RECIT DU JOURNAL

DE MARCHE DU

Sgt/C LEMAIRE

"EVADES DE FRANCE"

Par L'ESPAGNE

img916

EQUIPAGE DU COMMANDANT BREARD.

Pilote: Adjt SOUCILLE, Navigateur: Cdt BREARD, Bombardier: S/Lt FAUVET, Radio: Sgt/C LEMAIRE, Mécanicien: Adjt AQUAVIVA, Mitrailleur-supérieur: Sgt/C CHIERICCI, Mitrailleur-arrière: Sgt ZAVATERRO.

Le Sgt/C LEMAIRE deuxième a partir de la droite.

Dimanche 14 Mars 1943

Jour de départ pour le chemin de la Liberté. On avait projetté la veille au soir avec des camarades de partir rejoindre les FORCES FRANCAISES LIBRES qui se battent en Afrique du Nord auprès des troupes Anglo-Américaine.

On est parti de MARSEILLE au train de 7h10 en direction de TOULOUSE, ou l'on est arrivé à 14 heures, là on a changé pour LOURDES. Nous sommes arrivés à LOURDES le soir à 20h30, l'on a été à l'hôtel que l'on nous avait indiqué pour avoir les renseignements nécessaires auprès du patron, pour franchir la frontière. On croyait apprendre de bonnes nouvelles malheureusement il n'y a pas moyen en ce moment, car il y a eu un petit incident au village que l'on devait rejoindre. Trois allemands ont été tués, ce qui fait que la surveillance prés de la zone frontière est très surveillée.

Samedi 20 Mars 1943

Ce matin, l'on nous a réveillé de bonne heure car nous devons partir avant que le jours soit bien levé. Nous allégeons encore nos valises et pour ma part je demande si je peu avoir un sac pour mettre mes effets ainsi que le pain. En cours de route nous essayerons de nous approvisionnés en oeufs.

C'est le gamin d'hier au soir qui nous servira de guide jusqu'à un endroit que l'on appelle "Paradis" l'on arrive vers les 8h. Là, nous trouvons une quinzaine de jeunes gens dans la baraque ou l'on doit attendre le guide qui passe le soir. Nous y restons toute la journée, dans l'après-midi deux autres jeunes gens nous rejoignent ce qui fait que nous sommes sept au total; le soir arrive sans que l'on est vu personne, il est 20h30.

C'est le domestique de la ferme voisine qui vient nous apporter du pain et nous dire qu'il va nous faire voir un morceau du chemin, nous sommes tous très content.

La nuit est belle, et il fait un clair de lune merveilleux, on longe la route nationale, l'on rouspète un peu contre les chiens qui n'en finissent plus d'aboyer. Enfin, nous finissons par atteindre une ferme; le jeune basque nous fait attendre dans un pré pendant qu'il s'en va réveiller les habitants pour se renseigner; au bout d'un certain temps on le voit revenir; mais il n'est pas seul il y a un autre camarade qui l'accompagne, on se remet donc en route car ils décident de nous accompagner jusqu'à la route de MONTAUVY.

Nous proposons en les payant s'ils ne veulent pas nous mener jusqu'au terminus de l'étape. Entre temps notre groupe c'est encore augmenté d'un autre basque, que les guides avaient réveillé pour lui demander des renseignements, l'on a rien compris car toute la conversation a eu lieu en langue basque.

C'est vers les une heure du matin, que nous atteignons une ferme, nous sommes tous fatigués car nous avons fais le chemin, tout a travers champs et bois pour éviter les routes. Aussi c'est sans nous faire prier que nous allons passé notre deuxième nuit dans le foin, on nous recommande le lendemain de ne pas sortir jusqu'à ce que les guides reviennent nous prendre, pour nous mener jusqu'à SAINT-ENGRACE, dernière étape avant la frontière.

Lundi 22 Mars 1943 

Après avoir passé une bonne nuit, on nous réveille pour aller déjeuner, nous mangeons tous de bon appétit, notre fromage qui nous reste et nous buvons du lait. On fait la connaissance de toute la maisonnée qui est bien nombreuse,de sept enfants plus le père, la mère et la grand-mère; après avoir fini de déjeuner l'on profite de faire un peu de toilette.

Ensuite l'on va encore se reposer car c'est ce soir que l'on passe la frontière. Thomas le fils aîné est revenu du village et nous dit que le guide nous accompagnera jusqu'à la frontière.

Le soir, quand l'on se met en route il est dix neuf heures c'est le père qui prend la tête pour nous remettre en main du guide, nous sommes obligés de traverser le poste qui n'est pas loin, personne ne parle, il règne un calme.

Après avoir passé en terrain découvert l'on recommence à gravir les premiers contreforts de la montagne que l'on doit montés jusqu'à ce que l'on est atteint la frontière, car le point terminus est le sommet des neiges que l'on voit, ça monte à plus de 70%, à la sortie du couver nous subissons le vent qui vient d'Espagne et qui est très froid.

Après avoir fait de nombreux détours, nous commençons à attaquer la montée dans la neige, pour ma part je peine terriblement car je ne suis pas équipé pour faire de la montagne, surtout en souliers bas et manteau. En passant sur le côté du pic, je fais un faux pas et me voila parti sur le derrière en glissade sur la neige.

Heureusement que j'ai un peu de chance, car je réussi à m'arrêter a une centaine de mètres plus bas, j'en suis quitte de rejoindre les autres qui continuent à grimper ce qui fait que c'est moi qui ferme la marche. On se repose de temps en temps il fait un clair de lune magnifique et la vue sur la chaîne dont les pics sont tous couvert de neige est merveilleuse.

L'on continue à grimper, comme la pente se fait de plus en plus abrupte et nous grimpons sur le flanc du pic en zigzag. Il me semble revoir en vision un document sur l'ascension en montagne. Il règne un silence qui vous émeut; avant de se retrouver en terre espagnole, nous atteignons un passage difficile à une quarantaine de mètres du sommet. Enfin! encore un peu de courage et le cauchemar sera fini pour la traversée.

Il est une heure du matin quand nous mettons le pied sur la terre Espagnole, qu'elle différence  avec le versant Français dont les versants sont plutôt abruptes et recouvert de neige; tandis que de ce côté la pente a une inclinaison régulière jusque dans la vallée que l'on domine, la neige est beaucoup moins abondante.

L'on se repose tous un moment avant de se séparer du guide et de Thomas qui a tenu à nous accompagner nous lui recommandons de mettre les dernières lettres que l'on a laissées chez ses parents, car je suppose qu'une fois de l'autre côté pour donner des nouvelles ça ne sera pas facile.

Au bout d'un moment de repos l'on reprend chacun nos routes, le guide et Thomas reprennent le chemin parcouru a l'envers, car il faut qu'il soit revenu avant l'aube et nous autres on continu à avancer droit devant nous pour atteindre le premier village qui est ISABA, ou l'on arrive après avoir fais 10 bons kilomètres a pied sur la route nationale.

img917

ISABA.

Dans le village, nous demandons a une ou deux maisons des renseignements mais personnes n'est capable de nous en fournir c'est aux carabiniers que nous finissons par nous adresser (Qu'elle drôle d'idée qui nous a pris) Ils nous emmènent au poste de garde ou ils dressent procès-verbal et nous subissons la fouille et ou l'on nous enlève tout l'argent Français disponible que l'on avait en nous disant qu'ils vont nous le changer. Ensuite, ils nous emmènent dans une ancienne bergerie où l'on retrouve treize camarades qui partent le soir pour PAMPLONA. L'étape d'aujourd'hui a durée 7h20 de marche en montagne.

Mercredi 24 Mars 1943

Ce matin , quand on s'est reveillé il pleuvait toujours. C'est le deuxième jours de pluie. A 14 heures la guardia civile est venu nous chercher pour prendre le car à GAZO qui fait le service. Inutile de dire que le repas n'a jamais varié, pain et sardine salée avec de l'eau.

Le voyage d'ISABA à PAMPLONA a durée quatre bonnes heures, nous avons traversé bien des villages, mais ils sont moins jolis que tout ceux  de chez nous et ont l'air beaucoup plus pauvres.

Arrivé à PAMPLONA le soir a 19h30, l'on nous mène au commissariat central de la province de Navarre. Là l'on nous établi, une carte d'identité, ensuite l'on fait un souper  avec une omelette aux pommes de terre dans un petit pain et un bon verre de vin.

Ensuite, l'on nous emmène en prison, car les flics nous ont dit que l'on allait faire de huit a dix jours de prison avant d'aller dans une résidence surveillée en hôtel.

C'est le mercredi au soir a dix heures et demi que nous arrivons a la pension provinciale de PAMPLONA (P.P.P. surnommé par nous) après avoir franchi plusieurs portes, on nous fait entrer dans une cellule tout le groupe, sans une paillasse juste avec deux couvertures chacun, ce qui fait que l'on a passé la nuit sur le ciment et même avec deux couvertures il fait froid.

Samedi 24 Avril 1943

Veille de Pâques, nous sommes partis de PAMPLONA le matin à 5 heures attachés par le poignet deux à deux pour aller prendre le train. On a pris place dans des wagons en bois de 3ième classe que l'on ne quittera plus jusqu'à ce que l'on arrive au terminus que tout le monde ignore. Les gardes civil (Surnommé par nous, toile-ciré, à cause de leurs chapeaux triangulaires recouvert d'une toile ciré noire) qui nous accompagnaient depuis ce matin ont été relevés dans une gare appelée CASSETTA a 8 kilomètres de SARRAGOSSE. Là nous avons attendu plus de trois heures sur une voie de garage, ensuite l'on a pris la direction de MADRID.

Nous avons passé la nuit en wagon dans une gare appelé GUADALCANAL.

Dimanche 25 Avril 1943

Voici Pâques 1943. Il fait une belle journée nous sommes arrivés en gare de marchandises de MADRID à 9 heures du matin. Et nos en sommes repartis que l'après-midi à 16 heures.

Entre temps nous avons pu nous ravitailler en pain pour ceux qui avaient des pesetas, J'ai pu en avoir grâce à Jacques a qui j'ai fais un emprunt de 15 pesetas, car il avait liquidé sa montre à un toile-ciré pour 70 pesetas.

MADRID , a l'air d'être une bien jolie ville que tout le monde aurait bien voulu visiter, vers 2 heures de l'après-midi, nous assistons à la 2ième relève de toile-ciré. Jusqu'à maintenant ils avaient les parements rouges tandis que ceux-là les ont bleus, nous les voyons qu'il portent tous des menottes, aussi le sourire ne court pas sur les lèvres car jusqu'à maintenant l'on était libre de tous nos mouvements.

Mais, ça ne sera qu'une fausse alerte, car nous arrivons au terminus sans les avoir eu aux poignets. Ils ne sont pas si bavard que les autres.

A la sortie de MADRID, nous pouvons voir les ravages de la guerre civile, tranchées, maisons et même villages complètement rasés par la mitraille, c'est vraiment un paysage désolant.

En route nous croisons des trains de voyageurs, qui nous regardent tous avec des yeux étonnés. Nous arrivons à ALCAZARD à 21 heures et l'on est reparti que le lendemain matin de bonne heure. Pour coucher c'est toute une histoire de dormir à 12 dans un compartiment, l'on prend toutes sortes de position jusqu'à ce que l'on est trouvé la bonne.

img918

Sgt/C LEMAIRE Jean.

Mardi 27 Avril 1943

C'est à 8 heures ce matin que l'on repart. Ici la région semble beaucoup plus riche; l'on voit beaucoup de champs de blé, d'avoine et de seigle et comme arbres fruitiers c'est beaucoup l'amandier qui domine, on trouve aussi des citronniers et des orangers.

Au bout d'une heure et demi nous finissons par arriver au terminus de notre étape et la gare ou l'on descend s'appelle TOTANA. Ici la première grande maison où les yeux se portent est le carcel (prison) plus d'illusions a se faire nous sommes sortis d'une prison et l'on retourne dans une autre.

A la descente du train, les toiles-ciré nous font l'appel et ils s'aperçoivent qu'il en manque un. Nous apprenons par les camarades qui étaient du même compartiment que lui, qu'il a joué la fille de l'air dans la nuit passé à ALCAZARE.

Après avoir marché une dizaine de minutes, nous voilà devant la "Prison centrale" comme allure elle est beaucoup plus veille que celle de PAMPLONA. On nous fait l'appel et on nous sépare en deux groupes, nous sommes tous logés dans deux grandes salles. A midi comme repas l'on nous sert des fèves très mal préparées avec l'écorce.

Le tout avec un goût de terre, il faut vraiment avoir faim et avoir fait un trajet de 750km en 72 heures sans presque rien a manger pour avaler le tout.

Il y a la quantité, mais pas la qualité, le soir nous avons eu la visite du toubib pour les poux; l'on est nombreux a en avoir. Au repas de midi nous avons touché une ration de pain de 150 gr pour deux jours ainsi qu'une orange pour désert, le soir le menu c'est des carottes fourragères avec des fèves et de la flotte.

Nous apprenons que ceux qui auront de l'argent pourront se procurer des petits pains d'avoine à une pesetas pièce, c'est a croire que dans ce pays il n'y a que les gens qui ont de l'argent en quantité qui peuvent manger. Le soir pour dormir nous touchons une grande couverture pour trois et l'on dort a même le ciment.

Vendredi 7 Mai 1943.

Ce matin visite de la croix-rouge Espagnole, l'après-midi nous avons eu la visite de deux personnalités, le docteur CREY qui habite TOTANA et un Colonel Français qui s'occupe de la croix-rouge. Nos délégués leurs ont dit ce qu'il en était et ils ont répondu que sitôt rentré à MADRID l'on toucherait les pesetas.

Ils ont demandé de faire une liste pour savoir s'il y avait des aviateurs.

Jeudi 27 Mai 1943

C'est plutôt une journée triste. A midi au moment de la soupe nous apprenons qu'un de nos camarades qui est à l'infirmerie, vient de mourir des suites de crise de dysenterie et de manque de soins. car il n'y a pas de médicaments. Il a fallu que l'on se cotise dans toutes les salles pour pouvoir les faire venir du dehors, mais malheureusement ils arrivent trop tard; Mais serviront a un autre qui a la dysenterie lui aussi.

La soupe est infecte et nous n'avons pas de pain depuis trois jours.

Ah! quel pays...

Jeudi 10 JUIN 1943

C'est une bonne journée, à midi au moment du repas nous avons eu la surprise d'avoir la visite d'un représentant du gouvernement de l'Afrique du Nord qui est venu nous rendre visite sous le couvert de la croix-rouge Française en Espagne. Et, il nous a annoncé que l'on partirait bientôt.

On lui a parlé de nos malades et il a répondu qu'il allait s'en occuper dans l'après-midi et qu'il reviendrait demain. Nous avons descendu un camarade a l'infirmerie, il y a deux jours il était dans un état alarmant.

Le soir le menu était des carottes, l'on en a parsemé le patio.

Vendredi 11 Juin 1943

Ce matin l'on a eu la visite de notre représentant on lui a annoncé la mort de notre camarade, ce qui porte le nombre à trois en l'espace de trois semaines. Il nous a promis que le prochain départ serait pour nous, environ dans un mois, mais il nous a recommandé d'être très disciplinés pour ne pas entraver notre sortie.

Le soir, l'on a touché une toile à paillasse chacun car jusqu'à l'heure actuelle nous couchions sur le carrelage, demain on la remplira d'alfa qui remplace la paille

"Le menu est meilleur, aux deux repas plus de carottes.

Jeudi 1 Juillet 1943

Aujourd'hui c'est notre 100e jours de taule, on a appris que les camarades évadés hier au soir ont été repris et ramenés ici ou on les mis au cachot, c'est dommage pour eux.

Pour nous on nous a supprimé le patio. Il est expressivement défendu aux camarades des sections 2 et 5 de regarder par les fenêtres qui donnent à l'extérieur de la prison, car si les sentinelles voient que l'on regarde elles tireraient des coups de fusil sans sommation.

Chose qui arrive une fois dans la soirée heureusement sans mal pour personne car c'était un mannequin que l'on promenait devant les fenêtres.

Mardi 13 Juillet 1943

Aujourd'hui c'est un beau jour, jour de notre mise en liberté, après trois mois de prison.

Nous sommes partis de la prison le soir a 19h 1/4 pour aller prendre le train à la petite gare et pour la direction de MADRID. Malheureusement sur les 250, il y en a que 125 de parti les autres partiront le lendemain, ça fait beaucoup de peine de laisser d'autres camarades derrière soi.

A ELGUANTARILLA, nous changeons de train et prenons le train express de 22 heures.

Mercredi 18 Août 1943

C'est le jour ou l'on a quitté MADRID en direction du Portugal via CASABLANCA.

Nous sommes parti par la gare "Las Delicias" l'on avait rendez-vous à 11h ou l'on a touché un repas froid et le train n'est parti que vers les 16 heures. La région du Sud-ouest de l'Espagne n'a pas a envier l'autre côté, car c'est aussi pauvre que le Sud-est.

Nous sommes arrivés à la gare frontière de MARAVO, l'on nous a pointé et rendu les cartes d'alimentation, tout ça c'est passé de nuit vers les minuit une heure.

img924

Jeudi 19 Août 1943

Nous sommes partis le matin à 8 heures de MARAVO après une demi-heure de marche l'on a atteint la gare frontière du Portugal.

BERA, quel accueil...! là, on nous a distribué un café chaud avec un petit pain et un morceau de fromage. Comme l'on est reparti que très longtemps après, l'on a eu le temps de faire notre toilette car tout le monde en avait besoin.

Ensuite la Croix-rouge Portugaise nous a distribué des vivres pour la journée et l'on a touché plus que ce que l'on peut en manger, ainsi que deux paquets de cigarettes avec une boite d'allumettes chacun.

L'on est reparti de BERA, il était 11h1/2 et l'on a roulé jusqu'au soir minuit, ou l'on a embarqué sur deux bateaux Français le Gouverneur Général (Lépine) et le sidi-Brahim.

Qu'elle différence entre le Portugal et l'Espagne c'est comme le jour et la nuit autant au point de vue du pays qu'au point de vue mentalité de la population.

D'abord le pays est beaucoup plus riche grâce à l'eau et la mentalité de la population qui est nettement pour les Alliés.

Nous avons embarqué dans le port de SETOUBAL au sud de LISBONNE.

img925

" SIDI-BRAHIM"

Samedi 21 Août 1943

Je me suis réveillé...! Nous sommes en route, l'on entend le bruit rythmé de la machine qui bat, depuis combien de temps nous sommes en route? Je ne saurais le dire mais depuis longtemps, car derrière nous l'on ne voit plus la terre.

Au devant de nous l'on aperçoit les escorteurs qui patrouillent, il y a un aviso Colonial le "Dumont-Durville" sur notre droite, c'est un torpilleur Français de l'Escadre d'Alexandrie et à gauche un contre-torpilleur Anglais.

Nous sommes arrivés le soir à 21h30 en rade de CASA, mais l'on est resté ancré jusqu'au lendemain matin dimanche. En cours de route le Commandant de l'Aviso nous a souhaité la bienvenue en terre Africaine, et c'est par la Marseillaise que tout le monde a répondu c'est vraiment une minute bien émouvante surtout en mer.

Lundi 30 Août 1943

Nous avons eu la visite du Colonel de VITROLLE qui vient d'Air Maroc pour nous souhaiter la bienvenue et en même temps nous dire de prendre patience, car les Américains nous donnent le matériel qu'au bout d'un élastique, on voit qu'ils ne tiennent pas à nous voir participer.

J'ai eu confirmation que j'étais affecté au 1/32 à MEKNES.

Dimanche 12 Septembre 1943

Aujourd'hui, je suis sorti avec FABRE un camarade de la même promotion que moi et est lui-même natif de MARSEILLE.

L'on a été mangé à MEKNES car demain je dois prendre mon car pour Ifrâne et lui le train pour ALGER car il est affecté en Grande-Bretagne.

Mercredi 22 Septembre 1943

Un camion Américain du groupe est venu nous chercher ainsi que le matériel de campement pour rejoindre MEKNES car le groupe part pour AGADIR. Nous sommes restés une semaine à faire les préparatifs.

Jeudi 30 Septembre 1943

Ce matin, en se réveillant l'on était en gare de CASABLANCA, l'on a pu sortir toute la journée en ville, car le départ est ce soir à 20h, je suis allé voir a la caserne MALAKOFF si la 2ième partie de TOTANA était arrivé, mais je n'ai trouvé que 700 rapatriés qui venaient de MIRANDA et GERONDE.

Mardi 12 Octobre 1943

Ce matin, je suis allé prendre mon service en piste comme travail se n'est pas fatigant, cela consiste a rester du matin 8 heures jusqu'au soir 17h30 à côté de la voiture des pompiers et a surveillé si les pilotes respectent les consignes et a changer ce qui leurs indique la direction du vent.

Le soir, j'ai appris que le Commandant de l'Escadrille m'a désigné pour partir en Grande-Bretagne avec 8 de mes camarades on doit partir dans 48 heures pour Marrakech.

Samedi 16 Octobre 1943

Ce matin l'on recommence à refaire toutes les formalités d'usage quand l'on arrive dans une base, c'est -à-dire une quantité de bureaux ou l'on va quand on arrive et que l'on s'en va.

L'on apprend que nous faisons parti du stage 6 bis de l'école d'application du personnel navigant de bombardement. Il paraîtrait que le départ pour la Grande-Bretagne via Alger est pour le 1er Novembre.

img927

SIDI-BEL-ABBES  Le monument aux morts de la LEGION.

Lundi 8 Novembre 1943

Maintenant nous avons quitté le MAROC et nous roulons à travers les plaines de l'ALGERIE. Quelle différence avec les plaines du MAROC ou l'aspect est plutôt sauvage ici, on se rend compte du travail que les colons ont effectué.

Nous arrivons à SIDI-BEL-ABBES ou l'on s'arrête une heure environ, la Légion nous porte le café et l'on profite pour faire un peu de toilette, jusqu'à maintenant c'était des machines Américaines ainsi que le personnel.

Nous reppartons de SIDI-BEL-ABBES vers onze heures en direction d'ORAN, mais nous n'allons pas a ORAN, a la gare de Sainte barbe-du TELAT nous attendons un express en direction d'ALGER pour y être accroché où l'on arrivera que le lendemain.

img928

Dimanche 28 Novembre 1943

Ce matin des camions de la R.A.F. sont venus nous chercher au camp et ils nous ont emmené a quai. Là nous avons tous embarqué de suite sur un grand transport de troupe Canadien qui porte le nom de "SCYTHIA" avant la guerre il assurait le service entre LIVERPOOL et le Canada.

Nous sommes tous logés sur le devant du pont .F. l'on est a peu prés tous  les camarades ensemble, nous avons pris notre premier repas, mais il est à la mode Anglaise, l'on a manger sans pain et ce n'était pas salé, la journée se passe et quand le soir arrive l'on ne voit aucun mouvement parmi le personnel, ce qui prouve que l'on ne partira pas encore.

Pour dormir le soir l'on accepte des hamacs; nous sommes environ 4000 mais le détachements Français ne comprend que 800 hommes tout le reste c'est des Anglais qui rentrent chez eux, soit comme rapatriés sanitaires ou bien ce n'est qu'ils ont fini le séjour et qu'ils ont un mois de permission après 3 ans.

img929

"SCYTHIA - FRANCONIA - ASCANIA HUSKI"

Mardi 30 Novembre 1943

Depuis hier au soir nous sommes en route, nous longeons la côte d'Afrique jusqu'à GIBRALTAR, notre convoi ce compose d'environ d'une trentaine de bateaux, mais presque tous des transports de troupes, nous sommes escortés par des bateaux de guerre et l'aviation vient survoler le convoi.

Vendredi 10 Décembre 1943

C'est à LIVERPOOL, que nous avons débarqué. Les camarades ont débarqué dans l'après-midi pour aller dans un camps tout prés de la ville, mais tout ceux qui arrivaient de France par l'Espagne sont restés alors car l'on doit nous emmenés à LONDRES.

Ce n'est que le soir à 8 heures que l'on débarque et nous passons a la fouille des bagages par la douane et après comme il est encore trop tôt pour le train de LONDRES, des bus a étages sont venus nous chercher pour nous emmener dans un foyer en attendant l'heure du train, pendant tout le voyage, j'essaie de regarder par la glace mais, je ne vois absolument rien car tout est "Black-out".

Ensuite quand l'heure du train est arrivée, c'est encore en bus que nous sommes allez a la gare de JAMES-STREET prendre notre train l'on avait pour nous fait le voyage sous la surveillance de sentinelles en armes et de messieurs en civil qui devaient être des policiers de la sûreté.

Vendredi 17 Décembre 1943

Dans la matinée on nous prévient de nous tenir prêt car une camionnette des F.A.F.L. viendra nous chercher pour nous emmener, c'est vers les 4 heures 1/2 que la camionnette est venue, et elle nous à emmené à la gare de WATERLOO pour que l'on puisse prendre le train jusqu'à CAMBERLEY qui est un camp Français c'est à 1h1/2 de LONDRES.

Nous arrivons le soir et il fait complètement nuit, nous traversons tout le village car le camp se trouve un peu en dehors sur un plateau ou nous sommes reçus par le service de semaine qui nous montre nos chambres et qui nous emmène manger, et c'est de la cuisine Française.

Nous couchons sous des baraques en tôle ondulée et il fait froid.

Mardi 21 Décembre 1943

Nous sommes partis par la même gare ou l'on était arrivé mais cette fois l'on avait pas de sentinelle qui nous accompagnaient, nous étions entièrement libre. Nous avons pris le train à 11h pour LIVERPOOL et ou nous sommes arrivés à 4h1/2 l'on a été obligé de faire tout le voyage debout car il y avait beaucoup de monde.

Arrivé à LIVERPOOL nous avons encore changé de gare car pour rejoindre le camp il faut prendre un train électrique qui doit nous mener jusqu'à WEST-KIRBY qui est le nom de la station ou se trouve le camp, c'est a environ une vingtaine de kms de LIVERPOOL. La nous avons retrouvé tous nos camarades le camp à l'air d'être très grand il fait nuit et l'on y voit rien.

Ce qui est formidable c'est l'effort gigantesque accompli au sujet de la mobilisation des femmes car on les voit presque toutes en uniformes soit dans la marine, l'aviation, ou celles qui travaillent la terre et j'oublie, l'armée de terre. Celles de la marine s'appellent NAVY.MARINE - aviation WOMEN.AUXILIARY.AIR.FORCE abréviation W.A.A.F. celles de l'armée de terre A.T.S. AUXILIARY.TERRITORIAL.SERVICE. celles de la terre W.L.A. WOMEN.LIAND.ARMY. celles qui ont comme uniforme des pantalons de cheval et un chapeau feutre.

img936

Lundi 3 Janvier 1944

Rassemblement à 7h15 pour embarquer dans les camions qui nous emmènent à WEST-KIRBY et de là nous filons à LIVERPOOL prendre le train, nous partons de LIVERPOOL à 10H50, arrivé à LONDRES a 5h le soir.

Pour moi c'est la deuxième fois que je viens, nous sommes logé dans une maison civile au 5ième étage il y a des cadets, jeunes gens qui font les cours de personnel navigant.

"Mais cette fois je suis a l'opposé de la première fois"

La maison s'appelle "James Close" sur la route "Prince Albert Road".

img937

Sgt/C LEMAIRE

Vendredi 11 Février 1944

Aujourd'hui pour la première fois nous faisons notre premier vol en Angleterre sur avion ANSON, j'étais avec deux camarades le vol à durée 35 minutes.

Vendredi 24 Mars 1944.

Ce matin à 10h1/2 on a eu la remise du brevet par le Colonel Commandant l'école, ensuite je devais partir en permission mais a la dernière minute le bureau s'est trompé de nom et c'est deux autres camarades qui sont partis. Nous autres nous attendons mardi pour rejoindre l'O.T.U.

Mardi 28 Mars 1944.

Ce matin nous rendons toute la literie, nous partons par le train de 13h1/4 on arrive à INVERNESS à 14h45 et l'on en repart à 16h pour ELGIN et l'on change encore une fois de train, car l'O.T.U. ou l'on change va, est à un village nommé LOSSIEMOUTH au bord de mer ou l'on arrive à 20 heures.

Ici, la température est froide car l'on n'a pas de colline qui nous abritent comme à EVATON. Pour coucher l'on est logé dans des baraques en tôles ondulées demi_circulaires, le soir il fait plutôt froid que chaud.

Jeudi 13 Juillet

Ce matin l'on se lève de bonne heure car, il faut que nous soyons au Flyght une heure avant le vol mais le jour ne s'y prête pas, il y a de la pluie, nous attendons toute la matinée et une partie de l'après-midi, le soir à 4h1/2 il fait meilleur, il ne pleut plus et nous allons tous ensemble faire notre premier vol sur HALIFAX quel changement avec le WELLINGTON c'est beaucoup plus vaste et l'on est mieux comme confort.

Vendredi 11 Août 1944

Ce matin nous avons quitté RUFFORTH pour ELVINGTON. La base d'ELVINGTON est de l'autre côté de la ville sur la route de HULL. Nous y arrivons vers les midi, ici sur toute la base le personnel est Français il n'y a pas de W.A.A.F. juste quelques Anglais qui parlent presque tous français, l'après-midi l'on nous indique nos chambre et notre literie, ici il y a que le personnel navigant qui a droit aux draps de lit le personnel à terre n'en a pas. Comme nourriture l'on mange des mets préparés à la française mais il y en a peu.

Samedi 12 Août 1944

Nous sommes affectés au groupe de bombardement 2/23 du squadron 346 pour le Anglais, à la 4ème Escadrille, l'on a été présenté au Commandant d'escadrille et au Lieutenant-Colonel Commandant le groupe, j'y ai rencontré beaucoup d'anciens camarades avec qui j'ai été breveté.

Vendredi 25 Août 1944

Aujourd'hui c'est un grand jour pour nous autres enfin l'on va pouvoir avoir la joie d'aller lancer des bombes, sur la tête aux fritz malheureusement c'est en France.

Nous sommes partis de la base le soir à 6h30, après avoir vidé nos poches de tous nos papiers excepté la carte d'identité réglementaire, l'on était en Stream (vague) de 90 avions il y avait 9 avions avec équipages Français, nous arrivons sur l'objectif qui est un dépôt souterrain de rampe de lancement d'avions bombes dans la forêt de WATTEN au N-O de st Omer, là nous sommes reçus par une assez forte défense aérienne, après avoir laché nos bombes et pendant le temps ou l'on prend la photo, nous recevons plusieurs éclats de D.C.A. dont un blessé, notre navigateur aux jambes, et l'avion se met en piqué, nous étions à 13 000F/4000m l'on s'est retrouvé à 10 000F/3000M après un piqué plutôt rapide.

L'on à passé la côte Française au plus vite et l'on a été se poser sur un terrain de secours a 78 miles de LONDRES Wood-Brige. Après s'être posé l'on a pas été les seuls, un autre français du 347 Squadron, et un équipage Anglais ainsi qu'un équipage Américain, l'on a évacué notre blessé aussitôt à l'hôpital, l'on a regardé combien d'éclats avait l'avion, nous avons eu 6 gros éclats dans les ailes un moteur qui nous a lâché a l'atterrissage et d'autres un peu partout.

L'autre avion de chez nous qui porte la même lettre que le notre a eu plus d'une cinquantaine d'éclats sans qu'aucun membre de l'équipage soit touché juste un moteur qu'ils ont du stopper en l'air.

Les officiers ont été remplir les formalités nécessaire et l'on a été manger et se couché car demain l'on doit renter par le train à la base, voila notre première mission de guerre, nous avons vu au-dessus de l'objectif tomber deux avions en flammes.

Lundi 4 Septembre 1944.

Aujourd'hui nous recommençons à attendre, ce matin a la conférence, l'Aspirant nous a fais lire une lettre du Capitaine ou il nous dit qu'il est blessé aux deux jambes et qu'il on a pour deux à trois mois, il nous remercie pour notre tenue et nous appelle tous, le pilote le bouillant, le mécano et moi les 2 placides et le radio sa petite mère, car c'est le radio qui a fait les premiers pansements à bord.

Samedi 9 septembre 1944.

Rien de nouveau, si ce n'est que maintenant tout l'équipage est prêt pour recommencer a faire des missions, mais pour le moment personne ne sort du 4ème Groupe. Nous faisons du ravitaillement en essence entre l'Angleterre et la Belgique pour le ravitaillement des unités blindés.

Dimanche 10 Septembre 1944.

Aujourd'hui nous effectuons notre deuxième sortie comme mission, nous avons été bombarder de jour la ferme d'octeville près du HAVRE, c'était un point de résistance fortifié des boches tout c'est bien passé nous n'avons pas eu un coup de canon de la Flack.

Mardi 26 Septembre 1944.

Le 26 septembre 1944, date a laquelle le Sergent/Chef LEMAIRE a arrêté l'écrit de son journal de marche.

J'ai relaté quelques journées, écrites très simplement mais d'une grande qualité raconté au jour le jours, tout son parcours.

Malheureusement leur équipage disparaîtra le 21/22. 02.1945 au cours de la mission sur WORMS.

Au cours de la nuit la chasse allemande se montre particulièrement active dans la région de l'objectif. Deux avions du groupe GUYENNE sont abattus, le HALIFAX du Commandant BREARD dont l'équipage effectuait sa 31e mission est abattu à 9 km de WORMS.

Tout les membres de l'équipage sont tués et ont été inhumés au cimetière de KLEINBOCHENHEIM

CITATION

img944

img945

Crash du HALIFAX du Commandant BREARD

img946

Les cercueils drapés de tricolore sur les voitures de la 6ème batterie de la 5° D.B.

img947

img948

img949

img950

img951

img952

img953

Plan du cimetière de KLEINBOCHENHEIM