15 juin 2012

LA RENAISSANCE DE L'ARMEE DE L'AIR

LA RENAISSANCE DE L'ARMEE DE L'AIR

Les forces aeriennes combattantes

en Afrique du Nord 1943 - 1945

 

32366928

Le 8 novembre 1942 à l'aube, commence "L'opération Torch". Les anglo-américains débarquent au Maroc et en Algérie. L'Armée de l'Air demeurée fidèle à Vichy réagit violemment. Les combats sont brefs mais meurtriers, les pertes sont importantes des deux cotés, 23 aviateurs tués et 10 blessés coté français et 10 tués, 12 prisonniers et 8 blessés coté américain. Ce sera le dernier baroud d'honneur de l'Armée d'Armistice.

 Soutenu par les américains et par Vichy, qui l'ont probablement aidé à s'évader, le Général Giraud est nommé le 14 novembre 1942 commandant en chef civil et militaire en Afrique du Nord. Le Général Mendigal est confirmé dans ses fonctions de commandant en chef des Forces Aériennes en Afrique, en remplacement du Général Bergeret.

img806

(collection: M.Cuich)

Le Général Giraud en conversation avec le Général Bergeret à Alger en 1942.

FUSION ET AMALGAMME

Le 3 juin 1943, le Général Mendigal cède la place de commandant en chef des Forces Aériennes d'Afrique au Général Bouscat, qui sera le principal artisant des contacts entre de Gaulle et Giraud. Le 31 juillet 1943, lorsque intervient la fision des Forces Aériennes Libres et de l'aviation d'Afrique, le Général Bouscat devient le premier chef d'Etat-Major de l'Armée de l'Air indépendante.

Pour y parvenir, le Général Bouscat met en place le jeu des mutations. Des équipages d'Afrique du Nord rejoignent les groupes stationnés en Grande-Bretagne, au levant et en U.R.S.S., inversement des pilotes des F.A.F.L. sont mutés dans les groupes recréés en Afrique du Nord. Pour cette armée de l'Air fusionnée, intervient une période troublée où resurgissent les vieilles rancoeurs de 1940 et celles des aviateurs restés fidèles au gouvernement de Vichy, d'où un amalgamme difficile, qui restera vivace encore longtemps après la fin de la guerre.

 

img807

(collection: M.Cuich)

Le Général Bouscat.

8 Août 1943.

Conférence sur le rééquipement de notre armée de l'Air au quartier général des Forces Alliées à Alger à laquelle participe le général René Bouscat, chef d'Etat-major de l'armée de l'Air. Avec les généraux Tedder, Barton, Curtiss, etc..., celui-ci fait adopter le plan français qui sera le plan VII (continuité du dernier plan VI de 1939 resté inachevé). Ce plan prévoit pour le printemps 1944, trente groupes équipés de matériel moderne: sept en Angleterre (quatre de chasse et trois de bombardement), vingt-et-un en A.F.N. et en Méditerrannée (huit de chasse, quatre de bombardement, six de défense côtière, un de reconnaissance et deux de transport, non compris le Groupe de chasse en Russie).

29 septembre 1943 : La commission mixte aérienne (Joint Air Comittee) installée le 6 septembre sous la présidence du Général Saville adopte le plan VII qui sera arrêté le 29 septembre. Ce plan prévoit:

- en personnel: 20.250 militaires, 6.500 employés civils, 5.500 F.F.A. (Forces Féminines de l'Air),

- en matériel avec l'apport des alliés: la R.A.F. devra équiper sept groupes de chasse, avec des Spitfire, un groupe bombardement léger A-20 Boston et deux groupes bombardiers lourds sur Halifax sans oublier deux bataillons de chasseurs parachutistes S.A.S.

LA RECONSTITUTION DE L'ARMEE DE L'AIR

L'U.S.A.F. sera responsable de la mise sur pied en matériel de: un Groupe de chasseurs parachutistes, six groupes d'artillerie de l'Air et dix-huit groupes aériens, neuf groupes de chasse (trois sur Airacobra P-39 et six sur Thunderbolt P-47), six groupes de bombardement moyen sur B-26 Marauder, un Groupe de reconnaissance sur Lightning P-38), deux groupes de transport (un sur Dakota C-47 et un sur Beechcraft C-45), sans compter le matériel terrestre d'équipement et d'habillement des différents secteurs et formation de l'Air.

22 octobre 1943: Adoption définitive du plan VII d'organisation de notre armée de l'Air par le Comité de défense national d'Alger proposé par le général Bouscat, mais il refuse à l'armée de l'Air les 7.500 hommes demandés.

Fusion des Forces Françaises Libres et des Forces Armées d'Afrique du Nord, pendant cette période l'organisation de nos Forces Armées d'Afrique du Nord sera marquée par l'influence des anglais et des américains.

Le plan VII du général Bouscat se décompose en deux phases:

1ère phase: utilisation des ressources d'Afrique avec l'aide des alliés.

2ème phase: de juillet 1944 à février 1945: utilisation des ressources en personnel que l'on trouve dans la métropole libérée.

Création du 1er Corps Aérien qui constitue l'aviation d'appui de la 1ère Armée française.

(A noter qu'il faudra un an pour que soient mises en application les prévisions du Plan VII, c'est-à-dire le débarquement en France qui donnera les possibilités de recrutement du personnel au fur et à mesure de l'avance alliée).

CONFLIT FRANCO-AMERICAIN

Après le débarquement des Alliés en Afrique du Nord, Roosevelt qui n'a pas de sympathie pour de Gaulle, préfère Giraud pour s'appuyer sur l'administration de Vichy. Il lui demande de rester en place, afin d'écarter du pouvoir le Général de Gaulle.

Dans le cadre de la libération de la France, en mars et avril, de Gaulle décide que les organismes politiques et administratifs permettront la présence du Comité Français de Libération Nationale (C.F.L.N.), face aux Américains, désireux d'instituer une administration militaire (A.M.G.O.T.) ou Allied Military Governement for Occupied Territories) dans les villes françaises libérées.

 

img808

(collection: photo D.R.)

Billet de 100 Francs émis par les américains.

Les "administrateurs" américains arriveront en France avec des fonds "Francs de la Libération" ressemblant à s'y méprendre à des dollars, même s'ils sont illustrés au revers d'un drapeau tricolore et portent la devise "Liberté, Egalité, Fraternité". L'A.M.G.O.T. provoque la colère de de Gaulle qui déclare immédiatement que c'est de la "fausse monnaie".

img809

(collection: photo S.C.A.)

Les généraux Giraux et de Gaulle à Alger en 1942.

En avril 1943, dans le cadre d'une réorganisation du gouvernement à Alger, de Gaulle accepte de confier au communiste Fernand Grenier, un commisariat à l'Air. Le 3 juin 1944, il décide de faire du C.F.L.N. "Le Gouvernement Provisoire de la République" (G.P.R.), qui s'installe à Alger au Lycée Florentin. Il sera présidé conjointement par de Gaulle et Giraud. Le 10 septembre, le Général de Gaulle devient Président du G.P.R. avec André Diethem, commisaire à la Guerre.

-------------------------------------------------------

La Chasse en Afrique du Nord

1er ESCADRE DE CHASSE

Créée le 14 novembre 1943, elle comprend les G.C. 1/3 Corse, 1/7 Povence, et 2/7 Nice sous les ordres du commandant Papin.

 

img812

Issu du 1/3 de la campagne de France qui était replié en A.F.N., il reprend ses traditions et s'entraîne sur D-520 jusqu'en avril 1943 où il sera recréé sur Spitfire V-B pour devenir Squadron 327 de la R.A.F., au profit du Costal-Command, sous les ordres du commandant Villaceque. Il se déplacera sur la base de Borgo en Corse et participera aux opérations contre l'Italie à partir du 18 août 1943.

 

img810

img811

 Composé de deux escadrilles, la première la SPA 88 "Le Serpent" et la seconde la SPA 69 "Tête de chat". Le 3 septembre 1944 il se pose sur le terrain de vallon en France où il reçoit officiellement le nom de Corse en raison de la part éminente qu'il a pris à la libération de l'île. Il participera à la libération de la France, puis çà la campagne d'Allemagne. Ses bases successives seront Lyon-Bron, Luxeuil et Entzheim. Il termine la guerre avec 3.200 missions et sorties, seize victoires homologuées, deux citations, sept pilotes seront tués en combat et sept disparus. En 1946 il devient Groupe de chasse 1/6 sur Mosquito et participe à deux campagnes d'indochine.

 ------------------------------------------------------------------

img815

La première escadrille SPA 15 sera recréée fin mars 1943 sur la base d'Oran-la-Senia sous les ordres du lieutenant Gauthier (as de 1939/40) équipée de Spitfire V. La deuxième escadrille SPA 77 "Croix de Jérusalem" sera reformée en septembre pour constituer le 1/7.

img813

img814

Il devient le Squadron 328 de la R.A.F. au profit du Coast-Command sous les ordres du commandant Dorance. Il quitte Oran le 1er mai 1944 pour Borgo en Corse où il participera aux missions côtières en Provence. Le 1er août il rejoint les groupes Nice et Corse sur le terrain de Vallon en Provence où il est rattaché au 64 ème Wing de chasse américain. Le 7 septembre il se pose a Lyon Bron et participe aux opérations dans la région de Dijon. Le 18 septembre il se pose à Dijon. Le 18 septembre il se pose à Dijon où il sera intégré au 1er C.A.F., et participera aux campagnes d'Alsace et d'Allemagne. Au moment de l'Armistice, le 8 mai 1945, il se trouve en Allemagne sur le terrain de Sachsenheim près de Stuttgart où il sera ré-équipé de Spitfire IX. Il aura accompli 7.264 heures de vol en 4.392 sorties ou missions, obtiendra treize victoires et aura cinq tués. Le 3 novembre 1945 il s'embarque à Marseille pour l'indochine où il volera sur KI-43 japonais puis à nouveau sur Spitfire IX.

 ----------------------------------------------------------------

img818

 

Reconstitué en avril 1943 sur la base d'Oran, équipé de SpitfireV, il formera le Squadron 327 de la R.A.F. au profit du Costal-Command sous les ordres du commandant Hugo.

 

img816

img817

Constitué de deux escadrilles, la première SPA 73 "Cigognes en virage", la deuxième SPA 78 "La panthère noire", il participe aux opérations à compter du 18 août 1943 sur l'Italie à partir de la base de Borgo, puis aux missions de surveillance côtière. Il occupe la base d'Ajaccio avec le 1/7 où il formera la première escadre de chasse. Le 7 septembre il se pose à Lyon-Bron et participe aux opérations dans la région de Dijon où il perd l'un de ses pilotes le capitaine Valentin le 8 septembre 1944. Puis sera intégré au 1er C.A.F., et participera à la campagne d'Allemagne, jusqu'à l'Armistice. Il accomplira 6.200 sorties ou missions, trente-trois victoires dont six probables, aura quatre morts et un prisonnier. Il deviendra en 1946 Groupe de Chasse 1/6 sur Mosquito et participera à deux campagnes d'Allemagne.

CITATION

A l'ordre de l'armée aérienne

- GRISANTI (Eugène-Roland), du groupe de chasse 2/7 "Nice": pilote de chasse plein d'ardeur et d'enthousiasme, attendait avec impatience sa première rencontre avec l'ennemi. Le 4 mai 1944, au cours d'une interception, a attaqué seul et détruit un FW 190, qui s'est écrasé en mer à 40 milles à l'ouest d'Ajaccio.

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de guerre avec palme.

Fait à Paris, le 10 août 1945.

 ---------------------------------------------------------------------

img821

Venant de Dakar, le G.C. 1/4 Navarre arrive à Mecknès le 4 juin 1943 avec 20 Curtiss H-75 ET 14 Dewoitine 520, qui seront reversés au Centre d'Instruction à la Chasse. Il sera le 2ème Groupe à être rééquipé de 25 Bell P-39-N avec lesquel il commence son entraînement à Bir-Rechid. Le 30 juin, il regagne la zone de combat en Tunisie.

img819

img820

Le 13 juillet 1943, le G.C. 1/4 est commandé par le Capitaine de la Martinière qui succède au Commandant Ladousse. Le 7 septembre 1943, il commence les missions à partir du terrain de Sebala (Tunisie) dans le cadre du "Costal Command". Le 1er janvier 1944, le G.C. 1/4 est intégré à la 3ème Escadre de Chasse commandée par le Commandant Monraisse. Le Groupe est placé sous les ordres du Capitaine de la Martinière, comprenant deux escadrilles, la 1er Escadrille SPA 95 sous les ordres du lieutenant Philippe Maurin et la 2ème Escadrille SPA 153 sous les ordres du lieutenant Husson.

 CITATIONS

- ASTIER (Eugène-Louis), sergent, du groupe de chasse 1/4 "Navarre": pilote de chasse doué des plus belles qualités de courage et de sang-froid. Engagé depuis treize mois sur les fronts d'Italie, du Midi de la France, d'Alsace et d'Allemagne, son ardeur combattive s'affirme chaque jour davantage. Le 1er avril 1945, chef d'une patrouille légère en top cover sut par la rapidité de sa manoeuvre faire face à une attaque d'avions a réaction allemands que ne purent rompre le combat que par la supériorité de vitesse de leurs appareils.

- SOUCHARD (Ferdinand-Erbest-François), sergent, du groupe de chasse 1/4 "Navarre": jeune pilote de chasse, s'est révélé rapidement comme un équipier de grande classe. Plein d'ardeur au combat, vient d'effectuer une nouvelle série de missions de bombardement en piqué et de mitraillage, au cours desquelles il a obtenu d'excellents résultats. A souvent donné la preuve de son sang-froid et de son mépris du danger. En particulier, le 14 mars 1945 au cours d'une reconnaissance armée à basse altitude effectuée profondément en territoire ennemi, a par la précision de son bombardement, détruit un important matériel ferroviaire. N'a pas hésité par la suite, vu l'importance de l'objectif, à le mitrailler malgré la réaction intense de la défense anti-aérienne qui endommagea son avion.

- LIAUTARD (Henri-Georges-Eugène), sous-lieutenant, du groupe de chasse 1/4 "Navarre": excellent chef de dispositif prudent et efficace. A brillamment effectué de nombreuses missions de bombardement en piqué et de mitraillage au sol pendant et après la campagne d'Alsace dans des circonstances rendues souvent difficiles par les conditions atmosphériques et toujours très dangereuses par les réactions de la D.C.A. d'un ennemi opposant une résistance acharnée. En particulier au cours d'une reconnaissance très profonde en territoire ennemi, malgré une vive réaction de la D.C.A., a, par la précision de son bombardement et de ses mitraillages, largement contribué à la destruction d'un très important matériel ferroviaire et à celle de nombreux véhicules automobiles.

- COLLIN (Gilles), sous-lieutenant du groupe de chasse 1/4 "Navarre": officier de réserve alliant aux plus belles qualités militaires une parfaite maîtrise de pilote. Quoique jeune chasseur, s'est imposé dès ses premières missions comme un équipier sûr et mordant. S'est rapidement vu confier la direction d'une patrouille légère et a obtenu de celle-ci les meilleurs résultats. En particulier le 19 mars 1945, a détruit par bombardement, la plaque tournante d'un dépôt de locomotives, assurant la destruction de ces dernières par un mitraillage audacieux au milieu d'une Flak intense.

- SEGUELAS (Firmin-Alexandre-Germain), sous-lieutenant du groupe de chasse 1/4 "Navarre": officier pilote de chasse volontaire pour toutes les missions. A montré, au cours de nombreuses missions de bombardement en piqué et de mitraillage, un calme remarquable et a obtenu d'excellents résultats contre le matériel ferroviaire et automobile de l'ennemi, maigré des réactions souvent meurtrières et toujours très violentes de la D.C.A. En particulier, le 23 mars 1945, a contribué largement, grâce à la précision de son bombardement et à l'efficacité de ses mitraillages, à la destruction de plusieurs trains sur une voie de ravitaillement vitale pour l'ennemi, en dépit d'une D.C.A. lourde et légère particulièrement intense qui a provoqué la perte d'un avion de la mission.

(collection: André HAUTOT)

Posté par DUCAPHIL à 20:45 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


ANNEE MONDIALE ROLAND GARROS 2013

ANNEE MONDIALE ROLAND GARROS 2013

CENTENAIRE DE LA 1ère TRAVERSEE AERIENNE DE LA MEDITERRANEE

par ROLAND GARROS le 23 SEPTEMBRE 1913

img800

img801

img802

img803

Posté par DUCAPHIL à 16:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :