa première mission, de nuit, aura lieu le 27 juin 1944 ( Objectif: Mont Candon - base d'avions). Dès le 6 juillet, la première escadrille perd son premier équipage (équipage du Lieutenant CHAPRON). L'équipage périt carbonisé. Tous ont été inhumés au cimetière d'Harrogate le 11 juillet 1944.

Rodolphe JENGER appartenait en tant que Radio-navigant, à l'équipage du Capitaine Alain HILAIRE Bombardier (Cdt d'avion), avec le Lieutenant Georges BERTHET Pilote, le Lieutenant Pierre PATURLE Navigateur, l'Adjudant-chef René OGER Mitrailleur-arrière, l'Adjudant Jean MADAULE Mécanicien et le Sergent-chef Julien EYRAUD Mitrailleur-supérieur.

Cette équipage a effectué 11 missions de Guerre dans le cadre du "Bomber Command" pour une durée totale de 55 heures 50.

Sa dernière mission eut lieu le 11 septembre 1944 et consistait à bombarder une usine de fabrication d'essence synthétique de la "Nordstern" à Gelsenkirchen (Ruhr) Allemagne.

Le "Halifax", touché par la flak vers 17 heures, explose, prend feu et s'écrase dans la forêt de Heinfelden à Sterkrade, banlieue de Gelsenkirchen.

L'Adjudant-chef OGER, rescapé (blessé et fait prisonnier), dans un courrier, daté du 2 juillet 1945 adressé au père du Lieutenant PATURLE, monsieur Joseph PATURLE (un courrier, a aussi été adressé à mon père Camille JENGER, oncle de Rodolphe), raconte:

" Je rentre de captivité. Je vais vous dire les circonstances connues de moi, concernant le tragique accident dont nous avons été victimes...

...Tout allait bien à bord, nous nous approchions de l'objectif, déjà repéré par le bombardier. J'entendis au téléphone la Capitaine Hilaire donnant calmement des ordres au pilote, puis le capitaine le capitaine annonce la chute des bombes, ensuite le Lieutenant Paturle indique au pilote la nouvelle direction à prendre pour rentrer à la base.

La D.C.A. était infernale, notre appareil était entouré de flocons noirs, mais tout était calme à bord, la manoeuvre s'effectuait normalement. J'occupais le poste de mitrailleur dans la tourelle située dans la queue de l'avion.

Soudain, les vitres de la tourelle volèrent en éclats et au même moment, l'avion se mit à piquer de façon alarmante. J'ai immédiatement demandé des ordres, mais personne ne m'a répondu, je me suis rendu compte que l'avion était désemparé. J'ai de suite mis mon parachute, au même instant j'ai reçu un coup violent derrière la tête et dans les reins, tout a craqué d'une façon effroyable. Je me suis protégé le visage en croisant les bras.

Lorsque j'ouvris les yeux, j'avais le corps aux trois quarts en dehors de la tourelle (les portes étaient ouvertes) la jambe gauche coincée à l'intérieur et avec la droite, j'essayais de me dégager.

Je faisais une chute libre avec la tourelle que l'explosion avait détachée du reste de l'appareil.

En un éclair, j'ai réalisé gravité de ma situation, je lançais mon parachute à l'extérieur de la tourelle en l'ouvrant immédiatement... Je me suis retrouvé suspendu dans le vide, descendant au dessus d'un bois, sous le feu des mitrailleuses. J'arrivais au sol dans un état lamentable. Blessé à la tête et à la main, lors de ma captivité il m'était impossible de tenir debout..."

 Les tombes 542 et 543 du Cimetière nord de Düsseldorf, sont bien celles du Capitaine HILAIRE et du Sergent-chef EURAUD, il n'a pas été trouvé trace des 4 autres victimes de l'accident (courrier de Mme Germaine l'Herbier Montagnon du 12 novembre 1945).

Dans un autre courrier daté du 29 octobre 1946, Mme L'Herbier indique:

" Je me suis rendue sur place et n'ai trouvé dans la forêt sque quelques ferrailles éparses.

Les rapports sont formels, l'avion a explosé puis brûlé et des corps ont du disparaître totalement dans la catastrophe, car parmis les débris, il y avait quelques ossements carbonnisés".

img842

Germaine L'HERBIER MONTAGNON.

img843

La chronologie des évènements peut être reconstituée de la façon suivant:

- le Halifax - L - NA606 est abattu au dessus de Sterkrade (banlieue de Gelsenkirchen) et s'écrase dans la forêt de Heinfelden.

- en date du 15 septembre les autorités britanniques informent les français de l'accident.

- en date du 2 août 1945, le sergent-chef JENGER, les lieutenants PATURLE et BERTHET et l'Adjudant MADAULE sont officiellement déclarés disparus par les autorités britanniques et françaises.

Dans son livre "Sarabande nocturne", Guy Bourgain donne l'immatriculation du Halifax "N1 606" or, le recapé du crash, l'Adjudant - chef OGER indique dans son témoignage "LNA 606*", de même que Madame Germaine L'Herbier Montagnon.

D'autre part, il y est écrit: " les 6 tués ont été inhumés au cimetière nord de Düsseldorf" or, l'enquête de Mme L'Herbier établi que seuls les Capitaine HILAIRE et le Sergent-chef EYRAUD l'y ont été dans les tombes 542 et 543, ce qui est confirmé par les documents des archives britanniques et françaises qui établissent la "disparition" des 4 autres membres de l'équipage.

Les Lieutenants PATURLE et BERTHET, et le Sergent-chef JENGER et l'Adjudant MADAULE ont été déclarés par deux jugements du Tribunal administratif en date des 31 septembre 1945 et 2 octobre 1946, "sans que leurs corps aient été retrouvés, afin de régler leur devenir administratif".

"La lecture du fichier des militaires, morts en opération (répertoire MI 28) fait apparaître deux jugements du tribunal administratif de septembre 1945 et octobre 1946 déclarant ces deux aviateurs (Rodolphe JENGER et Pierre PATURLE) disparus, décédés, ce qui règle leur devenir administratif, sans que leurs corps soient retrouvés".

(Courrier du Lieutenant Colonel Antoine BOULANT du Service Historique de la Défense daté du 28 Février 2013)

www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr

* "L8 - NA606"

.(collection: Claude JENGER)

______________________________________________

 EQUIPAGE DU LIEUTENANT COTTARD

 

52563963

Équipage de renfort  juillet 1944

1re Escadrille

1er rang de gauche à droite:

Pilote: Sgt LECLERCQ, Navigateur: Lt COTTARD, Bombardier: Adjt. ADAOUST, Mitrailleur-arrière: Sgt AUBIET.

2ième rang de gaucheà droite:

Radio: Sgt/C MOREL, Mécanicien: Sgt DUFAURE, Mitrailleur-supérieur: Sgt USAI.

2/3.01.1945 - Objectif: LUDWIGSHAVEN.

Nombre d'avions engagés par chaque groupe:

"GUYENNE" 9 avions.

"TUNISIE" 12 avions.

Nombre d'avions engagés dans la mission: 389 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 1 tués.

Le HALIFAX du Lieutenant COTTARD est abattu par la DCA Américaine à COURCELLES, région de METZ. Le pilote, le Sergent LECLERCQ meurt prisonnier de l'avion qui s'écrase au sol. Il avait 19 ans. On retrouve là un nouvel exemple d'un pilote se sacrifiant pour que le reste de l'équipage puisse évacuer.

______________________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT PELLIOT

 

37800043

Équipage de renfort  juillet 1944

1re Escadrille

 (collection: Yves REYNIER)

Pilote: Sgt/C. BAGOT. Navigateur: Lt. PELLIOT. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Lt. ROLLET. Radio: Sgt/C. BRILLARD. Mécanicien: Adjt. MOLL. Mitrailleur-supérieur: Sgt. LE MITHOUARD. Mitrailleur-arrière: Sgt/C. BESNARD.

Le Lieutenant. ROLLET. debout 3ième à partir de la droite.

Issu d'un milieu très modeste (fils d'un simple fermier de l'Ain), sorti avant guerre de l'Ecole Coloniale (devenu l'ENA), il devînt ensuite Gouverneur en Afrique Noire. Il s'est éteint le 14 Mai 2001. Il restera toute sa vie très ami avec le Cdt. Yves NEUFINCK(Groupe GUYENNE).

C'est sur cet appareil, le HALIFAX III N.A. 197 du Groupe TUNISIE, qu'ils furent abattus vers EINDHOVEN (l'avion s'écrasa sur le PEEL, marais du LIMBOURG et Brabant Nord) dans la nuit du 7 Février 1945 lors du bombardement de GOCH à 15 kms au sud de CLEVES, non loin de la frontière HOLLANDAISE. Mon oncle vit le Cdt PELLIOT se sacrifier pour son équipage lors de l'évacuation; il me conta aussi des anecdotes sur son parachutage en terre HOLLANDAISE et le retour vers ses lignes.

mes_imagesmes_images

(collection: Yves REYNIER)

7/8-02-1945 Objectif: GOCH (Rhénanie)

Nombre d'avions engagés par chaque groupe.

"GUYENNE" 13 avions.

"TUNISIE" 14 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 464 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 9 tués.

 

37800479

(collection: Yves REYNIER)

Le Lieutenant ROLLET deuxième en bas a partir de la gauche.

Le jour de l'attaque fatale du 07/02/1945 au cours de cette mission le Mitrailleur-arrière était l'Adjudant LOISELOT à la place du Sgt/C BESNARD, qui sauta avec BRILLARD, MOLL et ROLLET. Le corps de PELLIOT fut retrouvé tête fracassée avec son parachute probablement en évacuant tardivement l'avion, BAGOT et LE MITHOUARD étant disparus.

(collection: Yves REYNIER)

 (merci Yves. pour le souvenir des Groupes Lourds)

Au cours de la mission du 7/8 02.1945, le HALIFAX du Lieutenant PELLIOT a été abattu par la chasse avant l'objectif. Le crash a eu lieu à VELUWE prés d'ASTEN (Hollande). BAGOT , PELLIOT et le MITHOUARD sont tués. l'Adjudant LOISELOT remplaçait le Sergent/Chef BESNARD au cours de cette mission pour des raisons de santé. Le Lieutenant PELLIOT a été inhumé au cimetière de WOENSEL à EINDHOVEN. L'avion avait encore des bombes quand il a heurté le sol. Il a explosé, BAGOT et le MITHOUARD restés dans l'avion ont été pulvérisés.

---------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU CAPITAINE SCHLEGEL

 

50505063

 (collection: Famille SCHLEGEL)

 Équipage de renfort  juillet 1944

1re Escadrille

Pilote: Lt. LAU. Navigateur: Cpt. SCHLEGEL. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Sgt/C. DABITON. Radio: Adjt. LECLAIRE. Mécanicien: Sgt. BEGUET. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C. DILELIO. Mitrailleur-arrière: Adjt. GIRAUDIN.

009

Devoir de mémoire.

J'ai hier après-midi été rendre hommage au cimetière de Neuville-Ferrières au Capitaine André SCHLEGEL du Groupe 1/25 Tunisie, avec Roger BOURGEOIS qui lui avait assisté a la cérémonie en 1962, il m'expliquait que le jour de l'inhumation il y avait trois aviateurs en uniformes qui avaient les larmes aux yeux, probablement des camarades d'équipages.

DUCAPHIL

 

50574590

 Assis deuxième à partir de la droite le Capitaine SCHLEGEL.

(collection: Famille SCHLEGEL)

img988

Capitaine André SCHLEGEL

(collection: Roger BOURGEOIS)

CITATIONS DU CAPITAINE SCHLEGEL

ARMEE AERIENNE -Ordre N°67 du Général Commandant en chef en date du 23.6.40

"Officier observateur qui s'est distingué dès son entrée en campagne par son entrai et son courage. Le 24 Mai 1940 au cours d'une mission à été attaqué par plusieurs patrouille de chasse ennemies, s'est porté immédiatement au secour de son co-équipier en danger, après s'être dégagé a poursuivi  et a mené à bien sa mission malgré une nouvelle attaque ennemie. Au cours de son bombardement a eu son appareil gravement atteint."

DIVISION AERIENNE- Ordre N° 17 du 17.12.40 du Général de Corps Aérien, Cdt Supérieur de l'Air en A.F.N.

"Officier d'un cran et d'un dynamisme à toute épreuve. A obtenu de suite en France une réputation de courage et d'ardeur indomptables, poussant ses attaques à fond et prenant à partie les convois ennemis à la mitrailleuse après les avoir bombardés. A participé depuis, avec le même entrain, à deux bombardements sur un point particulièrement bien défendu par une D.C.A. très active."

ARMEE AERIENNE - (en cours d'omologation)

"Commandant d'avion et Navigateur d'élite a participé à de nombreuses missions de bombardement très difficiles, les accomplissant avec un calme et une précision remarquable.

Depuis le 15 Octobre 1944, a exécuté dix missions sur la région de la Ruhr. Le 6 Novembre 1944 a eu son avion sérieusement touché par la flak allemande.

Le 24 Décembre 1944 à exécuté une mission remarquable à la tête d'une formation de plus de deux cents avions, attaquant de jour par temps clair un objectif puissamment défendu situé au coeur de la Ruhr. Malgré un tir violent de la flak, touchant son avion en de nombreux endroits, et un moteur gravement atteint par un obus de plein fouet a continué droit sur l'objectif, dirigeant adroitement toute la formation à travers les défenses ennemies.

Est largement responsable des excellents résultats obtenus par l'ensemble des avions qu'il guidait.

ARMEE AERIENNE - (en cours d'homologation)

Navigateur Commandant d'avion de grande valeur, a, par sa connaissance du matériel, son autorité sur son équipage, effectué une série d'attaques sur les objectifs ennemis très défendus, dans des conditions météorologiques souvent défavorables.

A obtenu d'excellents résultats, controlés par la photographie, grâce à l'exploitation parfaite du matériel utilisé, à un mépris absolu du danger et à, une conscience professionnelle digne de tous les éloges.

A notamment participé avec succès à une longue et dure mission de nuit le 14.12.45, en Saxe, sur un objectif de grande importance, mission qui, avec tous les risques que comporte une D.C.A. dense et précise, était rendue encore plus dangereuse par une activité soutenue de chasseurs de nuit ennemis sur tout le parcours.

A eu son appareil touché par la D.C.A. plusieurs fois.

Déjà cité en 1940, cité à trois reprises différentes depuis le 8.11.42 totalise à ce jour, plus de 200 heures de vol de guerre, dont 90 de nuit.

BRIGADE AERIENNE. Ordre N°12 en date du 22.8.44 du Colonel commandant les G.B.1

Équipage qui a brillamment inauguré ses missions de guerre, à partir de l'Angleterre en participant à l'opération menée le 25 Juillet sur un centre industriel important du bassin de la Ruhr. A bombardé l'objectif avec succès malgré l'intensité de la D.C.A. adverse et des conditions météorologiques souvent défavorable.

DIVISION AERIENNE - Ordre N°325 Note N°11186/3/F.A.G.B. en date du 6.12.44

Équipage animé de belles qualités morales, alliées à, un sang froid et un esprit de décision qui ont trouvé à se manifester au cours de situations difficiles.

Totalise un grand nombre de missions sur l'Allemagne. Le 11 Août 1944 effectuant un raid sur un point très défendu de zone occupée, a poursuivi sa mission avec détermination, bien que la D.C.A. atteignant son avion de nombreux éclats, l'ait obligé à stopper un moteur 25 kms avant l'objectif. A néanmoins effectué un bombardement précis et rejoint sa base sur trois moteurs.

Le 14 Septembre 1944, au cours d'une missions de nuit sur la Ruhr, a été attaqué et touché par la chasse adverse. S'est brillamment dégagé et a ramené à la base son avion criblé d'obus.

DISTINGUISHED FLYING CROSS

" Le Capitaine SCHLEGEL, Navigateur Commandant d'avion, vient de terminer un tour d'opération de 38 missions avec le Bomber Command, menant à bien toutes ces opérations malgré les difficultés considérables et une opposition farouche des défenses ennemies.

Le 11 Août 1944, ayant du mettre un moteur en drapeau, attaque néanmoins avec succès un atelier de réparations du Chemin de fer à SOMAIN.

Le 24 Décembre 1944, étant leader de la main force, attaqua de jour par temps clair, le terrain d'aviation d'ESSEN/MULHEIM et fut durement touché par la Flack sur l'objectif, ce qui l'obligea à effectuer tout le voyage de retour sur trois moteurs.

A été neuf fois touché par la Flak et a eu son avion sérieusement touché par un chasseur.

Remarquablement intelligent et précis dans l'emploi des appareillages spéciaux, a été plusieurs fois désigné pour effectuer des missions comme appui du P.P.F. ou comme "windfinder".

A toujours fait preuve d'un courage tranquille et de remarquables qualités de commandement.

(collection: Famille SCHLEGEL)

___________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT COURVALIN

Équipage de renfort  aout 1944

1re Escadrille

Pilote: Lt. DELEUZE. Navigateur: Lt. COURVALIN.( Cdt de l'avion) Bombardier: Asp. VEZOLLE. Radio: Sgt. CHABOUD. Mécanicien: Sgt/C. JUSTE. Mitrailleur-supérieur: Sgt. MEAU. Mitrailleur-arrière: Sgt. BASTIAN.

5/6.01.1945 - Objectif: HANOVRE.

Nombre d'avions engagés par chaque groupe:

"GUYENNE" 13 avions.

"TUNISIE" 12 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 664 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 2 tués.

Sur le chemin du retour, le HALIFAX du Lieutenant COURVALIN est attaqué par un chasseur de nuit. L'incendie se déclare et l'ordre d'évacuation est donné. Le bombardier, le navigateur et le radio sautent par la trappe avant. Le mitrailleur-supérieur BASTIAN et le mécanicien JUSTE aident MEAU à évacuer, puis sautent à leur tour.

L'équipage sera fait prisonnier à l'exception de l'Aspirant VEZOLLE tué au sol sous prétexte d'évasion et du Sergent MEAU qui sera abattu par un garde civil peu après avoir touché le sol. DELEUZE et BASTIAN réussiront l'un et l'autre une évasion spectaculaire. VEZOLLE été inhumé le 10.01.1945 au PARISH cimetière D'IMBREMBUREN (25 km O. d' OSNABRÜCK) et MEAU  le 08.01.1945 au cimetière catholique de SAERBRUCK (30 km sud-ouest d'OSNABRÜCK).

(La mémoire des groupes lourds)

____________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE JEAN

Équipage de renfort  octobre 1944

1re Escadrille

Pilote: Sgt/C. DANIEL. Navigateur: Cpt. JEAN. (Cdt. de l'avion). Bombardier: S/Lt. ROBERT. Radio: Sgt. HAAS. Mécanicien: Sgt/C. RICAUD. Mitrailleur-supérieur: Sgt. FAIVRE. Mitrailleur-arrière: Sgt/C. THIBEAU.

___________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE SAUTEREY

mes_images789

(collection: la mémoire des groupes lourds)

Equipages du Capitaine SAUTEREY et du Lieutenant GUENOIS du "TUNISIE", les 1er et 2ième en partant de la gauche-Adjt/C. VIDAL Pilote. (Equipage. GUENOIS) et Sgt/C PERSON Pilote. (Equipage. SAUTEREY).

Équipage de renfort  octobre 1944

1er Escadrille

Pilote. Sgt/C. PERSON. Navigateur. Cpt. SAUTEREY. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Sgt/C. AZAN. Radio: Sgt. SEMBLANET. Mécanicien: Adjt. TURINA. Mitrailleur-supérieur: Sgt. FERRIER. Mitrailleur-arrière: Sgt. BOURGUIGNON.

______________________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT GUENOIS

Équipage de renfort  novembre 1944

1re Escadrille

Pilote: Adjt/C. VIDAL. Navigateur: Lt. GUENOIS. (Cdt de l'avion). Bombardier: Sgt/C. BRUNET.(S/Lieutenant: PICOT) Radio: Sgt. CHANSON. Mécanicien: Adjt/C. GAUTHIER. Mitrailleur-supérieur: Adjt. BRUNO. Mitrailleur-arrière: Sgt. PIZEL.

14/15.03.1945 - Objectif: HOMBERG (Palatinat)

Nombre d'avion engagés par chaque groupe:

"GUYENNE" 8 avions.

"TUNISIE" 9 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 161 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 8 tués.

Au retour de la mission l'avion très gravement atteint par la Flack effectue un atterrissage forcé en belgique et prend feu. L'adjudant PORTESSEAU qui a remplacé GAUTHIER, mort de maladie en Angleterre, est tué. Il a été inhumé à Neuville en Condraz (Belgique). L'adjudant/Chef VIDAL est grièvement blessé.

(source: la mémoire des groupes lourds)

mes_images193

LES RESTES DU HALIFAX DU LIEUTENANT GUENOIS.

Le 14 mars 1945, peu après être passé sur l'objectif, le HALIFAX du Lieutenant GUENOIS est attaqué par un chasseur de nuit Allemand. Bien que très endommagé, l'avion reste sous le contrôle du pilote, l'Adjudant VIDAL. Celui-ci réussit finalement à se poser sur un aéroport occupé par les Américans et situé à quelques kilomètres de Bruxelles.

On a du mal à s'imaginer que six survivants sont sortis de ces décombres. Seul, le sergent PORTESSEAU, mitrailleur-supérieur, devait trouver la mort.

(source: Nuits de feu sur l'Allemagne Auteur: Louis BOURGAIN.)

 __________________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE HAUTECOEUR

Équipage de renfort  novembre 1944

1re Escadrille

Pilote: Sgt/C. MERCIER. Navigateur: Cpt. HAUTECOEUR. (Cdt de l'avion). Bombardier: Cpt. JACQUOT. Radio: Sgt/C. BARITEAU. Mécanicien: Sgt. MENNETRET. Mitrailleur-supérieur: Sgt. FERRERO. Mitrailleur-arrière: Sgt. LEDUC.

25.04.1945 - Objectif: WANGEROOGE.

Nombre d'avions engagés par chaque groupe:

"GUYENNE" 18 avions.

"TUNISIE" 12 avions

Total des avions engagés dans la mission: 482 avions.

Nombre de Français tués dans la mision: 7 tués.

Peu après être passé sur l'objectif, le HALIFAX du Capitaine HAUTECOEUR, touché de plein fouet par un obus de Flack, est coupé en deux, la queue s'écrase au sol et l'avant va se perdre en mer.

Le Capitaine HAUTECOEUR commandait la deuxième escadrille du groupe TUNISIE. Il meurt au cours de la dernière mission des Groupes Lourds Français. Polytechnicien, d'une droiture exceptionnelle, fils unique, sa perte sera douloureusement ressentie par ses parents qui ne s'en consoleront jamais. Il était leur enfant unique. HAUTECOEUR, BARITEAU,FERRERO, et LEDUC ont été inhumés sur la plage de WANGEROOGE. Les trois autres membres d'équipage ont été présumés perdus en mer.

 

Captaine_Hautecoeur

Navigateur: Capitaine HAUTECOEUR (Cdt d'avion)

(collection: Alexandre MARIAGE)

img506

Mitrailleur-arrière: Sgt LEDUC.

(collection: René LAMOUROUX)

photos_mp1_2_

Mécanicien: Sgt MENNETRET.

(collection: Emile MENNETRET)

____________________________________________

EQUIPAGE DU SOUS-LIEUTENANT MONTOUROY

Équipage de renfort  novembre 1944

1re Escadrille

Pilote: Aspt. FRICOURT.Navigateur: S/Lt. MONTOUROY. (Cdt. de l'avion). Bombardier: S/Lt. VALENCIENNES. Radio: Sgt/C. JOYE. Mécanicien: Sgt/C. LE LEVRIER. Mitrailleur-supérieur: Sgt. PETIT. Mitrailleur-arrière: Sgt. LASCOMBES.

________________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT HACHETTE

Hachette___(2)

(collection: Bernard HACHETTE)

Équipage de renfort  Juillet 1944

2ième Escadrille

De gauche à droite:

Mitrailleur-arrière: Sgt/C BUIGNET, Mitrailleur-arrière: Sgt/C VIGNY, Bombardier: Lt LORIDAN, Navigateur: Lt HACHETTE Robert (Cdt d'avion), Pilote: S/Lt PINAUD, Mécanicien: Adjt ROY, Radio: Adjt LAGOUTTIERE.

Mécaniciens au sol.

mes_images746

Le drapeau de la 25e Escadre, porté par le Lieutenant PINAUD du groupe "TUNISIE" (Squadron 347)

Avis de recherche sur cette photo.

 

Hachette___(4)

2ème en partant de la gauche le lieutenant Robert HACHETTE.

(collection: Bernard HACHETTE)

Où la photo a t-elle été prise, reconnaissez vous des personnes.

 

Hachette___(5)

 

Capitaine Robert HACHETTE

(collection: Bernard HACHETTE)

- Né le 25 janvier 1913 à Nancy, décédé à Paris le 26 avril 1989 avec le grade de Colonel.

- Lieutenant de l'Armée de l'Air à l'issue de ses études, en 1939, avant la déclaration de la guerre.

- Son unité? est déplacé au Maroc à Marrakech.

- En 1943 il rejoint l'Angleterre et après plusieurs mois de formation, il est affecté à Elvington.

- Elevé au grade de capitaine en juin 1944 en Angleterre.

- Décoré de la D.F.C.

- Il a été décoré de la Légion d'Honneur le 16 juin 1945.

- A la fin de sa carrière il est élevé au grade de Commendeur de la Légion d'Honneur

________________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE WRRIER

Équipage de renfort  juillet 1944

2ième Escadrille

Pilote: Adjt. PELISSIER. Navigateur: Cpt. WRRIER. (Cdt. de l'avion). Bombardier: S/Lt. NICOLAS. Radio: Sgt. DESCHAUX. Mécanicien: Sgt/C. HAIMERY. Mitrailleur-supérieur: Sgt. MADALLA. Mitrailleur-arrière: Sgt. MAZILLE.

CITATIONS

mes_images

Mitrailleur-arière: Sgt. MAZILLE.

----------------------------------------------------------------------------------

 EQUIPAGE DU LIEUTENANT GERMAIN

Équipage de renfort  juillet 1944

2ème Escadrille

Pilote: Adjt. JOUZIER. Navigateur: Lt. GERMAIN. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Adjt/C. GIMINO. Radio: Sgt/C. PIOLOT. Mécanicien: Sgt/C. BRETON. Mitrailleur-supérieur: Sgt. LONGHI. Mitrailleur-arrière: Sgt. DRISCH.

Marcel DRISCH.

DETAIL DES SERVICES ET MUTATIONS DIVERSES.

Engagé volontaire pour 4 ans le 24.04.1941 devant le Cdt de la Base Aérienne de Salon au titre du Corps du personnel du Service Général à compter du 01.04.1941. Pris en compte au centre d'engagement le 01.04.1941. Embarqué à Marseille le 20.07.1941 - Débarqué à Oran le 22.07.1941. Affecté C.I.E.V. de Fès à compter du 30.07.1941. Affecté G.R.1/22 à/c du 16.10.1941 affecté E.M. Air A.F.N. à/c du 27.04.1942 - affecté C.I.E.N.A. à Baraki le 02.03.1943. Dirigé sur l'école de mitrailleurs d'Agadir le 10.03.1943. Franchit la frontière Algéro-Marocaine le 12.03.1943. - A obtenu le 08.09.1943 le brevet de mitrailleur avion le 09.06.1943 - Brevet N° 4014  - franchit la frontière  Algéro - Marocaine le 01.04.1943. Affecté au G.B. N°1 E/C à/c du 02.09.1943. Embarqué pour l'Angleterre le 28.11.1943 - Débarqué le 06.12.1943 à Liverpool - nommé Caporal-Chef  à/c du 01.01.1944 (JO du 07.01.1944) - nommé Sergent à/c du 14.03.1944. - Affecté G.R.A.P. 204 à Paris le 15.09.1945.

 

img102

(collection: Jérémy DRISCH)

Au centre de la photo Marcel DRISCH avec le petit chien.

Sur la base d'ELVINGTON l'équipage du Sgt DRISCH aura comme mascotte un petit chien.

img197_1_

(collection: Jérémy DRISCH)

Sergent/Chef: Marcel DRISCH.

CITATION

DECISION N° 1129 du 10.09.1945.

Sur la proposition du MINISTERE de L'AIR.

Le Général de GAULLE Président du Gouvernement Provisoire de la République Française, chef des Armées, cite:

A L'ORDRE DE L'ARMEE AERIENNE

Sergent DRISCH (Marcel,Raymond) du G.B.1/25.

"Excellent mitrailleur arrière sur HALIFAX qui par une veille active et constante, par son sang froid et son courage a contribué souvent, très efficacement à la sauvegarde de l'équipage.

A participé à de nombreux raids du Bomber Command sur l'Allemagne du Centre et de l'Ouest. Notamment le 8 mars 1945 au cours d'une attaque d'un port Allemand de la mer du Nord eut son avion sérieusement atteint par la D.C.A. ennemie.

Sans se départir de son calme continua avec vigilance l'exécution de sa mission qu'il mena à bien.

Ces citations comportent l'attribution de la Croix de Guerre avec palme.

REPUBLIQUE FRANCAISE

MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE ET DES

FORCES ARMEES

SECRETARIAT D'ETAT AUX FORCES ARMEES AIR

MEDAILLE MILITAIRE

DECRET DU Ier AVRIL 1946

Extrait du journal officiel du 4 mai 1946

EST DECORE DE LA MEDAILLE MILITAIRE POUR PRENDRE RANG DU

4 JANVIER 1946.

-DRISCH (Marcel) - Sergent - Groupe de Bombardement 1/25 "TUNISIE"

" Mitrailleur arrière d'un équipage HALIFAX opérant de Grande-Bretagne ayant effectué 26 missions de bombardement sur l'Allemagne.

"S'est toujours montré plein d'allant et assura une garde particulièrement vigilante de son équipage même au moment du danger. S'est particulièrement distingué le 5 Mars 1945 en commandant les évolutions rendues nécessaires par de nombreuses attaque de chasseurs. Le 11 Avril 1945 eut son avion très sérieusement endommogé par la D.C.A.

Cette citation annule et remplace celle accordée à l'ordre de l'Armée Aérienne le 4 Janvier 1946.

CES CONCESSIONS DE MEDAILLE MILITAIRE CI-DESSUS COMPORTENT L'ATTRIBUTION DE LA CROIX DE GUERRE 1939/1945 AVEC PALME.

PARIS, le Ier Avril 1946

Signé F. GOUIN.

img105

(collection: Jérémy DRISCH)

img106

(collection: Jérémy DRISCH)

Le Sergent/Chef: Marcel DRISCH à l'aérodrome de NA-SAN où il se trouvait lors de la bataille du même nom en 1952. Il était affecté au contrôle aérien.

Affecté au Bataillon de l'Air 1/100 - rejoint le 14 mai 1952. Embarqué à DAKAR le 13.05.1952 - et dirigé sur la Base Transit Air N°257 à Marseille -  en vue de sa mise en route sur l'Extrême-Orient à débarqué le 25.05.1952. Embarqué le 30.07.1952 - affecté Service Circulation Aérienne en E.O. à/c du 28.08.1952 - Débarqué à SAÏGON le 28.08.1952. Affecté à S.C.A.E.O (B.A. 1/191) le 12.03.1953. Affecté à la C.A. 2/190 - Transit le 28.08.1954. Embarqué à HANOÏ par V.A. le 30.08.1954.

 ________________________________________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT PELLISSIER

 

66952326

 (collection:Corinne TROUSSE) 

 

37641439

 (collection: Line COHEN)

Équipage de renfort  octobre 1944

2ème Escadrille

Pilote: S/Lt. PELLISSIER. ( Cdt de l'avion) Navigateur: Aspt. POMPON. Bombardier: S/Lt. SUSBIELLE. Radio: Sgt. RIBON. Mécanicien: Sgt/C. GUEGAN. Mitrailleur-supérieur: Sgt. HERRY. Mitrailleur-arrière: Sgt. ERLY.

CITATIONS

mes_images

Mitrailleur-arrière: Sgt. ERLY.

mes_images

Mitrailleur-supérieur: Sgt. HERRY.

mes_images

Radio: Sgt. RIBON.

______________________________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT MARTIN

mes_images072

(collection: Régis JOUHAUD)

 

Équipage de renfort  octobre 1944

2ème Escadrille

Pilote: Sgt/C. RICAUD. Navigateur: Lt. MARTIN. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Lt. HUGOT. Radio: Sgt/C. MELLURET. Mécanicien: Sgt/C. EMPTOZ LACOTE. Mitrailleur-supérieur: Sgt. CLEMENT. Mitrailleur-arrière: Sgt. CLIQUOT.

__________________________________________________________________________ 

EQUIPAGE DU COMMANDANT DUFOUR de LATTRE

 50492987

 (collection: Michel UMBRECHT)

 Équipage de renfort  novembre 1944

2ème Escadrille

Pilote: Adjt. UMBRECHT. Navigateur: Cdt. DUFOUR de LATTRE. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Cpt. REVERSAT. Radio: Sgt/C. GRAND'EURY. Mécanicien: Sgt/C. KLEIN. Mitrailleur-supérieur: Adjt/C. LARDEAU. Mitrailleur-arrière: Sgt. LAREYNIE.

$_12

Sifflet du mitrailleur-arrière le Sgt LAREYNIE.

(collection: Philippe BENTRESQUE)

 

 

RFG_001b

(collection: Georges REVERSAT)

Groupes d'aviateurs devant deux Potez 540 ? sur la base d'Avord ?

Le deuxième en partant de la droite François REVERSAT nu tête en pantalon clair et veste de cuir le bombardier de l'équipage DUFOUR de LATTRE, nous recherchons à identifier les autres aviateurs, le type de l'avion, et la base.

CITATIONS

img218

Pilote: Adjt UMBRECHT

Pilote de quadrimoteurs aux plus grandes qualités d'énergie, d'endurance et de sang froid ayant grandement contribué à la réussite des bombardements exécutés sur des objectifs situés en Allemagne et puissamment défendus par la Flack et la chasse adverse. Le 7.2.45 à Gor et le 20.2.45 à Reishholz avait manoeuvré son avion avec succès au milieu de nombreux chasseurs de nuit ennemis. Vient encore de réussir avec de brillants résultats les bombardements du 4 avril 1945 sur Harburg et le 8 avril 1945 sur Hamburg malgré une Flak intense et ajustée. S'est tout particulièrement distingué au retour de ces missions en déroutant par des manoeuvres les attaques des chasseurs de nuit allemands. A obtenu le 11.4.45 sur Nurenberg et le 18.4.45 sur Héligoland de remarquables résultats.

Cette Citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre avec Palme.

DECORATIONS

-Chevalier de la Légion d'Honneur - 31.12.48 - JO n°6 du 7.1.49

-Croix de Guerre - 3.4.45 - o/o n°13 du Col Cdt le GB1

-Croix de Guerre TOE - 20.1.53 - OG n°3 du 20.1.53

-Croix de Guerre TOE - 31.10.54 - OG n°41 du 31.10.54

-Médaille France libérée - 13.3.53 - JO du 2.4.53

-Commémorative 39/45 - 21.5.46 - Décret 46. 1217

-Commémorative Indochine - 1.2.54 - Décret 53722 du 1.8.53

_________________________

Équipage ayant grâce à ses qualités de courage et d'endurance, parfaitement réussi les missions de Bombardement qui lui ont été confiées au dessus de l'Allemagne en dépit des concentrations de chasse et de Flack de la défense adverse. Le 5.1.45 a été touché par un gros éclat de flak à l'empennage arrière et a de plus dû rentrer jusqu'à la base sur trois moteurs.

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre avec étoile de bronze.

(collection: Michel UMBRECHT)

Missions de Guerre

de l'Adjudant Jacques UMBRECHT

Décembre 1944

- 21/12/1944 - Objectif: (Cologne) Equipage - Halifax III - PN226 - 2ème pilote: Adjt UMBRECHT (1ère mission de guerre) Navigateur: Cpt BRACHET (Cdt de l'avion) - Pilote: Lt GEORGEON - Bombardier: Lt HABEZ - Mécanicien: Adjt HUMBERT - Radio: Sgt RIGADE - Mitrailleur: Sgt/C MALTERRE - Mitrailleur: Sgt MEMIN - Durée: 5h35 - Vol de jour 1h40. Vol de nuit 3h55 - (Guyenne 8 avions - Tunisie 8 avions). Total des avions engagés dans la mission 136 avions. Bombardement de Cologne-Nippes. Avion touché par la D.C.A. 1 éclat. Mission de guerre.

Janvier 1945

- 5/1/45 - Objectif: (Hanovre) Equipage - Halifax III - "L" LL590 - Pilote: Adjt UMBRECHT- Navigateur: Cdt LEGENDRE - Bombardier: Cpt REVERSAT - Radio: Adjt/C GRAND'EURY - Mitrailleur-supérieur: Adjt/C LARDEAU - Mécanicien: Sgt/C KLEIN - Mitrailleur-arrière: Sgt LAREYNIE - Durée: 6h00 - Vol de jour 1h00. Vol de nuit 5h00 - (Guyenne 13 avions - Tunisie 12 avions). Total des avions engagés dans la mission 664 avions - 2 Français tués dans la mission - Bombardement de Hanovre, avion touché par la D.C.A. 2 éclats, retour sur 3 moteurs, intérieur gauche stoppé. Mission de guerre.

- 22/1/45 - Objectif: (Gelsenkirchen) Equipage - Halifax III - "Z" NR167 - Même équipage - Durée: 6h15 - Vol de nuit. (Guyenne 13 avions - Tunisie 12 avions). Total des avions engagés dans la mission 152 avions - Bombardement de Gelsenkirchen. Mission de guerre.

- 28/1/45 - Objectif: (Stuttgart) Equipage - Halifax III - "Q" NA577 - Même équipage - Durée: 6h55 - Vol de jour 1h05. Vol de nuit 5h50 - (Guyenne 14 avions - Tunisie 12 avions). Total des avions engagés dans la mission 602 avions - Bombardement de Ludwigsburg-Stittgart. Atterrissage à Harwell. Mission de guerre.

Février 1945

- 7/2/45 - Objectif: (Goch) Equipage - Halifax - "S" NA680 - Même équipage - Durée: 6h15 - Vol de nuit - (Guyenne 13 avions - Tunisie 14 avions). Total des avions engagés dans la mission 464 avions. 9 Français tués dans la mission - Bombardement de Goch (Rhénanie). Mission de guerre.

- 20/2/45 - Objectif: (Reisholz) Equipage - Halifax III - "M" LL603 - Même équipage - Durée: 7h30 - Vol de nuit - (Guyenne 13 avions - Tunisie 11 avions). Total des avions engagés dans la mission 173 avions. Bombardement de Reisholz-Düsseldorf. Mission de guerre.

Mars 1945

- 5/3/45 - Objectif: (Chemnitz) Equipage - Halifax III - "K" NA515 - Pilote: Adjt UMBRECHT - Navigateur: Cdt LEGENDRE - Bombardier: Cpt REVERSAT - Radio: Adjt/C GRAND'EURY - Mécanicien: Sgt/C KLEIN - Mitrailleur-supérieur: Adjt/C LARDEAU - Mitrailleur-arrière: Sgt LAREYNIE. Durée: 8h50 - Vol de jour 1h50. Vol de nuit 7h00 - (Guyenne 13 avions - Tunisie 10 avions). Total des avions engagés dans la mission 760 avions. 7 Français tués dans la mission. Bombardement de Chemnitz. Atterrissage à Harwell. Mission de guerre.

- 14/3/45 - Objectif: (Homberg) Equipage - Halifax III - "F" LL602 - Pilote: Adjt UMBRECHT - Navigateur: Lt LAC - Bombardier: Cpt REVERSAT - Radio: Lt MORIN - Mécanicien: Sgt/C KLEIN - Mitrailleur-supérieur: Adjt/C LARDEAU - Mitrailleur-arrière: Sgt LAREYNIE. Durée: 6h20 - Vol de jour 2h30. Vol de nuit 3h50 - (Guyenne 8 avions - Tunisie 9 avions). Total des avions engagés dans la mission 161 avions. 8 Français tués dans la mission. Bombardement de Homberg (Palatinat). Mission de guerre.

- 15/3/45 - Objectif: (Hagen) Equipage - Halifax III - "K" NA515 - Pilote: Adjt UMBRECH - Navigateur: Lt LAC - Bombardier: Cpt REVERSAT - Radio: Adjt/C GRAND'EVRY, Mécanicien: Sgt/C KLEIN, Mitrailleur-supérieur: Adjt/C LARDEAU, Mitrailleur-arrière: Sgt LAREYNIE. Durée: 7h10 - Vol de jour 2h30. Vol de nuit 4h40 - (Guyenne 12 avions - Tunisie 12 avions).Total des avions engagés dans la mission 267 avions. 16 Français tués dans la mission. Bombardement Hagen (Ruhr). Avion attaqué par chasseur, manoeuvres évasives. Mission de guerre.

- 18/3/45 - Objectif: (Witten) Equipage - Halifax III - "K" NA515 - Même équipage - Durée: 6h55 - Vol de jour 0h40. Vol de nuit 6h15 - (Guyenne 9 avions - Tunisie 9 avions). Total des avions engagés dans la mission 324 avions. 6 Français tués dans la mission. Bombardement de Witten (Ruhr). Mission de guerre.

- 22/3/45 - Objectif: (Dülmen) Equipage - Halifax III - "Z" PN167 - Même équipage - Durée: 4h45. (Guyenne 8 avions - Tunisie 9 avions). Total des avions engagés dans la mission 130 avions. 6 Français tués dans la mission. Bombardement de Dülmen. Mission de guerre.

- 24/3/45 - Objectif: (Sterkrade) Equipage - Halifax III - "S" LL556 - Même équipage - Durée: 6h00. (Guyenne 9 avions - Tunisie 10 avions). Total des avions engagés dans la mission 177 avions. Bombardement de Sterkrade. Mission de guerre.

Avril 1945

- 4/4/45 - Objectif: (Harbourg) Equipage - Halifax V - "V" RG548 - Pilote: Adjt UMBRECHT, Navigateur: Cdt LEGENDRE, Bombardier: Cpt REVERSAT, Radio: Sgt/C GRAND'EVRY, Mécanicien: Sgt/C KLEIN, Mitrailleur-supérieur: Adjt/C LADEAU, Mitrailleur-arrière: Sgt LAREYNIE. Durée: 5h50. (Guyenne 8 avions - Tunisie 8 avions) Total des avions engagés dans la mission 327 avions. Bombardement de Harbourg (sur l'Elbe). Mission de guerre.

- 8/4/45 - Objectif: (Hambourg) Equipage - Halifax V - "V" RG548 - Même équipage - Durée: 6h05. (Guyenne 13 avions - Tunisie 13 avions). Total des avions engagés dans la mission 440 avions. Bombardement de Hambourg. Mission de guerre.

- 11/4/45 - Objectif: (Nuremberg) Equipage - Halifax V -  RG586 - Même équipage - Durée: 7h20. (Guyenne 14 avions - Tunisie 15 avions). Total des avions engagés dans la mission 143 avions. Bombardement de Nuremberg. Mission de guerre.

- 18/4/45 - Objectif: (Héligoland) Equipage - Halifax V - "V" RG548 - Même équipage - Durée: 4h20. (Guyenne 16 avions - Tunisie 16 avions). Total des avions engagés dans la mission 969 avions. Bombardement de Héligoland. Mission de guerre.

 16 missions de guerre sur l'Allemagne.

img202

Aucune indication sur l'année et la localisation de cette photo, "peut-être Mérignac?"

De gauche à droite:

Lt UMBRECHT Jacques, ??, ??, Cdt ROUQUETTE René, ??, ??, ??.

(collection: Michel UMBRECHT)

 

img205

"Le 1/25 Tunisie au Maroc ?"

 Aucune indication sur l'année et l'endroit ou la photo a été prise. 

5 ième en partant de la droite René ROUQETTE, 6 ème en partant de la droite Jacques UMBRECHT.

(collection: Michel UMBRECHT)

---------------------------------------------------------------------------------- 

EQUIPAGE DU CAPITAINE BRUNET

Équipage de renfort  février 1945

1re Escadrille

Pilote: Cpt. BRUNET. (Cdt. de l'avion). Navigateur: S/Lt. FAUCHET.Bombardier: Aspt. TROLART. Radio: Sgt. MILLER. Mécanicien: Sgt. LUGARO. Mitrailleur-supérieur: Sgt. DELAUZIN. Mitrailleur-arrière: Sgt. GIRAUDON.

14/15.03.1945 - Objectif: HOMBERG (Palatinat).

Nombre d'avions engagés par chaque groupe:

"GUYENNE" 8 avions.

"TUNISIE" 9 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 161 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 8 tués.

Au retour de la mission, abattu par un chasseur de nuit, l'équipage du Capitaine BRUNET est porté disparu. Ils ont été inhumés au cimetière américain de Grand Failly ( Meurthe et Moselle), 8,5 km nord-ouest de Longuyon. Le sergent LUGARO n'était pas mort sur le coup et fut assassiné par les SS (autopsie du docteur américain Max BERG).

(source: la mémoire des groupes lourds.)

 ----------------------------------------------------------------------------- 

EQUIPAGE DU LIEUTENANT LAUCOU

Équipage de renfort février 1945

1re Escadrille

Pilote: Lt. LAUCOU. (Cdt.de l'avion). Navigateur: Aspt. VIEL. Bombardier: S/Lt. GIROUD. Radio: Sgt. POCHONT. Mécanicien: Sgt. LEMASSON. Mitrailleur-supérieur: Sgt. HEMERY. Mitrailleur-arrière: Sgt. CHARRIERE.

mes_images

Mécanicien: Sgt. LEMASSON.

3/4. 03. 1945 - Objectif: KAMEN.

Le même scénario se produit pour LAUCOU. Tandis que 5 membres de l'équipage réussissent à sauter, il restera prisonnier avec son mécanicien dans l'avion qui s'écrase au sol. LAUCOU et Le MASSON ont été inhumés au cimetière régional de CAMBRIDGE le 10 mars 1945.

(Source: La mémoire des groupes lourds)

 ------------------------------------------------------------------ 

EQUIPAGE DU LIEUTENANT HYVON

img217

Dédicace de Pierre-Celestin DELRIEU bombardier de l'équipage du Cpt BORNECQUE auteur du livre FEU DU CIEL FEU VENGEUR.

(collection:Jean-Michel GRAVAUD)

img218

Équipage de renfort  mars 1945

1re escadrille

Pilote: Lt. HYVON. (Cdt. de l'avion). Navigateur: S/Lt. MOREL. Bombardier: S/Lt. BRIET. Radio: Sgt. LEGAY. Mécanicien: Sgt. LEROY. Mitrailleur-supérieur: Sgt. PEIGNE. Mitrailleur-arrière: Sgt. FOUQUE.

----------------------------------------------------------------------------------------

 EQUIPAGE DU CAPITAINE CORNETET

img199

(collection: Georgie BERNIGAUD)

equipage_1_1_

peq

(collection: Georgie BERNIGAUD)

Équipage de renfort  mars 1945

1re Escadrille

Pilote: Sgt/C. CHATAIN Robert, Navigateur: Cpt. CORNETET Paul, (Cdt. de l'avion). Bombardier: Sgt. BERNIGAUD Georges, Radio: Sgt/C. CACCIA Jean, Mécanicien: Sgt. ONKEL Georges, Mitrailleur-supérieur: Sgt. LAGRANDIE Pierre, Mitrailleur-arrière: Sgt. AUNEAU René.

 

 

50660037

 

Premier à partir de la droite le Bombardier: Georges BERNIGAUD.

(collection: Georgie BERNIGAUD)

CITATION

img214

Bernigaud_premier_droite

Équipage du Capitaine CORNETET devant le demi-tonneau qui hébergeait les équipages. Premier à partir de la droite le Bombardier le sergent Georges BERNIGAUD, on aperçoit sur la porte d'entrée du batiment l'insigne de la 1re escadrille du TUNISIE.

(collection: Georgie BERNIGAUD)

sergent_G

Bombardier: Sgt Georges BERNIGAUD.

Peq__Bernigaud_premier_a_gauche_1_

Premier à partir de la gauche le Bombardier Georges BERNIGAUD, merci Georgie pour le souvenir de votre papa.

Mission de guerre

du Sergent Bernigaud

- 8/9/4-45 - Objectif: (Hambourg) - Equipage - Halifax VI - L8 - "C" RG561 - Pilote: Sgt/C CHATAIN, Navigateur: Cpt CORNETET, Bombardier: Sgt BERNIGAUD, Radio: Sgt/C CACCIA, Mécanicien: Sgt ONKEL, Mitrailleur-supérieur: Sgt LAGRANDIE, Mitrailleur-arrière: Sgt AUNEAU. (Guyenne 13 avions - Tunisie 13 avions). Durée: 6h20. Vol de jour 1h30. Vol de nuit 4h50. Bombardement Hambourg. Vol de guerre de nuit.

- 11/4/45 - Objectif: (Nuremberg) - Même équipage - Halifax III - L8 - "F" - (Guyenne 14 avions - Tunisie 15 avions). Durée: 6h10. Total des avions engagés dans la mission 143 avions. Bombardement Nuremberg. Atterrissage à Manston , touché par la flak. Vol de guerre.

- 18/4/45 - Objectif: (Heligoland) - Même équipage - Halifax VI - L8 - "A" - (Guyenne 16 avions - Tunisie 16 avions). Durée: 4h30. Total des avions engagés dans la mission 969 avions. Bombardement de l'Ile d'Héligoland. Vol de guerre.

3 missions de guerre sur l'Allemagne

(collection: Georgie BERNIGAUD)

----------------------------------------------------------------------------- 

EQUIPAGE DU SOUS-LIEUTENANT WELLARD

equipage wellard (2)

(collection: Jean ADAMS)

Équipage de renfort  avril 1945

1re Escadrille

De gauche à droite sur la photo:

Mitrailleur-arrière: Sgt Henry BOURGUND, Bombardier: Sgt Henri PRADES, (décédé le 29 Octobre 1945 Escrick près d'Elvington le jour du retour à Bordeaux-Mérignac) Navigateur: S/Lt Jacques WELLARD (Cdt d'avion décédé le 29 Octobre 1945 à Escrick près d'Elvington le jour du retour à Bordeaux-Mérignac) Pilote: Sgt/C Paul ROQUE, (décédé en avion à Bussac en juin 1950) Radio: Sgt BAUD, Mécanicien: Sgt Jean GALEA, (décédé en Indochine en 1950) Mitrailleur-supérieur: Sgt Jean BOGAERT.

Photo prise en Mai 1945.

_______________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT ROBERT

img178

De gauche à droite:

??, ??, ??, Lt ROBERT, ??, Sgt HELLER René, ??.

(collection:Corinne TROUSSE)

 Équipage de renfort  avril 1945

1re Escadrille

Pilote: Lt. ROBERT. (Cdt. de l'avion). Navigateur: S/Lt. PILLOT. Bombardier: Sgt. BROUSSOUX. Radio: Sgt. RONCHAUD. Mécanicien: Sgt. BERTRAND. Mitrailleur-supérieur: Sgt. BOISSAVIE. Mitrailleur-arrière: Sgt/c. LEYGONIE.

---------------------------------------------

img211

Lieutenant ROBERT (Cdt d'avion)

(collection: Corinne TROUSSE)

---------------------------------------------------------------------------------

MISSION DE GUERRE

DU SERGENT HELLER

Sgt_HELLER_30_octobre_1944_

(collection: Corinne TROUSSE)

Le Sergent HELLER René mécanicien remplace le Sergent/Chef GUEGAN dans l'équipage du Lt PELLISSIER participe avec d'autres équipages à plusieurs missions de guerre.

JANVIER 1945

-14/1/45 - Objectif: (Dulmen) - Halifax III - NR 151 - Équipage: Pilote: Lt PELLISSIER (Cdt de l'avion) Navigateur: S/Lt POMPON, Bombardier: S/Lt SUSBIELLE, Radio: Sgt RIBON, Mécanicien: Sgt HELLER, Mitrailleur-supérieur: Sergent HERRY, Mitrailleur-arrière: Sgt ERLY. Durée: 7h15. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 15 avions Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 115 avions. Bombardement du dépôt d'essence de Dulmen près de Munster, (Ruhr) avion atteint par la D.C.A. Mission de guerre.

- 16/1/45 - Objectif: (Magdebourg) - Halifax III - LL 573 - Même équipage - Durée: 6h40. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 9 avions Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 371 avions. 7 Français tués dans la mission. Bombardement de la ville de Magdebourg près de Berlin (Allemagne). Mission de guerre.

- 22/1/45 - Objectif: (Gelsenkirchen) - Halifax III - NR 151 - Même équipage - Durée: 6h10. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 152 avions. Bombardement de la ville de Gelsenkirchen (Ruhr). Mission de guerre.

- 28/1/45 - Objectif: (Stuttgart) - Halifax III - NR 226 - Même équipage - Durée: 7h05. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 14 avions Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 602 avions. Bombardement de la ville de Stuttgart (Allemagne) atterrissage à Harwel. Mission de guerre.

FEVRIER 1945

 - 7/2/45 - Objectif: (Goch-Rhénanie) - Halifax III - NR 151 - Même équipage - Durée: 6h05. Nombre d'avions ebgagés dans la mission Guyenne 13 avions Tunisie 14 avions. Total des avions engagés dans la mission 464 avions. 9 Français tués dans la mission. Bombardement de Goch (Allemagne) appui des Troupes au sol. Mission de guerre. 

- 14/2/45 - Objectif: (Chemnitz-Silésie) - Halifax III - NR 151 - Même équipage - Durée: 7h05. Vol de jour 1h45. Vol de nuit 6h35. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 10 avions Tunisie 5 avions. Total des avions engagés dans la mission 717 avions. Bombardement de la ville de Chemnitz (Allemagne) atterrissage à Dunsfold. Mission de guerre.

- 27/2/45 - Objectif: (Gare de Mayence) - Halifax III - LL 602 - Equipage: Pilote: Lt FRICOURT, Navigateur: Lt MONTOUROY (Cdt de l'avion) Bombardier: Lt VALENCIENNES, Radio: Sgt/C JOYE, Mécanicien: Sgt HELLER, Mitrailleur-supérieur: Sgt PETIT, Mitrailleur-arrière: Sgt LASCOMBES. Durée: 6h10. Vol de jour 0h30. Vol de nuit 5h40. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions Tunisie 14 avions. Nombre d'avions engagés dans la mission 458 avions. Bombardement de la Gare de Mayence (Allemagne). Mission de guerre.

MARS 1945

- 2/3/45 - Objectif: (Cologne) - Halifax III - NR 226 - Équipage du Lt PELLISSIER -même équipage - Durée: Durée: 5h55. Vol de jour 5h50. Vol de nuit 0h05. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 12 avions Tunisie 13 avions. Total des avions engagés dans la mission 858 avions. Bombardement de la ville de Cologne (Ruhr) Mission de guerre.

- 3/3/45 - Objectif: (Kamen) - Halifax III - PN 167 - Équipage du Lt PELLISSIER (Cdt de l'avion) même équipage - Durée: 8h15. Vol de jour 7h20. Vol de nuit 0h55. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions Tunisie 13 avions. Total des avions engagés dans la mission 234 avions. 3 Français tués dans la mission. Bombardement du dépôt d'essence synthétique de Kamen (Ruhr). Mission de guerre.

- 5/3/45 - Objectif: (Chemnitz) - Halifax III - LL 573 - Équipage du Lt MONTOUROY (Cdt de l'avion) même équipage - Durée: 8h25. Vol de jour 2h05. Vol de nuit 6h20. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions Tunisie 10 avions. Total des avions engagés dans la mission 760 avions. 7 Français tués dans la mission. Bombardement de la ville de Chemnitz, atterrissage à Ford. Mission de guerre.

- 7/3/45 - Objectif: (Hemingstedt-Schelswig) - Halifax III - NA 515 - Équipage du Lt PELLISSIER (Cdt de l'avion) même équipage - Durée: 6h20. Vol de jour 0h55. Vol de nuit 5h25. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 11 avions Tunisie 10 avions. Total des avions engagés dans la mission 281 avions. Bombardement de l'usine d'essence synthétique de Hemingstedt près de Hambourg. Mission de guerre.

- 8/3/45 - Objectif: (Hambourg) - Halifax III - NA 557 - Équipage du Lt PELLISSIER (Cdt de l'avion) même équipage - Durée: 6h05. Vol de jour 0h50. Vol de nuit 5h15. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 10 avions Tunisie 9 avions. Total des avions engagés dans la mission 312 avions. Bombardement des chantiers navals de Hambourg, avion atteint par la D.C.A. Mission de guerre.

- 11/3/45 - Objectif: (Essen) - Halifax III - PN 175 - Même équipage - Durér: 5h45. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions Tunisie 11 avions. Total des avions engagés dans la mission 109 avions. Bombardement de la ville d'Essen (Ruhr). Mission de guerre.

- 13/3/45 - Objectif: (Wuppertal) - Halifax III - NA 515 - Même équipage - Durée: 5h25. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 14 avions Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 354 avions. Bombardement de Wuppertal (Ruhr). Mission de guerre.

- 14/3/45 - Objectif: (Homberg-Palatinat) - Halifax III - MZ 936 - Même équipage - Durée: 6h25. Vol de jour 2h15. Vol de nuit 4h10. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 8 avions Tunisie 9 avions. Total des avions engagés dans la mission 161 avions. 8 Français tués dans la mission. Bombardement de Homberg près de Sarrebruck. Mission de guerre.

- 24/3/45 - Objectif: (Sterkrade) - Halifax III - PN 167 - Équipage: Pilote: Lt QUENEL, Navigateur: Cpt MULLER (Cdt de l'avion) Bombardier: S/Lt PLEINDOUX, Radio: Sgt BERTHOME, Mécanicien: Sgt HELLER, Mitrailleur-supérieur: Sgt/C BECK, Mitrailleur-arrière: Sgt BEYER. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 9 avions Tunisie 10 avions. Total des avions engagés dans la mission 177 avions. Bombardement de Sterkrade 'Allemagne) Mission de guerre.

AVRIL 1945

- 4/4/45 - Objectif: (Harbourg) - Halifax III - RG 606 - Équipage du Lt PELLISSIER même équipage - Durée: 5h20. Vol de jour 1h10. Vol de nuit 4h10. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 8 avions Tunisie 8 avions. Total des avions engagés dans la mission 327 avions. Bombardement de l'usine synthétique de Harbourg près de Hambourg (Allemagne). Mission de guerre.

17 missions de guerre sur l'Allemagne.

(collection: Corinne TROUSSE)

----------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU LIEUTENANT CHARPIN

 

equipage_dad3manuel_1

(collection: Jean-René VEYRE)

Accroupi au centre le S/Lt VEYRE, le pilote de l'équipage.

 Équipage de renfort  avril 1945

1re Escadrille

Pilote: S/Lt. VEYRE. Navigateur: Lt. CHARPIN. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Sgt. RECOING. Radio: Sgt. MERLET. Mécanicien: Sgt. MARESCAUX. Mitrailleur-supérieur: S/Lt. MALARD. Mitrailleur-arrière: Sgt. RECHOUX.

 --------------------------------------------- 

EQUIPAGE DU CAPITAINE SERMET

Équipage de renfort avril 1945

1re Escadrille

Pilote: Cpt. SERMET. (Cdt. de l'avion). Navigateur: Aspt. VIEL. Bombardier: S/Lt. GIROUD. Radio: Sgt. POCHONT. Mécanicien: Sgt. MAINGUEUX. Mitrailleur-supérieur: HAYMERY. Mitrailleur-arrière: Sgt. CHARRIERE.

 --------------------------------------------------------- 

EQUIPAGE DU LIEUTENANT MULCEY

Équipage de renfort avril 1945

1re Escadrille

Pilote: Sgt/C. CONTI. Navigateur: Lt. MULCEY. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Sgt/C. REYNAUD. Radio: Sgt. DOBSIK. Mécanicien: Sgt/C. NAKACHE. Mitrailleur-supérieur: Sgt. FOURNIER. Mitrailleur-arrière: Sgt. CARBONNE.

Yves_Mulcey_Carte__combattant_001

Navigateur: Lieutenant Yves MULCEY, (Cdt D'avion)

(collection: Claude MULCEY)

Archives de l'Armée de l'Air (Dijon)

Yves MULCEY (X6609J) né le 18 mars 1916 à Tunis

De la classe 1936 Tunisie

15.10.37 incorporé à El Aouina (Tunisie)

A Avord le 13.12.37/El Aouina 27.09.38 - Réserve: le 10.10.38

Rappelé à Gabès le 20.02.39

Nommé S/Lt de réserve 20.04.39

Mûté à El Aouina le 10.12.39

Démobilisé le 21.08.40

Rappelé le 25.01.41 à Bizerte

Licencié des forces du MAKHZEN de Tunisie le 30.06.42

Rappelé le 17.05.43 à Blida pour aller à l'EAPN de Marrakech

Arrivé à Marrakech le 15.10.43

Départ d'Alger le 29.01.44 arrivé en G.B. Liverpool le 12.02.44 - à Elvington du 26.04.45 au 29.10.45 au Groupe 1/25 Tunisie - et arrivé à Bordeaux 01.11.45.

A Saïgon 15.11.51 au 14.06.53 et à Cazaux le 27.09.53

En Algérie le 16.04.59 au 03.11.61

A Cazaux jusqu'au 18.03.62 (congés du P.N.) mis à la retraite le 18 mars 1967 grade Commandant.

Décédé le 20 novembre 1995.

(collection: Claude MULCEY)

Décorations

LEGION D'HONNEUR ET MEDAILLE MILITAIRE

Chevalier - 30 juin 1954 - Décret du 20.10.54 (JO n°247 du 22.10.54)

Officier - 14 Décembre 1963 - Décret du 30.10.63 (JO n°260 du 6.11.63

Décorations Françaises

Médaille Commémorative "Guerre 39/45"

Médaille Commémorative "Indochine"

Médaille Coloniale - avec agrafe Extrême Orient - 15.5.52 - décision n°399452

Croix de Guerre avec palme - 25.7.53 - décision n°21 (JO du 1.8.53)

Carte du Combattant n°128202 délivrée à Bordeaux le 10.6.59

Médaille Commémorative d'Algérie

Croix de la Valeur Militaire avec Etoile de Bronze - décret n°5824 du 11.1.58 - OG n°2.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DE L'ASPIRANT MOULIN

Équipage de renfort mai 1945

1re Escadrille

Pilote: Aspt. MOULIN. (Cdt.de l'avion). Navigateur: Aspt. ROGUE. Bombardier: Sgt. DUMUIDS. Radio: Sgt. SIRAC. Mécanicien: Sgt. MARIANI. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C. CAPDEVIELLE. Mitrailleur-arrière: Sgt. BARNEOUD.

 --------------------------------------------------- 

EQUIPAGE DU CAPITAINE ROUQUETTE

Équipage de renfort mars1945

2ème Escadrille

Pilote: Cpt. ROUQUETTE. (Cdt. de l'avion). Navigateur: Aspt. MOLBERT. Bombardier: Aspt. CONDROYER. Radio: Sgt. MEREAU. Mécanicien: Sgt. BANCAREL. Mitrailleur-supérieur: Sgt. ROQUEFORT. Mitrailleur-arrière: Sgt. JACQUET.

----------------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU SOUS-LIEUTENANT BOURGOIN

48785841_p

Un ancien des Groupes Lourds André GUEDEZ du Groupe 1/25 Tunisie croît reconnaître le mitrailleur-supérieur LAFFONT (l'homme aux moustaches) qui était dans l'équipage de renfort du Sous-lieutenant BOURGOIN arrivé en mars 1945.

Équipage de renfort mars 1945

2ème Escadrille

Pilote: Aspt. COUPVENT. Navigateur: S/Lt. BOURGOIN. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Aspt. DREVERT. Radio: Sgt/C. LENFANT. Mécanicien: Sgt. LAVOCAT. Mitrailleur-supérieur: Sgt. LAFFONT. Mitrailleur-arrière: Sgt. DIXIUS.

------------------------------------------------------- 

EQUIPAGE DE L'ASPIRANT AUBAS

 

img166

Premier debout à droite Jean GHILINI.

(collection: Jean GHILINI)

 Équipage de renfort mars 1945

2ème Escadrille

Pilote: Sgt/C. PROVENSAL. Navigateur: Aspt. AUBAS. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Sgt/C. DOUSSET. Radio: Sgt. JOUBERT. Mécanicien: Sgt. GHILINI. Mitrailleur-supérieur: Sgt. PACE. Mitrailleur-arrière: Sgt. GILIBERT.

CITATION

 Jean GHILINI 1-25 Tunisie

Sgt Jean GUILINI - 27/7/1944.

Monsieur Jean GHILINI né le 12 février 1925 à Casablanca Maroc.

-Engagé volontaire pour la durée de la guerre au DP. 209 de la base aérienne Cazes de Casablanca. Reçu au concours d'élève pilote et affecté à la Brigade du Capitaine BOUYER. Quatrième départ Amérique. Volontaire pour les deux Groupes Français de Bombardement Lourds stationnés en Angleterre "Base Aérienne d'Elvington" 1/25 Tunisie et 2/23 Guyenne. Je rejoins le camp de Baraki près d'Alger en septembre 1943. Après douze jours de mer arrivée à Liverpool le 10 Décembre 1943. Dirigé sur l'école de formation de Filey. Entré en cours de Fliht Engineer à St Athan Sud de l'Angleterre. Entraînement en vol effectué à Rufforth. Affecté au groupe de bombardement 1/25 Tunisie. Squadron 347 de la "Royal Air Force" sous le commandemant du Cdt Stoltz.

Equipage: AUBAS, PROVENSAL, DOUCET, JOUBERT, DIPACE, GELIBERT. Respectivement Navigateur, Pilote, Bombardier, Radio, Mitrailleur-supérieur, Mitrailleur-arrière.

Cité à l'Ordre de l'Escadre Aérienne N°73 du 18 décembre 1946 par le Général Girardot. Croix de guerre 39/45 avec étoile de bronze. Retraité de la Compagnie Air France avec 18.542 heures de vol. Blessé gravement dans un accident aérien le 3 août 1954. Médaillé de l'Aéronautique Civile. Retraité de la Cie. Air France depuis Septembre 1978.

Jean GHILINI.

EXTRAIT DE L'ORDRE N°73

Le Général de Division Aérienne GERARDOT, Chef d'Etat-Major Général de l'Armée de l'Air, cite à l'ordre de:

l'ESCADRE AERIENNE

- Sergent GHILINI du Groupe de Bombardement 1/25 "TUNISIE"

" Mécanicien de quadrimoteur d'une très grande valeur professionnelle. A participé à plusieurs missions de bombardement, au titre du "Bomber Command", sur des objectifs de l'Allemagne et de la mer du nord particulièrement défendus.

A notamment obtenu d'excellents résultats, lors de l'attaque de l'Ile de Vangerooge, malgré une Flack très dense et très précise au cours de laquelle 7 quadrimoteurs ont été abattus.

Cette citation comporte l'attribution de la CROIX DE GUERRE 1943/1945 avec ETOILE DE BRONZE.

 Jean GHILINI 1-25 tunisie 

(collection: Jean GHILINI)

img189

 img190

img191

(collection: Jean GHILINI)

 ------------------------------------------------------- 

EQUIPAGE DE L'ASPIRANT HESNARD

img749

Équipage de renfort Avril 1945.

2ème Escadrille.

De gauche à droite:

Mitrailleur-arrière: Sgt MIGLIANICO, Navigateur: Asp ITART-LONGUEVILLE, Pilote: Asp HESNARD (Cdt de l'avion) Bombardier: Sgt BEAUFILS, Mécanicien: Sgt BOMBARDIER, Radio: Sgt JACQUEMIER, Mitrailleur-arrière: Sgt BRODMANN.

------------------------------------------------ 

EQUIPAGE DU SOUS-LIEUTENANT FAUQUETTE

Équipage de renfort avril 1945

2ème Escadrille

Pilote: Sgt/C. TRAMOND. Navigateur: S/Lt. FAUQUETTE. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Aspt. LABETACE. Radio: Sgt. FERRANDO. Mécanicien: Sgt. LORTAL. Mitrailleur-supérieur: Sgt. MOLUSSON. Mitrailleur-arrière: Sgt. MONSILLON.

 --------------------------------------------- 

EQUIPAGE DU CAPITAINE YUNG

Équipage de renfort mai 1945

2ème Escadrille

Pilote: Sgt/C. GRESELLE. Navigateur: Aspt. JOVER. Bombardier: Cpt. YUNG. (Cdt. de l'avion) Radio: Sgt. SGIETOWITCH. Mécanicien: Sgt. BRUGERE. Mitrailleur-supérieur: Sgt. NEMESI. Mitrailleur-arrière: Sgt. RONCHETTE.

 ------------------------------------------------ 

EQUIPAGE DE L'ASPIRANT ABOUCHEDID

Équipage de renfort mai 1945

2ème Escadrille

Pilote: Sgt/C. VALAT. Navigateur: Aspt. ABOUCHEDID. (Cdt. de l'avion) Bombardier: Aspt. MORIN. Radio: Sgt. DUCIMETIERE. Mécanicien: Sgt. DUHAMEL. Mitrailleur-supérieur: Sgt. JACQUIN. Mitrailleur-arrière: Sgt. SIMON.

Posté par DUCAPHIL à 22:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 octobre 2008

EQUIPAGES DU 2/23 "GUYENNE"

EQUIPAGE DU LIEUTENANT CHOURROUT

img126

(collection: Georges DUROUX)

Halifax III "E"

DE GAUCHE A DROITE SUR LA PHOTO:

Mitrailleur-arrière: Sgt.POTHET.Bombardier: S/Lt.QUINTANE. Mécanicien: Sgt. RESTOUT. Mitrailleur-supérieur: Sgt. Georges DUROUX.Georges. Pilote: Lt Jean CHOURROUT. Radio: Sgt. DIEZ. Navigateur: Asp. HERMAN.

tourane_2

(collection: Noël CHOURROUT)

Photo prise en Indochine à Tourane en 1953 devant un B26, au dos de la photo, Bachetta, Chourrout, Bartegui, il est probable que certains étaient 8 ans avant en Angleterre.

----------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU CAPITAINE CALMEL

du "C" for CHARLIE

HALIFAX III MZ.741

    sacmilitaireRAF      _MG_4711

Mascotte de l'équipage du Capitaine CALMEL. le Sgt. MECHALY avait acheté 2 poupées un homme et une femme en guise de mascotte l'homme fut conservé pour l'équipage du Capitaine CALMEL, et c'est le Sgt. MECHALY qui fabriqué les bombes, l'autre mascotte fut prise par un autre équipage mais lequel mystère?? Sur la ceinture se trouve les bombes qui représente chaque mission avec quelques bombes manquantes.(nombre de missions de l'équipage CALMEL 18+13. 31 missions)

(collection: Yohan ZERDOUN) 

39133564 

Mécanicien au sol Adjudant Raymond ENET

(collection: Aymard. David)

40388981

39133079

 

(collection: Yohan ZERDOUN petit-fils du Mitrailleur-supérieur:Sgt. MECHALY. )

pour le souvenir de son grand-père

( Pilotes de Nuit. Auteur: Jean CALMEL)

de gauche à droite sur la photo.

Pilote: Cdt. Jean-Louis CALMEL. (Cdt de l'avion) Navigateur: Lt. BERRARD. Bombardier: S/Lt. PARDOEN. Mécanicien: Ajdt. Raoul ROUX. Radio: Sgt/C. ALIX. Mitrailleur-supérieur: Sgt. MECHALY. Mitrailleur-arrière: Sgt. LADET-CHASSAGNE.

CITATION

Cité à l'Ordre de la Division Aérienne:

Capitaine CALMEL, et son équipage:

" Équipage de très haute valeur, remarquable d'allant. Depuis sa dernière citation sur le front de l'Ouest, a participé à trois attaques de plate-formes de lancement d'avions sans pilote, deux attaques d'objectifs tactiques en appui direct de l'offensive de Caen. Enfin en juillet 1944 a pris part au bombardement massif du centre industriel et ferroviaire de Stuttgart, repoussant avec succès pendant le long survol du territoire hostile, quatre attaques de la chasse de nuit allemande."

----------------------------------------------------

img180

Madame Paulette ALIX, DUCASTELLE Philippe.

 Jeudi 26 septembre 2013, une superbe journée passée chez Madame ALIX 91 ans une mémoire exceptionnelle, elle nous a cuisiné un excellent couscous, dommage Michel tu as manqué ce formidable repas, et tous les récits de sa jeunesse en Algérie de Sétif, Maison-Blanche, Biskra et Alger, avec son passage comme secrétaire au Gouvernement provisoire d'Alger auprès du Général de GAULLE.

img181

Brétigny 4 mai 1956 remise de la médaille de Chevalier de la  Légion d'Honneur au S/Lt Pierre ALIX par le Général ??.

(collection: Madame Paulette ALIX)

21° ESCADRE G.B.2/23

DECISION N°1199

Sur la proposition du Ministre de l'Air

Le Général DE GAULLE Président provisoire de la République Française Chef des Armées.

CITE

Le Sergent-chef ALIX Pierre du G.B. 2/23 pour le motif suivant:

"S/Officier radio-navigant d'un équipage de très haute valeur d'un allant et d'un courage exemplaires. A effectué depuis l'engagement du groupe sur le front de l'Ouest 20 missions de bombardement de jour et nuit larguant 172.000 livres de bombes explosives et incendiaires.

A participé à de nombreuses attaques d'objectifs lointains très fortement défendus. En particulier le 12 Août 44 a atteint avec précision une usine de constructions mécaniques de la Rhénanie, le 15 Août 1944 a réussi une mission particulièrement délicate sur un aérodrome ennemi en Hollande , a mené à bien  de difficiles attaques, le 16 Août sur un port de la Baltique, et le 3 septembre sur un objectif ennemi des Pays-Bas, puis le 12 septembre sur un important centre de communicaton à l'intérieur de l'Allemagne ramenant son appareil endommagé par la D.C.A."

CETTE CITATION COMPORTE L'ATTRIBUTION DE LA CROIX DE GUERRE AVEC PALME.

Paris le 27 septembre 1945

Signé: DE GAULLE

------------------------------------------------------------------------

34229734

Mitrailleur-supérieur: Sgt/C MECHALY.Émile. HAÏM du G.B.2/23 "GUYENNE"

 ---------------------------------------------------------

Insignes du Sergent MECHALY Émile.

M_daille3M_daille33

" 2/23 GUYENNE"

M_daille4M_daille44

Insigne des Groupes Lourds créé en Grande-Bretagne, il est gravé au nom de chaque membre d'équipage ayant effectué tour d'opération.

(collection: ZERDOUN Yohan.)

--------------------------------------------------------------------------------------

MISSIONS DE GUERRE

DU SERGENT MECHALY

JUIN 1944

- 1/6/44 - Objectif: (La Ferme d'Urville) - Halifax - V - H 7 "F" "for Fox" LK 737 - Equipage: Pilote: Cpt PUGET (Cdt de l'avion) Navigateur: Cpt BREARD, Bombardier: Cpt BLAES, Radio: S/Lt CARRAT, Mécanicien: Lt ROUSSEAU, Mitrailleur-supérieur: Sgt MECHALY, Mitrailleur-arrière: Adjt LASSERRE. Durée: 4h48. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 12 avions - Total des avions engagés dans la mission 101 avions. Bombardement Ferme d'Urville (Station TSF dans Fort) Mission de guerre.

- 2/6/44 - Objectif: (Cap Gris-Nez Harinzelles) - Halifax - V - H 7 "G" "for Georges" Equipage n°3 - Même équipage - Durée: 3h25. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 9 avions - Total des avions engagés dans la mission 271 avions. Bombardement Harinzelles (Batteries côtières 340) Mission de guerre.

- 5/6/44 - Objectif: (Maisy - Batterie 155) - Halifax - V - H 7 "C" "for Charlie"LL 242 -Même équipage - Durée 4h55. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 1012 avions. Bombardement Maisy (Batterie 155) Mission de guerre.

- 6/6/44 - Objectif: (Gare de St-Lô) - Halifax - V - H 7 "C" "for Charlie" LL 242 - Même équipage - Durée: 5h30. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 11 avions. Total des avions engagés dans la mission 1065 avions. Bombardement de St-Lô mission de guerre.

- 8/6/44 - Objectif: (Gare d'Alençon) - Halifax - V - H 7 "C" "for Charlie" LL 242 - Même équipage - Durée: 6h05. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 14 avions. Total des avions engagés dans la mission 483 avions. Bombardement de la gare d'Alençon - Atterrissage à Snaith. Mission de guerre.

- 14/6/44 - Objectif: (Evrecy) - Halifax V - H 7 "C" "for Charlie" LL 242 - Même équipage - Durée: 5h20. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 10 avions. Total des avions engagés dans la mission 337 avions. Bombardement d'un P.C Allemand de la 12ème Panzerdivision. Evrecy. Mission de guerre.

- 16/6/44 - Objectif: (Domléger) - Halifax III - H 7 "C" "for Charlie" - Même équipage + le S/Lt BOURGEOIS - Durée: 4h15. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 6 avions Tunisie 10 avions. Total des avions engagés dans la mission 328 avions. Bombardement d'un objectif spéciale à Domléger. Mission de guerre.

JUILLET 1944

- 6/7/44 - Objectif: (Marquises-Mimoyecques) - Halifax III - H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - Durée: 2h55.  Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 10 avions Tunisie 11 avions. Total des avions engagés dans la mission 551 avions. 7 Français tués dans la mission. Bombardement d'une rampe d'avions sans pilote à Marquises-Mimoyecques. Mission de guerre de jour.

- 7/7/44 - Objectif: (Caen) - Halifax III - H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - Durée: 3h55. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 9 avions Tunisie 10 avions. Total des avions engagés dans la mission 467 avions. Bombardement  de troupes tanks et canons allemands dans faubourg nord de Caen. Mission de guerre de jour.

-17/18/7/44 - Objectif: (Sannerville) - Halifax III - H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - + le Cpt BRESSON. Durée: 4h10. Vol de jour 2h00. Vol de nuit 2h10. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 12 avions Tunisie 7 avions. Total des avions engagés dans la mission 942 avions. Bombardement de réserves ennemies (troupes,canons,tanks) à l'Est de Caen. Touché par la D.C.A. Mission de guerre.

- 20/7/44 - Objectif: (Chapelle notre Dame "Vizergues") - Halifax III - H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - + le Cpt THIRY. Durée: 3h25. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 11 avions Tunisie 4 avions. Total des avions engagés dans la mission 369 avions. Bombardement de Notre dame la Chapelle. Site avions sans pilotes. Mission de guerre.

- 25/7/44 - Objectif: (Stuttgart) - Halifax III - H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - Durée: 8h00. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 6 avions Tunisie 6 avions. Total des avions engagés dans la mission 631 avions. Bombardement de Stuttgart. Quatre attacks par la chasse Allemande. Mission de guerre.

AOUT 1944

- 11/8/44 - Objectif: (Gare de Somain) - Halifax III - H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - le Cpt BLAES remplace le S/Lt PARDOEN. Durée: 4h30. Nombre d'avions engagés d'avions dans la mission Guyenne 15 avions Tunisie 14 avions. Total des avions engagés dans la mission 459 avions. Bombardement des ateliers de réparations de locomotives à Somain. Mission de guerre.

- 12/8/44 - Objectif: (Rüsselheim) - Halifax III - H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - le S/Lt DASPET remplace le S/Lt PARDOEN. Durée: 6h05. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 8 avions Tunisie 3 avions. Total des avions engagés dans la mission 297 avions. Bombardement des usines Opel à Rüsselheim (Mayence). Mission de guerre.

- 15/8/44 - Objectif: (Eindhoven "Aéroport") - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - le S/Lt ROUXEL remplace le S/Lt PARDOEN. Durée: 4h15. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 12 avions Tunisie 11 avions. Total des avions engagés dans la mission 1004 avions. Bombardement d'un terrain de chasse de nuit allemande à Eindoven (Hollande). 6 éclats de flak. Mission de guerre.

- 16/8/44 - Objectif: (Keil) - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - le S/Lt POTHUAU remplace le S/Lt PARDOEN. Durée: 5h05. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 14 avions Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 348 avions. Bombardement de Kiel. Mission de guerre.

- 18/8/44 - Objectif: (Sterkrade) - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - + le S/Lt PARDOEN. Durée: 4h45. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions Tunisie 11 avions. Total des avions engagés dans la mission 234 avions. Bombardement d'une une usine synthétique à Sterkrade (Ruhr) (Happy valey). Mission de guerre.

- 27/8/44 - Objectif: (Homberg) - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - Durée: 4h10. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 243 avions. Bombardement d'une usine synthétique à Homberg-Meerbek (Rhur). Touché pa la flak. Mission de guerre.

SEPTEMBRE 1944

- 3/9/44 - Objectif: (Venloo) - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - + Lt VLES. Durée: 3h50. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 675 avions. 5 Français tués dans la mission. Bombardement d'un terrain de chasse Allemand à Venloo (Hollande). Atterrissage à Attebridge. Mission de guerre.

- 10/9/44 - Objectif: (Octeville "près du Havre") - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - Durée: 3h35. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 16 avions Tunisie 14 avions. Total des avions engagés dans la mission 992 avions. 6 Français tués dans la mission. Bombardement de concentrations ennemis à Octeville sur/Mer (Le Havre). 15 éclats de Flak. Mission de guerre.

- 12/9/44 - Objectif: (Münster) - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - Durée: 4h35. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 9 avions Tunisie 9 avions. Total des avions engagés dans la mission 119 avions. Bombardement de la gare  de Münster. Allemagne. Avion touché par la D.C.A. Mission de guerre.

- 25/9/44 - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - Durée: 2h00. Mission de transport - Elvington-Bruxelles. Même équipage - Durée: 2h25. Retour Bruxelles-Elvington. Vol de guerre.

- 26/9/44 - Même équipage - + le Lt de NOIRMONT. Durée: 1h55. Mission de transport - Elvington-Bruxelles. Même équipage - + le Lt de NOIRMONT. Durée: 1h50. Retour Bruxelles-Elvington. Vol de guerre.

- 28/9/44 - Même équipage - Durée: 2h00. Mission de transport - Elvington-Bruxelles. Même équipage - Durée: 2h05. Retour Bruxelles-Elvington. Vol de guerre.

- 29/9/44 - Même équipage - Durée: 2h00. Mission de transport - Elvington-Bruxelles. Même équipage - Durée: 1h45. Retour Bruxelles-Elvington. Vol de guerre.

OCTOBRE 1944

- 1/10/44 - Même équipage - Durée: 1h50. Mission de transport - Elvington-Bruxelles. Même équipage - Durée: 1h40. Retour Bruxelles-Elvington. Vol de guerre.

- 14/10/44 - Objectif: (Duisbourg) - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - Durée: 4h45. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 15 avions Tunisie 15 avions. Total des avions engagés dans la mission 1013 avions. Bombardement de Duisbourg (Ruhr). Diversion à Foulsham. Mission de guerre.

- 21/10/44 - Objectif: (Hanovre) - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - Durée:  3h40. Vol de jour 2h30. Vol de nuit 1h10. Mission sur Hanovre annulée par radio - jettissonnage en mer. Vol de guerre.

-23/10/44 - Objectif: (Essen) - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - Durée: 5h05. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 15 avions Tunisie 15 avions. Total des avions engagés dans la mission 1055 avions. 10 Français tués dans la mission . Bombardement d'Essen - Ruhr. Mission de guerre.

 - 25/10/44 - Objectif: (Essen) - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - Durée: 5h15. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 15 avions Tunisie 14 avions. Total des avions engagés dans la mission 771 avions. Bombardement d'Essen - Ruhr. 2 combats FW 190. Mission de guerre.

- 31/10/44 - Objectif: (Cologne) - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - Durée: 5h55. Vol de jour 0h45. Vol de nuit 5h10. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 7 avions Tunisie 7 avions. Total des avions engagés dans la mission 493 avions. Bombardement de Cologne. Mission de guerre.

NOVEMBRE 1944

- 2/11/44 - Objectif: (Düsseldorf) - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - Durée: 5h35. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 12 avions Tunisie 13 avions. Total des avions engagés dans la mission 992 avions. 5 Français tués dans la mission. Bombardement de Düsseldorf. Ruhr. Mission de guerre.

- 6/11/44 - Objectif: (Gelsenkirchen) - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - Durée:4h40. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 6 avions Tunisie 11 avions. Total des avions engagés dans la missions 738 avions. Bombardement de Gelsenkirchen. Ruhr. Avion touché par la Flak. Mission de guerre.

- 16/11/44 - Objectif: (Jülich) - Halifax III H 7 "C" "for Charlie - MZ 741 - Même équipage - Durée: 4h20. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 15 avions Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 508 avions. Bombardement de Jülich. Ruhr. Mission de guerre.

- 18/11/44 - Objectif: (Gare de Münster) - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" - MZ 741 - Même équipage - Durée: 4h40. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 479 avions. Bombardement de Münster. Mission de guerre.

- 21/11/44 - Objectif: (Sterkrade) - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" - MZ 741 - Même équipage - Durée: 5h20. Vol de jour 0h30. Vol de nuit 5h50. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 270 avions. 7 Français tués dans la mission. Bombardement d'une usine synthétique de Sterkrade-Holten. 1 attack de la chasse allemande (Messerschmitt 109). Mission de guerre.

DECEMBRE 1944

- 5/12/44 - Objectif: (Gare de Soest) - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" PN 170 - Equipage: Pilote Cpt CALMEL (Cdt de l'avion) Navigateur: Cpt BERRARD Bombardier: Lt PARDOEN, Radio: Sgt PERRIN, Mécanicien: Adjt ROUX, Mitrailleur-supérieur: Sgt MECHALY, Mitrailleur-arrière: Sgt SAINT-GEVIN. Durée: 6h35. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 15 avions Tunisie 15 avions. Total des avions engagés dans la mission 497 avions. Bombardement de la gare de triage de Soest. Ruhr. Mission de guerre.

- 12/12/44 - Même équipage - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" - Durée: 1h10. Mission sur Essen annulée (panne hydraulique) jettisson en mer. Vol de guerre.

- 18/12/44 - Objectif: (Duisbourg) - Halifax III H 7 "C""for Charlie" - Même équipage - Durée: 6h30. Vol de jour 5h45. Vol de nuit 0h45. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions Tunisie 15 avions. Total des avions engagés dans la mission 523 avions. 1 Français tués dans la mission. Bombardement de Duisbourg. Mission de guerre. 

13 missions sur la France, 20 missions sur l'Allemagne, total 33 missions de guerre.

(collection: Yohan ZERDOUN)

-------------------------------------------------------

ETAT DES SERVICES

POSITIONS SUCCESSIVES

img007

 

img008

 

38484945   

 

S/S PROVIDENCE

Embarqué à Marseille sur le vapeur "S/S PROVIDENCE" le 27.03.1940

débarqué à BEYROUTH le 02.04.01940

img009

     img010   

img011   

 

38484885

 

 

R.M.S. "ORBITA" 

 

ACTIONS D'ECLAT ET CITATIONS

img012

   img013

CITATIONS

img014

img015

img016

 

Un grand merci a YOHAN ZERDOUN le petit-fils du Sergent-Chef MECHALY.

Une nouvelle page d'histoire pour les GROUPES LOURDS.

Nous les enfants et petits-enfants nous n'oublierons plus nos anciens des GROUPES LOURDS

 

39240251

(collection: Éric SUTOUR)

EQUIPAGE DU CAPITAINE CALMEL.

EQUIPAGE DU LIEUTENANT VIALATTE.

---------------------------------------------------------------------------------

 EQUIPAGE DU SOUS-LIEUTENANT DUYRAT 

37049650

(collection: DUYRAT. Denis - merci Denis pour ce superbe document)

photo prise en 1945 à ELVINGTON

Debout de la gauche vers la droite:

Navigateur: Aspt. de BRETAGNE. Mécanicien: Sgt. GODOLE. Pilote. S/Lt. Eugène DUYRAT.(Cdt de l'avion). Bombardier. S/Lt. BOUBLIL.

Assis:

Radio. Sgt/C. André GHIRARDI. Mitrailleur-arrière. Sgt. Françis LAFFONT. Mitrailleur-supérieur. Sgt. LACREUSE.

Posté par DUCAPHIL à 00:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :



Fin »