UN ANCIEN NOUS A QUITTES

Emile RICHARD

Mitrailleur-supérieur de l'équipage

du Capitaine MEMIN.

39313190

Equipage du Cne MEMIN.

Pilote: Lt J. GUIOMAR  - Navigateur: Cne H. MEMIN (Cdt d'avion) - Bombardier: S/Lt R. BISMUTH - Radio: Adjt G. BAZIMON - Mécanicien: Sgt F. VAN PARYS - Mitrailleur-supérieur: Sgt Emile RICHARD - Mitrailleur-arrière: Sgt L. QUENTIN.

C'est avec une grande tristesse que je dois vous informer que notre Président d'honneur Emile RICHARD, est décédé à l'âge de 99 ans. Emile était sergent pendant la Seconde Guerre mondiale il volait sur Halifax dans la RAF à Elvington  au Squadron 346 Guyenne. Il est retourné à Bordeaux -Mérignac avec le 346, et s'est installé localement avec son épouse Hugette, qui était Officier dans la RAFA. Il était membre de la branche Sud-Ouest depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et était un grand partisan de l'Association.

Ses obsèques auront lieu le lundi 10 janvier à 9h 30 à l'église St Trélody, 33340 LESPARRE-MEDOC.

(Source: Beryl DENNETT STANNARD - RAFA Sud-Ouest)

img998

img999

(Source: Jean-Paul CHURET - LESPARRE-MEDOC - SUD-OUEST 12/01/2022)

L'Hommage à Emile de Jean-Paul Churet.

 Emile, c'était il y a 30 ans, je venais d'entrer dans l'Association des Groupes Lourds, succèdant à mon père, beaucoup plus agé que toi.

J'étais intimidé car tu étais un de ces hommes courageux qui, à peine âgé de 18 ans, avaient décidés de ne pas capituler face au nazisme.

Vous n'étiez pas nombreux, en ce mois d'avril 1941, à prendre une telle décision. Tu t'es engagé à Salon de Provence et parti aussitôt au Maroc ou tu es engagé dans l'Aviation.

Tu seras aussitôt volontaire pour intégrer le Groupe GUYENNE de bombardement récemment créé, en partance pour l'Angleterre afin d'être versé dans le BOMBER COMMAND de la Royal Air Force.

Les Missions de bombardement de nuit sur les sites industriels de l'Allemagne se succèdent en sachant quand on part mais que peut-être on ne reviendra pas. Un équipage sur deux périra au combat.

Ton poste de mitrailleur supérieur avait une importance capitale car tu devais surveiller les 1000 Halifax. Ta vue particulièrement aigue était de la plus grande importance pour la sécurité de ton équipage. Modeste sous-officier tu fis merveille sans en tirer le moindre orgueil. Comme le disait ton alter-égo Raphaël MASSON : "vous n'étiez pas des HEROS" ... Et pourtant...

Tes Mérites furent alors reconnus dès la fin de la guerre par l'attribution de deux Médailles:

- la Croix de Guerre 39-45 avec palmes.

- la Croix du Combattant Volontaire 39-45.

Ce que tu retenais de ces missions, c'était la fraternité des membres de ton équipage. Le jour de la Victoire, vous étiez plusieurs aviateurs de pays alliés réunis à Liverpool autour d'un grand gâteau, chacun de vous a planté sur celui-ci le drapeau de son pays; le journal "Liverpool Echo" en a publié la photo que tu as gardée longtemps dans ton portefeuille avant de me l'offrir.

Document sacré que je conserve précieusement.

Ta seule déception fut l'indifférence des français pour ceux qui comme toi s'étaient battus pour un peuple passif pendant les années de Guerre. Comme ton camarade Louis GERMAIN tu en vint à ne plus parler pendant des années.

Devenu Navigateur, ce sera la Guerre d'Indochine, la Guerre d'Algérie puis les convoyages en Afrique. Ton pilote d'alors est aujourd'hui près de toi pour t'accompagner.

Toutes ces campagnes te vaudront de multiples distinctions:

- Croix de la Valeur Militaire.

- Croix d'Officier de l'Ordre du Mérite National.

- Bien sur la Légion d'Honneur dont tu seras Chevalier, puis Officier.

Peut-être aurais-tu mérité le grade supérieur?

Emile tu peux partir serein car nous sommes tous présents:

- La Royal Air Force représenté par sa Présidente du Sud-Ouest.

- Les Combattants Volontaires.

- Ceux de l'ANORAA qui t'envoient ce message: " Ce qui donne un sens à la vie, donne un sens à la mort " disait Saint Exupery, aviateur lui aussi. Aujourd'hui cette maxime s'adapte parfaitement au départ vers les étoiles de notre ami Emile.

L'Association Nationale des Officiers de Réserve de l'Armée de l'Air est très affectée par le décés de ce fidèle compagnon, un grand serviteur du secteur, et s'associe à la douleur de la famille.

Monsieur le Colonel, commandant la Base 106 de Mérignac a tenue à t'accompagner, qui lors des Cérémonies du 13 Octobre tint "A saluer les anciens des Groupes Lourds dont l'exemple est l'étoile qui guide les Aviateurs sur le chemin de la réussite dans l'accomplissement de leurs Missions".

Bien sur nous les héritiers des Vétérans des Groupes Lourds d'Elvington sommes là. Mon âge, proche du tien, puisque 12 ans seulement nous séparent, on fait que tu as voulu m'appeler par mon prénom et plus récemment tu as souhaité entre nous un tutoiement.

Parvenu à la retraite tu t'es livré, avant tout le monde, à la culture biologique partageant tes secrets avec ton presque frère Henri Laronze, qui lui aussi a eu de ce fait une longévité exceptionnelle.

Emile nous nous faisions une joie de fêter, dans quelques mois ton centenaire, nous ne pourrons pas, mais nous penserons beaucoup à toi le 20 mai prochain.

Emile, pendant ces 30 ans passés à tes côtés, tu m'a beaucoup parlé de cette Guerre aux côté des Anglais qui ont le culte du souvenir de ce que des hommes comme toi leur ont apportés. J'ai tout enregistré en images ce que tu m'a confié, documents pour l'histoire qui iront bientôt enrichir les Archives de l'Aviation.

Au fil du temps, de ces repas que tu organisais tous les mois avec les Vétérans et nous vos héritiers, une intimité est née. Emile, merci pour tout ce que tu nous as donné. MERCI POUR TOUT CE QUE TU M'AS DONNE.

Merci d'avoir été ce jeune homme courageux qui n'a jamais renié sa foi, sa parole. Emile, homme juste, reposes en PAIX.

Jean-Paul CHURET.

Je présente mes plus sincères condoléances à la famille.

Ducastelle Philippe