21 mai 2011

Mr EMILE BLANC " Légion d'Honneur"

img542

Le commandant  Emile BLANC à son bureau de l'aérodrome du Havre-Octeville.

------------------

Monsieur Émile BLANC Ancien des Groupes Lourds, équipage du Cdt MARIAS, vient d'être promu au grade d'Officier de l'Ordre national de la Légion d'Honneur.

img018

img020

La Légion d'honneur

Date d'instauration: 29 floréal an X

(19 mai 1802)

---------------------

Historique :

Le 25 mars 1802, la paix d'Amiens est signée avec l'Angleterre. Après dix années de guerre, la France entre dans une ère nouvelle. De fait, le Premier Consul Bonaparte promulgue une large amnistie pour les émigrés, accélère les travaux d'élaboration du code civil, réorganise l'instruction publique. En même temps, il propose au Conseil d'Etat la création d'un ordre national ouvert à la fois aux militaires et aux civils. Les conseillers de convictions révolutionnaires et jacobines, comme le consul Lebrun, s'effarouchèrent de ce qui leur semblait la création d'une nouvelle noblesse et un retour à la monarchie. Bonaparte répliqua qu'on ne mène pas les hommes sans "hochets". Il l'emporta à la courte majorité de quatre voix.

La Légion d'honneur ainsi créée était composée d'un Grand Conseil d'administration, présidé par le Premier Consul et chargé de la discipline de l'Ordre, et de seize cohortes réparties sur le territoire national. Chaque cohorte, formée d'un chancelier, de sept grands-officiers, vingt commandants, trente officiers et trois cent cinquante légionnaires, était dotée de 200.000 francs de rente. La forme de l'insigne des légionnaires ne fut fixée que le 1er juillet 1804, six semaines après la proclamation de l'Empire.

La première remise solennelle des décorations eut lieu le 15 juillet 1804 dans l'église des Invalides au bénéfice des généraux, magistrats, évêques, savants qui formaient l'élite du nouveau régime. Le 16 août suivant, au camp de Boulogne où était rassemblée l'armée qui devait envahir l'Angleterre, Bonaparte décora les meilleurs de ses soldats : il puisait les insignes dans les casques de Du Guesclin et de Bayard. 

L'Empereur créa le 30 janvier 1805 la grande décoration sous forme de Grand-Aigle, qui devait devenir la Grand-Croix de la Légion d'honneur.

Le 1er mars 1808, avec l'instauration de la noblesse d'Empire, les légionnaires reçurent l'appellation de chevaliers.

Lors de l'abdication de Napoléon, la France comptait près de 32 000 titulaires de la Légion d'honneur, dont 1 500 à titre civil.

La restauration, qui rétablit les ordres royaux, conserva cependant la Légion d'honneur : seule l'effigie d'Henri IV remplaça la tête de Napoléon sur l'insigne, et la couronne impériale qui formait la bélière céda la place à la couronne royale.

Ce devait également être sous la Restauration que furent fixés les noms des grades et dignités tels qu'ils existent encore de nos jours : chevaliers, officiers, commandeurs (et non plus commandants), grands-officiers,, grand-croix. La Monarchie de Juillet refit de la Légion d'honneur le grand ordre national, dans lequel elle accueillit écrivains, industriels et fonctionnaires.

Avant même d'être Napoléon III, le Prince-Président rétablit, le 1er février 1852, la décoration dans la forme du Premier Empire. Il créa le Conseil de l'ordre, fut le premier à décorer des femmes et multiplia les distinctions aux artistes et aux hommes de lettres.

La IIIe République, qui avait d'abord limité son attribution aux seuls militaires, rétablit en 1873 la Légion d'honneur dans ses caractéristiques initiales. La Grande Guerre mondiale, des guerres d'Indochine et d'Algérie notamment, l'effectif de l'ordre dépassait 300 000 membres au début de la Ve République.

Le 28 novembre 1962, le général de Gaulle dote la Légion d'honneur et la Médaille militaire d'un nouveau statut. Ce code régit encore aujourd'hui ces deux distinctions. Il assigne au premier Ordre national un nombre de membres, fixé à 75 grand-croix, 250 grands-officiers, 1 250 commandeurs, 10 000 officiers et 113 425 chevaliers. Il est à noter qu'en 2002, année où l'ordre a célébré son bicentenaire, son effectif total n'excédait guère 110 000 membres, ce qui témoigne de ce que l'objectif de 1962 a été plus largement atteint, alors même que les Français sont aujourd'hui plus de soixante millions.

Insigne :

Une étoile à cinq rayons doubles, surmontée d'une bélière en forme de couronne de chêne et de laurier, porte en son centre l'effigie de la République. Les branches de l'étoile sont émaillées de blanc et reliées entre elles par une couronne de laurier et de chêne. L'avers présente deux drapeaux tricolores avec l'inscription "Honneur et Patrie" et la date "29 floréal an X".

Le ruban, rouge, timbré d'une rosette pour les officiers, est porté en cravate par les commandeurs et en écharpe par les grands-croix. Les grands-officiers arborent en outre une plaque diamantée, tout argent, et les grands-croix une plaque en or.

Le grand collier de l'Ordre, qui ne peut être porté par le Président de la République, en sa qualité de Grand Maître de la Légion d'honneur, se compose de seize médaillons en or formant une chaîne dont le motif central est constitué par le monogramme "HP" (Honneur et Patrie), devise de l'ordre depuis 1802.

 (source: Les décorations françaises, Trésor du patrimoine)

-----------------------------------------

Emile Blanc

décoré de la Légion d'honneur

img449


Vidéo réalisée par Mr Bruno GROSSIN

552776_18415184_165x110

Le chef de Bataillon Henri Masquet, commandeur de la Légion d'honneur a décoré Emile Blanc.

(collection: Jean-Pierre OUVRARD)

Le commandant Émile Blanc, ancien des Groupes Lourds, équipage du commandant Marias qui a participé au débarquement de Normandie, vient d'être promu au grade d'officier de l'ordre national de la Légion d'honneur.

Il a été décoré par le chef de bataillon Henri Masquet, commandeur de la Légion d'honneur. La cérémonie à laquelle participaient, outre les autorités civiles et militaires, une délégation de la gendarmerie et un détachement des douanes, a eu lieu vendredi au monument aux morts. A cette occasion, un écolier de Nieul a lu une lettre d'un poilu de la Grande-Guerre. Cette lecture a été suivie de l'appel aux morts et du dépôt de gerbes par le maire Henri Lambert.

(Jean-Pierre OUVRARD)

http://www.sudouest.fr/2011/11/14/emile-blanc-decore-de_la-legion-d-honneur-552776-1477.php

http://www.sudouest.fr/2011/11/10/sans-la-memoire-on-n-existe-plus-549325-1391.php

Nieul_sur_Mer__RIMG2156_

d_cor

d_cor

M

d_cor

Nieul

Discours du Chef de Bataillon Henri MASQUET

Dans quelque minutes, je vais remettre la croix d'officier de la Légion d'Honneur au lieutenant honoraire de l'Armée de l'Air, Mr Blanc, qui engagé en 1938 était, après avoir rejoint le Général de Gaulle, sergent-Chef mitrailleur-arrière sur un bombardier Halifax, lors du débarquement du 6 juin 1944 en Normandie.

Ce jour là, son escadrille avait pour mission de détruire une batterie de D.C.A., située à MAISY dans le Calvados, réussite totale pour cette opération.

Jusqu'à la fin de la guerre, Mr Blanc participa à 30 missions de guerre contre l'Allemagne.

Il quitta l'Armée après la victoire en 1945 et je sais qu'il pense souvent à ses 35 camarades de son unité qui tombèrent au combat.

Après la guerre, suite à sa conduite exemplaire, il reçut les épaulettes de lieutenant et la Croix de chevalier de la Légion d'Honneur.

Devenu civil, mais aviateur, il resta au contact d'avion en devenant ingénieur d'exploitation de la navigation aérienne ce qui lui permis de devenir commandant d'aéroport, fonction qu'il exerça pendant plusieurs décennie dans de nombreux aéroports de France ou d'Afrique notamment à Fort-Lamy au Tchad et au Havre où il prit sa retraite en 1984.

En dehors de la Légion d'Honneur, il est également titulaire de la Médaille Militaire, de la Croix de Guerre 39/45 avec quatre citations et de la Médaille d'Argent de la jeunesse et des sports. Il est également titulaire du diplôme de reconnaissance de la Nation.

Nieul

Nieul

d_cor

d_cor

d_cor

 

M

Monsieur Émile Blanc, Madame Blanc.

M

Mr Emile Blanc, Mr Guy Grossin.

le_Maire_et_M

Mr le Maire, Mr Emile Blanc.

Je remercie Monsieur Guy GROSSIN a qui je dois l'envoie de ses photos souvenirs sur la cérémonie de la Légion d'honneur remise à Monsieur Émile Blanc notre ancien des Groupes Lourds mitrailleur-arrière dans l'équipage du capitaine Marias.

Posté par DUCAPHIL à 21:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :