22 janvier 2013

HISTORIQUE GB 2/23 GUYENNE

GB 2/23

GUYENNE

img214

 

L'insigne de la BR-66 était un aigle égyptien aux ailes déployées.

3e escadrille du groupe II/23

http://albindenis.free.fr/Site_escadrille/escadrille066.htm

img215

 

L'insigne de l'escadrille BR-129 consistait en un lapin trimardeur rouge dessiné sur sur un ovale à fond rouge.

4e escadrille du groupe II/23

Constitué le 2 octobre 1936 sur la base de Toulouse-Francazal, le groupe de bombardement II/23 était formé respectivement de deux escadrilles (3e et 4e), respectivement héritières des insignes et des traditions de la BR-66 (aigle égyptien) et de la BR-129 (lapin).

Commandé par le commandant Berthelon, ce groupe, doté de Bloch MB.200 jusqu'en avril 1938, participa à de nombreuses grandes manoeuvres conduites avant la guerre dans la région de Dijon (mai 1937) et dans le Sud-Est (août-septembre 1937). En novembre 1937, il prit part à la croisière impériale, qui le conduisit en Afrique du Nord et en Afrique noire avant un retour en métropole par Istres.

Peu de temps après la fin de la croisière, en avril 1938, le groupe fut équipé de Bloch MB.210, et, passé sous les ordres du commandant Baudouin, il rejoignit le terrain de Lille-Seclin à la mi-août 1939 afin d'accomplir des exercices en liaison avec la chasse britannique.

Quelques jours après le retour du II/23 à Francazal, la guerre éclatait; le groupe rallia la base d'Istres, où il séjourna jusqu'au 8 décembre 1939. A cette date, il fut cantonné au vallon et y poursuivit son entraînement. Il ne fut transformé sur un appareil moderne (en l'occurrence le Lioré-et-Olivier LeO 45) qu'au milieu du mois de février 1940, mais en partie seulement, chaque escadrille recevant une nouvelle machine.

La situation  s'améliore en avril et, le 27 mai, le II/23 rejoignit Orange-Plan-de-Dieu, première étape vers la base d'Etampes-Mondésir, où il arriva le 2 juin suivant. Le soir du 3 juin, il s'installa à Oisonville-Gondrevill, tout près d'Etampes, et accomplit sa première mission de guerre trois jours plus tard, dans la région de Chaulnes, contre des colonnes motorisées allemandes.

Les sorties se succèdèrent alors à un rythme accéléré, au prix de nombreuses pertes. Puis, le 11 juin, le II/23 fit mouvement sur le terrain de Tours. De là, le groupe rallia Bordeaux-Mérignac puis Toulouse, et enfin, le 22 juin, il traversa la Méditerranée. Cantonné à Blida, il fut expédié à Marrakec le 25 juin avant de gagner Oujda (16 juillet) puis Blida (21 juillet).

Bauer102

Les 3e et 4e escadrilles du GB II/23 Guyenne.

(collection: Famille BAUER)

Maintenu en activité dans le cadre de l'armée de l'Air de Vichy, le II/23 fut engagé en septembre 1940 dans les bombardements conduits sur la base britannique de Gibraltar. Il se trouvait au Maroc sous les ordres du commandant Venot quand, le 8 novembre 1942, les Alliés débarquèrent en Afrique du Nord.

Le groupe mena plusieurs attaques contre les forces anglo-américaines et séjourna quelque temps à Ras-el-Ma après l'arrêt des hostilités. Rentré à Meknès, il se renforça progressivement en personnel et en appareils et envoya quelques équipages participer, en mars-avril 1943, à la bataille livrée en Tunisie.

 

img917

Meknès, Groupe 2/23 en mai 1943.

On reconnaît sur la photo: le Lt Louis BOURGAIN, Sgt/C Marcel CROBLAN dit CROSIA, avant dernier à droite le Sgt Emile BLANC, Sgt Jean RATIER.

(collection: Emile BLANC)

En août de la même année, la totalité du personnel du II/23 fut embarqué à destination de la Grande-Bretagne; il arriva à Liverpool le 9 septembre suivant. Là, les équipages se dispersèrent entre différentes unités opérationnelles afin de se familiariser avec les méthodes de combat et le matériel britanniques. Rebaptisée groupe de bombardement II/23 Guyenne (Squadron 346 de la RAF), la formation allait être employée dans des missions de bombardement stratégique au sein du Bomber Command.

(Source: L'AVIATION N°201) 

 

Posté par DUCAPHIL à 14:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 mai 2009

GROUPE II/23 GUYENNE. SQUADRON 346, RECIT DU COMMANDANT PUGET

GROUPE II/23 GUYENNE

SQUADRON 346

M_daille3

Le Groupe "GUYENNE" ou 2éme Groupe de la 23éme Escadre de Bombardement est constitué en 1936 à Toulouse par la réunion de 2 anciennes Escadrilles de la guerre 1914-1918 qui prennent respectivement les numéros 3et4.

La 3éme Escadrille créée en décembre 1915 s'illustre sous le commandement du Capitaine de KERILLIS. Elle est alors dénommée G.66 et équipée de bimoteurs Caudrons G4 avec lesquels elle effectue les fameux bombardements de KARLSRUHE, LUDWIGSHAFEN et OPPEIN. En 1917 Elle participe à de nombreuses actions en Champagne, puis en 1918 sous le commandement du Commandant VUILLEMIN, elle prend part aux opérations menées en Picardie à ST- MIHIEL, en Champagne et en Argonne. 

39879859

(collection: Ducastelle Philippe)

La 4éme Escadrille formée en juin 1917 sous le nom de Sopwith 129 participe aux opérations menées en Alsace et en Rhénanie par le G.B.4. commandé alors par un chef légendaire le Commandant HAPPE. Puis après avoir reçu des breguets 14 en mars 1918 elle appartient à la glorieuse Escadre 12 avec laquelle elle prend part sous les ordres du Commandant VUILLEMIN aux batailles de France.

39880430

(collection: Ducastelle Philippe)

Après la guerre, les deux Escadrilles sont stationnées à Metz et font partie du II ème Régiment d'Aviation. En avril 1936 elles sont déplacées à Toulouse et équipées de BLOCH 200 en 1939. C'est alors qu"elles forment le groupe 2/23.

39880868

(collection: Ducastelle Philippe)

Le groupe est doté d'avions modernes Lioré45 et participe en 1940 à la bataille de France. Du 6 au 17 juin, il attaque les colonnes motorisées allemandes dans les régions de CHAULNES, MONTCORNET, ATTIGNY, CHALONS S/MARNE, cosnes.

mes_images029

Le LeO 451 N° 404 du G.B. 2/23 prendra part à l'expédition du 24 septembre contre Gibraltar. On le voit ici à Meknès, en août 1940

(collection: j. MUTIN)

En 10 jours le Groupe perd 6 équipages sur 13 dont ceux de ses deux Commandants d'Escadrilles. Il reçoit la citation à l'ordre de l'Armée suivante " Engagé sous les ordres du Capitaine PLIQUE au plus fort de la bataille de la bataille de France, a donné la preuve des plus belles qualités guerrières. Malgré la perte de ses deux chefs d'Escadrille et de plusieurs de ses équipages a conservé le même allant et continue la lutte avec la même ténacité et la même foi.

Le 23 mars 1943 le Groupe reprend le combat. Engagé en TUNISIE il participe aux opérations, bombardant de nuit de nombreux objectifs dans les régions de GAFSA, ENFIDAVILLE, TUNIS et BIZERTE et perdant un équipage.

Après la libération de l'Afrique du Nord, le 2/23 est à la veille d'accomplir sous le nom de GUYENNE une nouvelle tâche qui sera digne de son passé.

Il est en effet appelé à combattre dans le cadre de la Royal Air Force. Au mois d'Août 1943 le départ pour la Grande-Bretagne est effectué à la grande joie de tous les équipages qui vont pouvoir reprendre la lutte contre l'Allemand avec l'arme même à qui ce dernier doit de nous avoir infligé une défaite.

39886783

 

(collection: André HAUTOT)

R.A.F. 23. I.T.W. "4 FLIGTH" 30 Avril 1944.

La patience de tous est cependant mise à l'épreuve car avant de reprendre le combat nos aviateurs doivent subir un long et minutieux entraînement.

Les mois d'instruction et d'attente qui leur paraissent superflus, les méthodes de travail rigoureuses qui font tant peiner des caractères peu habitués à l'abdication de toute personnalité, découvrent plus tard à tous la grande force de l'Aviation Britannique. 

39885756

(collection: Bernard BAL.)

A.F.U. Ecole des navigateurs et bombardiers situé à DUMFRIES (Ecosse)

de gauche a droite:

GODEFROY,TOLU,MAIRIN

BAL,Jean de GENNES,SUSBIELLE,DELRIEU

VEZOLLE,CAPARROS,JACQUOT,LAUTOUR, TOURNE.

Chaque spécialité est l'objet d'un entraînement individuel à la fin duquel les équipages sont constitués. Puis l'entraînement par équipages est poussé au plus haut point.

Le but est de faire une machine parfaite d'un ensemble de 7 hommes, dont les réactions et les caractères différent à l'origine considérablement.

mes_images274

(collection: La mémoire des groupes lourds)

Equipage du Commandant PUGET.

Pilote: Cdt PUGET. (Cdt de l'avion) Mécanicien: Sgt/C CARAYOL. Navigateur: Lt PLUCHART. Bombardier: Lt PERSEVAL. Radio: Sgt MOUREY. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C GORDIOL. Mitrailleur-arrière: Adjt/C POTET.

Une idée domine cet entraînement, idée traduite par ce fameux mot Anglais qui devient vite familier aux Français "Crew Cooperation" c'est-à-dire coopération de tous les membres d'un même équipage. Dans la R.A.F. un équipage n'est pas jugé à la valeur d'un des membres mais à la manière dont les 7 membres travaillent en commun. Toutes les spécialités sont également considérées car elles sont également indispensables au succès d'une mission de guerre.

mes_images275

Le Groupe est transporté dans un autre monde. S'il constitue au sein de l'Armée de l'Air Française une cellule  assez considérable il n'est plus dans l'immense machine qu'est la R.A.F. qu'un très petit élément qui agit à une heure donnée suivant des ordres qui viennent de très loin. Il devra exécuter scrupuleusement ces ordres car son oeuvre ne sera que la petite partie d'un énorme, l'anéantissement du Reich hitlérien.

mes_images276

Débarqué en Grande-Bretagne, le 9 septembre 1943, GUYENNE entre en action le Ier juin 1944 sous le nom de " 346 SQUADRON".

mes_images277

Le débarquement est imminent; aussi les attaques contre l'Allemagne sont elles momentanément abandonnées et toutes la puissance aérienne alliée est employée à préparer et appuyer l'assaut des forces d'invasions. Epreuve de plus pour les hommes de GUYENNE dont les premiers objectifs sont en terre Française.

 

 

39894834

 

Equipage du Lieutenant-Colonel VENOT

Pilote: Lt-C VENOT. (Cdt de l'avion) Navigateur: Lt GUILLOCHEAU. Bombardier: Adjt KIPPERLE. Radio: Sgt LHOMOND. Mécanicien: Sgt/C COUPEAU. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C FINALE. Mitrailleur-arrière: Sgt/C BIAGGI.

Le Groupe est alors commandé par le Lieutenant-Colonel VENOT. Le Commandant SIMON est à la tête de la 3éme Escadrille tandis que la 4éme a le Commandant MARIAS pour chef.

mes_images279

Equipage du Commandant SIMON

Pilote: Cdt SIMON. (Cdt de l'avion) Navigateur: Lt PELISSIER. Bombardier: Lt ZEILLER. Radio: Sgt/C VIELLE. Mécanicien: Adjt/C BRIGALANT. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C ROIRON. Mitrailleur-arrière: Sgt FERNANDEZ.

Trente quatre missions sont exécutées contre les territoires occupés entre le Ier juin et le 15 septembre. Les Français sont particulièrement chanceux au dire même du Commandement Britannique.

Deux équipages sont perdus au cours de cette période. Le Lieutenant-Colonel VENOT est victime d'un accident au retour d'une mission le 10 septembre. Une bombe restée dans les soutes éclate à l'atterrissage et cause la mort de 6 membres de l'équipage. Le Lieutenant-Colonel VENOT très sérieusement  brûlé est obligé d'abandonner le commandement du Groupe au Commandant PUGET qui restera à ce poste jusqu'à la fin des hostilités.

Dés le 15 septembre les opérations contre les centres vitaux de l'industrie allemande sont de nouveau l'objet principal de l'activité de la R.A.F. Les pertes sont lourdes. En six mois et 84 opérations, soit une moyenne d'une opération tous les deux jours sur l'Allemagne, le Groupe perd 44% des effectifs initialement engagés.

GUYENNE se voit également attribuer une nouvelle citation à l'ordre de l'Armée " Unité d'élite de bombardement lourd appelée la première à représenter la France dans l'effort du BOMBER COMMAND", sous le commandement du Lieutenant-Colonel VENOT puis du Commandant PUGET, a pris part avec le plus grand succès tant aux opérations qui ont préparé et appuyé l'ouverture du second front qu'aux raids en territoire ennemi, effectuant en moins de 5 mois plus de 2000 heures de vol de guerre en 600 sorties d'opérations dont 200 sur les objectifs lointains et puissamment défendus de l'Allemagne, lançant 2400 tonnes de bombes.

Malgré les pertes subies continue à combattre avec la même ardente volonté"

Quelques chiffres donneront une plus claire idée de l'effort fourni par le Groupe pendant son séjour en Angleterre.

118 missions dont 79 sur l'Allemagne ont été exécutées en 11 mois, soit 1308 sorties dont 908 sur l'Allemagne. 4943 tonnes de bombes ont été lancées au cours de 7641 heures de vol d'opérations.

Les Français ont donc une fois de plus participé dans la mesure de leurs moyens réduits au grand effort de leur alliés. Ils ont fait leur devoir en employant au mieux l'avantage qui leur était conféré par la longue expérience aéronautique que la plupart d'entre eux possédaient déjà avant leur départ pour la Grande-Bretagne.

Ils ont su enfin s'attirer la considération du Commandement Britannique par le rendement élevé obtenu par le Groupe aux moments ou la lutte atteignait son point culminant  ainsi que par la rigoureuse discipline de guerre que les équipages ont toujours respectée au cours des opérations.

De plus, comme ceux qui ont vu naître l'Aviation Britannique, les hommes de GUYENNE, qui ont eu la chance de combattre à ses côtés, resteront pénétrés de l'impression de puissance dégagée par une organisation aussi parfaite malgré l'immensité de son envergure et dans laquelle rien n'est laissé au hasard d'une initiative malheureuse.

Ces hommes sont venus en Grande-Bretagne pour combattre. Ils repartiront nantis de l'expérience d'une guerre pénible et tous envieux de pouvoir faire de l'Aviation Française le bel édifice qu'elle doit être.

COMMANDANT PUGET

mes_images285

Le Commandant PUGET, d'abord adjoint au Lt-Colonel VENOT, et qui commande maintenant le Groupe 2/23.

(source: BULLETIN DES FORCES AERIENNES FRANCAISES EN GRANDE-BRETAGNE. N°19 1945 - collection: J.P.DELMAS)

 

 

Posté par DUCAPHIL à 22:28 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

11 janvier 2009

ESCADRON DE BOMBARDEMENT 1/93

"GUYENNE"

L'ESCADRON DE BOMBARDEMENT - 1/93

AVORD

MES_IMAGES

Date de création: 05 Février 1965.

Date de dissolution définitive: 01 Décembre 1986.

scan_20_07_2008_14h27m54s_1

Le personnel du 1/93 au pied d'un Mirage IV été 1966.

(collection: Jacques BEZIAUD)

L'HISTORIQUE.

C'est respectivement en juillet 1915 et en juin 1917 que furent créées les Escadrilles BR66 et BR129, elles participèrent activement et glorieusement aux batailles Aériennes de la Grande Guerre.

Après la Guerre l'Escadrille BR66 est détachée à la mission militaire en Pologne et y devient la 4ième Escadrille Polonaise de reconnaissance l'Escadrille BR129 devient quant à elle la 210ième Escadrille du 1er Régiment de bombardement avant d'être rebaptisé 7ième Escadrille du 11ième Régiment aérien de bombardement.

La 4ième Escadrille Polonaise de reconnaissance dissoute, la BR66 devient la 210ième Escadrille du 3ième Régiment de bombardement avant d'être rebaptisé 10ième Escadrille du 11ième Régiment aérien de bombardement.

Le 1er Octobre 1928 l'Escadrille BR66 est désigné pour renforcer le 11ième Régiment aérien de bombardement et y devient la 10ième Escadrille. Nos deux Escadrilles réunis ne se quitterons plus.

Le 23 Octobre 1936, la 23ième Escadre aérienne est constituée à FRANCAZAL. Elle comprend deux groupes le 1/23 et le 2/23 formé de nos deux Escadrilles le BR66 et le BR129.

Après s'être illustré de façon remarquable au cours des premières années de la seconde guerre mondiale, pour rappeler aux Français placés sous l'occupation Allemande la présence que des groupes de bombardement Français ont marqué de leur présence aux cotés des alliés, le Général VALLIN décide d'attribuer aux différents groupes des noms de province Française. C'est ainsi que le G.B. 2/23 prend le nom de "GUYENNE" et va devenir le 346ième Squadron du prestigieux BOMBER COMMAND.

Le 1er Octobre 1946 le 2/23 "GUYENNE" se range sous l'étiquette de la 21ième Escadre de bombardement lourd en devenant le 2/21, le 1er Juillet 1949, le groupe es dissout.

C'est le 5 Février 1965 sur la base aérienne 125 d'ISTRES qu'est créé l'Escadron de bombardement 1/93 "GUYENNE" qui reprendra les traditions et le symbolique du prestigieux GROUPE DE BOMBARDEMENT 2/23.

L'Escadron de bombardement 1/93 sera dissous le 09. Juin 1976.

LES DECORATIONS

L'Escadron de bombardement 1/93 "GUYENNE" hérita le droit de porter les fourragères aux couleurs de la Médaille militaire, de la Croix de guerre 1914-1918 et 1939-1945 initialement attribuée au groupe de bombardement moyen II/20 "BRETAGNE".

LES COMMANDANTS D'UNITE DE L'ESCADRON DE BOMBARDEMENT 1/93 "GUYENNE"

ANNEES     GRADE          NOM

65/66  COMMANDANT  PINTOR

66/67  COMMANDANT  RAIMBAULT

67/69  COMMANDANT  DE COINTET DE FILLAIN

69/70  COMMANDANT  BOIZARD

70/72  COMMANDANT  BURETEL DE CHASSEY

72/74  COMMANDANT  HOTTIER

74/76  COMMANDANT  VERICEL

FAITS MARQUANTS

L'Escadron de bombardement 1/93 "GUYENNE" eu l'honneur de recevoir le Général de Gaulle le 07.Novembre 1965.

L'Escadron de bombardement 1/93 "GUYENNE" a remporté en 1966, 1968 et 1969 la coupe Fantasia (coupe de bombardement Commandant HELIOT).

Il a malheureusement perdu en service aérien commandé:

Le CAPITAINE PENET Alain et le LIEUTENANT CONSTANT Jacques le 12 Octobre 1971.

Rebaptisé le 1/94 le 01.Juillet 1976.

(source: CFAS) www.cfas.air.defense.gouv.fr

A  la suite de la liste Commandants de l'EB 1/93 sont mentionnés les Cne PENET Alain et Ltt CONSTANT Jacques disparus en SAC le 12-10-1971. Ces deux officiers appartenaient à l'EB 2/93 "Cévennes" stationné à Oranges. Ils sont décédés à bord du Mirage IV n°30 au décollage de St Dizier lors d'un exercice "Poker", j'occupait le poste d'officier programmation des vols au COFAS au moment de l'accident. La "66" est toujours en activité car elle est devenu la troisième escadrille de l'EC 1/91 "Gascogne" équipé du Rafale nucléaire, stationné à St Dizier, depuis 2010.

(source: Jacques BEZIAUD)

 ________________________________________________

 

mes_images245

(SHAA)

L'escadron de bombardement 1/94 "GUYENNE" trouve ses origines dans le groupe de bombardement II/23 "GUYENNE" de la Seconde Guerre mondiale. Stationnant à ELVINGTON, en Grande-Bretagne, jusqu'en octobre 1945, ce groupe rallia la France avec les HANDLEY PAGE HALIFAX dont il était équipé et s'installa à Bordeaux.

Le groupement de bombardement lourd auquel le "GUYENNE" appartenait prenant la dénomination de 21e escadre de bombardement lourd en novembre de la même année, le II/23 reçut l'appellation nouvelle de II/21.

mes_images246

Il assura alors, à partir de mars 1946, des missions de transport sur l'itinéraire Bordeaux-Rabat-Dakar.

Cette tâche se poursuivit jusqu'en juillet 1947, époque à laquelle le "GUYENNE" devint un groupe d'opérations; il mena à ce titre des missions de coordination entre l'Allemagne occupée et l'Afrique du Nord de même que des sorties météorologiques.

Le 1er novembre 1948, le II/21 prit l'appellation de groupe de bombardement et se trouva subordonné au groupement des moyens militaires de transport aérien. Il allait être dissous, en même temps que la 21e escadre, le 1er juillet 1949.

Ses traditions furent reprises par le groupe de bombardement II/91 "GUYENNE", constitué le 1er décembre 1956 avec des éléments du centre d'instruction des équipages de B-26 n°329, à Oran, sous les ordres du Commandant DAGAIN.Cette formation prit part aux opérations de lutte antiguérilla menées en Algérie  et disparut en 1963.

mes_images247

(SIRPA AIR)

Le 13 juillet 1965, les traditions de bombardement 1/93 "GUYENNE", mis sur pied en février de la même année et basé à ISTRES avec quatre MIRAGE IVA. Dépendant des forces aériennes stratégiques, cette unité, transférée à AVORD en juillet 1976, y prit la dénomination d'EB 1/94. Elle se trouve aujourd'hui sur la base 702 de BOURGES.

(source: L'AVIATION N°208 1986.)

 

Posté par DUCAPHIL à 17:41 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

31 décembre 2008

ESCADRE DE BOMBARDEMENT 12

ESCADRE DE BOMBARDEMENT 12

HISTORIQUE DE L'UNITE

PAR UN ANCIEN OFFICIER

DE

L'ARMEE DE L'AIR

Monsieur: AYMARD David.

 

34171947

BR66  BR129

 

34172012

 

 

12 ème REGIMENT

HISTORIQUE DE L'UNITE

 

34172112

 

34172172

 LeO 20

 

34172225

 

 

34172290
34172319

 

 

(Mr.AYMARD. David: Ancien Officier de L'Armée de l'Air 21 octobre 2008)

Posté par DUCAPHIL à 09:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

15 octobre 2008

HISTORIQUE DU GROUPE "GUYENNE"

MES_IMAGES

                           "GUYENNE 2/23"                      

ESCADRILLE-C/66                             ESCADRILLE-BR129

ESCADRILLE 66

Créée  C 66                                        24 octobre 1915

Devient  SOP 66                                                  1917

Devient  BR 66                                       octobre 1917

Devient  210e Esc./ 3e RB (J)          1er janvier 1920

Devient  10e Esc./ 12e RAB (J)            1er août 1920

SYMBOLIQUE

MES_IMAGES

Un fanion tricolore est tout d'abord peint sur les fuseaux moteurs des Caudron G4, la partie unicolore gauche de ce marquage variant en fonction des équipages. Le capitaine de Kérillis, commandant la SOP 66, choisit, en mars 1916, comme insigne un aigle égyptien vu de face, aile déployées, placé quelquefois sur un soleil, le tout dessiné par le sergent Rapin, pilote à l'escadrille.

MES_IMAGES

 

LIEUX DE STATIONNEMENT

Malzeville                                                   octobre 1915

Commercy                                              décembre 1916

Frétoy                                                          janvier 1917

Grivesnes-Ferme de la Folie                1er février 1917

Malzeville                                                     février 1917

Pont-St-Vincent                                        1er avril 1917

Villeneuve                                                   12 avril 1917

Senard                                               17 septembre 1917

Villeneuve                                         17 septembre 1917

Cernon                                                    18 janvier 1918

Plessis-Belleville                                         30 mars 1918

Fouilloy                                                       29 avril 1918

Plessis-Belleville                                           30 mai 1918

Villiers-lés-Romilly                                   24 juillet 1918

Pars-lés-Romilly                                       24 juillet 1918

Villeneuve-le-Roi                                        16 août 1918

Tantonville                                          4 septembre 1918

Bussy-Lettrée                                    25 septembre 1918

Bicqueley                                            11 novembre 1918

Villers-lés-Nancy                                    10 janvier 1919

Mokotow                                                            mai 1919

MES_IMAGES

COMMANDANTS D'ESCADRILLE

Cpt Adrien de Kerillis                     octobre 1915

S/Lt Jacques Rapin                 19 novembre 1916

Lt Marie-Claude Célérier           septembre 1917

Lt Jean Ardissonde Perdiguier     8 janvier 1918

Cpt Pierre Cahuzac                     septembre 1918

Lt Gontran de la Perelle                    8 avril 1919

MES_IMAGES

En 1918 l'insigne est agrémenté de cercles de couleurs indéterminées (SHAA-B77/1640-BLECH)

RATTACHEMENTS

Détachement d'armée de Lorraine         4e trimestre 1915

1er Groupe d'aviation                              4e trimestre 1915

Groupe de bombardement 1                      10 octobre 1915

Groupe de bombardement 2                            janvier 1916

2e Groupe d'aviation                              1er trimestre 1917

3e Armée                                                            février 1917

8e Armée                                                         1er avril 1917

4e Armée                                                           10 avril 1917

2e Armée                                                           12 août 1917

Groupe de bombardement 6                                         1918

Escadre 12                                                     20 février 1918

MES_IMAGES

Variation graphique de l'insigne sur Sopwith 1A2 pendant l'été 1917 (SHAA - B77/783- CHABERT)

AVIONS UTILISES

Caudron G4                               octobre 1915

10 Sopwith 1B1 et B2                 MARS 1916

Breguet 14 B2                            octobre 1917

15 Breguet 14B1 et B2                     mai 1919

MES_IMAGES

Caudron type G4 "Reconnaissance"

L'Escadrille 66 a aussi utilisé une version blindée à moteur le rhône du Caudron G4 et des Sopwith 1A2

MES_IMAGES

Sopwith 1A2 arborant "l'aigle égyptien" au printemps 1917 (SHAA- B88/1088 - MARNY)

L'ESCADRILLE RECOIT

en juillet 1916                 des G4 à double-commandes

le 27 janvier 1917       les Caudrons G4 n° 1585,1588

                                 1589,1591,1592,1596,1701,

           1702 et 3108;

                         les Sopwith n°14 et 5

en décembre 1917         la BR 66 utilisait le Br 14 B2

     n° 1168

En 1919, certains Breguet 14 déployés en Pologne portent simultanément des marquages français et polonais (dont le Br 14 A2 n° 7490), ou encore l'insigne de la BR 66 et les cocardes polonaises.

MES_IMAGES

BILAN

10 victoires aériennes homologuées

RECOMPENSES ET DECORATIONS

-4 citations à l'ordre de l'armée;

-Croix de guerre 14-18 avec quatre palmes de bronze;

-fourragère aux couleurs du ruban de la Médaille militaire

PERSONNALITES MARQUANTES

-Cpt. de KERILLIS (pionnier du bombardement) et Lt. CELERIER (les deux, plus de 100 missions de bombardement);

-S/Lt. Mirabail (religieux mobilisé et observateur);

MES_IMAGES

Le Lieutenant ANSELME MARCHAL en 1916, devant un Nieuport Spécial à moteur le Rhône de 80ch.

LES PRÉPARATIFS DU RAID

En accord avec le GQG, le sous-Lieutenant MARCHAL songe alors à l'idée d'un raid sur BERLIN: une action d'éclat destinée à démontrer les capacités des Ailes Françaises, à une époque ou l'aviation Allemande s'impose de plus en plus au combat.

En outre, le survol de la Capital de l'Empire Germanique, jusqu'alors sanctuaire préservé des opérations militaires, ne peut qu'immanquablement avoir un impact psychologique sur les populations civiles. Pour cette mission, MARCHAL dispose d'un NIEUPORT Spécial dérivé d'un modèle XII, à voilure modifiée et moteur Le Rhône rotatif de 80ch. Son biplan est préparé avec des réservoirs internes pour 14h de vol et un système d'éclairage de l'habitacle à huit lampes, afin qu'il puisse surveiller ses cartes et ses instruments de pilotage.

LE DEPART EN JUIN 1916

Fort logiquement, le lieu choisi pour le décollage du NIEUPORT SPECIAL est très proche du front. Il s'agit du terrain de MALZEVILLE, tout à coté de NANCY. A cette époque, la base abrite les CAUDRON G4 de la C.66.

MES_IMAGES

L'ESCADRILLE dirigée par le CAPITAINE HENRI de KERILLIS qui projette un bombardement de représailles, sur un centre urbain en retrait des lignes ennemies. Le raid est mené sur KARLSRUHE, le 22 juin 1916... Assuré par les services météorologiques d'avoir des vents favorables, MARCHAL décolle de MALZEVILLE, dans la soirée du mardi 20 juin 1916. Lourdement chargé de carburant, d'huile et de "paquets d'imprimés", son NIEUPORT monte légèrement, dans l'obscurité totale d'un ciel orageux.

(source: l'aventure des premiers avions de combat En association avec le musée de l'Air et de l'espace. COLLECTIONS HACHETTE.)

-S/Lt. ANSELME MARCHAL (effectue pour la 1er fois, le 21 juin 1916 sur biplan NIEUPORT, un raid sans escale de 1300km, Malzéville-Cholm (Pologne), afin de larguer des imprimés sur Berlin), pilote non affecté à l'unité mais dont l'Escadrille 66 assure le support de son opération spéciales;

-Sgt. LIPPMANN et Cal. HUGUES (pilotes américains);

-DJIBRAÏL NAZARE-AGA (pilote perse).

MES_IMAGES

MORTS ET DISPARUS AU COMBAT

Sdt. GOUSSE                                                           MpF 14 mars 1916

Mdl. BOUSQUET, BRIG de MAULEON               disp. 22 juin 1916

Sdt. MERVEILLE                                          MpF 23 septembre 1916

Adjt. LAGUESSE, Sgt. GIRARD                  MpF 16 novembre 1916

Adjt. GOLFIER, Mdl. FARATS                            MpF 16 mars 1917

Lt. CELERIER, Sgt. MUSEUR                     MpF 29 novembre 1917

Adjt. RAGAZ, Sgt. DUFRESNE                            MpF2 février 1918

Adjt. MARAVAL, Sgt. BAUDIER                         disp. 30 mars 1918

 

 

 

 

ESCADRILLE 129

Créée  SOP 129                                              2 JUIN 1917

Devient  BR 129                                         26 février 1918

Devient  210e ESC./1er RB (J)               1er janvier 1920

Devient  7e ESC./11e RAB (J)                     1er août 1920

MES_IMAGES

SYMBOLIQUE

Le Capitaine MEZERGUES choisit comme insigne d'escadrille un lapin trimardeur portant un baluchon, d'abord placé sur un ovale ou un disque rouge, reprenant le modèle dessiné par BENJAMIN RABIER, illustrateur célèbre de la littérature enfantine, puis ultérieurement placé dans un fanion bleu à bandes rayonnantes jaunes.

MES_IMAGES

LIEUX DE STATIONNEMENT

Luxeuil-St-Sauveur                                    2 juin 1917

Plessis-Belleville                                      29 mars 1918

St- Clair                                                    29 avril 1918

Feuilloy                                                   1er mars 1918

Fourneuil                                                    29 mai 1918

Plessis-Belleville                                         30 mai 1918

Béhonne                                                     5 juillet 1918

Combles                                                   16 juillet 1918

Gourgançon                                             24 juillet 1918

Lormaison                                                    8 août 1918

Neufchâteau                                       5 septembre 1918

Soudé-Ste-Croix                              23 septembre 1918

Les Istres-et-Bury                                18 octobre 1918

Plivot                                           début novembre 1918

Ochey                                                12 novembre 1918

Le Bourget                                           début avril 1919

Landau                                                       24 avril 1919

Germersheim                                              19 juin 1919

Landau                                                        24 avril 1919

détachement à Metz-Frescaty             28 septembre au

                                                             16 novembre 1919

Metz-Frescaty                                                       

(escadrille complète)                          16 novembre 1919

MES_IMAGES

L'insigne sous sa forme habituelle sur le Breguet 14 B2 numéro 12 203 (SHAA-B83/5307-wszolek)

COMMANDANTS D'ESCADRILLE

Lt. Albert Mézergues                                     4 août 1917

Lt. André Danglade                            19 septembre 1917

Lt. Gérald Allegret                                   20 janvier 1918

Lt. Pierre Pascal                                            14 juin 1918

Lt. Jacques de la Giraudière             27 septembre 1918

Lt. Jean Luciani                                                  mai 1919

Lt. Jules Lebeau                                  22 septembre 1919

RATTACHEMENTS

2e Groupe d'aviation                                   4 août 1917

Groupe de bombardement 4                       4 août 1917

Escadre 12                                                 1er avril 1918

Groupe de bombardement 9                    1er avril 1918

 

MES_IMAGES

MES_IMAGES

 

 

 

 

Ce Salmson 2A2 photographié après  l'armistice montre le "lapin trimardeur" dans un ovale rouge

(MAE - MA 43371- Lapierre) 

AVIONS UTILISES

15 Sopwith 1B1 et B2                             Juin 1917

Breguet14 B1 et B2                            Février 1918

L'escadrille a également utilisé des Salmson 2A2.

BILAN

5 victoires aériennes homologuées dont un Drachen

MES_IMAGES

SOPWITH

RECOMPENSES ET DECORATIONS

-2 citations à l'ordres de l'Armée;

-Croix de guerre 14-18 avec deux palmes de bronze;

-Fourragère aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 14-18.

PERSONNALITES MARQUANTES

1st Lt. RICHARD W. MOODY, Lt. RAYMOND B. PARKER,

1st Lt. KARL H. EYMANN,(observateurs Américains.)

MES_IMAGES

 Sur ce Breguet 14B2 numéro 1211, le "lapin trimardeur" est un simple contour blanc sur l'entoilage de la dérive (SHAA- B 83/5308-Wszolek)

MORTS ET DISPARUS AU COMBAT

Brig. Piel                                       MpF 14 JANVIER 1918

Sgt. Cordonnier, Cal. Allais                 MpF4 février 1918

Cal. Grébil, Asp. Carron                         Disp.7 avril 1918

Sgt. Sauvaget                                          MpF 10 avril 1918

Lt Saintes-Chapelle, 2nd Lt Parker,

Sgt. Boureau                                                MpF 4 mai 1918

Mdl. Garcette                                             Disp 31 mai 1918

Cal. Lecomte                                             Disp 1er juin 1918

S/Lt. Istra, Cal. Charvet                             MpF 2 juin 1918

Mdl. Coutel, S/Lt. Eymann, Sgt. Lescoeur         Disp 6 juin

1st Lt. Moody                                                   MpF 15 juillet

Lt. de Quatrebarbes,

Sgt. Delhommeau                           MpF 12 septembre 1918

Cal. Vidal                                               MpF 7 octobre 1918

 BR-66

mes_images237

(SHAA)

Créée au cours du mois de décembre 1915, l'escadrille n°66 fut tout d'abord équipée de CAUDRON G.4, d'ou sa dénomination initiale de C-66. Passée sous le commandement du groupe de bombardement n°1 du commandant de GOYS, cette formation fut chargée de mener des missions à la fois de bombardement léger et de protection.

Elle escorta notamment les appareils du GB1 lancés à l'attaque des gares de Metzet d'Arnaville, le 19 janvier 1916, et prit part au raid du 23 du même mois sur Metz. A cette occasion, les Caudron de la C-66 livrèrent de difficiles combats aux FOKKER et aux AVIATIK envoyés contre eux.

Les sorties se succédèrent alors, les engagements ne cessant pratiquement pas au cours des mois qui suivirent. Mais les pertes enregistrées par l'escadrille restèrent en fin de compte réduites. Commandée par le Capitaine de KERILLIS, cette formation se spécialisa dans le bombardement, mettant au point, sous l'impultion de son chef, des méthodes de plus en plus perfectionnées.

Le 22 juin, l'escadrille attaqua la ville de Karlsruhe, dans le cadre d'une mission de représialles, y provoquant la mort de cent dix personnes, cent vingt-trois autres blessées.

Au début de 1917, quand le GB1 fut réorganisé, les formations qui le composaient pssèrent sur SOPWITH 1 1/2 STRUTTER. Rebaptisée SOP-66, l'ancienne C-66 fut réaffectée au groupe en février et passa par les secteurs difficiles de la Champagne et de Verdun. Engagée dans des missions dites rapprochées en compagnie de l'escadrille 111, la SOP-66 bombarda les arrières des Allemands à la veille de l'offensive du Chemin des Dames, en bénéficiant de l'escorte de SPAD. Puis, en août, elle rejoignit le secteur de Verdun, ou les Français préparaient une offensive à objectifs limités.

Transformée sur Breguet 14B.2 en octobre 1917, l'escadrille n°66 entreprit sa première sorties lointaines sans accompagnement de chasse au début du mois de décembre. Puis, basés à Villeneuve, la BR-66 constitua, avec la BR-108 ,un groupe de bombardement qui , placé sous les ordres du commandant de la MORLAIS, reçut la dénomination de GB6. Cette formation fut alors intégrée dans l'escadre n°12 formée en février 1918 sous le commandement du commandant VUILLEMIN.

mes_images238

(SHAA)

Equipage de la BR-66 posant devant un breguet 14B.2, en 1918. Noter  l'insigne de l'aigle égyptien.

Dés l'attaque allemande du 21 mars 1918,l'escadre de VUILLEMIN fut employée dans le bombardement du champ de bataille, enregistrant à cette occasion de graves pertes. Arrivée au PLESSIS-BELLEVILLE le 27 de ce même mois, la BR-66 prit part aux batailles d'arrêt livrées dans la région de MOREUIL-MONTDIDIER.

Elles rejoignit les fronts des Ire et IIIe armées, dans la Somme, au début de mai. Les Allemands ayant percé le front au Chemin des Dames, l'escadrille fut engagée dans les combats qui se déroulèrent entre l'Aisne et la Marne à la fin du mois de mai.

Lors de l'attaque allemande du 15 juillet, la BR-66 prit part à la destruction des pontons ennemis sur la Marne.

Quandla guerre prit fin, la BR-66 fut transportée, avec l'escadre n°12, dans la région de NEUFCHATEAU. Devenue 210e escadrille du 3e régiment de bombardement en janvier 1920, cette formation qui revendiquait une dizaine de victoires aériennes fut détachée en Pologne, ou elle fut rebaptisée 4e escadrille Polonaise de Reconnaissance. Dissoute, elle fut recréée et redésignée, en fin de compte, 3e escadrille du GROUPE II/23.

(source: L'AVIATION N° 187. 1984)

BR-129

mes_images239

(SHAA)

Créée le 2 juin 1917,l'escadrille de bombardement n°129 fut tout d'abord équipée de SOPWITH, d'ou sa dénomination initiale de SOP-129. Commandée par le Lieutenant MEZERGUES, cette formation rejoignit le terrain de luxeuil en juillet suivant afin de s'intégrer dans le groupe de bombardement n°4, spécialisé dans les opérations de jour.

Dotée de son insigne, un lapin blanc portant un baluchon au bout d'un bâton sur l'épaule gauche, la SOP-129 effectua ses premières sorties en compagnie des deux autres formations du groupe de bombardement n°4, les escadrilles SOP-129 et SOP-123. C'est au cours d'une de ces missions, au-dessus de FRIBOURG -EN-BRISGAU, que son chef devait trouver la mort, le 2 août. MEZERGUES fut remplacé par le Lieutenant GARRET, qui ne resta à la tête de l'escadrille que peu de temps, pour laisser la place au Lieutenant LANGLADE.

Commandé par le Capitaine VILLERMOZ, le groupe de bombardement n°4 se dédoubla au début de l'année 1918 pour former le groupe de bombardement n°9, lequel fut constitué des escadrilles n°29, 123 et 129, sous les ordres du Capitaine de LAVERGNE. Deux mois plus tard, en mars, la SOP-129 fut transformée sur BREGUET 14B.2, devenant de ce fait BR-129. Les Allemands ayant déclanché leur grande offensive de printemps contre les armées franco-britaniques, en Picardie, le 21 mars, la BR-129 quitta LUXEUIL pour rejoindre Le PLESSIS-BELLEVILLE, dans l'Oise, et fut intégrée dans l'escadre 12 sous le commandement du Commandant VUILLEMIN. Le groupe de bombardement n°9 fut engagé sur les arrières de l'ennemi, bombardant la gare de SAINT-QUENTIN le 11 avril.

Au commencement  du mois suivant, la BR-129 prit le chemin de FEUILLOY, dans la  Somme, pour être mise en oeuvre entre CORBIE, PERONNE et HAM. Puis elle fut expédiée plus au sud, à FOURNEUIL, d'ou elle s'opposa, avec le groupe de bombardement n°9, à l'offensive allemande sur le Chemin des Dames, conduite le 27 mai. Attaquant les boeuds ferroviaires, les BREGUET 14B.2 français parvinrent à retarder l'acheminement des renforts et des matériels de l'adversaire, jouant un rôle important  dans le freinage de l'avance ennemie. Le groupe de bombardement n°9 accomplit par la suite des raids sur SOISSONS, NEUILLY-SAINT-FRONT et CHATEAU-THIERRY(juin).

mes_images240

(SHAA)

Ce breguet 14B.2 aux couleurs chatoyantes est orné de l'insigne de l'escadrille  BR-129 : le lapin trimardeur. La BR-129 fut équipée de cet appareil au cours du mois de mars 1918, après avoir volé sur SOPWITH.

S'étant reconstitués et reposés au début de juillet, le groupe et la BR-129 s'en prirent aux ponts grâce auxquels les Allemands entendaient franchir la Marne, lors de leur dernière offensive sur le front occidental, le 15 juillet.

Trois jours plus tard, l'escadrille prit part à la contre-offensive française en attaquant ROMIGNY, JONCHERY-sur-VESLE et FERE -en-TARDENOIS. De LORMAISON, près de MERU, dans l'Oise, ou elle s'installa en août, la BR-129 poursuivit ses sorties dans le cadre de la bataille de SANTERRE. Puis elle repartit pour NEUF-CHATEAU, dans les Vosges, en septembre,en vue de participer à l'offensive américaine contre le saillant de SAINT-MIHIEL, dans laquelle fut impliquée la division aérienne.

Quand la guerre prit fin, le groupe de bombardement n°9 se trouvait à OCHEY, d'ou il devait être mis en oeuvre dans l'offensive prévue en Lorraine et qui n'eut jamais lieu. Partie en occupation dans le Palatinat, l'escadrille  BR-129 reçut la dénomination de 210e escadrille du 1er régiment de bombardement lors de la réorganisation de janvier 1920.

Elle devint ensuite 7e escadrille du 11e régiment de bombardement, puis 4e escadrille de la 101e escadre. Citée deux fois à l'ordre de l'armée, cette unité fut rebaptisée au cours des années trente 4e escadrille du GROUPE 2/23.

(source; L'AVIATION N°190 1984.)

 

mes_images026

G.B II/23

Éparpilles sur divers terrains d'Afrique du Nord, les LeO451, du II/23 sont regroupés à Marrakech le 25 juin 1940. Le groupe rejoint Meknés le 19 août, ou il reste stationné pendant deux ans et demi. Il est engagé dans les deux missions de représailles au-dessus de Gibraltar, au cours desquelles il perd un avion et son équipage à la D.C.A. britannique. Il effectue deux missions les 8 et 9 novembre 1942 avant d'être déferré à Ras-el-Maa, près de Fès.

COMMANDANTS DE GROUPES

Cne PLIQUE

Cdt BORDES             à/c16.10.40

Cdt BONNAMY        à/c 01.12.40

Cdt VENOT              à/c 12.09.40

mes_images029

Le LeO 451 n° 404 du GB II/23 prendra part à l'expédition du 24 septembre contre Gibraltar. On le voit ici à Meknès, en août 1940.

On note que le numéro de série a été inscrit à la craie sur la dérive et que son code tactique a été répété de la même manière juste en arrière de la cocarde. (collection: J.MUTIN)

(source:AERO JOURNAL HORS-SERIE N°6 Mars 2004)

 

Posté par DUCAPHIL à 21:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :