28 août 2010

UN ANCIEN NOUS A QUITTES

UN ANCIEN NOUS A QUITTES

Le Général GALLOIS

img305

Equipage du Capitaine THIRY

Premier à partir de la gauche avec son petit chat le Capitaine Pierre-Marie GALLOIS.

gallois1

Navigateur de l'équipage du Capitaine THIRY

Documents sur le lien suivant:

http://www.lesmanantsduroi.com/articles2/article61172.php

Le monde est petit, je retrouve le Comte de Paris, et je me souviens quand j'étais gamin, j'ouvrais la grille du Château d'Eu où Madame la Comtesse de Paris venait en vacances, et j'avais mon petit chocolat à chaque fois, et je ne savais même pas que le Général Pierre-Marie GALLOIS avait été le professeur des Princes de France.

------------------------------------------

"PLUS DE RISQUES POUR PARLER HAUT ET FORT"

" Je veux prendre plus de risques que n'en tolère le commandement du Bomber Command de la RAF pour ses équipages" me disait Jules Roy. " C'est à ce prix que je pourrai, si je m'en sors, témoigner des horreurs de cette guerre d'extermination ". Ainsi, alors que son tour d'opérations était terminé, il décida, et obtint d'accomplir de nouvelles missions de bombardement.

Il faut savoir que la RAF, la Royal Air Force, avait établi une comptabilité des risques de vols, fonction des objectifs à détruire de la machine de guerre allemande. Plus profonde était la pénétration des formations de bombardiers britanniques dans le ciel ennemi, plus élevé était le nombre de "points" qui étaient attribués par l'exécution de ces missions. Un certain seuil atteint, l'équipage était mis au repos pour plusieurs mois, avant d'entamer, éventuellement, un deuxième tour d'opérations. Chaque équipage additionnait ainsi les "points", espérant atteindre le seuil libérateur avant d'être abattu. les statisticiens avaient calculé leur probabilité de survie, en relation directe avec le nombre et les dangers des missions accomplies.

A la fin de 1944 et au début de 1945, les forces allemandes, contraintes à la retraite, étaient regroupées sur le territoire du IIIe Reich dont le ciel était de plus en plus âprement défendu. Les équipages français, qui avaient combattu durant la campagne de France, obtinrent que les missions qu'ils accomplirent alors fussent prises en compte, gagnant ainsi quelques "points". Ce gain sauva bien des vies humaines. Julius ne se souciait de cette comptabilité que pour être assuré d'en "faire plus". Dans ce pari contre la mort, il l'emporta.

Général Pierre-Marie GALLOIS, le navigateur de Jules Roy dans la vallée heureuse, un "camarade de combat qui l'admirait pour ce qu'il était et pour l'abnégation dont il faisait preuve", janvier 2007.

gallois193

Pierre-Marie GALLOIS, né le 29 juin 1911 à Turin, mort le 23 août 2010 à 99 ans.

Dans les années 50, colonel et chef du cabinet du chef d'Etat-Major de l'Armée de l'Air, il fut l'un des principaux maîtres d'oeuvre de la stratégie nucléaire française.

Pierre-Marie Gallois, le général spécialiste de la stratégie nucléaire française, dont Le Monde du jeudi 26 août a salué la disparition, avait servi de modèle pour Morin de La Vallée heureuse, Prix Renaudot 1946. Jules Roy et Gallois logeaient dans un des demi-tonneaux de tôle ondulée qui servaient de huttes aux aviateurs français du camp d'Elvington, près de York, en 43-45. A tour de rôle, dans leur quadrimoteur Halifax F "Fox", ils partaient la nuit bombarder l'Allemagne, porteurs de mort dans une cruelle corrida en plein ciel. Chacun attendait le retour de l'autre pour s'endormir avec soulagement. Gallois, polytechnicien, était navigateur: plutôt pessimiste, il avait  peint les parois de leur thurne de vanités et squelettes au milieu de vues du Pays d'avant-guerre. Jules Roy était chef de bord, bombardier et co-pilote. Portant le nom de Chevrier dans La Vallée heureuse, l'auteur a fait (avec sa permission) mourir Morin qui s'écrase dans une dernière mission, "panne au décollage". Tous deux en revinrent affichant un mépris absolu pour tout danger quand rien ne pouvait l'éviter: ils en gagnèrent une belle longévité, Jules Roy 93, Pierre-Marie Gallois 99.

Jean-Louis Roy

 

Posté par DUCAPHIL à 21:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]