13 décembre 2012

JOYEUX NOËL et BONNE ANNEE

UN JOYEUX NOËL

ET UNE BONNE ANNEE

A tous les Anciens, les enfants, les petits-enfants et les Amis des Groupes Lourds et du Groupe Lorraine

img409

HALIFAX "Friday The 13th"

Je profite de l'occasion pour remercier tous ceux qui ont depuis 5 ans participé et partagé leurs documents et ma passion pour les Groupes Lourds et le Lorraine, pour le souvenir de mon père et de ses camarades, a qui je doit la découverte des Groupes Lourds et mon inscription au sein de l'Association après des retrouvailles en 2007, "un souvenir inoubliable pour moi".

Pour votre information, depuis sa création le site a été visité 125794 fois avec 255991 pages vues.

MES MEILLEURS VOEUX POUR 2013.

Ducastelle Philippe

Posté par DUCAPHIL à 11:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :


03 décembre 2012

QUELQUES SOUVENIRS DE RAPHAËL MASSON

VOICI QUELQUES SOUVENIRS

D'UN ANCIEN DES GROUPES LOURDS

RAPHAËL MASSON

MITRAILLEUR-SUPERIEUR

DE L'EQUIPAGE DU CAPITAINE VEAUVY

40475573

Raphaël MASSON

AGADIR 1943

Début de 1943 à Agadir sud marocain. C'est à la base aérienne d'Agadir où j'ai fais mes premiers pas en école de navigant.

Ce sont de bons souvenir, avec le pays, les autochtones, les copains, nouvelle ambiance, etc...

C'est là que j'ai fais mon baptême de l'air sur un Potez 540, nous étions plusieurs nouveaux.

Il m'est resté un souvenir amusant. Nous avons été équipés d'habit de vol et évidement d'un parachute. Il n'en était pas de même de nous, bien que personne ne nous avait dit de le porter. Mais en l'air nous étions tous près de la sortie de secours et en ayant eut soin de bien vérifier le fonctionnement du pêne d'ouverture. Pendant ce parcours de vol en direction du sud et à 1500 m. d'altitude le pilote avait réglé ses commandes de façon à ce que l'appareil puisse voler en vol horizontal sans toucher les commandes. Au bout d'un moment il se lève de son siège et vient vers nous à l'arrière. Ce qui fait que l'avion est déstabilisé et se met à monter jusqu'à ce qu'il perde de la vitesse. Que faisait l'avion? Il se mettait seul en piqué.

Mais nous, en sentant cela, nous avions les mains sur la poignée de sortie.

Et le pilote se "marrait"... Mais pas nous...! C'était la première foi...!

Par la suite nous avons volé souvent sur un DB7.

Une foi à un atterrissage où je me trouvais dans le nez de l'appareil à genoux et la tête près du plexiglas du nez de l'avion, je voyais la piste défilée à grande vitesse quand la roue d'atterrissage se déverrouille et l'appareil à piqué du nez instantanément, mais la vitesse de la piste, à 20 cm de ma figure, était incommensurable. "On s'en souvient"...!

Mi-juin 1944

Une véritable chance d'être revenu.


Nous étions à Lossiemouth dans le nord de l'Ecosse en entraînement dans notre nouvel équipage et entraînement pour mission de guerre.

Notre mission fictive était. Direction: Atlantique cap nord de nuit. Nous avions déjà dépassé toutes les îles, quand un incendie s'est déclaré derrière le poste de pilotage de ce Wellington (carlingue entoilée). Immédiatement le mécanicien à pris l'extincteur et la déchargé sur le foyer. Le feu continuait.

Ce mécano a pris des vêtements, en partie les siens pour étouffer le feu. Pendant ce temps le navigateur à donné un cap de retour et de descendre au dessous de 3000 mètres. Pour ce débarrasser des masques à oxygène, car le feu avait déjà détruit la canalisation générale d'oxygène. Dans ce même laps de temps très court, le commandant ma donné l'ordre d'être avec le parachute à coté de la trappe de sortie et la main sur la poignée de la libération du dinghy au cas ou il donnerait l'ordre de sauter en parachute. Nous n'avions déjà plus de communication radio avec la base et même le poste de secours "DARKY" ne fonctionnait plus. Et le mécano dit dans le micro j'ai réussi à l'éteindre. OUF... Mais comme ce n'était pourtant qu'une mission fictive, le commandant navigateur à dit: Nous continuons la mission mais à une altitude plus basse que celle prévue. A la fin de cette mission nous sommes rentrés, toujours de nuit, à la base où on nous avait déjà porté "missing". Le terrain à été rallumé, sur le bruit des moteurs.

Le commandant de la base est venu nous recevoir et nous à dit: Vous verrez demain au rapport ! nous pensions tous que l'on nous virerait, car nous n'avons pas respecté la consigne de retour immédiat après un incendie. Le lendemain au rapport de 10h00. L'Air chef Marshal était déjà arrivé de Londres.

Au lieu de nous réprimander, il nous a pris comme exemple pour la R.A.F. Ce n'est pas un équipage anglais qui aurait pris cette décision de faire une mission coûte que coûte avec ce courage, cette discipline, ce devoir, cette rigueur. Félicitations...

A la sortie de la base, nous nous méfions de la jalousie des personnels.

 

DSC_0122

York octobre 2011

De gauche à droite:

Ian REED, Paul BOGAERT, Raphaël MASSON, Andy DIXON, Alex ROBERTS.

 28 janvier 1945


Le 28 janvier 1945 une "MISSION" non terminée. "Stuttgart" nous décollions sur la piste d'Elvington pour la première foi en surcharge "33tonnes". Mais arrivé presque en fin de décollage, un moteur nous a lâché (vilebrequin cassé).

Le pilote et le mécanicien ont décidés de finir de décoller car ce n'était plus possible de s'arrêter car nous étions en bout de piste.

Les trois moteurs en sur-régime nous ont permis de passer au dessus de la ville de York et à coté de la cathédrale, direction ouest. Après avoir dépensé 1 tonne de carburant nous avons viré degré par degré sur la gauche jusqu'à se trouver cap Est.

Au bout d'un certain temps où nous avions déjà dépensé plusieurs tonnes de carburant et avoir pu atteindre quelques centaines de mètres nous arrivions en vu de la côte Est et dans un nuage en surfusion à -4°, je dis au pilote, dans le micro, nous givrons. Le pilote Paul GRIDELET, fin pilote, à piqué instantanément et a rétabli, à l'altimètre, à 25 mètres de l'eau de la mer du nord... Ouf...! et nous avons continué plein Est, entre la mer et le bas du nuage à 60 mètres environ, jusqu'à mi-chemin entre la côte de l'Angleterre et la côte du Danemark. Et nous avons viré à 180° au moment où nous avons quitté le pied du nuage et continué à monter lentement en tire-bouchon jusqu'à 500 mètres. Avons pris le cap plein nord. Le commandant d'avion, le pilote et le bombardier ont pris la décision de larguer les bombes INERTE compris celle de 2000.

Au moment où le bombardier à dit: bombe gonne, le pilote a rétablit l'avion à l'horizontal et diminué le régime des moteurs. En même temps il à incliné l'avion, de façon à mieux voir la descente des bombes. Au moment de l'impact la grosse bombe a exploser quand même et instinctivement nous nous sommes cramponnés sur nos sièges, vu la courte distance entre nous et l'explosion. L'avion à été solide, vu la terrible secousse. et nous avons rejoint notre base...!

Février 1945

Mission de guerre

En février 1945 en retour de mission de guerre, dans l'l'est de l'Allemagne, sur quadrimoteur Halifax "L for love" et encore au dessus de ce territoire à environ 3000 m d'altitude, de jour, le mitrailleur-arrière a pris la parole avant moi et a crié dans le micro "PIQUE".

Un quadrimoteur arrivait sur notre gauche un peu au dessus de nous en se rapprochant très vite. Comme il était en virage sur sa droite, il était penché, et nous voyait au dessus de lui et croyant passer au dessous de nous, il à aussi piqué.

Comme nous avions déjà commencé notre manoeuvre évasive, le mitrailleur-arrière a répété encore trois fois piqué... piqué... piqué, car l'autre avion à continué le même ordre. Nous avions appris dans nos écoles de l'air de ne jamais revenir sur une manoeuvre, mais toujours l'amplifier.

Nous nous sommes retrouvés tout les deux en descente à la verticale, à 400 km/h. Je revoie toujours les quatre hélices et moteurs défiler entre les deux empennages et moi et au dessus de la carlingue, étant en descente à la verticale. Je pensais que les hélices allaient couper le dessus de la carlingue en voyant aussi défiler les 4 moteurs.

Sitôt ce passage terminé le mitrailleur-arrière à dit: C'est bon il est passé. Le pilote a redressé l'avion et nous nous sommes retrouvé à encaisser "9G'". L'avion a été costaud...! Le navigateur à aussitôt demandé ce qui s'était passé. La réponse immédiate a été une respiration intense.

Il était temps de faire cette ressource car lorsque nous avons rétabli, nous étions au ras des "pâquerettes".

Et nous avons continué sans encombre.

 

DSC_0326

Elvington Octobre 2011, au Mémorial des Groupes Lourds.

De gauche à droite:

Lucien MALLIA, Raphaël MASSON, Jean BILLAUD, avec les enfants de la commune d'Elvington.

UNE MISSION DE GUERRE

Le 13 mars 1945, nous avons été informés et préparé sur les chapeaux de roue, une mission qui a été détecté par "l'INTELLIGENCE-SERVICE": Un train de munition doit arriver en gare de Wuppertal entre 11h00 et 11h30.

La météo contactée, annonce qu'il y a des nuages à 3000 m et qu'il y a un trou dans ce nuage qui doit passer au dessus de Wuppertal entre 11h00 et 11h30. La direction opérationnelle de la R.A.F. nous prépare, entre autre, à être sur cet objectif dans ce temps là.

Nous y sommes arrivé, moi dans le "L for love" du groupe 346 Guyenne, dans les premiers. Personnellement j'ai vu ce train de: environ 1 km de long dans la gare et stoppé. Ce train, surchargé de munition, était destiné pour le front.

Lorsque les premières bombes ont touché cet objectif, nous n'avons plus rien vu. Une boule de fumée est montée et a bouché ce trou de nuage et a continué de monté jusqu'à 12 à 15 milles mètres.

Nous sommes rentrés à notre base d'Elvington. Le lendemain on nous a projeté les résultats. A la place du train et de la gare il y avait un immense entonnoir, peut-être 10 m de profondeur sur plus de 500 m de diamètre.

La ville de Wuppertal avait des maisons délabrées sans toit. Après la guerre, il a été étudié que cette explosion équivalait à 2 bombes nucléaires.

Nous sommes marqués à jamais par cette explosion.

Raphaël MASSON mitrailleur-supérieur/observateur sur Halifax.

 

40444684

Halifax III "H 7 P" RG-592

Livré le 04.04.1945 (corkscrew) après un vol d'entraînement, atterrissage accompagné d'une rupture de l'aile gauche, Cpt VEAUVY Cdt d'avion, Pilote S/Lt GRIDELET, hors d'usage 07.04.1945.

1945

En 1945, il y a eut un avion qui n'est pas revenu. Une femme pilote à amené un avion neuf de Manchester, en remplacement.

Comme nous étions libre de mission à ce moment là le commandement de la base nous a désigné pour l'essai en vol. Nous avons eut une mission fictive au dessus de l'Angleterre, pour tout tester.

Ce que nous avons accompli et qu'il nous restait encore des minutes à accomplir, nous nous sommes amusé à faire des saute-moutons au dessus des nuages. Et nous sommes rentrés normalement. Mais!! arrivé au dessus de la base, nous avons sorti le train d'atterrissage et nous sommes descendus normalement en face de la piste. Lorsque nous étions à environ 50 à 25 mètres au dessus de la piste, avec mon ami le radio et assis derrière le longeron des ailes, nous avons entendu un fort craquement et une déchirure dans notre dos vers le bas du longeron.

A ce même moment l'avion est tombé en tournant sur la piste.

En école nous avons tous appris à évacuer le plus rapidement possible et discipliné dans l'ordre. Nous étions arrivés à évacuer en 9 secondes. Mais à ce moment là nous avons évacué à environ 6 secondes. Et sans "bobos".

Pendant 3 jours personnes étaient autorisé à approcher de l'avion, sauf les spécialistes venu de Londres pour interrogatoire et rayon X sur la cassure. C'était une paille de fabrication. Cela s'est produit à 25 mètres.

Raphaël MASSON

Posté par DUCAPHIL à 20:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

14 novembre 2012

MESSE DU SOUVENIR POUR LES 5 EQUIPAGES DU GUYENNE

PARIS CATHEDRALE DES INVALIDES

9 NOVEMBRE 2012

Messe commémorant le souvenir des 5 équipages du Groupe Guyenne abattus au-dessus de Bochum le 4 novembre 1944.

Le Général Paul FOUILLAND (ancien grand commandeur des Forces Aériennes Stratégiques et Vice-Président d'Honneur de l'Association) nous faisait l'honneur de présider la Messe et le repas. Egalement présent le commandant CROCICIA et le capitaine INTIGNANO.

Paul BOGAERT Président de l'Association des Groupes Lourds.

DSCF6698R

(collection: Anne BOGAERT)

Lucien MALLIA, Jean CAILLET.

 

DSCF6715R

Mme DELMAS (la fille du Lt BENOIST chef de l'armurerie) Jean-Paul DELMAS, Paul BOGAERT, Jean CAILLET,Colonel ITART-LONGUEVILLE (Sqnd 347, Tunisie,ancien trésorier de l'Association) , Général Paul FOUILLAND, Nicole ROUSSEAU-PAYEN, Jean-Paul CHURET, Mme Suzanne CALMEL.

DSCF6691R

img067 

Lucien MALLIA, Jean CAILLET, Porte-Drapeau ??.

Le porte-drapeau a confectionné l'étandard des Groupes Lourds avec son épouse brodeuse.

(collection: Nicole ROUSSEAU-PAYEN)

DSCF6720R

Lucien MALLIA, Jean CAILLET, ??.

 

DSCF6726R

Mme Jacqueline CREPIN, Commandant CORCICIA, ??.

 

DSCF6733R

Mr Paul BOGAERT Président de l'Association des Groupes Lourds, Mr Bernard GAUDINEAU Président de l'ADRAR Amicale des anciens Radio-Navigants, Général Paul FOUILLAND Vice-Président d'Honneur de l'Association)

 

DSCF6736R

(collection: Anne BOGAERT)

 

Posté par DUCAPHIL à 17:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

LE GROUPE "TUNISIE" A TUNIS

LE GROUPE "TUNISIE"

A TUNIS

 

img046

La destinée s'amuse parfois à fixer des rendez-vous et à donner des dates à certains retours. Dans huit jours ou plus exactement vendredi prochain vingt-six avril, nous fêterons sur cet aérodrome d'El Aouina qui vit tant d'envols et accueillit tant d'ailes glorieuses, le passage trop rapide, hélas du groupe de bombardement lourd "Tunisie" qui militairement s'appelle le 1/25 et dont la naissance remonte a l'année 1936.

A cette époque le premier groupe de la 25e Escadre Aérienne était basé à Sidi-Ahmed. Il était le petit-fils de la célèbre escadrille B101 qui fit merveille au début de la guerre de Trente Ans et dont tous les vieux volatiles de 1914-18 conservent la mémoire.

 

bloch_200__GB_1_25_coll_yves_Herrou

Bloch 200 1/25 Tunisie 1er escadrille (la chouette)Tunis El-Aouina.

(collection: Yves HERROU)

Faut-il épiloguer sur des souvenirs ? Je n'oserais pas. Les glorieux hôtes de l'aviation de Tunisie en manifesteraient de l'ennui et même de l'impatience. Mais tout de même rappelons-nous en vitesse que le 1/25 fait la drôle de guerre sur Bloch 200 et accumule les missions de surveillance et de protection des convois en Méditerranée.

 

64713687

Tunis El-Aouina 2ème escadrille du "bison".

(collection: Annie LACAULT)

En 40, pour montrer aux bravissimes franginissimes d'en face que nous sommes là "Tunisie" qui du reste n'est pas encore "Tunisie" s'en va égrener ses perles sur la base de Novi Ligure. Viennent les sales heures d'incertitude, de dégoût, de désarroi. Le 1/25 attend quelque chose. Et 42 arrive. Alors le groupe s'égaille et rallie l'Angleterre c'est-à-dire la liberté, le grand Charles, la raison de vivre et aussi de mourir.

 

64820693

Le 1/25 Tunisie à El Aouina avec au centre en blouson blanc le Cdt VIGOUROUX.

(collection: Annie LACAULT)

Et le 1/25   devient "Tunisie". Avec ses vieux tarares qu'il rafistole tant bien que mal il reprend la lutte au dessus de l'Afrique du Nord, laissant ça et là bien des camarades dont on parle toujours aujourd'hui.

LA PREMIERE MANCHE

La première manche gagnée "Tunisie" fait son bilan et son inventaire. Les deux sont éloquents, mais sévères. Il manque beaucoup de braves dans les équipages. Quand aux avions, comme on dit, ils n'en veulent plus.

"Tunisie" se rendra donc en Angleterre pour refaire ses plumes et se préparer à plus d'aventures c'est-à-dire à plus de gloire.

img047

Halifax de la 2e escadrille (du bison) du Tunisie.

Et le 12 juin 1944, après un entraînement minutieux "Tunisie" maintenant équipé de quadrimoteurs de bombardement lourd "Halifax" entre en opérations sous le commandement du colonel VIGOUROUX qui n'a pas quitté le groupe depuis le temps qu'il opérait en Tunisie.

Peut-on dire ce qu'est la vie des bombardiers de nuit ? Cela fait presque sourire. Les meilleurs écrivains ne savent que balbutier devant l'inexprimable calvaire des hommes devant la mort. Les guerriers du ciel vivent, peinent combattent et meurent ensemble c'est-à-dire sans témoins, dans une aventure surhumaine où tout est inimaginable.

Et quand l'aventure se passe la nuit à quatre cents kilomètres à l'heure dans les fulgurances multicolores et mortelles de mille et mille projectiles, jugez-vous de l'épreuve des nerfs et de l'esprit humain.

PRODIGIEUX !

Non. Et c'est cela qui est prodigieux.

On ne peut rien imaginer, rien oser, rien reconstituer de ces courses monstrueuses et grandioses dans le ciel.

Pour ceux qui en sont revenus, il y a dans les mémoires le dernier sourire des morts, le dernier geste sublime où il n'y avait de place ni pour l'exaltation, ni pour le paroxysme.

Le groupe a perdu jusqu'à 50 pour cent de son personnel. Tous sont morts à leur poste dans le sang froid terrible d'un métier qui ne permet nulle nervosité, nulle impulsion, mais où tout se calcule, même la mort avec la plus intransigeante précision.

Autrefois, il y a trente ans les aviateurs faisaient la guerre en mousquetaires, ce qui permettait de faire autour d'exploits épisodiques un jeu de littérature.

Aujourd'hui la gloire aérienne est une comptabilité.

Cela lui enlève toute figure humaine si j'ose dire, mais elle y gagne en poids. Pour moi, le vieux de la vieille, ces citations que nous lisons aujourd'hui et qui ressemblent à des statistiques, ont quelque chose d'affolant.

 

halifax (3)

DES ENFANTS CHEVAUCHANT DES MONSTRES

Quand je regarde ces enfants chevaucher des monstres qui se définissent par tonnes et par milliers de chevaux, je pense au génial écrivain de l'Apocalypse en me disant qu'aujourd'hui il serait bien démonétisé.

Et ces gosses gigantesques semblent ne pas mesurer la valeur de leur geste, de leur audace, de leur renoncement.

Aucun d'eux pourtant n'a jamais pu méconnaître la portée de son risque et l'inconscience du danger ne peut jamais atténuer la grandeur de son geste.

Tous ceux qui sont tombés avaient accepté d'avance le sacrifice, dans le secret de leur coeur et dans la volonté absolument nette et réfléchie d'une âme sans défaillance.

C'est pour cela qu'il est sublime d'être aviateur, car c'est le métier où l'on peut choisir sa mort.

UNE PARTIE DU CIEL

Les morts de "Tunisie" ne sont même pas tombés. Ils sont devenus une partie de ce ciel, où ils vivaient dans l'exaltation sereine et la pureté de leurs sentiments. Ils étaient des anges prisonniers sur terre.

 Les autres, ceux qui sont restés, en gardent le souvenir avec orgueil, mais sans tristesse, puisque les victimes du ciel ont eu leur couronnement.

Assez de laïus, de mots, de fadaises que les hommes de "Tunisie" ne liront pas je l'espère et ne sont que pour nous. Seulement quand ils viendront dans huit jours, regarder bien.

Vous verrez dans la flamme dansante des sourires, dans la désinvolture même des gestes, quelque chose que vous ne saurez définir et qui vous surprendra. Ce sera le prodigieux sortilège issu d'une foi puissante au service d'un patriotisme sans faiblesse et d'une volonté sans défaut.

Et ces jeunes hommes tous froidement volontaires de la mort portent en eux quelque chose de plus que la vie. Et pour les distinguer des autres les Grecs de l'antiquité avaient inventé à la fois un mot et une aristocratie, dans laquelle ils rangeaient les meilleurs et les plus grands d'entre mes hommes.

C'étaient les héros.

Pierre LEGRAND.

( Source: "La Dépêche Tunisienne" Tunis.)

Posté par DUCAPHIL à 11:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

AVIS DE RECHERCHE AVIATEURS FRANCAIS

AVIS DE RECHERCHE

André HAUTOT

Sur l'inhumation d'aviateurs Français, le lieu cimetière? Les noms des aviateurs.

img041

img042

(collection: André HAUTOT)

Posté par DUCAPHIL à 08:46 - Commentaires [1] - Permalien [#]


09 novembre 2012

LES BLEUETS HONORENT LES MORTS ALLIES DE LA GUERRE

Allied Air Forces Mémorial

l'opération Bleuet

get_attachment

ROUGE ET BLEU: Sandrine Bauchet, Yorkshire Air Museum, tient un bleuet et Alexis Menendez, Café Rouge, tient un Poppy devant le restaurant sur Low Petergate à York, où les deux fleurs du souvenirs sont mises à disposition.

Les Bleuets honorent les morts alliés de la guerre.

Pour soutenir l'opération des Poppy, cette année, le restaurant Café Rouge et le Yorkshire Air Museum offrent les Bleuets français au coté du traditionnel Poppy. La Grande-Bretagne combattit sur le sol français pendant les deux guerres mondiales et la perte de vie par nos alliés fut immense. Les Bleuets sont le symbole français du souvenir. La fleur bleue azure sera mise à disposition en reconnaissance des hommes et des femmes allié(e)s et aux milliers d'innocents et civils qui furent tués pendant les deux guerres mondiales.

Au total, 2500 aviateurs français, rattachés au Bomber Command de la R.A.F. furent basés à Elvington, près de York, pendant 18 mois pendant la Seconde Guerre Mondiale - Plus de la moitié des équipages furent tués en action.

http://www.yorkpress.co.uk/news/10037550. Round_up_of_remembrance_events/

DSCF6181_2_

Sandrine Bauchet Yorkshire Air Museum, souvenir de la commémoration du raid sur Bochum où le groupe Guyenne perdit 5 équipages en une nuit.

------------------------------------------

11 novembre 2012 au village d'Elvington

Cérémonie du dimanche 11 novembre 2012 au village d'Elvington (près de York, Angleterre) et au Allied Air Forces Mémorial & Yorkshire Air Muséum, où trois cérémonies furent organisées en mémoire des hommes et des femmes allié(e)s et aux milliers d'innocents et civils qui furent tués pendant les deux guerres mondiales.

Furent présents, le Lieutenant-colonel Dominique CALLIGARIS, Officier de liaison de l'Armée de l'Air Française, les Meneurs d'escadrille Georges Ben "Bar" et Dereck REINHARDT, de la Haute Commission d'Australie, le Président de l'Association des Groupes Lourds Paul BOGAERT et son épouse ainsi que Madame Nicole Allain secrétaire adjointe du Comité de Direction de l'Association, le Lieutenant de Vol de la R.A.F. Dave WILLIAMS ainsi que les nombreux villageois et visiteurs du Musée.

 

DSCF6232

 De gauche à droite:

Mr Ian REED Directeur du Yorkshire Air Muséum, Lieutenant-colonel Dominique CALLIGARIS, Dereck REINHARDT, Georges BEN "Bar", Mlle Sandrine BAUCHET PA to Museum Director Bureau Français.

DSCF6816

De gauche à droite:

Lieutenant-colonel Dominique CALLIGARIS, Squadron Leader Georges BEN "Bar" Australie, Sqnd. Ldr. Dereck REINHARDT, Ian REED, Paul BOGAERT, Révérend Ian KITCHEN curé d'Elvington, Ian BAILEY maire d'Elvington.

(collection: Anne BOGAERT)

 

DSCF6838

Lieutenant-colonel Dominique CALLIGARIS

 

DSCF6841

Mr Paul BOGAERT Président de l'Association des Groupes Lourds.

(collection: Anne BOGAERT)

 

DSCF6199

img043

(collection: André HAUTOT)

Une superbe photo souvenir de la stèle des Groupes Lourds prise en 1968 par André HAUTOT, un formidable travail accomplie depuis toutes ces années, pour ne pas oublier nos Anciens.

 

image

(collection: Caroline TODD)

DSCF6852

-------------------------------------

Elvington 11 Novembre 2012.

 

DSCF6208

Mr Paul BOGAERT, Président de l'A.A.A. des Groupes Lourds, Mr Ian REED, Directeur du Yorkshire Air Muséum, avec les représentants de l'Armée de l'Air Française, R.A.F., Royal Australian Air Force, Royal Canadian Air Force.

 

DSCF6869

De gaucheà droite:

John EDMONDS (Chairman YAM), Sandrine BAUCHET, Jill Sanderson, Squadron Leader Georges BEN "Bar" Australie, Squadron Leader Dereck REINHARDT, Squadron Leader RAF FYlingdales, Lieutenant-colonel Dominique CALLIGARIS, Ian REED, Paul BOGAERT, Révérend Ian KITCHEN Curé d'Elvington, Ian BAILLEY Maire d'Elvington.

(collection: Anne BOGAERT)

 

 

DSCF6241

Lieutenant-Colonel Dominique CALLIGARIS, Officier de liaison de l'Armée de l'Air Française.

( Source: Ian RICHARDSON Communications Manager, Yorkshire Air Museum & Allied Air Forces Mémorial.)

 

DSCF6931

De gauche à droite:

John EDMONS, Paul BOGAERT, K. Hanstock 77 Squadron, 6 Group RAF Association Représentative, Major LEDREW Armée de l'Air Canadienne, Lieutenant-colonel Dominique CALLIGARIS, Dereck REINHARDT, Flt Lt Dave WQILLIAMS RAF Linton, Sqnd Ldr RAF Fylingdales.

DSCF6948

 

DSCF6961

Plaque du Mémorial des Groupes Lourds Français Guyenne et Tunisie, York Minster.

www.yorkshireairmuseum.org

Posté par DUCAPHIL à 16:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

07 novembre 2012

ANDRE HAUTOT "Incroyable destin"

ANDRE HAUTOT

UN INCROYABLE DESTIN

img183

(Photo: Olivier MAS)

André HAUTOT, Président du Centre Régional d'Histoire de la Déportation.

 

img184

( Source: L'Hérault, le magazine du département, http://www.herault.fr)

La suite de l'aventure d'André HAUTOT est dans:

La France Libre,la Résistance et la Déportation. Témoignages. Ed. L'Harmattan.

img025

img026

et

"Mémoire de la Résistance et de la Déportation" 04 67 14 27 45

 

img185

 

img186

(collection: André HAUTOT)

LE CENTRE REGIONAL D'HISTOIRE

DE LA RESISTANCE ET DE LA DEPORTATION

 

 

Posté par DUCAPHIL à 13:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 novembre 2012

LE COLONEL ROGER MICHELON NOUS A QUITTES

UN ANCIEN DU TUNISIE

NOUS A QUITTES

 

img202

 

LE COLONEL ROGER MICHELON

(Source: NUITS DE FEU SUR L'ALLEMAGNE. Louis BOURGAIN)

Ses obsèques auron lieu à l'église Notre Dame de Toutes Joies

1 Rue Alexandre Dumas

44000 Nantes

Le vendredi 9 novembre 2012 à 14h00.

C'est avec tristesse que j'ai appris cette nouvelle, je ne pourrai pas être parmi vous pour les obsèques mais je serais là en pensée.

Recevez mes plus sincères condoléances

Ducastelle Philippe

EQUIPAGE TERRIEN TUNISIE

EQUIPAGE DU S/Lt TERRIEN

Pilote: S/Lt TERRIEN (Cdt d'avion) Navigateur: S/Lt MOSNIER, Bombardier: S/Lt Roger MICHELON, Radio: Sgt DUGARDIN, Mitrailleur: Adjt LE GALL, Mitrailleur-supérieur: Sgt DELAROCHE, Mitrailleur-arrière: Sgt DUNAND.

L'équipage TERRIEN du groupe Tunisie. A été abattu la nuit des intruders, 3/4 mars 1945, en arrivant en tour de piste à Elvington. Le pilote est resté aux commandes pour permettre à son équipage d'évacuer en parachute. Il est tué dans le crash de l'avion en feu.

Cérémonie des obsèques du Colonel Roger MICHELON.

En plus de la messe d'enterrement à Nantes à l'église Notre Dame de toutes Joies, ou une délégation de la Légion d'Honneur était représenté avec son drapeau, il y a eu une cérémonie au cimetière de Mesquer organisée par le Général d'Armée de l'Air AGAISSE, et du cousin de l'épouse de Monsieur Hervé MICHELON le Commandant de Légion Etrangère PROVOST.

 

Drapeaux_au_cimetiere

Il y avait 5 drapeaux représentants les diverses organisations d'Anciens Combattants et un drapeau Britannique.

 

L_'_homelie_2

(collection: Hervé MICHELON)

Texte de la famille lu au début de la messe par Hervé MICHELON.

 

img029

 

img030

 

img031

 

Le_salut

(collection: Hervé MICHELON)

La_famille_2_2_

Texte de Mr Jean-Paul CHURET (chargé de l'audiovisuel historique, Archives historique) lu au cimetière de Mesquer par le Général AGAISSE suivi du salut des drapeaux inclinés sur le cercueil et une minute de silence.

img032

 

 

lecture_1_du_texte_de_Mr_Churet_par_le_General_Agaisse

Monsieur Roger MICHELON nous ne vous oublierons pas.

(collection: Hervé MICHELON)

Posté par DUCAPHIL à 00:24 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

01 novembre 2012

EQUIPAGE DU 2/23 GUYENNE

 

img038

 "Surgite!nox Adest"

"Levez-vous! Voici la nuit"

ENCADREMENT DU GROUPE

2/23 GUYENNE

Le groupe Guyenne était commandé au début des opérations par le lieutenant-colonel Venot, dont l'adjoint était le capitaine Puget. Après le 10 septembre, le capitaine Pujet pris le commandement du groupe, qu'il garda jusqu'à la fin.

Les commandants d'escadrille étaient, au début, le capitaine Simon, à la 3, le capitaine Marias à la 4; le commandant Simon disparu le 23 octobre, fut remplacé par le capitaine Thiry jusqu'en février 45; après le départ de celui-ci, le capitaine Goepfert prit le commandement de la 3e escadrille. A la 4e escadrille, le commandant Marias, screené le 16 novembre 1944, fut remplacé par le commandant Brohon, qui s'appelait alors Barrat; après son départ, la 4e escadrille fut commandée par le commandant Martin.

Le commandant Ladous était le leader des navigateurs; le commandant Blaès le leader des bombardiers, le lieutenant Carrat le leader des radios, le capitaine Rousseau le leader des mécaniciens. Seul le leader des mitrailleurs était un officier anglais.

img685_(noms)

Les premier équipages du 346 Squadron 2/23 Guyenne sur la base d'Elvington le 27 mai 1944.

 (collection: André HAUTOT)

EQUIPAGE DU Lt-Col VENOT

EQUIPAGE VENOT 2-23 GUYENNE

Pilote: LcL VENOT (Cdt d'avion) Navigateur: Lt GUILLOCHEAU, Bombardier: Adjt KIPPERLE, Radio: Sgt LHOMON, Mécanicien: Sgt/C COUPEAU, Mitrailleur-supérieur: Sgt/C FINALE, Mitrailleur-arrière: Sgt/C BIAGGI.

2 Mécaniciens avion.

- 10.9.1944 - Objectif: OCTEVILLE - Squadron 346 - 6 morts.

- De retour de mission sur Octeville, le lieutenant-colonel VENOT, commandant le Groupe Guyenne, se présente pour l'atterrissage et effectue normalement son arrondi. Au moment où les roues touchent le sol, une formidable explosion se produit. Une des bombes placées sous l'aile et non larguée au moment du bombardement s'est détachée. L'avion prend feu immédiatement. Malgré la rapidité des secours, tout l'équipage périt carbonisé, à l'exception du lieutenant-colonel VENOT qui, bien que gravement brûlé, réussira à s'extraire du brasier. Les 6 tués ont été inhumés au cimetière d'Harrogate le 14 septembre 1944.

-----------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cpt MARIAS

equipage marias

Pilote: Cpt MARIAS (Cdt d'avion) Navigateur: Lt VERROT, Bombardier: Aspir. POUGNET, Radio: Sgt/C DIAZ, Mécanicien: Sgt/C LAFARGUES, Mitrailleur-supérieur: Sgt FRESIER, Mitrailleur-arrière: Sgt/C BLANC.

4 Mécaniciens avion.

------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cpt LECLERE

equipage leclere 2-23 GUYENNE

Pilote: Cpt LECLERE (Cdt d'avion) Navigateur: Aspir. FAYARD, Bombardier: S/Lt BERGEROO, Radio: Sgt/C MUNIER, Mécanicien: Sgt/C POQUE, Mitrailleur-supérieur: Sgt SAINT-HILAIRE, Mitrailleur-arrière: Adjt/C TASSERIE.

3 Mécaniciens avion.

-------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Lt DANNA.

Pilote:S/Lt MINARD, Navigateur: Lt DANNA (Cdt d'avion) Bombardier: Adjt PIROUTET, Radio: Adjt LEPETIT, Mécanicien: Sgt/C BOUGE, Mitrailleur-supérieur: Sgt DEMALAUSSENE, Mitrailleur-arrière: Sgt/C BELLE.

------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cpt BARON

equipage baron

Pilote: Cpt BARON (Cdt d'avion) Navigateur: Lt TRUCHE, Bombardier: Ajdt VIGNERON, Radio: Adjt/C MIGNOT, Mécanicien: Sgt/C CORMIER, Mitrailleur-supérieur: Sgt/C PETITJEAN, Mitrailleur-arrière: Sgt BOURELLY.

- 4/5.11.1944 - Objectif: BOCHUM - Squadron 346.

-Dans la nuit du 4 au 5 novembre 1944 le Halifax du capitaine BARON est attaqué par un chasseur de nuit au retour de mission. Trois membres de l'équipage sautent en parachute et sont sains et saufs. Les quatre autres périssent dans l'avion qui s'écrase à 15 miles nord-est de Vandelindoven. Au cours de ce raid, le lieutenant-colonel DAGAN de l'Etat-major de Londres avait tenu à effectuer une mission de guerre afin de se rendre compte de visu des difficultés afférentes. Cette nuit-là, il occupait la place de deuxième pilote. Lui aussi trouve la mort dans l'accident. Les cinq tués ont été inhumés au cimetière de Norf.

--------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Lt HABLOT.

Pilote: Lt HABLOT (Cdt d'avion) Navigateur: Lt de SAINT MARC, Bombardier: Lt WUILLEMIN, Radio: Adjt/C PHILIPPE, Mécanicien: Sgt/C PONS, Mitrailleur-supérieur: Sgt MANICK, Mitrailleur-arrière: Sgt/C YVARS.

-6.10.1944 - Objectif: SHOLVEN - Squadron 346.

- Après avoir bombardé l'objectif, sur le chemin du retour, le Halifax du capitaine HABLOT est attaqué par un chasseur allemand. Tout l'équipage réussit à sauter en parachute. Le capitaine HABLOT, le mitrailleur-arrière, le sergent YVARS, et le mitrailleur-supérieur, le sergent MANICK, sont indemnes. Le navigateur, le lieutenant de SAINT-MARC, est blessé au pied. Le sergent-chef PONS blessé à l'oeil reçoit des éclats dans la poitrine. Le lieutenant VUILLEMIN a sauté. Il est indemne, hélas au cours de la descente en parachute, celui-ci est criblé par plusieurs éclats d'obus. Le contact avec le sol est rude et VUILLEMIN gravement blessé: bassin fracturé, vessie éclatée. L'équipage au complet se retrouvera après la guerre.

-----------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Lt DABADIE

equipage dabadie

Pilote: Adjt GUISE, Navigateur: Lt DABADIE (Cdt d'avion) Bombardier: S/Lt POTHUAU, Radio: Sgt/C ALAVOINE, Mécanicien: Sgt/C LELONG, Mitrailleur-supérieur: Sgt VAUTARD, Mitrailleur-arrière: Sgt VEGA.

- 4/5.11.1944 - Objectif: BOCHUM - Squadron 346.

- Le Halifax du lieutenant DABADIE est attaqué par-dessous. Le feu se déclare immédiatement au moteur intérieur gauche. Le lieutenant DABADIE appelle le pilote, l'adjudant GUISE, qui ne répond pas, probablement tué par la rafale. DABADIE donne l'ordre de sauter. Il ouvre la trappe d'évacuation avant, mais celle-ci se coince. DABADIE et le bombardier, le lieutenant PONTHUAU, sont enfermés dans la partie avant de la carlingue. Le radio, le sergent-chef LAVOINE, s'approche de la trappe. DABADIE lui fait signe de sauter et ALAVOINE évacue après avoir jeté un coup d'oeil vers l'arrière et vu le mécanicien, le sergent LELONG, tenter de mettre son parachute dans la fumée épaisse. Pendant ce temps, le mitrailleur-supérieur, le sergent VAUTARD ouvre la porte arrière et se précipite dans le vide. L'avion tombe à Hückelhoven (20 km N.O. de Cologne). Il seront les deux seuls rescapés. DABADIE et GUISE ont été inhumés au cimetière de Hückelhoven.

Les 3 autres corps n'ont pas été retrouvés.

---------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cpt CALMEL

equipage1

Pilote: Cpt CALMEL (Cdt d'avion) Navigateur: Lt BERRARD, Bombardier: S/Lt PARDOEN, Radio: Sgt ALIX, Mécanicien: Adjt/C ALIX, Mitrailleur-supérieur: Sgt MECHALY, Mitrailleur-arrière: Sgt LADET-CHASSAGNE.

-----------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cpt BERAUD

equipage beraud

Pilote: Cpt BERAUD (Cdt d'avion) Navigateur: Lt VALETTE, Bombardier: Lt RAFFIN, Radio: Adjt CLOAREC, Mécanicien: Sgt/C IMART, Mitrailleur-supérieur: Sgt/C BELLON, Mitrailleur-arrière: Adjt MANFROY.

6 Mécaniciens avion.

- 4/5.11.1944 - Objectif: BOCHUM - Squadron 346.


- Toujours au cours de la même nuit, le Halifax du Capitainr BERAUD est atteint par une rafale de mitrailleuse d'un chasseur de nuit. Les sept membres de l'équipage réussissent à sauter en parachute. Hélas, deux d'entre eux ne survivront pas: le lieutenant RAFFIN tombe sur une ligne à haute tension et meurt électrocuté. Le capitaine BERAUD pour sa part tombe non loin de là, son parachute déchiré. Ils avaient déclaré que " quoi qu'il arrive", il resteraient unis. Ils le sont dans la mort, enterrés dans le même cimetière, le cimetière communal de Stommein.

---------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cpt BARBE 

img169

(collection: GOURMELLET Guy) 

Pilote: Adjt CHAMPEAUX, Navigateur: Cpt BARBE (Cdt d'avion) Bombardier: Lt FAYE, Radio: Adjt AGUER, Mécanicien: Adjt GONDOLLE, Mitrailleur-supérieur: Sgt COCHOIS, Mitrailleur-arrière: Sgt de la CLAVIERE.

---------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cdt SIMON

equipage simon

Pilote: Cdt SIMON (Cdt d'avion) Navigateur: Lt PELISSIER, Bombardier: Lt ZEILLER, Radio: Sgt/C VIELLE, Mécanicien: Adjt/C BRIGALAND, Mitrailleur-supérieur: Sgt/C ROIRON, Mitrailleur-arrière: Sgt FERNANDEZ.

6 Mécaniciens avion.

- 23/24.10.1944 - Objectif: ESSEN - Squadron 346 - 8 morts.


- L'avion du commandant SIMON, commandant la première escadrille du Groupe Guyenne, ne revient pas de la mission. D'abord porté "manquant", l'équipage est ensuite considéré comme "disparu".

D'après les recoupements effectués à partir des comptes rendus des équipages ayant participé à la mission, il est probable que le Halifax du commandant SIMON est entré en collision avec un autre Halifax de la Force Principale au-dessus de la mer du Nord. Le sergent-chef FOURNIER effectuait, en qualité de copilote, sa mission d'accoutumance. L'équipage dont il faisait partie dut évidemment être dissout.

-----------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cpt BRION

 

lt brion

Pilote: Cpt BRION (Cdt d'avion) 

barthelot

Navigateur Lt BARTHELOT.

        76487764_p  

              Bombardier: Adjt/C DEMESMAY.        

63641842_p

Radio: Sgt DARRIBEHAUDE.

          Portraits_Angleterre_     

            Mécanicien: Sgt/C RICHARD       

Roger_Fourès_identité_permission_(célèbre_grand_magasin_Lewis's,_Liverpool_1944)_

 Mitrailleur-supérieur: Sgt FOURES.

600_ppp_p

Mitrailleur-arrière: Sgt/C GONNOT.

Reconstitution de l'équipage par Michel DARRIBEHAUDE.

Pilote: Cpt BRION (Cdt d'avion) Navigateur: Lt BARTHELOT, Bombardier: Adjt/C DEMESMAY, Radio: Sgt DARRIBEHAUDE, Mécanicien: Sgt/C RICHARD, Mitrailleur-supérieur: Sgt FOURES, Mitrailleur-arrière: Sgt/C GONNOT.

-------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cpt PLAGNARD

equipage plagnard

Debout:

Mitrailleur-supérieur: Sgt ICHE André, Mitrailleur-arrière: Sgt/C ALLAIN Maurice, Mécanicien: Sgt/C HIBLOT André, Radio: Sgt HERVELIN Louis.

Assis:

Bombardier: S/Lt NOËL Georges, Navigateur: Cpt PLAGNARD Georges (Cdt d'avion) Pilote: Adjt VANTROYEN André.

---------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cpt THIERS

equipage thiers

Pilote: Sgt/C BILLAULT, Navigateur: Cpt THIERS (Cdt d'avion) Bombardier: Adjt/C MEYER, Radio: Sgt/C HERAULT, Mécanicien: Adjt MATHEY, Mitrailleur-supérieur: Sgt BADOSA, Mitrailleur-arrière: Sgt/C RATIER.

----------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Lt VALENTIN.

 

equipage du Lt Valentin 2-23 Guyenne

(collection: Emile BLANC)

De gauche à droite debout:

Bombardier: Sgt/C LE GOFF, Pilote Adjt DELLUC, Radio: LEGUELLEC, Navigateur: Lt VALENTIN, Mitrailleur-supérieur: Sgt/C POLI, mécaniciens au sol.

Mécaniciens au sol, troisième Mitrailleur-arrière: Sgt BLANC, Mécanicien: Adjt ENTRESANGLE, mécanicien au sol.

 

Pilote: Adjt DELLUC, Navigateur: Lt VALENTIN (Cdt d'avion) Bombardier: Sgt/C LE GOFF, Radio: Adjt LEGUELLEC, Mécanicien: Adjt ENTRESANGLE, Mitrailleur-supérieur: Sgt/C POLI, Mitrailleur-arrière: Sgt YCHE.

-------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cpt ARAUD. 

Equipage_Cdt_ARAUD_red 

(collection: Bernard MONSEAU)

Pilote: Cpt ARAUD (Cdt d'avion) Navigateur: Lt GARDETTE, Bombardier: Lt FOURNIER, Radio: Adjt BARDOT, Mécanicien: Sgt/C MONSEAU, Mitrailleur-supérieur: Sgt BRUNET, Mitrailleur-arrière: Adjt MERLE.

----------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cpt GRIMALDI

equipage grimaldi

Pilote: Adjt/C VASSEUR, Navigateur: Cpt GRIMALDI (Cdt d'avion) Bombardier: Lt COUILLEAU, Radio: Sgt LEMOIGNE, Mécanicien: Sgt/C LOUY, Mitrailleur-supérieur: Sgt CONSTANTIN, Mitrailleur-arrière: Sgt/C VELASCO.

--------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cpt BOURGAIN.

Pilote: Cpt BOURGAIN (Cdt d'avion) Navigateur: Lt DUVERT, Bombardier: Adjt BEAUVOIS, Radio: Sgt/C DUFOUR, Mécanicien: Sgt/C BOURGEOIS, Mitrailleur-supérieur: Sgt/C GARRIDO, Mitrailleur-arrière: Sgt/C RUFFIE.

-------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cpt GAUBERT.

Pilote: Lt PASQUIER, Navigateur: Cpt GAUBERT (Cdt d'avion) Bombardier: S/Lt PETIOT, Radio: Adjt/C VOGEL, Mécanicien: Adjt CUSIN, Mitrailleur-supérieur: Sgt/C VERDIER, Mitrailleur-arrière: Sgt SERRA.

- 12/13. 07.1944 - Objectif: LES HAUTS-BUISSONS - Squadron 346 - 7 morts.

- Au retour de mission sur les Hauts-Buissons, dans le tour de piste, par très mauvaise visibilité, de nuit, l'avion du capitaine GAUBERT entre en collision avec celui du commandant ROY et s'écrase au sol. L'équipage périt carbonisé. Tous ont été inhumés au cimetière d'Harrogate le 19 juillet 1944. Le Halifax du commandant ROY, soumis à d'intenses vibrations est difficilement contrôlable. L'ordre d'évacuation étant donné, le navigateur et le mitrailleur-arrière sautent. Après mise en drapeau d'une des hélices, les vibrations diminuent. L'ordre d'évacuation est rapporté et l'appareil se pose sans incident.

---------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cpt THIRY

equipage thiry 2-23 guyenne

 Pilote: Cpt THIRY (Cdt d'avion) Navigateur: Cpt GALLOIS, Bombardier: Lt ROUXEL, Radio: S/Lt BLANC, Mécanicien: Sgt/C GODOFFE, Mitrailleur-supérieur: Sgt AUBOURG, Mitrailleur-arrière: Sgt TAYMOND.

-----------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cpt PETIT

equipage petit

Pilote: Adjt RAMES, Navigateur: Cpt PETIT (Cdt d'avion) Bombardier: Adjt/C DEZELLIS, Radio: Sgt/C MIMAUD, Mécanicien: Adjt BAUER dit DUBOIS, Mitrailleur-supérieur: Sgt LEGUILLOU, Mitrailleur-arrière: Sgt VIDAL.

- 17/18.12.1944 - Objectif: DUISBOURG - Squadron 346 - 1 mort.


- Au cours de la mission le Halifax du capitaine PETIT vole à 20 000 pieds dans des conditions atmosphériques très dures et de givrage, une panne des instruments de vol amène la perte de contrôle de l'avion qui fait une chute de 15 mille pieds. L'ordre d'évacuation est donné. L'adjudant DEZELLIS saute en parachute et sera fait prisonnier. Le sergent GUILLOU saute également mais son corps ne sera jamais retrouvé.

L'adjudant RAMES qui a repris le contrôle de l'avion à 5000 pieds prend le cap vers l'Angleterre; l'ordre d'évacuation est rapporté. Sur le chemin du retour l'appareil est alors touché par la Klak. A bord, le sergent VIDAL est légèrement blessé, tandis que le sergen-chef MIMAUD (radio) est sérieusement atteind au bras. Le capitaine PETIT donne les premiers soins aux blessés.

Le pilote réussira à ramener l'avion en Angleterre et à le poser, bien que très endommagé.

----------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cpt COCHO

equipage cocho

Pilote: Cpt COCHO (Cdt d'avion) Navigateur: Cpt BROCHARD, Bombardier: S/Lt ROMAND, Radio: S/Lt CLUZEAU, Mécanicien: Sgt/C JARDIN, Mitrailleur-supérieur: Sgt DUBOURGEAL, Mitrailleur-arrière: Sgt SEMAIL.

-------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cpt ROY

equipage roy

 Pilote: Lt GROSNIER, Navigateur: Lt RAVOTTI, Bombardier: Cpt ROY (Cdt d'avion) Radio: Sgt/C DURAN, Mécanicien: Adjt KOPP, Mitrailleur-supérieur: Sgt/C KERGRENE, Mitrailleur-arrière: Adjt MOT.

-------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cdt PUGET

equipage puget

Pilote: Cdt PUGET (Cdt d'avion) Mécanicien: Sgt/C CARAYOL, Navigateur: Lt PLUCHART, Bombardier: Lt PERSEVAL, Radio: MOUREY, Mitrailleur-supérieur: Sgt/C GORDIOL, Mitrailleur-arrière: Adjt/C POTET Claude.

Après le départ du Cdt BROHON le Cdt PUGETdeviendra le pilote de cet équipage.

--------------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cdt DEMAZURE

equipage demazure

Pilote: Cpt BOE, Navigateur: Cdt DEMAZURE (Cdt d'avion) Bombardier: S/Lt RUELLAN, Radio: Sgt/C PLOYE, Mécanicien: CARISTAN, Mitrailleur-supérieur: Sgt AZEMA, Mitrailleur-arrière: Sgt BRESSON.

-----------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cpt CALMEL

et du Lt VIALATTE

 

equipage vialatte calmel 2-23 guyenne

 Pilote: Sgt/C BUSNEL, Navigateur: Lt VIALATTE (Cdt d'avion) Bombardier: Lt SUTOUR,, Radio: Sgt/C BONNAFOUS, Mécanicien: Adjt/C CHOMY, Mitrailleur-supérieur: Sgt HELARY, Mitrailleur-arrière: Sgt BAERT.

4 Mécaniciens avion.

---------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Lt TROUETTE

EQUIPAGE DU Lt TROUETTE

 Pilote: Lt TROUETTE (Cdt d'avion) Navigateur: Lt LEGOUIC, Bombardier: Lt DASPET, Radio: Sgt/C FANTON, Mécanicien: Sgt/C CHAVALIER, Mitrailleur-supérieur: Sgt GAZEL, Mitrailleur-arrière: Sgt BERTRAND.

----------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cpt MARCHAL

EQUIPAGE MARCHAL (2)

 

Pilote: Cpt MARCHAL (Cdt d'avion) Navigateur: Lt de PREVAL, Bombardier: S/Lt MUNIER, Radio: Sgt RIBIERE, Mécanicien: Sgt MOLINIER, Mitrailleur-supérieur: Sgt FABRE, Mitrailleur-arrière: Sgt/C GODARD.

----------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Lt FLESCH

equipage flecst

 

Pilote: Adjt PUGET, Navigateur: Lt FLESCH (Cdt d'avion) Bombardier: Adjt AURIOL, Radio: Sgt/C JAFFEUX, Mécanicien: Sgt/C MERIC, Mitrailleur-supérieur: Sgt/C BORG, Mitrailleur-arrière: Sgt/C SENLEBES.

-----------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Lt BECAM

equipage becam

 

Pilote: Adjt CROSIAT, Navigateur: Lt BECAM (Cdt d'avion) Bombardier: Adjt LASSERRE, Radio: Adjt WEBER, Mécanicien: Sgt/C MONCELET, Mitrailleur-supérieur: Adjt COQUOT, Mitrailleur-arrière: Sgt/C RETORE.

4 Mécaniciens avion.

------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cdt CATTELLAT.

Pilote: Adjt LAISSARDIERE, Navigateur: Cdt CATTELLAT (Cdt d'avion) Bombardier: Lt DELCROS, Radio: Lt MASSON, Mécanicien: Sgt LALLEMENT, Mitrailleur-supérieur: Sgt GUICHEMERE, Mitrailleur-arrière: Sgt COMAT.

--------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cpt VEAUVY

equipage veauvy

 

Pilote: S/Lt GRIDELET, Navigateur: Cpt VEAUVY (Cdt d'avion) Bombardier: Adjt BAL, Radio: Sgt MAYEUX m2CANICIEN/ Sgt/C GRIFFE, Mitrailleur-supérieur: Sgt MASSON, Mitrailleur-arrière: Sgt BARTH.

----------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Lt VLES.

Pilote: Adjt HANNEDOUCHE, Navigateur: Lt VLES (Cdt d'avion) Bombardier: S/Lt LAMBERT, Radio: Sgt/C VLAMINCK, Mécanicien: Sgt/C BEAUVOIT, Mitrailleur-supérieur: Sgt/C LIMACHER, Mitrailleur-arrière: Sgt/C OLIVE.

- 4/5.11.1944 - Objectif: BOCHUM - Squadron 346.

- Peu après le passage sur l'objectif, le Halifax du lieutenant VLES est attaqué par un chasseur de nuit. Sévèrement touché, il prend feu immédiatement et commence à s'incliner. Le pilote, l'adjudant HANNEDOUCHE donne l'ordre d'évacuation. Le lieutenant VLES, navigateur, ouvre la trappe d'évacuation avant. Il s'apprête à sauter quand, dans la fumée qui a envahi la carlingue, il aperçoit son radio, le sergent-chef VLAMINCK, plaqué contre la paroi et dans l'incapacité de bouger. Il n'hésite pas. Il s'avance vers lui, réussit à l'extirper, à le tirer vers la trappe, au prix d'efforts inouïs, il le pousse dans le vide.

Quelques secondes plus tard, l'avion explose. Le pilote, l'adjudant HANNEDOUCHE, est éjecté de l'avion et se retrouve, descendant attaché aux sangles de son parachute. Le sergent Olive, mitrailleur-arrière, réussit à sauter avant l'explosion mais est tué au sol par les Allemands. Les 5 autres membres de l'équipage périssent dans l'accident. Le sergent-chef OLIVE a été inhumé au cimetière de Burq. Le lieutenant VLES, le Sous-lieutenant LAMBERT, les sous-lieutenants BEAUVOIR et LIMACHER ont été inhumés au cimetière de Wermelskirchen.

CITATIONS:

------------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cpt CONDE.

Pilote: Adjt MABILLE, Navigateur: Lt CONDE (Cdt d'avion) Bombardier: S/Lt PETIT, Radio: Sgt/C MEYER, Mécanicien: Sgt SAYTOUR, Mitrailleur-supérieur: Sgt DEBROISE, Mitrailleur-arrière: Sgt SOURY-LAVERGNE.

- 2/3.11.1944 - Objectif: DÜSSELDORF - Squadron 346 - 5 morts

- Le Halifax de l'équipage CONDE, qui effectue sa première mission, est attaqué par un chasseur de nuit allemand peu après être passé sur l'objectif. Le sergent SOURY-LAVERGNE, mitrailleur de queue, saute en parachute et réussira une évasion spectaculaire. Il passe les lignes américaines au droit de la ligne Siegfried au travers des champs de mines. Il rejoindra Elvington quelques jours plus tard le 13 novembre 1944. Le sergent DEBROISE, mitrailleur-supérieur, réussit également à sauter en parachute. Les 5 autres membres de l'équipage sont tués.

-------------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cpt LOEW

img065

De gauche à droite:

LOEW, FAUGE, GODEFROY, BOUTILLIER, LAFFONT, FLECK, THIERY.

Equipage reconstitué par Philippe DENIS.

Pilote: Sgt/C FAUGE, Navigateur: Cpt LOEW (Cdt d'avion) Bombardier: Sgt GODEFROY, Radio: Sgt BOUTILLIER, Mécanicien: Adjt THIERY, Mitrailleur-supérieur: Adjt FLECK, Mitrailleur-arrière: Adjt LAFFONT.

- 21/22.11.1944 - Objectif: STERKRADE - Squadron 346 - 7 morts.


- Dans la nuit en se dirigeant vers l'usine de pétrole synthétique de Sterkrade, le Halifax du capitaine LOEW entre en collision avec un bombardier britannique ( Squadron: 51 R.A.A.F.) au-dessus du territoire belge. Les 2 appareils s'écrasent ensemble au sol vers Thynes.

Tous les membres des 2 équipages sont tués et ont été inhumés au cimetière militaire américain de Fosses (25 km à l'est de Charleroi).

 

81110919_p

Equipage du 51 Squadron

P.F/L CHAPMAN Gordan Lawrence, Sgt WALLIS Edwing Valentine, W/O PORTER William Alfred,F/S COKLAINE Michael William, F/S LEWIS Neville Ernest, Sgt CLARK John David, Sgt CARTER Leslie Thomas.

(collection: Philippe DENIS)

--------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cdt BREARD.

Pilote: Adjt SOUCILLE, Navigateur: Cdt BREARD (Cdt d'avion) Bombardier: S/Lt FAUVET, Radio: Sgt/C LEMAIRE, Mécanicien: Adjt AQUAVIVA, Mitrailleur-supérieur: Sgt/C CHIERICCI, Mitrailleur-arrière: Sgt ZAVATERRO.

 - 21/22.02.1945 - Objectif: WORMS - Squadron 346 - 14 morts.


- Au cours de la nuit la chasse allemande se montre particulièrement active dans la région de l'objectif. Deux avions du groupe Guyenne sont abattus. Le Halifax du commandant BREARD dont l'équipage effectuait sa 31e mission est abattu à 9 km de Worms.

Tous les membres de l'équipage sont tués et ont été inhumés au cimetière de Kleinbocheheim.

---------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Lt PONCET

Louis_LOURDAUX             Gilbert poncet

               Pilote: Sgt LOURDEAUX          Navigateur: Col. PONCET (Cdt d'avion) 

 

Pilote: Sgt LOURDEAUX, Navigateur: Lt PONCET (Cdt d'avion) Bombardier: S/Lt LAMONTAGNE, Radio: Sgt BERNASCONI, Mécanicien: Sgt HAUTECOEUR, Mitrailleur-supérieur: Sgt DESPLACES, Mitrailleur-arrière: Sgt BRULET.

- 15/16.03.1945 - Objectif: HASSELTE (Belgique) - Squadron 346 - 4 morts.

- Le Halifax est abattu par un chasseur de nuit. L'ordre d'évacuation est donné. Le pilote, le sergent LOURDEAUX, met l'hélice du moteur droit en feu et actionne les extincteurs. En vain. Pendant ce temps, le lieutenant LAMONTAGNE, bombardier, saute mais son parachute ne s'ouvre pas. Le sergent BERNASCONI saute à son tour. L'avion s'engage alors fortement sur l'aile droite, rendant impossible tout déplacement à l'intérieur de la carlingue. Quelques secondes plus tard, l'avion explose et se désintègre. Le mitrailleur-arrière, le sergent DESPLACES se retrouve suspendu à son parachute ouvert. Quand au lieutenant PONCET, navigateur, il reprend conscience, étendu sur le sol, dans la nuit , entouré d'êtres en longue robe sombre, un cierge à la main. Est-ce le ciel ou le purgatoire?, se demande-t-il. En fait, il est simplement dans le jardin d'un monastère belge. Les corps des 3 autres membres d'équipage sont retrouvés au milieu des débris épars de l'avion, s'étendant sur une superficie d'environ un hectare; les 4 tués ont été inhumés au cimetière d'Haddelte, le 17 mars 1945.

------------------------------------------------------------------------------------------

81133977_p

Adjt GRIBOUVA.

EQUIPAGE DU Lt HUBERT.

Pilote: Lt HUBERT (Cdt d'avion) Navigateur: Lt RIGAL, Bombardier: S/Lt de GENNES, Radio: Sgt/C NICAISE, Mécanicien: Adjt GRIBOUVA, Mitrailleur-supérieur: Sgt MATHIOT, Mitrailleur-arrière: Sgt/C BLEUZAT.

- En février 1945 l'abandon du pilote amène la dissolution de cet équipage. Le lieutenant de GENNES passe dans l'équipage du Capitaine MEMIN. L'adjudant GRIBOUVA se tue le 15 mars 1945 avec l'équipage du Lieutenant DEPLUS.

--------------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cdt BROHON, dit BARRAT

Pilote: Cdt BROHON (Cdt d'avion) Navigateur: Lt PLUCHARD, Bombardier: Lt PERSEVAL, Radio: Sgt MOUREY, Mécanicien: Sgt/C CARAYOL, Mitrailleur-supérieur: Sgt/C GARDIOL, Mitrailleur-arrière: Adjt/C POTET.

- Après le départ du Commandant BROHON, le Commandant PUGET devient le Pilote Cdt d'avion de cet équipage, en février 1945. Le Commandant BROHON a été screené avant son équipage, en raison de ses missions en 1939-1940.

--------------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cdt PUGET

Pilote: Cdt PUGET (Cdt d'avion) Mécanicien: Lt ROUSSEAU, Navigateur: Cpt BREARD, Bombardier: Cpt BLAES, Radio: S/Lt CARRAT, Mitrailleur-supérieur: Sgt BRUNET, Mitrailleur-arrière: Sgt LASSERRE.

- Cet équipage de "Leaders" sera remanié aussitôt après les premieres missions.

--------------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Lt HYENNE.

 

equipage du Lt HYENNE

 

 Pilote: Sgt ROCA, Navigateur: Lt HYENNE, Bombardier: Adjt/C CHABROUD, Radio: Sgt/C MAXERAT, Mécanicien: Sgt/C LAHERRERE, Mitrailleur-supérieur: Sgt MARTIN, Mitrailleur-arrière: Sgt REYNAL.

- 4/5.11.1944 - Objectif: BOCHUM - Squadron 346 - 7 morts.

- De toutes les nuits vécues par les Groupes Lourds, celle du 4 au 5 novembre 1944 au cours de laquelle 5 équipages du groupe Guyenne sur les 16 engagés furent abattus par la chasse de nuit allemande est certainement la plus tragique. L'équipage du lieutenant HYENNE est abattu à Dashausen. Les 7 membres de l'équipage sont tués. Ils ont été inhumés au cimetière civil du champ de course à Dortmund (Ruhr) le 11 novembre 1944.

---------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cpt GOEPFERT

equipage goepfert

 

Pilote: Cpt GOEPFERT (Cdt d'avion) Navigateur: AUBERT, Bombardier: Adjt TOLU, Radio: Adjt SPRAUEL, Mécanicien: Adjt/C BONHOMME, Mitrailleur-supérieur: Sgt LEROY, Mitrailleur-arrière: Sgt LAFON.

5 Mécaniciens avion.

------------------------------------------------------------------------------------------------

72952300_p72952345

                       Pilote: S/Lt BAYLE                 Navigateur: Lt JOUMAS (Cdt d'avion)

72952269_p            bourreau

Bombardier: Sgt/C DUGNAT                  Radio: Sgt BOURREAU

barde          72952367_p

               Mécanicien: Sgt BARDE       Mitrailleur-supérieur:Sgt MARTROU  

 

81291679_o  

Mitrailleur-arrière: Sgt ESQUILLAT

Equipage reconstitué par Jean-Michel GRAVAUD et Jacques GAZEL.

EQUIPAGE DU Lt JOUMAS.

Pilote: S/Lt BAYLE, Navigateur: Lt JOUMAS (Cdt d'avion) Bombardier: Sgt/C DUGNAT, Radio: Sgt BOURREAU, Mécanicien: Sgt BARDE, Mitrailleur-supérieur: Sgt MARTROU, Mitrailleur-arrière: Sgt ESQUILLAT.

- 21/22/02.1945 - Objectif: WORMS - Squadron 346.

- Le Halifax du Sous-lieutenant JOUMAS dont l'équipage effectue sa 9e mission est abattu à 30 km au sud-ouest de Bad-Kreuznach. Tous les membres de l'équipage sont tués et ont été inhumés au cimetière de Löllbach.

----------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Lt GONTHIER.

Pilote: Lt GONTHIER (Cdt d'avion), Navigateur: S/Lt CAPDEVILLE, Bombardier: Sgt/C DUSSAULT, Radio: Sgt/C RAYNAUD, Mécanicien: Sgt/C PATRIS, Mitrailleur-supérieur: Sgt HELLMUTCH, Mitrailleur-arrière: Sgt SAINTSEVIN.

- 18/19.03.1945 - Objectif: WITTEN - Squadron 346 - 6 morts.

- Pendant le trajet aller de la mission, le Halifax du lieutenant GONTHIER tombe en panne de moteur. Les règlements l'autorisent à faire demi-tour. Déjà victime de ce type d'incident à plusieurs reprises, le lieutenant GONTHIER décide cette fois de poursuivre sa mission. Il continue donc sa route vers l'objectif et largue ses bombes sur l'objectif. Au retour, il est attaqué par un chasseur et s'écrase au sol à Nöllenberg. Seul le radio est sauvé par son parachute. Les 6 tués ont été inhumés au cimetière catholique de Beyenburg.

----------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cpt BORNECQUE

equipage bornecque

 

Pilote: Cpt BORNECQUE (Cdt d'avion) Navigateur: Lt LAFOND, Bombardier: Lt DELRIEU, Radio: Sgt/C LEBEDEL, Mécanicien: Sgt/C HEYVANG, Mitrailleur-supérieur: Sgt CHEYMOL, Mitrailleur-arrière: Sgt SANSON.

---------------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cpt NOTTELLE

equipage notelle

 

 Pilote: Cpt NOTELLE (Cdt d'avion) Navigateur: Lt MARTIN, Bombardier: Lt FLOUS, Radio: Sgt SANTONI, Mécanicien: S/Lt BOUSSY, Mitrailleur-supérieur: Sgt NERI, Mitrailleur-arrière: Sgt MALLIA.

- 3/4.3.1945 - Objectif: KAMEN - Squadron 346.

- Au retour d'une mission sur Kamen. Le capitaine NOTELLE attaqué à basse altitude décide de procéder à un atterrissage en campagne. Des débris épars de l'avion, sortent les 7 membres de l'équipage, 6 sont miraculeusement indemnes, seul le pilote est grièvement blessé.

- Nuit du 3/4//.03.1945


Cette nuit appelé par les britanniques " Nuit des intruders" et par les Allemands "Opération Gisela" est marquée par la perte de 3 avions des groupes français lourds. Signalons que les intruders sont ces chasseurs de nuit allemands qui accompagnaient le flot des bombardiers lors de leur retour vers les bases anglaises et les attaquaient au moment où ils étaient les plus vulnérables, c'est-à-dire au cours de l'approche et de l'atterrissage.

Ils étaient équipés de mitrailleuses lourdes tirant dans l'axe et de canons tirant à la verticale. Ils se présentaient généralement par-dessous dans la zone où le Halifax, qui ne possédait pas de tourelle inférieure, était aveugle. Ils pouvaient alors attaquer le bombardier à très faible distance. C'est de cette manière que 20 avions ont été abattus au cours de cette nuit.

--------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cdt MARTIN

equipage Cdt martin

 

Pilote: Cdt MARTIN (Cdt d'avion) Navigateur: Lt GUEYDON, Bombardier: Lt LAUTOUR, Radio: Sgt GUILLOU, Mécanicien: Sgt/C VIDAL, Mitrailleur-supérieur: Sgt GALLET, Mitrailleur-arrière: Sgt FEGER.

--------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cdt de VULPILLIERES

equipage de vulpillières

 

Pilote: Lt IDRAC, Navigateur: Cdt de VULPILLIERES (Cdt d'avion) Bombardier: Adjt LARUE, Radio: Sgt GAVOYE, Mécanicien: Adjt TRACMET, Mitrailleur-supérieur: Sgt BOUFFAND, Mitrailleur-arrière: Sgt ROUTHIER.

5 Mécaniciens avion.

------------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Lt DELVOYE

EQUIPAGE DELVOYE

 

 Pilote: Lt DELVOYE (Cdt d'avion) Navigateur: Lt BALDASSARI, Bombardier: Lt CAPPAROS, Radio: Sgt/C VIGNE, Mécanicien: Sgt/C MARAMBER, Mitrailleur-supérieur: Sgt GODEFERT, Mitrailleur-arrière: Sgt GRAZIANI.

----------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cpt PLOTON

equipage ploton

 

Pilote: Cpt PLOTON (Cdt d'avion) Navigateur: Lt POIROT, Bombardier: S/Lt DEGISORS, Radio: Sgt VERMEULEN, Mécanicien: Sgt SIMONETTI, Mitrailleur-supérieur: Sgt VAUTRIN, Mitrailleur-arrière: Sgt JUNQUA.

---------------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cpt MEMIN

equipage MEMIN

 

Pilote: Lt GUIOMAR, Navigateur: Cpt MEMIN (Cdt d'avion) Bombardier: S/Lt BISMUTH, Radio: S/Lt BAZIMO, Mécanicien: Sgt VANPARYS, Mitrailleur-supérieur: Sgt RICHARD, Mitrailleur-arrière: Sgt QUENTIN.

--------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Lt NEUFINCK.

Pilote: Sgt/C JOMARD, Navigateur: Lt NEUFINCK (Cdt d'avion) Bombardier: Lt DESPOSITO, Radio: Sgt MONNIER, Mécanicien: Sgt SAUVAGE, Mitrailleur-supérieur: Sgt PENDARIES, Mitrailleur-arrière: Sgt YVETOT.

--------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Lt FLURIN

equipage flurin

 

Pilote: S/Lt BERTRANDE, Navigateur: Lt FLURIN (Cdt d'avion) Bombardier: S/Lt BERNOLLE, Radio: Sgt/C DENAT, Mécanicien: Sgt SAMARCELLI, Mitrailleur-supérieur: Sgt TOURON, Mitrailleur-arrière: Sgt GLEDEL.

2 Mécaniciens avion.

------------------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU S/Lt FONTEIX.

Pilote: S/Lt FONTEIX (Cdt d'avion) Navigateur: Lt ROUVEL, Bombardier: Sgt/C SCHILLING, Radio: Sgt HOUDELOT, Mécanicien: Sgt LEROY, Mitrailleur-supérieur: Sgt GORRIAS, Mitrailleur-arrière: Sgt FARNIER.

img721

S/Lt Abel FONTEIX Pilote (Cdt d'avion)

66611669_p

Sgt LEROY (Jean KELLER) Mécanicien

- 5/6.03.1945 - Objectif: CHEMNITZ - Squadron 346 - 7 morts.

- Au cours de la mission contre Chemnitz, l'équipage du Sous-lieutenant FONTEIX est porté "manquant" puis "disparu". Etant donné que Chemnitz se trouve en zone russe, aucun renseignement n'a encore pu être recueilli sur le sort de cet équipage.

A l'heure où le rideau de fer n'existe plus, il pourrait être possible d'entreprendre auprès des autorités russes et polonaises des recherches. Peut-être n'est-il pas trop tard ?

-----------------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Lt DEPLUS

touzart[1]

Mitrailleur-arrière: Sgt Pierre TOUZART

Pilote: Sgt/C LACAZE, Navigateur: Lt DEPLUS (Cdt d'avion) Bombardier: Aspir. DUFRENOY, Radio: Sgt CHARPENTIER, Mécanicien: Aspir. GRIBOUVA, Mitrailleur-supérieur: Sgt TARTARIN, Mitrailleur-arrière: Sgt TOUZART.

- 15/16.03.1945 - Objectif: HAGEN (Ruhr) - Squadron 346 - 7 morts.


- Au retour de mission le plafond au-dessus de la base d'Elvington est très bas. Dix avions atterrissent normalement. Le 11e, celui du lieutenant DEPLUS, annonce par radio qu'il ne peut sortir sa roulette de queue. Il reçoit du Flying Control l'ordre d'aller se poser sur l'aérodrome de détresse de Carnaby, spécialement conçu pour accueillir les avions en difficulté. Sur le chemin qui le conduit à Carnaby, l'avion percute une colline pour une raison inconnue, à Scorton (5 miles W de Hemsley, Yorkshire). Aucun survivant. Tous ont été inhumés à Harrogate, le 21 mars 1945. Le RP Meurisse, officiant.

----------------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Lt DUVILLARD

equipage duvillard

 

Pilote: Lt DUVILLARD (Cdt d'avion) Navigateur: S/Lt GRUNBERG, Bombardier: Sgt/C ROHRWASSER, Radio: Sgt/C GIOUX, Mécanicien: Sgt INGARGIOLA, Mitrailleur-supérieur: Sgt BOUBILAT, Mitrailleur-arrière: Sgt/C CLERGERIE.

4 Mécaniciens avion.

----------------------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Lt HIEBEL.

 

equipage hiebel GabyEquipage_15

 

Pilote: Lt HIEBEL (Cdt d'avion) Navigateur: Aspir. DAUPHIN, Bombardier: Sgt MATTEI, Radio: Sgt FREPPEL, Mécanicien: Sgt PERRIN, Mitrailleur-supérieur: Sgt DOMAGE, Mitrailleur-arrière: Sgt BOISSARD.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Lt KERBRAT.

Pilote: Lt KERBRAT (Cdt d'avion) Navigateur: Aspir. DUQUESNOY, Bombardier: Aspir. PASQUINE, Radio: Sgt BERNARD, Mécanicien: Sgt LAMOTHE, Mitrailleur-supérieur: Sgt LESCURE, Mitrailleur-arrière: Sgt FUND.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Lt MATHURIN

equipage mathurin

 

Pilote: Sgt/C JOS, Navigateur: S/Lt MATHURIN (Cdt d'avion) Bombardier: Sgt BOUQUET DES CHAUX, Radio: Sgt DUGAST, Mécanicien: Sgt PRADIER, Mitrailleur-supérieur: Sgt HAUTOT, Mitrailleur-arrière: Sgt DEUTSCH.

5 Mécaniciens avion.

----------------------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU S/Lt JOUSSELME.

Pilote: Sgt/C CHEVRIER, Navigateur: S/Lt JOUSSELME (Cdt d'avion) Bombardier: S/Lt RENARD, Radio: Sgt/C PLAISANTIN, Mécanicien: Sgt VILLETTE, Mitrailleur-supérieur: Sgt LEJEUNE, Mitrailleur-arrière: Sgt BORTHOMIEU.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Lt CHOURROUT

equipage chourrout Guyenne

 

Pilote: Lt CHOURROUT (Cdt d'avion) Navigateur: Aspir. HERMAN, Bombardier: Sgt/C QUINTAINE, Radio: Sgt DIEZ, Mécanicien: Sgt RESTOU, Mitrailleur-supérieur: Sgt DUROUX, Mitrailleur-arrière: Sgt POTET.

1 Mécanicien avion.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU S/Lt LASSUS.

Pilote: Sgt BONNET, Navigateur: S/Lt LASSUS (Cdt d'avion) Bombardier: Sgt LUPISGICH, Radio: Sgt/C DERBESSE, Mécanicien: Sgt LATTES, Mitrailleur-supérieur: Sgt BOURSET, Mitrailleur-arrière: Sgt BOUGEROL.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Lt AUMONT.

Pilote;Lt AUMONT (Cdt d'avion) Navigateur: S/Lt TRENTESLAUX, Bombardier: Aspir. SERIS, Radio: Sgt PROST, Mécanicien: Sgt DUBACH, Mitrailleur-supérieur: Sgt BERTRAND, Mitrailleur-arrière: Sgt VESQUE.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU S/Lt VERGE

EQUIPAGE VERGE 2-23 GUYENNE

 

Pilote: S/Lt MARGAILLAN, Navigateur: S/Lt VERGE (Cdt d'avion) Bombardier: Aspir. SAUBRY, Radio: Sgt BARLOY, Mécanicien: Sgt PUIG, Mitrailleur-supérieur: Sgt FLEURY, Mitrailleur-arrière: Sgt BALASTEGUI.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DE L'ASPT. LECOQ.

Pilote: Sgt ALBAREIL, Navigateur; Aspir. LECOQ (Cdt d'avion) Bombardier: Sgt BEDARD, Radio: Sgt BOISDRON, Mécanicien: Sgt SARAFIAN, Mitrailleur-supérieur: Sgt MARTIN, Mitrailleur-arrière: Sgt ARTIAQUE.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Lt LEFEBVRE.

Pilote: Lt LEFEBVRE (Cdt d'avion) Navigateur: Aspir. SCHMID, Bombardier: Sgt/C BOISJOU, Radio: Sgt REQUENNA, Mécanicien: Sgt ESTIENNE, Mitrailleur-supérieur: Sgt SCHUTRUMPF, Mitrailleur-arrière: Sgt/C LEHONT.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU S/Lt HUBERT.

Pilote: Sgt BABEAU, S/Lt HUBERT (Cdt d'avion) Bombardier: Sgt/C TOURNE, Radio: Sgt BECOURT, Mécanicien: Sgt PATRICE, Mitrailleur-supérieur: Sgt DERUI, Mitrailleur-arrière: Sgt BAUD.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU Cpt PETIT 

img080

De gauche à droite:

Mécanicien MONFRAIR - VIDAL - MIMAUD - DEZELLIS - PETIT - RAMES - BAUER dit DUBOIS - LE GUILLOU - Mécanicien LOONIS.

JEAN BILLAUD

Mitrailleur-supérieur: Sgt Jean BILLAUD

Le 18 décembre 1944, MIMAUD est blessé sur la Ruhr, DEZELLIS et LE GUILLOU sautent en parachute.

 

EQUIPAGE DU Cpt PETIT.

Pilote: Adjt RAMES, Navigateur: Cpt PETIT (Cdt d'avion) Bombardier: "Adjt/C DEZELLIS puis le Cdt BLAES", Radio: "Sgt/C MIMAUD puis le Sgt PERRIN", Mécanicien: Adjt BAUER dit DUBOIS, Mitrailleur-supérieur: Sgt Jean BILLAUD, Mitrailleur-arrière: "Sgt LE GUILLOU puis le Sgt TALLONEAU".

Posté par DUCAPHIL à 22:40 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

31 octobre 2012

HALIFAX 57 RESCUE CANADA - Médaille du jubilé de diamant

26 Octobre 2012

MEDAILLE DU JUBILE DE DIAMANT

pour le

RESCUE 57 CANADA

 

1446s

David BIRELL Premier Directeur du Bomber Command Museum of Canada, Daniel FOX Directeur du Musée, Sénatrice Anne COOLS, Karl KJARSGAARD Directeur du Musée chef du projet Halifax57Rescue.

img172

1441s

img174

1456s

 Sénatrice Anne COOLS

img175

1463s

Dave RUTHERFORD, Karl KJARSGAARD.

img176

1461s

De gauche à droite:

David BIRELL, Daniel FOX,  Karl KJARSGAARD.

http://www.57rescuecanada.com

http://rcamc.canalblog.com 

 

Posté par DUCAPHIL à 17:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :