01 mai 2014

Vendredi 2 mai à 15 heures Plaque Yves MAHE 253 Squadron

 

Yves_Plaque

img505

img506

(collection: Nicole ROUSSEAU PAYEN)

Vendredi 2 mai

à 15 heures

Monsieur Bernard Emié Ambassadeur de France en Grande-Bretagne dévoilera une plaque près de St Martin-le-Grand, "l'église en partie détruite dans Coney Street, York, à Yves Mahé, le pilote du 253 Squadron de la R.A.F. Fighter commandant français qui ont attaqué les bombardiers allemands sur York le matin du 29 Avril 1942, sauvant ainsi la ville de la destruction.

http://www.yorkpress.co.uk/news/11181589.display.Plaque_to_honour_heroic_French_pilot_Yves_Mah__/

 

imgID5900408

Monsieur Bernard Emié Ambassadeur de France en Grande-Bretagne

http://www.yorkpress.co.uk/news/11190858.Memorial_to_French_airman_who_saved_city/?ref=var_0

Discours de M. Bernard Emié Ambassadeur de France en Grande-Bretagne.

http://t.co/ovkUZ9H1rd

 

4135266945

Monsieur Bernard Emié Ambassadeur de France en Grande-Bretagne rend hommage au dernier des français qui a sauvé York des bombes nazies.

http://www.yorkshirepost.co.uk/news/main-topics/general-news/honour-at-last-for-frenchman-who-saved-york-from-nazi-bombs-1-6594607

A voir aussi sur le lien suivant:

http://www.york.gov.uk/news/article/535/york_welcome_french_ambassador_to_unveil_civic_plaque

http://www.defense.gouv.fr/air/actus-air/la-ville-anglaise-d-york-honore-l-aviateur-yves-mahe

http://www.ambafrance-uk.org/Ambassador-unveils-York-memorial

York

Les enfants de l'école primaire RC St Wilfrid.

york (3)

Les enfants de l'école primaire RC St Wilfrid et le Colonel Nicolas CHAMBAZ

york (2)

M. Andy DIXON, Colonel Nicolas CHAMBAZ attaché de l'Air, M. Ian REED Directeur du YORKSHIREMUSEUM, M. Bernard EMIE Ambassadeur de France en Grande-Bretagne,

york (4)

??, M. Bernard EMIE Ambassadeur de France en Grande-Bretagne, Colonel Nicolas CHAMBAZ.

york (5)

 Colonel Nicolas CHAMBAZ attaché de l'Air.

 

img507

img508

img509

img510

 

(source: Ian REED www.yorkshireairmuseum.org)

Posté par DUCAPHIL à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


10 mai 2014

31ème ESCADRE GB 1/19 GASCOGNE 2/20 BRETAGNE 1/22 MAROC

 

 31 ème Escadre de bombardement moyen

La 31ème Escadre de bombardement moyen est créée le 24 mai 1944 et commandée par les colonels Chassin, puis Piollet. Elle comprend les GBM 1/19 Gascogne, 2/20 Bretagne, et 1/22 Maroc.

GBM 1/19 GASCOGNE

Bombardement.

Sorties ou missions: 855 - Tués: 26 - Blessés: 2.

Le GBM 1/19 Gascogne, avec ses escadrilles SAL 28 et SPA 79, fait partie de la 31ème Escadre de bombardement moyen.

Installéà Rovigo, le Groupe de reconnaissance 1/19 est équipé de Douglas DB7 depuis fin novembre 1942.Le Groupe rejoint Colomb-Béchar sans avions le 6 janvier 1943. Il part en novembre 1943 pour Médouina, au Maroc, puis devient le Groupe de bombardement moyen (GBM) 1/19 Gascogne le 21 février 1944 à Télergma ou il commence sa transformation sur Marauder. Le 25 mars 1944, il gagne Chataudun-du-Rummel, puis Villacidro en Sardaigne le 5 juin 1944 pour participer aux opérations sur l'Italie le 15 juin 1944, commandé par les commandants Nicot, puis Longuet.

Le GBM 1/19 a eu trois avions abattus par la DCA et a perdu dix-sept hommes.

 

 

edmond garcia Martin Marauder B26 accidenté (2)

(collection:  Yves GARCIA)

B-26 MARAUDER accidenté du 1/19 GASCOGNE.

CITATIONS

A l'ordre de l'armée aérienne.

VIGIER (Marc), capitaine du G.B. 1/19 "Gascogne"; officier pilote de classe toujours volontaire, faisant preuve d'un allant remarquable au combat. A, depuis sa précédente citation, effectué de nombreuses missions sur l'Ouest et le Sud de l'Allemagne. S'est particulièrement distingué le 25 mars 1945, lors de l'attaque d'une usine important, où la formation eut plusieurs avions touchés par une Flak Lourde, intense et précise.

 ----------------------------------------------------------------------

GB 1/19 GASCOGNE

en Indochine 

Pierre ALIBERT 1-32 BOURGOGNE

??, Cdt Pierre ALIBERT commandant de groupe du 1/19 GASCOGNE en Indochine en 1953 basé à Tourane.

Placé en congé de fin de campagne en décembre 1954, en 6 mois il totalisera 137 missions de guerre, dont certaines sur Dien Bien Phu.

Il continuera sa carrière jusqu'au grade de Général de Division Aérienne.

Le Général Pierre ALIBERT est surtout resté "célèbre" pour ses actions dans la résistance, car ayant en charge les maquis du Vercors d'abord et des Pyrénées ensuite, il a oeuvré pour la libération de nombreuses villes dont Toulouse.

(collection: Laurent ALIBERT)

Vidéo sur le 1/19 GASCOGNE en Indochine.

http://www.ina.fr/video/CPF89004284/indochine-opération-aeroportee-video.html

-----------------------------------------------------------

GBM 2/20 BRETAGNE

Bombardement.

Sorties ou missions: 1.009 - Tués: 7 - Prisonniers: 6.

En janvier 1943 (au terme des opérations du Fezzan qui ont permis au général Leclerc de rejoindre la VIIIe armée britannique opérant en Libye), le groupe de bombardement II/20 Bretagne arrive en Tunisie.

Malgré leur épuisement et la fatigue de leur matériel, les équipages, à peine achevée la campagne du désert, espèrent prendre part aux combats qu'Anglais, Français et Américains livrent aux débris de l'armée Rommel. Mais la Royal Air Force ne peut fournir au II/20 le matériel neuf, indispensable à la reprise de la lutte.

Des négociations sont alors entreprises avec l'U.R.S.S. pour envoyer le groupe de bombardement II/20 en Russie, où il opérait aux côtés du groupe de chasse Normandie. Les pourparlers semblent devoir aboutir: au mois d'août 1943, la formation est dirigée sur la Syrie. Basée à Rayack, elle attend l'ordre de départ pour Moscou. L'ordre arrive, mais la destination est Télergma, en Afrique du Nord; le groupe Bretagne sera équipé avec des "Marauder" B.26. C'est avec ces bombardiers Marauders que les équipages du Bretagne combattront bientôt en Italie, en France et en Allemagne.

 

TUNISIE

 

104297297_o

(collection: famille Le SAULNIER)

Au centre de la photo le Cne Loïc Le Saulnier 6 ème en partant de la gauche, le B-26 G MARAUDER 44-67855 N°41 GT 2/20 BRETAGNE.

104297356_o

 http://halifax346et347.canalblog.com/archives/2015/05/23/32102714.html

CITATIONS

A l'ordre de l'armée aérienne.

CANEPA (Georges), lieutenant, du groupe 2/20 "Bretagne"; bombardier, chef de section et de formation dont l'éloge n'est plus a faire, l'un des meilleurs éléments des formations de bombardement moyen. Vient de remporter au cours des dernières opérations contre l'Allemagne et la poche de Royan, 13 succès dont les principaux ont été l'attaque très dure de la ligne Siegfried le 15 mars, celle d'un pont du Neckar le 23 mars, celles d'une ville fortifiée défendue par une D.C.A. intense le 10 avril, les attaques des défenses de Royan les 14 avril, 16 avril, enfin les missions sur une série de dépôts dont le plus important était un dépôt de munitions qui fut atteint en plein le 25 avril.

---------------------------------------------

1/22 MAROC

Bombardement.

Sorties ou missions: 1.228 - Victoires: 2 chasseurs - Tués: 8 - Disparus: 10.

Le GBM 1/22 Maroc, avec ses escadrilles VB 109 et VB 125, fait partie de la 31ème Escadre de bombardement moyen.

Lors du débarquement allié, le GR 1/22 se trouve à Rabat puis, en février 1943, à Oued-Zem (Maroc) où il fusionne avec la 2 ème escadrille du GR 1/52. Après une brève campagne à Thélèpte, en Tunisie, les équipages suivent un stage de transformation sur matériel américain à Rabat.

Constitué le 1er septembre 1943, le GBM 1/22 Maroc, commandé par les commandants Albertus, puis de Bernardy, est le premier à s'entrainer sur Marauder à Télergma. Il est en janvier 1944 à Châteaudun-du-Rummel. Il arrive à Villacidro le 15 mars 1944. Il effectue la première des opérations de guerre des Marauder le 29 mars 1944 sur Porto Ferrajo en Italie.

Le GBM 1/22 a eu un avion abattu par la D.C.A. et a perdu six hommes.

______________________________

Le groupe de reconnaissance I/22 trouve ses origines dans le 1er groupe du 22e régiment d'aviation de bombardement, dont les 1re et 2e escadrilles avaient hérité les insignes et les traditions des escadrilles n°109 et n°125 de la Grande Guerre, respectivement. Basé à Chartres en 1922, ce régiment fut transformé en 1932 en escadre d'aviation lourde de défense, le 1er groupe perdant une des trois escadrilles qui formaient (la 101) en décembre 1935.

Équipé d'Amiot 143, le I/22 effectua un voyage en Afrique du Nord au milieu de 1936, et la 22e escadre quitta le terrain de Chartres pour celui d'Orléans-Bricy à la fin de cette même année. En octobre 1938, le groupe commença à réceptionner des Bloch MB.131 et fut transformé, tout comme l'autre composante de la 22e escadre, en formation de reconnaissance.

 

TAÏB Souvenir de Chatel-Mois d'Avril

Souvenir de Chatel .

 (collection: Famille TAÏB)

Envoyé à Chatel-Chéhéry, près de Varennes-en-Argonne, le 31 août 1939, il fut intégré dans les forces aériennes 102, mises à la disposition de la IIe armée terrestre, et, dès la déclaration de guerre, il commença à accomplir des missions photographiques. Le 15 septembre suivant, le I/22 prit en compte trois Potez 63.11, appareils modernes destinés à remplacer progressivement ses Bloch MB.131. Passé le 10 décembre de la même année sous les ordres du commandant Nast, successeur du commandant Lucques, il fut entièrement transformé sur Potez 63.11 quelques jours plus tard.

TAÏB 1944-1945 Guerre- Maraudeur 2

(collection: Famille TAÏB)

Puis , le 23 février 1940, l'unité fut cantonnée à Metz, où elle passa sous la responsabilité des forces aériennes 103 de la IIIe armée. De là, elle accomplit de nombreuses sorties de reconnaissance photographiques pour le compte des formations terrestre, et, quand survint l'attaque allemande à l'ouest, le 10 mai suivant, elle effectua plusieurs missions au-dessus du Luxembourg.

TAÏB Vassincourt 3ème escadrille-guerre 1939-1940-Mois de juin

Vassincourt 3ème escadrille juin 1939/1940.

(collection: Famille TAÏB)

Le 12 juin suivant, le I/22 fut informé qu'il devait gagner la base de Toul-Ochey; il dut se replier sur Lyon-Ambérieu deux jours plus tard. Il rejoignit Montélimar le 17 du même mois et rallia Lézignan le lendemain.

TAÏB img491

 

(collection: Famille TAÏB)

Ayant reçu l'ordre de gagner l'Afrique du Nord, le groupe I/22 s'installa à Oulad-Okba, au Maroc, avec ses Potez 63.11. Commandée par le commandant Hartemann, cette formation fut transformée sur Glen Martin 167F à la fin du mois de juin 1940 et effectua en juillet suivant de nombreuses missions de reconnaissance au-dessus de Gibraltar.

TAÏB img481

(collection: Famille TAÏB)

Réorganisé le 1er août par fusion avec le I/52 et renforcé par des éléments du I/35, le I/22 fut basé à Rabat au terme de ce mois. Gibraltar ayant été bombardé par l'aviation française le 24 septembre, il participa avec ses Glenn Martin au contrôle des résultats et poursuivit ses survols de la possession britannique pendant les journées suivantes. En juin-juillet, plusieurs appareils partirent pour la Syrie en vue d'y renforcer le groupe I/39.

TAÏB img481a

(collection: Famille TAÏB)

Puis, en mai 1942, le I/22 commença à passer sur Lioré-et-Olivier 45, et, le 1er juin suivant, il fut intégré dans le groupement mixte de Casablanca. Toujours basé à Rabat quand survint le débarquement allié en Afrique du Nord (8 novembre 1942), le groupe vit plusieurs de ses Le0 45 détruits au sol par des chasseurs embarqués anglo-américains.

Une réorganisation de l'aviation d'Afrique du Nord aboutit, le 1er janvier 1943, à la fusion de la 2e escadrille du groupe I/52 avec le I/22, qui subit une profonde restructuration en février suivant. Commandé par le commandant Esparre, le groupe gagna Oued Zem et rallia Biskra en avril pour prendre part à la campagne de Tunisie. En mai et juin de la même année, le personnel du I/22 accomplit un stage à Rabat-Salé pour s'y familiariser avec le matériel américain. Le 1er septembre suivant, le groupe adopta la dénomination de groupe de bombardement moyen I/22 Maroc.

edmond garcia Martin Marauder B26 (9)

Un départ en mission des B26 MARAUDER.

(collection: Yves GARCIA)

 LES OPERATIONS AERIENNES

EN ITALIE ET DANS LE SUD-EST DE LA FRANCE

de l'atomne 1943 au 14 août 1944.

Le groupe de bombardement moyen I/22 Maroc exécute sa première mission au-dessus de l'île d'Elbe.Il attaque ensuite quotidiennement l'Italie. Après avoir bombardé les chantiers maritimes de Riva-Trigosa, les équipages français de Marauder B.26 prennent partie les communications routières de l'ennemi.

Ils détruisent les ponts sur la rivière Magra ainsi que ceux de Certaldo et de Pontassieve.

Le 28 avril, le viaduc de Pittechio, appelé le "grand-père des objectifs difficiles", est rompu par nos Marauder.

Le groupe de bombardement I/22 Maroc accomplit, le 12 mai, une mission des plus difficiles: malgré le tir violent et précis de 160 pièces de Flak, nos Marauder anéantissent le poste de commandement de la division allemande aéroportée à Castrocielo, au nord d'Aquina.

Douze jours plus tard, le groupe de bombardement II/20 Bretagne, dont les équipages ont terminé, en Afrique du Nord, leur entraînement sur Marauder B.26 rejoint le groupe Maroc à Villacidro. L'arrivée du Bretagne marque la naissance de la 31e escadre de bombardement moyen qui sera complétée ultérieurement par le groupe I/19 Gascogne.

Puis, c'est le groupe de bombardement I/19 Gascogne qui atterrit à Villacidro où se trouvent déjà les groupes Maroc I/22 et Bretagne II/20. La 31e escadre de bombardement est désormais au complet.

Enfin les trois groupes de bombardement I/32 Bourgogne, II/52 Franche-Comté, II/63 Sénégal quittent l'Afrique du Nord pour Villacidro où ils forment la 34e escadres de bombardement moyen qui va lutter aux côtés de la 31e escadre.

Depuis le Ier juillet, la 31e escadre de bombardement moyen bombarde les arrières ennemis dans l'Italie du nord, faisant sauter les ponts, les dépôts d'essence et de munitions. Malgré la Flak, elle attaque également les défenses de la ligne gothique.

Le 26 septembre 1944, après avoir détruit, au cours de sa dernière mission, un pont routier au sud de Pavie, l'escadre, pour qui la campagne d'Italie est terminée, quitte Villacidro pour Istres. Elle a mérité cette citation à l'ordre de l'armée aérienne.

 

B26 MARAUDER

 

Première unité française de bombardement engagée à partir de mai 1944 sur le théâtre méditerranéen. A su, d'emblée, se placer haut dans l'estime du commandement et des camarades de combat alliés par l'efficacité de sa manoeuvre, la valeur et l'allant de ses équipages, la compétence et le dévouement de ses techniciens et de ses services.

S'est particulièrement distinguée, de mai à juillet , sous le commandement du colonel Piollet, par la qualité de ses bombardements sur les points sensibles des communications ennemies en Italie centrale et septentrionale, puis, au mois d'août, par l'appui qu'elle a apporté, sous le commandement du lieutenant-colonel Gelée, aux opérations de débarquement et à l'offensive de la libération dans le sud-est de la France.

Au cours de plus de 2.000 sorties de guerre, effectuées de mai à septembre, a dû souvent, pour atteindre ses objectifs, affronter les tirs d'une D.C.A. dense et ajustée, notamment les 18 et 19 août, où, respectivement, 19 appareils sur 23 et 16 sur 19 sont atteints et un abattu.

A chaque fois, vengé ses pertes, portant, pendant la même période, sur les objectifs qui lui ont été assignés, plus de 3.000 tonnes de bombes.

Le 3 août 1944, le groupe de bombardement II/52 Franche-Comté est engagé sur le front d'Italie, aux côtés de la 31e escadre. Il attaque, pour débuter, le pont de Moncalieri-Turin. Puis, au cours de nombreuses missions, il détruit des ponts dans la plaine du Pô et incendie les dépôts d'essence de Bologne.

Le 7 septembre, les trois  groupes I/32, II/52 et II/63 constituant la 34e escadre française de bombardement prennent place parmi ceux de la 42e escadre américaine.

Le 9 septembre, le groupe II/63 Sénégal est chargé, pour sa première mission sur l'Italie, de couper le pont de Ruibera. Jusqu'au 26 septembre, il attaque les voies de communications et les objectifs qui n'ont pas été détruits au cours des missions précédentes.

Du 26 août au 30 septembre, le groupe I/32 Bourgogne accomplit 9 missions de guerre, larguant plusieurs centaines de tonnes de bombes sur les défenses ennemies de la ligne gothique et sur les objectifs militaires de l'Italie du nord.

 

(3) edmond garcia Martin Marauder B26 (3)

(collection: Yves GARCIA)

 

L'attaque des voies de communications

(24 juillet - 5 août)

Le 24 juillet, les bombardiers moyens (6 Marauder du groupe I/19) attaquent le pont de chemin de fer de Vintimille, objectif d'une grande importance stratégique. Le lendemain, les mêmes appareils, renforcés par ceux du groupe I/22, pilonnent à nouveau le pont. Les photographies, prises le 26 juillet, par l'aviation de reconnaissance révèlent qu'une arche est complètement détruite.

Le 2 août, 6 bombardiers du groupe I/22 attaquent un pont de voie ferrée à Gilette (10 kilomètres au nord de Nice). Deux jours plus tard, le même objectif est bombardé par une formation du groupe II/52.

L'attaque des terrains

(6 - 9 août)

L'offensive contre les terrains débute le 6 août par un raid de la 4e escadre sur les terrains de Cuers-Pierrefeu, Valence et Aix-les-Milles.

Le même jour, poursuivant la destruction des voies de communications, 26 appareils de la 31e escadre et 10 du groupe II/52 bombardent le pont de chemin de fer d'Arles et le détruisent presque entièrement.

L'attaque des défenses côtières

(10 - 14 août)

L'effort principal de nos bombardiers est dirigé ensuite contre les défenses côtières établies par les Allemands entre Nice et Marseille. Le 10, plusieurs formations de la 31e escadre attaquent les batteries des Iles d'Hyères; le 11 et 12, les avions du groupe 2/52 bombardent les batteries du Cap Canerat. Le 13, les fortifications de la presqu'île de Giens sont pilonnées par les quatre groupes de Marauder.

Le 14 août, veille du débarquement, les batteries des îles du Levant subissent l'attaque des bombardiers français. Au soir de cette journée, de nombreux Marauder sont détachés à Alghero, dans le nord-ouest de la Sardaigne, d'où ils partiront le 15, à l'aube, pour appuyer les forces de débarquement.

(Source: LES FORCES AERIENNES FRANCAISES de 1939 à 1945)

 Citations

A l'ordre de l'armée aérienne.

TAÏB 1944-1945 Guerre -Maraudeur 3

De gauche à droite:

André TAÏB,

(collection: Famille TAÏB)

TAÏB 1944-1945 Guerre- Maraudeur 1

De gauche à droite:

André TAÏB,

(collection: Famille TAÏB)

 CITATIONS:

M. BUTTIN - M. CHAUMIENE.

TAÏB (André-Alphonse), sergent du groupe de bombardement 1/22 "Maroc"; sous-officier radio-mitrailleur d'une grande valeur professionnelle et d'un allant remarquable au combat, a toujours fait preuve des plus belles qualités de courage et d'endurance au cours des nombreuses missions effectuées sur le front allemand. A participé notamment le 12 décembre 1944 à l'attaque d'un pont voie ferrée, le 8 février 1945 à celle d'une gare de chemin de fer, le 14 février 1945 à la destruction d'une usine de munitions, alors qu'une D.C.A. dense et précise atteignait de nombreux avions de sa formation.

CLOTES (Louis-Laurent), sergent, du groupe de bombardement 1/22 "Maroc"; sous-officier mécanicien -mitrailleur, dont la conscience professionnelle n'a d'égale que son ardeur au combat. A effectué de nombreuses missions de bombardement sur le front d'Allemagne, manifestant à cette occasion tout son courage et son endurance. A participé aux attaques des 14, 15 et 16 mars 1945 contre des objectifs défendus par une D.C.A. très violente qui atteignit plusieurs avions de sa formation et aux missions particulièrement réussies des 25 mars, 9, 10 et 20 avril.

PACAULT (Maurice-Laurent), sergent du groupe de bombardement 1/22 "Maroc"; sous-officier radio-mitrailleur d'une grande valeur professionnelle et d'un bel allant au combat. A manifesté beaucoup de courage et d'endurance au cours des nombreuses missions effectuées sur le front d'Allemagne. A participé les 14, 15 et 16 mars 1945 aux bombardements de dépôts de munitions et de positions fortifiées, où la D.C.A. ennemie très violente atteignit de nombreux avions de sa formation et aux missions particulièrement réussies des 25 mars, 9 et 20 avril.

DECASTILLE (René-Nicolas), adjudant du groupe de bombardement 1/22 "Maroc"; sous -officier radio-mitrailleur remarquable par sa valeur professionnelle et sa belle ardeur au combat. A effectué du 14 février au 25 avril 1945 de nombreuses missions sur le front d'Allemagne, au cours desquelles il a toujours fait preuve des plus belles qualités de sang-froid et d'endurance, même dans les moments les plus difficiles, alors que la D.C.A. ennemie était particulièrement violente. A participé aux attaques du 14 février 1945 contre une usine d'essence synthétique, du 14 mars contre un dépôt de munitions, qui furent couronnées de succès malgré le feu nourri de la défense adverse qui atteignit plusieurs avions de la formation.

HY (Robert-Michel), aspirant, du groupe de bombardement 1/22 "Maroc"; sous-officier pilote alliant à une grande habilité professionnelle un allant remarquable au combat. A fait preuve de belles qualités de courage et d'endurance au cours des nombreuses missions de bombardement effectuées sur le front d'Allemagne. A contribué notamment au succès des attaques du 14 février, 15, 16 mars, 9 et 20 avril 1945, contre des objectifs fortement défendus par la D.C.A.

BONNEAU (Joseph), aspirant du groupe de bombardement 1/22 "Maroc"; sous-officier pilote d'une grande habileté professionnelle. A fait preuve de belles qualités de courage et d'endurance au cours de nombreuses missions de bombardement effectuées sur le front d'Allemagne. A contribué, notamment les 14 15 et 16 mars 1945, à la destruction d'objectifs fortement défendus par la D.C.A. ennemie, ainsi qu'à la réussite complète des missions des 25 mars, 9 10 et 20 avril.

PEYRONNET (Françis-Raymond), aspirant, du groupe de bombardement 1/22 "Maroc"; sous-officier pilote qui a toujours montré beaucoup d'allant au combat. A fait preuve de belles qualités de sang-froid et d'endurance au cours de nombreuses missions de bombardement effectuées sur le front d'Allemagne. A contribué, notamment les 14, 15 et 16 mars 1945, à la destruction d'objectifs fortement défendus par la D.C.A. ennemie ainsi qu'à la réussite complète des missions des 25 mars, 9 et 20 avril.

PAIRRAUD (Jean-Pierre-Henri), aspirant, du groupe de bombardement 1/22 "Maroc"; aspirant navigateur d'un équipage guide de peloton d'excellentes qualités professionnelles et animé d'une belle ardeur au combat. A su acquérir la pleine confiance de son équipage par la précision de sa navigation. A participé du 22 janvier au 25 avril 1945, à de nombreuses missions sur le territoire allemand au cours desquelles il a fait preuve des plus belles qualités de sang-froid et d'endurance, malgré les violentes réactions de la D.C.A. ennemie. A contribué notamment au succès des attaques du 24 février et du 25 mars 1945 contre des usines, des 8,9 et 25 avril 1945 contre des dépôts de carburant et de munitions.

LENOIR (Louis-Elie), aspirant, du groupe de bombardement 1/22 "Maroc"; sous-officier pilote ayant toujours fait preuve de belles qualités au combat. A effectué de nombreuses missions de bombardement sur le front d'Allemagne au cours desquelles se sont manifestées son ardeur et son endurance. En particulier, a contribué les 14 et 16 mars 1945, à la destruction d'objectifs importants fortement défendus par la D.C.A. ennemie, ainsi qu'à la réussite complète des missions des 26 mars, 9, 10 et 20 avril.

LECLERC (Louis-Noël), aspirant, du groupe de bombardement 1/22; sous-officier bombardier d'une grande conscience professionnelle et d'un allant remarquable au combat. A effectué de nombreuses missions de bombardement sur le front d'Allemagne au cours desquelles il a fait preuve de belles qualités de sang-froid et d'endurance. A contribué, notamment le 14 mars 1945, à la destruction d'un dépôt de munitions; les 15 et 16 mars, à l'attaque de positions fortifiées ennemies objectifs fortement défendus par la D.C.A. et au succès des missions des 9, 10 et 20 avril.

HOVELACQUE (François-Marie), aspirant, du groupe de bombardement 1/22 "Maroc"; pilote adroit, infatigable et courageux, volontaire pour toutes les missions; a participé du 14 mars au 25 avril 1945, à de nombreux bombardements sur le front allemand au cours duquels il a fait preuve des plus belles qualités d'endurance et de maîtrise de soi. A contibué notamment à la destruction de dépôt de carburant et de munitions, d'ouvrages fortifiés, d'usines et de gares de chemin de fer, objectifs généralement défendus par une D.C.A. très active.

DUCHEIX (Louis-Françis), sous-lieutenant, du groupe de bombardement 1/22 "Maroc" officier pilote remarquable par son habileté, sa conscience professionnelle et son allant au combat. A fait preuve de belles qualités de sang-froid et d'endurance au cours des nombreuses missions de bombardement effectuées sur le territoire allemand. A participé, notamment le 14 février 1945, à la destruction d'une fabrique d'essence synthétique, et le 25 mars 1945 à l'attaque d'un atelier de réparation de véhicules, objectifs fortement défendus par la D.C.A. A contribué à la réussite des missions des 9, 10, 20 et 25 avril sur des ouvrages fortifiés, des dépôts de carburant et munitions.

HENRY (Georges), sous-lieutenant, du groupe de bombardement 1/22 "Maroc"; officier navigateur de grande valeur professionnelle et plein d'ardeur au combat. A effectué, du 15 août 1944 au 16 avril 1945 de nombreuses missions de bombardement sur le front méditerranéen et sur le front de l'Allemagne, au cours desquelles il a manifesté beaucoup d'habileté et de courage. A participé notamment aux attaques du 17 août 1944 contre un pont de voie ferrée, du 20 août 1944 contre des batteries côtières, du 23 septembre 1944 contre un dépôt d'essence, du 14 mars 1945 contre des ouvrages fortifiés fortement défendus par une D.C.A. dense et précise.

SAVOYE (Michel-Henry-Gaëtan), sous-lieutenant du groupe de bombardement 1/22 "Maroc"; officier pilote dont la valeur professionnelle n'a d'égale que son ardeur au combat. Du 10 septembre 1944 au 16 avril 1945, a effectué de nombreuses missions de bombardement sur l'Italie et sur l'Allemagne dans des conditions rendues souvent difficiles par de mauvaises conditions atmosphériques et une violente réaction de la D.C.A. ennemie. A fait preuve notamment de beaucoup de courage, d'habileté et d'endurance dans l'attaque de positions fortifiées les 11 septembre 1944 et 15 mars 1945; de gare de chemin de fer le 8 février 1945, qui eut un plein succès malgré le feu violent de la défense adverse qui atteignit de nombreux avions de la formation.

GUTH (Georges-Marie), sous-lieutenant, du groupe de bombardement 1/22 "Maroc"; officier bombardier d'une grande conscience professionnelle et d'un allant remarquable au combat. A fait preuve de belles qualités de sang-froid et d'endurance au cours de nombreuses missions effectuées sur le front d'Allemagne. A contribué au succès des attaques des 14, 15 et 16 mars 1945 contre des dépôts de munitions et positions fortifiées qui étaient violemment défendus par la D.C.A. ennemie, ainsi qu'à la réussite des missions des 25 mars, 9 et 10 avril.

GOUTTE (Jean), sous-lieutenant, du groupe de bombardement 1/22 "Maroc", officier bombardier guide de formation remarquable par son sang-froid, son habileté et la précision de ses tirs. A effectué du 10 septembre 1944 au 25 avril 1945 de nombreuses missions de bombardement sur le front d'Italie et le front d'Allemagne, au cours desquelles il a fait preuve de la plus grande habileté professionnelle et d'un mépris total du danger. S'est particulièrement distingué le 11 septembre 1944 en effectuant un bombardement d'une grande précision sur des positions de défense d'une ligne fortifiée alors qu'un feu nourri de D.C.A. atteignait de nombreux avions de la formation. A contribué, d'autre part, par son tir très ajusté, à la destruction d'ouvrages fortifiés les 10, 15 et 16 avril 1945.

GILLOT (François), lieutenant, du groupe de bombardement 1/22 "Maroc"; officier bombardier guide de formation de très grande classe remarquable par son ardeur au combat et le fanatisme avec lequel il se donne à un métier au service duquel il a mis ses magnifiques qualités morales et intellectuelles. S'est particulièrement distingué au cours des missions des 16, 18, et 20 avril sur des aérodromes et des dépôts en Allemagne où les bombardements obtinrent un plein succès grâce à la précision de ses tirs.

KAMMERER (René-Gilbert), lieutenant, du groupe de bombardement 1/22 "Maroc"; officier bombardier de grande valeur, fanatique de son métier, doué d'un sang-froid remarquable. S'est distingué par la précision de son tir, sa conscience professionnelle et son mépris du danger au cours de nombreuses missions de bombardement qu'il a effectuées sur le front d'Allemagne du 1er janvier au 11 avril 1945, dans des secteurs particulièrement bien défendus par la D.C.A. ennemie. A contribué notamment à la destruction d'une gare le 8 février, d'usines les 14 février et 25 mars 1945, alors qu'un feu violent de la défense adverse atteignait plusieurs avions de sa formation.

GELIN (Charles), capitaine du groupe de bombardement 1/22 "Maroc"; officier pilote guide de peloton et de formation qui a toujours fait preuve d'excellentes qualités au combat pendant la campagne 1944-1945. Plein d'allant, cherchant sans cesse à se perfectionner, a mené son escadrille au combat avec une ténacité et un ordre remarquable. S'est tout particulièrement distingué le 14 mars 1945 dans l'attaque d'un dépôt de munitions allemand, et les 15 et 16 mars au cours de missions en appui direct des troupes à terre sur une ligne de fortifications importante où les résultats brillants qui furent enregistrés malgré d'importantes réactions de D.C.A. permirent la percée de nos troupes.

LE SAULNIER (Loïc), capitaine du groupe de bombardement 1/22 "Maroc", officier pilote guide de formation qui a obtenu des résultats particulièrement brillants au cours des dernières missions effectuées sur le front d'Allemagne. A su mener dans d'heureuses conditions sa formation sur des objectifs dont l'attaque était souvent rendue difficile en raison de mauvaises conditions atmosphériques et de violentes réactions de D.C.A. S'est distingué, notamment le 14 mars 1945, dans l'attaque d'un dépôt, et le 10 avril dans l'attaque d'une zone fortifiée qui fut l'objet d'un tir remarquablement précis.

FOUCAUT (René-Léon-Henri), sergent du groupe de bombardement 1/22 "Maroc"; jeune sergent radio-mitrailleur de très grande valeur, alliant aux plus belles qualités de combattant une valeur professionnelle remarquable. A exécuté de très nombreuses missions de bombardement en territoire ennemi et s'est particulièrement distingué au cours de celles des 22 février, 3 mars, 9, 10 et 20 avril sur des ouvrages de défense et des dépôts ennemis, où la réaction de la D.C.A. fut très violente et le 15 mars, où son avion fut criblé d'éclats par une D.C.A. remarquablement dense et précise.

CASTAINGS (Jean-Marie), sergent, du groupe de bombardement 1/22 "Maroc"; sous-officier mitrailleur dont les connaissances techniques et le sang-froid sont un élément de sécurité pour la formation. A participé à de nombreuses bombardements d'objectifs en territoire ennemi. A toujours conservé le plus grand calme, bien que son appareil fut sérieusement endommagé par la D.C.A. En particulier les 15 et 16 avril, sur des ouvrages de défense avancés ennemie, et les 10, 11, 18, 19 et 20 avril, sur des aérodromes et des dépôts en Allemagne.

FIDENCY (Camille-Jean-Baptiste), sergent, du groupe de bombardement 1/22 "Maroc"; sergent pilote de très grande valeur, remarquable par son fanatisme et son acharnement à toujours mieux faire. S'est particulièrement distingué au cours des missions des 31 mars, 9 et 10 avril sur des ouvrages de défense et des dépôts ennemis, où la réaction de la D.C.A. fut très violente et le 15 mars, où il a ramené à sa base un avion criblé d'éclats par une D.C.A. remarquablement dense et précise.

DECOMBAS (Pierre-Marie-Louis), sergent du groupe de bombardement 1/22 "Maroc"; sous-officier radio-mitrailleur qui a toujours beaucoup d'ardeur au combat. A effectué de nombreuses missions de bombardement sur le front de l'Allemagne au cours desquelles il a fait preuve de belles qualités de sang-froid et d'endurance. A participé aux attaques des 14, 15 et 16 mars 1945 contre des objectifs défendus par une D.C.A. très violente qui atteignit de nombreux avions de sa formation ainsi qu'aux missions particulièrement réussies des 25 mars, 9, 10 et 20 avril.

DOUBLIER (Firmin-Georges), sergent du groupe de bombardement 1/22 "Maroc"; sous-officier mitrailleur animé d'une grande conscience professionnelle et ardent combattant. A effectué de nombreuses missions de bombardement sur le front d'Allemagne, au cours desquelles il a manifesté beaucoup de sang-froid et d'endurance. A participé en particulier aux attaques des 14, 15 et 16 mars 1945 contre des objectifs défendus par une D.C.A. très violente qui atteignit plusieurs avions de sa formation et aux missions particulièrement réussies des 25 mars, 9, 10 et 20 avril.

COLOMB (Pierre-Claude-Léon), sergent, du groupe de bombardement 1/22 "Maroc"; sous-officier mitrailleur d'une grande conscience professionnelle et d'une belle ardeur combative. A effectué de nombreuses missions de bombardement sur le front d'Allemagne, au cours desquelles il a manifesté beaucoup de courage et d'endurance. A participé notamment aux attaques des 14, 15 et 16 mars 1945 contre des objectifs défendus par une D.C.A. violente qui atteignit de nombreux avions de sa formation ainsi qu'aux missions particulièrement réussies des 25 mars, 9, 10 et 20 avril.

CROCHE (Léopol-Marcel), sergent du groupe de bombardement 1/22 "Maroc"; sous-officier mécanicien mitrailleur animé d'une grande conscience professionnelle et d'une belle ardeur au combat. A fait preuve de beaucoup de courage et d'endurance au cours des nombreuses missions effectuées sur le front d'Allemagne. A participé notamment aux attaques des 14, 15 et 16 mars 1945 contre des objectifs où la D.C.A. ennemie très violente atteignit de nombreux avions de sa formation et aux missions particulièrement réussies des 25 mars, 9 et 20 avril.

EYMARD (Paul-Auguste), sergent, du groupe de bombardement 1/22 "Maroc": mécanicien mitrailleur dont les parfaites connaissances techniques du matériel qu'il utilise lui permirent de s'adapter rapidement aux méthodes de combat. A prouvé sa valeur morale et sa haute conception du devoir lors des bombardements des 11, 18 et 20 avril sur des dépôts et des aérodromes en Allemagne. A montré le plus grand mépris du danger lors de l'attaque du 19 avril sur un aérodrome alors qu'un moteur stoppé, l'avion dut parcourir 250 km en territoire ennemi avant de regagner sa base.

GOMEZ (Sylvestre-Gilbert), sergent du groupe de bombardement 1/22 "Maroc": jeune sergent radio mitrailleur de très grande valeur, alliant aux plus belles qualités de combattant une valeur professionnelle remarquable. A exécuté de très nombreuses missions de bombardement en territoire ennemi et s'est particulièrement distingué au cours de celles des 15 et 31 mars ainsi que des 9 et 10 avril sur des ouvrages de défense et des dépôts ennemis où la réaction de la D.C.A. fut très violent et le 20 avril où son avion endommagé, contraint de quitter la formation en territoire ennemi, a dû atterrir sur un moteur.

LEJEUNE (Jean-Félix), sergent, du groupe de bombardement 1/22 "Maroc": mitrailleur d'un allant incomparable, volontaire pour toutes les missions dangereuses, est un exemple de sang-froid et de courage, conserve un calme imperturbable dans les moments les plus critiques. En outre par sa valeur et sa conscience professionnelle est un élément de premier ordre dans la défense d'une formation. A participé à de nombreux bombardements d'objectifs sévèrement défendus par la D.C.A. ennemie et où son appareil fut criblé d'éclats notamment les 22 août, 9 et 23 février, 10 et 25 avril, sur divers objectifs situés en territoire ennemi dans les zones d'action de la chasse allemande.

VACHEY (Michel-Etienne-Raymond), sergent du groupe de bombardement 1/22 "Maroc": sergent pilote leader de formation de très grande valeur. Exceptionnellement doué, adroit manoeuvrier et acharné à atteindre la perfection. A donné au cours de nombreuses missions de bombardement la mesure de sa valeur professionnelle et de son courage. S'est particulièrement distingué les 10, 20 et 24 avril 1945 où des résultats excellents ont été obtenus malgré la réaction violente de la D.C.A. ennemie, et le 8 avril 1945 où, obligé d'abandonner sa formation sa formation en territoire ennemi, il a réussi à ramener sur un moteur à une base amie, son avion grièvement endommagé.

VINCENT (Lucien-Louis), caporal, du groupe de bombardement 1/22 "Maroc": mécanicien mitrailleur d'une grande conscience professionnelle et combattant enthousiaste. A effectué de nombreuses missions de bombardement sur le front d'Allemagne au cours desquelles il a manifesté beaucoup de sang-froid et d'ardeur. A participé aux attaques des 14, 15 et 16 mars 1945 contre des objectifs défendus par une D.C.A. très violente qui atteignit de nombreux avions de sa formation et aux missions particulièrement réussies des 25 mars, 9 et 20 avril.

 

Posté par DUCAPHIL à 13:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

11 mai 2014

Général Marcel VIGOUROUX

Le Général Marcel VIGOUROUX (1927)

Grand Officier de la Légion d'Honneur

img152

(collection: Roger BOURGEOIS)

Elvington, le commandant Marcel VIGOUROUX, Cdt le Squadron 347, 1/25 Tunisie.

 Nous nous réjouissons aujourd'hui de la promotion au grade de Grand Officier de la Légion d'honneur de notre Camarade VIGOUROUX, Général de Brigade Aérienne, qui nous donne l'occasion de mettre sous les yeux de tous, et des jeunes en particulier, la façon dont le caractère, lorsqu'il est joint par ailleurs aux dons de l'intelligence, arrive à forcer le destin alors même que celui-ci, à l'abord, se montrait avare de promesses, et de retracer sommairement sa carrière aussi brillante qu'elle était, à l'origine, imprévue.

C'est à Saint-Selve, en Gironde, non loin du château de la Brède où erre encore l'esprit de Montesquieu, que naît Marcel VIGOUROUX en 1904. Le village a 500 habitants, le père est boulanger, de trois fils, l'ainé vient de mourir, il reste deux garçons, Marcel est le plus jeune. Tous deux, en principe, sont de futurs boulangers. En attendant ils sont mis pensionnaires au Lycée de Bordeaux. Mais la guerre éclate, le père est mobilisé. Grâce à une bourse Marcel rejoint le Lycée.

La guerre terminée, le père rentré, c'est la boulangerie qui réclame des bras; cependant, sa mère l'espère, Marcel pourra-t-il peut-être devenir pâtissier ou chef cuisinier.

C'est alors que se produit l'évènement: le Professeur BERGONIE, gloire de la Faculté de Bordeaux, qui s'est intéressé à la famille en soignant la mère, a compris que la valeur du jeune Marcel lui permettait de plus vastes perspectives. Il intervient avec autorité et désigne l'objectif: le garçon restera au Lycée où il réussira à tous les concours de bourse, il entrera à l'Ecole Centrale.

Programme exécuté sans défaillance quoique l'intéressé même n'en saisisse pas toutes les conséquences, paraît-il. A partir de 1924 ce sont les trois années d'Ecole, très faciles au point de vue des études, un certificat de Licence de Technique Aéronautique est même cueilli par surcroît, mais très dures quant aux conditions matérielles de l'existence, sans même que ce garçon "qui à vingt ans ne peut gagner sa vie" puisse compter chez les siens sur un appui moral compréhensif.

En 1927, à la sortie de l'Ecole nouvel événement ; volontaire pour l'aviation, Marcel VIGOUROUX obtenait une bourse de pilotage, toujours indispensable et d'un coup découvrait sa vocation, toujours indispensable et d'un coup découvrait sa vocation. Sur le conseil du Commandant de VAUCELLE, Instructeur militaire à l'Ecole, il contractait, pour être Sous-Lieutenant d'Active, un engagement qui le faisait militaire pour trois années. Il devait le demeurer vingt-deux et devenir Général à quarante trois ans.

Cette carrière fulgurante est influencée, semble-t-il, par une singulière dualité de tendances: chez l'Officier, par l'attrait de l'action immédiate, chez ses supérieurs par le souci d'utiliser pleinement des qualités éminentes d'organisateur et de technicien. C'est ainsi que le Général MICHAUT, ayant insisté pour qu'il entre à l'Ecole Supérieure d'Aéronautique; VIGOUROUX en sort après deux ans avec un nouveau diplôme d'Ingénieur et est affecté à un poste technique; mais, volontaire pour l'A.O.F., c'est surtout à l'escadrille, alors lointaine de Gao que le Capitaine VIGOUROUX commence à donner sa mesure, survolant en tous sens l'A.O.F., le Congo belge, Madagascar, tout en construisant des adductions d'eau et des ateliers de réparation, car, en reprenant les termes d'une lettre de félicitation, chez le jeune officier titulaire déjà d'une belle citation: "La gaieté, l'enthousiasme et l'esprit aéronautique" sont joints à "une solide information militaire, technique et administrative".

Nous sommes en 1937, VIGOUROUX considère sa carrière militaire comme terminée. Pour retenir un officier de cette valeur, il faut le tenter. Comment? En lui permettant d'aller comme pilote d'essai à Villacoublay où il vole de jour et de nuit. En 1939, il est chargé des essais du Léo 45 et du Potez 63. Et puis, c'est la guerre.

Passé Commandant, il va au levant former de nouveaux groupes et en Égypte pour recevoir des avions américains. Mais vient l'Armistice. En 1941, VIGOUROUX prend le commandement d'un groupe en Tunisie et lors du débarquement des Alliés, en 1942, son groupe complètement préparé est mis hors d'atteinte de l'ennemi et il coopère à une campagne avec le Tactical Air Command britannique. En 1942, il passe en Angleterre avec son groupe qui devient le Squadron 347 du Bomber Command britannique pour la dure et meurtrière campagne de bombardement sur l'Allemagne.

Le Commandant VIGOUROUX pilote toujours... et s'en tire. Il a maintenant 6 citations et la Distinguished Flying Cross, passe Lieutenant-Colonel et est promu Officier de la Légion d'honneur. La guerre finie, le Colonel VIGOUROUX installera le Centre d'Essais en Vol de Brétigny. D'autres réorganisations s'imposent et il prend le commandement du Service du Matériel de l'Armée de l'Air. Enfin le 25 août 1947, à quarante trois ans, vingt ans après sa sortie de l'Ecole Centrale, il est nommé Général de Brigade Aérienne.

Sur le point de prendre du service dans une carrière civile, on le tente à nouveau en lui offrant le commandement de l'Air à Dakar dans cette Afrique Occidentale de ses débuts que, pleins de souvenirs de jeunesse, il va encore survoler en tous sens. Il pilote encore son retour Dakar-Paris en août 1949, c'est la dernière page de son carnet de vol qui totalise plus de 3.000 heures.

Cette fois VIGOUROUX devait remettre définitivement sa demande de Dégagement  des Cadres pour être mis en congé en janvier 1950.

Après avoir dirigé une Société Marocaine de Matériel Industriel, il est attaché à la Direction des Ascenseurs Roux-Combaluzier. Ces nouvelles fonctions civiles n'ont pas empêché le Général, mis à la disposition du Maréchal JUIN, de participer aux manoeuvres de l'O.T.A.N. et même son ardeur mal éteinte de pilote n'a pu résister au désir de prendre un contact personnel avec les avions à réaction sur lesquels il a réussi maints décollages et atterrissages.

Cette belle histoire qui se termine bien, nous l'avons rappelé avec quelques détails parce qu'elle illustre vraiment les heureux effets de l'union du caractère et de l'intelligence et parce qu'à son origine se place un épisode qui mérite la réflexion de tous. Un Professeur chargé d'honneur sut un jour détourner ses yeux des vastes horizons de la Science et distinguer humainement un simple garçon dont il pressentait dès lors toutes les virtualités qui devaient s'épanouir un jour en une réalité d'abord insoupçonnable pour un esprit moins pénétrant.

(collection: Caroline VILAIN)

Posté par DUCAPHIL à 13:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 mai 2014

LUNDI 12 MAI à 20h45 sur FRANCE 3

1940-1945

LA FRANCE SOUS LES BOMBES ALLIEES

à 20h45 sur FRANCE 3 

get-attachment

Un film de Catherine MONFAJON

Posté par DUCAPHIL à 08:26 - Commentaires [2] - Permalien [#]

13 mai 2014

LE 578 SQUADRON A YORK LE 17 et 18 MAI

SQUADRON 578 (3)

L'Association des anciens et amis du 578 Squadron fêtent à York ce weekend 17 et 18 mai les 70 ans de ce Squadron.

 

squadron 578

Le Squadron 578 à BURN.

squadron 578 (2)

http://www.578squadron.org.uk

Posté par DUCAPHIL à 15:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

20 mai 2014

AVIS DE RECHERCHE DES NOMS DES AVIATEURS

AVIS DE RECHERCHE

des noms des aviateurs sur les photos suivantes:

img072

img070

img069

img071

Lt Albert ROUSSEAU.

(collection: Nicole ROUSSEAU-PAYEN)

Posté par DUCAPHIL à 13:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

La Grande Soirée des Officiers Français York Juillet 2014

La Grande Soirée des Officiers Français

York 2 Juillet 2014

LaGrandeSoireePosterJanLeeming

Célébration de l'anniversaire de l'arrivée de l'Armée de l'Air Française en 1944, à l'endroit même où ils dansaient il y a 70 ans. Évènement du Boulevard St-Léonard, pour le grand départ du Tour de France à York 2014.

La grande Soirée des Officiers Français est un dîner de célébrités constitué de 4 plats avec réception au champagne et une sélection de bons vins offerts par la Jurade de St-Emilion, et sera bercée par la musique du parisien Jean-Jacques Delaunay et son groupe.

Hôtesse de la soirée: Jan Leeming. Tickets: £80 chacun, disponibles au York City Council, téléphone: 01904554100 ou lagrandesoiree@york.gov.uk. Des tables de 10 peuvent être mises à disposition. Tenue de soirée (cravate noire,robe de cocktail/uniforme - les médailles peuvent être portées.

Posté par DUCAPHIL à 16:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mai 2014

JEUDI 5 JUIN 2014 DOCUMENTAIRE SUR TF1 DU DEBARQUEMENT A LA LIBERATION DE PARIS

 

img098

JEUDI 5 JUIN

Un documentaire sur TF1

Sacrifice:

du débarquement à la libération de Paris

Réalisation: Isabelle Clarke, Daniel Costelle et Frédéric Lumière

Le Groupe Guyenne participa dans la nuit du 5/6 juin 1944 au bombardement de la batterie des Perruques à Maisy.

Sur les 13 équipages engagés dans la mission 11 équipages bombarderont la batterie:

Cpt SIMON, Cpt CALMEL, Lt GUILLOCHEAU, Cpt PUGET, Lt VALENTIN, Lt BERAUD, Cpt GRIMALDI, Cpt PLAGNARD, Cpt MARIAS, Lt DANNA, Lt HABLOT.

Retour des deux équipages:

Lt BRION,   Départ: 1h13   Retour: 1h48

L'avion a décollé, mais une minute avant de prendre le cap le moteur extérieur gauche à pris feu et le commandant de bord s'est débarrassé de ses bombes dans la Humber. L'appareil est retourné à la base sans encombre.

Cpt THIERS,   Départ: 1h07    Retour: 5h48

L'avion a décollé, mais des conditions extrêmes de givrage suivies d'une panne des instruments de navigation ont obligé le commandant de bord de retourner à la base en se débarrassant des bombes sur un champ de tir aérien pendant le retour.

Posté par DUCAPHIL à 11:49 - Commentaires [3] - Permalien [#]

29 mai 2014

DES HEROS SANS IMPORTANCE du Bomber Command et de la Résistance toulousaine

 

DES HEROS SANS IMPORTANCE

du

Bomber Command

et de la

Résistance toulousaine

desherossansimportance

www.editionslaterales.com

img328

67693289

Devise du 51e Squadron du Groupe 4 "Une oie volant"

C'est l'histoire véridique de l'incroyable escapade à travers la France de deux aviateurs d'un bombardier Halifax du 51 Squadron de la Royal Air Force abattu près de Laon, dans le Nord de la France.

Depuis leur décollage, le 16 avril 1943, de Snaith jusqu'à être décorés de la Distinguished Flying Medal par le Roi Georges VI à Buckingham Palace, en passant par leur lutte contre la chasse et la flak allemandes, et leur voyage improbable en train, métro, péniche, etc...

C'est aussi l'histoire de leurs "Helpers", de ces Français qui ont pris tous les risques pour leur venir en aide. Surtout des femmes du Mouvement "COMBAT" qui ont organisé leur exfiltration vers l'Espagne, et des résistants de "solidarité" qui les ont hébergés, nourris, réconfortés. Et parmi ceux-ci à Toulouse, les parents de l'auteur...

Couverture de luxe, 160 pages de papier couché avec la moitié en illustrations (essentiellement photos de l'Imperial War Museum et des familles).

Prix public 26,00 euros, mais je le vends 24,70 euros franco de port (commande via mon site, paiement Paypal ou carte de crédit, sinon par chèque a mon ordre et adresse: Bernard Bacquié - 6 Impasse Seillonnette - 31130 PIN BALMA.

www.editionslaterales.com

Posté par DUCAPHIL à 17:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :