18 juin 2009

LE COMMANDANT DE MAISMONT "GROUPE LORRAINE SQUADRON 342"

UN HEROS DE LA FRANCE LIBRE

img116

Le Commandant de MAISMONT

Par le Lt Colonel de ST. PEREUSE.

Le 19 octobre 1944, le Commandant de MAISMONT, Compagnon de l'ordre de la Libération, Croix de Guerre avec 3 palmes et I étoile, Médaille Coloniale avec agrafes Erythrée,Lybie, Fezzan-Tripolitaine, était tué en service aérien commandé.

Pendant les deux années que j'ai passées avec lui, j'ai pu apprécier pleinement ses qualités. Sa mort m'enlève un ami véritable, un peu taciturne, franc comme l'or, toujours prêt à rendre service, consciencieux jusqu'au scrupule et incroyablement modeste. Mais ce n'est pas de cela dont je veux parler, je veux simplement dire ce qu'il a fait depuis quatre ans, c'est là le plus bel hommage que je puisse lui rendre.

Sorti de Saint Cyr en 1933, MAISMONT servait dans la Légion Étrangère. Puis, attiré par l'aviation, il avait suivi le stage d'observateur en avion et, à la mobilisation, se trouvait à l'escadrille d'Alep.

En juin 1940, aussitôt après l'Armistice, il passe, par ses propres moyens, en palestine puis en Egypte. Il  retrouve là, sous les ordres du Capitaine DODELIER, des équipages venus d'Afrique du Nord. MAISMONT fait alors partie d'un des trois équipages français équipés de GLEN MARTIN et opérant d'ADEN sur L'ABYSSINIE.

Au cours d'une des nombreuses reconnaissances son avion est descendu par la chasse Italienne. Légèrement blessé, seul survivant de son équipage, il est fait prisonnier. Les Italiens le traitèrent d'une façon ignoble. Traduit comme franc tireur, devant une Cour Martiale, il fut condamné à mort. On "oublia" de le prévenir que le Duc d'AOSTE, Vice Roi d'ABYSSINIE, l'avait gracié.

Enfermé dans une prison de droit commun avec les voleurs et les criminels, sa captivité dura six mois. Il fut libéré par l'avance des troupes anglaises et rejoignit peu après le GROUPE LORRAINE en formation en SYRIE.Durant le campagne de LIBYE 1941-1942, il effectua plusieurs missions de guerre, puis il fut très grièvement blessé dans une collisions d'avions.

Après de long mois d'hôpital, à peine rétabli, il voulut repartir au combat mais le groupe LORRAINE était au repos. MAISMONT demanda à retourner dans son arme d'origine ,la Légion. Ce lui fut accordé. Il prit part à l'attaque d'EL ALAMEIN où de nouveau il fut blessé par l'explosion d'une mine.

Sans attendre d'être guéri, il fut affecté sur sa demande, au Groupe BRETAGNE à FORT LAMY. C'est en boitant et en ayant encore des pansements qu'il prit une part brillante aux opérations du FEZZAN et de la TRIPOLITAINE 1942-1943. La campagne terminée, il obtint de nouveau son affectation au GROUPE LORRAINE en opérant en Grande-Bretagne et participa alors à de nombreuses missions au dessus des territoires occupés par l'ennemi.

Il allait avoir la joie de partir en France lorsqu'il a été tué en service Aérien Commandé. Devant une telle volonté, une telle continuité dans l'héroîsme on ne peut qu'admirer et se taire. La pudeur interdit tout éloge, tout commentaire. Avec le Commandant de MAISMONT disparaît une des plus belles figures de la FRANCE LIBRE et un des plus purs héros de la FRANCE.

Lieutenant-Colonel de SAINT-PEREUSE.

(BULLETIN DES FORCES AÉRIENNES FRANÇAISES EN GRANDE-BRETAGNE N°12  Décembre 1944.)

Posté par DUCAPHIL à 21:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :