04 juin 2012

HOMMAGE AU CAPITAINE BERAUD

MAIS DEMAIN

NOUS RECOMMENCERONS...

img776

Equipage du capitaine BERAUD du "Guyenne" avec les mécaniciens au sol, abattu le 4 novembre 1944 au cours d'une mission sur BOCHUM.

Cet article, dédié au Capitaine BERAUD, porté disparu lors du dernier raid sur BOCHUM dans la Ruhr, a été écrit par un de ses camarades de combat et traduit les impressions vécues par tous les équipages de cette mission, une des nombreuses effectuées par les Groupes Lourds Français de la R.A.F., sur les objectifs industriels d'Allemagne.

Seize avions du Groupe participent à l'opération. L'objectif ce soir est une usine de pétrole synthétique et un centre férroviaires importants dans la Ruhr.

- Au cours de la nuit, le Halifax du Capitaine BERAUD est atteint par une rafale de mitrailleuse d'un chasseur de nuit. Les sept membres de l'équipage réussissent à sauter en parachute. Hélas, deux d'entre eux ne survivront pas: le lieutenant RAFFIN tombe sur une ligne à haute tension et meurt électrocuté. Le capitaine BERAUD pour sa part tombe non loin de là, son parachute déchiré. Ils avaient déclaré que " quoi qu'il arrive ", ils resteraient unis. Ils le sont dans la mort, enterrés dans le même cimetière, le cimetière communal de STOMMEIN.

----------------------------------------------------------

- A trois cents pieds après le décollage l'avion est entré dans la crasse. La nuit est presque tombée. Les paquets de brume traînent au sol. La faible lueur du tableau de bord me renvoie les indications des instruments qui sont notre vie. Déjà les difficultés surgissent. Il y a des jours comme cela, des jours où dès le départ on sent rôder dans l'air une ambiance malsaine, des jours où le pilote ne dit pas comme d'habitude aux autres membres de l'équipage: "Aujourd'hui, ça ira." Et aujourd'hui il me semble que la mission sera plus dure que d'habitude.

BOMBER COMMAND-82

  - Nous avons traversé huit mille pieds de nuages et maintenant nous volons près des camarades dont les lumières rouge, verte et blanches se mélangent aux étoiles. Et je pense. Je pense à tous ceux que j'aime et que peut-être je ne reverrai jamais. Ce n'est pas de l'émotion. C'est peut-être de l'angoisse. Mais c'est plus fort que moi. Je ne peux m'empêcher d'y penser. Peut-être mon coeur bat-il un peu plus vite que d'habitude. Je ne sais pas.

- Louis, tu peux monter.

- Le navigateur vient de me tirer de mes réflexions et de me rappeler à la réalité. Et je monte. 10.000, 12.000, 15.000 pieds. L'oxygène est branché, qui vous dessèche la gorge et vous brûle les poumons. Tous les avions viennent d'éteindre leurs feux de navigation et à bord on vérifie le black-out. Aucune lumière ne doit percer à l'extérieur. J'observe le ciel et ne vois rien. C'est cela, le vol de guerre de nuit. La nuit, tout prend des proportions anormales. On se bat contre un ennemi qu'on ne voit pas, et le pire ennemi est peut-être l'obscurité. Pendant des heures on regarde, on scrute le ciel, on essaie de deviner les ténèbres et pendant des heures on ne voit rien. Si, pourtant tout à coup, juste devant moi, une énorme lueur. Chacun à bord a compris tout de suite. Deux avions sont entrés en collision et le navigateur note sur son journal de bord: " 19.02 grosse explosion chute de deux avions en mer. "

BOMBER COMMAND-111

Et maintenant nous volons à 18.000 pieds

- Et maintenant nous volons en palier à 18.000 pieds. L'effort ce soir est de sept cent cinquante avions sur l'objectif. C'est quelque chose sept cent cinquante avions qui, dans la nuit, avancement groupés sans se voir. La tactique est de passer en masse et de passer à l'heure. Sa sécurité personnelle en dépend comme en dépend celle de l'ensemble des avions. Les retardataires, les traînards sont un gibier facile pour la chasse et la D.C.A. ennemies. Ce souci de l'heure est constant. Depuis le début du vol le vent est contre nous et plus fort que prévu et le navigateur me dit:

- Nous prenons du retard. Est-ce que tu peux forcer l'allure ?

- Non, c'est impossible

- Depuis le début de la montée, nous marchons au régime maximum autorisé, et en palier j'ai conservé ce régime.

- Mais voici la côte hollandaise, le territoire ennemi, les premières réactions de la D.C.A. et des projecteurs. La grande sarabande commence. Je n'essaierai pas de la décrire. Il faut l'avoir vécue pour se l'imaginer. Encore ce n'est rien quand tout va bien mais il faut compter aussi avec la machine, et en effet j'entends la voix calme du mécanicien annoncer:

- L'intérieur gauche chauffe. La température est à 120. Il faut réduire.

- L'intérieur gauche est réduit et nous continuons vers l'objectif. Maintenant il est certain que nous ne pourrons pas rattraper, d'autant plus que l'intérieur droit lui aussi commence à chauffer. Deux moteurs sont au régime maximum, deux moteurs sont réduits. Cela ne fait rien. Tant pis. Tant pis pour le retard. Tant pis pour l'heure. Tant pis pour tout. Nous poursuivons notre marche vers le but.

Au-dessus du territoire allemand

- Nous sommes maintenant en territoire allemand. Et bientôt au loin  l'objectif nous apparaît éclairé par les premiers incendies. Une centaine de projecteurs en barre le chemin. Il faut traverser ce barrage, éviter, virer, piquer jusqu'à ce que le barrage  est franchi et l'objectif approche. Des éclatements de feu, des flocons noirs illuminés par l'incendie et par le faisceau des projecteurs sillonnent le ciel. La mise en direction commence. Cap 110. Tout droit. L'avion avance dans le feu, les éclatements de D.C.A. et la lumière des "flares." Cap 110.

- Tout droit. C'est une vision d'Apocalypse. Cap 110. Tout droit. Je surveille les instruments et le ciel. 750 avions sont sur l'objectif et je ne les vois pas. Cap 110. Tout droit.

- Pilote attention, on va bombarder. On bombarde. Encore trente secondes en ligne droite pour la photographie. Trente secondes qui sont des siècles, et je vire.

- Sur notre droite maintenant je jette un coup d'oeil vers la ville où les rues sont tracées par le feu, simple coup d'oeil car il faut continuer à observer le ciel et fouiller l'obscurité. Les chasseurs sont dans les parages. Les "flares" s'allument. Les fusées montent. Au sol les feux clignotent. Cela sent et ça pue le chasseur.

- Mitrailleurs, faites attention.

Deux avions dégringolent

- Et en effet devant nous deux avions dégringolent et s'écrasent en feu au sol. Il faut se défendre. On évolue. A côté de nous un avion est pris par cinquante projecteurs et désemparé arrive au tapis. C'est un spectacle féérique et sauvage. On évolue. Virages, changements d'altitude. On se défend comme on peut. On se défend contre un ennemi qu'on ne voit toujours pas. Je pique, je pique. Je pique toujours. Et maintenant je vole juste au-dessus des nuages. En dessous de nous une "flying bomb" fait du vol de groupe avec nous et parfois je l'aperçois dans un trou. Ne serait-ce pas un "jet propel"? On évolue.

- On évolue et ainsi nous gagnons la Belgique, terre amie. Seul le risque de chasseurs subsiste. Mais petit à petit la bataille diminue d'intensité. Peu à peu le ciel semble perdre sa vie. Maintenant tout est rentré dans le calme. Je dis au mécanicien qui pendant une heure est resté à côté de moi observant les ténèbres et prêt à m'aider:

- "C'est fini. Vous pouvez aller vérifier si toutes les bombes sont parties."

- La bataille est terminée. Depuis plus d'une heure je suis crispé aux commandes. L'oeil en éveil, prêt à agir dans le dixième de seconde qui suit, prêt à exécuter la manoeuvre qui peut-être pourrait nous sauver. Maintenant les muscles se relâchent, les nerfs se calment se laisse aller. C'est la détente après l'effort. Le radio s'approche de moi et avec un sourire me fait signe du pouce. Je lui serre la main. Il y a cinq ans que l'on vol ensemble, animé par le même esprit et la même confiance réciproque. Et depuis que nous sommes en Angleterre c'est la 24ème fois que je lui serre la main dans les mêmes conditions. Les dangers courus ensemble pendant ces cinq années de guerre ont scellé notre amitié.

- La première partie de la mission est terminée. La seconde va commencer. Il s'agit de rentrer à la base. La météo nous a annoncé l'arrivée d'un front nuageux à l'heure du retour , et en effet au fur et à mesure que nous approchons de la base, le plafond baisse et la visibilité diminue. A quelques minutes de l'aérodrome je branche le R.I. Alors je commence à entendre la voix des camarades. Je le reconnais. "Tiens, voilà A... Voilà B... Depuis près de cinq heures nous nous battons isolés. Perdus dans l'immensité de la nuit, seuls contre l'ennemi, contre les éléments, contre l'obscurité. Et cela fait plaisir après ce dur combat solitaire, de retrouver ses amis, ses camarades. Je les cherche dans le ciel et suis heureux de les savoir, comme moi, rendus au port.

ça y est

- Mais la mission n'est pas terminée. Pour le moment je surveille le ciel pour éviter la collision fatale. Une nouvelle fois je dis "Mitrailleur, faites attention" J'observe la piste et prépare l'atterrissage. L'avion est secoué par de violents coups de tabac. Au sol il fait une violent tempête et tout à coup dans le ciel jaillit une fusée rouge. Un avion vient de faucher son train à l'atterrissage. L'aérodrome est inutilisable et on nous envoie nous poser sur un autre terrain où dans les rafales de vent je mène l'avion au sol. Lentement il s'arrête. Je fais le point fixe et je coupe les moteurs. Je suis fatigué. Je suis éreinter. Il faut encore bloquer les commandes pour éviter qu'avec la tempête elles ne se détériorent. Cela y est. Pendant une seconde je ferme les yeux et respire profondément. C'est fini.

- Non, ce n'est pas fini. Nous avons encore à subir l'interrogation et apprendre que cinq avions sur seize manquent à l'appel. Demain il seront portés "missing" mais demain aussi nous recommencerons.

( L.B.)

Posté par DUCAPHIL à 21:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


09 novembre 2013

UN ANCIEN NOUS A QUITTE ANDRE GODEFERT

UN ANCIEN NOUS A QUITTE

Monsieur André GODEFERT

C'est avec une immense tristesse que je vous fait part du décès de Monsieur André GODEFERT mitrailleur-supérieur de l'équipage du lieutenant DELVOYE, le grand-père de Monsieur Laurent DESCÔTES survenu le jeudi 7 novembre 2013.

Ces obsèques auront lieu le mercredi 13 novembre 2013 à 10h15 en l'église de Saint-Lyé 10180 dans l'Aube.

Je présente mes plus sincères condoléances à son épouse, ainsi qu'à toute sa famille.

39312796

EQUIPAGE DU Lt DELVOYE

Pilote: Lt DELVOYE (Cdt d'avion) Navigateur: Lt BALDASSARI, Bombardier: Lt CAPPAROS, Radio: Sgt/C VIGNE, Mécanicien: Sgt/C MARAMBER, Mitrailleur-supérieur: Sgt André GODEFERT, Mitrailleur-arrière: Sgt GRAZIANI.

32923979

Citation du Sgt André GODEFERT.

Posté par DUCAPHIL à 17:31 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

25 novembre 2013

UN ANCIEN NOUS A QUITTE MARC DUCCHESCHI

UN ANCIEN NOUS A QUITTE

DUCCESCHI_Marc

Marc DUCCHESCHI

Marc DUCCHESCHI mécanicien au sol appartenait au 1/25 Tunisie Squadron 347 basé à Elvington.

Il faisait également parti de l'Association Nationale des Sous-Officiers de Réserve de l'Armée de l'Air (ANSORRA) de l'Essonne.

Ses obsèques auront lieu le vendredi 29 novembre à 14h30 en l'église St-Blaise-Moulignon. Village situé près de SAINT FARGEAU-PONTHIERRY à coté du magasin "TRUFFAUT" (629 rue grande, 77310 SAINT FARGEAU-PONTHIERRY)

L'ANSORRA de l'Essonne lui rendra un dernier hommage lors de ses obsèques.

(Monsieur Claude LERENARD - Président ANSORAA de l'Essonne)

Posté par DUCAPHIL à 12:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

09 janvier 2014

UN ANCIEN NOUS A QUITTE ROBERT SAUBRY-BOBET

46334757

Robert SAUBRY-BOBET.

Robert SAUBRY-BOBET nous a quitté dimanche dernier 5/1/2014 agé de 92 ans.

Ses obsèques auront lieu samedi prochain à l'église du village de Mont-Saint-Aignan (Seine-Maritime)

 


img720img721img722

Monsieur Robert Saubry-Bobet avait écrit un livre sur les Groupes Lourds "De Paris à Elvington".

Je présente mes plus sincères condoléances a la famille.

Ducastelle Philippe

 

 

 

 

Posté par DUCAPHIL à 20:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 janvier 2014

UN ANCIEN NOUS A QUITTE LUCIEN MALLIA

UNE BIEN TRISTE NOUVELLE

Lucien MALLIA s'est éteint hier 23 janvier chez lui.

img895

Lucien MALLIA premier à partir de la droite.

Lucien venait de fêter ses 91 ans. Ancien du Guyenne il était mitrailleur-arrière dans l'équipage du Capitaine Nottelle. Leur avion a été touché à leur retour à l'approche d'Elvington pendant "la nuit des Intruders" dans la nuit du 3 au 4 mers 1945. Lucien blessé au visage, le Capitaine Nottelle commandant d'avion également grièvement blessé, les autres membres de l'équipage sont sains et saufs.

Lucien Mallia était un très fidèle soutien de notre Association.

Les obsèques de Lucien MALLIA auront lieu.

Mardi 28 janvier à 14h15

Eglise Saint-Denis (Place du Général Leclerc) 77340 PONTAULT-COMBAULT.

La cérémonie sera suivie d'une crémation.

(Source: Monsieur Paul Bogaert Président de l'A.A.A.G.L.)

Je présente mes plus sincères condoléaces a la famille.

Ducastelle Philippe

YORKPRESS 

DSC_0259

Notre cher Lucien à Elvington en 2011.

http://www.yorkpress.co.uk/news/10967536.Tributes_paid_to_French_RAF_war_veteran/

 

Posté par DUCAPHIL à 13:34 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


06 janvier 2015

UN ANCIEN NOUS A QUITTES RAYMOND JUSTE

 

De la part de madame Magali CLAVIER-JUSTE.

Décès de monsieur Raymond JUSTE le 5 janvier 2015 à 18h48, soit jour pour jour 70 ans après que son avion ait été abattu en Allemagne, après une mission sur Hanovre.

75916796

Lieutenant Raymond JUSTE.

equipage deleuze

Equipage du Lt DELEUZE.

De gauche à droite:

Mécanicien: Sgt/cC Raymond JUSTE, Radio: Sgt CHABOUD, Pilote: Lt DELEUZE, Navigateur: Lt COURVALIN, Bombardier: Aspt VEZOLLE, Mitrailleur-supérieur: Sgt MEAU, Mitrailleur-arrière: Sgt BASTIAN.

5/6.01.1945 - Objectif: Hanovre - Squadron 347 - 2 morts.

Sur le chemin du retour, le Halifax du lieutenant DELEUZE est attaqué par un chasseur de nuit. L'incendie se déclare et l'ordre d'évacuation est donné. Le bombardier, le navigateur et le radio sautent par la trappe avant. Le mitrailleur arrière BASTIAN et le mécanicien JUSTE aident MEAU à évacuer, puis sautent à leur tour.

L'équipage sera fait prisonnier à l'exception de l'aspirant VEZOLLE tué au sol sous prétexte d'évasion et du sergent MEAU qui sera abattu par un garde civil peu après avoir touché le sol. DELEUZE et BASTIAN réussiront l'un et l'autre une évasion spectaculaire. VEZOLLE a été inhumé le 10.01.1945 au Parish cimetière d'Imbremburen (25 km O. d'Osnabrück) et MEAU le 08.01.1945 au cimetière catholique de Saerbruck (30 km sud-ouest d'Osnabrück).

Je présente mes plus sincères condoléances a la famille.

Ducastelle Philippe.

 

Posté par DUCAPHIL à 13:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

18 mars 2015

UN ANCIEN NOUS A QUITTES LOUIS NAVARRE

UN ANCIEN NOUS A QUITTES

LOUIS NAVARRE

De la part de son fils monsieur Navarre

Décès de monsieur Louis Navarre mécanicien Radar ancien des GROUPES LOURDS d'Elvington, les obsèques auront lieu le jeudi 19 mars de 14h à 14h30 pour la fermeture du cercueil au pompes funèbres: 58 Avenue Monseigneur de Langle, 11400 Castelnaudary.

Puis à 15h, au cimetière de Villeneuve la comptal pour l'enterrement.

 

46806714

Le Sergent-Chef Louis Navarre en 1949 avec son fils au cours d'une période à Aix-en-Provence, dernier contact avec l'armée de l'Air.

Son parcours sur le lien suivant:

http://halifax346et347.canalblog.com/archives/2009/04/08/13305856.html

Je présente mes plus sincères condoléances a la famille.

Ducastelle Philippe.

 

Posté par DUCAPHIL à 11:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

29 avril 2015

UNE BIEN TRISTE NOUVELLE LE DECES DE DOMINIQUE THIRY

Communiqué de monsieur Paul BOGAERT.

Une bien triste nouvelle

Chers amis (es) des GROUPES LOURDS

J'ai appris ce matin la triste nouvelle du décès de Dominique THIRY ce jour 29 avril.

Dominique était le 1er Vice-Président de l'Association des Anciens et Amis des Groupes Lourds, il travaillait à mes côtés depuis le début de ma présidence en janvier 2009. Nous perdons un ami cher à nous tous et il va nous manquer.

Ceux qui souhaitent lui rendre un dernier hommage peuvent se joindre à nous lors de la messe d'obsèques qui aura lieu le mercredi 6 mai à 11h30.

Chappelle du Val de Grace

1, Place Alphonse Laveran

75005 - Paris  Métro Port Royal.

Paul BOGAERT

Président du Comité de Direction 

de l'Association des Anciens et Amis des Groupes Lourds.

Aéroclub de France - 6, Rue Galilée - 75782 Paris CEDEX16

Posté par DUCAPHIL à 18:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 mai 2015

ILS TOMBERENT SOUS LES BALLES DE L'OCCUPANT

Ils tombèrent sous les balles de l'occupant

Hommage

Aux

Sgt/C Jean-Magloire Dorange

et

le Sgt Pierre Devouassoud

img015

1 ESO Porteurs gerbes

Elèves CE RH Air - Porteurs de gerbes - Entrée de l'Abbatiale.

2 Nef Abbatiale

Cérémonie religieuse dans l'abbatiale.

3 Cortège 1

Le cortège vers le lieu du drame.

4 Allocution du Pdt du Cseil départemental

Allocution de M. Coquelin, représentant M. Bas, Sénateur et Président du Conseil départemental.

5 Dépot gerbe EFQ 1

Dépôt de gerbe par le CRCl Henry et le Lcl Chevalier.

5 Dépot gerbe EFQ 2

6 stèle honorée 2015

La stèle honoré.

7 Vitrail Abbatiale

Les vitraux de l'abbatiale.

8 Délégation air_ actifs et ansoraa

La délégation Air - actifs et ANSORAA.

(Source: Daniel BETHENCOURT)

Posté par DUCAPHIL à 18:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

11 mai 2015

UNE PLAQUE POUR DEUX AVIATEURS ANGLAIS

LE 8 MAI 2015

à

AUDENGE

Une plaque pour le souvenirs des deux aviateurs anglais du Squadron 151 (Mosquito Mk13). Terence Birch et Ernest Stanley Tickle tombés le 10 juin 1944 au domaine de Certes.

nathalie-le-yondre-et-mathew-birc-decouvrent-la-plaque_2728598_800x400

Nathalie Le Yondre et Mathew Bric découvrent la plaque.

(collection: Stéphane THIERRY)

http://www.sudouest.fr/2015/05/11/une-plaque-pour-deux-aviatuets-anglais-1917479-2742.php

8maiAudenge15-710x400

Lien vers la vidéo qui retrace la cérémonie:

http://mairie-audenge.fr/tourisme/photos-videos/galerie-videos/item/821-video-tvba

(Source: Dennett Stannard)

 

Terence_Birch_Grave

Stèle du Pilote W.O. Trence Birch.

Lien vers le crash du Mosquito Mk13.

http://www.raf151squadron.webspace.virginmedia.com/terence_birch.htm

 

 

Posté par DUCAPHIL à 16:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :