LA POINTE DU HOC

mes_images311

Attaque avant le jour-J de bombardiers HAVOC A-20 contre la batterie allemande supposée se trouver en haut de la pointe du Hoc.

(Library of Congress)

Avant le jour-J, les services de renseignements alliés avaient repéré une batterie allemande de 6 pièces de 155 mm nichée au sommet de la pointe du Hoc à 5 km à l'ouest d'OMAHA BEACH, une falaise verticale de 30 m avec une plage de 25 m en contre-bas. Comme OMAHA se trouve à portée de tir de ces canons et que ni un bombardement ni l'artillerie ne peuvent à coup sûr en venir à bout, une Task Force de 2 bataillons de rangers est désignée pour les réduire au silence. Spécialement des assauts de falaise, ils utiliseront des fusées pour lancer des grappins de corde jusqu'au sommet et des échelles coulissantes empruntées aux sapeurs-pompiers de Londres.

mes_images312

Le jour-J, les Rangers du 2e bataillon de l'armée américaine escaladeront ces falaises de 30 m, afin d'attaquer les 6 canons de 155 mm censés menacer OMAHA BEACH. Les casemates s'avéreront vides, les canons retrouvés à l'écart seront détruits.

Le plan prévoit une première vague de 3 compagnies des 2 Rangers commandés par le Colonel James RUDDER, en même temps que l'assaut principal. A l'extrémité ouest d'OMAHA, une quatrième compagnie (Charlie company), doit investir la position allemande de la pointe de la Percée, puis couvrir le flanc du débarquement à la pointe du Hoc. Le 5e Rangers dans son ensemble et les 2 compagnies restantes constituent la seconde vague, prête, en cas de succès, à débarquer immédiatement et à avancer en direction d'Isigny sur le flanc ouest d'OMAHA. En cas d'échec de la première partie de l'opération, elle doit renforcer Charlie company sur OMAHA BEACH et prendre la pointe du Hoc à revers.

mes_images313

Les Rangers escaladent les falaises à l'aide d'échelles coulissantes et de cordes munies de grappins lancés par des fusées.

Le jour-J, les péniches transportant les 255 hommes de RUDDER sont entraînées par le courant vers la pointe de la Percée à l'est, et atteignent la plage minuscule de la pointe du Hoc avec 40 minutes de retard. Sans nouvelles, la seconde vague, sous les ordres du Colonel Max SCHNEIDER, conclut à un échec et débarque à OMAHA, où elle rejoint la 116e DI.

mes_images314

Les artilleurs allemands camouflent leur pièce sous un filet pour déjouer la surveillance aérienne. De nombreux canons de ce type menaçaient les plages du débarquement et il fallait, pour les réduire, les bombarder ou envoyer un commando.

(Bundesarchiv)

Or, soutenus par les destroyers USS Satterlee et HMS Talybont, les Rangers escaladent la pointe du HOC sous le feu allemand et atteignent le sommet en 5 minutes, ne perdant que quelques hommes.Les Allemands cèdent immédiatement le terrain, abandonnant des casemates vides et partiellement démolies par les incessants bombardements. La résistance n'avait pu informer Londres que les canons n'avaient pas encore été installés. A 9h, à quelques centaines de mètres de là, une patrouille repère la batterie camouflée sur une position de tir désertée par les allemands et la détruit.

Résistant aux contre-attaques, la petite unité de Rangers restera cloué toute la journée sur ce bout de terrain ravagé de la pointe du HOC au milieu des troupes allemandes et ne sera relevée que le 8 juin. Les pertes s'élèvent à une quarantaine d'hommes le Jour-J et à 95 autres les deux jours suivants. Blessé deux fois, RUDDER sera décoré pour son exploit.

(source: Du débarquement à la libération - NOV'édit)

mes_images315

(source: L'Amicale des Anciens des Groupes Lourds L'OPS N°12 Octobre 1994)

UNE SUPERBE EXPOSITION TEMPORAIRE

SUR LE 65e ANNIVERSAIRE

DU DEBARQUEMENT

ET LA POINTE DU HOC EN PARTICULIER

DU 28 MAI AU 9 JUIN

mes_images316

Réalisée et présentée

Par Mr et Mme Henri et Micheline MAUGER.

mes_images321    mes_images322

Médaille commémorative

GRANDCAMP-MAISY  -   RANGER MEMORIAL

1944-2009

65e ANNIVERSAIRE DU DEBARQUEMENT

Photos_diverses_077

Photos_diverses_076

Lors de ma visite un petit groupe d'anciens de la commune de Grandcamp-Maisy devant la grande photo centrale avec le Général de GAULLE au centre, recherchaient les noms des personnages sur la photo, avec de superbes souvenirs pour toutes ces personnes.

Toutes mes félicitations a Mr et Mme MAUGER. DUCAPHIL.