01 février 2013

RECIT: DE GEORGES BAL

Adjt: GEORGES BAL

MES_IMAGES

(collection: Bernard BAL)

Adjudant GEORGES BAL

Bombardier Navigateur

Appelé à entrer au service militaire le 15 octobre 1936, il n'a aucun goût pour passer les deux années qui l'attendent dans un bureau de l'Armée de l'Air. Il se porte candidat au seul brevet du personnel navigant qui lui soit offert, celui de mitrailleur en avion. Il est admis et instruit en école spécialisée, à Pau, sur POTEZ 25.

MES_IMAGES

POTEZ 25

Texte écrit par Georges BAL pour une réunion des anciens élèves du lycée Mariette à Boulogne-sur-mer.

Cher Ami,

La vallée de la RUHR était appelée par les Anglais "la vallée heureuse" (et par les Français,"le boulevard des vacheries" ceci a été le titre d'un livre, écrit par jules ROY.

Jules ROY était dans mon escadrille le 2/23 "GUYENNE".

A l'époque ou j'ai quitté Mariette pour le service militaire, nous étions appelés pour 2 ans je ne tenais pas à passer ces 2 ans dans un bureau de l'aviation ou j'étais incorporé, aussi j'ai décidé de me présenter au seul brevet possible du personnel navigant, c'est à dire mitrailleur en avion. J'ai été entraîné en école sur Potez 25, un avion biplan et biplace (vitesse maxi 186 km/h).

MES_IMAGES 

De retour en escadrille, j'ai donc pris ma fonction de mitrailleur en avion.

Potez_1940_1_

Le Sgt/C Georges BAL a été dans les ESC. 1/13 et ECN. 2/13 (Escadrille de chasse de nuit). Et les avions ont souvent changé de livrées!

(collection: Bernard BAL)

Potez_campagne_de_france_1_1_

Ils ont été utilisés pour essayer d'enrayer l'avance Allemande en Belgique, et... en chasse de jour! le Potez était d'une très grande manoeuvrabilité, mais sous-motorisé. Ils y avaient 14 appareils dans leur Escadrille et ont terminés à 3 ..!

(collection: Bernard BAL)

Georges_Bal_dans_Potez_1_

Sgt/C Georges BAL dans le cockpit du Potez 63.

(collection: Bernard BAL)

Cette fonction suppose non seulement la mitrailleuse mais aussi les photos aériennes, la reconnaissance, l'utilisation de la radio de bord etc....

Potez_campagne_de_france_2_1_

Potez 631 pendant la campagne de France en 1939/1940.

(collection: Bernard BAL)

En 1939 nous venions de recevoir des Potez 63 équipés d'hélices à pas variable, train rentrant. C'est sur ce type d'appareil que j'ai été engagé en 1939(mission vers la frontière Belge pour tenter d'enrayer l'avance Allemande!!!!) Nous avions 14 appareils et nous avons terminé à 3

Dornier_2_1_

Durant la campagne de France, le pilote de l'avion dans lequel le Radio/Mitrailleur: Sgt/C Georges BAL a abattu un DORNIER. Ils ont récupéré la cocarde, et le pilote et le Sgt/C Georges BAL se font photographier autour de cette cocarde. (a gauche le Sgt/C Georges BAL avec l'uniforme sombre et tenant la mitrailleuse).

(collection: Bernard BAL)

Dornier_1_1_

L'Escadrille s'est également fait photographier autour du Potez et de la cocarde du DORNIER.

(collection: Bernard BAL)

Potez_lagouat_3_1_

LAGOUAT

Après l'armistice, avec les restes de 4 Escadrilles de POTEZ.

(collection: Bernard BAL)

Potez_lagouat_1_1_

LAGOUAT.

Ils ont réussi à reconstituer  2 Escadrilles et les ont envoyées en Afrique du Nord. Détail amusant, en arrière plan on aperçoit passer un dromadaire..!

(collection: Bernard BAL)

potez_lagouat_2_1_

LAGOUAT.

Les avions sont au couleurs de Vichy (des bandes rouges et jaunes).

(collection: Bernard BAL)

 

potez_63_biskra_2_1_

BISKRA

Groupe d'Aviateurs qui rejoindrons probablement après le 8 novembre 1943 la Grande-Bretagne dans différents Squadrons.

(collection: Georges BAL)

potez_63_biskra_1_1_

BISKRA.

(collection: Bernard BAL) 

 

Georges_Bal_en_1940_2_

Sgt/C Georges BAL en tenue de vol sur Potez 631 pendant la campagne de France.

(collection: Bernard BAL)

La période d'armistice s'est passée à nimes ou ont été reconstituées 2 escadrilles de Potez 63 avec les restes de 4 autres. Là, toujours mitrailleur arrière sur Potez 63, j'ai été envoyé à gabès en TUNISIE, puis ensuite replié en Algérie après l'invasion de la TUNISIE par les Allemands.

 

32641359

 

 

WELLINGTON

Après le débarquement Américain en Afrique du Nord, il a été demandé des volontaires pour aller en Angleterre constituer un groupe de bombardier lourds. Je suis parti en Angleterre depuis la région d'Alger, et après 12 jours de bateau je débarquai à LIVERPOOL. Puis commence une période d'entraînement sur ANSON, puis WELLINGTON et enfin sur HALIFAX qui devait être notre avion.

 

32641543

 

 

AVRO-ANSON

(source: De Paris à ELVINGTON.auteur: Robert SAUBRY-BOBET)

 

32615579

 

HALIFAX

Nous étions 7 à bord: un pilote, un navigateur, un bombardier, un mécanicien, et deux mitrailleurs.

img934

de gauche a droite

MASSON. Mitrailleur-supérieur. BARTH. Mitrailleur-arrière. GRIDELET. Pilote. VEAUVY. Navigateur. (Cdt. de l'avion) BAL. Bombardier. MAYEUX. Radio. GRIFFE. Mécanicien.

Mécaniciens au sol: un soldat aviateur deux mécaniciens confirmés l'Adjudant ROLAND et le Sergent VERDIER, un soldat aviateur.

Ma fonction était celle de bombardier, mon rôle assurer bien sûr le bombardement, mais aussi l'aide au pilotage et au navigateur.

MES_IMAGES

Aider le pilote au décollage et à l'atterrissage et éventuellement le remplacer si il n'était plus capable de piloter. Aider le navigateur en manipulant les instruments de navigation pour qu'il puisse en exploiter les données avec le maximum de précision. On nous demandait d'être à l'heure plus ou moins une minute à différents points de la route.

Vous me parlez du bombardement de stuttgart. Mon carnet de vol porte bien 7h30. de vol de nuit dont 3h et demi sur 3 moteurs. Bien que cette mission fut assez difficile, je pense que la plus dure fut, pour moi , celle du bombardement de WORMS. Au sujet de cette mission, je vais reprendre la mise en oeuvre d'une opération.

Georges_Bal_Bombardier_1_

Il a fière allure l'Adjudant Georges BAL dans sa tenue de Bombardier, en Grande-Bretagne sur la base d'ELVINGTON , sur cette photo on remarque la zone d'opération en blanc (censuré pour préserver le secret de l'opération) en effet cette photo a t'elle été prise pour la presse"Mystère?"

(collection: Bernard BAL)

1° Vous êtres équipage requis pour la prochaine mission, et vous ne pouvez pas quitter la base.

2° Les hauts parleurs annoncent:les navigateurs à la navigation, les bombardiers à l'intelligence service.

32653248

(source: De Paris à ELVINGTON. auteur: Robert Saubry-Bobet)

A ce moment là, tous les équipages requis sortent de leur chambre, prennent leurs vélos et vont au mess ou un repas est servi.

img958

Intérieur extrêmement rustique dans la chambre en forme de demi-tonneau, des équipages des groupes lourds, sur la photo le Lieutenant Albert ROUSSEAU, on aperçoit sur sa table de travail une bonne pile de livres et deux belles photos soigneusement disposées, son épouse (encore en Afrique du Nord) et sa fille, qu'il ne connaît pas encore, Nicole ROUSSEAU.

(collection: Nicole ROUSSEAU PAYEN)

Après ce repas chaque membre d'équipage se rend à des réunions séparées pour recevoir les instructions sur la mission.

Puis,ensuite, réunion générale. Le pourquoi de l'opération, les pochettes de survie au cas ou nous serions descendus en Allemagne ainsi qu'une pochette contenant de l'argent Allemand, Hollandais, Belge, suivant les besoins possibles.

Après ces dernières instructions, les cars nous conduisent, chaque équipage à son avion. Mise en route, test de moteurs et des instruments, et décollage à l'heure précise qui nous a été donnée à la réunion. Le regroupement ne se fera que par l'horaire à respecter, la nuit il n'est guère possible de voir les autres avions.

MES_IMAGES

Ces servants d'un canon de 88 Flak attendent que les projecteurs prennent au piège les avions Britanniques.

Ce soir du 21 février 1945, l'objectif est WORMS.7000m d'altitude, 2h30. de vol de jour au départ, puis, ensuite, 4h55. de vol de nuit.

Assez calme au départ, j'aide le navigateur (Cpt. VEAUVY) pour maintenir la précision de l'horaire et 5 minutes avant d'arriver sur l'objectif je passe à l'avant pour assurer le bombardement.

La météo au départ s'étant trompée (ce qui était rare) nous avions un vent dans le nez de 130km/h. Je voyais l'objectif avec l'impression d'arriver lentement. Nous étions la 2ième vague, c'est à dire que 40 avions bombardaient 2 minutes avant nous.

Je voyais dehors 3 projecteurs immobiles autour desquels des avions de chasse allemands attendaient.

MES_IMAGES

A l'arrivée de la première vague, les chasseurs étant au dessus voient les silhouettes des HALIFAX se dessiner au dessus des lumières de marquages de l'objectif. Ils plongent tout de suite, je compte 5 quadrimoteurs en flamme.

Je pense que lorsque nous arrivons, les chasseurs devaient reprendre leur place prés des projecteurs pour choisir un nouvel avion.

Nous passons,nous bombardons au milieu de la D.C.A. comme d'habitude et nous amorçons notre descente rapide en remettant le cap vers l'ouest.

J'était toujours à l'avant et je voie passer quelques mètres au dessous une rafale de balles traçantes et un quadrimoteur touché devant moi.

Au même moment,le mécanicien signale qu'une rafale de traçantes passe quelques mètres au dessus. Puis devant nous, une explosion endommage la vitre de plexiglas de l'avion, un éclat casse le radar du navigateur et un grand courant d'air à l'intérieur de l'avion se produit à cause de l'avant endommagé.

Le navigateur(Cpt. VEAUVY Cdt. de l'avion) me jette son sac à cartes avec lequel je colmate les trous pour éviter l'inconfort de cet air froid qui entrait à l'intérieur.

Puis le calme est revenu et nous sommes rentrés sans autre histoire.

Toute cette péripétie de la sortie de l'objectif a été bien plus rapide que le temps que je viens de passer à l'écrire.

Comment se passe le retour au calme.

Arrivé au lieu ou l'on gare l'avion, (dispersal) nous refaisons le test des moteurs et des instruments puis tout est arrêté. Je prends le magasin de l'appareil photo qui a pris des vues automatiquement sur l'objectif et nous prenons le car qui nous attend pour aller faire le compte rendu du vol.

MES_IMAGES

(source: De Paris à ELVINGTON: auteur:Robert Saubry-Bobet)

Je donne le magasin photo au service concerné. L'aumônier nous offre une tranche de cake et un verre de rhum et nous nous présentons tous les 7 devant l'intelligence service qui nous questionne et qui fait le compte rendu.

Après, retour au mess, repas et puis aller dormir.

Voila en gros ce qu'était une mission de guerre, bien que chacune aie son aventure différente: La RUHR étant très défendue, nos appareils semblaient des insectes dans du Flytox.

MES_IMAGES

Ce qui reste de tout cela dans nos esprits:Une grande considération pour l'organisation anglaise,le sentiment d'avoir,sans haine(les adversaires faisaient le leur),les amitiés intactes avec les survivants, et le souvenir de tous les copains disparus.

Nous avons retrouvé une stèle commémorant la place de la chute d'un appareil en pleine campagne prés de gisors(stèle entretenue par les habitants du village) dont le pilote était mon 1er moniteur.

MES_IMAGES

(collection: Bernard BAL)

Stage de Bombardier

A.F.U. école des navigateurs et bombardiers situé a DUMFRIES (ECOSSE)

De gauche a droite sur la photo:

GODEFROY,TOLU,MAIRIN,(démissionnaire)

BAL,Jean de GENNES,SUSBIELLE,DELRIEU.

VEZOLLE,CAPARROS,JACQUOT, LAUTOUR, TOURNE.(démissionnaire)

(Récit du Bombardier: GEORGES BAL collection:Bernard BAL. merci BERNARD Pour le souvenir de nos Anciens)

Posté par DUCAPHIL à 10:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


06 février 2013

LES SAMEDIS DE L'HISTOIRE DE LA 3AF

LES SAMEDIS DE L'HISTOIRE DE LA 3AF

Samedi 23 Février 2013 (14h30)

MUSEE DE LA CARTE

A JOUER D'ISSY

Gustave EIFFEL

GEANT DE L'AERODYNAMIQUE

Conférence de Martin PETER.

SamHist_2_13 

img293

 img292

img294

 

Posté par DUCAPHIL à 15:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

07 février 2013

LES SPECIALISTES DANS LES GROUPES LOURDS

LES SPECIALISTES DANS

LES GROUPES LOURDS

39100486

Chaque Halifax, avant de partir en mission, requiert les soins d'une trentaine de spécialistes: mécaniciens moteur, armement, radio, radar, équipement, soutiers, conducteurs.

Au sol, une équipe de mécaniciens s'affaire dès son arrivé et ne quitte qu'au départ pour une nouvelle mission, et encore le confie-t-elle au mécanicien navigant qui contrôle les moteurs et l'alimentation en carburant pendant la durée du vol.

Le matériel est robuste et d'un entretien facile. Chaque spécialité effectue l'inspection journalière de l'équipement dont il est chargé. Avant le départ, les membres de l'équipage disposent encore de près d'une heure pour vérifier les instruments ou les armes de bord. Au moment d'enlever les cales, le pilote, en signant le registre de l'avion, certifie que tout est paré. Et à la minute précise le Halifax quitte le "dispersal" et prend sa place dans la caravane de bombardier qui se dirigent vers la piste d'envol.

 

img203

 Les servitudes d'un groupe de bombardiers lourds sont nombreuses et nécessitent un personnel nombreux. Voici les différentes équipes dont la mise en oeuvre a été nécessaire pour le maintien en état de vol des avions et des équipements:

Equipe de mécaniciens avion et moteur, spécialistes électriciens, instruments de bord, armuriers, radio, radar, photo, parachutes et dinghies, chargés de l'entretien journalier.

 

img133

(collection: Richard BOURGEOIS)

Un nombre égal d'équipes de même spécialistes destinées aux inspections périodiques, équipes des spécialistes des installations hydrauliques, réparations ayant la charge de panser les blessures faites par la flak; pleins essence, huile, oxygène, azote; d'atelier chargé de l'entretien et de la remise en état des matériels de servitude.

Une véritable fourmilière de 850 mécaniciens, commandée par 8 officiers des différentes spécialités, coordonnée par le commandement technique de la station (le commandant CHURET).

Chaque avion demande environ, uniquement pour l'entretien journalier: 50 heures-hommes s'il ne vole pas; 80 heures-hommes de travail, s'il vole.

Il nous paraît utile de signaler que, grâce à l'esprit de compréhension de tous, un esprit de collaboration s'est établi entre les équipages et les mécaniciens, qui a été un des facteurs, essentiels de la réussite des groupes lourds.

(source: FRANCE D'ABORD - Organe de la Renaissance Militaire Française)

( collection: Jean-Paul CHURET)

--------------------------------------------------------

 

img305

2° classe Raymond GRISOT mécanicien avion et moteurs.

Ecole de cosford, cours de mécanique du 2°classe Raymond GRISOT.

 

img302

img306

img307

img308

img309

img310

img311

img312

Insigne de la 1er escadrille du groupe 1/25 Tunisie

(collection: Benoit GRISOT)

Posté par DUCAPHIL à 11:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

UN ANCIEN NOUS A QUITTE RAYMOND POTHET

 UN ANCIEN NOUS A QUITTE

Raymond POTHET

79464212_o

EQUIPAGE DU Lt CHOURROUT

Halifax III "E"

De gauche à droite:

Mitrailleur-arrière: Sgt Raymond POTHET, Bombardier: S/Lt QUINTANE, Mécanicien: Sgt RESTOUT, Mitrailleur-supérieur: Sgt Georges DUROUX, Pilote: Lt Jean CHOURROUT, Radio: Sgt DIEZ, Navigateur: Asp. HERMAN.

Je viens d'apprendre ce jour par Georges DUROUX son camarades d'équipage, le décès de Monsieur Raymond POTHET, l'inhumation aura lieu le mardi 12 février à Blanquefort près de Bordeaux à 10 heures.

Je souhaite beaucoup de courage à toute la famille dans ces difficiles moments.

Je vous adresse mes sentiments les plus sincères

Ducastelle Philippe

Posté par DUCAPHIL à 21:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 février 2013

UN ANCIEN NOUS A QUITTE MARCEL BAUD 1/25 TUNISIE

Marcel BAUD nous a quitté

 

equipage baud 1-25 tunisie

(collection: Géraldine SAUZET-BAUD)

EQUIPAGE DU S/Lt WELLARD

De gauche à droite:

Mitrailleur-supérieur: Sgt Jean BOGAERT, Mécanicien: Sgt Jean GALEA, Radio: Sgt Marcel BAUD, Pilote: Sgt Paul ROQUE, Navigateur: S/Lt WELLARD (Cdt d'avion) Bombardier: Sgt Henri PRADES, Mitrailleur-arrière: Henry BOURGUND.

Communiquer de Monsieur Paul BOGAERT Président de l'AAA des Groupes Lourds.

Le 22 janvier dernier Mr Marcel BAUD s'est éteint à Cluses (Haute-Savoie) à 92 ans. Radio navigant il était le dernier survivant de l'équipage WELLARD du Tunisie.

Mes plus sincères condoléances à la famille.

Ducastelle Philippe

Posté par DUCAPHIL à 11:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


13 février 2013

AVIS DE RECHERCHE D'UN EQUIPAGE INCONNU

AVIS DE RECHERCHE

d'un équipage inconnu

img024

Photo prise probablement à Bordeaux-Mérignac

(collection: Eve Annette JUAN FORSTER)

img025

img026

Henri JUAN.

(collection: Eve Annette JUAN FORSTER)

Posté par DUCAPHIL à 12:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 février 2013

MON CHER AMI MARCEL RENZINI NOUS A QUITTE

MARCEL RENZINI

Marcel RENZINI

Mécanicien Responsable instructeur des électriciens de bord. 

C'est avec une profonde tristesse que je vient d'apprendre le décès de mon cher ami Marcel RENZINI le 3 avril 2012 à l'âge de 92 ans.

Marcel n'était pas juste une personne formidable, il a toujours été si gentil et si attentionné avec moi quand je l'avais au téléphone. Marcel tu resteras toujours dans mon coeur, il avait été mon premier contact en 2007, il est parti rejoindre ses frères d'armes.

Je présente mes plus sincères condoléances à la famille.

Ducastelle Philippe.

Posté par DUCAPHIL à 15:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

26 février 2013

GRAND PRIX DU TOURISME POUR LE YORKSHIREAIRMUSEUM

GRAND PRIX DU TOURISME 2012/13

POUR LE

YORKSHIRE AIR MUSEUM

reed

A voir sur le lien suivant:

http://www.yorkpress.co.uk/news/10251440.Tourism_award_for_Yorkshire_Air_Museum/

HALIFAX - NP203 à Clifton, York.

Cinquante et un ans après l'accident du Halifax NP203, les membres du Yorkshire Air Museum sont responsables de la création d'une stèle au pied de l'église de Clifton en souvenir des membres d'équipage du NP203 le F/Lt Ian J.A. Cruickshanks et le F/Sgt Victor H. Clare.

 

img715

img716

 

img718

img719

www.yorkshireairmuseum.co.uk

http://rcamc.canalblog.com

Posté par DUCAPHIL à 13:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]