04 août 2011

Personnel Navigant C.P.P.N n'ayant pas participé aux missions de Guerre

Equipage qui à effectué la préparation

du personnel navigant

mais n'ayant pas participé

aux missions de Guerre.

FILEY_1944

Assis deuxième en partant de la droite le Caporal SALA Sauveur, avec son large sourire. 4ème du 2ème rang en partant de la droite Paul PELISSIER.

4° A.C.R.C FILEY - 1944 - (Centre de réception du personnel navigant)

(collection: Gilbert SALA)

Brevet_vol___voile

Avant de partir en Grande-Bretagne Monsieur Sauveur SALA avait obtenu le brevet C de vol à voile en décembre 1943 à Djebel diss près de Mostaganem.

(collection: Gilbert SALA)

GB_1944_45

(collection: Gilbert SALA)

Monsieur SALA Sauveur, fut Caporal le 02/02/45, Sergent le 04/05/45, Sergent-chef le 01/03/52, Adjudant le 01/06/58.

brevet_de_mitrailleur

- Caporal SALA Sauveur né en 1925 originaire de Sidi-Bel-Abbes, incorporé le 28/02/44 passe par Blida/Mouzaïaville, puis le C.P.P.N (Centre de préparation du personnel navigant) de Casablanca du 05/04 au 09/07/44, puis la division instruction de Baraki, il embarque à Alger le 30/07/44, débarque à Greenock le 12/08/44.

- Il arrive au 4° A.C.R.C Filey le 12/08/44. Fait mouvement avec le 23° I.T.W (Initial Training Wing) vers Stormy Down, puis le 23/02/45 passe au 2° A.G.S Dalcross (Air Gunners School) Brevet Air Gunner le 04/05/45.

 

dalcross 13

2° A.G.S. Dalcross

(collection: Gilbert SALA)

 

Wellington_DALCROSS

Wellington de la 2° A.G.S Dalcross.

(collection: Gilbert SALA)

- La guerre en Europe étant terminée, il était trop tard pour Monsieur SALA de participer aux opérations de Guerre, il a effectué une formation de 19h35 d'Air Gunner sur Wellington, retour au 4° A.C.R.C - P.R.C (Personnel Réception Centre).

 

dalcross 7

2° A.G.S. Dalcross

(collection: Gilbert SALA)

 

Copains_Dalcross

2° A.G.S Dalcross 1945.

De gauche à droite:

GINER, SANGES, STAFFRACH, LESUEUR, FAISSOL.

(collection: Gilbert SALA)

Carnet de vol du Caporal Sauveur SALA.

Flying_Log_Book_1

Flying_Log_Book_2

Flying_Log_Book_3__1_

Flying_Log_Book_4

Flying_Log_Book_5

Flying_Log_Book_6

(collection: Gilbert SALA)

STORNY_DOWN_1945

(collection: Gilbert SALA)

Une très belle photo de groupe en Août 1945 à Stormy-Down, si vous reconnaissez un membre de votre famille n'hésitez pas à prendre contact.

De gauche à droite:

Debouts,

MALLET Paul (de Cognac), SAUBABERE Roger (de Tunis), PETIT Charles (de Paris), DUTARTE Yves (de Perpignan), SALA Sauveur (de Bel-Abbès), BAUDOIN Henri (de Paris), Bertrand de FRAVILLE (de Paris), SANCHEZ Roland (d'Alger), GINER Julien (d'Alger), MICHON Albert (de Bône).

Assis,

LIEVRE Roger (de Niort), RICARD Marcel (d'Oran).

http://danslaviation.canalblog.com

------------------------------------------

1/25 TUNISIE

EQUIPAGE DU Lt de MARLIAVE

Elvington: 20/6/1945 - Halifax VI "C" RG561 - entrainement atterrissages - prise en main.

1er Pilote: Lt de MARLIAVE, 2ème Pilote: Sgt THARAN, Navigateur: Lt CHOULEUR, Bombardier: Sgt TADET, Radio: Sgt HOLSTEIM, 1er Mécanicien: Sgt HELLER, 2ème Mécanicien: Sgt LEFOL, Mitrailleur-supérieur: Sgt ALBADIE, Mitrailleur-arrière: Sgt/C FRISCH.

-----------------------------------------------------------

 

img089

(source: Les Tahitiens dans la guerre)

Radio-mitrailleur: John BOURNE (Tahitien) il rejoint Elvington le 30 mai 1945.

http://lestahitiensdanslaguerre.com/les-hommes-les-femmes/la-2nd-guerre-mondiale/les-aviateurs/bourne-john

____________________________________________

 

66159648

Henri CABANNES - 2/23 Guyenne

http://henri.cabannes.free.fr

 

 _______________________________________________________________

img288

Le Cadet DAPVRIL Roger

Filey octobre 1944.

(collection: Claude CHANTELOUBE)

Roger DAPVRIL est né le 12 août 1920 à Rixheim en Alsace. Sa mère, Maria, née Loeslé, était la fille de Joseph Loeslé, charron de Rixheim; son père Jean-Baptiste DAPVRIL, mécanicien de grand talent, était originaire de Douai. C'est détails biographiques prendront toute leur importance plus tard car ils détermineront, en grande partie, l'orientation que prendra sa vie.

Sa scolarité aboutira à un brevet professionnel de chaudronnier, ce qui signifie, en ce temps là, qu'il connaît bien le géométrie et sait donner, au marteau et à la lime, toutes sortes de formes à toutes sortes de tôles, de cuivre, de zinc, de duralumin et d'aluminium.

L 17 novembre 1937, à 17 ans, il entre à la SNCASO (Société nationale de construction aéronautique du sud-ouest) d'où sont déjà sortis et sont alors en élaboration de nombreux prototypes d'avions. Son père, chef d'atelier, le fait affecter précisément à un poste où l'on produit, à la demande, des profilés destinés aux bords d'attaque des ailes d'avions. Il va travailler quatre ans à la SNCASO où il acquiert une formation hautement qualifiée en aéronautique qui le rend capable de souder tous les métaux, en particulier l'aluminium. Ce détail prendra aussi son importance plus tard.

Le 12 août 1942, il quitte son emploi pour échapper au STO. Pris, il risquerait de se voir enrôler de force dans l'armée allemande et expédié sur le front Russe comme beaucoup de jeunes Alsaciens. Son chef d'atelier, Monsieur DELOUVEY qui entretenait probablement des rapports avec la résistance intérieure lui procure de faux papiers et le moyen de passer à Marseille où il est embauché, comme mécanicien à bord du Médhi II, un navire de la flotte des chargeurs réunis. Destination Abidjan ! Escale à Dakar.

A son arrivée, il est immédiatement embauché par l'Aéromaritime, la branche aéronautique des Chargeurs, en qualité de mécanicien au sol, en remplacement de l'un des dix mécanos de la base non rentré de son congé en métropole.

Il va désormais vivre pendant deux ans la vie d'un colonial, entretenant les parties flottantes des hydravions Sikorski de la ligne, souvent endommagées par des bois flottants.

 

img290

Siège de l'AEROMARITIME Abidjan, Roger Dapvril travaillera pour cette société du 7 novembre 1942 au 30 juin 1944.

Ce travail cessera brusquement le 30 juin 1944, comme l'indique son certificat de travail, lorsque les personnels et les matériels de la société Aéromaritime seront réquisitionnés par le Gouvernement provisoire d'Alger.

Roger DAPVRIL est alors affecté à la base aérienne militaire de Bamako qu'il rejoint en camion, à travers l'Afrique. Quelques photographies de ce voyage ont été conservées.

A Bamako, pour diverses raisons, dont la mauvaise volonté de certains cadres hostiles à de Gaulle, les avions en état de voler sont rares, son capitaine, puisqu'il est désormais militaire, lui fait réparer, pour l'occuper, les canalisations d'eau de l'institut français de la lèpre en récupérant des tubes sur les avions réformés. Il se liera d'amitié, à cette occasion, avec Monsieur COAQUE, le secrétaire de l'institution.

Durant cette période il apprend qu'une demande de personnel vient de la base aérienne de Casablanca où l'on forme, à la demande du Général de Gaulle, des personnels destinés à reconstituer des unités de bombardement qui rejoindront l'Angleterre: les futurs Groupes Lourds basés à Elvington intégrés au Bomber Command de la R.A.F.

Il décide de tenter sa chance, redescend à Dakar en train, prend un bateau qui l'amène à Casablanca. Il entre à l'Ecole de formation des sous-officiers de l'Armée de l'Air où il effectue quelques vols en attendant son embarquement pour l'Angleterre.

 

img291

Deux mois plus tard, il débarque à Liverpool. Après avoir subit, comme tous les arrivants, les interrogatoires de sécurité, il entre comme French Cadet dans la R.A.F.

 

img292

img293

img294

Filey, octobre 1944, B Flight: first squadron au complet, au troisième rang quatrième en partant de la gauche Roger DAPVRIL

 

img295

6° Flight second Squadron

Deuxième en partant de la droite rang du haut Roger DAPVRIL.

Roger DAPVRIL obtient sa qualification de navigateur-bombardier. Il est promu sergent-chef, mais la guerre étant terminée il ne pourra pas faire partie d'un équipage pour participer aux missions de guerre. L'armistice est signé mais la formation des personnels se poursuit, Roger Dapvril fera un vol de "récompense-entraînement" sur l'Allemagne

 

img296

COURSE 41.

De gauche à droite:

Cpls: MORENO, DALGALARONDO,DAPVRIL, DOUGUET, AMSELLEM, FALSE, TOUITOU, TINGUY, VEYRENT.

Cpls: SANDERS, UYGN, DEUMER, BOONEN, WOUTERS, VANDERPLOEG, GROOTAARTS.

Cpls: APOSTOLOPOULOS, ARNAND, MAGE, VATIN, JULLIOT, ARMANI.

Roger DAPVRIL est démobilisé à Mérignac, il retrouve Gisèle dont la photo ne l'a pas quitté durant tout son "exil" et se dépêche de se marier.

Il rejoint naturellement Air-France comme beaucoup d'anciens de l'Aéromaritime dont on se souvient que les avions et les personnels ont été nationalisés en juillet 44.

Sa parfaite connaissance de l'Anglais aéronautique lui vaut un poste d'agent technique assurant la liaison entre les autorités militaires américaines et les ateliers où l'on entretien les avions de l'E.M. américain, en particulier le Douglas du général Eisenhower.

En 1947, au moment où les Américains quittent leur base et ferment leur atelier Roger DAPVRIL va réussir un beau coup, en négociant la cessation à titre gratuit de tout le matériel d'atelier et d'un important lot de pièces détachées. Cette opération bien montée lui vaut les éloges et la confiance de la direction.

Air-France l'envoie six mois en stage chez Douglas aux Etats-Unis. A son retour il est capable de traduire toute la documentation technique concernant la maintenance des Douglas. Dés lors sa carrière est lancée... il terminera à un poste de direction avec le rang d'Inspecteur principal.

Il a reçu la Médaille de vermeil de l'Aéronautique.

(collection: Claude CHANTELOUBE)

______________________________________

 

20octobre1945_Gaussin_Elvington_Merignac1 (2)

20 octobre 1945.

L'équipage de Jean GAUSSIN.

20octobre1945_Gaussin_Elvington_Merignac2

Debout de gauche à droite:

Radio: Georges DUGAST, Pilote: Jean GAUSSIN, Navigateur: Robert KIRCH (sans mae west) Pierre DRICOT, LEBLANC

Les 5 autres personnes sont identifiées comme passager.

_____________________________________

 

Si vous connaissez des personnes ayant eu le même parcours aux mêmes dates n'hésitez pas à prendre contact.

guistar@aol.com


14 octobre 2015

AVIS DE RECHERCHE DE L'EQUIPAGE DE JEAN GAUSSIN

AVIS DE RECHERCHE

SUR L'EQUIPAGE DE

JEAN GAUSSIN

2/23 GUYENNE

du 20 octobre 1945

 

FRED GAUSSIN

 

20octobre1945_Gaussin_Elvington_Merignac1 (2)

20octobre1945_Gaussin_Elvington_Merignac2

Debout de gauche à droite:

Radio: Sgt Georges DUGAST, Pilote: Aspt. Jean GAUSSIN, Navigateur: Robert KIRCH (sans mae-west) le reste de son équipage était formé de Lt Pierre DRICOT et de l'Adjt LEBLANC.

Les 5 autres personnes sont identifiées comme passager.

 

20octobre1945_Gaussin_Elvington_Merignac3

 

20octobre1945_Gaussin_Elvington_Merignac4

Le 20 octobre 1945 Jean GAUSSIN à convoyé le Halifax "G" du capitaine PLOTON, d'Elvington à Mérignac.

 

21 mai 2016

346 "GUYENNE" ANTOINE FACCENDINI - ANDRE BROCH

AVIS DE RECHERCHE SUR L'EQUIPAGE

du Sgt Antoine FACCENDINI, du Sgt/C André BROCH, et du Sgt ISNARD.

ils nous manquent les trois autres membres de l'équipage.

ANTOINE FACCENDINI IMG_1771 

Radio: Sgt Antoine FACCENDINI.

(collection: Jean-Pierre FACCENDINI) 

ANTOINE FACCENDINI

Insignes du Sgt Antoine FACCENDINI.

Source de Pascal HERVEZ: le "S" de la demie-aile tissu de la R.A.F. veut dire: Signaler, autrement dît, "Radio volant".

ANTOINE FACCENDINI IMG_1816

En AFU à Dumfries 1943/44 école des navigateurs, bombardiers et radio, sur bimoteur Anson. Le sergent Antoine FACCENDINI  1er en haut à gauche.

(collection: Jean-Pierre FACCENDINI)

ANTOINE FACCENDINI IMG_1751

Souvenir de FILEY - Yorkshire - Angleterre  - de février à mars 1944.

P.O. ROWLES, Cpl WILSON.

Sgt Antoine FACCENDINI 5ème en haut à partir de la droite.

(collection: Jean-Pierre FACCENDINI)

ANTOINE FACCENDINI (3)

Devant un Wellington probablement à Lossiemouth, Antoine FACCENDINI 3ème en partant de la droite assis sur l'aileron.

(collection: Jean-Pierre FACCENDINI)  

ANTOINE FACCENDINI IMG_1763 

En tenue de vol Antoine FACCENDINI a gauche. 

ANTOINE FACCENDINI IMG_1761

Antoine FACCENDINI debout à droite.

(collection: Jean-Pierre FACCENDINI) 

ANTOINE FACCENDINI FullSizeRender (9) 

Crash d'un Wellington à Lossiemouth.

ANTOINE FACCENDINI IMG_1753

A droite André BROCH.

ANTOINE FACCENDINI FullSizeRender (7)

A droite Antoine FACCENDINI 

(collection: Jean-Pierre FACCENDINI) 

ANTOINE FACCENDINI IMG_1831 (1)

Lossiemouth 14/6/45.

ANTOINE FACCENDINI FullSizeRender (4) 

OTU - Elvington 1944/1945 2ème équipage RAF - 4ème escadrille - GB Guyenne - Squadron 346.

L'équipage à Elvington accroupis à gauche Antoine FACCENDINI. 

ANTOINE FACCENDINI IMG_1768 (1) 

Départ en mission .

ANTOINE FACCENDINI FullSizeRender (2)

??, Au milieu accroupi Antoine FACCENDINI, ??.

??, ??, 2ème debout a droite André BROCH, ??.

ANTOINE FACCENDINI FullSizeRender (6) 

HCU - Elvington 1944 - 1er équipage FAF/RAF - GB Guyenne - Squadron 346 - 4ème Flight.

1er debout à gauche Antoine FACCENDINI, debout 1er a droite André BROCH. 

ANTOINE FACCENDINI FullSizeRender (8)

 

ANTOINE FACCENDINI FullSizeRender (1)

Avis de recherche sur les noms de cette équipage: Navigateur: Sgt/C André BROCH  2ème assis en partant de la gauche, Mitrailleur-supérieur: Sgt Antoine FACCENDINI au mileu en haut.

Pilote:Sgt ISNARD, Navigateur: Sgt/C André BROCH, Bombardier: ?? Radio: Sgt Antoine FACCENDINI, Mécanicien: ??, Mitrailleur-supérieur:??, Mitrailleur-arrière: ??.

(collection: Jean-Pierre FACCENDINI) 

ANDRE BLOCH IMG_1844

Navigateur: Sgt/C André BROCH.

(collection: Caroline BROCH)

- Engagé volontaire pour 3 ans à terme fixe à l'intendance de limoges le 15 novembre 1938. Incorporé à la Base aérienne de Tours, suit les cours d'élève pilote pour le concours d'école d'Istres - nommé Caporal le 16.4.39 - nommé Caporal/Chef le 1 décembre 1939 - nommé Sergent le 16.4.1940.

- Replié à Saint Jean d'Angely, puis dans la forêt des landes, à l'hôpital de Pau et finalement à la Base de stockage de Pau le 20 juillet 1940. Sur les conseils du capitaine Clément qui commandait la compagnie du bataillon 109 à Tours je cherche à passer en Afrique du Nord. Par son intermédiaire j'obtiens mon affectation à Marrakech.

- Affecté bataillon de l'Air 136 à Pau, Cie de Transmission 707 à compter des 21.7.40 affecté le 11.8.40 à la 5e Cie de la B.A. 136 à Pau.

- Le capitaine Clément m'a fait délivré un ordre de mission N°456/I/R du 14 janvier 1941 de la 2e région Aérienne.

 

img014

 

Port-Vendres.

(collection: Ducastelle Philippe)

 

164

(collection: Ducastelle Philippe)

159

Port-Vendres 2013.

(collection: Ducastelle Philippe)

-  Le 20 janvier 1941 j'ai embarqué à Port-Vendres. Une commission allemande surveillait l'embarquement, elle m'a laisser passer. 

 

img012

(collection: Ducastelle Philippe) 

img013

Les Allemands à Port-Vendres.

(collection: Ducastelle Philippe)

- Le 22 janvier 41 débarquement à Oran. Le 24 janvier arrivée à la base Aérienne de Marrakech commandée par le Lt Colonel Renard DUVERGER. Réangagé 1 an à Marrakech a/c du 15/11/1941. Affecté à Relizane le 5/10/1941

img005

(collection: Caroline BROCH)

- Détaché à la B. Aérienne de Maison Blanche pour suivre les cours des E.O.A. Libéré le 15/11/42 à Alger.

img006

(collection: Caroline BROCH)

- Rappelé au centre de Blida le 15.2.1943. Affecté au C.P.F.N.A. juin 1943. Affecté à Zéralda 10.8.43.

- Embarqué pour l'Angleterre le 28.8.43. Le 30.8.43 bombardé par les stukas dans la rade de Gibraltar.

- Débarqué le 9/9/43 à West-Kirby  Angleterre.

- Du 9.9.43 camp d'instruction 231 TW  à Filey puis élève pilote à Northampton sur Tiger MOTH.

 

img009

Départ pour le Canada sur l'Ile de France.  

img016

Sgt/C André BROCH, deuxième en haut à partir de la gauche. Ecole des navigateurs Royal Canadian Air Forces.

(collection: Caroline BROCH)

- Muté au Canada a/c 28.4.1944 - Traversé l'atlantique sur l'Ile de France - Le 20.10.1944 Brevet de Navigateur de la Royal Canadian Air Forces.

 

img015

 

- Retour en Angleterre le 8.12.44 sur le bateau Mauretania

- Affecté 10 O.A.F.U. a/c 24.1.1945 à Carlisles sur avion ANSON R.A.F.

- Affecté  20 O.T.U. Lossiemouth  sur bombardier Wellington le 24.4.45 R.A.F.

img007

(collection: Caroline BROCH)

- Affecté Squadron N°346 le 27.7.1945 groupe de bombardement  à Elvington GB1 Sergent/Chef observateur le 1.3.45. Brevet d'observateur en avion homologué le 2.1.1945 par le colonel Coustey à Londres. 

ANDRE BROCH DSCF0037 

ANDRE BROCH DSCF0040

(collection: Caroline BROCH)

- Démobilisé à Bordeaux G.R.A.P. 208 le 10/octobre/1945. Rayé des contrôles le 25 décembre 1945.

 

img325

 

 

Dernière Prière 

Lossiemouth

Dans la nuit lourde de mystère,

le gros avion tel une chimère

s'arracha du sol dans un enfer

Le rugissement terrible des gros moteurs

Emplit ma cervelle d'une insaisissable torpeur

et la machine remplaça le penseur.

 

Sous la voûte claire et mystérieuse

des cieux froids, remplis d'étoiles rieuses

k'oiseau noir s'élança dans l'ombre ténébreuse.

A travers le hublot, j'ai regardé

de la lune les rayons argentés

baigner le ciel d'une pâle clarté.

 

Tout en bas, les longs îlots

de mousseline blanche, franges d'un halo,

des masses noires insaisissables sur l'eau.

J'ai alors salué mes belles amies

Ces étoiles que je trouve jolies

Et toutes ensemble. Elles m'ont souris.

 

Vénus ma compagne, aux charmes secrets

trône souveraine dans son royaume assuré

Véga, brandit sa croix à l'immortalité

Saturne à l'oeil fix; Puis Orion

qui déploie fièrement son fin papillon

paré de Pollux, Spica et Procyon.

 

Amies ! je me sens si frèle

suspendu dans l'air sur ces ailes

Ne me quittez pas mes belles.

 

Poème d'André BROCH

 

img323

 

Caroline BROCH

A mon père.

Ce soir en écrivant un texte sur l'existence de mon père je ne peux pas m'empêcher de penser à Marcel PROUST sur la notion du temps et du souvenir. C'est sur ces trente et un poèmes de jeunesse tourmentée par la guerre que repose le souvenir de toute une existence. Ces poèmes si fragiles ont malgré tout résistés au temps. Jamais mon père aurait pu imaginer qu'après sa mort j'allais les découvrir au fond d'une armoire que je les traduirai afin de les publier. Ils sont les témoins de son existence.

D'un homme aimant la nature, l'art et l'humanité malgré le désespoir que peut engendrer la guerre.

C'est toute la sensibilité la bonté de mon père que j'ai découvert jeune amoureux en proie à la dure réalité politique du siècle. Près à mourir au nom d'une certaine idée de la Liberté ayant quitter son pays pour mieux le défendre pour cette Angleterre qui l'a accueilli sur ses bases militaires pour sa formation de pilote. L'Angleterre qu'il a aimé passionnément comme sa propre Patrie et près à mourir pour elle malgré ses vingt ans.

Ses poèmes sont pleins de jeunesse et d'espoir ils ne connaissaient pas l'issue de la guerre. C'est la raison pour laquelle il a écrit "Ma première Prière" car la pensée de sa propre mort était toujours présente à chaque fois qu'il montait dans un bombardier. Alors malgré le bruit assourdissant des moteurs il tournait son regard vers les étoiles et c'est avec un sentiment d'angoisse qu'il contemplait la voûte céleste, comme un contemplatif. Les étoiles ses amies pour l'éternité.

Après la guerre mon père se consacra à la littérature à l'édition publiant des livres d'art sans relâche voyageant au travers le monde, envoyant régulièrement des livres scolaires et des jouets en Afrique.

Le monde était toujours plus beaux au travers des yeux de mon père. Passionné par la peinture il était devenu un merveilleux peintre classique mais aussi abstrait. Violoniste enfant le respect et l'amour de la musique ne l'avait  jamais quitté et c'était en écoutant les Rapsodies Hongroises de Liszt et Chopin qu'il aimait peindre avec passion tout entier vouer à son art.

C'était sa manière avec ses pinceaux de lutter contre la violence de ce monde. C'était avant tout un amoureux de la nature vaillant à protéger le moindre animal blessé.

Jusqu'à la fin de son existence il garda ce beau visage aux pommettes saillantes aux yeux verts très clairs que je n'ai pas eu la force de les lui fermés à sa mort car on ne ferme pas les yeux d'un peintre ! Ni ceux d'un poète qui restent grands ouverts d'étonnement face au monde. Mais nous savons bien que les artistes ne meurent pas encore moins les poètes. Ces si fragiles poèmes sur lesquels repose l'immense édifice du souvenir !

Parfois je me demande ce que serait le monde sans la poésie ?

Caroline BROCH.

22 mai 2016

1/25 TUNISIE SERGENT LEON PROST

1/25 TUNISIE

Léon_Prost_mécanicien_volant_Tunisie

 

Mécanicien: Sergent Léon PROST

brevet_mecanicien_volant_RAF

Léon_Prost_1 (1)

brevet_mecanicien_volant__RF

halifax_1

 

(collection: Catherine PROST)

23 mai 2016

346 "GUYENNE" AVIS DE RECHERCHE D'UN AVIATEUR DU 2/23

AVIS DE RECHERCHE

FRANCIS FERRENTI Angleterre

Sergent Françis FERRENTI en Angleterre.

(collection: François de Prémont)

ANTOINE FACCENDINI IMG_1825

Un navigateur du 2/23 Guyenne.