17 août 2009

GOEPFERT ANTOINE "2/23 GUYENNE"

Antoine GOEPFERT

2/23 "GUYENNE"

img667

Né le 28 février 1910 à Lyon (Rhone) décédé le 11 janvier 2001.

S'engage à 18 ans pour rejoindre l'école de Buc et devenir pilote aviateur. Est breveté pilote à 19 ans. Obtient son brevet de pilote militaire sur Spad, en 1931, passe son brevet de pilote de transport public.

Commence sa carrière à la compagnie Aérienne Française. Pressenti comme pilote d'essai. Fait des périodes militaires et c'est pendant l'une d'elles que la guerre le surprend. Est appelé au Groupe 2/32, il vole sur Bloch 200. Envoyé dans le Sud de la France, puis en Tunisie.

Entend l'appel du 18 juin. Regagne la France, se fait démobiliser, veut gagner l'Angleterre, mais ne pourra réussir qu'au début 1943. Arrive en Grande-Bretagne, rejoint les Groupes de Bombardiers Stratégiques et subit une importante formation et un intensif entraînement.

Ce n'est que vers le 15 Novembre 1944 qu'il est opérationnel, 6 mois plus tard est Commandant de l'escadrille G.B. 2/23 "GUYENNE".

Aura effectué 25 missions de nuit sur l'Allemagne. Après la guerre, entre à Air France y restera jusqu'en 1970. A volé sur toutes les lignes mondiales, 21 000 heures de vol, Colonel de réserve de l'Armée de l'Air.

Officier de la Légion d'Honneur.

Croix de guerre 1939/1945 - 4 citations - 2 palmes.

Distinguished Flying Cross.

Médaille de l'Aéronautique.

Médaille des Evadés.

Repose dans le cimetière de TRILBARDOU (Seine-et-Marne).

Posté par DUCAPHIL à 19:14 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


21 octobre 2008

EQUIPAGES DU 2/23 "GUYENNE"

EQUIPAGE DU CAPITAINE MARIAS

img570

(collection: Emile BLANC)

 L'équipage du bombardier HALIFAX .V. "P-for-Peter".

de gauche à droite, en tenue de vol.

Pilote: Cdt Raoul MARIAS, Navigateur: Lt VERROT, Bombardier: Aspt Yves POUGNET, Radio: Sgt/C DIAS, Mécanicien: Sgt/C LAFARGUES, Mitrailleur-arrière: Emile BLANC, Mitrailleur-supérieur: Sgt FRESIER.

En noir, les quatre mécaniciens au sol.

(collection: Émile BLANC)

CITATION

Sont cités à l'Ordre de la Division Aérienne

Capitaine MARIAS et son équipage:

"Équipage d'élite commandé par le chef d'Escadrille. A en toutes circonstances montré son habileté, son allant et sa cohésion par les succès remportés au cours des 12 missions de jour et de nuit qu'il a effectuées depuis l'engagement du Groupe: attaques d'objectifs du champ de bataille sur le front de Normandie, de bases d'avions sans pilote et de centres ferroviaires et industriels importants puissamment défendus. A participé notamment en juin à un bombardement au cours duquel les pertes dues à la réaction de la chasse de nuit ennemie ont été sévères. En juillet a été touché par des éclats de flack lourde et en juillet a attaqué Stuttgart."

Missions de guerre

du Sgt Emile BLANC mitrailleur-arrière.

juin 1944

- 1/2-06/1944 - Objectif: (Ferme d'Urville) Halifax V - H7 - "P" LL398 - Equipage - Pilote: Cpt MARIAS (Cdt d'avion) Navigateur: Lt VERROT, Bombardier: Aspt POUGNET, Radio: Sgt/C DIAZ, Mécanicien: Sgt/C LAFARGUE, Mitrailleur-supérieur: Sgt FRESSIER, Mitrailleur-arrière: Sgt BLANC. Durée: 5h03 vol de nuit - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 12 avions - Total des avions engagés dans la mission 101 avions. Bombardement Bt Ferme d'Urville. Mission de guerre.

-2/3-06/1944 - Objectif: (Cap Gris-Nez - Harinzelles) Halifax V - H7 - "P" LL398 - Même équipage - 2ème pilote: Cpt BOURGAIN - Durée: 3h36 vol de nuit - Nombre d'avion engagés dans la mission Guyenne 9 avions - Total des avions engagés dans la mission 271 avions. Bombardement Position Bt Batterie. Mission de guerre.

- 5/6-06/1944 - Objectif: (Maisy - Batterie 155) Halifax V - H7 - "P" LL398 - Même équipage - 2ème pilote: Cdt VIGOUROUX - Durée: 4h49 vol de nuit - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 12 avions - Total des avions engagés dans la mission 1012 avions. Bombardement Bt Batterie de Maisy. Débarquement des Alliés en Normandie. Mission de guerre.

 

img920

img921

img922

img923

img924

img925

(collection: Yves DESTORS)

 

- 8/9-06/1944 - Objectif: (Gare d'Alençon) Halifax V - H7 - "P" LL398 - Même équipage - Durée: 5H40 vol de nuit - Nombre d'avion engagés dans la mission Guyenne 14 avions - Total des avions engagés dans la mission 483 avions. Bombardement Alençon Gare. Diversion Carnaby. Mission de guerre.

- 12/13-06/1944 - Objectif: (Gare Amiens-Longueau) Halifax V - H7 - "P" LL398 - Même équipage - 2ème pilote: Lt CHAPRON - Durée: 4h26 vol de nuit - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 14 avions Tunisie 1 avion - Total des avions engagés dans la mission 671 avions. Bombardement Bt. Amiens noeud ferroviaire. Mission de guerre.

- 14/15-06/1944 - Objectif: (Evrecy) Halifax V - H7 - "P" LL398 - Même équipage - 2ème pilote: Cpt DUTREY - Durée: 5h24 vol de nuit 4h24, vol de jour 1h00 - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 10 avions. Total des avions engagés dans la mission 337 avions. Bombardement d'Evrecy H.Q Panzer. Mission de guerre.

- 16/17-06/1944 - Objectif: (Domléger) Halifax V - H7 - "P" LL398 - Même équipage - 2ème pilote: Cdt HOQUETIS - Durée: 4h07 vol de nuit - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 405 avions. Bombardement Bt. objectif spécial Domléger. Mission de guerre.

Juillet 1944

- 6/07/1944 - Objectif: (Marquise-Mimoyecques) Halifax III - H7 - NA556 - Même équipage - Durée: 3h32 vol de jour - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 10 avions, Tunisie 11 avions. Total des avions engagés dans la mission 551 avions. 7 Français tués dans la mission. Bombardement Marquise-Mimoyecques, touché par la Flack. Mission de guerre.

- 12/13-06/1944 - Objectif: (Les Hauts-Buissons) Halifax III - H7 - NA556 - Même équipage - 2ème C.A. Lt LACHARGE - Durée: 4h28 vol de nuit - Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions. Total des avions engagés dans la mission 230 avions. Bombardement Pilotless Les Hauts-Buissons. Mission de guerre.

- 17/18-07/1944 - Objectif: (Sannerville) Halifax III - H7 - MZ738 - Même équipage - 2ème pilote Cpt BOE - Durée: 4h05 vol de jour 1h35, vol de nuit 2h30. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 12 avions, Tunisie 7 avions. Total des avions engagés dans la mission 942 avions. Bombardement réserves ennemies à l'Est de Caen. Mission de guerre.

- 20/07/1944 - Objectif: (Chapelle-Notre-Dame- Vizernes) Halifax III - H7 - MZ738 - Même équipage - 2ème C.A. Cdt de MAZURE - Durée: 3h11 vol de jour. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 11 avions, Tunisie 4 avions. Total des avions engagés dans la mission 369 avions. Bombardement Pilotless La Chapelle Notre Dame. Mission de guerre.

- 24/25 -07/1944 - Objectif: (Stuttgart) Halifax III - H7 - MZ738 - Même équipage - Durée: 7h57 vol de nuit. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 6 avions, Tunisie 6 avions. Total des avions engagés dans la mission 631 avions. Bombardement de Stuttgart objectif X2. Mission de guerre.

- 28/07/1944 - Objectif: (Forêt de Nieppe - Hazebrouck) Halifax III - H7 - MZ738 - Même équipage - Durée: 4h21 vol de jour 1h34, vol de nuit 2h47. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 14 avions, Tunisie 14 avions. Total des avions engagés dans la mission 199 avions. Bombardement Forêt de Nieppe Hazebrouck. Mission de guerre.

Août 1944.

- 3/08/1944 - Objectif: (Isle Adam) Halifax III - H7 - MZ738 "P" - Même équipage - Durée: 4h30. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 6 avions, Tunisie 5 avions. Total des avions engagés dans la mission 1114 avions. Bombardement Bt Isle Adam (bois de cassan). Mission de guerre.

- 4/08/1944 - Objectif: (Forêt de Nieppe) Halifax III - H7 - MZ738 "P" - Même équipage - Durée: 4h10. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 11 avions, Tunisie 9 avions. Total des avions engagés dans la mission 281 avions. Bombardement Bt de la Forêt de Nieppe. Mission de guerre.

- 5/08/1944 - Objectif: (Forêt de Nieppe) Halifax III - H7 - MZ738 "P" - Même équipage - Durée: 3h30. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 14 avions, Tunisie 17 avions. Total des avions engagés dans la mission 742 avions. Bombardement Bt de la Forêt de Nieppe. Mission de guerre.

- 9/08/1944 - Objectif: (Forêt de Mormal) Halifax III - H7 - MZ738 "P" - Même équipage - Durée: 3h40. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 4 avions, Tunisie 1 avions. Total des avions engagés dans la mission 160 avions. Bombardement de la Forêt de Mormal. Mission de guerre.

- 12/13/08/1944 - Objectif: (Rüsselheim) Halifax III - H7 - MZ738 "P" - Même équipage - Durée: 6h00. Vol de jour 0h40. Vol de nuit 5h20. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 8 avions, Tunisie 3 avions. Total des avions engagés dans la mission 297 avions. Bombardement de Rüsselheim (Opel). Mission de guerre.

- 14/08/1944 - Objectif: (Tractable) Halifax III - H7 - MZ738 "P" - Même équipage - Durée: 4h10. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 14 avions, Tunisie 3 avions. Total des avions engagés dans la mission 110 avions. Bombardement de Tractable (Troupes Bt Forêt de Quesnes). Mission de guerre.

- 27/08/1944 - Objectif: (Homberg) Halifax III - H7 - MZ738 "P" - Même équipage - Durée: 4h35. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions, Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 243 avions. Bombardement Bt Homberg (Ruhr). Mission de guerre.

- 31/08/1944 - Objectif: (Lumbres) Halifax III - H7 - NA549 "P" - Même équipage - Durée: 4h19. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions, Tunisie 11 avions. Total des avions engagés dans la mission 601 avions. Bombardement de Lumbres site V2 (près de Saint-Omer). Mission de guerre.

Septembre 1944.

- 11/09/1944 - Objectif: (Gelsenkirchen) Halifax III - H7 - NA549 "P" - Même équipage - Durée: 4h50. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 11 avions, Tunisie 9 avions. Total des avions engagés dans la mission 379 avions. 7 Français tués dans la mission. Bombardement de Gelsenkirchen. Mission de guerre.

- 14/09/1944 - Objectif: (Kiel) Halifax III - H7 - NA549 "P" - Même équipage - Durée: 5h45. Nombre d'avions engagés dans la missions Guyenne 7 avions. Total des avions engagés dans la mission 490 avions. Bombardement de Kiel (Bt). Mission de guerre.

 

EQUIPAGE MARIAS

 

L'équipage du Capitaine MARIAS avant le bombardement de la gare d'Amiens-Longueau le 12 juin 1944.

De gauche à droite:

Asp Yves POUGNET, Cne Raoul MARIAS, masquant le Sgt Julien DIAZ, Sgt/C André LAFFARGUE, Gal Martial VALIN commandant des F.A.F.L. Sgt/C Emile BLANC en conversation avec l'Air Vice-Marshal Roderick CARR.

 

La mer, les nuages, la nuit et les défenses du port de KIEL

Récit d'Yves POUGNET.

"Cette nuit, nous partons avec la charge maximum pour attaquer, au-delà de la Mer du Nord et du Jutland, le grand port militaire allemand de KIEL.

 S'élevant lentement au-dessus des derniers feux de la piste, notre quadrimoteur est saisi par la nuit.

A travers le pare-brise, j'essaie en vain de distinguer le sol, l'horizon ou, au-dessus de nous, le ciel, mais aucun détail, aucune lueur, aucune étoile dévoilée par la fuite d'un nuage ne se laisse saisir. Par ce temps bouché, avec ces bancs de brouillard qui traînent à quelques centaines de pieds, l'espace qui nous entoure est noir, sans nuages et sans forme, comme la profondeur d'une mer.

Sur le tableau de bord, les aiguilles lumineuses palpitent, seuls signes visibles de notre vol, de notre sécurité, de notre vie.

Par elles, je sais que nous nous élevons lentement, que nous vivons, que les moteurs ramenés au régime normal après l'effort du décollage fonctionnent bien. Je les écoute avec une certaine anxiété. J'intérroge leurs bourdonnement, prêt à saisir la moindre vibration, le moindre bruit insolite. Mais rien ne vient troubler la régularité de leur chant puissant. Ils semblent me promettre d'accomplir sans défaillance la tâche qu'ils viennent d'entreprendre.

Le virage nous a ramenés au terrain. Nous retrouvons pendant quelques instants ses feux amicaux: les deux projecteurs qui, tout près de nous, se perdent dans la base des nuages, les lignes lumineuses des pistes où attendent, rouges et verts, les feux des camarades qui vont décoller à leur tour. Nos ailes les effacent. Nous replongeons dans la nuit.

Notre navigateur a pris la direction du voyage. Enfermé dans sa cabine sans vue sur l'extérieur, il est penché sur ses cartes, il manie son disque à calcul, il observe ses instruments. Isolé du monde que nos yeux cherchent en vain à découvrir dans la nuit, il vit dans un univers magique de chiffres et d'indices lumineux. Les signes de notre voyage que nous refusent la nuit, les nuages et l'uniformité de la mer, il les fait naître sur sa carte où un trait inscrit notre route , où une succession de fléchettes tournent comme la direction du vent.

Grâce à lui et aux navigateurs des autres équipages, huit cent avions vont suivre dans la nuit une route presque aussi précise dans l'espace et dans le temps que celles des trains sur les voies de chemin de fer. Ils passeront au-dessus de l'objectif en quelques minutes, réalisant malgré l'obscurité cette concentration qui déborde la défense la mieux organisée.

- Allô, Pilote? Prenez le cap 230.

Après nous avoir éloignés du terrain pendant le décollage des autres avions du Squadron, notre navigateur nous y ramène pour le départ.

Nous retrouvons en effet les projecteurs et tandis que nous virons sous leurs rayons, j'aperçois à droite et à gauche les feux des camarades qui virent aussi.

Maintenant nous volons vers la mer. Restant à quelques centaines de mètres du sol pour éviter les nuages, nous rencontrons les derniers Squadrons qui, au-dessus de leurs terrains, évoluent pour prendre le départ et mêlent au flot des des bombardiers qui convergent vers la côte.

En quelques instants, l'espace noir se peuple de feux. On dirait un essaim d'insectes lumineux qui tourbillonnent et dansent.

Quelquefois un feu rouge et un vert glissent vers nous. Nous les voyons grandir rapidement. Nous distinguons l'ombre du fuselage et des ailes qu'ils encadrent, puis ils s'éloignent dans la nuit.

Nous redoublons d'attention aux postes de veille. Chacun scrute la nuit, signale les feux trop mobiles et trop proches. Ce soir, ils sont tellement nombreux que nous nous demandons s'il sera possible de les éviter tous. Nous ne pouvons nous empêcher de revivre dans notre veille anxieuse ce que nous avons vu trop souvent: la masse énorme et sombre d'un avion qui débouche d'un angle mort, la flamme d'une collision qui jaillit dans la nuit.

Pourtant le flot s'organise. Autour de nous, à la même vitesse, sur des routes parallèles à la nôtre, les feux s'immobilisent. Pendant un virage après le passage de la côte, l'eesaim reprend vie un instant puis de nouveau, paraît fixé dans l'espace.

La tension se relâche. Je pose les yeux sur la planche de bord. Quand je les relève, il n'y a plus autour de nous que la nuit. Tous feux éteints, dans un ciel où déjà peut rôder l'ennemi, l'escadre invisible des bombardiers fait route vers l'objectif.

C'est à ce moment que pour chaque équipage commence le raid solitaire. Il ne voit plus la foule qui l'entoure. Il ne connaît plus d'elle que l'ombre trop voisine que signale un mitrailleur et les remous des sillages où, brusquement, plongent les avions. Chaque équipage se sent seul à affronter la nuit, les nuages, la mer, les feux de la défense qui, tout à l'heure, se déchaîneront, les menaces ... ( texte effacé) ... de l'ombre.

Heureusement, le travail arrache chacun à ses impressions. Le pilote suit attentivement les indications de ses instruments, le mécanicien surveille les températures et les pressions, note les consommations, le radio écoute les ondes. Les mitrailleurs font tourner lentement leur tourelle sur leur secteur de veille. Avec le bombardier, le navigateur mesure et calcule, réclame des changements de cap et de vitesse. Chacun oublie la solitude et les dangers.

Lentement, les minutes, les heures passent. Le trait s'allonge sur la carte. Il s'enfonce de plus en plus vers l'est à travers la mer.

- Allô, Pilote? Montez à six mille mètres, vitesse 160.

Le navigateur nous apprend ainsi que nous avons atteint, sur la route, le point à partir duquel nous devons prendre de l'altitude pour survoler les défenses. Le grondement des moteurs s'amplifie. Notre avion élève sa lourde charge dans le ciel. Tout autour de nous, nos camarades invisibles mais proches s'élèvent aussi.

La visibilité, maintenant, est absolument nulle. Elle s'arrête aux vitres-mêmes du pare-brise et des tourelles. La dangereuse approche d'un camarade ne sera même plus annoncée par une ombre. La turbulence augmente, la température baisse, le givre se dépose sur les plans. La montée est pénible et longue... Chacun en attend impatiemment la fin.

Enfin, comme un sous-marin qui fait surface, nous émergeons de l'épaisse couche nuageuse. Quelques instants encore, des sommets de vagues balaient nos plans comme de pâles embruns, puis sous les étoiles nous nous élevons dans un ciel pur et glacé.

Nous saluons avec une sorte de joie l'espace libre mais sombre étendue immense et vide renforce notre impression de solitude. Nulle part de se révèle une présence amie, au contraire: bientôt éclatent, non loin de nous, les premiers coups de Flak. Nous n'avons reçu le ciel que pour l'oublier dans l'approche du combat.

Nous avons viré plein sud. Au-dessous de nous, les nuages se sont fragmentés puis ont disparu. Au loin, apparaissent les premiers projecteurs défendant l'objectif. C'est l'habituelle attente de la dernière partie de l'approche. D'abord il semble que nous n'avançons pas, puis, brusquement, nous entrons dans la zone de feu.

La défense est puissante. Les projecteurs repoussent la nuit au loin. La Flak emplit l'espace de ses éclairs et de ses flocons. Des coups rapprochés claquent à nos oreilles. A la verticale, je reconnais le port. Il est déjà couvert de nappes brillantes d'incendiaires qui s'étendent autour des marqueurs rouges.

Nos bombes tombent.

Pendant quelques instant encore, nous sommes ballottés dans l'espace en feu puis, peu à peu, la nuit l'éteint et nous reprend.

Jusqu'à la côte, des éclairs de Flak, des fusées de chasseurs, des traçantes qui révèlent des combats. La chute d'un avion en flammes la déchire, puis elle étend à nouveau son règne.

Nous descendons dans les nuages. A 600 mètres, toujours sans rien voir, nous nous mettons en palier, comme à l'aller.

Notre mission est accomplie et l'ennemi ne nous menace plus, mais les minutes semblent terriblement longues. Quand atteindrons-nous le terrain, la sécurité, le repos?

Nous finissons pourtant par aborder la côte anglaise. En quelques instants, des points lumineux s'allument autour de nous. Ce sont nos camarades qui n'ont pas quitté nos côtés.

Nous survolons les mêmes terrains. Tous feux allumés, ils attendent leurs escadrilles. Au loin nous appelle le phare rouge de notre base.

Nous prenons contact avec le sol dans l'avenue lumineuse de la piste. Au dispersal, notre dernier moteur coupé. Le silence qui s'établit soudain nous rend amicaux et familiers les bruits de la terre.

La mission est terminée.

Par-delà notre lassitude, nous sentons que ce soir, plus que les défenses d'un grand port de guerre, nous avons vaincu la mer, les nuages et la nuit".

Yves POUGNET.

- 20/09/1944 - Objectif: (Sangatte) Halifax III - H7 - NA549 "P" - Même équipage - Durée: 3h30. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 11 avions, Tunisie 8 avions. Total des avions engagés dans la mission 646 avions. Bombardement de Sangatte près de Calais. Mission de guerre.

- 25/09/1944 - (Transport d'essence) Halifax III - H7 - MZ738 "P" - Même équipage - Durée: 4h00. Mission Elvington - Bruxelles - Elvington. Transport d'essence VG.

- 28/09/1944 - (Transport d'essence) Halifax III - H7 - MZ738 "P" - Même équipage - Durée: 3h50. Mission Elvington - Bruxelles - Elvington. Transport d'essence VG.

Octobre 1944

- 1/10/1944 - (Transport d'essence) Halifax III - H7 - MZ738 "P" - Même équipage - Durée: 3h45. Mission Elvington - Bruxelles - Elvington. Transport d'essence. VG.

- 2/10/1944 - (Transport d'essence) Halifax III - H7 - NA "J" - Equipage - Pilote: Adjt DELLUC, Navigateur: Lt VALENTIN (Cdt d'avion), Bombardier: Sgt/C Le GOFF, Mécanicien: Adjt DENTRESANGLE, Radio: Adjt Le GUELLEC, Mitrailleur-supérieur: Sgt/C POLI, Mitrailleur-arrière: Sgt BLANC. Durée: 4h00. Mission Elvington - Bruxelles - Elvington. Transport d'essence. VG.

- 14/10/1944 - Objectif: (Duisbourg) Halifax III - H7 - MZ738 - "P" - Equipage - Pilote: Cdt MARIAS (Cdt d'avion) Navigateur: Cpt VERROT, Bombardier: S/Lt POUGNET, Radio: Sgt/C DIAZ, Mécanicien: Sgt/C LAFFARGUE, Mitrailleur-supérieur: Sgt FRESIER, Mitrailleur-arrière: Sgt BLANC. Durée: 5h35. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 15 avions, Tunisie 15 avions. Total des avions engagés dans la mission 1013 avions. Bombardement de Duisbourg, atterrissage à Metheringham, Metheringham - Elvington 0h30. Mission de guerre.

- 24/10/1944 - Objectif: (Essen) Halifax III - H7 - MZ738 - "P" - Même équipage - Durée: 2h15. Early return. 10 Français tués dans la mission. Mission de guerre.

- 25/10/1944 - Objectif: (Essen) Halifax III - H7 - MZ738 - "P" - Même équipage - Durée: 5h00. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 15 avions, Tunisie 14 avions. Total des avions engagés dans la mission 771 avions. Bombardement d'Essen. Mission de guerre.

- 28/10/1944 - Objectif: (Cologne) Halifax III - H7 - MZ738 - "P" - Même équipage - Durée: 5h35. Vol de nuit 5h10. Vol de jour 0h25. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions, Tunisie 15 avions. Total des avions engagés dans la mission 771 avions. Bombardement de Cologne. Mission de guerre.

- 31/10/1944 - Objectif: (Cologne) Halifax III - H7 - MZ738 - "P" - Même équipage - Durée: 5h10. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 7 avions, Tunisie 7 avions. Total des avions engagés dans la mission 493 avions. Bombardement de Cologne. Mission de guerre.

Novembre 1944

- 4/11/1944 - Objectif: (Bochum) Halifax III - H7 - MZ738 - "P" - Même équipage - Durée : 5h35. Nombre d'avion engagés dans la mission Guyenne 16 avions, Tunisie 11 avions. Total des avions engagés dans la mission 749 avions. 23 Français tués dans la mission. Atterrissage à Pocklington. Bombardement de Bochum. Mission de guerre.

- 16/11/1944 - Objectif: (Jülich) Halifax III - H7 - MZ738 - "P" - Même équipage - Durée: 4h40. Nombre d'avion engagés dans la mission Guyenne 15 avions, Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 508 avions. Bombardement de Jülich Bâtiment troupes ennemies. Mission de guerre.

Missions sur la France 19 missions, sur l'Allemagne 12 missions, transport d'essence Bruxelles 4 missions, total: 35 missions.

______________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE LECLERE

mes_images167

Pilote: Cpt. LECLERE. (Cdt. de l'avion). Navigateur: Asp. FAYARD. Bombardier: S/Lt. BERGEROO. Radio: Sgt/C. MUNIER. Mécanicien: Sgt/C. POQUE. Mitrailleur-supérieur: Sgt. SAINT-HILAIRE. Mitrailleur-arrière: Adjt/C. TASSERIE.

CITATION

Cité à l'ordre de la Division Aérienne:

Capitaine LECLERE, et son équipage:

"Équipage courageux, allant, et d'une exceptionnelle valeur technique; a accompli 6 missions de bombardement de nuit et 4 de jour, participant aux opérations du débarquement de Normandie, à la lutte contre les avions sans pilote et à l'action sur le réseau ferré. Une nuit de juin à bombardé avec grand succès l'embranchement de Blainville malgré la réaction violente de la chasse ennemie contre l'expédition, et le 7 juillet a pris part à l'action massive du Bomber Command qui a écrasé les défenses ennemies de Caen et mérité les remerciements chaleureux de l'Armée Montgomery."

____________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT DANNA

Pilote: S/Lt. MINARD. Navigateur: Lt. DANNA. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Adjt. PIROUTET. Radio: Adjt. LEPETIT. Mécanicien: Sgt/C. BOUGE. Mitrailleur-supérieur: Sgt. DEMALAUSSENE. Mitrailleur-arrière. Sgt/C. BELLE.

__________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT HABLOT

Pilote: Lt. HABLOT. (Cdt. de l'avion) Navigateur: Lt. de SAINT-MARC. Bombardier: Lt. WUILLEMIN. Radio: Adjt/C. PHILIPPE. Mécanicien: Sgt/C. PONS. Mitrailleur-supérieur: Sgt. MANICK. Mitrailleur-arrière: Sgt/C. YVARS.

6 Octobre 1944.

Objectif:SCHOLVEN (Ruhr)

Nombre d'avions engagés par chaque groupe.

"GUYENNE" 15 avions.

"TUNISIE" 13 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 320 avions.

L'avion du Capitaine HABLOT ne rentre pas de mission sur Scholven. Il a été descendu par un chasseur sur l'objectif. L'équipage saute en parachute et est fait prisonnier.

Le Capitaine HABLOT est indemne, ainsi que les mitrailleurs, le Sergent-Chef YVARS et le Sergent MARNICK.

Le Lieutenant de Saint-Marc, navigateur, est blessé au pied, l'Adjudant-Chef PHILIPPE, radio, est blessé à l'épaule, le Sergent-Chef PONS, mécanicien, a des éclats dans la poitrine et une blessure à l'oeil droit.

Le Lieutenant WUILLEMIN a sauté indemne, mais son parachute étant troué durant la descente par des éclats, le bombardier est gravement blessé au contact du sol: bassin fracturé, vessie explosée.

Tous rentrent en France en mai 1945.

_____________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE BARBE 

img169

(collection: Guy GOURMELLET)

Troisième en partant de la gauche Adjt GONDOLLE Gabriel. 

Pilote: Adjt. CHAMPEAUX. Navigateur: Cpt. BARBE. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Lt. FAYE. Radio: Adjt. AGUER. Mécanicien: Adjt. GONDOLLE. Mitrailleur-supérieur: Sgt. COCHOIS. Mitrailleur-arrière: Sgt. DELACLAVIERE.

CITATIONS

Le Colonel BAILLY, commandant les groupes de bombardement N°1 cite à l'ordre de la Brigade Aérienne.

L'équipage du Squadron 346 dont fait fait partie l'Adjudant GONDOLLE mécanicien.

" Équipage engagé depuis le 1er juin 1944 dans les opérations aériennes en préparation et appui du front de Normandie, contre les bases d'avions sans pilote. A exécuté 3 opérations de nuit et 2 de jour avec de bons résultats contrôlés par photos, malgré les difficultés atmosphérique et l'activité de la défense ennemie."

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre avec Étoile de bronze.

Le Colonel ANDRIEU commandant par intérim les Forces Aériennes en Grande-Bretagne cite à l'ordre de la Division Aérienne.

L'équipage du Squadron 346 dont fait partie l'Adjudant GONDOLLE.

"Équipage en opérations depuis le 1er juin 1944. A participé aux opérations du 2ème front et aux attaques des plates formes d'avions sans pilote, exécutant avec un succès total de nombreux bombardements, de jour et de nuit. Notamment le 7 juillet, a pris part à l'action massive du Bomber Command qui a préparé la prise de Caen et a valu aux équipages, les félicitations du commandement terrestre."

Cette citation entraine l'attribution de la Croix de Guerre avec étoile d'argent.

Par décret en date du 12 juin 1945, est décoré de la Médaille Militaire pour prendre rang à la date du présent décret.

GONDOLLE Gabriel, adjudant du Groupe de Bombardement 2/23 Guyenne.

" Mécanicien volant d'un équipage de bombardement qui sur Halifax III a pendant six mois participé à l'offensive manée par le Bomber Command contre l'Allemagne et exécuté 32 missions de jour et de nuit. A toujours été un précieux auxiliaire pour son pilote et a contribué largement à la réussite des missions de son équipage. Dans les situations difficiles a toujours su prendre les mesures permettant le retour de son appareil à sa base.

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de guerre avec palme.

 

Gaby95ans

Mr Gabriel GONDOLLE

(collection: Anne GONDOLLE)

Photo prise au repas des 95 ans de Mr Gaby GONDOLLE à Tiercé le 3 mars 2007, en compagnie de sa famille et de ses amis.

(collection: Guy GOURMELLLET)

Discours de la remise de la Légion d'Honneur

a Monsieur Gabriel GONDOLLE 

Mon cher GONDOLLE

Toute la population de Tiercé est aujourd'hui, heureuse et fière de vous voir à l'honneur. Honneur mérité, vos états de service que je rappellerai tout à l'heure le prouvent assez.

Nous sommes heureux de la distinction dont vous êtes l'objet. Vous êtes de ceux qui ne comptent que des amis, regardez cette place; vous en aurez la preuve.

Nous sommes fiers, vous êtes l'honneur du Pays et un si bel exemple pour ses jeunes. Exemple suivi, puisque partageant cette belle fête, un nouveau Tiercéen, Marcel PIRON, va recevoir la Croix de la Valeur Militaire, en récompense de sa belle conduite en Algérie.

Déjà titulaire de la Médaille Militaire reçue pour récompense de 32 missions de jour et de nuit, comme je le lirai dans une de vos citations, votre modestie dut elle en souffrir, cette Légion d'Honneur vous est remise à titre militaire, purement militaire, sans que jamais personne n'ait intrigué pour vous l'obtenir. Quel réconfort pour nous tous de vous voir remettre cette croix des braves, par un autre brave, le Commandant de LA POYPE, sans aucune compromission, sans aucun coup de piston (comme on dit en langage militaire).

Vous avez combattu dans le même ciel, dans la même obscurité des nuits, éclairés seulement par l'éclatement des bombes que vous laissiez tomber sur l'ennemi, ou celui des obus de la D.C.A. allemande qui vous frôlaient de si près. La droiture de votre caractère et votre énergie opiniâtre vous destinaient aux bombardiers lourds qui partent avec une ligne de conduite strictement et impérieusement tracée. Quels que soient les dangers, les difficultés rencontrés dans l'accomplissement de la mission, il n'est pas question de dévier ni de reculer. Vous deviez foncer sur l'objectif. Vous n'aviez pas le droit de vous laisser impressionner par l'horreur de voir le voisin d'en face, d'à côté ou de derrière disparaissant en flammes dans cet immense trou noir qu'est une nuit de guerre.

Quel espoir nous avions quand, éveillés par le ronronnement des escadrilles alliées qui partaient en mission; nous pensions: Voilà les petits gars chez nous qui vont"faire de la belle ouvrage". Nous disions à Porte Bise. C'est peut être Gaby Gondolle qui passe.

Toute cette gloire rejaillit sur vos excellents parents que je me plais à féliciter publiquement. Ils ont bien oeuvré pour faire de vous le héros dont ils sont si justement fiers. Dans la distribution des compliments, nous n'oublions pas l'épouse dont vous faites le bonheur, ni votre fils en lui souhaitant de toujours suivre le bel exemple de son père.

Né en Poitou, vous avez suivi vos parents qui ont choisi Tiercé pour s'y fixer définitivement. Vous vous y êtes fait une situation qui vous permet d'exercer largement votre influence sur un vaste secteur, qui dépasse de beaucoup les limites de la commune et même celles du canton, où vous avez la sympathie de tous.

J'applaudis de grand coeur et tous ici avec moi, j'en suis certain, ces belles pages de votre histoire et de l'épopée du Squadron 346, qui font partie de celles des Forces Françaises Libres, donc de l'HISTOIRE de FRANCE.     

Monsieur Charles de BROGLIE maire de Tiercé du 25 mars 1959 au 26 mars 1965.

------------------------------------------------

Pour le souvenir

de Mr Gabriel GONDOLLE

en l'église St Marcel de Tiercé

le 11 Octobre 2010

Gabriel GONDOLLE. Gaby pour tout le monde, est né le 12 février 1912 à Marigny-Chémereau dans la Vienne.

img200

Au centre de la photo le gardien de but Mr Gabriel GONDOLLE.

(collection: Guy GOURMELLET)

Il suit ses parents à Paris, rue de Vaugirard, où son papa est employé de la SNCF et sa maman couturière. Après sa formation de menuisier, et ses activités de football, de piscine au sein du patronage du Bon Conseil (c'est là qu'il apprit les matches de football en échasses) il s'engage dans l'armée de l'air, et suit une formation de mécanicien naviguant à Rochefort-sur-Mer.

img201

Le 26 Avril 1937, il épouse Jeanne Deschamps à Amailloux dans les Deux Sèvres. Jean naît le 30 Janvier 1938 à Amailloux.

En 1940, avec Jeanne et Jean fuyant la débacle, il suit son unité au Maroc.

 

img202

Le 9 septembre 1943, laissant Jeanne et Jean à Agadir, il part en Angleterre. A Elvington près de York, il sera mécanicien navigant sur bombardier Halifax  au sein du Groupe de bombardiers Lourds Guyenne. Il effectue à partir du début Juin 1944  ses 32 missions et sera reconnu par 3 citations. Un aviateur sur deux ne revint pas, ce fut le cas de son meilleur ami Guy VIGNERON qui lui aussi avait son épouse et son enfant qui l'attendaient à Agadir.

De retour en 1945, il continue son métier et assure le transport aérien sur Madagascar. Entre temps les parents de Gaby sont venus prendre leur retraite à Tiercé où ils rejoignent un frère Auguste GONDOLLE qui fut à Tiercé chef de brigade puis directeur de la laiterie.

 

img203

 

Gaby quitte alors l'armée de l'air pour s'installer garagiste à Tiercé. En avance sur son temps sans doute, il y reste peu de temps n'ayant quasiment que les voitures des deux médecins à entretenir. Il va travailler au centre d'insémination de Valencay. D'abord affecté à l'entretien des véhicules il y découvre sa nouvelle profession d'inséminateur artificiel.

Après des stages à Rambouillet il est sollicité par le centre d'insémination de Trélazé pour lancer l'insémination dans la région de Tiercé. Pendant de longues années il sillonnera les fermes dans un rayon de 30 kilomètres autour de Tiercé au volant de sa 2CV puis de son Ami6 armé de ses fiches et de ses paillettes. C'est lors de ses tournées qu'il persuada certains de ses amis d'arrêter de fumer pendant le carême. Certains en profitèrent pour arrêter définitivement, d'autres ne tinrent pas les 40 jours.

L'âge de la retraite arrivant, il arrête l'insémination pour travailler à la CAVAL. Puis vint le temps de la retraite, toujours dans la maison de la rue de la gare, ils s'adonnèrent avec Jeanne à des occupations de grands parents dont se souviennent ses petites filles, de bénévolat, de chasse et pêche.

Jeanne nous quitte le 11 Mai 2005. Gaby rejoint alors le foyer logement de la Salussière qu'il délaisse rapidement pour devenir Cheffois en compagnie d'Anne Marie. Gaby, homme de foi, fut un bénévole dévoué et jovial.

A l'école de Louis Frelon, son ami, il fut président du Cercle St Marcel: cela ne l'empêcha pas d'être l'ami de tous. Conseiller municipal. Responsable des anciens combattants. Membre actif de l'Union Nationale des Sous-Officiers en Retraite où il côtoya Maurice et Anne-Marie. Organisation de rencontres de boules de fort. Participation active à la vie de la paroisse, aux kermesse avec Jeanne. Mouvement des chrétiens retraités.

Son application à différent métiers, sa rigueur lui valurent la reconnaissance de la nation:

Croix de guerre avec étoile de bronze, d'argent avec palme (par le général de Gaulle), médaille militaire pour "avoir toujours été un précieux auxiliaire pour son pilote et avoir contribué largement à la réussite des missions de son équipage; pour avoir, dans les situations difficiles toujours su prendre les mesures permettant le retour de son appareil à la base." 

Légion d'Honneur remise en 1959 en la présence du commandant de la Poype ancien pilote de l'escadrille "Normandie Niémen".

Sa sociabilité, sa gaieté lui valurent en retour l'affection, et la sollicitude de celles et ceux qui le cotoyèrent:

Anne-Marie sa compagne. Son fils et ses petites filles. Ses voisins, Bernard et Rolande. Les personnes de l'AMR. Les soignants à domicile. Et pour le dernier voyage pour le grand "Métinge", le personnel de la maison de retraite.

 

P1010860[1]

Le mur du souvenir au Musée d'Elvington 

 

DSCF6322

DSCF6314

(collection: Sandrine BAUCHET -  YORKSHIRE AIR MUSEUM)

 

Si un jour, vous passez à Elvington, en Angleterre, près de York: allez à la base aérienne devenue musée de l'air, entrez dans le hangar du mémorial, vous découvrirez alors sur le mur 24, rangée N de gauche à droite, deux briques: l'une avec l'inscription "Gabriel Gondolle et Guy Vigneron", l'autre avec l'inscription "Maurice Gangneux et Alphonse Gourmellet".

www.yorkshireairmuseum.co.uk

Ecoutez bien, peut être les entendrez-vous, les quatres amis aujourd'hui réunis,

taper la belote autour d'un verre de vin d'Anjou qui, comme le disais Gaby,

"flatte le palais".

(collection: Guy GOURMELLET, Jean GONDOLLE)

            _______________________________________________________           

Missions de Guerre

de l'Adjudant

Gabriel GONDOLLE

Juin 1944.

- 1/06/1944 - Objectif: (Ferme d'Urville) - Halifax V "L for LOVE

" - NA 555 - Équipage - Pilote: Adjt CHAMPEAUX, Navigateur: Cpt BARBE, Bombardier: Lt FAYE, Radio: Adjt/C DUFOUR, Mécanicien: Adjt GONDOLLE, Mitrailleur-supérieur: Sgt COCHOIS, Mitrailleur-arrière: Sgt DELACLAVIERE. Durée: 4h20 vol de jour. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 101 avions. Bombardement de la Ferme d'Urville. France. Mission de Guerre.

- 06/06/1944 - Objectif: (Gare de St Lô) - Halifax V "L" - Même équipage - Durée: 5h20. Nombres d'avions engagés dans la mission Guyenne 11 avions. Total des avions engagés dans la mission 1065 avions. Bombardement de la gare de St Lô. France. Mission de Guerre.

- 08/06/1944 - Objectif: (Gare d'Alençon) - Halifax V "L" - Même équipage - Durée: 6h05. Nombres d'avions  engagés dans la mission Guyenne 14 avions. Total des avions engagés dans la mission 483 avions. Bombardement de la gare d'Alençon. France. Retour atterrissage Carnaby. Mission de Guerre.

Juillet 1944 

 

img185

Le 15 août 1943 l'armée allemande prenait possession, au hameau de la Croix au Guet, de la ferme de Mr Paul Roinard, pour y faire construire par 1000 ouvriers flamands et hollandais, 22 bâtiments en béton de 40 m x 20 m camouflés en bâtiments de ferme à l'aide de tuiles et de fausses cheminées Destiné au stockage d'environ 250 V1 pour approvisionner les rampes de lancement des cantons de Londinières, Neuchâtel et Bellencombre, ce dépôt est détruit lors du bombardement du 21 juin 1944.

(source: L'ENFER DES V1 EN SEINE-MARITIME Durant la seconde guerre mondiale - Norbert DUFOUR, Christian DORE)

- 01/07/1944 - Objectif: (St Martin l'Hortier) - Halifax V "L" - Même équipage - Durée: 3h30. Nombres d'avions engagés dans la mission Guyenne 5 avions Tunisie 13 avions. Total des avions engagés dans la mission 307 avions. Bombardement St Martin l'Hortier. France. Mission de Guerre.

- 04/07/1944 - Objectif: (Domléger) - Halifax V "L" - Même équipage - Durée: 3h40. Nombres d'avions engagés dans la mission Guyenne 6 avions Tunisie 10 avions. Total des avions engagés dans la mission 328 avions. Bombardement base de V1 de Domléger pilotless. France. Mission de Guerre.

- 07/07/1944 - Objectif: (Caen) - Halifax V "L" - Même équipage - Durée:  3h55 vol de jour 3h05 vol de nuit 0h50. Nombres d'avions engagés dans la mission Guyenne 9 avions Tunisie 10 avions. Total des avions engagés dans la missions 467 avions. France. Bombardement Réserves ennemies nord de Caen. Mission de Guerre.

- 12/07/1944 - Objectif: (Les Hauts Buissons) - Halifax V "L" - Même équipage - Durée: 3h30. Nombres d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions. Total des avions engagés dans la mission 230 avions.7 Français tués dans la mission. Bombardement base de V1 des Hauts Buissons pilotless. France. Mission de Guerre.

- 18/07/1944 - Objectif: (Sannerville) - Halifax V "L" - Même équipage - Durée: 3h50. Vol de jour 1h35. Vol de nuit 2h15. Nombres d'avions engagés dans la mission Guyenne 12 avions Tunisie 7 avions. Total des avions engagés dans la mission 942 avions. Bombardement réserves ennemies Est de Caen. France. Mission de Guerre.

- 28/07/1944 - Objectif: (Forêt de Nieppe) - Halifax V "L" - Même équipage - Durée: 3h30. Vol de jour 1h00. Vol de nuit 2h30. Nombres d'avions engagés dans la mission Guyenne 14 avions Tunisie 14 avions. Total des avions engagés dans la mission 199 avions. Bombardement forêt d'Azebrouck. France. Mission de Guerre.

Août 1944

 

img190

 

- 14/08/1944 - Objectif: (Tractable) - Halifax V "L" - Même équipage - Durée: 4h15. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 14 avions Tunisie 3 avions. Total des avions engagés dans la mission 110 avions. Bombardement Tractable attaque troupes ennemies. France. Mission de Guerre.

- 16/08/1944 - Objectif: (Kiel) - Halifax V "L" - Même équipage - Durée: 5h25. Vol de jour 0h25. Vol de nuit 5h00. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 14 avions Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 348 avions. Bombardement de Kiel. Allemagne Ruhr. Mission de Guerre.

- 18/08/1944 - Objectif: (Strerkrade) - Halifax V "L" - Même équipage - Durée: 4h15. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions Tunisie 11 avions. Total des avions engagés dans la mission 234 avions. Allemagne Ruhr. Bombardement usine essence synthétique. Mission de Guerre.

Septembre 1944

- 03/09/1944 - Objectif: (Venloo) - Halifax III "L" - Même équipage - Durée: 4h20. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 675 avions. 5 Français tué dans la mission. Hollande. Bombardement du terrain d'aviation de Venloo. Atterrissage à  Attle-Bridge. Mission de Guerre.

- 08/09/1944 - Objectif: (Octeville - près du Havre) - Halifax III "L" Même équipage - Durée: 4h15. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 16 avions Tunisie 14 avions. Total des avions engagés dans la mission 992 avions. 6 Français tués dans la mission. Bombardement de troupe au nord du Havre. France. Mission de Guerre.

- 12/09/1944 - Objectif: (Münster) - Halifax III "L" - Même équipage - Durée: 4h30. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 9 avions Tunisie 9 avions. Total des avions engagés dans la mission 119 avions. Bombardement de Münster. Allemagne. Mission de guerre.

Octobre 1944

- 07/10/1944 - Objectif.: (Klèves) - Halifax III "L" N.A.555 - Même équipage - Durée. 4h40. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 16 avions Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 351 avions. Bombardement de Klèves. Allemagne. Mission de Guerre.

- 09/10/1944 - Objectif: (Bochum) - Halifax III "L" N.A.555 - Même équipage - Durée: 5h45. Vol de jour 4h00. Vol de nuit 1h45. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 10 avions Tunisie 11 avions. Total des avions engagés dans la mission 435 avions. Bombardement de Bochum. Allemagne. Mission de Guerre.

- 15/10/1944 - Objectif: (Duisbourg) - Halifax III "L" N.A.557 - Même équipage - Durée: 4h45. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 11 avions Tunisie 10 avions. Total des avions engagés dans la mission 1005 avions. Bombardement de Duisbourg. Atterrissage à Woodbridge. Allemagne. Mission de Guerre.

- 25/10/1944 - Objectif: (Essen) - Halifax III "L" N.A.557 - Même équipage - Durée: 5h10. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 15 avions Tunisie 14 avions. Total des avions engagés dans la mission 771 avions. Bombardement d'Essen. Allemagne. Mission de Guerre.

- 28/10/1944 - Objectif: (Cologne) - Halifax III "L" N.A.557 - Même équipage - Durée: 5h30. Vol de jour 5h10. Vol de nuit 0h20. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions. Tunisie 15 avions. Total des avions engagés dans la mission 733 avions. Bombardement de Cologne. Allemagne. Mission de Guerre.

Novembre 1944

- 29/11/1944 - Objectif: (Essen) - Halifax III "L" N.R.232 - Equipage - Pilote: Adjt CHAMPEAUX, Navigateur: Cne BARBE (Cdt d'avion) Bombardier: Lt FAYE, Radio: Adjt/C DUFOUR, Mécanicien: Adjt GONDOLLE, Mitrailleur-supérieur: Sgt MASSON, Mitrailleur-arrière: Sgt DELACLAVIERE. Durée: 6h35. Vol de jour 6h00. Vol de nuit 0h35. Nombre d'avion engagés dans la mission Guyenne 16 avions Tunisie 15 avions. Total des avions engagés dans la mission 316 avions. Bombardement d'Essen. Allemagne. Mission de Guerre.

Décembre 1944

- 02/12/1944 - Objectif: (Hagen) - Halifax III "L" - Equipage - Pilote: Adjt CHAMPEAUX, Navigateur: Cne BARBE, Bombardier: Lt FAYE, Radio: Adjt/C DUFOUR, Mécanicien: Adjt GONDOLLE, Mitrailleur-supérieur: Sgt FABIANI, Mitrailleur-arrière: Sgt DELACLAVIERE. Durée: 6h55. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 14 avions Tunisie 13 avions. Total des avions engagés dans la mission 504 avions. Bombardement d'Hagen (Ruhr). Allemagne. Mission de Guerre.

- 05/12/1944 - Objectif: (Soest) - Halifax III "J" - Même équipage - Durée: 6h50. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 15 avions Tunisie 15 avions. Total des avions engagés dans la mission 497 avions. Bombardement de la gare se Soest (Ruhr). Mission de Guerre.

- 06/12/1945 - Objectif: (Osnabrück) - Halifax III "L" - Equipage - M.G. Sgt/C FABRE - Durée: 7h00. Vol de jour 5h25. Vol de nuit 1h35. Vol de jour 1h35. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions Tunisie 11 avions. Total des avions engagés dans la mission 453 avions. 2 Français tués dans la mission. Bombardement d'Osnabrück. Allemagne. Mission de Guerre.

- 18/12/1944 - Objectif: (Duisbourg) - Halifax III "L" - Equipage - Durée: 6h40. Vol de jour 5h50. Vol de nuit 0h50. Nombre d'avion engagés dans la mission Guyenne 13 avions Tunisie 15 avions. Total des avions engagés dans la mission 523 avions. 1 Français tué dans la mission. Bombardement de Duisbourg. Allemagne. Mission de Guerre.

- 21/12/1944 - Objectif: (Cologne-Nippes) - Halifax III "L" - Equipage - Durée: 5h55. Vol de jour 3h55. Vol de nuit 2h00. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 8 avions Tunisie 8 avions. Total des avions engagés dans la mission 136 avions. Bombardement de la gare de Cologne. Allemagne. Mission de Guerre.

 

img197

Aéroport Mülheim-Essen.

 

- 24/12/1944 - Objectif: (Mülheim-Essen) - Halifax "L" - Equipage - Durée: 5h35. Vol de jour 5h25. Vol de nuit 0h15. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions Tunisie 14 avions. Total des avions engagés dans la mission 338 avions. 5 Français tués dans la mission. Bombardement aéroport Mülheim-Essen. Allemagne. Mission de Guerre.

- 30/12/1944 - Objectif: (Cologne-Kalk) - Halifax III "L" - Equipage - Durée: 5h55. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 12 avions Tunisie 9 avions. Total des avions engagés dans la mission 470 avions. Bombardement de Cologne-Kalk. Allemagne. Mission de Guerre.

Janvier 1945

- 01/01/1945 - Objectif: (Dortmund) - Halifax III "N" - Equipage - Pilote: Adjt CHAMPEAUX, Navigateur: Cne BARBE (Cdt d'avion) Bombardier: Lt FAYE, Radio: Adjt/C DUFOUR, Mitrailleur-supérieur: Sgt/C FABRE, Mitrailleur-arrière: Sgt COCHOIS. Durée: 5h00. Vol de jour 4h40. Vol de nuit 0h20. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 7 avions Tunisie 7 avions. Total des avions engagés dans la mission 139 avions. Bombardement de Dortmund (Ruhr). Mission de Guerre.

- 02/01/1945 - Objectif: (Ludwigshaven) - Halifax III "K" - Equipage - R.G. DELACLAVIERE - Durée: 6h00. Vol de jour 1h50. Vol de nuit 4h50. Nombre d'avion engagés dans la mission Guyenne 9 avions Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 389 avions. 1 Français tués dans la mission.

(collection: Famille GONDOLLE)

___________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE BRION

Pilote: Cpt. BRION Antoine. (Cdt. de l'avion). Navigateur: Lt. BARTHELOT Jean. Bombardier: Adjt/C DEMESMAY Marcel. Radio: Sgt. DARRIBEHAUDE Christian. Mécanicien: Sgt/C. RICHARD Robert. Mitrailleur-supérieur: Sgt. FOURES Roger. Mitrailleur-arrière: Sgt/C. GONNOT Roland.

 

lt brion

Pilote: Cpt BRION (Cdt d'avion)

Photo prise à Oran en 1941.

(collection: Famille BRION)

 

Lt BARTHELOT EQUIPAGE BRION

Navigateur: BARTHELOT Jean.

Robert RICHARD

Mécanicien: Sgt/C Robert RICHARD.

(collection: Jean-Charles RICHARD)

Anne, la petite-fille du mitrailleur-supérieur le Sgt FOURES, a mis en ligne le récit par son grand-père de leur mission sur Cologne le 30.12.44 (une des plus longues - 6h15).

Voici le lien:

http://www.annefoures.com/photographies/90.html

roger_foures

Sergent Roger FOURES, Pau Pont Long, Octobre 1939.

(collection: Roger FOURES)

269

Un bel après-midi passé avec monsieur Roger Fourès, grâce à Michel Darribehaude, il retrouve sur les photos ses camarades d'Elvington avec de superbes anecdotes. Monsieur Fourès très sportif il deviendras après son tour d'opération le responsable des sports sur la base d'Elvington, on aperçoit sur le meuble le Le0 45 et le Halifax entièrement en bois sculpté par monsieur Fourès un travail d'orfèvre.

276

 

288

Roger FOURES, Michel DARRIBEHAUDE.

281

 

ElvingtonAvril45c

Sgt DARRIBEHAUDE, Radio.

Photo prise à Elvington en avril 1945.

(collection: Michel DARRIBEHAUDE)

CITATIONS

citation à l'ordre de la Division Aérienne

" Équipage de très grande valeur, manifestant toujours son allant et sa décision. A effectuer de nombreuses attaques sur les plate-formes de lancement d'avions sans pilotes, les gares de triage, obtenant à chaque fois des résultats remarquablement précis, contrôles par photographie aérienne. Enfin le 25 Juillet 1944 a pris une part brillante au bombardement massif d'une usine de carburant synthétique dans la RUHR.

Cette citation entraîne l'attribution de la croix de Guerre avec étoile d'argent.

citation à l'ordre de la Brigade aérienne n°7 du 23.07.44

"Équipage remarquable d'allant et de décision. A participé aux opérations de préparation et d'appui du débarquement allié en Normandie, en exécutant 5 missions de bombardement parfaitement réussies. A particulièrement manifesté sa valeur le 12 juin au cours d'une mission rendue difficile par un tir intense de la Flack et l'attaque de chasseurs de nuit sur le chemin du retour, attaque déjouée par la manoeuvre et par le feu."

DEMESMAY (2)

Bombardier S/Lt Marcel DEMESMAY

(collection: Jacques DEMESMAY)

Citation à l'ordre de l'Armée aérienne - Décision n° 587 du 03.04.45

"Bombardier d'un équipage de bombardement lourd de très grande classe qui vient de terminer un tour complet d'opérations en effectuant de nombreuses missions de jour et de nuit sur des objectifs très puissamment défendus de la Ruhr, de la Rhénanie et de l'Allemagne septentrionale. Malgré les difficultés météorologiques spéciales de la période d'hiver, une D.C.A lourde, nombreuse et concentrée, une chasse ennemie toujours active et mordante, a accompli ses missions avec régularité remarquable, obtenant chaque fois de très bons résultats de bombardement contrôlés par la photographie aérienne."

Citation à l'ordre de l'Armée aérienne - Décision n° 1207 du 27.09.45

"Sous-lieutenant du GB 2/23 "GUYENNE", officier bombardier d'un équipage d'élite dont la froide détermination et la parfaite cohésion se sont encore confirmées au cours d'une nouvelle série de missions de jour et de nuit sur des objectifs puissamment défendus de la Ruhr et de la Rhénanie. Malgré les fortes réactions de la D.C.A et l'activité intense de la chasse de nuit, a toujours rempli avec un complet succès les missions qui lui étaient confiées, exécutant notamment des bombardements d'une remarquable précision. S'est particulièrement distingué le 28 octobre 44 en bombardant avec précision une ville rhénane malgré une D.C.A extrêmement violente qui a touché l'avion de cinq éclats. Le 2 novembre 44 en évitant par d'audacieuses évolutions des attaques d'une chasse de nuit particulièrement violente et en se dégageant habillement des faisceaux des projecteurs et le 5 décembre 44 en réussissant malgré une forte réaction de la D.C.A un excellent bombardement."

img899

(collection: Michel DARRIBEHAUDE)

AFN___crashleo_23b

(collection: Michel DARRIBEHAUDE)

Biskra le 10.04.43.

Le LO 451 sur le ventre, est selon toute probabilité, le '331', celui du Lieutenant BRION et son équipage (GB I/11). Il s'est retrouvé ainsi suite à l'incident au décollage relaté par le Cdt CALMEL dans son livre (Pilote de Nuit aux pages 10/11); cela s'est passé à Biskra dans la nuit du 10.04.43, avec à bord: Cdt HAMEL Navigateur, Cdt le GB I/11, Lt BRION Pilote, Sgt/C KIPFERLE (C?), Sgt Christian DARRIBEHAUDE Radio.

Dans son carnet de vol le Sgt Christian DARRIBEHAUDE note: "Faux départ mission. Avion cassé à l'atterrissage. Durée du vol: 0h05/".

Copie_de_AFN___equipage_24b

(collection: Michel DARRIBEHAUDE)

Photo de groupe prise en AFN (date inconnue) le Sgt Christian DARRIBEHAUDE, est l'aviateur désigné par la flèche, je ne connais pas le nom des autres aviateurs. Sans doute se trouvent-ils parmi eux les autres membres de son équipage, en particulier le Lt Antoine BRION?, si un visiteur pouvait les identifier...

-----------------------------------------------------------

MISSION DE GUERRE

DU SERGENT DARRIBEHAUDE

JUIN 1944

- 1/6/44 - Objectif: (Ferme d'Urville) - Halifax V  - Equipage: Pilote: Cpt BRION (Cdt de l'avion) Navigateur: Lt BARTHELOT, Bombardier: Adjt/C DEMESMAY, Radio: Sgt DARRIBEHAUDE, Mécanicien: Sgt/C RICHARD, Mitrailleur-supérieur: Sgt FOURES, Mitrailleur-arrière: Sgt/C GONNOT. Durée: 5h05. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 101 avions. Bombardement de la Ferme d'Urville. Mission de guerre.

- 12/6/44 - Objectif: (Gare d'Amiens Longueau) - Halifax V - Même équipage - + le Lt FLESCH (Navigateur). Durée: 4h15. Nombre d'avion engagés dans la mission Guyenne 14 avions Tunisie 1 avions. Total des avions engagés dans la mission 671 avions. Bombardement de la gare d'Amiens Longueau. Mission de guerre.

-14/6/44 - Objectif: (Evrecy) - Halifax V - Même équipage - Durée: 5H05. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 10 avions. Total des avions engagés pour la mission 337 avions. Bombardement d'Evrecy. Mission de guerre.

- 16/6/44 - Objectif: (Domléger) - Halifax III - Même équipage - + le S/Lt GEORGEON, (Pilote 1/25 Tunisie) Durée: 4h25. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 10 avions. Total des avions engagés dans la mission 405 avions. Bombardement de Domléger. Mission de guerre

JUILLET 1944

- 7/7/44 - Objectif: (Caen) - Halifax III "H" - Même équipage - Durée: 4h05. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 9 avions Tunisie 10 avions. Total des avions engagés dans la mission 467 avions. Bombardement de Caen (Troupes). Mission de guerre.

- 12/7/44 - Objectif: (Les Hauts-Buissons) - Halifax III "B" "for Baker" MZ 737 - Même équipage - + le Sgt/C BUSNEL 2ème pilote - Durée: 3h40. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions. Total des avions engagés dans la mission 230 avions. 7 Français tués dans la mission. Bombardement les Hauts-Buissons. Mission de guerre.

- 18/7/44 - Objectif: (Vaires) - Halifax III "G" - Equipage: Pilote Cpt PUGET + l'équipage - Durée: 4h55. Nombre d'avions engagés dans l'équipage Guyenne 7 avions. Total des avions engagés dans la mission 110 avions. Bombardement de la gare de Vaires. Mission de guerre.

- 25/7/44 - Objectif: (Wanne-Eickel) - Halifax III "A" - Même équipage - +Adjt de LASSARDIERE 2ème pilote - Durée: 5h25. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 12 avions Tunisie 13 avions. Total des avions engagés dans la mission 135 avions. Bombardement d'une usine  d'essence synthétique de Wanne-Eickel. Mission de guerre.

AOUT 1944

- 1/8/44 - Objectif: (Noyelles-en-Chaussée) - Halifax III "B" "for Baker" MZ 737 - Même équipage - Durée: 4h15. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 11 avions Tunisie 10 avions. Total des avions engagés dans la mission 777 avions. Bombardement de Noyelles-en-Chaussée - Site de V1. Mission de guerre.

- 2/8/44 - Objectif: (Forêt de Nieppe) - Halifax III "B" "for Baker" MZ 737 - Même équipage - + le Lt HYENNE 2ème pilote. Durée: 3h35. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 10 avions Tunisie 10 avions. Total des avions engagés dans la mission 394 avions. Bombardement de la Forêt de Nieppe - Site de V2. Mission de guerre.

- 5/8/44 - Objectif: (Forêt de Nieppe) - Halifax III "B" "for Baker" MZ 737 - Même équipage - Durée: 3h35. Nombre d'avion engagés dans la mission Guyenne 14 avions Tunisie 17 avions. Total des avions engagés dans la mission 742 avions. Bombardement de la Forêt de Nieppe - Site de V2. Mission de guerre.

- 7/8/44 - Objectif: (May-sur-Orne) - Halifax III "B" "for Baker" MZ 737 - Même équipage - Durée: 4h20. Vol de jour 1h10. Vol de jour 3h10. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions Tunisie 11 avions. Total des avions engagés dans la mission 1019 avions. Bombardement de May-sur-Orne au Sud-Est de Caen (Troupes allemandes). Mission de guerre.

- 25/8/44 - Objectif: (Forêt de Watten) - Halifax III "B" "for Baker" MZ 737 - Même équipage - + le Sgt LADET-CHASSAGNE - Durée: 3h45. Vol de jour 2h40. Vol de nuit 1h05. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 14 avions Tunisie 16 avions. Total des avions engagés dans la mission 161 avions. Bombardement de la Forêt de Watten - Site de V2. Mission de guerre.

- 27/8/44 - Objectif: (Homberg) - Halifax III "B" "for Baker" MZ 737 - Même équipage - + le Sgt/C ROIRON - Durée: 4h20. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions. Total des avions engagés dans la mission 243 avions. Bombardement d'une Usine Synthétique à Homberg-Meerbeck. Mission de guerre.

SEPTEMBRE 1944

- 3/9/44 - Objectif: (Venloo) - Halifax III "B" "for Baker" MZ 737 - Même équipage - + le Sgt FERNANDEZ - Durée: 3h55. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 675 avions. 5 Français tués dans la mission. Bombardement de l'Aéroport de Venloo. (Détourné vers Attlebridge). Mission de guerre.

- 10/9/44 - Objectif: (Octeville) - Halifax III "B" "for Baker" MZ 737 - Même équipage - + le Sgt BORGEY - Durée: 3h50. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 16 avions Tunisie 14 avions. Total des avions engagés dans la mission 992 avions. 6 Français tués dans la mission. Bombardement d'Octeville près du Havre (Troupes Allemandes). Mission de guerre.

- 12/9/44 - Objectif: (Münster) - Halifax III "B" "for Baker" MZ 737 - Même équipage - + le Sgt VAUTARD - Durée: 4h30. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 9 avions Tunisie 9 avions. Total des avions engagés dans la mission 119 avions. Bombardement de Münster. Mission de guerre.

OCTOBRE 1944

- 15/10/44 - Objectif: (Duisbourg) - Halifax III "B" "for Baker" MZ 737 - Même équipage - + Adjt MABILLE 2ème pilote - Durée: 5h10. Nombre d'avion engagés dans la mission Guyenne 11 avions Tunisie 10 avions. Total des avions engagés dans la mission 1005 avions. Bombardement de Duisbourg - (Détourné vers Foulsham). Mission de guerre.

10_000_Tons_in_20_hrs_k

(collection: Michel DARRIBEHAUDE)

- 23/10/44 - Objectif: (Essen) - Halifax III "B" "for Baker" MZ 737 - Même équipage - Durée: 5h15. Vol de jour 2h05. Vol de nuit 3h10. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 15 avions Tunisie 15 avions. Total des avions engagés dans la mission 1055 avions. 10 Français tués dans la mission. Bombardement d'Essen (des usines Krupps - retour sur trois moteurs). Mission de guerre.

1_000_RAF_Heavies_Blitz_Essen

(collection: Michel DARRIBEHAUDE)

- 28/10/44 - Objectif: (Cologne) - Halifax III "B" "for Baker" MZ 737 - Même équipage - Durée: 5h15. Vol de jour 4h45. Vol de nuit 0h30. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions Tunisie 15 avions. Total des avions engagés dans la mission 733 avions. Bombardement de Cologne - (touché par la Flak). Mission de guerre.

NOVEMBRE 1944

- 2/11/44 - Objectif: (Düsseldorf) - Halifax III "B" "for Baker" MZ 737 - Même équipage - Durée: 5h35. Vol de jour 1h55. Vol de nuit 3h40. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 12 avions Tunisie 13 avions. Total des avions engagés dans la mission 992 avions. 5 Français tués dans la mission. Bombardement de Düsseldorf. Mission de guerre.

6/11/44 - Objectif: (Gelsenkirchen) - Halifax III "B" "for Baker" MZ 737 - Même équipage - Durée: 4h35. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 6 avions Tunisie 11 avions. Total des avions engagés dans la mission 738 avions. Bombardement de Gelsenkirchen. Mission de guerre.

16/11/44 - Objectif: (Jülich) - Halifax III "A" - Même équipage - Durée: 4h20. Nombre d'avion engagés dans la mission Guyenne 15 avions Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 508 avions. Bombardement de Jülich (Ruhr). Mission de guerre.

DECEMBRE 1944

- 5/12/44 - Objectif: (Soest) - Halifax III "B" "for Baker" PN 365  - Durée: 6h45. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 15 avions Tunisie 15 avions. Total des avions engagés dans la mission 497 avions. Bombardement de la Gare de Soest (Ruhr). Mission de guerre.

- 6/12/44 - Objectif: (Osnabrück) - Halifax III "B" "for Baker" MZ 737 - Même équipage - Durée: 6h15. Vol de jour 0h45. Vol de nuit 6h30. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions Tunisie 11 avions. Total des avions engagés dans la mission 453 avions. 2 Français tués dans la mission. Bombardement d'Osnabrück. Mission de guerre.

- 18/12/44 - Objectif: (Duisbourg) - Halifax III "B" "for Baker" MZ 737 - Même équipage - Durée: 6h45. Vol de jour 1h10. Vol de nuit 5h35. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions Tunisie 15 avions. Total des avions engagés dans la mission 523 avions. 1 Français tués dans la mission. Bombardement de Duisbourg. Mission de guerre.

- 21/12/44 - Objectil: (Colognes-Nippes) - Halifax III "B" "for Baker" MZ 737 - Même équipage - Durée: 5h30. Vol de jour 2h00. Vol de nuit 3h30. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 8 avions Tunisie 8 avions. Total des avions engagés dans la mission 136 avions. Bombardement de Colognes-Nippes. Mission de guerre.

- 24/12/44 - Objectif: (Mülheim-Essen) - Halifax III "V" MZ 737 - Même équipage - Durée: 5h25. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions Tunisie 14 avions. Tot des avions engagés dans la mission 338 avions. 5 Français tués dans la mission. Bombardement de l'Aéroport de Mülheim-Essen (Ruhr).  Détourné vers Carnaby - Mission de guerre.

- 26/12/44 - Objectif: (St Vith) - Halifax III "B" "for Baker" PN 365 - Même équipage - Durée: 4h55. Vol de jour 4h30. Vol de nuit 0h25. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 5 avions Tunisie 3 avions. Total des avions engagés dans la mission 294 avions. Bombardement de St Vith. Détourné vers Carnaby - Mission de guerre.

- 30/12/44 - Objectif: (Cologne-Kalk) - Halifax III "B" "for Baker" PN 365 - Même équipage - Durée: 6h15. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 12 avions Tunisie 9 avions. Total des avions engagés dans la mission 470 avions. Bombardement de Kalk-Cologne Gare de triage - Mission de guerre.

JANVIER 1945

- 2/1/45 - Objectif: (Ludwigshaven) - Halifax III "A" LL 551 - Même équipage - + le Lt PARDOEN - Durée: 6h40. Vol de jour 2h05. Vol de nuit 4h34. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 9 avions Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 389 avions. 1 Français tués dans la mission. Bombardement de Ludwigshaven (installations industrielles). Mission de guerre.

- 6/1/45 - Objectif: (Hanau) - Halifax III "B" "for Baker" PN 365 - Même équipage - + le Lt PARDOEN - Durée: 6h35. Vol de jour 2h10. Vol de nuit 4h25. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 11 avions Tunisie 11 avions. Total des avions engagés dans la mission 482 avions. Bombardement de Hanau (Ruhr installations industrielles). Mission de guerre.

- 13/1/45 - Objectif: (Sarrebruck) - Halifax III "B" "for Baker" PN 365 - Même équipage - + le Lt PARDOEN - Durée: 7h05. Vol de nuit 4h45. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 15 avions Tunisie 13 avions. Total des avions engagés dans la mission 274 avions. 3 Français tués dans la mission. Bombardement de Sarrebruck - (Gare de triage). Mission de guerre.

(collection: Michel DARRIBEHAUDE)

___________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE PLAGNARD

mes_images319

De gauche a droite a partir du haut:

Mitrailleur-supérieur: Sgt. André ICHE, Mitrailleur-arrière: Sgt. Maurice ALLAIN, Mécanicien: Sgt/C. André HIBLOT, Radio: Sgt. Louis HERVELIN,

Bombardier: S/Lt. Georges NOËL, Navigateur: Cpt. Georges PLAGNART, (Cdt de l'avion) Pilote: Adjt. André VAN TROYEN.

(collection: Jean-Paul HIBLOT.)

CITATION

Cité à l'Ordre de la Division Aérienne:

Adjudant VAN TROYEN, et son équipage:

"Équipage dont tous les membres manifestent un allant constant et une sûreté de travail remarquable. A exécuté avec succès 6 missions de nuit et 5 de jour, participant aux opérations de Normandie, à la lutte les avions sans pilote et à l'action sur le réseau ferré. Une nuit de juillet 1944 a eu la récompense de prendre part à une attaque massive sur Stuttgart."

________________________________________________

mes_images168

Pilote: Adjt. André VANTROYEN. Navigateur: Cpt. Georges PLAGNARD. (Cdt. de l'avion). Bombardier: S/Lt. Georges NOËL. Radio: Sgt. Louis HERVELIN. Mécanicien: Sgt/C. André HIBLOT. Mitrailleur-supérieur: Sgt. André ICHE. Mitrailleur-arrière: Sgt/C. Maurice ALLAIN.

______________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE THIERS

mes_images170

Pilote: Sgt/C. BILLAULT. Navigateur: Cpt. THIERS. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Adjt/C. MEYER. Radio: Sgt/C. HERAULT. Mécanicien: Adjt. MATHEY. Mitrailleur-supérieur: Sgt. BADOSA Camille. Mitrailleur-arrière: Sgt/C. RATIER.

 

10959642_10204510293851284_4544946127701056763_n

(collection: Roland BADOSA)

Mitrailleur-supérieur: Sgt/C BADOSA Camille.

Chevalier de la Légion d'Honneur

Médaille Militaire:

Croix de guerre 39-45 (4 citations dont 2 à l'ordre de l'Armée)

Croix de guerre TOE (4 citations à l'ordre de l'Armée)

______________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT VALANTIN.

equipage du Lt Valentin 2-23 Guyenne

(collection: Emile BLANC)

De gauche à droite debout:

Bombardier: Sgt/C LE GOFF, Pilote: Adjt DELLUC, Radio: LEGUELLEC, Navigateur: Lt VALENTIN (Cdt d'avion) Mitrailleur-supérieur: Sgt/C POLI, trois mécaniciens au sol.

Accroupi:

Deux mécaniciens au sol, Mitrailleur-arrière: Sgt Emile BLANC (remplace le Sgt YCHE), Mécanicien: Adjt ENTRESANGLE, mécanicien au sol.

 

Pilote: Adjt. DELLUC. Navigateur: Lt. VALANTIN. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Sgt/C. LE GOFF. Radio: Adjt. LEGUELLEC. Mécanicien: Adjt. ENTRESANGLE. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C. POLI. Mitrailleur-arrière: Sgt. YCHE.

________________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE ARAUD

img803

Merci Bernard pour cette très belle photo. 

img804

(collection: Bernard MONSEAU)

Pilote: Cpt. ARAUD. (Cdt. de l'avion). Navigateur: Lt. GARDETTE. Bombardier: Lt. FOURNIER. Radio: Adjt. BARDOT. Mécanicien: Sgt/C. MONSEAU. Mitrailleur-supérieur: Sgt. BRUNET. Mitrailleur-arrière: Adjt. MERLE.

CITATIONS

img806

Sgt/C Marcel MONSEAU

img807

(collection: Bernard MONSEAU)

DECISION N°1199

Sur la proposition du Ministre de l'Air, le Général DE GAULLE président de la République Française.

Chef des Armées.

CITE.

Pour le motif suivant:

Le Sergent-chef MONSEAU Marcel du G B 2/23 " S/Officier mécanicien naviguant d'un équipage de très haute valeur d'une modestie, d'une conscience profesionnelle et d'un courage exemplaire.

A effectué depuis l'engagement du groupe sur le front de l'ouest 20 missions de bombardement larguant 162.000 livres de bombes explosives et incendiaires obtenant à chaque sortie de jour comme de nuit des résultats remarquablement précis, controlés par photographies aérienne. A participé à de nombreuses attaques d'objectifs lointains très fortement défendus. En particulier le 24 juillet 1944 au cours d'un raid sur un centre industriel et ferroviaires du Sud-Ouest Allemand, a repoussé 4 attaques de la chasse de nuit. le 12 Août attaquant une usine de constructio mécaniques de la Rhénanie a déjoué les assauts de deux chasseurs de nuit. En outre le 16 Août a obtenu un résultat particulièrement précis sur un port de la baltique, malgré les efforts de centaines de projecteurs et d'une puissante D.C.A.

CETTE CITATION COMPORTE L'ATTRIBUTION DE LA CROIX DE GUERRE AVEC PALME.

PARIS le 27 septembre 1945

Signé: DE GAULLE

_____________________________________

Missions de Guerre

du Mécanicien le Sgt/Chef Marcel MONCEAU.

Juin 1944

- 6/7-6-44. Objectif: ( Saint-Lô) - Halifax V "D" - Equipage: Pilote: Cpt ARAUD (Cdt d'avion), Navigateur: Lt GARDETTE, Bombardier: Lt FOURNIER, Radio: Adjt BARDOT, Mécanicien: Sgt/C MONSEAU, Mitrailleur-supérieur: Sgt BRUNET, Mitrailleur-arrière: Adjt MERLE. Durée: 5h49 - Nombre d'avions engagés dans la mission - Guyenne 11 avions. Total des avions engagés dans la mission - 1065 avions. Bombardement de la Gare de Saint-Lô. Mission de Guerre.

- 8/9-6-44. Objectif: (Alençon) - Halifax V "A" - Même équipage - Durée: 6h04 - Nombre d'avions dans la mission - Guyenne 14 avions - Total des avions engagés dans la mission - 483 avions. Bombardement de la Gare d'Alençon. Mission de Guerre.

- 12/13-6-44. Objectif: (Amiens) - Halifax V "E" - Même équipage - Durée: 4h20 - Nombre d'avions engagés dans la mission - Guyenne 14 avions - Tunisie 1 avion - Total des avions engagés dans la mission - 671 avions. Bombardement de la Gare d'Amiens-Longueau. Mission de Guerre.

Juillet 1944

- 6/7/44. Objectif: (Marquise-Mimoyecques) Halifax III - H7 - "A" - Même équipage - Durée: 3h10 - Nombre d'avions engagés dans la mission - Guyenne 10 avions - Tunisie 11 avions - Total des avions engagés dans la mission - 551 avions. 7 Français tués dans la mission. Bombardement de la plate forme de bombes volantes de Marquise-Mimoyecques. Mission de Guerre.

 

CAEN 7 JUILLET 1944

Caen 7 juillet 1944.

 

- 7/7/44. Objectif: (Caen)  - Halifax III - H7 - "A" - Même équipage - Durée: 3h45 - Nombre d'avions engagés dans la mission - Guyenne 9 avions - Tunisie 10 avions - Total des avions engagés dans la mission 467 avions. Bombardement de troupes et concentration de tanks au Nord de Caen. Mission de Guerre.

- 17/7/44. Objectif: (Sannerville) - Halifax III - H7 - "B" - Même équipage - Durée: 3h55 - Vol de jour 1h55 - Vol de nuit 2h00 - Nombre d'avions engagés dans la mission - Guyenne 12 avions - Tunisie 7 avions - Total des avions engagés dans la mission 942 avions. Bombardement de Sannerville. Mission de Guerre.

- 20/7/44. Objectif: (Chapelle Notre-Dame - Vizernes) - Halifax III - H7 - "B" - Même équipage - Durée: 3h25 - Nombre d'avions engagés dans la mission - Guyenne 11 avions - Tunisie 4 avions - Total des avions engagés dans la mission 369 avions. Bombardement de Chapelle Notre-Dame atelier de construction. Mission de Guerre.

- 24/7/44. Objectif: (Stuttgart) - Halifax III - H7 - "F" - Même équipage - Durée 8h15 - Vol de nuit - Nombre d'avions engagés dans la mission - Guyenne 6 avions - Tunisie 6 avions - Total des avions engagés dans la mission 631 avions. Bombardement de Stuttgart. Mission de Guerre.

- 28/7/44. Objectif: (Forêt de Nieppe) - Halifax III - H7 - "B" - Même équipage - Durée: 3h45 - Vol de nuit - Nombre d'avions engagés dans la mission - Guyenne 14 avions - Tunisie 14 avions - Total des avions engagés dans la mission 199 avions. Bombardement de la forêt de Nieppe. Mission de Guerre.

Août 1944

- 1/8/44. Objectif: (Noyelles-en-Chaussée) - Halifax III - H7 - "C" - Même équipage - Durée: 4h20 - Vol de jour - Nombre d'avions engagés dans la mission - Guyenne 11 avions - Tunisie 10 avions - Total des avions engagés dans la mission 777 avions. Bombardement de Noyelles-en-Chaussée. Mission de Guerre.

- 3/8/44. Objectif: (Forêt de Nieppe) - Halifax III - H7 - "B" - Même équipage - Durée: 3h40 - Vol de jour - Nombre d'avions engagés dans la mission - Guyenne 11 avions - Tunisie 9 avions - Total des avions engagés dans la mission 281 avions. Bombardement de la Forêt de Nieppe. Mission de Guerre.

- 6/8/44. Objectif: (Forêt de Nieppe) - Halifax III - H7 - "B" - Même équipage - Durée: 3h15 - Vol de jour - Nombre d'avions engagés dans la mission - Guyenne 11 avions - Tunisie 11 avions - Total des avions engagés dans la mission 222 avions. Bombardement de la forêt de Nieppe. Mission de Guerre.

- 8/8/44. Objectif: (Fromentel) - Halifax III - H7 - "B" - Même équipage - Durée: 3h40 - Vol de jour - Nombre d'avions engagés dans la mission - Guyenne 7 avions - Tunisie 6 avions - Total des avions engagés dans la mission 78 avions - 7 Français tués dans la mission. Bombardement de Fromentel. Mission de Guerre.

- 11/8/44. Objectif: (Somain) - Halifax III - H7 - "B" - Même équipage - Durée: 4h25 - Vol de jour - Nombre d'avions engagés dans la mission - Guyenne 15 avions - Tunisie 14 avions - Total des avions engagés dans la mission 459 avions. Bombardement de la gare de Somain. Mission de Guerre.

- 12/13-8-44. Objectif: (Rüsselheim) - Halifax III - H7 - "B" - Même équipage - Durée: 5h30 - Vol de nuit - Nombre d'avions engagés dans la mission - Guyenne 8 avions - Tunisie 3 avions - Nombre d'avions engagés dans la mission 297 avions. Bombardement de Rüsselheim Opel. Mission de Guerre.

- 15/8/44. Objectif: (Eindhoven) - Halifax III - H7 - "B" - Même équipage - Durée: 3h55 - Vol de jour - Nombre d'avions engagés dans la mission - Guyenne 12 avions - Tunisie 11 avions - Total des avions engagés dans la mission 1004 avions. Bombardement de l'Aéroport d'Eindhoven. Mission de Guerre.

- 16/17/8/44. Objectif: (Kiel) - Halifax III - H7 - "B" - Même équipage - Durée: 5h05 - Vol de nuit - Nombre d'avions engagés dans la mission - Guyenne 14 avions - Tunisie 12 avions - Total des avions engagés dans la mission 348 avions. Bombardement de Kiel. Mission de Guerre.

- 31/8/44. Objectif: (Lumbres) - Halifax III - H7 - "B" - Même équipage - Durée: 3h20 - Vol de jour - Nombre d'avions engagés dans la mission - Guyenne 13 avions - Tunisie 11 avions - Total des avions engagés dans la mission - 601 avions. Bombardement de Lumbres base de V2 (près de Saint-Omer). Mission de Guerre.

Septembre 1944.

- 9/9/44. Objectif: (Le Havre) - Halifax III - H7 - "B" - Même équipage - Durée: 3h50 - Vol de jour 2h30 - Vol de nuit 1h20 - Nombre d'avions engagés dans la mission - Guyenne 10 avions - Tunisie 13 avions - Total des avions engagés dans la mission 272 avions. Bombardement du Havre. Mission de Guerre.

- 11/9/44. Objectif: (Gelsenkirchen) - Halifax III - "B" - Même équipage - Durée: 3h35 - Vol de jour - nombre d'avions engagés dans la mission - Guyenne 11 avions - Tunisie 9 avions - Total des avions engagés dans la mission 379 avions - 7 Français tués dans la mission. Bombardement de Gelsenkirchen (Ruhr). Mission de Guerre.

- 20/9/44. Objectif: (Sangatte) - Halifax III - H7 - "B" - Même équipage plus le Sgt/C GRIDELET - Durée: 3h35 - vol de jour - Nombre d'avions engagés dans la mission  Guyenne 11 avions - Tunisie 8 avions - Total des avions engagés dans la mission 646 avions. Bombardement de Sangatte au sud de Calais. Mission de Guerre.

Octobre 1944.

- 6/10/44. Objectif: (Scholven) - Halifax III - H7 "B" - Même équipage - Durée: 4h30 - Vol de jour - Nombre d'avions engagés dans la mission - Guyenne 15 avions - Tunisie 13 avions - Total des avions engagés dans la mission 320 avions. Bombardement de Scholven (Ruhr) usine d'huile synthétique. Mission de Guerre.

- 7/10/44. Objectif: (Klèves) - Halifax III - H7 - "B" - Durée: 4h45 - Vol de jour - Nombre d'avions engagés dans la mission - Guyenne 16 avions - Tunisie 12 avions - Total des avions engagés dans la mission 351 avions. Bombardement de Klèves. Mission de Guerre.

- 14/10/44. Objectif: (Duisbourg) - Halifax III - H7 - "B" - Durée: 5h10 - Vol de jour - Nombre d'avions engagés dans la mission - Guyenne 15 avions - Tunisie 15 avions - Total des avions engagés dans la mission 1013 avions. Bombardement de Duisbourg (Ruhr). Mission de Guerre.

- 25/10/44. Objectif: (Essen) - Halifax III - H7 - "B" - Durée: 5h15 - Vol de jour - Nombre d'avions engagés dans la mission - Guyenne 15 avions - Tunisie 14 avions - Total des avions engagés dans la mission 771 avions. Bombardement d'Essen (Ruhr). Mission de Guerre.

- 30/31/10/44. Objectif: (Cologne) - Halifax III - H7 - "G" - Durée: 6h05 - Vol de nuit - Vol de jour 0h35 - Nombre d'avions engagés dans la mission - Guyenne 14 avions - Tunisie 13 avions - Total des avions engagés dans la mission 905 avions. Bombardement de Cologne. Mission de Guerre.

(collection: Bernard MONSEAU)

_________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE GRIMALDI

img206

                              Adjt/C Roger VASSEUR

(collection: Roger VASSEUR)

mes_images171

Pilote: Adjt/C. Roger VASSEUR. Navigateur. Cpt. GRIMALDI (Cdt. de l'avion). Bombardier: Lt. COUILLEAU. Radio: Sgt. LEMOIGNE. Mécanicien: Sgt/C. LOUY. Mitrailleur-supérieur: Sgt. CONSTANTIN. Mitrailleur-arrière: Sgt/C. VELASCO.

_______________________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE BOURGAIN

Pilote: Cpt. BOURGAIN. (Cdt.de l'avion). Navigateur: Lt. DUVERT. Bombardier: Adjt. BEAUVOIS. Radio: Sgt/C. DUFOUR. Mécanicien: Sgt/C. BOURGEOIS. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C. GARRIDO.Mitrailleur-arrière: Sgt/C. RUFFIE.

_____________________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE GAUBERT

Pilote: Lt. PASQUIER. Navigateur: Cpt. GAUBERT. (Cdt. de l'avion). Bombardier: S/Lt. PETIOT. Radio: Adjt/C. VOGEL. Mécanicien: Adjt. CUSIN. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C. VERDIER. Mitrailleur-arrière: Sgt. SERRA.

12/13.07.1944 - Objectif: HAUTS- BUISSONS.

Nombre d'avions engagés par chaque groupe:

"GUYENNE" 13 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 230 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 7 tués.

Au retour de mission sur les Hauts-Buissons, dans le tour de piste, par très mauvaise visibilité, de nuit, l'avion du Capitaine GAUBERT entre en collision avec celui du commandant ROY et s'écrase au sol. L'équipage périt carbonisé. Tous ont été inhumés au cimetière d'HARROGATE le 19 juillet 1944. Le HALIFAX du Commandant ROY, soumis à d'intenses vibrations est difficilement contrôlable. L'ordre d'évacuation étant donné, le navigateur et le mitrailleur-arrière sautent. Après mise en drapeau d'une des hélices, les vibrations diminuent. L'ordre d'évacuation est rapporté et l'appareil se pose sans incident.

 

citation img560

collection: Bernard Chevalier. 

____________________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE THIRY

img018

Pilote: Cpt. Jean THIRY. (Cdt. de l'avion) Navigateur: Cpt. Pierre GALLOIS. Bombardier: Lt ROUXEL. Radio: S/Lt. BLANC. Mécanicien: Sgt/C. GODOFFE. Mitrailleur-supérieur: Sgt. AUBOURG. Mitrailleur-arrière: Sgt. TAYMOND.

_____________________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE COCHO

img960

(collection: Famille BROCHARD) 

II

(collection: Anne Blondeaux-Famille Romans) 

38274307

(collection:Léonce SEMAIL merci mon cher BILL pour ce superbe document)

2ème à partir de la gauche: Mitrailleur-arrière: SEMAIL Léonce. auteur du livre DE L'OMBRE A LA LUMIERE

Pilote: Cpt. Louis COCHO. (Cdt. de l'avion). Navigateur: Cpt. Roger BROCHARD. Bombardier: S/Lt. Georges ROMANS. Radio: S/Lt. CLUZEAU. Mécanicien: Sgt/C. JARDIN. Mitrailleur-supérieur: Sgt. Maurice DUBOURGEAL. Mitrailleur-arrière: Sgt. Léonce SEMAIL.

 

georges romans 2-23 guyenne (1)

Equipage du capitaine COCHO.

Sgt Léonce SEMAIL, Cne Roger BROCHARD, Sgt Maurice DUBOURGEAL, ??, ??, S/Lt CLUZEAU, S/Lt Georges ROMANS.

(collection: Famille ROMANS)

 Citations

img998

(collection: Famille ROMANS)

img959

(collection: Famille BROCHARD) 

ORDRE N° 24

Par message express n°260/IGFAF/3 du 10.3.45 la citation suivante, à l'ordre de l'AVIATION de BOMBARDEMENT est accordé à:

Équipage de grande classe qui vient d'éxécuter, avec un plein succès, une nouvelle série de dures missions de bombardement sur des objectifs puissamment défendus de la Rhur et de l'Allemagne Centrale. Attaqué à plusieurs reprises par la chasse de nuit, a chaque fois réussi à se dégager par d'habiles manoeuvres. Dans la nuit du 5/6 janvier 1945, notamment au cours d'une mission pénétrant profondément en territoire allemand a été pris trois fois à partie par un chasseur à réaction qui a ouvert le feu mais grâce à une veille vigilante et à une synchronisation parfaite des commandements, est parvenu à éviter par la manoeuvre les atteintes de l'ennemi.

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre avec Étoile de Vermeil.

Le Commandant PUGET, Cdt le Squadron n°346

Signé: PUGET.

GROUPES_LOURDS_georges_romans_2_23_guyenne__4_

 S/Lt ROMANS Georges. 

Sur la proposition du Ministre de l'Air, le Général 

De GAULLE Président du Gouvernement Provisoire de la République Française, Chef des Armées.

CITE

A l'Ordre de l'ARMEE AERIENNE

Le S/Lt ROMANS Georges du G.B. 2/23 "GUYENNE"

Officier bombardier d'une haute compétence faisant preuve en toutes circonstances de qualités professionnelles remarquables, d'une ardeur combative sans démentie et d'un sang froid à toute épreuve.

Vient d'effectuer avec un plein succès dans le cadre du Bomber Command une série de 25 missions de longue durée, réalisant sur chaque objectif les performances de hautes précisions contrôlée par photographie aérienne.

Compte à la fin de son tour d'OP'S, un des plus beau palmarès d'objectifs allant des cotes françaises à la Saxe et la Baltique au région Sud de l'Allemagne.

Au cours des trois derniers mois a, encore pris part à de nombreux raids sur les objectifs les plus lointains et les plus puissamment défendus de l'Allemagne, attaquant à deux reprises un important centre de la Saxe, d'un accès particulièrement difficile participant ainsi à l'aide apporté par le Bombardement Lourd aux troupes soviétiques opérant dans ce secteur.

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre avec Palme de Bronze.

Londres le 21 septembre 1945.

Paris le 17 juillet 1945.

Signé: De GAULLE.

 

img997

(collection: Famille ROMANS)

 

 georges romans 2-23 guyenne (3)

Légion d'Honneur Georges ROMANS.

(collection: Famille ROMANS)

 

img985

DECISION N°1129

Sur la proposition du Ministre de l'Air, le Général de GAULLE, Président du Gouvernement Provisoire de la République Française, Chef des Armées cite à l'ordre de l'Armée de l'Air:

Le Capitaine BROCHARD Roger, Martial du Groupe de bombardement 2/23 " Guyenne :

Officier navigateur de grande valeur dont le sang froid et le courage alliés à de brillantes qualités professionnelles se sont manifestés lors des 30 missions de jour et de nuit qu'il a effectuées dans le cadre du Bomber Command sur des objectifs puissamment défendus du territoire ennemi.

Navigateur remarquable faisant preuve dans les circonstances les plus difficiles d'une extraordinaire maitrise de soi le Capitaine BROCHARD a fortement contribué aux brillants succès remportés par son équipage , lui permettant d'atteindre les objectifs les plus lointains avec une précision qui inspirait à tous une absolu confiance.

A participé à des opérations sur l'Allemagne centrale, sur les ports de la Baltique et de la mer du Nord, sur la Rhur et la région Rhénane, affrontant avec succès les barrages d'une D.C.A. très dense et les attaques répétées de la chasse de nuit.

C'est particulièrement distingué le 20 février 1945 où une attaque de chasse fut déjouée par d'audacieuses manoeuvres et le 21 février 1945 lors d'un raid sur une ville importante du cours supérieur du Rhin au cours duquel les chasseurs de nuit déployèrent une activité particulièrement meurtrière.

Totalise 31 misions de guerre en 179 heures de vol.

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre avec palme de BRONZE et nomination dans l'ordre national de la Légion d'Honneur.

Signé: De GAULLE.

 

img962

 Navigateur: Capitaine Roger BROCHARD

Récit du capitaine Pierre BROCHARD

navigateur du "H pour How"

Vols de nuit et tapages nocturnes

Le journal de vol d'un incendiaire.

De Zéralda à Liverpool.

img987

img988

46291825

img989

img990

46293486

Jusqu'à Liverpool. 

_____________________

De Dumfries à Lossiemouth.

img991

img706

WELLINGTON. 

img992

img993

img994

Halifax_1945

 15 JUILLET 44.

Arrivée, à ELVINGTON, de "l'équipage" affecté à la 3ème Escadrille du G.B 2/23.

Cette escadrille est issue de la C.66, formée en décembre 15 et devenue successivement SOP 66 et BR 66. A sa création, cette escadrille est incorporée au 1er Groupe de Bombardement et placée sous les ordres du Capitaine de Kérillis.

1916. Sous l'influence incontestable de son commandant, l'Escadrille réussit des expéditions audacieuses, elle bombarde les communications ennemies en Lorraine, les usines de grenades à Pagny-sur-Meuse et livre de nombreux combats aux Fokkers et aux aviatiks allemands. Le dimanche 22 juin, 9 Caudron G 4 bombardent Karlsruke (3000 mètres: 38 bombes de 180) en représailles des bombardements effectués par les allemands sur Bar-le-Duc et nos villes de l'Est. Ce bombardement provoqua en Allemagne une vive indignation. Il est resté dans le souvenir de nos adversaires si pénible et si scandaleux que l'accès du territoire allemand demeure encore interdit au chef qui conduisit l'expédition. Cependant le raid de Karlsruke a été décidé par le haut commandement pour mettre fin aux bombardements des villes ouvertes françaises... Après ce raid les avions allemands cessèrent pendant 6 mois de lancer des projectiles sur nos villes. Le 22 juillet, l'Escadrille montre sa vitalité en exécutant 3 sorties sur un des objectifs les plus défendus: la gare de Metz-Sablons. Vers la fin de l'année l'Escadrille se transforme en Sopvitch et prend part à la bataille d'Oberndorf.

1917. C'est l'année qui voit renaître progressivement le bombardement de jour que la chasse allemande avait à peu près supprimé en 1916. Le G.B.1, dont fait partie à nouveau la SOP.66 à partir du 15 février, se réorganise. Il comprend 4 escadrilles sous le commandement du Cdt Chabert. La SOP.66 travaillera toujours de concert avec la SOPIII. Elle agira pendant toute l'année dans les secteurs les plus difficiles, en Champagne et à Verdun où elle se couvrira de nouveau de gloire. Le G.B.1 parti le 8 août à Senord. Meuse en vue de l'offensive sur Verdun est de retour à Villeneuve le 3 octobre avec ses deux escadrilles, la SOP66 et la SOPIII. Ces deux escadrilles vont être transformées sur Bréguet 14 M2; elles sont au point en décembre: la SOP.66 devient la BR.66. Sous protection de chasse la BR.66 accomplit des opérations lointaines. Des équipages volontaires passent à la NUIT et travaillent avec les Groupes équipés de Voisin; le 25 décembre ces équipages bombardent la gare de Lume et le terrain de la Malmaison.

1918. L'action de masse s'étant révélée indispensable au succès, la BR.66 opère désormais dans le cadre du G.B.6 qui sera lui-même engagé avec les effectifs de l'Escadre 12. L'Escadre 12 a été formée le 20 février 1918 sous le commandement du Commandant Vuillemin. Devant la brusquerie de l'attaque allemande le Haut Commandement français est conduit à jeter dans la mêlée son aviation de bombardement. Du 20 février au 27 mars, le GB5 et le GB6 opéraient en Champagne et lanceaient 57.000 kgs de projectiles.

Le 27 mars, l'Escadre 12 entre dans la bataille de Montdidier; elle inaugure, à basse altitude, de jour, suivi de mitraillage, des objectifs du champ de bataille. Du 9 au 30 avril, les Français contre-attaque; l'Escadre 12 retourne progressivement aux opérations habituelles de bombardement des arrières. Mais le Bréguet n'est plus le maître incontesté de l'air: l'Escadre 12 met au point des expéditions peu profonde avec une protection de chasse amie.

Les allemands enfoncent le front français au Chemin des Dames; du 29 mai au 4 juillet, les bombardements se succèdent sans arrêt sur Resson, Soissons et le champ de bataille. Pendant 3 nuits de suite sur le terrain de Plessis-Belleville, où est installé l'Escadre 12, est bombardé par l'ennemi. Pendant cette période 295 tonnes de projectiles ont été lancées. Le 15 juillet la période des opérations offensives commençait, l'Escadre 12 devait prendre part jusqu'à la victoire à toutes les batailles.

Le 23 septembre tout le bombardement de jour, Escadre 12 et Escadre 13 est groupé sous les ordres du Cdt de Goys. Le 10 novembre, 23 tonnes sont déversées par 86 avions sur Mariembourg: c'est la dernière opération du bombardement de jour. Les bombardiers de 1918 furent une véritable aviation d'assaut. Ayant ainsi participé à toutes les opérations sur tous les fronts de la Bataille de France, depuis sa formation jusqu'à l'armistice, la BR66 laisse derrière elle un passé glorieux; sur son fanion sont inscrits des titres de gloire: Karlsrühe-Francfort-Trèves. Deux citations à l'Ordre de l'armée conféraient à la BR.66 la fourragère aux couleurs de la Médaille Militaire.

1918-1919. La BR66 fait partie de l'Escadre 12 commandée par le Chef d'Escadron de la Morlaix. Elle occupe le terrain de Strasbourg, puis celui de Landau (Palatinat), en août 1919.

En 1920, l'Escadre 12 devient le 12e Régiment et occupe le terain de Neustodt. La BR66 devient la 3e Escadrille du G.B.3 qui effectue des missions-photo du Palatinat et participe à l'occupation de Francfort et de Trèves. En 1926, le 12e R.A.B. passe sur Bréguet 19. En novembre 1928, l'Escadrille quitte Neustodt pour reforcer le 11e R.A.B. à Metz, commandé par le Lt Col. Duseigneur et devient la 10ème Escadrille du IIème R.A.B. 

En 1932, l'Escadrille est dissoute et forme la IIe escadrille qui passe sur Amiot 122 B3. En 1934, l'unité redevient 3e escadrille dans la IIe Escadre. Fin 1935, transformation sur Bloch 200. Octobre 1935, mouvement sur Toulouse-Francazal. La IIe Escadre se dédouble, et l'escadrille devient la 3e Escadrille du 2e Groupe de la 23e Escadre. Le lieutenant Bienvenu prend le commandement et le conservera jusqu'à sa disparition en combat aérien le 6 juin 1940.

Avril 1934, transformation sur Bloch 210. 16 au 18 août 1939, manoeuvres avec la chasse anglaise sur Londres et Birmingham. 1939. Le 29 août 1939, mouvement sur Istres, en vue de l'entrée éventuelle en guerre de l'Italie. 15 février 1940, transformation sur Léo 45. Avril 1940, mouvement sur le terrain d'Orange, le 2 juin 1940 sur celui d'Etampes. Enfin l'Escadrille engage 3 avions le 6 juin un seul rentre à la Base. Replis sur Tours et Bordeaux, et le 22 juin sur Blida.

Après avoir séjourné sur plusieurs terrains du Maroc, le G.B.2/23 se fixe à Meknès. 25/25 septembre 1940: bombardement de GIBRALTAR. 8/9 novembre 1943: bombardement du débarquement américain à Fedhala - Campagne de TUNISIE: 5 missions, 10,13,17,22 avril, 5 mai. L'Escadrille était à Biskra depuis le 29 mars (sous le commandement du Cne Puget), elle rejoint Meknès le 11 mai. Le 26 août 43, le G.B. 2/23 (Lt-Col Venot) s'embarque à Alger pour là Grande-Bretagne - La 3e Escadrille est commandée depuis le 1er août par le Capitaine Simon (d'Auxerre).

img996

 

L'Equipage du Capitaine Louis COCHO.

De gauche à droite:

S/Lt CLUZEAU, S/Lt ROMANS Georges, Cne BROCHARD Roger, Sgt SEMAIL Léonce, Cne COCHO Louis, Sgt/C JARDIN, Sgt DUBOURGEAL Maurice.

img965

 

img966

 Navigateur: Capitaine Pierre BROCHARD.

img967

img968

img969

img970 

EV - Base d'Elvington.

 

img971

 

Bombardier: Georges ROMANS.

img973

 

img974

 

img976

 

img977

 

Mitrailleur-supérieur: Sgt Maurice DUBOURGEAL, Mitrailleur-arrière: Sgt Léonce SEMAIL.

 

img978

 

img979

img980

img981

 

Mécanicien: Sgt/C JARDIN, Pilote: Cne Louis COCHO.

 

img982

 

Radio: S/Lt CLUZEAU.

img983

 

(collection: Famille BROCHARD)

 

______________________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT FLESCH

img764

(source: 10 000 heures de vol, Auteur: le pilote de l'avion l'Adj/C René PUGET)

Pilote: Adjt/C. André PUGET. Navigateur: Lt. FLESCH Paul. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Adjt. AURIOL Adrien. Radio: Sgt/C. BORG Georges. Mécanicien: Sgt/C. MERIC Yves. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C. JAFFEUX Paul. Mitrailleur-arrière: Sgt/C. SENLEBES Arnaud.

CITATIONS

Sur la proposition du ministre de l'air,le Président du Gouvernement provisoire, chef des armées, cite:

A l'ordre de l'armée aérienne.

 

Sgt C BORG 33186212

 

sGT c BORG 33185399

Mitrailleur-supérieur: Sgt/C. BORG Georges.

 

Sgt C JAFFEUX 33185759

 

sGT c JAFFEUX 32840859

Mitrailleur-supérieur: Sgt/C. JAFFEUX Paul.

 

Sgt C senlebes 32822316

 

sGT c senlebes 33185587

Mitrailleur-arrière: Sgt/C. SENLEBES Arnaud.

 

Sgt C MERIC YVES 32821147

Mécanicien: Sgt/C. MERIC Yves.

 

Lt flesch paul 32797890

Navigateur: Lt. FLESCH Paul ( Cdt. de l'avion)

 

Adjt auriol 32802421

Bombardier: Adjt. AURIOL Adrien.

Ces citations comportent l'attribution de la croix de guerre avec palme.

Fait à Paris le 10 juillet 1945.

C. DE GAULLE.

_____________________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT BECAM

img004

(collection: Camille COQUOT)

De gauche à droite sur la photo:

Radio: Adjt. WEBER Paul, Pilote: Adjt. CROZIA Marcel, Navigateur: Lt BECAM Jean, Bombardier: Adjt LASSERRE Armand, Mitrailleur-arrière: Sgt/C RETORE Michel, Mitrailleur-supérieur: Sgt COQUOT Camille, Mécanicien: Sgt/C MONCELET Maurice. 

 

img222

CITATIONS

 

Sur la proposition du ministre de l'air,le Président du Gouvernement provisoire de la République Française, chef des armées, cite:

A l'ordre de l'Armée Aérienne.

img015

Adjudant: Camille COQUOT mitrailleur-supérieur.

COQUOT(Camille-Georges-Henri), sergent du groupe de bombardement 2/23 "Guyenne": jeune sous-officier mitrailleur de tourelle supérieure n'a cessé au cours des 19 missions de longue durée qu'il a réalisées de jour et de nuit sur bombardier lourd de faire montre, jusque dans les circonstances les plus critiques, d'une ardeur magnifique à participer au combat, d'un courage et d'un sang-froid à toute épreuve. Sous la brillante direction  de son commandant d'avion vient de prendre part durant les mois d'hiver 1944-1945 à une longue série d'opérations dirigées contre les objectifs les plus puissamment défendus de l'Allemagne du Centre et de la région rhénane. Par ses hautes qualités professionnelles et une vigilance constamment soutenue a contribué de tout son effort à la réussite complète des missions entreprises par son équipage lui permettant, de concert avec le mitrailleur-arrière, d'éviter de nuit les dangers de collision et de déjouer  les attaques d'une chasse particulièrement éveillée et agressive. Le 24 décembre 1944 a eu son avion sérieusement endommagé par la D.C.A. alors qu'il attaquait en plein jour et par ciel clair un des centres industriels les plus fortement protégé de la Rhur.

Pilote: Sous-Lieutenant Marcel CROZIA

CROSIA (Marcel-Emile), sous-lieutenant du groupe de bombardement 2/23 "Guyenne": officier pilote donnant en toutes circonstances un magnifique exemple d'habileté professionnelle, de courage et de décision, toujours volontaire pour les opérations les plus lointaines et les plus périlleuses, compte déjà dans le cadre du Bomber Command 21 missions de longue durée, de jourt et de nuit, sur les objectifs les plus profonds et les plus fortement défendus du territoire ennemi. Sous la brillante direction de son commandant d'avion vient de prendre part, durant les mois d'hiver 1944-1945, à une nouvelle série d'attaques contre les centres industriels, les villes et les voies de communications très puissamment gardés de l'Allemagne du centre et de la région Rhénane. Grâce à sa maîtrise et à ses qualités professionnelles particulièrement remarquables, a réussi en toutes circonstances à mener à bien les missions qui lui étaient confiées, en dépit des conditions météorologiques défavorable s, d'une chasse ennemie toujours en éveil et d'une D.C.A. des plus dense et des plus précise. Le 24 décembre 1944 a eu son avion sérieusement atteint par la D.C.A., alors qu'il attaquait en plein jour et par ciel clair un des centres industriels les mieux protégés de la Rhur.

 

Adjt LASSERRE ARMAND32799465

Bombardier: Adjt. LASSERRE Armand.

 

aDJT weber jacques 32799676

Radio: Adjt. WEBER Paul.

 

Sgt C MONCELET MAURICE 32822578

Mécanicien: Sgt/C. MONCELET Maurice.

 

sGT C RETORE 32822870

Mitrailleur-arrière: Sgt/C. RETORE Michel.

Ces citations comportent l'attribution de la croix de guerre avec palme.

Fait à Paris,le 10 juillet 1945.

C. DE GAULLE.

(journal officiel du 9 janvier 1946)

_____________________________________________________

EQUIPAGE DU COMMANDANT CATTELLAT

Pilote: Adjt. de LAISSARDIERE. Navigateur: Cdt. CATTELLAT - Claude SAINT-BENOIT (Cdt d'avion). Bombardier: Lt. DELCROS. Radio: Lt. MASSON. Mécanicien: Sgt. LALLEMENT. Mitrailleur-supérieur: Sgt. GUICHEMERE. Mitrailleur-arrière: Sgt. COMAT.

mes_images

Mitrailleur-arrière: Sgt. GOMAT.

mes_images

Mécanicien: Sgt. LALLEMENT.

___________________________________________________________

EQUIPAGE DU COMMANDANT de VULPILLIERES

img409

(collection: Gilles SOURY-LAVERGNE)

Pilote: Lt. IDRAC. Navigateur: Cdt René de VULPILLIERES. (Cdt. d'avion). Bombardier: Adjt. LARUE. Radio: Sgt. GAVOYE. Mécanicien: Adjt. TRACLET. Mitrailleur-supérieur: Sgt. BOUFFAND. Mitrailleur-arrière: Sgt. ROUTHIER.

CITATIONS

Sur la proposition du ministre de l'air, le Président du gouvernement provisoire de la République Française, chef des armées, cite.

CDT_De_Reydet_de_Vulpilli_res

Navigateur: Cdt René de VULPILLIERES (Cdt de l'avion)

mes_images

Sgt_Bouffand

Mitrailleur-supérieur: Sgt. BOUFFAND

mes_images

Ltn_Idrac

Pilote: Lt. IDRAC.

mes_images

Adj_Traclet

Mécanicien: Adjt. TRACLET.

mes_images

Bombardier: Adjt. LARUE.

mes_images

Sgt_Gavoye

Radio: Sgt. GAVOYE.

Ces citations comportent l'attribution de la croix de guerre avec palme.

Paris,le 17 août 1945.

C. DE GAULLE.

(journal officiel du 9 janvier 1946)

___________________________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT VLES

Pilote: Adjt. HANNEDOUCHE. Navigateur: Lt. VLES. (Cdt. de l'avion). Bombardier: S/Lt. LAMBERT. Radio: Sgt/C. VLAMINCK. Mécanicien: Sgt/C. BEAUVOIT. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C. LIMACHER. Mitrailleur-arrière: Sgt/C. OLIVE.

4/5.11.1944 - Objectif: BOCHUM.

Nombre d'avions engagés par chaque groupe:

"GUYENNE" 16 avions.

"TUNISIE" 11 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 749 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 23 tués.

Peu aprés le passage sur l'objectif,le HALIFAX du Lieutenant VLES est attaqué par un chasseur de nuit. Sévèrement touché, il prend feu immédiatament et commence à s'incliner. Le pilote l'Adjudant HANNEDOUCHE donne l'ordre d'évacuation.

Le Lieutenant VLES, navigateur, ouvre la trappe d'évacuation avant. Il s'apprête à sauter quand, dans la fumée qui a envahi la carlingue, il aperçoit son radio, le Sergent/Chef VLAMINCK, plaqué contre la paroi et dans l'incapacité de bouger.Il n'hésite pas. Il s'avance vers lui, réussit à l'extirper, à le tirer vers la trappe, au prix d'efforts inouîs, il le pousse dans le vide.

Quelques secondes plus tard, l'avion explose. Le pilote, l'Adjudant HANNEDOUCHE, est éjecté de l'avion et se retrouve, descendant attaché aux sangles de son parachute. Le sergent OLIVE, mitrailleur arrière, réussit à sauter avant l'explosion mais est tué au sol par les Allemands. Les 5 autres membres de l'équipage périssent dans l'accident. Le Sergent/Chef OLIVE a été inhumé au cimetière de BURQ. Le Lieutenant VLES, le Sous/Lieutenant LAMBERT, les Sous/Lieutenants BEAUVOIR et LIMACHER ont été inhumés au cimetière de WERMELSKIRCHEN.

------------------------------------------------

CITATIONS

Mitrailleur-arrière: Sgt/C OLIVE Henri.

Décret du 13 septembre 1947 portant concession de la médaille militaire (à titre posthume).

- OLIVE Henri. Sergent-chef, groupe de bombardement 2/23 Guyenne. Brillant sous-officier mitrailleur-arrière animé des plus belles qualités morales et dont la valeur professionnelle faisait un élément précieux pour son équipage. Venu en Grande-Bretagne pour y reprendre la lutte contre l'ennemi, il se signale immédiatement par son ardeur et sa compétence et dès ses premières missions obtient de très brillants résultats au cours de bombardement très précis sur des objectifs défendus par de très violents barrages de D.C.A. et une active chasse de nuit. Le 4 novembre 1944, au cours d'une mission particulièrement dure qui coûta au groupe un tiers des effectifs engagés, trouve une mort glorieuse lorsque son appareil venait de quitter l'objectif est descendu en flammes par un chasseur ennemi.

Cité à l'ordre de l'armée aérienne (Croix de guerre avec palme).

---------------------------------------------- 

oncle_roger

Sgt Roger LIMACHER en 1940.

A l'ordre de l'Escadre Aérienne.

"Groupe aérien d'observation engagé du premier jour de guerre à la fin des hostilités, a apporté au commandement, la collaboration précieuse de sa préparation, de son entraînement, de sa flamme, de son allant et de son esprit de sacrifice.

A sans cesse donné à l'Armée de Terre, par ses reconnaissance et par ses nombreuses missions photographiques toujours brillamment exécutées, la plupart du temps sans protection de chasse, une reconnaissance exacte et précise de l'ennemi".

Croix de guerre avec Etoile de Bronze.

-----------------------------------------

A l'ordre de l'Escadre Aérienne.

" Jeune Sergent mitrailleur ayant manifesté au cours de reconnaissance délicates en territoire ennemi, malgré une Flak active et une chasse mordante, les plus belles qualités de conscience, de calme et de vigilance.

Attaqué le 6 juin 1940 par 7 chasseurs ennemis, a constamment guidé les manoeuvres de son pilote par la précision de ses indications. A continué à tirer sur les assaillants avec sa mitrailleuse, alors que le support de sa pièce avait été brisé".

Croix de guerre avec Etoile de Bronze.

-------------------------------------------------- 

l'oncle_Roger

 (collection: Roger LIMACHER)

A l'ordre de l'Armée Aérienne.

" Brillant sous-officier mitrailleur de tourelle supérieure, animé des plus belles qualités morales, et dont la valeur professionnelle faisait un élément précieux pour son équipage.

Venu en Grande-Bretagne pour y reprendre la lutte contre l'ennemi, il se signale immédiatement par son ardeur et sa compétence, et dès ses premières missions obtient de très brillants résultats au cours de bombardements très précis sur des objectifs défendus par de violents barrages de D.C.A. et une active chasse de nuit.

Le 4 novembre 1944, au cours d'une mission particulièrement dure, qui coûta au Groupe un tiers des effectifs engagés, est porté disparu et présumé tué, lorsque son appareil venant de quitter l'objectif, est descendu en flammes par un chasseur ennemi".

Croix de guerre avec Palme.

(collection: Roger LIMACHER)

________________________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT CONDE 

Pilote: Adjt. MABILLE. Navigateur: Lt. CONDE. (Cdt. de l'avion). Bombardier: S/Lt. PETIT. Radio: Sgt. MEYER. Mécanicien: Sgt. François SAYTOUR. Mitrailleur-supérieur: Sgt. DE BROISE. Mitrailleur-arrière: Sgt. SOURY-LAVERGNE.

2/3.11.1944 - Objectif: DÜSSELDORF.

Nombre d'avions engagés par chaque groupe:

"GUYENNE" 12 avions.

"TUNISIE" 13 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 992 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 5 tués.

Le HALIFAX de l'équipage CONDE, qui effectue sa première mission, est attaqué par un chasseur de nuit Allemand peu après être passé sur l'objectif. Le Sergent SOURY-LAVERGNE, mitrailleur de queue, saute en parachute et réussira une évasion spectaculaire. Il passe les lignes Américaines au droit de la ligne SIEGFRIED au travers des champs de mines. Il rejoindra ELVINGTON quelques jours plus tard le 13 novembre 1944. Le Sergent DEBROISE, mitrailleur-supérieur, réussit également à sauter en parachute. Les 5 autres membres de l'équipage sont tués.

(source: La mémoire des groupes lourds)

Sgt_Soury_Lavergne

Mitrailleur-arrière: Sgt SOURY-LAVERGNE

imgp5719

(http://aerosteles.net photo: Michel COSTE)

___________________________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE LOEW

Pilote: Sgt/C. FAUGE. Navigateur: Cpt. Claude LOEW. Bombardier: Sgt. GODEFROY. Radio: Sgt. BOUTILLIER. Mécanicien: Adjt. THIERY. Mitrailleur-supérieur: Adjt. FLECK. Mitrailleur-arrière: Adjt. LAFFONT.

21/22.11.1944 - Objectif: STERKRADE (RUHR)

Nombre d'avions engagés par chaque groupe:

"GUYENNE" 13 avions.

"TUNISIE" 12 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 270 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 7 tués.

Dans la nuit en se dirigeant vers l'usine de pétrole synthétique de STERKRADE, le HALIFAX du Capitaine LOEW entre en collision avec un bombardier britannique au-dessus du territoire belge. Les 2 appareils s'écrasent ensemble au sol vers THYNES.

Tous les membres des 2 équipages sont tués et ont été inhumés au cimetière militaire américain de FOSSES. (25 km à l'est de CHARLEROI).

CITATIONS

- GODEFROY Jean - Sergent: du G.B. 2/23 "Guyenne" -

"Brillant sous-officier bombardier des plus belles qualités morales et professionnelles. Ardent et courageux, attendait avec impatience le moment où il pourrait reprendre la lutte contre l'Allemagne.

Venu en Grande-Bretagne pour participer au combat dans le cadre du Bomber Command, se distingue immédiatement par son ardeur et sa grande compétence.

A trouvé une mort glorieuse le 21 novembre 1944 en effectuant, par l'attaque d'un centre industriel très important de la Ruhr, sa première mission."

Cette citation comportent l'attribution de la Croix de Guerre 1939-1945 avec Palme.

- BOUTILLIER André Henri Georges - du G.B. 2/23 "Guyenne" 

" Brillant sous-officier radio navigant animé des plus belles qualités morales et professionnelles.Ardent et courageux attendait avec impatience le moment où il pourrait reprendre la lutte contre l'allemagne.

Venu en Grande-Bretagne pour participer au combat dans le cadre du Bomber Command, se distingue immédiatement  par sonardeur et sa grande compétence.

A trouvé une mort glorieuse le 21 Novembre 1944 en effectuant par l'attaque d'un centre industriel très important de la Ruhr, sa première mission."

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre avec Palme.

- THIERY Georges - Adjudant du G.B. "Guyenne"

" Brillant sous-officier mécanicien animé des plus belles qualités morales et professionnelles. Ardent et courageux, attendait avec impatience le moment où il pourrait reprendre la lutte contre l'Allemagne.

Venu en Grande-Bretagne pour participer au combat dans le cadre du Bomber Command, se distingue immédiatement par son ardeur et sa grande compétence.

A trouvé une mort glorieuse le 21 novembre 1944 en effectuant, par l'attaque d'un centre industriel très important de la Ruhr, sa première mission."

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre 1939/1945 avec Palme.

- FLECK André - Adjudant du G.B. 2/23 "Guyenne"

" Brillant sous-officier de tourelle arrière animé des plus belles qualités morales et professionnelles. Ardent et courageux, attendait avec impatience le moment où il pourrait reprendre la lutte contre l'Allemagne.

Venu en Grande-Bretagne pour participer au combat dans le cadre du Bomber Command, se distingue immédiatement par son ardeur et sa grande compétence.

A trouvé une mort glorieuse le 21 novembre 1944 en effectuant, par l'attaque d'un centre industriel très important de la Ruhr, sa première mission."

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre 1939-1945 avec Palme.

 - LAFFONT Françis, Jean - Adjudant: du G.B.2/23 "Guyenne"

" Brillant sous-officier de tourelle supérieure animé des plus belles qualités morales et professionnelles. Ardent et courageux, attendait avec impatience le moment où il pourrait reprendre la lutte contre l'Allemagne.

Venu en Grande-Bretagne pour participer au combat dans le cadre du Bomber Command, se distingue immédiatement par son ardeur et sa grande compétence.

A trouvé une mort glorieuse le 21 novembre 1944 en effectuant, par l'attaque d'un centre industriel très important de la Ruhr, sa première mission

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre 1939-1945 avec Palme.

(collection: Philippe DENIS)

mes_images654

Voici la première page de l'excellent travail de Monsieur DENIS Philippe en souvenir de son oncle le Sgt: GODEFROY un long travail de recherche et de patience très bien documenté. contact: philippe.denis31@wanadoo.fr

CD_dos

(collection: Philippe DENIS)

800_Thynes_RHerman

http://www.aviationheritage.eu/nl/content/monument-halifaxen-iii-nr129-mh-m-na557-h7-l

RESISTER A L'OUBLI

21 novembre 2004

Ces photos empruntées à une plaquette d'information éditée par la ville de DINANT proche de NAMUR, rappellent l'inauguration d'un petit monument érigé à la mémoire des équipages de deux avions du Bomber Command qui se sont crashés à côté du village de THYNES a proximité de la ville de DINANT, après être entrés en collision.

 

img048

Stèle inaugurée le 21 novembre 2004 à THYNES

Philippe DENIS, André HAUTOT.

L'Amicale était représentée à cette manifestation par André HAUTOT, car un des équipages était du Groupe Guyenne Squadron 346: celui du Capitaine LOEW (venu de la France Libre) qui effectuait ce jour là sa première mission. Le deuxième avion était celui d'un équipage anglais; Sqnd 51 NR 129.

 

img049

Equipage du Cpt LOEW.

Cpt LOEW Claude, S/Lt FAUGE André, Sgt GODEFROY Jean, Sgt BOUTILLIER André, Adjt LAFONT Françis, Adjt FLECK André, Adjt THIERY Georges.

Equipage du Squadron 51

P. F/L CHAPMAN Gordon Lawrence, Sgt WALLIS Edwin Valentine, W/O PORTER William Alfred, F/S COCKBAINE Michael William, F/S LEWIS Neville Ernest, Sgt CLARK John David, Sgt CARTER Leslie Thomas.

Pour la mémoire, un membre de la famille du Sergent GODEFROY, le bombardier de l'équipage, qui avait fait des recherches pour retrouver des traces de son oncle porté disparu, a découvert qu'il était dans l'équipage qui a trouvé la mort le 21 novembre 1944 dans cet accident survenu sur la route a l'aller du bombardement de STERKRADE dans la RUHR.

 

img050

Il faut remercier Monsieur Philippe DENIS, cadre aux usines Peugeot à Sochaux pour son travail de recherche et les contacts pris avec les anciens combattants dans la région de DINANT afin de trouver les moyens et les techniciens qui l'ont aidé à réaliser cette stèle.

(André HAUTOT)

Je viens de relire le formidable travail de Mr Philippe DENIS pour retrouver les familles de l'équipage du Squadron 51 R.A.A.F. Un incroyable travail de recherche historique qui mériterait bien d'être éditer.

___________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT PONCET

Pilote: Sgt. Louis LOURDAUX. Navigateur: Lt. PONCET. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Lt. LAMONTAGNE. Radio: Sgt. BERNASCONI. Mécanicien: Sgt. HAUTCOEUR. Mitrailleur-supérieur: Sgt. André DESPLACES. Mitrailleur-arrière: Sgt. BRULET.

15/16.03.1945 - Objectif: HASSELTE (Belgique) 4 Tués.

Le HALIFAX est abattu par un chasseur de nuit. L'ordre d'évacuation est donné. Le pilote, le sergent Louis LOURDAUX, met en drapeau l'hélice du moteur droit en feu et actionne les estincteurs. En vain. Pendant ce temps, le lieutenant LAMONTAGNE, bombardier, saute mais son parachute ne s'ouvre pas. Le sergent BERNASCONI saute à son tour. L'avion s'engage alors fortement sur l'aile droite, rendant impossible tout déplacement à l'intérieur de la carlingue. Quelques secondes plus tard, l'avion explose et se désintègre. Le mitrailleur arrière, le sergent André DESPLACES se retrouve suspendu à son parachute ouvert. Quand au lieutenant PONCET, navigateur, il reprend conscience, étendu sur le sol, dans la nuit, entouré d'êtres en longue robe sombre, un cierge à la main. Est-ce le ciel ou le purgatoire?, se demande-t-il. En fait, il est simplement dans le jardin d'un monastère belge. Les corps des 3 autres membres d'équipages sont retrouvés au milieu des débris épars de l'avion, s'étendant sur une superficie d'environ un hectare; les 4 tués ont été inhumés au cimetière d'HASSELT, le 17 mars 1945.

(source: la mémoire des groupes lourds)

Image_05

(collection: Famille PONCET)

Image_11

Sergent: LOURDAUX.

img515

louis lourdaux img043

(collection: Bernard DESBIENS)

_____________________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT HUBERT

Pilote: Lt. HUBERT. (Cdt.de l'avion). Navigateur: Lt. RIGAL. Bombardier: S/Lt. de GENNES. Radio: Sgt/C. NICAISE. Mécanicien: Adjt. GRIBOUVA. Mitrailleur-supérieur: Sgt. MATHIOT. Mitrailleur-arrière: Sgt/C. BLEUZAT.

En février 1945 l'abandon du pilote amène la dissolution de cet équipage. Le Lieutenant de GENNES passe dans l'équipage du capitaine MEMIN.

L'Adjudant GRIBOUVA se tue le 15 mars 1945 avec l'équipage du Lieutenant DEPLUS.

 

ADJUDANT GRIBOUVA

Mécanicien:  Adjt GRIBOUVA.

________________________________________________________

EQUIPAGE DU COMMANDANT BARRAT (BROHON)

Pilote: Cdt. BARRAT (BROHON). (Cdt. de l'avion). Navigateur: Lt. PLUCHART. Bombardier: Lt PERSEVAL. Radio: Sgt. MOUREY. Mécanicien: Sgt/C. CARAYOL. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C. GARDIOL. Mitrailleur-arrière: Adjt/C. POTET.

PERSEVAL

MISSION DE GUERRE

du

Lieutenant René PERSEVAL

Juillet 1944.

- 18/07/1944 - Objectif: (Sannerville)  Halifax III - H7 "O" NA556 - Equipage - Pilote: Cne BROHON (Cdt d'avion) Navigateur: MUNIER, Bombardier: Lt PERSEVAL, Radio: Sgt MOUREY, Mécanicien: Sgt/C CARRAYOL, Mitrailleur-supérieur: Sgt/C GARDIOL, Mitrailleur-arrière: Adjt/C POTET. Nombre d'avions engagés par chaque groupe, Guyenne 12 avions, Tunisie 7 avions. Total des avions engagés dans la mission, 942 avions. Bombardement de Sannerville. Mission de guerre.

- 23/07/1944 - Objectif: (Les Hauts-Buissons) Halifax III - H7 "O" NA556 - Même équipage - Nombre d'avions engagés par chaque groupe, Guyenne 9 avions, Tunisie 10 avions. Total des avions engagés dans la mission 116 avions. Bombardement des Hauts-Buissons. Mission de guerre.

Aout 1944.

-1/08/1944 - Objectif: (Noyelles en Chaussée) Halifax III - H7 "O" NA556 - Equipage - Pilote: Cne BROHON (Cdt d'avion) Navigateur: Cne PLUCHARD, Bombardier: Lt PERSEVAL, Radio: Sgt MOUREY, Mécanicien: Sgt/C CARRAYOL, Mitrailleur-supérieur: Sgt/C GARDIOL, Mitrailleur-arrière: Adjt/C POTET. Nombre d'avions engagés par chaque groupe, Guyenne 11 avions. Tunisie 10 avions. Total des avions engagés dans la mission 777 avions. Bombardement de Noyelles en Chaussée. Mission de guerre.

- 3/08/1944 - Objectif: (Forêt de Nieppe) Halifax III - H7 "O" NA556 - Même équipage - Nombre d'avions engagés par chaque groupe, Guyenne 11 avions, Tunisie 9 avions. Total des avions engagés dans la mission 281 avions. Bombardement de la forêt de Nieppe. Mission de guerre.

- 5/08/1944 - Objectif: (Forêt de Nieppe) Halifax III - H7 "O" NA556 - Même équipage - Nombre d'avions engagés par chaque groupe, Guyenne 14 avions, Tunisie 17 avions. Total des avions engagés dans la mission 742 avions. Bombardement de la Forêt de Nieppe. Mission de guerre.

- 7/08/1944 - Objectif: (May-sur-Orne) Halifax III - H7 "O" NA556 - Même équipage - Nombre d'avions engagés par chaque groupe, Guyenne 13 avions, Tunisie 11 avions. Total des avions engagés dans la mission 1019 avions. Bombardement de May-sur-Orne. Mission de guerre.

- 25/08/1944 - Objectif: (Watten) Halifax III - H7 "O" NA556 - Même équipage - Nombre d'avions engagés par chaque groupe, Guyenne 14 avions, Tunisie 16 avions. Total des avions engagés dans la mission 161 avions. Bombardement de la forêt de Watten. Mission de guerre.

Septembre 1944.

- 3/09/1944 - Objectif: (Venloo) Halifax III - H7 "O" NA556 - Même équipage - Nombre d'avions engagés par chaque groupe, Guyenne 13 avions, Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 675 avions. 5 Français tués dans la mission. Bombardement de Venloo (Aéroport). Mission de guerre.

- 11/09/1944 - Objectif: (Gelsenkirchen) Halifax III - H7 "O" NA556 - Même équipage - Nombre d'avions engagés par chaque groupe, Guyenne 11 avions, Tunisie 9 avions. Total des avions engagés dans la mission 379 avions. 7 Français tués dans la mission. Bombardement de Gelsenkirchen. Mission de guerre.

- 15/09/1944 - Objectif: (Kiel) Halifax III - H7 "O" NA556 - Même équipage - Nombre d'avions engagés par chaque groupe, Guyenne 7 avions. Total des avions engagés dans la mission 490 avions. Bombardement de Kiel. Mission de guerre.

Octobre 1944.

- 6/10/1944 - Objectif: (Sholven) Halifax III - H7 "O" NA556 - Même équipage - Nombre d'avions engagés par chaque groupe, Guyenne 15 avions, Tunisie 13 avions. Total des avions engagés dans la mission 320 avions. Bombardement de Sholven (Ruhr). Mission de guerre.

- 9/10/1944 - Objectif: (Bochum) Halifax III - H7 "O" NA556 - Même équipage - Nombre d'avions engagés par chaque groupe, Guyenne 10 avions, Tunisie 11 avions. Total des avions engagés dans la mission 435 avions. Bombardement de Bochum. Mission de guerre.

- 14/10/1944 - Objectif: (Duisburg) Halifax III - H7 "P" MZ738 - Même équipage - Nombre d'avions engagés par chaque groupe, Guyenne 15 avions, Tunisie 15 avions. Total des avions engagés dans la mission 1013 avions. Bombardement de Duisburg. Mission de guerre.

- 15/10/1944 - Objectif: (Wilhelmshafen) Halifax III - H7 "O" NA556 - Même équipage plus le Cdt de VULPILLIERE. Nombre d'avions engagés par chaque groupe, Guyenne 7 avions, Tunisie 6 avions. Total des avions engagés dans la mission 506 avions. Bombardement de Wilhelmshaven. Mission de guerre.

- 25/10/1944 - Objectif: (Essen) Halifax III - H7 "O" NA556 - Même équipage - Nombre d'avions engagés par chaque groupe, Guyenne 15 avions, Tunisie 14 avions. Total des avions engagés dans la mission 771 avions. Bombardement de Essen. Mission de guerre.

- 28/10/1944 - Objectif: (Cologne) Halifax III - H7 "O" NA556 - Même équipage - Nombre d'avions engagés par chaque groupe, Guyenne 13 avions, Tunisie 15 avions. Total des avions engagés dans la mission 733 avions. Bombardement de Cologne. Mission de guerre.

- 31/10/1944 - Objectif: (Cologne) Halifax III - H7 "O" NA556 - Même équipage plus le Cne LOEW. Nombre d'avions engagés par chaque groupe, Guyenne 7 avions, Tunisie 7 avions. Total des avions engagés dans la mission 493 avions. Bombardement de Cologne. Mission de guerre.

Novembre 1944.

- 4/11/1944 - Objectif: (Bochum) Halifax III - H7 "O" NA556 - Même équipage - Nombre d'avions engagés par chaque groupe, Guyenne 16 avions, Tunisie 11 avions. Total des avions engagés dans la mission 749 avions.  23 Français tués dans la mission. Bombardement de Bochum. Mission de guerre.

Janvier 1945.

- 13/01/1945 - Objectif: (Sarrebrück) Halifax III - H7 "J" NA166 - Equipage - Pilote: LOURDAUX Louis, Navigateur: Lt PONCET Gilbert, Bombardier: PERSEVAL René, Radio: BERNASCONI Joseph, Mécanicien: Sgt HAUTCOEUR François, Mitrailleur-supérieur: DESPLACES André, Mitrailleur-arrière: Sgt BRUNET Georges. Nombre d'avions engagés par chaque groupe, Guyenne 15 avions, Tunisie 13 avions. Total des avions engagés dans la mission 274 avions. 3 Français tués dans la mission. Bombardement de Sarrebrück. Mission de guerre.

- 14/01/1945 - Objectif: (Dülmen) Halifax III - H7 "O" MZ488 - Même équipage - Nombre d'avions engagés par chaque  groupe, Guyenne 15 avions , Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 115 avions. Bombardement de Dülmen (Ruhr). Mission de guerre.

- 22/01/1945 - Objectif: (Gelsenkirchen) Halifax III - H7 " MZ488 - Même équipage - Nombre d'avions engagés par chaque groupe, Guyenne 13 avions, Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 152 avions. Bombardement de Gelsenkirchen. Mission de guerre.

- 28/01/1945 - Objectif: (Stuttgart) Halifax III - H7 "N" MZ490 - Equipage Cdt BARRAT (BROHON) plus Cdt PUGET. Nombre d'avions engagés par chaque groupe, Guyenne 14 avions, Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 602 avions. Bombardement de Stuttgart. Mission de guerre.

Février 1945.

- 1/02/1945 - Objectif: (Mayence) Halifax III - H7 "O" MZ448 - Même équipage plus Col. BAILLY. Nombre d'avions engagés par chaque groupe, Guyenne 6 avions, Tunisie 5 avions. Total des avions engagés dans la mission 340 avions. Bombardement de Mayence. Mission de guerre.

- 4/02/1945 - Objectif: (Bonn - Rhénanie) Halifax III - H7 "V" NA547 - Equipage - Pilote: Lt GUIOMAR  Jean, Navigateur: Cne MEMIN Henri (Cdt d'avion) Bombardier: Lt PERSEVAL René, Radio: S/Lt BAZIMON Georges, Mécanicien: Sgt VAN PARYS Fernand, Mitrailleur-supérieur: Sgt DERUY Pierre, Mitrailleur-arrière: QUENTIN Louis. Nombre d'avions engagés par chaque groupe, Guyenne 6 avions, Tunisie 7 avions. Total des avions engagés dans la mission 238 avions. Bombardement: Early return Jettison in Channel. Mission de guerre.

- 7/02/1945 - Objectif: (Goch) Halifax III - H7 "V" NA547 - Nouvel équipage - Pilote: Cdt PUGET André(Cdt d'avion) Navigateur: Lt PLUCHART , Bombardier: PERSEVAL René, Radio: Sgt MOUREY Marcel, Mécanicien: Sgt/C CARAYOL Guy, Mitrailleur-supérieur: Sgt/C GARDIOL Max, Mitrailleur-arrière: Adjt/C POTET Claude. Nombre d'avions engagés par chaque groupe, Guyenne 13 avions, Tunisie 14 avions. Total des avions engagés dans la mission 464 avions. 9 Français tués dans la mission. Bombardement de Goch (Rhénanie). Mission de guerre.

- 14/02/1945 - Objectif: (Chemnitz) Halifax III - H7 "O" MZ488 - Même équipage - Nombre d'avions engagés par chaque groupe, Guyenne 10 avions, Tunisie 5 avions. Total des avions engagés dans la mission 717 avions. Bombardement de Chemnitz (Silesie). Mission de guerre.

Mars 1945.

- 11/03/1945 - Objectif: (Essen) Halifax III - H7 "O" MZ488 - Même équipage - Nombre d'avions engagés par chaque groupe, Guyenne 13 avions, Tunisie 11 avions. Total des avions engagés dans la mission 1079 avions. Bombardement d'Essen. Mission de guerre.

- 12/03/1945 - Objectif: (Dortmund) Halifax III H7 "V" MZ830 - Même équipage - Nombre d'avions engagés par chaque groupe, Guyenne 15 avions, Tunisie 9 avions. Total des avions engagés dans la mission 1108 avions. Bombardement de Dortmund. Mission de guerre.

- 14/03/1945 - Objectif: (Homburg) Halifax III H7 "C" PN170 - Même équipage - Nombre d'avions engagés par chaque groupe, Guyenne 8 avions, Tunisie 9 avions. Total des avions engagés dans la mission 161 avions. 8 Français tués dans la mission. Bombardement de Homburg. Mission de guerre.

- 18/03/1945 - Objectif: (Witten) Halifax III H7 "N" MZ490 - Même équipage - Nombre d'avions engagés par chaque groupe, Guyenne 9 avions, Tunisie 9 avions. Total des avions engagés dans la mission 324 avions. 6 Français tués dans la mission. Bombardement de Witten (Rhur). Mission de guerre.

- 22/03/1945 - Objectif: (Dülmen) Halifax III H7 "B" PN365 - Même équipage - Nombre d'avions engagés par chaque groupe, Guyenne 8 avions, Tunisie 9 avions. Total des avions engagés dans la mission 130 avions. Bombardement de Dülmen. Mission de guerre.

24/03/1945 - Objectif: (Sterkrade) Halifax III H7 "B" PN365 - Même équipage - Nombre d'avions engagés par chaque groupe, Guyenne 9 avions, Tunisie 10 avions. Total des avions engagés dans la mission 177 avions. Bombardement de Sterkrade. Mission de guerre.

7 missions de guerre sur la France, 25 missions de guerre sur l'Allemagne.

Total: 32 missions de guerre.

(collection: Svetlana PERSEVAL)

___________________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE GOEPFERT

mes_images160

Pilote: Cpt. GOEPFERT. (Cdt. de l'avion). Navigateur: Cpt. AUBERT. Bombardier: Adjt. TOLU. Radio: Adjt. SPRAUEL. Mécanicien: Adjt/C. BONHOMME. Mitrailleur-supérieur: Sgt. LEROY. Mitrailleur-arrière: Sgt. LAFON.

img345

Le 5 avril 1945 à Elvington.

Au premier rang:

Radio: Adjt SPRAUEL, Mitrailleur-arrière: Sgt LAFON, Mitrailleur-supérieur: Sgt LEROY, Mécanicien: Adjt/C BONHOMME.

Debout:

Pilote: Cpt GOEPFERT (Cdt d'avion) Bombardier: Adjt/C TOLU, Navigateur: Cpt AUBERT.

__________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT JOUMAS

le v du guyenne n'est pas rentré version 6


equipage_fant_me_sur_ancienne_aire_de_stationnement_d_Elvington_8

L'équipage du Lt Edouard JOUMAS enfin réuni grâce aux recherches (presque 2 ans de recherche) de Jacques GAZEL et Jean-Michel GRAVAUD, en attendant la véritable photo d'équipage.

"Jean-Michel GRAVAUD a recueilli auprès de monsieur Camille COQUOT (mitrailleur-supérieur dans l'équipage du Lt BECAM) lors de l'Assemblée générale des Groupes Lourds la photo qui manquait pour la reconstitution des visages de l'équipage du Lt Edouard JOUMAS. Celle-ci tenait fort à coeur à Jacques GAZEL son partenaire dans le travail de mémoire sur cet équipage car c'était le meilleur ami d'enfance de son père. Cependant la quête de la photo "officielle" de l'équipage continue pour eux".

img200

Pilote: S/Lt. Pierre BAYLE. Navigateur: Lt. Edouard JOUMAS. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Sgt/C. Georges DUGNAT. Radio: Sgt. Guy BOURREAU. Mécanicien: Sgt. Etienne BARDE. Mitrailleur-supérieur: Sgt. Louis MARTROU. Mitrailleur-arrière: Sgt. André ESQUILLAT.

21/22.02.1945 - Objectif: WORMS (PALATINAT)

Nombre d'avions engagés par chaque groupes:

"GUYENNE" 14 avions.

"TUNISIE" 9 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 349 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 14 tués.

Le HALIFAX du Sous-Lieutenant Edouard JOUMAS dont l'équipage effectue sa 9e mission est abattu à 30 km au sud-ouest de BAD-KREUZNACH. Tous les membres de l'équipage sont tués et ont été inhumés au cimetière de LÖLLBACH.

L_llbach_vue_a_rienne_google

Voici le lieu ou l'avion s'est écrasé entre Löllbach et Hoppstädten 

img052

Rapport du Bombardier BAL sur la mission de WORMS équipage du Capitaine VEAUVY.

(collection: Bernard BAL)

Photo_tombe_Guy_Bourreau

La tombe de l'équipage, photo prise à Strasbourg, on aperçoit sur la plaque les deux photos qui représentent le Sergent Guy BOURREAU et le pilote le Sous-lieutenant Pierre BAYLE.

img715

Le cercueil du Sergent Guy BOURREAU à LÖLLBACH en 1946, accompagné par des Officiers Français.

(collection: Jean-Michel GRAVAUD)

img717

Sergent Guy BOURREAU

img716

MEDAILLE MILITAIRE

Par décret du 11 Juillet 1947 est décoré de la "MEDAILLE MILITAIRE" ATITRE POSTHUME"

BOURREAU Guy,Jean - Sergent

Groupe de Bombardement: 2/23 "GUYENNE"

"Sous-officier Radio d'un très bon équipage de bombardement qui engagé aux côtés du Bomber Command dans la lutte menée contre l'Allemagne vient de prendre part à des attaques sur les objectifs les plus lointains et les plus défendus de l'Allemagne; plein d'allant et d'audace; c'est par un effort toujours soutenu et un travail des plus obscurs qu'il a grandement participé à la réussite de nombreux bombardements effectués par son équipage et dont la précision remarquable a été controlée par photo aérienne."

" A trouvé la mort le 21 Février 1945 participant à un raid très important sur un objectif puissamment défendu par une D.C.A. intense et une chasse ennemi très agressive."

La présente nomination comporte l'attribution de la Croix de GUERRE avec palme.

Paris, le 11 Juillet 1947

Signé V.AURIOL

img501

Remise a titre posthume en 1948 des décorations du Sgt Guy BOURREAU a sa maman Madame GRAVAUD veuve BOURREAU à Bordeaux.

groupes_lourds

medaille

(collection: Jean-Michel GRAVAUD)

img511

Permis de conduire provisoire du Sergent Guy BOURREAU qui lui a été attribué à Elvington la veille de sa mort.

(collection: Jean-Michel GRAVAUD)

CITATIONS

Sur la proposition du ministère de l'Air,le Président du Gouvernement provisoire de la République Française,Chef des armées, cite:

A l'ordre de l'armée aérienne.

mes_images

img025

 Mitrailleur-arrière: Sgt. André ESQUILAT.

111

(collection: Jean-Michel GRAVAUD)

112

(collection: Jean-Michel GAVRAUD)

___________________________

BOURREAU (Guy-Jean), sergent du groupe de bombardement 2/23 'GUYENNE": sous-officier radio d'un très bon équipage de bombardement qui, engagé aux côtés du Bomber Command dans la lutte menée contre l'Allemagne, vient de prendre part à des attaques sur les objectifs les plus lointains et les plus défendus de l'Allemagne. Plein d'allant et d'audace, c'est par un effort toujours soutenu et un travail des plus obscurs qu'il a grandement participé à la réussite de nombreux bombardements effectués par son équipage et dont la précision remarquable a été contrôlée par photographie aérienne. Le 21 février 1945, participant à un raid très important sur un objectif puissamment défendu par une D.C.A. intense et une chasse ennemie très agressive, a disparu avec son équipage.

img212

Radio: Sgt. Guy BOURREAU.

(collection: Jean-michel GRAVAUD)

_______________________________________

BARDE (Etienne-François-Joseph), sergent, du groupe de bombardement 2/23 "Gyuenne": Sous-officier mécanicien d'un très bon équipage de bombardement qui, engagé aux côtés du Bomber Command dans la lutte  menée contre l'Allemagne, vient de prendre part à des attaques sur des objectifs lointains et puissamment défendus d'Allemagne. Par son travail rigoureux et une vigilance dont il ne s'est jamais départi, notamment le 14 février 1945, au cours d'une attaque en Saxe, a permis à son équipage d'effectuer dans les meilleures conditions des bombardements de très grande précision, controlée par photographie aérienne. Le 21 février 1945, participant à un raid très important sur un objectif puissamment défendu par une D.C.A. intense et une chasse ennemie très agressive. A disparu avec son équipage.

 

barde_en_

Mécanicien: Sgt. Etienne BARDE.

________________________________________

SERVICES ET MUTATIONS

Martrou__tats_de_services

(collection: Jacques GAZEL)

MARTROU (Louis-Charles), sergent, du groupe de bombardement 2/23 "GUYENNE": Sous-officier mitrailleur supérieur d'un très bon équipage de bombardement qui, engagé aux côtés du bomber command dans la lutte menée contre l'Allemagne, vient de prendre part à des attaques sur des objectifs lointains et défendus de l'Allemagne. Plein d'allant et d'audace, a fait preuve de belles qualités de courage et de sang-froid et a grandement participé à la réussite de nombreux bombardement effectués par son équipage et dont la précision remarquable a été contrôlée par photographie aérienne. Le 21 février 1945, participant à un raid très important sur un objectif puissamment défendu par une D.C.A. intense et une chasse ennemie très agressive, a disparu avec son équipage.

img565

(collection: Famille MARTROU)

Louis_Martrou

Mitrailleur-supérieur: Sgt. Louis MARTROU.

(collection: S.H.D)

___________________________________________

georges_dugnat

DUGNAT (Georges-Benoit), Sergent-chef, du groupe de bombardement 2/23 "Guyenne": sous-officier bombardier d'un très bon équipage de bombardement qui, engagé aux côtés du Bomber Command dans la lutte menée contre l'Allemagne. Vient de prendre part à des attaques sur des objectifs lointains et puissamment défendus d'Allemagne. C'est avec calme et sang-froid qu'en toutes circonstances il a fait preuve de qualités professionnelles remarquables et a obtenu des très bons résultats contrôlés par photographie aérienne. Le 21 février 1945, participant à un raid très important sur un objectif puissamment défendu par une D.C.A. intense et une chasse ennemie très agressive, a disparu avec son équipage.

 

Georges_Dugnat

Bombardier: Sgt/C. Georges DUGNAT.

(collection: S.H.D.)

georges_dugnat_006

georges_dugnat_005

(collection: Véronique BROSSEL)

___________________________________

 

Bayle_Pierre_Albert

 

BAYLE Pierre-Albert, sous-lieutenant du groupe de bombardement 2/23 "Guyenne": officier pilote d'un très bon équipage de bombardement qui, engagé aux côtés du Bomber Command dans la lutte menée contre l'Allemagne, a pris part à des attaques sur des objectifs lointains et puissamment défendus d'Allemagne. A attaqué notamment le 14 février un important objectif de la Saxe en aide directe aux troupes soviètiques opérant dans ce secteur. Animé des plus belles qualités d'allant et d'enthousiasme, a donné les preuves de sa maîtrise de soi et de son sang-froid. Le 21 février 1945, participant à un raid très important sur un objectif puissamment défendu par une D.C.A. intense et une chasse ennemie très agressive, a disparu avec son équipage.

 

Pierre_Bayle

Pilote: S/Lt. Pierre BAYLE.

(collection: S.H.D.)

_______________________________________

JOUMAS (Edouard-Georges), lieutenant du groupe de bombardement 2/23 "GUYENNE": officier navigateur commandant d'avion animé des plus hautes qualités d'allant, de courage et de sang-froid, a montré au cours des missions qui lui ont été confiées dans le cadre du Bomber Command, une ardeur exceptionnelle à participer au combat. Esprit parfaitement adapté aux méthodes de navigation aérienne, a donné les preuves, durant des missions lointaines, notamment le 14 février 1945, en attaquant un important objectif de Saxe, de rares qualités, inspirant la plus haute confiance à tout son équipage. Le 21 février 1945, participant à un raid très important sur un objectif puissamment défendu par une D.C.A. intense et une chasse ennemie très agressive a disparu avec son équipage.

Lt_Joumas

EdouardJoumas1

Edouard_Joumas

Navigateur: Lt. Edouard JOUMAS (Cdt. de l'avion).

(collection S.H.D.)

Ces citations comportent l'attribution de la croix de guerre avec palme.

Fait à Paris, le 10 juillet 1945

C. de GAULLE.

(journal officiel du 9 janvier 1946.)

necropole_cronenbourg__6_

(collection: Jacques GAZEL)

necropole_cronenbourg__9_

(collection: Jacques GAZEL)

necropole_cronenbourg__3_

(collection: Jacques GAZEL)

Nécropole Nationale de Strasbourg-Cronenbourg.

Site sur l'équipage du Halifax NA 547

http://equipagena547-v.jimdo.com

__________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE BORNECQUE

mes_images325

De gauche a droite a partir du haut:

Lt. DELRIEU, Cpt. BORNECQUE, Lt. LAFOND, Sgt/C. HEYVANG, Sgt SANSON, Sgt/C. LEBEDEL, Sgt. CHEYMOL.

L'équipage en tenue de travail.

(source: FEU DU CIEL-FEU VENGEUR de Pierre-Celestin DELRIEU.)

mes_images320

Pilote: Cpt. Jacques BORNECQUE. (Cdt de l'avion). Navigateur: Lt. LAFOND. Bombardier: Lt. DELRIEU. Radio: Sgt/C. LEBEDEL. Mécanicien: Sgt/C. HEYVANG  Mitrailleur-supérieur: Sgt. CHEYNAL. Mitrailleur-arrière: Sgt. SANSON.

http://www.bibert.fr/Joseph_Bibert_fichiers/Delrieu.htm

_____________________________________________________________

EQUIPAGE DU COMMANDANT MARTIN

Photo_010_1_

(collection: Famille MARTIN)

de gauche à droite à partir de la gauche.

Radio: Sgt André GUILLOU, Navigateur: Lt GUEYDON, Bombardier: Lt Jacques LAUTOUR, Pilote: Cdt Roger MARTIN (Cdt de l'avion), Mécanicien: Sgt/C VIDAL, Mitrailleur-supérieur: Sgt GALLET, Mitrailleur-arrière: Sgt FEGER.

img924

(collection: Famille MARTIN)

De gauche à droite sur la photo:

Mécanicien: Sgt/C VIDAL, Radio: Sgt André GUILLOU, Navigateur: Lt GUEYDON, Pilote: Cdt Roger MARTIN, (Cdt de l'avion) Mitrailleur-supérieur: Sgt GALLET, Bombardier: Lt Jacques LAUTOUR, Mitrailleur-arrière: Sgt FEGER.

Les quatre Mécaniciens au sol.

Deuxième en partant de la gauche Caporal Jean CHERRIER.

CITATIONS

img046

Citation de l'équipage.

(collection: Famille MARTIN)

img925

(collection: Famille MARTIN)

img926

Commandant: Roger MARTIN.

Roger MARTIN.

19.06.1910 - 11.12.2008

Informations se basant sur les carnets individuels

des services aériens.

Classe de recrutement: 1930 - N° matricule IA X03454.

Officier d'active en service de 1928 à 1961.

Armée de l'air: pilote - Commandant de bord.

BREVETS

- brevet de pilote d'avion N° 27707 du 5 novembre 1939,

- brevet d'observateur en avion N° 3576 du 30 septembre 1937,

- brevet de commandant d'avion N°244 du 15 juin 1942 (provisoire),

- brevet de commandant d'avion N°305 du 28.02.1944 (jour et nuit),

- breveté officier de renseignement stage inter-allié d'Alger (intelligence-officier).

Parti de Marseille le 30.09.1934 pour arriver en Tunisie à AÏN DRAHAM le 1.10.1934. Sur sa demande il sera affecté à l'école de l'Air du camp d'Arvor pour suivre un stage de formation d'observateur en avion. Affecté comme observateur d'avion au G.A. (groupe-d'artillerie) régional n°586 à Tunis le 02.10.1937, rejoint le corps du 8e R.T.T. (Régiment de Tirailleurs Tunisiens) à Bizerte le 01.01.1939. Stage d'entraînement d'officiers brevetés en avion (observateur) en 1939 au Groupe Aérien d'observation (G.A.O.) 157 El Aouina (Tunis-Carthage) puis Gabès G.A.O. 590.

GUERRE 1939/1945:

Arrive au bataillon de l'air le 03.09.1939 au G.A.O. de Gabès. Stage - Ecole de pilotage Morane-Saulnier de Melun à Villaroche, breveté pilote sous le numéro 27 707 le 17.08.1939. Ecole de pilotage Maurane Saulnier de Meudon Villaroche (Moissy Cramayel) le 17.08.1939. Ecole de pilotage de Meknès (B.A.206) le 07.01.1940. Le 16.06.1940 n'a pas rejoint le C.I. de Châteauroux. Détaché à la Base Aérienne de Casablanca le 16.06.1940, adjoint comme capitaine au Colonel commandant la Base.

Affecté au groupe 2/32 Agadir, commandant d'escadrille le 07.09.1940. Fait mouvement avec son unité sur Ben Guerir (72 km de Marrakech) par voie des airs, 10.11.1942. Fait mouvement avec son unité sur Oued Zem (province de Khourigba) par voie des airs, 10.11.1942. Fait mouvement avec son unité sur Agadir par voie des airs, 12.11.1942. Le groupe de bombardement (G.B.) 2/32 est dissous le 31.12.1942. Arrivé et présent au groupe 1/32 le 14.01.1943, en qualité de commandant la 1ère escadrille O.M. 431/SPM/2/AFN.

Rejoint Casablanca le 15.01.1943 puis Khouribga (120 km au sud de Casablanca) puis Meknès le 18.05.1943. Quitte le commandement de la 1ère escadrille du G.B. 1/32 le 20.09.1943. Stage d'officier de renseignement le 03.10.1943, breveté "Intelligence Service", affecté au groupe Ecole n°10 à Kasba-Tadla (ville au centre du Maroc). Rejoint l'école d'application des équipages de Marrakech (stage Lancaster n°8) le 27.11.1943.

img972

P.& O. STRATHMORE.

GRANDE-BRETAGNE

Désigné par la Grande-Bretagne. Rejoint Baraki (12 km d'Alger) par voie aérienne (à partir de Marrakech).

Capitaine embarqué sur le SS. Strathmore le 29.01.1944 pour la Grande-Bretagne, il débarquera le 12.02.1944 à Liverpool d'où il sera dirigé vers le camp de West-Kirby (Chester).Puis à Londres le 21.02.1944 pour une visite P.N. (personnel navigant).

Après des stages à Long Newton et à Babdown Farm (Gloucester) il rejoint avec son équipage la "Aircrew Training School, R.A.F. station" à Acaster Malbis (York).

En octobre 1944 il se rend à Elvington (Yorkshire) avec son équipage pour être affecté au groupe de bombardement lourd du Squadron 346 Groupe 2/23 "Guyenne". Il deviendra commandant de la 4ème escadrille du Flight B. 346 Squadron le 06.02.1945.

Les membres de son équipage varient selon les vols mais les plus souvent cités sont:

les navigateurs: Lt FLURIN, Lt Edouard JOUMAS, Lt GUEYDON.

le mécanicien: Sgt/C VIDAL.

les radios: Sgt André GUILLOU, Sgt Guy BOURREAU.

les mitrailleurs: Sgt FEGER, Sgt GALLET, Sgt Louis MARTROU, Sgt André ESQUILAT.

les bombardiers: Lt Jacques LAUTOUR, Sgt/C PUGNAT.

Le 25.12.1944, le Capitaine Roger MARTIN est nommé commandant. En octobre 1945, il quitte Elvington alors qu'il a effectué 24 missions totalisent ainsi 155.30 heures de vols de guerre dont 81.05 heures en vol de nuit.

Lui-même et ses membres d'équipages obtiendront des citations (voir copies). L'attribution de la Croix de Guerre avec étoile de bronze et étoile d'argent lui donnera le droit de porter la fourragère aux couleurs de la Croix de Guerre.

Il sera nommé Chevalier de l'Ordre National de la Légion d'Honneur le 20.08.1945.

(source: Famille MARTIN)

img927

(collection: Famille MARTIN)

img928

Prise d'armes à Elvington pour la victoire. Les détachements français en carré.

(collection: Famille MARTIN)

img929

(collection: Famille MARTIN)

img933

(collection: Famille MARTIN)

img941

mes_images

Radio: Sgt. André GUILLOU.

img942

mes_images

Bombardier: Lt. Jacques LAUTOUR.

____________________________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE NOTTELLE

mes_images173

(collection: nuits de feu sur l'Allemagne: Louis BOURGAIN)

de gauche a droite:

Pilote: Cpt. Paul NOTTELLE. (Cdt. de l'avion). Radio: Sgt. SANTONI.  Mitrailleur-supérieur: Sgt. NERI. Bombardier: Lt. FLOUS. Navigateur: Lt. MARTIN. Mitrailleur-arrière: Sgt. Lucien MALLIA. Mécanicien: Lt. BOISSY. qui,probablement,devait prendre la photo,est absent.

A remarquer que les differents membres de l'équipage n'ont pas le même équipement(Mae West, parachute,calot,casquette ou même béret)

 

31591250

 

 

A gauche le Sgt. André. DESPLACES Mitrailleur-supérieur:Equipage du Lt. PONCET.A droite le Sgt. Lucien MALLIA Mitrailleur-arrière: Equipage du Cpt. NOTTELLE.

  Au 20e anniversaires de la stèle des Groupes Lourds Français "GUYENNE"et "TUNISIE" a Grandcamp-Maisy. 28 Mai 2008

 

40389520

Ducastelle Philippe, André DESPLACES.

Grandcamp-Maisy 2 juin2009

Mémorial des Groupes Lourds "GUYENNE"et"TUNISIE"

65iéme Anniversaire du Débarquement

CITATIONS

mes_images

Nuit du 3/4.03.1945.

Cette nuit appelé par les Britanniques " Nuit des INTRUDERS"et par les Allemands "Opération GISELA" est marquée par la perte de 3 avions des groupes Français Lourds. Signalons que les intruders sont ces chasseurs de nuit allemands qui accompagnaient le flot des bombardiers lors de leur retour vers les bases Anglaises et les attaquaient au moment ou ils étaient les plus vulnérables, c'est -à-dire au cours de l'approche et de l'atterrissage.

Ils étaient équipés de mitrailleuses lourdes tirant dans l'axe et de canons tirant à la verticale. Ils se présentaient généralement par-dessous dans la zone ou le HALIFAX, qui ne possédait pas de tourelle inférieure, était aveugle. Ils pouvaient alors attaquer le bombardier à très faible distance. C'est de cette manière que 20 avions ont été abattus au cours de cette nuit, parmi lesquels les 3 équipages français ci-après. Équipage du Cpt NOTTELLE, Équipage du S/Lt TERRIEN, Équipage du Lt LAUCOU.

3/4 .3. 1945 Objectif: KAMEN

Nombre d'avions engagés par chaque groupe:

"GUYENNE" 13 avions

"TUNISIE" 13 avions

Total des avions engagés dans la mission: 234 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 3 tués

Au retour d'une mission sur KAMEN. Le Capitaine NOTTELLE attaqué à base altitude décide de procéder à un atterrissage en campagne. Des débris épars de l'avion,sortent les 7 membres de l'équipage, 6 sont miraculeusement indemnes, seul le pilote est grièvement blessé.

Au groupe GUYENNE, le "D" du Capitaine NOTTELLE, venu au-dessus d'ELVINGTON vers 0h 30. va se poser à CROFT, le terrain de diversion prévu. A2h.30. il fait son tour de piste, sort les roues, prend sa piste, lorsqu'un chasseur, qui tournait derrière lui, l'attaque.Le "D" prend feu, dans l'aile droite. Le Capitaine NOTTELLE continue à descendre, est trop long, atterrit dans un bois. Sous le choc l'aile en feu se détache, et le fuselage continue quelques mètres, séparé du foyer: cela sauve la vie de l'équipage, qui a le temps d'évacuer;mais le pilote est blessé et évanoui: sous le choc, sa tête a heurté la carlingue; ses camarades sortent le Capitaine NOTTELLE, pendant que tout l'avion devient la proie des flammes.

MES_IMAGES

(source: nuits de feu sur l'Allemagne: Louis BOURGAIN)

5 mars 1945. Les restes du HALIFAX du Capitaine NOTTELLE

COMPTE RENDU D'OPERATION

Concernant la destruction d'un quadrimoteur le 4/3/1945 à 22h11 au-dessus d'un Aérodrome britannique à 10 kilomètres au sud de DARLINGTON par GUNTHER SCHMIDT.

MES_IMAGES

Le bimoteur JUNKERS 88 a une grande part dans les succés des forces aériennes allemandes

Le 3 mars 1945, je décollai à 23 heures 43 à bord d'un JU 88 pour une mission de nuit au-dessus du territoire britannique. La côte anglaise fut franchie à 1 heure 50. A deux heures le radio, en même temps qu'il apercevait les fusées de signalisation, distingua en-dessous de nous un avion que tout l'équipage identifia comme étant un quadrimoteur à double empennage. Mon altitude était de 200mètres, celle de l'avion ennemi de 800mètres. Je manoeuvrai pour l'approcher. Et de dessous, à 2heures 05, je lui envoyai une première rafale, à une distance comprise entre 150 mètres, tandis qu'il se dirigeait vers l'axe d'atterrissage, à l'intérieur du circuit à l'altitude de 300 mètres. Des coups au but furent observés sous l'aile gauche dont quelques morceaux se détachèrent. L'avion vira à gauche.

La deuxième attaque fut exécutée de l'arrière à une certaine distance. La tourelle arrière et le fuselage furent touchés avec un début d'incendie dans le fuselage et des flammes rouge sombre.La troisième attaque vint de l'arrière également à environ 150 mètres et frappa de nouveau le fuselage et l'aile gauche. Presque immédiatement après, l'avion heurta le sol et explosa au sud de l'aérodrome, à l'intérieur du circuit.

Je pus observer l'avion ennemi jusqu'à son arrivée au sol.Il n'eut aucune réaction. L'aérodrome au-dessus duquel nous étions se situe à 10 kilomètres au sud de la ville de DARLINGTON. Ses lettres d'identification matérialisées par des lampes blanches à gauche du balisage étaient CR.

Ce récit permet d'identifier en toute certitude que l'avion abattu par le Feldwebel SCHMIDT est bien celui du Capitaine Paul NOTTELLE.

______________________________

LA BASE AERIENNE D'INNSBRUCK

 

EST L'OEUVRE DES FRANCAIS

 

UN REPORTAGE DE MARGUETTE BOUVIER

Il y a un an, l'endroit où nous sommes était un champ de choux, me déclare le lieutenant CARESTAN, mon voisin de table au mess des officiers de la base aérienne d'Innsbruck.

" Le champ de choux " est devenu, sous l'impultion du capitaine Paul NOTTELLE, l'aérodrome relais sur le trajet régulier Paris-Vienne, où se posent les Beech-craft du service tri-hebdomadaire, et le port d'attache du Siebel particulier du général BETHOUART.

 

img887

Le général BETHOUARD suivi de son adjoint le général MOLLE descendent d'avion sur le terrain d'Innsbruck.

Avant la guerre Innsbruck ne possédait juste qu'un petit terrain pour appareils privés, à Reichenau, au delà de la ville.

A l'endroit actuel de la base créée par les Français, les Allemands avaient juste jalonné une bande de secours, pas entretenue, qui ne servait qu'en cas d'accident.

Les premiers éléments français sont arrivés ici le 5 août 1945, enchaîne le commandant MORGAN, vhef de la base... et maintenant, vous voyez.

En effet, je vois... l'oeuvre du capitaine NOTTELLE: cinq hangars, un atelier de réparations, une station météo, une série de baraques toutes plus coquettement décorées les unes que les autres. Celle du mess des officiers est particulièrement réussie. Le capitaine BOUTILLON officier mécanicien, est décorateur né.

Il a tout fait: décoré la salle, déssiné les meubles et découvert, dans un pays où il ne reste plus rien, car l'Autriche est vraiment démunie de tout, des chintz ravissants pour les rideaux et couvrir les sièges. BOUTILLON fut, pour le mess, architecte, peintre et même pastelliste à ses heures. Il est l'auteur de la confortable cheminée en briques qui illumine la pièce d'un grand feu de bois, l'auteur du bar aux éclairages variés. Avec ingéniosité, il a utilisé les piliers qui soutiennent la toiture comme lampadaires, leur donnant une raison d'être décorative. Aucune difficulté ne l'a arrêté. Et quand il ne sait que mettre dans un grand panneau vide, il éxécute vite un pastel représentant des fleurs ou des avions, avec des couleurs pimpantes qui égaient tout l'ensemble. Le capitaine BOUTILLON fait honneur au goût français.

Son chef, le capitaine NOTTELLE, non seulement a créé la base, mais l'anime de continuelles manifestations. Il a donné le mois dernier une grande fête de l'air. Il a ouvert un centre de vol à voile.

Légion d'honneur, Croix de guerre, quatre citations D.F.C., NOTTELLE est un modeste qui se refuse à l'interview. Mais ses camarades me racontent comment il a servi en Angleterre au Groupe 2/23 pilote de bombardiers lourds. Au retour d'une mission de nuit au-dessus de l'Allemagne, il fut descendu en territoire britannique par deux chasseurs nazis. Malgré de grave brûlures, il a farouchement décidé à se battre, réussi à poser son appareil en flammes, sauvant ainsi son équipage. Grièvement blessé, mais il reprenait du service un mois plus tard.

Aujourd'hui, je trouve NOTTELLE surveillant la construction de l'hôtel de l'aérodrome. Le général BETHOUARD a décidé de doter l'aérodrome d'Innsbruck d'un hôtel construit en pierre de taille, où les passagers pourront être hébergés au lieu de devoir courir chercher un logement en ville. Les murs sont faits. Le toit  est terminé. On commence les aménagements intérieurs. NOTTELLE est partout à la fois. Il jette un coup d'oeil au chantier sur les prisonniers allemands qui travaillent... mais on le le réclame à son bureau pour une signature. Il doit faire vite car tout à l'heure il faut qu'il décolle avec le Siebel pour aller chercher à Vienne le général BETHOUARD. Il sait ce qui se passe dans les ateliers, à l'office de la météo, il contrôle le trafic, n'ignore rien de son école de vol à voile.

Toujours souriant toujours calme, bien que tiraillé entre toutes ces occupations, le capitaine NOTELLE est ce qu'on appelle un Chef.

(source: L'AIR N°586 du 20 Novembre 1946)

__________________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT NEUFINCK

Pilote: Sgt/C. JOMARD. Navigateur: Lt. NEUFINCK. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Lt. DESPOSITO. Radio: Sgt. MONNIER. Mécanicien: Sgt. SAUVAGE. Mitrailleur-supérieur: Sgt. PENDARIES. Mitrailleur-arrière: Sgt. YVETOT.

______________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT HIEBEL

 

equipage hiebel GabyEquipage_15

(collection: Michel BOISSARD)

 

equipage hiebelGabyHalifax_15

(collection: Michel BOISSARD)

 

tunisie 003

Photo prise en 1945.

(collection: Marcel LAVERDET)

 

Pilote: Lt. HIEBEL. (Cdt. de l'avion). Navigateur: Asp. DAUPHIN. Bombardier: Sgt. MATTEI. Radio: Sgt. FREPPEL. Mécanicien: Sgt. PERRIN. Mitrailleur-supérieur: Sgt. DOMAGE. Mitrailleur-arrière: Sgt. BOISSARD.

_______________________________________________________

EQUIPAGE DU SOUS-LIEUTENANT FONTEIX

Pilote: S/Lt. Abel FONTEIX. (Cdt. de l'avion). Navigateur: Lt. Jean ROUVEL. Bombardier: Sgt/C. Maurice SCHILLING. Radio: Sgt. Fernand HOUDELOT.Mécanicien: Sgt. Jean LEROY (Jean KELLER). Mitrailleur-arrière: Sgt. Jean GORRIAS. Mitrailleur-arrière: Sgt. Roland FARNIER.

5/6.03.1945 - Objectif: CHEMNITZ

Nombre d'avions engagés par chaque groupe:

"GUYENNE" 13 avions.

"TUNISIE" 10 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 760 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 7 tués.

Au cours de la mission contre CHEMNITZ, l'équipage du Sous-Lieutenant FONTEIX est porté "manquant" puis "disparu" étant donné que CHEMNITZ se trouve en zone Russe, aucun renseignement n'a encore pu être recueilli sur le sort de cet équipage.

L'avion s'est écrasé à Volkenroda, et tout l'équipage repose à la Nécropole Nationale "Le PETANT" (Montauville, en Meurthe-et-Moselle).

 

mes_images

Radio: Sgt. Fernand HOUDELOT.

mes_images

jpg_KELLER_Jean_1940_2_df592

Mécanicien: Sgt. Jean LEROY.(Jean KELLER)

http://www.malgre-nous.eu/spip.php?article1141

mes_images

Mitrailleur-supérieur: Sgt. Jean GORRIAS.

mes_images

Mitrailleur-arrière: Sgt. Roland FARNIER. 

img003 (1)

Ecole de pilotage? année?

Abel FONTEIX 2ème à partir de la gauche au deuxième rang.

(collection: J.C. CHAUTY)

32803006

 

Pilote: S/Lt. Abel FONTEIX. (Cdt. de l'avion).

MES_IMAGES

Navigateur: Lt. Jean ROUVEL.

MES_IMAGES

Bombardier: Sgt/C. Maurice SCHILLING

_________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT DEPLUS

Pilote: Sgt/C. LACAZE. Navigateur: Lt. DEPLUS. (Cdt de l'avion). Bombardier: Asp. DUFRENOY. Radio: Sgt. CHARPENTIER. Mécanicien: Asp. GRIBOUVA. Mitrailleur-supérieur: Sgt. TARTARIN. Mitrailleur-arrière: Sgt. Pierre TOUZART.

touzart_1_

Mitrailleur-arrière: Sgt TOUZART Pierre.

(collection: Famille HENACHE TOUZART)

15/16 03. 1945 Objectif: HAGEN (Ruhr)

Nombre d'avions engagés par chaque groupe:

"GUYENNE" 12 avions.

"TUNISIE" 12 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 267 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 16 tués.

Au retour de mission le plafond au-dessus de la base d'ELVINGTON est trés bas. Dix avions atterrissent normalement. Le 11e, celui du Lieutenant DEPLUS, annonce par radio qu'il ne peut sortir sa roulette de queue. Il reçoit du Flying Controll'ordre d'aller se poser sur l'aérodrome de détresse de Canarby, spécialement conçu pour acceuillir les avions en difficulté. Sur le chemin qui le conduit à Carnaby, l'avion percute une colline pour une raison inconnue, à Scorton (5 miles W de Hemsley, Yorkshire). Aucun survivant. tous ont été inhumés à Harrogate, le 21 mars 1945. Le RP Meurisse, officiant.

----------------------------------------------------

Pilote: Sgt/C LACAZE Gabriel.

Décret du 13 septembre 1947 portant concession de la médaille militaire (à titre posthume).

- LACAZE Gabriel-Aimé. Sergent-chef, groupe de bombardement 2/23 Guyenne. Pilote d'un équipage de bombardement lourd, qui dans le cadre du Bomber Command, vient d'être engagé dans la lutte menée contre l'Allemagne. Plein d'allant et d'enthousiasme, animé des meilleurs sentiments, c'est avec joie qu'il participe à la lutte. Calme et plein de sang-froid il mène à bien les missions qui lui sont confiées, avec ardeur et cran, il participe à l'attaque d'objectifs de la Ruhr puissamment défendus par une D.C.A intense et une chasse ennemie mordante. A trouvé une mort glorieuse avec son équipage au retour de mission, le 16 mars 1945.

Cité à l'ordre de l'armée aérienne (Croix de guerre avec palme).

__________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT DUVILLARD

Equipage_anonyme___Image43_c

(collection: Michel DARRIBEHAUDE)

img793

(collection: Hervé INGARGIOLA)

L'équipage et ses mécaniciens

Pilote: Lt. DUVILLARD. (Cdt. de l'avion). Navigateur: S/Lt. GRUNBERG. Bombardier: Sgt/C. ROHRWASSER. Radio: Sgt/C. GIOUX. Mécanicien: Sgt. Armand INGARGIOLA. Mitrailleur-supérieur: Sgt. Pierre BOUBILLA. Mitrailleur-arrière: Sgt/C. CLERGERIE.

------------------------------------------------------

Ingargiola_Armand_600

Sgt Armand INGARGIOLA.

(collection: Hervé INGARGIOLA)

citation

grades

(collection: Hervé INGARGIOLA)

_____________________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT KERBRAT

Pilote: Lt. KERBRAT. (Cdt. de l'avion). Navigateur: Asp. DUQUESNOY. Bombardier: Asp. PASQUINE. Radio: Sgt. BERNARD. Mécanicien: Sgt. LAMOTHE. Mitrailleur-supérieur: Sgt. LESCURE. Mitrailleur-arrière: FUND.

 

Posté par DUCAPHIL à 09:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 octobre 2008

EQUIPAGES DU 2/23 "GUYENNE"

EQUIPAGE DU LIEUTENANT CHOURROUT

img126

(collection: Georges DUROUX)

Halifax III "E"

DE GAUCHE A DROITE SUR LA PHOTO:

Mitrailleur-arrière: Sgt.POTHET.Bombardier: S/Lt.QUINTANE. Mécanicien: Sgt. RESTOUT. Mitrailleur-supérieur: Sgt. Georges DUROUX.Georges. Pilote: Lt Jean CHOURROUT. Radio: Sgt. DIEZ. Navigateur: Asp. HERMAN.

tourane_2

(collection: Noël CHOURROUT)

Photo prise en Indochine à Tourane en 1953 devant un B26, au dos de la photo, Bachetta, Chourrout, Bartegui, il est probable que certains étaient 8 ans avant en Angleterre.

----------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU CAPITAINE CALMEL

du "C" for CHARLIE

HALIFAX III MZ.741

    sacmilitaireRAF      _MG_4711

Mascotte de l'équipage du Capitaine CALMEL. le Sgt. MECHALY avait acheté 2 poupées un homme et une femme en guise de mascotte l'homme fut conservé pour l'équipage du Capitaine CALMEL, et c'est le Sgt. MECHALY qui fabriqué les bombes, l'autre mascotte fut prise par un autre équipage mais lequel mystère?? Sur la ceinture se trouve les bombes qui représente chaque mission avec quelques bombes manquantes.(nombre de missions de l'équipage CALMEL 18+13. 31 missions)

(collection: Yohan ZERDOUN) 

39133564 

Mécanicien au sol Adjudant Raymond ENET

(collection: Aymard. David)

40388981

39133079

 

(collection: Yohan ZERDOUN petit-fils du Mitrailleur-supérieur:Sgt. MECHALY. )

pour le souvenir de son grand-père

( Pilotes de Nuit. Auteur: Jean CALMEL)

de gauche à droite sur la photo.

Pilote: Cdt. Jean-Louis CALMEL. (Cdt de l'avion) Navigateur: Lt. BERRARD. Bombardier: S/Lt. PARDOEN. Mécanicien: Ajdt. Raoul ROUX. Radio: Sgt/C. ALIX. Mitrailleur-supérieur: Sgt. MECHALY. Mitrailleur-arrière: Sgt. LADET-CHASSAGNE.

CITATION

Cité à l'Ordre de la Division Aérienne:

Capitaine CALMEL, et son équipage:

" Équipage de très haute valeur, remarquable d'allant. Depuis sa dernière citation sur le front de l'Ouest, a participé à trois attaques de plate-formes de lancement d'avions sans pilote, deux attaques d'objectifs tactiques en appui direct de l'offensive de Caen. Enfin en juillet 1944 a pris part au bombardement massif du centre industriel et ferroviaire de Stuttgart, repoussant avec succès pendant le long survol du territoire hostile, quatre attaques de la chasse de nuit allemande."

----------------------------------------------------

img180

Madame Paulette ALIX, DUCASTELLE Philippe.

 Jeudi 26 septembre 2013, une superbe journée passée chez Madame ALIX 91 ans une mémoire exceptionnelle, elle nous a cuisiné un excellent couscous, dommage Michel tu as manqué ce formidable repas, et tous les récits de sa jeunesse en Algérie de Sétif, Maison-Blanche, Biskra et Alger, avec son passage comme secrétaire au Gouvernement provisoire d'Alger auprès du Général de GAULLE.

img181

Brétigny 4 mai 1956 remise de la médaille de Chevalier de la  Légion d'Honneur au S/Lt Pierre ALIX par le Général ??.

(collection: Madame Paulette ALIX)

21° ESCADRE G.B.2/23

DECISION N°1199

Sur la proposition du Ministre de l'Air

Le Général DE GAULLE Président provisoire de la République Française Chef des Armées.

CITE

Le Sergent-chef ALIX Pierre du G.B. 2/23 pour le motif suivant:

"S/Officier radio-navigant d'un équipage de très haute valeur d'un allant et d'un courage exemplaires. A effectué depuis l'engagement du groupe sur le front de l'Ouest 20 missions de bombardement de jour et nuit larguant 172.000 livres de bombes explosives et incendiaires.

A participé à de nombreuses attaques d'objectifs lointains très fortement défendus. En particulier le 12 Août 44 a atteint avec précision une usine de constructions mécaniques de la Rhénanie, le 15 Août 1944 a réussi une mission particulièrement délicate sur un aérodrome ennemi en Hollande , a mené à bien  de difficiles attaques, le 16 Août sur un port de la Baltique, et le 3 septembre sur un objectif ennemi des Pays-Bas, puis le 12 septembre sur un important centre de communicaton à l'intérieur de l'Allemagne ramenant son appareil endommagé par la D.C.A."

CETTE CITATION COMPORTE L'ATTRIBUTION DE LA CROIX DE GUERRE AVEC PALME.

Paris le 27 septembre 1945

Signé: DE GAULLE

------------------------------------------------------------------------

34229734

Mitrailleur-supérieur: Sgt/C MECHALY.Émile. HAÏM du G.B.2/23 "GUYENNE"

 ---------------------------------------------------------

Insignes du Sergent MECHALY Émile.

M_daille3M_daille33

" 2/23 GUYENNE"

M_daille4M_daille44

Insigne des Groupes Lourds créé en Grande-Bretagne, il est gravé au nom de chaque membre d'équipage ayant effectué tour d'opération.

(collection: ZERDOUN Yohan.)

--------------------------------------------------------------------------------------

MISSIONS DE GUERRE

DU SERGENT MECHALY

JUIN 1944

- 1/6/44 - Objectif: (La Ferme d'Urville) - Halifax - V - H 7 "F" "for Fox" LK 737 - Equipage: Pilote: Cpt PUGET (Cdt de l'avion) Navigateur: Cpt BREARD, Bombardier: Cpt BLAES, Radio: S/Lt CARRAT, Mécanicien: Lt ROUSSEAU, Mitrailleur-supérieur: Sgt MECHALY, Mitrailleur-arrière: Adjt LASSERRE. Durée: 4h48. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 12 avions - Total des avions engagés dans la mission 101 avions. Bombardement Ferme d'Urville (Station TSF dans Fort) Mission de guerre.

- 2/6/44 - Objectif: (Cap Gris-Nez Harinzelles) - Halifax - V - H 7 "G" "for Georges" Equipage n°3 - Même équipage - Durée: 3h25. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 9 avions - Total des avions engagés dans la mission 271 avions. Bombardement Harinzelles (Batteries côtières 340) Mission de guerre.

- 5/6/44 - Objectif: (Maisy - Batterie 155) - Halifax - V - H 7 "C" "for Charlie"LL 242 -Même équipage - Durée 4h55. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 1012 avions. Bombardement Maisy (Batterie 155) Mission de guerre.

- 6/6/44 - Objectif: (Gare de St-Lô) - Halifax - V - H 7 "C" "for Charlie" LL 242 - Même équipage - Durée: 5h30. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 11 avions. Total des avions engagés dans la mission 1065 avions. Bombardement de St-Lô mission de guerre.

- 8/6/44 - Objectif: (Gare d'Alençon) - Halifax - V - H 7 "C" "for Charlie" LL 242 - Même équipage - Durée: 6h05. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 14 avions. Total des avions engagés dans la mission 483 avions. Bombardement de la gare d'Alençon - Atterrissage à Snaith. Mission de guerre.

- 14/6/44 - Objectif: (Evrecy) - Halifax V - H 7 "C" "for Charlie" LL 242 - Même équipage - Durée: 5h20. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 10 avions. Total des avions engagés dans la mission 337 avions. Bombardement d'un P.C Allemand de la 12ème Panzerdivision. Evrecy. Mission de guerre.

- 16/6/44 - Objectif: (Domléger) - Halifax III - H 7 "C" "for Charlie" - Même équipage + le S/Lt BOURGEOIS - Durée: 4h15. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 6 avions Tunisie 10 avions. Total des avions engagés dans la mission 328 avions. Bombardement d'un objectif spéciale à Domléger. Mission de guerre.

JUILLET 1944

- 6/7/44 - Objectif: (Marquises-Mimoyecques) - Halifax III - H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - Durée: 2h55.  Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 10 avions Tunisie 11 avions. Total des avions engagés dans la mission 551 avions. 7 Français tués dans la mission. Bombardement d'une rampe d'avions sans pilote à Marquises-Mimoyecques. Mission de guerre de jour.

- 7/7/44 - Objectif: (Caen) - Halifax III - H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - Durée: 3h55. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 9 avions Tunisie 10 avions. Total des avions engagés dans la mission 467 avions. Bombardement  de troupes tanks et canons allemands dans faubourg nord de Caen. Mission de guerre de jour.

-17/18/7/44 - Objectif: (Sannerville) - Halifax III - H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - + le Cpt BRESSON. Durée: 4h10. Vol de jour 2h00. Vol de nuit 2h10. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 12 avions Tunisie 7 avions. Total des avions engagés dans la mission 942 avions. Bombardement de réserves ennemies (troupes,canons,tanks) à l'Est de Caen. Touché par la D.C.A. Mission de guerre.

- 20/7/44 - Objectif: (Chapelle notre Dame "Vizergues") - Halifax III - H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - + le Cpt THIRY. Durée: 3h25. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 11 avions Tunisie 4 avions. Total des avions engagés dans la mission 369 avions. Bombardement de Notre dame la Chapelle. Site avions sans pilotes. Mission de guerre.

- 25/7/44 - Objectif: (Stuttgart) - Halifax III - H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - Durée: 8h00. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 6 avions Tunisie 6 avions. Total des avions engagés dans la mission 631 avions. Bombardement de Stuttgart. Quatre attacks par la chasse Allemande. Mission de guerre.

AOUT 1944

- 11/8/44 - Objectif: (Gare de Somain) - Halifax III - H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - le Cpt BLAES remplace le S/Lt PARDOEN. Durée: 4h30. Nombre d'avions engagés d'avions dans la mission Guyenne 15 avions Tunisie 14 avions. Total des avions engagés dans la mission 459 avions. Bombardement des ateliers de réparations de locomotives à Somain. Mission de guerre.

- 12/8/44 - Objectif: (Rüsselheim) - Halifax III - H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - le S/Lt DASPET remplace le S/Lt PARDOEN. Durée: 6h05. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 8 avions Tunisie 3 avions. Total des avions engagés dans la mission 297 avions. Bombardement des usines Opel à Rüsselheim (Mayence). Mission de guerre.

- 15/8/44 - Objectif: (Eindhoven "Aéroport") - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - le S/Lt ROUXEL remplace le S/Lt PARDOEN. Durée: 4h15. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 12 avions Tunisie 11 avions. Total des avions engagés dans la mission 1004 avions. Bombardement d'un terrain de chasse de nuit allemande à Eindoven (Hollande). 6 éclats de flak. Mission de guerre.

- 16/8/44 - Objectif: (Keil) - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - le S/Lt POTHUAU remplace le S/Lt PARDOEN. Durée: 5h05. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 14 avions Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 348 avions. Bombardement de Kiel. Mission de guerre.

- 18/8/44 - Objectif: (Sterkrade) - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - + le S/Lt PARDOEN. Durée: 4h45. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions Tunisie 11 avions. Total des avions engagés dans la mission 234 avions. Bombardement d'une une usine synthétique à Sterkrade (Ruhr) (Happy valey). Mission de guerre.

- 27/8/44 - Objectif: (Homberg) - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - Durée: 4h10. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 243 avions. Bombardement d'une usine synthétique à Homberg-Meerbek (Rhur). Touché pa la flak. Mission de guerre.

SEPTEMBRE 1944

- 3/9/44 - Objectif: (Venloo) - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - + Lt VLES. Durée: 3h50. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 675 avions. 5 Français tués dans la mission. Bombardement d'un terrain de chasse Allemand à Venloo (Hollande). Atterrissage à Attebridge. Mission de guerre.

- 10/9/44 - Objectif: (Octeville "près du Havre") - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - Durée: 3h35. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 16 avions Tunisie 14 avions. Total des avions engagés dans la mission 992 avions. 6 Français tués dans la mission. Bombardement de concentrations ennemis à Octeville sur/Mer (Le Havre). 15 éclats de Flak. Mission de guerre.

- 12/9/44 - Objectif: (Münster) - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - Durée: 4h35. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 9 avions Tunisie 9 avions. Total des avions engagés dans la mission 119 avions. Bombardement de la gare  de Münster. Allemagne. Avion touché par la D.C.A. Mission de guerre.

- 25/9/44 - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - Durée: 2h00. Mission de transport - Elvington-Bruxelles. Même équipage - Durée: 2h25. Retour Bruxelles-Elvington. Vol de guerre.

- 26/9/44 - Même équipage - + le Lt de NOIRMONT. Durée: 1h55. Mission de transport - Elvington-Bruxelles. Même équipage - + le Lt de NOIRMONT. Durée: 1h50. Retour Bruxelles-Elvington. Vol de guerre.

- 28/9/44 - Même équipage - Durée: 2h00. Mission de transport - Elvington-Bruxelles. Même équipage - Durée: 2h05. Retour Bruxelles-Elvington. Vol de guerre.

- 29/9/44 - Même équipage - Durée: 2h00. Mission de transport - Elvington-Bruxelles. Même équipage - Durée: 1h45. Retour Bruxelles-Elvington. Vol de guerre.

OCTOBRE 1944

- 1/10/44 - Même équipage - Durée: 1h50. Mission de transport - Elvington-Bruxelles. Même équipage - Durée: 1h40. Retour Bruxelles-Elvington. Vol de guerre.

- 14/10/44 - Objectif: (Duisbourg) - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - Durée: 4h45. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 15 avions Tunisie 15 avions. Total des avions engagés dans la mission 1013 avions. Bombardement de Duisbourg (Ruhr). Diversion à Foulsham. Mission de guerre.

- 21/10/44 - Objectif: (Hanovre) - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - Durée:  3h40. Vol de jour 2h30. Vol de nuit 1h10. Mission sur Hanovre annulée par radio - jettissonnage en mer. Vol de guerre.

-23/10/44 - Objectif: (Essen) - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - Durée: 5h05. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 15 avions Tunisie 15 avions. Total des avions engagés dans la mission 1055 avions. 10 Français tués dans la mission . Bombardement d'Essen - Ruhr. Mission de guerre.

 - 25/10/44 - Objectif: (Essen) - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - Durée: 5h15. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 15 avions Tunisie 14 avions. Total des avions engagés dans la mission 771 avions. Bombardement d'Essen - Ruhr. 2 combats FW 190. Mission de guerre.

- 31/10/44 - Objectif: (Cologne) - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - Durée: 5h55. Vol de jour 0h45. Vol de nuit 5h10. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 7 avions Tunisie 7 avions. Total des avions engagés dans la mission 493 avions. Bombardement de Cologne. Mission de guerre.

NOVEMBRE 1944

- 2/11/44 - Objectif: (Düsseldorf) - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - Durée: 5h35. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 12 avions Tunisie 13 avions. Total des avions engagés dans la mission 992 avions. 5 Français tués dans la mission. Bombardement de Düsseldorf. Ruhr. Mission de guerre.

- 6/11/44 - Objectif: (Gelsenkirchen) - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" MZ 741 - Même équipage - Durée:4h40. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 6 avions Tunisie 11 avions. Total des avions engagés dans la missions 738 avions. Bombardement de Gelsenkirchen. Ruhr. Avion touché par la Flak. Mission de guerre.

- 16/11/44 - Objectif: (Jülich) - Halifax III H 7 "C" "for Charlie - MZ 741 - Même équipage - Durée: 4h20. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 15 avions Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 508 avions. Bombardement de Jülich. Ruhr. Mission de guerre.

- 18/11/44 - Objectif: (Gare de Münster) - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" - MZ 741 - Même équipage - Durée: 4h40. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 479 avions. Bombardement de Münster. Mission de guerre.

- 21/11/44 - Objectif: (Sterkrade) - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" - MZ 741 - Même équipage - Durée: 5h20. Vol de jour 0h30. Vol de nuit 5h50. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions Tunisie 12 avions. Total des avions engagés dans la mission 270 avions. 7 Français tués dans la mission. Bombardement d'une usine synthétique de Sterkrade-Holten. 1 attack de la chasse allemande (Messerschmitt 109). Mission de guerre.

DECEMBRE 1944

- 5/12/44 - Objectif: (Gare de Soest) - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" PN 170 - Equipage: Pilote Cpt CALMEL (Cdt de l'avion) Navigateur: Cpt BERRARD Bombardier: Lt PARDOEN, Radio: Sgt PERRIN, Mécanicien: Adjt ROUX, Mitrailleur-supérieur: Sgt MECHALY, Mitrailleur-arrière: Sgt SAINT-GEVIN. Durée: 6h35. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 15 avions Tunisie 15 avions. Total des avions engagés dans la mission 497 avions. Bombardement de la gare de triage de Soest. Ruhr. Mission de guerre.

- 12/12/44 - Même équipage - Halifax III H 7 "C" "for Charlie" - Durée: 1h10. Mission sur Essen annulée (panne hydraulique) jettisson en mer. Vol de guerre.

- 18/12/44 - Objectif: (Duisbourg) - Halifax III H 7 "C""for Charlie" - Même équipage - Durée: 6h30. Vol de jour 5h45. Vol de nuit 0h45. Nombre d'avions engagés dans la mission Guyenne 13 avions Tunisie 15 avions. Total des avions engagés dans la mission 523 avions. 1 Français tués dans la mission. Bombardement de Duisbourg. Mission de guerre. 

13 missions sur la France, 20 missions sur l'Allemagne, total 33 missions de guerre.

(collection: Yohan ZERDOUN)

-------------------------------------------------------

ETAT DES SERVICES

POSITIONS SUCCESSIVES

img007

 

img008

 

38484945   

 

S/S PROVIDENCE

Embarqué à Marseille sur le vapeur "S/S PROVIDENCE" le 27.03.1940

débarqué à BEYROUTH le 02.04.01940

img009

     img010   

img011   

 

38484885

 

 

R.M.S. "ORBITA" 

 

ACTIONS D'ECLAT ET CITATIONS

img012

   img013

CITATIONS

img014

img015

img016

 

Un grand merci a YOHAN ZERDOUN le petit-fils du Sergent-Chef MECHALY.

Une nouvelle page d'histoire pour les GROUPES LOURDS.

Nous les enfants et petits-enfants nous n'oublierons plus nos anciens des GROUPES LOURDS

 

39240251

(collection: Éric SUTOUR)

EQUIPAGE DU CAPITAINE CALMEL.

EQUIPAGE DU LIEUTENANT VIALATTE.

---------------------------------------------------------------------------------

 EQUIPAGE DU SOUS-LIEUTENANT DUYRAT 

37049650

(collection: DUYRAT. Denis - merci Denis pour ce superbe document)

photo prise en 1945 à ELVINGTON

Debout de la gauche vers la droite:

Navigateur: Aspt. de BRETAGNE. Mécanicien: Sgt. GODOLE. Pilote. S/Lt. Eugène DUYRAT.(Cdt de l'avion). Bombardier. S/Lt. BOUBLIL.

Assis:

Radio. Sgt/C. André GHIRARDI. Mitrailleur-arrière. Sgt. Françis LAFFONT. Mitrailleur-supérieur. Sgt. LACREUSE.

Posté par DUCAPHIL à 00:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

08 octobre 2008

EQUIPAGES DU 2/23 "GUYENNE"

EQUIPAGE DU CAPITAINE VEAUVY

38642984

(Collection: Bernard BAL)

De gauche à droite:

Mitrailleur-supérieur: Sgt. MASSON. Mitrailleur-arrière: Sgt. BARTH. Pilote: S/Lt. GRIDELET. Navigateur: Cpt. VEAUVY (Cdt. de l'avion) Bombardier: Adjt. BAL. (le père de Bernard Bal). Radio: Sgt. MAYEUX. Mécanicien: Sgt. GRIFFE.

Mécaniciens au sol: De gauche a droite: un soldat aviateur, deux mécaniciens confirmés l'Adjt. ROLAND et le Sgt. VERDIER. et un autre soldat aviateur.

CITATIONS:

 

33922002

 

33922093

 

Pilote Cpt VEAUVY François (Cdt d'avion)

32990577

 Radio: Sgt. MAYEUX.

 33184328

 Mécanicien: Sgt/C. GRIFFE.

 32957982

 Mitrailleur-arrière: Sgt. BARTH.

 32958642

 Mitrailleur-supérieur: Sgt. MASSON.

DSC08316

Les décorations de Raphaël MASSON.

24 Raphael MASSON promu officier ordre L‚gion d Honneur 26-04-2005 - Copie

26 avril 2005 remise de la Légion d'Honneur par le général PINCHANCOURT à Raphaël MASSON.

7 1945-03-14 Raphaël dans la tourelle supérieure de ce halifax L - Copie (2)

Le "L for LOVE" du Cpt VEAUVY François avec Raphaël MASSON dans sa tourelle supérieur.

img940

1/2 tonneau du site N°3 du "L" FOR LOVE ou logeait l'équipage du Capitaine VEAUVY à ELVINGTON.

(collection: Raphël MASSON)

IMGP1651 

Mme. MASSON Paule. Le Sgt. MASSON. Raphaël. Mitrailleur-supérieur: au 20e Anniversaires de la stèle des Groupes Lourds Français a Grandcamp-Maisy 28 mai 2008.

005

Une belle journée chez Paule et Raphaël MASSON, avec quelques récits sur les souvenirs de son passage aux Groupes Lourds.

_________________________________________________

EQUIPAGE DU COMMANDANT PUGET

Pilote: Cdt PUGET, Navigateur: Cpt BREARD, Bombardier: Cpt BLAES, Radio: S/Lt CARRAT, Mécanicien: Lt ROUSSEAU, Mitrailleur-supérieur: Sgt BRUNET, Mitrailleur-arrière: Sgt LASSERRE

img956

Photo prise à ELVINGTON.

De gauche à droite à partir du haut:

Cdt Pierre BLAËS, Cdt André PUGET, Cdt Robert DEMAZURE, Lt Albert ROUSSEAU, S/Lt Léon CARRAT, Cdt René de VULPILLIERES.

(collection: Nicole ROUSSEAU PAYEN)

 

44897875

Photo prise devant la tour de contrôle d'ELVINGTON le 12 mars 1945.

 De gauche à droite:

Debout:

Cdt CATTELLAT Claude, Lt LAFOND Pierre, Cpt PLOTON Robert, Cpt RAVOTTI Gaudens, Lt ROUXEL Yves, S/Lt RAMES Georges, Cpt GOEPFERT Antoine, chef d'escadrille entrant,Lt GONTHIER André, Cpt AUBERT Emmanuel, Cpt THIRY Jean, chef d'escadrille sortant, Cpt BORNECQUES Jacques, Cpt ROY Jules, Cpt NOTTELLE Paul, Cpt BROCHARD Roger, Lt GROSNIER Jean, Cpt Pierre BLAËS, Lt Le GOUIC Joseph.

Assis:

Cpt POIROT Henri, S/Lt De GISORS Jacques, S/Lt BLANC André, Lt TROUETTE Albert, Lt ROUSSEAU Albert, Cpt PETIT Henri. 

img010 

Le Lieutenant ROUSSEAU dans son bureau, 

photo prise en mars 1945 à Elvington, il assumait la fonction de leader des mécaniciens navigants, et sa compétence lui vaudra le grade de Capitaine.

(collection: Nicole ROUSSEAU-PAYEN)

DECORATIONS

Chevalier de la Légion d'Honneur à compter du 20.08.1945, décret du 20.08.45.

Croix de guerre avec 2 palmes: 1 étoile d'argent - 1 étoile de bronze.

Distinghished Flying Cross.

CITATIONS

Citation à l'ordre de la Brigade - Ordre n°7 du 23.07.1944

Le Colonel BAILLY, Commandant les Groupes de bombardement n°1 cite à l'ordre de la Brigade aérienne:

Lieutenant ROUSSEAU, mécanicien

" Équipage d'élite auquel son expérience, sa cohésion, sa haute valeur morale et son ardeur au combat ont permis d'accomplir avec une précision remarquable contrôlé par photographie, des missions de bombardement de jour et de nuit rendues difficiles par le mauvais temps et la défense aérienne ennemie. A notamment participé avec un plein succès aux opérations pour la préparation et l'appui du débarquement allié en Normandie".

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de guerre avec étoile de bronze.

Citation à l'ordre de la Division aérienne - Ordre n°303 DU 22.09.44

" Chef des mécaniciens volants du groupe, volontaire pour toutes les missions. A su donner au personnel dont il a la charge l'exemple du parfait courage et d'une compétence éprouvée. Notamment le 2 août 1944 a permis par son action rapide le retour à la base de son appareil gravement endommagé par la D.C.A. lourde. S'était déjà signalé le 24 juillet au cours du raid sur STUTTGART lorsqu'il dut effectuer au-dessus de l'objectif une réparation de fortune qui assura le succès de la mission de son équipage".

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de guerre avec étoile d'argent.

Décret portant nomination dans la Légion d'Honneur le 20 août 1945.

"Officier mécanicien, chef des mécaniciens navigants du groupe, animé des plus hautes qualités d'enthousiasme, de courage et de sang-froid, profondément passionné de son travail auquel il se dévoue entièrement au sol comme en vol: n'a cessé de donner depuis l'entrée en lutte du groupe "Guyenne" le plus bel exemple d'abnégation de discipline et de compétence.

Réalise déjà dans le cadre du Bomber Command une longue série de missions rendues particulièrement dangereuses par des conditions météorologiques très défavorables, une D.C.A. des plus denses et des mieux réglées, et l'activité d'une chasse extrêmement vigilante et agressive.

A montré en toutes circonstances un cran à toute épreuve et a permis par ses hautes qualités professionnelles la réussite complète des missions entreprises par son équipage, jusque dans les circonstances les plus difficiles.

A pris part, dans la nuit du 2 mars 1945 à l'attaque d'un objectif puissamment défendu de la région rhénane au retour de laquelle les chasseurs ennemis ont accompagné le flot des bombardiers, leur causant de lourdes pertes jusque sur leur terrain d'atterrissage.

La nomination de la Légion d'Honneur comporte l'attribution de la Croix de guerre avec palme.

Citation à l'ordre de l'Armée aérienne - Décision n° 1207 DU 27.09.45.

"Officier mécanicien navigant leader de cette spécialité dans son groupe, qui a su non seulement par son action au sol, entretenir chez ses subordonnés un standard de connaissance et un moral élevés, mais encore, a, par sa brillante conduite, son courage et sa compétence, contribué au succès de 28 missions de jour et de nuit auxquelles il a participé dans le cadre du Bomber Command.

Connaissant à fond son matériel, faisant preuve dans les moments difficiles du plus calme sang-froid, a apporté une aide efficace à son pilote en le libérant de tous les soucis de la conduite des moteurs.

S'est particulièrement distingué le 11 septembre 1944 au cours d'une mission de jour sur la Ruhr où le formidable barrage que la D.C.A. allemande employa ce jour là endommagea tous les avions, participant au raid le 4 novembre 1944 au cours de cette mission de nuit sur la Ruhr qui coûta au groupe le tiers des effectifs engagés.

Vient de terminer brillamment la guerre par une dernière série de missions difficiles pendant lesquelles sa compétence et son courage ne cessèrent de se manifester".

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de guerre avec palme.

img012

L'Air vice Marshal CARR en visite à ELVINGTON et le Colonel BAILLY félicite le Lieutenant ROUSSEAU premier a gauche.

(collection:Nicole ROUSSEAU -PAYEN, la fille du Capitaine ROUSSEAU)

-----------------------------------

Missions de guerre

du

 Lieutenant ROUSSEAU

img066

Juin 1944

- 1/2/6-44 - Objectif: (Ferme d'Urville) - Equipage - Halifax V - H7 "F" Pilote: Cpt PUGET, Navigateur: Cpt BREARD, Bombardier: Cpt BLAES, Radio: S/Lt CARRAT, Mécanicien: Lt ROUSSEAU, Mitrailleur-arrière: Adjt LASSERE, Mitrailleur-supérieur: Sgt/C MECHALY. (Guyenne 12 avions). Durée: 4h10. Total des avions engagés dans la mission 10 avions. Bombardement - station radio près Cherbourg (Ferme d'Urville). Vol de nuit. 

- 2/3/6-44 - Objectif: (Cap Gris-Nez) - Equipage - Halifax V - H7 "F" Pilote: Cpt PUGET, Navigateur: Cpt BREARD, Bombardier: Cpt BLAES, Radio: S/Lt CARRAT, Mécanicien: Lt ROUSSEAU, Mitrailleur- arrière: Adjt LASSERE, Mitrailleur-supérieur: Sgt GARIDO. ( Guyenne 9 avions). Durée: 3h35. Total des avions engagés dans la mission 271 avions. Bombardement - Batterie côtière, Cap Gris-Nez (Harinzelles). Vol de nuit.

- 5/6/6-44 - Objectif: (Maisy) - Même équipage - Halifax V - H7 "G" (Guyenne 12 avions). Durée: 5h05. Total des avions engagés dans la mission 1012 avions. Bombardement - Batterie lourdes Allemande Isigny (Maisy). Vol de nuit.

- 8/9/6-44 - Objectif: (Gare d'Alençon) - Même équipage - Halifax V - H7 "E" (Guyenne 14 avions). Durée: 5h50. Total des avions engagés dans la mission 483 avions. Bombardement - Gare de triage d'Alençon, atterri Carnaby - avion indisponible. Vol de nuit.

- 25/6/44 - Objectif: ( Montorgueil) - Equipage - Halifax III - H7 "M" - Pilote: Lt/Col VENOTLt BECAM, Cpt BLAES, Adjt WEBER, Lt ROUSSEAU, Sgt/C RETORE, Adjt LASSERRE. ( Guyenne 3 avions). Total des avions engagés dans la mission 323 avions. Bombardement Base avions sans pilote. Vol de jour. 

Juillet 1944

- 24/25/7-44 - Objectif: (Stuttgart) - Equipage - Cpt PUGET et équipage - Halifax III - H7 "G" - (Guyenne 6 avions - Tunisie 6 avions). Durée: 8h00. Vol de jour 1h00 - Vol de nuit 7h00. Total des avions engagés dans la mission 631 avions. Bombardement de Stuttgart.(Panne circuit Hydrolique. Orbite15') Vol de nuit.

 Août 1944

- 2/8/44 - Objectif: (Forêt de Nieppe) - Equipage - Cpt PUGET et équipage - Halifax III - H7 "G" - (Guyenne 10 avions - Tunisie 10 avions). Durée: 3h39 dont 1h00 vol de nuit. Total des avions engagés dans la mission 394 avions. Bombardement objectif spécial Forêt de Nieppe. Avion gravement touché par la Flak.

- 7/8/8-44 - Objectif: (May-sur-Orne) - Equipage - Halifax III - H7 "F" - Pilote: Cpt THIRY, Navigateur: Cpt GALLOIS, Bombardier: S/Lt ROUXEL, Radio: Adjt/C BLANC, Mécanicien: Lt ROUSSEAU, Mitrailleur-supérieur: Sgt AUBOURG, Mitrailleur-arrière: Sgt THAYMOND. (Guyenne 13 avions - Tunisie 11 avions). Durée: 4h24 dont 3h24 de nuit. Total des avions engagés dans la mission 1019 avions. Bombardement près de Caen "Totalize3". Vol de guerre de nuit.

- 9/8/44 - Objectif: ( Forêt de Mormal) - Même équipage - Halifax III - H7 "F" - (Guyenne 4 avions - Tunisie 1 avions). Durée: 3h40. Total des avions engagés dans la mission 160 avions. Bombardement - Dépôt carburant - Forêt de Mormal.

- 12/13/8-44 - Objectif: (Rüsselheim) - Equipage - Cpt PUGET et équipage - Halifax III - H7 "G" - (Guyenne 8 avions - Tunisie 3 avions). Durée: 5h30. Vol de jour 0h20. Vol de nuit 5h10. Total des avions engagés dans la mission 297 avions. Bombardement usines "OPEL" RÜSSELHEIM près de Mayence. Vol de guerre de nuit.

- 25/8/44 - Objectif: (Forêt de Watten) - Même équipage - Halifax III - H7 "G" - (Guyenne 14 avions - Tunisie 16 avions). Durée: 3h60. Vol de jour 2h50. Vol de nuit 1h10. Total des avions engagés dans la mission 161 avions. Bombardement Base de V2 - Forêt de Watten. Vol de guerre.

Septembre 1944

- 10/9/44 - Objectif: (Octeville) - Equipage - Cpt PUGET et équipage - Halifax III - H7 "G" ( Guyenne 16 avions - Tunisie 14 avions). Durée: 3h40. Total des avions engagés dans la mission 992 avions. Nombre de Français tués dans la mission (6). Bombardement Octevile près du Havre concentration ennemie. Vol de guerre.

- 11/9/44 - Objectif: (Gelsenkirchen) - Equipage - Cpt ROY - Pilote: Lt GROSNIER et équipage - Halifax III - H7 "F" (Guyenne 11 avions - Tunisie 9 avions). Durée: 4h50. Total des avions engagés dans la mission 379 avions. Nombre de Français tués dans la mission (7). Bombardement usine essence synthétique Gelsenkirchen (Rhur).

Octobre 1944

- 7/10/44 - Objectif: (Klèves) - Equipage - Halifax III - H7 "D" - Pilote: Adjt/C PUGET, Navigateur: Lt FLESCH, Bombardier: Adjt AURIOL, Radio: Sgt/C BORS, Mécanicien: Lt ROUSSEAU, Mitrailleur-supérieur: Sgt/C JAFFREUX, Mitrailleur-arrière: Sgt/C SENLEBES. ( Guyenne 16 avions - Tunisie 12 avions). Durée: 4h00. Total des avions egagés dans la mission 351 avions. Bombardement Klèves (Rhur). Vol de guerre.

- 28/10/44 - Objectif: (Cologne) - Equipage - Halifax III - H7 "A" - Pilote: Cdt PUGET, Navigateur: Lt BECAM, Bombardier: Cdt BLAES, Radio: Adjt WEBER, Mitrailleur-supérieur: Sgt/C COQUOT, Mitrailleur-arrière: Sgt/C RETORE. Durée: 5h14. ( Guyenne 13 avions - Tunisie 15 avions). Total des avions engagés dans la mission 733 avions. Bombardement Cologne (Usine produits chimiques). Vol de guerre.

Novembre 1944

- 4/5/11-44 - Objectif: (Bochum) - Equipage - Halifax III - H7 "D" - Pilote: Cpt BARRAT, Navigateur: Lt PLUCHARD, Bombardier: Lt PERSEVAL, Radio: Sgt MOREY, Mécanicien: Lt ROUSSEAU, Mitrailleur-supérieur: GARDIOL, Mitrailleur-arrière: Adjt/C POTET. ( Guyenne 16 avions - Tunisie 11 avions). Durée: 5h24. Total des avions engagés dans la mission 749 avions. Nombre de Français tués dans la mission (23). Bombardement Bochum. Vol de guerre de nuit.

Février 1945

- 4//5/2-45 - Objectif: (Bonn) - EquipageHalifax III - H7 "S" - Pilote: S/Lt RAMES, Navigateur: Cpt PETIT, Bombardier: Cdt BLAES, Radio: Sgt PERRIN, Mécanicien: Lt ROUSSEAU, Mitrailleur-supérieur: Sgt BILLAUT, Mitrailleur-arrière: Sgt TALLONNEAU. (Guyenne 6 avions - Tunisie 7 avions). Durée: 6h10. Vol de jour 0h21. Vol de nuit 5h49. Total des avions engagés dans la mission 238 avions. Bombardement Bonn (Rhénanie). Vol de guerre de nuit.

- 21/22/2-45 - Objectif: (Worms) - Même équipage - Halifax III - H7 "H" - (Guyenne 14 avions - Tunisie 9 avions). Durée: 7h12. Vol de jour 2h03. Vol de nuit 5h09. Total des avions engagés dans la mission 349 avions. Nombre de Français tués dans la mission (14). Bombardement Worms (Palatinat). Vol de guerre de nuit.

- 23/2/45 - Objectif: (Essen) - Même équipage - Halifax III - H7 "H" - (Guyenne 11 avions - Tunisie 12 avions). Durée: 5h24. Total des avions engagés dans la mission 342 avions. Bombardement d'Essen. Vol de guerre.

- 27/2/45 - Objectif: (Mayence) - Même équipage - Halifax III - H7 "H" - (Guyenne 13 avions - Tunisie 14 avions). Durée: 6h28. Vol de jour 5h59. Vol de nuit 0h29. Total des avions engagés dans la mission 458 avions. Bombardement Gare de Mayence. Vol de guerre.

Mars 1945

- 2/3/45 - Objectif: (Cologne) - Même équipage - Halifax III - "H" - (Guyenne 12 avions - Tunisie 13 avions). Durée: 5h57. Vol de jour 5h30. Vol de nuit 0h27. Total des avions engagés dans la mission 858 avions. Bombardement Cologne. Vol de guerre.

- 3/4/3-45 - Objectif: (Kamen) - Même équipage - Halifax III - "H" - (Guyenne 13 avions - Tunisie 13 avions). Durée: 6h33. Vol de jour 1h14. Vol de nuit 5h19. Total des avions engagés dans la mission 234 avions. Nombre de Français tués dans la mission (3). Vol de guerre de nuit.

- 7/8/3-45 - Objectif: (Hemingstedt) - Même équipage - Halifax III - "A" - (Guyenne 11 avions - Tunisie 10 avions). Durée: 5h52. Vol de jour 0h34. Vol de nuit 5h18. Total des avions engagés dans la mission 281 avions. Bombardement raffinerie de pétrole près de Kiel Hemingstedt (Schelswig). Vol de guerre de nuit.

- 8/9/3-45 - Objectif: (Hambourg) - Même équipage - Halifax III - "G" - (Guyenne 10 avions - Tunisie 9 avions). Durée: 5h53. Vol de jour 0h56. Vol de nuit 4h57.Total des avions engagés dans la mission 312 avions. Bombardement chantiers navals Hambourg. Vol de guerre de nuit.

- 11/3/45 - Objectif: (Essen) - Même équipage - Halifax III - "H" - (Guyenne 13 avions - Tunisie 11 avions). Durée: 5h22. Total des avions engagés dans la mission 1079 avions. Bombardement Essen. Vol de guerre.

- 13/3/45 - Objectif: (Wuppertal) - Equipage - Halifax III - "K" - Pilote: Lt IDRAC, Navigateur: Cdt de VULPILLIERE, Bombardier: Sgt/C LARUE, Radio: Sgt GAVOYE, Mécanicien: Lt ROUSSEAU, Mitrailleur-supérieur: Sgt BOUFFAND, Mitrailleur-arrière: Sgt ROUTHIER. ( Guyenne 14 avions - Tunisie 12 avions). Durée: 5h49. Bombardement Wuppertal (Rhur). Vol de guerre.

- 24/3/45 - Objectif: (Sterkrade) - Equipage - Halifax III "E" - Pilote: Lt TROUETTE, Navigateur: Lt le GOUIC, Bombardier: Lt CHEVALIER, Radio: Lt CARRAT, Mécanicien: Lt ROUSSEAU, Mitrailleur-supérieur: Sgt BORGEY, Mitrailleur-arrière: Sgt TALLONNEAU. (Guyenne 9 avions - Tunisie 10 avions). Durée: 5h33. Total des avions engagés dans la mission 177 avions. Bombardement Gare de Sterkrade. Vol de guerre.

Avril 1945

- 25/4/45 - Objectif: (Wangerooge) - Equipage - Halifax VI "Q" - Pilote: Sgt BONNET, Navigateur: S/Lt LASSUS, Bombardier: Sgt LUPISGICH, Radio: Sgt/C DERBESSE, Mécanicien: Lt ROUSSEAU, Mitrailleur-supérieur: Sgt BOURSET, Mitrailleur-arrière: Sgt BOURGEROL. (Guyenne 18 avions - Tunisie 12 avions). Durée: 4h06. Total des avions engagés dans la mission 482 avions. Nombre de Français tués dans la mission (7). Bombardement batterie côtière Wangerooge (Frise). Vol de guerre.

10 missions sur la France, 18 missions sur l'Allemagne, total 28 missions de guerre.

__________________________________________

EQUIPAGE DU COMMANDANT PUGET - (BROHON)

37155313

(collection: POTET.Jean-Marie)

Pilote: Cdt PUGET. (Cdt de l'avion) Mécanicien: Sgt/C CARAYOL. Navigateur: Lt PLUCHART. Bombardier: Lt PERSEVAL. Radio: Sgt. MOUREY. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C GORDIOL. Mitrailleur-arrière: Adjt/C POTET.Claude

Après le départ du Commandant BROHON le Commandant PUGET deviendra pilote de cet équipage.

 

PhotoSign

(collection: POTET Jean-Marie)

_____________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE BARON

 

equipage baron

(collection: la mémoire des groupes lourds)

Pilote: Cpt. BARON Robert.(Cdt. de l'avion). Navigateur: Lt. TRUCHE Armand. Bombardier: Adjt. VIGNERON Guy. Radio: Adjt/C. MIGNOT René. Mécanicien: Sgt/C. CORMIER Charles. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C. PETITJEAN Roger. Mitrailleur-arrière: Sgt. BOURRELY LouisLt-Colonel. DAGAN Noël.(co-Pilote)

4/5.11.1944 - Objectif: BOCHUM - Squadron 346 - 5 morts.

NOMBRE D'AVIONS ENGAGES PAR CHAQUE GROUPE:

GUYENNE 16 AVIONS TUNISIE 11 AVIONS.

TOTAL DES AVIONS ENGAGES DANS LA MISSION: 749 AVIONS.

NOMBRE DE FRANCAIS TUES DANS LA MISSION: 23 TUES.

Les avions traversèrent un formidable barrage de D.C.A.. Cette mission fut bien plus meurtrière que les précédentes! Ils étaient fortement secoués: l'ennemi défendait ses usines d'armes de guerre avec acharnement. Des "HALIFAX" étaient touchés à mort. Ils tombaient et, malheureusement, aucun parachute ne s'ouvrait. Les équipages étaient perdus à jamais!

Le Capitaine BARON Robert sur le-J- avait déjà effectué 26 missions pour la France dont 9 missions sur l'Allemagne. Le Lieutenant-Colonel DAGAN Noël, de l'état-major de Londres, s'était embarqué avec lui comme 2ème pilote , car il pensait que, pour pouvoir commander des gens qui faisaient la guerre, il fallait la faire aussi. C'était pour cette raison qu'il accompagnait le Capitaine BARON Robert. Au retour de sa mission, attaqué par un chasseur de nuit.(les intruders) l'avion fut descendu à NORFT (8km au S-O. de DÜSSELDORF). Trois membres de l'équipage furent sauvés par leur parachute et faits prisonniers. Le "HALIFAX" emporta dans sa chute 4 membres de l'équipage et le Lieutenant-Colonel DAGAN Noël.

(source: Le "L" for LOVE du Cpt. VEAUVY )

CITATION

Cité à l'ordre de la Brigade Aérienne:

Le Colonel BAILLY, Commandant les Groupes de bombardement N°1 cite à l'ordre de la Brigade Aérienne l'équipage du Capitaine BARON (Cdt d'avion)

"Équipage d'une très grande valeur et d'une expérience exceptionnelle. Manifeste en opérations un allant et une compétence qui lui ont permis d'accomplir avec un grand succès contrôlé par photographie plusieurs missions de bombardement de nuit pour la préparation et l'appui du débarquement en Normandie, en dépit des circonstances atmosphériques peu favorables, de l'opposition de la D.C.A. et de la chasse ennemie. Notamment au cours d'une mission effectuée le 06.06.44 à basse altitude a eu son appareil endommagé par la D.C.A.

(Croix de guerre avec étoile de bronze)

Cité à l'Ordre de la Division Aérienne:

Capitaine BARON, et son équipage:

"Équipage d'élite, ardent à participer à toutes les missions. A effectué avec efficacité 7 missions de nuit et 4 de jour contre les bases d'avions sans pilote et contre le réseau ferré ennemi. Notamment en juillet 1944 a eu son avion atteint par la D.C.A."

(Croix de guerre avec étoile d'argent)

Radio: S/Lt René MIGNOT

CITATION A L'ORDRE DE L'ARMEE AERIENNE: J.O. du 6.1.46 a/c du 3.3.45 Décret du 19.11.45.

"Membre d'un équipage d'élite du bombardement lourd ayant fait preuve de magnifiques qualités au cours de nombreuses missions conduites avec succès contre les objectifs les plus défendus d'allemagne manifeste pour ces missions le même allant qu'au début de son tour d'opérations depuis sa dernière citation a notamment mené à bien le 15.9.44 une attaque difficile contre un port de la Baltique et le 6.10.44 une mission de jour contre une usine de la Ruhr, mission au cours de laquelle tous les avions du Groupe furent endommagés par la Flack. Le 2 novembre a fait partie d'un raid contre une ville de la Ruhr et a réussi remarquablement sa mission malgré les efforts d'une chasse ennemie particulièrement mordante et active.

CETTE CITATION COMPORTE LA CROIX DE GUERRE 39/45 avec Palme.

Décision du 06/03/1947 à l'ordre de l'armée aérienne- J.O.R.F. du 16/04/1947 - page 1704.

"MIGNOT (René Pierre Henri) Sous-Lieutenant du Groupe de Bombardement 2/23 "Guyenne": Officier radio de grande valeur qui vient d'effectuer du 5 Juillet 1944 au 12 Septembre 1944, une nouvelle série de missions de jours et de nuit sur des Centres industriels et des noeuds de communications de la Ruhr ainsi que sur des rampes de bombes volantes, objectifs tous puissamment défendus par la D.C.A. A toujours contribué par son travail et son sang-froid la pleine réussite de ces missions ou des résultats excellents ont été obtenus.

CETTE CITATION COMPORTE L'ATTRIBUTION DE LA CROIX DE GUERRE AVEC PALME.

____________________

Le Halifax du Capitaine BARON Robert, attaqué par un chasseur de nuit, est descendu à Norf (8 km. S.-O. de Dusseldorf) au retour du raid.

Trois membres de l'équipage, sauvés, sont faits prisonniers:

Capitaine TRUCHE Armand (Navigateur)

Adjudant-Chef MIGNOT René (Radio)

Sergent-Chef PETITJEAN Roger (Mitrailleur-supérieur).

Noel_Dagan_en_militaire_-_ca1940

Lieutenant-Colonel DAGAN Noël, photo prise en 1940.

(collection: Nicolas DAGAN)

Les quatre autres membres de l'équipage, ainsi que le Lieutenant-Colonel DAGAN Noël, qui volait comme 2ème pilote, sont inhumés au cimetière de Norf.

Capitaine BARON Robert (Pilote)

Adjudant VIGNERON Guy Bombardier)

Sergent-Chef CORMIE Charles (Mécanicien)

Sergent BOURRELY Louis (Mitrailleur-arrière)

Récit du Sergent-Chef PETITJEAN Roger.

En piqué à mort.

Vers la fin de l'après-midi du 4 novembre, notre Halifax décollait d'Elvington. Objectif BOCHUM dans la Ruhr. Le temps était couvert, mais la météo avait signalé une région dégagée et claire autour de l'objectif. Rien à dire, les conditions atmosphériques n'étaient pas défavorables. On allait pouvoir faire du bon travail.

Nous étions 8 à bord: le capitaine BARON au poste de pilotage; navigateur: le capitaine TRUCHE; bombardier: l'adjudant VIGNERON; radio: l'adjudant MIGNOT; mitrailleur-arrière le sergent BOURRELY; mécanicien: le sergent CORMIER; le colonel DAGAN avait pris place dans notre appareil comme passager. J'occupais (sergent-chef PETITJEAN) le poste de mitrailleur-supérieur.

La première partie du voyage fut sans histoire. Nos quatre moteurs exécutaient leur travail bien sagement. La flak ne se montrait pas trop entreprenante et les chasseurs ennemis semblaient peu disposer à monter à notre rencontre. Malheureusement, quelques minutes avant d'atteindre l'objectif le moteur droit montra quelques troubles. Ils allèrent en s'accentuant. Le pilote dut dire au mécanicien de couper et de mettre en drapeau.

Vers 19h35 le bombardement a lieu sur trois moteurs seulement. Nous avons un léger retard sur notre horaire, un vent N-E plus fort que celui prévu par la météo nous ayant gêné.

Pas bien grave, les usines de Bochum ont leur compte.

Mais la D.C.A. se réveille, dense et rageuse. Les projecteurs balaient le ciel. Les "traçantes" nous entourent. Le cercle se resserre petit à petit.

Brusquement un de ces tirs se rapproche de la tourelle, léchant tout l'appareil de l'avant de la queue. Instinctivement je demande au capitaine Baron une manoeuvre de dégagement. Il l'exécute. Mais trop tard. Nous sommes touchés à droite. Le feu est au moteur. Presqu'aussitôt un Messerchmitt 109 fonce de l'avant sur notre Halifax et passe à notre droite. Le feu gagne.

Une deuxième rafale nous atteint au moment même où je voyais disparaître notre premier agresseur. Le Messerchmitt qui nous tire maintenant est plus précis: il dégage à environ 150 mètres. Je recommence ma manoeuvre et je suis à peu près certain de le toucher durement. Lui aussi est repris par la nuit.

Le "feu à droite". Je m'adresse au pilote; il ne répond pas. Le mécanicien seul me fait un signe de tête pour me montrer qu'il a déjà vu le danger.

Allô! pilote, le feu prend de l'ampleur, faut-il mettre nos parachutes? Pour la première fois il me répond. Il parait blessé. Il fait un effort "Oui, oui, aux parachutes. Deux secondes se passent... Sautez, mais sautez vite". Le pilote prononce ces paroles normalement, mais ses mouvements sont lents. Le navigateur essaye d'ouvrir la trappe, tandis que l'adjudant Mignot aide le colonem Dagan à accrocher son parachute.

Je commence à me dégager les jambes pour sauter, quand l'appareil, brutalement, d'un bond sec et inconscient part en vrille à gauche. Le pilote a dû être gravement atteint, ou les commandes ont été coupées: notre Halifax est maintenant livré à lui-même.

RIVE A LA TOURELLE.

Un brusque départ en vrille, puis en piqué, me projette au dehors. Mes jambes demeurent accrochées à la tourelle. Malgré l'effrayante vitesse, malgré le feu qui m'entoure, je garde pleine conscience. Je vois ma situation: rivé par la force de chute à un appareil qui n'a plus de mains pour le guider, qui fonce à une allure toujours plus grande vers le sol.

Que faire? M'extraire par mon parachute? Impossible. Le vent l'a décalé et il se trouve maintenant derrière ma tête. Et puis je ne peux faire un mouvement. Je tente en vain d'allonger le bras pour tirer sur la poignée.

Tout cela se déroule en quelques secondes. Mon esprit continue à enregistrer de façon automatique. C'est la chute sans aucun espoir de sortie. Et c'est l'explosion de notre réserve d'essence... L'explosion de tout l'appareil. Je ne vois rien. Mais je reste lucide.

Par la déflagration, je suis éjecté de cet enfer. Je tombe en chute libre. Mais seul. Je ne suis plus attaché à des tonnes de métal qui fondent vers la mort. J'ouvre aussitôt mon parachute. Une douleur tenace me fait croire que j'ai perdu une jambe. Je vois le Rhin bordé d'inendies et de ruines.

J'atterris bientôt à 500 mètres du bord de l'eau, de façon régulière. Je constate que mon genou est seulement démis car il se plie à l'intérieur. Mes vêtements sont en loques. Mes mains en partie gelées.

Je regarde ma montre. elle est bloquée à 20h48.

(Extrait de "L'Aviation française, journal du 5 juillet 1945 récit recueilli par Marc Livet)

(collection: Nicolas DAGAN)

_________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE MARCHAL 

equipage marchal Numériser 3

Premier a partir de la gauche le Sgt Georges MOLINIER. Troisième le Capitaine Marchal.

equipage marchal Numériser

(collection: Lionel CAVIN)

 

mes_images093

Pilote: Cpt. MARCHAL (Cdt. de l'avion) Navigateur: Lt. de PREVAL. Bombardier: S/Lt. MUNIER. Radio: Sgt. REBIERE. Mécanicien: Sgt. MOLINIER. Mitrailleur-supérieur: Sgt. FABRE. Mitrailleur-arrière: Sgt/C. GODARD.

mes_images834

Le  Capitaine MARCHAL et le lapin mascotte de l'escadrille.

(source: La mémoires des groupes lourds)

img011

Lieutenant de PREVAL.

Photo prise en mars 1945 à ELVINGTON.

(collection: Nicole ROUSSEAU-PAYEN)

CITATIONS

CITATION A L'ORDRE DE LA BRIGADE AÉRIENNE N°18 DU 20.9.43

DÉCERNÉE A L'ASPIRANT MOLINIER G.L.C. 1447 F.A.F.L.

Le Colonel COUSTEY, Commandant des FORCES AÉRIENNES FRANÇAISES LIBRES en GRANDE-BRETAGNE, cite à l'ordre de la Brigade Aérienne, l'équipage du Squadron N°346 : Aspirant MOLINIER.

"Mécanicien d'un équipage d'un cran admirable : le 25 Juillet, au cours d'une mission de nuit contre une usine de pétrole synthétique en Allemagne de l'Ouest, isolé par suite d'un retard de dix minutes sur l'horaire, décida de poursuivre l'attaque et bombarda en fait avec un bon résultat, fut pris alors durant 7 minutes dans des cônes de projecteurs et soumis, durant 20 minutes au tir concentré de la D.C.A. la plus puissante d'Allemagne; revint atterrir sur un terrain de secours de la côte Anglaise avec un avion très endommagé et un membre de l'équipage sérieusement blessé".

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre avec étoile de bronze.

CITATION A L'ORDRE DE LA DIVISION AÉRIENNE N°353 DU 24.2.44

DÉCERNÉE A L'ASPIRANT MOLINIER Georges des F.A.F.L.

Le Colonel COUSTEY, Commandant des FORCES AÉRIENNES FRANÇAISES en GRANDE-BRETAGNE, cite à l'ordre de la Division aérienne, l'Aspirant G.L.C. MOLINIER, du Squadron N°346:

"Mécanicien d'un équipage de bombardement lourd qui, au terme de son tour d'opération, s'est porté spontanément volontaire pour effectuer une nouvelle série de missions dans le cadre de la lutte du "Bomber Command" contre l'Allemagne.

A, en particulier, participé au cours de 96h25 de vols de guerre, à une série d'attaque contre les objectifs industriels et voies de communication puissamment défendus de l'Allemagne de l'Ouest.

A toujours fait montre des meilleurs qualités de courage et de sang-froid au sein du combat commun pour la libération de la Patrie".

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre avec Étoile d'Argent.

CITATION A L'ORDRE DE LA DIVISION AÉRIENNE N°59 DU 2.5.44

DÉCERNÉE A L'ASPIRANT MOLINIER Georges (Squadron 346 R.A.F.)

Commandant Air en Grande-Bretagne. Citation Équipage du Capitaine MARCHAL.

" Excellent équipage de bombardement qui a donné les preuves de sa valeur au cours de nombreuses opérations sur des objectifs comptant parmi les plus puissamment défendus de l'Allemagne.

Vient de prendre part à une nouvelle série d'opérations sur la Ruhr et l'Allemagne du Nord. Déjouant par sa compétence et sa cohésion toutes les difficultés qu'apportent des conditions atmosphériques souvent défavorables et les violentes réactions de la D.C.A. lourde et de la chasse.

S'est particulièrement distingué le 25 Mars 1944 lors d'une attaque sur un important centre ferroviaire et industriel de l'Allemagne du Nord, alors qu'étant pris à partie et sérieusement atteint par la D.C.A., il réalisa cependant un excellent bombardement et le 4 avril 1944 au cours d'une attaque de nuit sur un important port de guerre ennemi très protégé".

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre avec Étoile d'Argent.

(collection: Famille MOLINIER)

33180975

Mécanicien: Sgt. MOLINIER.

 

molinier georges img320

 

molinier georges img321

 

molinier georges img322

 

molinier georges img323

(collection: Cathy DAGORN)

Merci Cathy pour se superbe document, votre papa M. Georges MOLINIER serait fier de vous pour le souvenir de nos anciens.

 

mes_images

Mitrailleur-arrière: Sgt/C. GODART.

mes_images

Bombardier: S/Lt. MUNIER.

mes_images

Radio: Sgt. REBIERE.

RC Raymond Cavin au Maroc

Raymond CAVIN à Marrakech devant un Léo45 du Groupe 1/23.

equipage marchal Numériser 1

equipage marchal img750 

raymond cavin Numériser 

Raymond CAVIN à l'hôpital après son emputation.

 

raymond cavin img755

 

(collection: Lionel CAVIN)

 

___________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT GONTHIER

img313

mes_images094

Pilote: Lt. GONTHIER. (Cdt. de l'avion) Navigateur: S/Lt. CAPDEVILLE. Bombardier: Sgt/C. DUSSAULT. Radio: Sgt/C. RAYNAUD. Mécanicien: Sgt/C. PATRIS. Mitrailleur-superieur: Sgt. HELLMUTCH. Mitrailleur-arrière: Sgt. SAINTSEVIN.

18/19.03.1945 - Objectif: WITTEN.

Nombre d'avions engagés par chaque groupe:

"GUYENNE" 9 avions.

"TUNISIE" 9 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 324 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 6 tués.

Pendant le trajet aller de la mission, le HALIFAX du Lieutenant GONTHIER tombe en panne de moteur.Les règlements l'autorisent à faire demi-tour. Déjà victime de ce type d'incident à plusieurs reprises, le Lieutenant GONTHIER décide cette fois de poursuivre sa mission. Il continue sa route vers l'objectif et largue ses bombes sur l'objectif. Au retour, il est attaqué par un chasseur et s'écrase au sol à NÖLLENBERG.Seul le radio est sauvé par son parachute.Les 6 tués ont été inhumés au cimetière catholique de BEYENBURG.

(source: La mémoire des groupes lourds)

http://www.anoraa620.org/content/view/33/7/

 

img223

 

CITATION

img314

Lieutenant André GONTHIER.

Officier pilote, commandant d'avion, toujours volontaire pour les missions les plus dangereuses, a donné au cours de missions qu'il totalisait dans le cadre du Bomber Command un exemple remarquable de courage, d'esprit de décision et de sang froid. A pris part au cours du mois de mars 1945 à une série d'opérations de longue durée de jour et de nuit sur les objectifs les plus fortement défendus du territoire ennemi où en dépit d'une chasse très agressive et d'une D.C.A. toujours extrêmement dense et précise, il a obtenu des résultats d'une haute précision contrôlés par photographie aérienne.

Le 18 mars 1945 participant à un raid d'importance sur un centre industriel des mieux protégés de la région rhénane a été abattu avec son équipage.

 

Charles de GAULLE

20.08.1945

_____________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT VIALATTE

mes_images156

EQUIPAGE DU LIEUTENANT VIALATTE

img959

 

EQUIPAGE DU CAPITAINE CALMEL

EQUIPAGE DU LIEUTENANT VIALATTE

(collection:Eric SUTOUR)

img271

EQUIPAGE DU CAPITAINE CALMEL

De gauche à droite:

Pilote: Cpt.CALMEL. (Cdt. de l'avion) Navigateur: Lt. BERRARD. Bombardier: S/Lt. PARDOEN. Radio: Sgt/C. ALIX. Mécanicien: Adjt/C. ROUX. Mitrailleur-supérieur: Sgt. MECHALY. Mitrailleur-arrière: Sgt. LADET-CHASSAGNE.

EQUIPAGE DU LIEUTENANT VIALATTE

Pilote:Sgt/C. BUSNEL. Navigateur: Lt. VIALATTE. (Cdt de l'avion) Bombardier: Lt. SUTOUR. Radio: Sgt/C. BONNAFOUS. Mécanicien: Adjt/C. CHOMY. Mitrailleur-supérieur: Sgt. HELARY. Mitrailleur-arrière:Sgt. BAERT.

RECIT DU PETIT-FILS DU Sgt/C BUSNEL Christophe LAVIE.

Concernant le H7C, il a en fait été réformé sur place, suite à la mission du 26 Décembre 1944

Objectif: SAINT-WITH.

"GUYENNE" 5 avions.

"TUNISIE" 3 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 294 avions

Durant la bataille des Ardennes de 1944, une division panzer se cachait à St WITH, dans les Ardennes Belges, et le seul moyen de les déloger, était l'arme aérienne, le GUYENNE bombarde à 500mètres d'altitude ce jour-là!

Les chars font du tir au pigeon sur les HALIFAX, mon grand-père manque de se faire tuer aux commandes lorsqu'un éclat d'obus perfore la carlingue, lui passe entre les jambes, coupe le fil de l'interphone de bord et ressort en faisant un trou dans le haut du cockpit.

Au retour de la mission, l'avion est en triste état: 6 réservoirs crevés sur 14, plus de circuit hydraulique, même celui de secours, donc pas de freins. Roger, détourne l'avion sur CARNABY, ou se trouve un terrain de secours, et secoue l'avion dans tous les sens pour faire sortir le train.

Atterrissage d'urgence, l'avion roule jusqu'en bout de piste, puisque les freins sont morts, et s'arrête finalement, pas d'accident, mais l'avion est réformé, avec 289 trous dans la carlingue.

La mission suivante, le 29 Décembre, se fera avec un H7C Charlie tout neuf.

(Christophe LAVIE)

CITATIONS

mes_images

Navigateur: Lt. VIALATTE. ( Cdt. de l'avion).

_______________________________

Scan10022

Blida en 1940, Maurice BAERT premier en partant de la droite.

(collection: Famille BAERT)

mes_images

Maurice_BAERT_093

Mitrailleur-arrière: Sgt. BAERT Maurice.

____________________________________________

mes_images

Mitrailleur-supérieur: Sgt. HELARY.

mes_images

Pilote: S/Lt. BUSNEL.

mes_images

Mécanicien: S/Lt. CHOMY.

________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT-COLONEL VENOT

 

equipage du Col VENOT 2-23 guyenne

(collection: Roger Dodsworth)

- Une petite anecdote, La photo appartenait à Madame Pauline Dodsworth (1928-2013) qui est décédé cette année. Son nom de jeune fille était Elmhirst et pendant la guerre, elle et sa famille vivaient à la Grange (Ferme) à Elvington. La famille avait beaucoup de contact avec les "Français Libres", comme elle les appelait et les officiers ont été régulièrement invités à la Grange (Ferme) pour des repas et des fêtes.

Pilote: Lt-Col. VENOT.(Cdt. de l'avion). Navigateur: Lt. GUILLOCHEAU. Bombardier: Adjt. KIPPERLE. Radio: Sgt. LHOMOND. Mécanicien: Sgt/C. COUPEAU. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C.FINALE. Mitrailleur-arrière: Sgt/C. BIAGGI.

10.09.1944-Objectif:OCTEVILLE(près du havre).

Nombre d'avions engagés par chaque groupe

"GUYENNE" 16 avions.

"TUNISIE" 14 avions

Total des avions engagés dans la mission: 992 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 6 tués.

L'avion du Lieutenant-Colonel VENOT (commandant du groupe GUYENNE) explose à l'attérissage sur le terrain d'ELVINGTON, à 18h.34, au retour d'une mission très facile sur Octeville (près du Havre). Une bombe restée dans l'avion se décroche au contact du sol, faisant éclater l'avion, qui prend feu immédiatement. Seul, le Lieutenant-Colonel VENOT est miraculeusement sauvé. Il est grièvement brûlé, tous les autres membres de l'équipage sont tués.

Tous ont été enterrés le 14 septembre au R.A.F. Regional Cimetery de Stonefall, à Harrogate (Yorkshire).

CITATIONS

img921

(collection: Alain VENOT)

Général VENOT.

 

Guillocheau_Louis_Robert_(Groupes_Lourds)_-_Pauillac

Sépulture de Louis-Robert GUILLOCHEAU, inhumé au cimetière de Pauillac (33).

(source: Yves PLOTON)

 

img838

Sergent: Gabriel LHOMOND

Journal officiel du 4 Février 1945

Par décret en date du 12 Janvier 1945, la médaille militaire est attribuée, à titre posthume.

 

LHOMOND Gabriel, sergent: sous-officier d'active, radio navigant; après avoir obtenu en école anglaise des résultats extrêmement brillants qui découlaient d'une intelligence vive, d'une application au travail et d'un parfait esprit  militaire, se montrait au cours des missions un membre particulièrement allant, précieux et sûr de l'équipage du Halifax III dont il faisait partie. Après avoir effectué, malgré l'opposition parfois violente de la chasse ennemie, de nombreuses missions de jour et de nuit contre l'Allemagne et les territoires occupés, est mort pour la France avec son équipage le 10 septembre 1944, par suite de l'explosion à l'atterrissage d'une bombe qui n'avait pu être larguée. Totalisait 15 missions, 406 heures de vol de guerre, dont 37 heures de nuit. Durant ses quatre années de services, S'était déjà affirmé comme un sous-officier de valeur exceptionnelle, qui, plus tard, aurait pu être promu officier.

IMG_0001_1___2_

Sergent-Chef: Dominique BIAGGI

(collection: Sandra BARBIER NIAULON)

BIAGGI Dominique-François, Sergent-Chef: sous-officier d'active mitrailleur; après de nombreuses années de service en France et en Afrique française du Nord, servait en Angleterre comme mitrailleur arrière d'un avion "HALIFAX III". Il se montra en mission particulièrement allant et sûr, aidant notamment, à six reprises, par sa veille et son tir précis, a éviter des attaques de chasseurs de nuit ou à s'en dégager. Après avoir effectué de nombreuses missions de jour et de nuit contre l'Allemagne et les territoires occupés, est mort pour la France avec son équipage, le 10 septembre 1944, par suite de l'explosion à l'atterrissage d'une bombe qui n'avait pu être larguée. Totalisait 18 missions 346 heures de vol. Dont 101 de nuit, et 71 heures de vol de guerre, dont 39 heures de nuit. Durant cinq années de service, s'était montré un camarade gai, allant et courageux et un très bon sous-officier consciencieux et discipliné.

----------------------------------------------------------

P1030085

Cimetière de BROOCKWOOD

zpfile002

(collection: Yvonne FINALE)

P1030086

Cimetière de BROOCKWOOD la stèle du Sgt/C FINALE.

(collection: Yvonne FINALE)

Sergent-Chef: Wilson FINALE

FINALE Wilson, Sergent-Chef: sous-officier mitrailleur initialement d'active, devenu réserviste, rappelé sous les drapeaux en février 1943, servait en Angleterre comme "Mild Upper Gunner" d'un avion HALIFAX III; il se montra en mission particulièrement allant et sûr, aidant notammentà six reprises, par sa veille et son tir précis, à éviter des attaques de chasseurs de nuit ou à s'en dégager. Après avoir effectué de nombreuses missions de jour et de nuit contre l'Allemagne et sur les territoires occupés, est mort pour la France avec son équipage le 10 septembre 1944, par suite de l'explosion à l'atterrissage d'une bombe qui n'avait pu être larguée. Totalisait 16 missions, 446 heures de vol, dont 98 de nuit. Durant ses onze mois de services à l'escadrille, s'était affirmé comme un excellent camarade et comme un combattant plein d'allant et de courage.

-----------------------------------------------------

Adjudant: Jules-Joseph KIPFERLE

KIPFERLE Jules Joseph, Adjudant,: sous-officier de carrière volontaire pour combattre au-dessus de l'Allemagne malgré le danger accru par sa qualité de Lorrain; après de nombreuses années de service comme mitrailleur, servait comme bombardier dans un équipage de "HALIFAX III". S'est montré très compétent, très adroit et précis au cours de ses bombardements de jour et de nuit. Après avoir effectué, malgré l'opposition parfois violente de la chasse ennemie, de nombreuses missions très réussies de jour et de nuit contre des objectifs en Allemagne et en territoire occupés, est mort pour la France avec son équipage, le 10 septembre 1944, par suite de l'explosion à l'atterrissage d'une bombe qui n'avait pu être larguée. Totalisait 23 missions, 657 heures de vol, dont 145 de nuit et 89 heures de vol de guerre, dont 28 heures de nuit. Durant ses dix années de service, fut pour ses chefs un subordonné actif, consciencieux, discipliné, et pour ses camarades le modèle d'un excellent sous-officier.

Sergent-Chef: Marcel COUPEAU.

COUPEAU Marcel, Sergent-Chef: sous-officier d'active, mécanicien navigant; après de nombreuses années de services comme mécanicien au sol, avait par sa valeur obtenu la récompense tant désiré d'être navigant dans un équipage de Halifax III et de combattre l'Allemand; se montrait particulièrement actif et sûr dans le controle de l'appareillage technique et un collaborateur sérieux des mitrailleurs dans sa surveillance du ciel. Après avoir effectué malgré l'opposition parfois violente de la chasse ennemie, de nombreuses missions très réussies contre l'Allemagne et les territoires occupés, est mort pour la France avec son équipage le 10 septembre 1944, par suite de l'explosion à l'atterrissage d'une bombe qui n'avait pu être larguée. Totalisait 15 missions, 141 heures de vol, dont 56 de nuit, et 68 heures de vol de guerre, dont 36 heures de nuit. Au cours de huit années de services s'était montré un sous-officier de grande valeur, à la fois mécanicien compétent et navigant plein d'allant et de foi.

 

Ces citations comportent l'attribution de la Croix de guerre avec palme de bronze.

(sources: Adjt. COUSTELLIE, "B.A. 106")

______________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE PETIT

img549

mes_images075

Le 4e en partant de la gauche sur la photo l'Adjudant/Chef DEZELLIS.

(collection:la mémoire des groupes lourds)

De gauche à droite:

Mécanicien au sol: MONFRAIX, Mitrailleur-supérieur: Sgt VIDAL Raoul, Radio: Sgt/C MIMAUD, Bombardier: Adjt/C DEZELLIS, Navigateur: Cpt PETIT, Pilote: Adjt RAMES, Mécanicien: BAUER "dit DUBOIS", Mitrailleur-arrière: Sgt LEGUILLOU, Mécanicien au sol: LOONIS.

17/18.12.1944 - Objectif: DUISBOURG.

Nombre d'avions engagé par chaque groupe.

"GUYENNE" 13 avions.

"TUNISIE" 15 avions.

Total des avions engagés dans la mission:523 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 1tué.

Au cours d'une mission sur DUISBOURG (Ruhr), l'avion du Capitaine PETIT, désemparé, perd plus de 15.000 pieds d'altitude, l'évacuation est arrêtée et l'avion rentre en Angleterre.

Le Capitaine PETIT, navigateur, l'Adjudant RAMES, pilote, l'Adjudant BAUER,dit dubois, mécanicien, sont indemnes. Le Sergent VIDAL Raoul, mitrailleur, est légèrement blessé, Le Sergent-Chef MIMAUD Robert, radio, est gravement blessé au bras.

Le bombardier, l'Adjudant DEZELLIS André, a sauté en parachute, il est fait prisonnier. Le Sergent-Chef LE GUILLOU Jean, mitrailleur, a également sauté en parachute. Jamais son corps n'a été retrouvé.

mes_images

(collection: Michel BARON)

"JOURNAL DE MARCHE DU GROUPE "GUYENNE"

Le 18 Décembre, enfin, treize équipages décollent à 2h30 du matin. Pour ne pas changer, ils vont "au charbon".L'objectif est encore, en effet, DUISBOURG. Le Commandant de VULPILLERES fait un "early return", par suite de panne de boite Gee, sur le "P". Sur l'objectif, le "Q" piloté par le Lieutenant DELVOYE, est touché par la Flack. Un éclat écorche sans gravité le Lieutenant CAPARROS, bombardier, un autre casse la pile de la Mae West du Lieutenant BALDASSARI, navigateur. Le "D" du Lieutenant FLESCH et le "G" du Capitaine THIRY sont attaqués par des chasseurs et sauvés par leurs corkscrews. Le Capitaine CALMEL sur le "C-Charlie" comme d'habitude, fait sa 31e et dernière mission ; et c'est d'une voix claironnante qu'au retour il clame à 9h30 son dernier "C-Charlie, clear out".

mes_images076

Le "C FOR CHARLIE" piloté par le Commandant CALMEL Commandant le "GUYENNE" mène le défilé aérien du 14 juillet.

(source: PILOTES DE NUIT. Auteur: Commandant CALMEL.)

Mais le "H" du Capitaine PETIT n'est pas rentré à ELVINGTON. Il a eu de sérieux ennuis, et a dû atterrir à MANSTON, deux des membres de l'équipage ayant sauté en parachute au-dessus de l'Allemagne. A 20.000 pieds, sur la RUHR, pris dans un important barrage de D.C.A., le HALIFAX, déséquilibré, perd 17.000 pieds d'altitude. Le Capitaine PETIT donne l'ordre d'évacuer en parachute; le bombardier, l'Adjudant/Chef DEZELLIS et le sergent/Chef GUILLOU mitrailleur-arrière, sautent. Le Capitaine PETIT aurait pu sauter, puisqu'il venait d'en donner l'ordre et qu'il est navigateur; mais il est aussi Commandant d'avion, et il ne veut sauter que le dernier; il aide le pilote, l'Adjudant RAMES, à reprendre le contrôle de l'appareil, et y réussit avant que le reste de l'équipage ait pu sauter.

Sans_nom

Petite indication sur l'Adjudant/Chef DEZELLIS son insigne tissu "B" de bombardier sur son uniforme a droite de la photo.(collection: Michel BARON)

L'ordre d'évacuer est donc rapporté. Mais l'avion est maintenant sous les nuages,à 3000 pieds au-dessus de la RUHR, et pris à partie par la D.C.A. Le compas est fou, la Gee démolie par un éclat. Un autre éclat blesse grièvement au bras le radio, le Sergent/Chef MIMAUD, qu'il faut étendre sur la banquette de repos. Aprés quelques minutes de vol vers l'Est, le navigateur aperçoit l'erreur, fait demi-tour, et, sans Gee, sans compas, sans radio, aidé surtout par la boussole de la boite "d'escape", il se dirige vers l'Ouest et réussit à atterrir à MANSTON, terminant sa 24e mission.

L'équipage rejoindra par la suite, mais l'avion sera immobilisé par ses avaries pour de longues semaines, et le Sergent/Chef MIMAUD ne pourra continuer son tour d'opérations.

(source:Le journal de marche du Capitaine COCHO.)

CITATIONS

mes_images

Mitrailleur-supérieur: Sgt. BILLAUD.

_______________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE BERAUD

mes_images096

(collection: la memoire des groupes lourds)

 

DSCF9951

(collection: Monsieur CLOAREC)

 

Pilote: Cpt. BERAUD. (Cdt. de l'avion) Navigateur: Lt. VALETTE. Bombardier: Lt. RAFFIN. Radio: Adjt. CLOAREC. Mécanicien: Sgt/C. IMART. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C. BELLON. Mitrailleur-arrière: Adjt. MANFROY.

4/5.11.1944 - Objectif: BOCHUM.

Nombre d'avions engagés par chaque groupe:

"GUYENNE" 16 avions.

"TUNISIE" 11 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 749 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 23 tués.

Toujours au cours de la même nuit, le HALIFAX du Capitaine BERAUD est atteind par une rafale de mitrailleuse d'un chasseur de nuit. Les sept membres de l'équipage réussissent à sauter en parachute. Hélas, deux d'entre eux ne survivront pas: le Lieutenant RAFFIN PIERRE tombe sur une ligne à haute tension et meurt électrocuté.

Le Capitaine BERAUD tombe non loin de cette ligne, son parachute déchiré. Ils avaient déclaré que "quoi qu'il arrive", ils resteraient unis. Ils le sont dans la mort, enterrés dans le même cimetière, le cimetière communal de Stommein.

jo4a

Les tombes du lieutenant RAFFIN et du capitaine BERAUD au cimetière de Stommein.

(collection: Famille BERAUD)

CITATION

jo2a

Lieutenant BERAUD

(collection: Famille BERAUD)

Cité à l'Ordre de la Division Aérienne:

Capitaine BERAUD, et son équipage:

"Équipage qui s'impose par sa valeur technique, son allant, son calme et la conscience minutieuse avec laquelle il accomplit ses missions. A exécuté avec succès 5 missions de nuit et 5 de jour participant aux opérations de Normandie, à la lutte contre les avions sans pilote et à l'action contre le réseau ferré. Notamment a pris part aux deux interventions massives du Bomber Command dans la région de Caen dont la première en juillet 1944 a mérité les chaleureux remerciements de l'Armée Montgomery."

________________________________________

EQUIPAGE DU CAPITAINE PLOTON 

Elvington_1944-1945_(02)_HD-R

De gauche à droite:

Pilote: Cpt Robert PLOTON (Cdt d'avion) Radio: Sgt Jean VERMEULEN, Navigateur: Lt Henri POIROT, Bombardier: S/Lt Jacques de GISORS, Mécanicien: Sgt Auguste SIMONETTI, Mitrailleur-supérieur: Sgt Pierre VAUTRIN, Mitrailleur-arrière: Sgt Paul JUNQUA.

Au centre des mécaniciens au sol le Sgt André CABE mécanicien responsable du pilotage automatique.

(collection: Yves PLOTON)

Lien vers le parcours du Sgt André CABE

http://lythosav.edres74.ac-grenoble.fr/cnrd2004/lestemoi/cabe/tcabe.htm

BOMBER COMMAND

GROUPES DE BOMBARDEMENT N°1

Grande-Bretagne le 7 Juillet 1945

Le Colonel VENOT, Commandant les Groupes

de Bombardement N°1 et la R.A.F. Station d'Elvington.

Adresse ses félicitations

au Sergent CABE André, Mle 921

pour le motif suivant.

Spécialiste instruments de bord. Chargé de l'entretien et du réglage des appareils de pilotage automatique montés sur les avions du groupement, a accompli sa mission avec beaucoup de compétence active et une ardeur au travail, une bonne humeur particulièrement remarquées. Totalise plus de 200 heures de vol de réglage depuis son arrivée au Groupement.

Signé: VENOT.

Réponse de la D.M. donnant droit au port d'insigne noble de membre d'équipage

C.M.2506/4 0/12 23/4/44.

(collection: André CABE)

Elvington_1944-1945_-_Officiers

(collection: Yves PLOTON) 

Tunisie - Halifax EQUIPAGE BARRAULT

Mécanicien au sol.

(collection: Jean-Pierre VALETTE)

 

CITATIONS

Le Lieutenant-Colonel VENNOT Cdt les Groupes de Bombardement N°I, cite à l'ordre de la Brigade Aérienne:

Équipage d'un allant remarquable qui vient de commencer brillament son tour d'opérations en exécutant de dures missions de bombardement sur des objectifs puissamment défendus de la région Rhénane et de l'Allemagne centrale, malgré une flak lourde, nombreuse et précise et une chasse ennemie particulièrement active, a mené à bien toutes ces missions et obtenu d'excellents résultats de bombardement.

Cette citation comporte l'attribution de la croix de Guerre avec étoile de Bronze.

Citation à l'ordre de la DIVISION AERIENNE:

Équipage plein d'allant et d'une cohésion parfaite, faisant montre dans les circonstances les plus difficiles, d'un esprit particulièrement combattif et d'un courage à toute épreuve.

Vient de prendre part au cours des mois de Février et Mars 1945, à de nombreuses missions de jour et de nuit, sur différents objectifs de l'Allemagne du Nord et de l'Ouest. A obtenu dans ces occasions des résultats d'une grande précision, malgré les réactions violentes d'une D.C.A. particulièrement dense et précise, et les activités d'une chasse ennemie très éveillée.

Le 3 Mars 1945 au retour d'une longue mission de nuit,a réussi par son habileté et son audace à déjouer les attaques des chasseurs ennemis qui effectuaient une veille au abords des terrains d'atterrissage.

Cette citation comporte l'attribution de la croix de Guerre avec Etoile d'Argent.     

mes_images

Navigateur: Lt. POIROT.

mes_images

Mitrailleur-supérieur: Sgt. VAUTRIN.

mes_images

forteresse_vollante022

Mitrailleur-arrière: Sgt. JUNQUA.

Sur proposition du Ministre de l'Air, le Général de GAULLE, Président du Gouvernement Provisoire de la République Française, Chef des Armées, cite à l'ordre de l'Armée Aérienne:

Le Sergent JUNQUA Paul, du Groupe de Bombardement 2/23 Guyenne.

Jeune sous-officier mitrailleur de tourelle supérieure qui calme et courageux et faisant preuve des plus belles qualités professionnelles, est un élément précieux pour son équipage. Vient au cours d'une nouvelle série de missions de jour et de nuit sur des objectifs puissamment défendus de l'Allemagne du Nord et de l'Ouest de montrer ses réelles qualités de courage et compétence en ne cessant pas d'apporter avec la même clarté, même dans les moments les plus délicats, les renseignements nécessaires au pilote et au navigateur pour assurer le succès d'une mission.

S'est particulièrement distingué le 15 Mars 1945 et le 19 Mars 1945 au cours de missions de jour et de nuit sur la Rhur en permettant à son pilote d'éviter des zones rendues particulièrement dangereuses par l'activité des chasseurs de nuit et des projecteurs.

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre avec palme de Bronze.

___________________________________________________

EQUIPAGE DU COMMANDANT SIMON

mes_images100

(collection: la mémoire des groupes lourds)

Pilote: Cdt. SIMON. (Cdt. de l'avion). Navigateur: Lt. PELISSIER. Bombardier: Lt. ZEILLER. Radio: Sgt/C. VIELLE. Mécanicien: Adjt/C. BRIGALAND. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C. ROIRON. Mitrailleur-arrière:Sgt. FERNANDEZ. Sgt/C. FOURNIER.(copilote)

mes_images743

ESSEN photographiée le 12 septembre 1944.

(source:LES FOUDRES DU CIEL. du Général NOIROT.)

23/24. 10. 1944 - Objectif: ESSEN

Nombre d'avions engagés dans la mission.

"GUYENNE": 15 avions.

"TUNISIE": 15 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 1055 avions.

Nombre de Français tués dans la mission. 10 tués.

L'avion du Commandant SIMON, commandant  la première escadrille du groupe GUYENNE, ne revient pas de la mission. D'abord porté "manquant", l'équipage est ensuite considéré comme "disparu".

D'après les recoupements effectués à partir des comptes rendus des équipages ayant participé à la mission, il est probable que le HALIFAX du commandant SIMON est entré en collision avec un autre HALIFAX de la force principale au dessus de la mer du nord. Le sergent-chef FOURNIER effectuait, en qualité de copilote, sa mission d'accoutumance. L'équipage dont il faisait partie dut évidemment être dissout.

CITATION

Cité à l'Ordre de la Division Aérienne:

Capitaine SIMON, et son équipage:

"Équipage d'élite commandé par le Chef d'Escadrille. A obtenu, malgré une défense de chasse de nuit et de flak violentes, des résultats d'une précision remarquable au cours de onze missions qu'il a effectuées depuis l'engagement du Groupe: attaques de jour et de nuit sur les objectifs du champ de bataille en Normandie, sur les bases d'avions sans pilote, sur les centres ferroviaires et industriels puissamment défendus, et notamment le 24 juillet sur Stuttgart."

GB I/11

Constitué à partir des escadrilles n°29 et 123 de la Grande Guerre, le groupe de bombardement (GB) I/11 fut mis sur pied en même temps que la 11e escadre de bombardement, à la fin de l'année 1932. Commandé par le commandant Berdoulat et doté de Bloch MB.210, ce groupe stationna tout d'abord à Metz, puis fut basé à Toulouse, où il se trouvait encore au moment de la mobilisation du mois d'août 1939.

Le 1er septembre de la même année, il rejoignit la base d'Istres afin de passer sous les ordres du groupement d'instruction du Sud-Est, auquel il allait rester rattaché jusqu'à l'offensive allemande du 10 mai 1940 à l'ouest. Le GB I/11 passa la plus grande partie de son séjour dans le midi de la France à effectuer des exercices de tir et à s'entraîner au vol sans visibilité. La transformation du groupe de bombardement sur avion moderne, en l'occurence le Loiré-et-Olivier LeO45, débuta au commencement du mois de mars 1940. Mais cette opération se révéla difficile, si bien qu'en mai suivant le GB I/11 n'avait pris en compte que quatre exemplaires de cette machine, le reste de sa dotation se composant de quinze Bloch MB.210.

Quelques jours après le début de l'attaque allemande sur le front occidental, le I/11 fut placé en état d'alerte et renforcé en LéO 45. Affecté à la Ire armée aérienne, il rejoignit Marigny-le-Grand le 19 mai, puis Pont-sur-Yonne, deux jours plus tard. Le 24 mai survint l'ordre de rallier la base d'Etampes-Mondésir, d'où le groupe effectua, le 26, sa première mission de guerre: l'attaque des rassemblements allemands dans la région de Bapaume. Dès lors, les sorties succédèrent aux sorties, visant les ponts sur la Somme et les voies de communication empruntées par l'adversaire. Le 1er juin, le capitaine Tournès prit le commandement du I/11 en remplacement du commandant Berdoulat, disparu la veille en opérations. Le 6, le premier de ces officiers fut à son tour porté manquant, sa succession étant assurée par le capitaine Hériard-Dubreuil. A cette date, le I/11 ne disposait plus que de trois équipages et de onze avions, et ses missions s'orientèrent vers des sorties de nuit. Le 11, il fut cantonné à Tours, d'où il continua à attaquer des objectifs ennemis, et, le 15, il reçut l'ordre de se rendre à Bordeaux. Enfin, le 18, il gagna Orange-Caritat pour passer, le lendemain, la Méditerranée et se poser à Blida.

Rattaché au groupement 7 dans un premier temps, le I/11 passa sous la responsabilité du groupement 11 le 30 juin rt fut entièrement reconstitué avec des éléments du II/11, dissous dans l'intervalle. Commandé par le capitaine Mentre, le groupe passa successivement sous les ordres du lieutenant-colonel Renard-Duverger (1er décembre 1940), du commandant Plou (1er avril 1941) et enfin du commandant Hamel (4 novembre 1942).

Après le débarquement allié en Afrique du Nord, le I/11 s'installa à Colomb-Béchar, en janvier 1943, avec huit LeO 45 et y commença son entraînement. Il fut engagé dans la campagne de Tunisie à partir du 10 avril, sa première mission consistant en une attaque de convois de l'Axe autour d'Enfidaville. Le I/11 fut dissous le 1er août suivant et ses équipages furent répartis dans le GB II/23 en vue de la formation d'un squadron de bombardement au sein de la RAF. Au cours de la campagne de France, cette unité avait obtenu trois victoires en combat aérien.

LA SENIA PELISSIER img316

Novembre 1940 Oran La Sénia. GB 1/11

De gauche à droite:

Cpl/C LACOU mitrailleur, Sgt AMBUHL mitrailleur, S/Lt PELISSIER pilote.

(collection: Christian PELISSIER

ORAN LA SENIA PELISSIER img318

Hangars du terrain d'Oran la Sénia.

(collection: Christian PELISSIER)

 

oran la senia PELISSIER img319

La Sénia novembre 1940, messe du souvenir dans le hangar du 1/11.

(collection: Christian PELISSIER)

oran la sénia PELISSIER img320

LeO 451  3005 accidenté au décollage le 9/4/41 sur le terrain de la Sénia.

(collection: Christian PELISSIER)

photo_1

Lieutenant PELISSIER.

(collection: Christian PELISSIER)

img842

Journal de marche du Lt PELISSIER.

(collection: Christian PELISSIER)

 

1_York_-_Roger_Fourès,_'mon_ami_Robert_Roiron_disparu_avec_l'équipage_du_Cdt_Simon',_et_Robert_Brunet (2)

Photo prise à York.

Roger FOURES M/S équipage du Cpt BRION, Robert ROIRON M/S équipage du Cdt SIMON , Robert BRUNET M/S équipage du Cpt ARAUD.

(collection: Roger FOURES)

______________________________________

EQUIPAGE DU COMMANDANT BREARD

mes_images099

(collection: la mémoire des groupes lourds)

img849

Pilote: Adjt. SOUCILLE. Navigateur: Cdt. BREARD. (Cdt. de l'avion). Bombardier: S/Lt. FAUVET. Radio: Sgt/C. LEMAIRE. Mécanicien: Adjt. ACQUAVIVA. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C. CHIERICCI. Mitrailleur-arrière: Sgt. ZAVATERRO.

21/22. 02.1945 - Objectif: WORMS (Palatinat)

Nombre d'avions engagés par chaque groupe:

"GUYENNE" 14 avions.

"TUNISIE" 9 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 349 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 14 tués.

Au cours de la nuit la chasse Allemande se montre particulièrement active dans la région de l'objectif. Deux avions du groupe "GUYENNE" sont abattus. Le HALIFAX du Commandant BREARD dont l'équipage effectuait sa 31e mission est abattu à 9 km de WORMS.

Tous les membres de l'équipage sont tués et d'abord inhumé sur place, puis au cimetière de KLEINBOCHEHEIM.

CITATIONS

Le 23 Juillet 1944: Le Colonel BAILLY, Commandant les Groupes de Bombardement n°1, cite à l'ordre de la Brigade Aérienne:

l'équipage: Capitaine A. PUGET pilote Commandant d'avion, Capitaine R.BREARD navigateur, Capitaine BLAES bombardier, Lieutenant A. ROUSSEAU mécanicien, Sous-Lieutenant CARRAT radio, Adjudant J. LASSERRE mitrailleur-arrière, Sergent-Chef RETORE mitrailleur-supérieur, " équipage d'élite auquel son expérience, sa cohésion, sa haute valeur morale et son ardeur au combat ont permis d'accomplir avec une précision remarquable contrôlée par photographie, des missions de bombardement de jour et de nuit rendues difficiles par le mauvais temps et la défense aérienne ennemie. A notamment participé avec un plein succès aux opérations pour la préparation et l'appui du débarquement allié en Normandie".

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre avec étoile de bronze.

Commandant BREARD navigateur Cdt d'avion

Le 22 septembre 1944; Citation à l'ordre de la Division Aérienne:

Le Colonel ANDRIEU, Commandant p.i. les Forces Aériennes Françaises en Grande-Bretagne, cite à l'ordre de la DIVISION AERIENNE.

Le Capitaine BREARD du squadron n° 346

" Chef des Navigateurs du Groupe. Officier au caractère ardent, avide de servir. A su donner au personnel dont il est responsable l'exemple d'un parfait courage et d'une compétence absolue au cours de nombreuses missions effectuées de jour et de nuit dans des conditions difficiles sur les objectifs puissamment défendus de l'Allemagne et des territoires occupés, en particulier le 24 Juillet sur Stuttgart et le 18 Août sur la Ruhr.

Cette citation entraine l'attribution de la Croix de Guerre avec étoile d'argent.

(collection: Fernande BONNEMAIN)

img485

__________________________________________

Le lieu du crash de l'équipage du Cdt BREARD

Information fournie par les sites suivants:

http://www.lancasterbombers.com

http://www.lancasterbombers.net

equipage breard

Le lieu du crash du Halifax H7-M - PN179 - découvert par monsieur Peter Schreiber.

 

equipage breard (3)

 

equipage breard

Fragments du Halifax - H7-M - PN179 - découvert par monsieur Peter Schreiber.

(collection:  Peter Schreiber)

 

img945

Photo du crash du Halifax H7-PN179- prise en 1946. 

_____________________________________

 

EQUIPAGE DU LIEUTENANT FLURIN

mes_images101

(collection: l'auteur du livre LES GROUPES FRANCAIS DE BOMBARDEMENT LOURD EN GRANDE-BRETAGNE 1943/1944- la mémoire des groupes lourds le COLONEL ROBERT NICAISE est à genoux au centre (il était sergent-chef), son premier équipage ayant été dissous, il a fini la guerre avec l'équipage du Lieutenant FLURIN)

Pilote:S/Lt. BERTRANDE. Navigateur: Lt. FLURIN. (Cdt. de l'avion) Bombardier: S/Lt. BERNOLLE. Radio: Sgt/C. DENAT. Mécanicien: Sgt. SAMARCELLI. Mitrailleur-supérieur: Sgt. TOURON. Mitrailleur-arrière: Sgt.GLEDEL.

http://pagesperso-orange.fr/flurin/guyenne.html

_______________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT TROUETTE

EQUIPAGE DU Lt TROUETTE

 (collection: la mémoire des groupes lourds)

Pilote: Lt. TROUETTE. (Cdt. de l'avion) Navigateur: Lt. LEGOUIC. Bombardier: Lt. DASPET. Radio: Sgt/C. FANTON. Mécanicien: Sgt/C.CHEVALIER. Mitrailleur-supérieur: Sgt. GAZEL. Mitrailleur-arrière: Sgt. BERTRAND.

CITATIONS

33098409

Pilote: Lt. TROUETTE. ( Cdt. de l'avion).

32928095

Bombardier: Lt. DASPET.

ORDRE N°17

Le Colonel BAILLY, Commandant les Groupes de Bombardement n°I, cite à l'ordre de la Brigade Aérienne:

Le Sergent GAZEL Paul, Mitrailleur

"Jeune Sous-Officiers mitrailleur plein de bonne volonté et d'allant. Aucours du mois d'Août 1944 a effectué de nombreuses missions de bombardement sur les bases de départ d'avions sans pilote, sur un port de la Baltique et des usines de carburant synthétique en Allemagne. En particulier le 18 Août 1944 sur un objectif lointain particulièrement défendu par la D.C.A. a permis par sa vigilance d'éviter deux attaques de chasseurs de nuit.

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de guerre avec étoile de bronze.

En Grande-Bretagne, le 19 Septembre 1944

Le Colonel BAILLY Commandant les groupes de Bombardement n°I.

ORDRE N°260

Par message express n°260/IGBFAF/3 du 10.3.45 la citation suivante, à l'ordre de l'aviation de bombardement, est accordée à l'équipage:

Lieutenant        TROUETTE     Pilote Cdt de l'avion

        "               LE GOUIC      Navigateur

        "               DASPET          Bombardier

Sergent-Chef     CHEVALIER  Mécanicien

         "               FANTON        Radio

Sergent              BERTRAND    Mitrailleur-arrière

         "               GAZEL           Mitrailleur-supérieur

Équipage d'une maitrise absolue qui vient encore d'effectuer avec un plein succès de dures missions de bombardement des objectifs puissamment défendus de la région rhénane.

En particulier le 18 Octobre 1944, malgré une D.C.A. intence et de nombreux  éclats reçus dans l'avion, a mené à bien toute sa mission et obtenu des résultats de bombardement particulièrement bons.

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de guerre avec étoile de vermeil.

32997341

56369640

Mitrailleur-supérieur: Sgt. Paul GAZEL.

L'itinéraire de guerre aérienne du Sergent-chef Paul GAZEL

img475

img476

 

img478

 

 

 

______________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT HYENNE

mes_images157

 

(collection: la mémoire des groupes lourds)

P1600748

(collection: Roland DELEPINE. Pat MARTIN WOODGATE. Paul de seja MARTIN)

Pilote: Sgt: ROCA. Navigateur: Lt. HYENNE. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Adjt/C. CHABROUD. Radio: Sgt/C. MAXERAT. Mécanicien: Sgt/C. LAHERRERE. Mitrailleur-supérieur: Sgt. MARTIN. Mitrailleur-arrière: Sgt. REYNAL.

RECIT DE Roland DELEPINE

mes_images

Diplome Mécanicien d'armement: Soldat MARTIN Henri. Alger le 24 Septembre 1943.

mes_images

Mitrailleur-supérieur: MARTIN Henri.

P1600743_1_

(collection: Roland DELEPINE.)

Alors qu' HENRI MARTIN se battait pour la France Libre , son père était embarqué sur un navire été grièvement blessé lors d'une attaque aérienne. Décédé quelques mois après des suites de ses blessures.

Nous gardons le souvenir d'HENRI MARTIN et son regard si jeune ne manque jamais de nous rappeler pour quelle cause il  est mort. PAT MARTIN WOODGATE nous parle souvent de lui et de ses camarades à ELVINGTON, mais ne se souvient que de Mr HOUZE et de deux autres personnes dont les prénoms sont Françis et Jacques (peut-être en fait Mr HOUZE). Ils se rencontraient souvent dans un restaurant à YORK. Elle connaissait aussi très bien le Commandant PUGET.

Il faut savoir que la veuve d'HENRI MARTIN appartenait aux SERVICES SPECIAUX ANGLAIS. Elle était placée directement sous les ordres de WINSTON CHURCHILL. Madame PAT MARTIN WOODGATE a accompli de nombreuses missions dangereuses en France occupée et notamment en Normandie. Parachutée en LYSANDER, retour en GRANDE-BRETAGNE par sous-marin. Elle occultait cette activité à HENRI, a qui elle expliquait ses "absences" par des vacances dans la famille...

4 NOVEMBRE 1944

OBJECTIF BOCHUM

Nuit néfaste pour le groupe GUYENNE. L'objectif est BOCHUM (Ruhr) attaqué par 703 bombardiers lourds, dont 16 du groupe. 27 avions sont manquants, dont 5 du groupe.

L'avion du Lieutenant HYENNE est abattu à Dashausen vers 20 heures. Les 7 membres de l'équipage, tués, furent inhumés le 11 novembre au cimetière civil du champ de course, à DORTMUND (Ruhr).

Tombe 222: Sergent ROCA Guy (Pilote)

Tombe 223: Sergent-Chef MAXERAT Louis (Radio)

Tombe 224: Adjudant-Chef CHABROUD Jean (Bombardier)

Tombe 225: Lieutenant HYENNE Auguste (Navigateur)

Tombe 226: Sergent MARTIN Henri (Mitrailleur-supérieur)

Tombes 227 et 228: deux aviateurs inhumés comme "inconnus", présumés: Sergent-Chef LAHERRERE Jean (Mécanicien) , Sergent REYNAL Jean (Mitrailleur-arrière).

(source: journal de marche du Groupe GUYENNE en opérations Capitaine COCHO.)

Télégramme de la Croix-Rouge Internationale de GENEVE ,concernant l'équipage du Lieutenant HYENNE.

Objectif: BOCHUM, le HALIFAX est abattu à DASHAUSEN

img168

img169

Document découvert par monsieur Guy ALAPHILIPPE, et grace a sa professeur d'anglais Madame Jane RAYMOND qui lors d'une visite sur le blog à découvert le récit de Monsieur Roland DELEPINE conçernant l'histoire du Sergent Henri MARTIN.

"Un superbe document pour les GROUPES LOURDS un grand merci à Madame Jane RAYMOND".

CITATIONS

mes_images

mes_images

(collection: Roland DELEPINE. PAT. MARTIN WOODGATE. Paul de SEJA MARTIN)

DECISION N°1183

Sur la proposition du Ministère de l'Air le Président du Gouvernement provisoire de la République Française chef des Armées.

Henri_Martin

Sergent Henri MARTIN

(collection: Stérenn MATHIEU)

CITE

A L'ORDRE DE L'ARMEE AERIENNE

Le Sergent MARTIN Henri Louis Alphonse du G.B. 2/23 GUYENNE

Sous-officier mitrailleur de tourelle supérieure d'un équipage de classe, au courage modeste et tranquille ardent au combat. Aparticipé pendant les mois de Septembre,Octobre et de Novembre 1944 à de nombreux bombardements sur des objectifs très défendus de l'Allemagne; Notamment le II Septembre, attaquait de jour une usine de pétrole syntétique du centre de la Ruhr, malgré une D.C.A. trés intense et très précise, et ramenait son avion gravement endommagé, percé de 15 éclats d'obus, un moteur arrêté, un réservoir d'essence crevé.

Le 6 Octobre, bombardait de nuit avec succès un autre objectif de la Rhur, et était à nouveau sérieusement touché par 2 éclats de D.C.A. un réservoir d'huile crevé, le dispositif de mise en drapeau d'un moteur hors d'usage.

A trouvé une mort glorieuse à sa IIème mission, alors qu'il participait à une attaque sur un centre industriel important de la Ruhr.

Cette citation annule et remplace la citation à l'ordre de l'Aviation de bombardement accordée par décision N° 323 du Ier Décembre 1944 du Colonel Commandant provisoirement les Forces Aériennes Françaises en Grande-Bretagne

Cette citation comporte l'attribution de la croix de guerre avec palme.

Paris le I Septembre 1945

C. DE GAULLE

mes_images

(collection: Roland DELEPINE. Pat MARTIN WOODGATE. Paul de Seja MARTIN.)

MERIGNAC. le 6 Août 1947

Le Commandant CALMEL, Commandant le G.B. 2/21 "GUYENNE"

____________________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT DABADIE

mes_images165

(collection: Nuits de feu sur l'Allemagne. Louis. BOURGAIN)

Pilote: Adjt. GUISE. Navigateur: Lt. DABADIE. (Cdt.de l'avion). Bombardier: S/Lt. POTHUAU. Radio: Sgt/C. ALAVOINE. Mécanicien: Sgt/C. LELONG. Mitrailleur-supérieur: Sgt. VAUTARD. Mitrailleur-arrière: Sgt. VEGA.

4/5.11.1944 - Objectif: BOCHUM.

Nombre d'avions engagés par chaque groupe:

"GUYENNE" 16 avions.

"TUNISIE" 11 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 749 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 23 tués.

Le HALIFAX du Lieutenant DABADIE est attaqué par-dessous. Le feu se déclare immédiatement au moteur intérieur gauche. Le Lieutenant DABADIE appelle le pilote,l'Adjudant GUISE, qui ne répond pas, probablement tué par la rafale. DABADIE donne alors l'ordre de sauter. Il ouvre la trappe d'évacuation avant, mais celle-ci se coince. DABADIE et le bombardier, le Lieutenant PONTHUAU, sont enfermés dans la partie avant de la carlingue. Le radio, le Sergent/Chef LAVOINE, s'approche de la trappe. DABADIE lui fait signe de sauter et ALAVOINE évacue après avoir jeté un coup d'oeil vers l'arrière et vu le mécanicien, le Sergent LELONG, tenter de mettre son parachute dans la fumée épaisse. Pendant ce temps, le mitrailleur-supérieur, le Sergent VAUTARD ouvre la porte arrière et se précipite dans le vide. L'avion tombe à HÜCKELHOVEN (20 km N.O de Cologne). Ils seront les deux seuls rescapés. DABADIE et GUISE ont été inhumés au cimetière de HÜCKLHOVEN.

Les 3 autres corps n'ont pas été retrouvés.

(source: La mémoire des groupes lourds)

 ___________________________________________________________ 

EQUIPAGE DU CAPITAINE ROY

mes_images161

(collection: la mémoire des groupes lourds)

Pilote: Lt. GROSNIER. Navigateur: Lt. RAVOTTI. Bombardier: Cpt. Jules ROY. (Cdt. de l'avion). Radio: Sgt/C. DURAN. Mécanicien: Adjt. KOPP. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C. KERGRENE. Mitrailleur-arrière: Adjt. MOT.

JRHalifax

(collection: ROY. Jean Louis)

de gauche a droite:

Bombardier: Cpt. Jules ROY (Cdt. de l'avion). Pilote: Lt. GRONIER. Navigateur: Lt. RAVOTTI. Mécanicien: Adjt. KOPP. Radio: Sgt. DURAN. Mitrailleur-supérieur: Sgt/C. KERGRENE. Mitrailleur-arrière: Adjt. MOT.

12/13.07.1944 - Objectif: LES HAUTS-BUISSONS (Haute Forêt d'EU prés de CAMPNEUSEVILLE)

Nombre d'avions engagés par le groupe :

"GUYENNE" 13 avions.

Total des avions engagés dans la mission: 230 avions.

Nombre de Français tués dans la mission: 7 tués.

L'OBJECTIF SE SITUE DANS MA REGION.

Dans la nuit du 12 au 13 juillet 1944, l'objectif est les HAUTS-BUISSONS. Treize équipages décollent, entre 22h30 et 23heures. Le passage d'un front chaud est annoncé pour la nuit, mais il fait, au départ, assez beau, et les bombardements ont lieu à 15 000 pieds, sur les T.I., clairement visibles. Au retour, le plafond s'abaisse, et la plupart des avions rentrent vers la base dans les nuages. A ELVINGTON , il bruine; le plafond est de 500 à 600 pieds, et la visibilité, dans cette atmosphère liquide qui brouille tout, est très réduite. Plusieurs avions sont déja posés lorsque, vers 2h50, le E, l'avion du Capitaine GAUBERT, qui termine sa première mission, commence ses tours de piste.

Sur le F, l'équipage piloté par le Lieutenant GRONIER, aux ordres du Capitaine ROY, fait également sa première mission. Dans la crasse il tourne, lui aussi autour du terrain. Soudain, un feu rouge qui se rapproche... et c'est la collision. Le E, l'empennage démoli par une hélice du F, tombe au sol, ou il explose, tuant les sept membres de l'équipage. Sur le F, déséquilibré, le Capitaine ROY, trés calme, donne l'ordre d'évacuer en parachute. Le navigateur, le Lieutenant RAVOTTI, et le mitrailleur-arrière, l'Adjudant MOTH, sautent. Mais le Lieutenant GRONIER, malgré une hélice cassée et de violentes vibrations, parvient à tenir l'avion. L'évacuation est stoppée, et, grâce à l'habileté et au sang-froid du pilote, le F se pose sans casse sur la piste.

(source: Journal de marche du Capitaine COCHO.)

JULES ROY

13 JUILLET 1944.

Nous sommes partis hier bombarder la haute Forêt d'EU, exactement à l'ouest-nord-ouest de CAMPNEUSEVILLE, prés de quelques maisons dans les vergers. Au retour sur la base, à deux heures dix du matin, nous avons été heurtés en plein vol par un avion de l'escadrille (je l'ai su à terre), qui tomba et brûla. Il y eut un moment de flottement terrible, un début d'incendie à un moteur et des vibrations très fortes qui me décidèrent à commander l'évacuation en parachute. GRONIER et moi stoppâmes le moteur en question; les vibrations cessèrent et j'arrêtai les sauts de ceux qui restaient encore à bord. Dans un calme absolu, GRONIER réussit à poser l'avion. Le navigateur et le mitrailleur-arrière ont attéri sans ennui dans des champs de pommes de terre. Tout l'équipage est sauf. Toi qui nous as soutenus, et qui nous as versé le secours de la force souveraine, sois béni...

A mon retour dans la hutte (Nissen), essayé d'appliquer mon esprit à la lecture de VAUVENARGUES. Trés difficile. J'évite de parler de cet accident et même d'y penser, tant j'en suis remué jusqu'au fond de l'être.

14 JUILLET 1944

Bals dans le voisinage. Il n'est pas question une seconde pour moi d'y assister.Je songe bêtement à ces sept copains qui sont tout prés d'ici et qui ont flambé dans leur avion, prés d'un bouquet de chênes. Qu'a-t'on fait d'eux? Ou sont leurs pauvres restes? Si j'avais partagé leur sort, les camarades continueraient aussi à courir sur les routes pour rencontrer des filles ou boire de la bière. Et pour ne pas attrister ce jour de fête, le Colonel n'a pas osé parler d'eux dans son allocution de ce matin.

Le corps pressent-ils les dangers qui le menaçent? J'ai vu, il y a quelque temps, comment ma mort serait annoncée à ma mère. Hier, j'ai écrit quelques lettres fixant certaines dispositions post mortem.

15 JUILLET 1944

Toujours pensé aux camarades, à leur jugement, le seul qui soit vrai et qui importe. Si j'avais eu une responsabilité en cette affaire, ils m'auraient tourné le dos, et c'est bien la crainte absurde que j'éprouvai après l'accident. Je respire mieux, et ma joie renaît de les sentir si francs à se serrer autour de moi. Estime de BROHON, en particulier. Nul besoin de nous dire ce que nous éprouvons. Eté voir notre nouvel avion. L'équipage est soudain comme durci, prêt à affronter d'autres dangers.

Lettre de G... bien émouvante.

Enquête réglementaire et trés poussée.

16 JUILLET 1944

Alerte, puis déroulement classique des opérations; repas à heures spéciales, conférences, contre-ordres puis nouvelles conférences, équipements et nouveaux contre-ordres pour la soirée. Temps lourd et chaud.

Ce matin, messe à la mémoire de l'équipage tombé. Simplicité vraiment évangélique, chants graves. Rien de discordant, que la quête.

17 JUILLET 1944

Fin de l'enquête. Irresponsabilité de l'équipage au moment de l'accident et louanges pour sa conduite après. "Requis" depuis midi. Mission de nuit probablement, car le repas est fixé à dix-huit heures trente.

(source: RETOUR DE L'ENFER. Journal de marche du Capitaine ROY.)

 

JULES ROY OU L'UTILE SACRIFICE

Qu'y a-t-il de plus indiqué que de réduire à régler sa pensée, a modeler sa conscience, à orienter sa vie sur la mode du jour, celle-ci faite des talents, des caprices, des passions et des erreurs des hommes? Cette forme d'abdication de soi JULES ROY l'a rejetée toute sa vie. Ce n'était pas la vaste lueur qui émane du sentiment général vers laquelle il inclinait, mais vers sa propre flamme qu'il situait sur le chemin de l'unique vérité. Esprit rebelle. Bien sûr. Là était l'un de ses mérites.

Qualité d'autant plus exigeante qu'il souffrait des contradictions qu'elle implique. Soldat passionné porté par le devoir de servir, il acceptait mal cependant ces nuits de carnage au cours desquelles son équipage semait la mort et répandait les ruines, pêle-mêle, sur les combattants et les non-combattants; amoureux de la vie, il avait décidé de l'accompagner de l'amer piment du risque; en quête permanente de victoires pour la nation, il lui fallut vivre ses terribles défaites; fasciné par la grandeur et les servitudes du métier des armes, il ne put s'accommoder des mesquineries qui côtoient même les plus grandes et les plus nobles entreprise de l'humanité.

"Je veux témoigner", disait-il, "plus tard si, pour moi, il y a un plus tard..., je veux témoigner et pour le faire la tête haute, je veux accomplir plus de missions, prendre plus de risques, être sans reproches... Si parfois la peur ne me gagne, quel bonheur, ensuite, que de l'avoir vaincue. Là est le destin de l'homme". Pour savourer la vie, il fallait qu'elle eût, par moments, le goût de la mort. Plus tard, la vie, il l'exalta la plume à la main, une plume dérangeante qu'il avait placée au service de sa vérité. L'incompréhension a peut-être été son ultime récompense puisqu'elle l'a situé hors du commun.

GENERAL (C.R) Pierre M. GALLOIS

(source: L'OPS N°23 JUILLET 2000)

 CITATIONS

mes_images

Pilote: Cpt. GRONIER.

mes_images

Radio: Sgt/C. DURAN.

 _________________________________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT DELVOYE

mes_images162

(collection:la mémoire des groupes lourds)

Pilote: Lt. DELVOYE. (Cdt. de l'avion). Navigateur: BALDASSARI. Bombardier:  Lt. CAPPAROS. Radio: Sgt/C. VIGNE. Mécanicien: Sgt/C. MARAMBER. Mitrailleur-supérieur: Sgt. GODEFERT. Mitrailleur-arrière: Sgt. GRAZIANI.

mes_images

Bombardier: Lt. CAPPAROS.

mes_images

Mitrailleur-arrière: Sgt. GRAZIANI.

mes_images

Mécanicien: Sgt/C. MARANBER.

mes_images

Radio: Sgt/C. VIGNE.

mes_images

Mitrailleur-supérieur: Sgt. GODEFERT.

______________________________________________________ 

EQUIPAGE DU COMMANDANT DEMAZURE

mes_images163

(collection: la mémoire des groupes lourds)

Pilote: Cpt. BOE. Navigateur: Cdt. DEMAZURE. (Cdt. de l'avion). Bombardier: S/Lt. RUELLAN. Radio: Sgt/C. PLOYE. Mécanicien:S/Lt CARISTAN Hilarion. Mitrailleur-supérieur: Sgt. AZEMA. Mitrailleur-arrière: Sgt. BRESSON.

mes_images

Mitrailleur-supérieur: Sgt. AZEMA.

mes_images

Mitrailleur-arrière: Sgt. BRESSON.

_________________________________________________________ 

EQUIPAGE DU CAPITAINE MEMIN

mes_images164

Pilote: Lt. GUIOMAR. Navigateur: Cpt. MEMIN. (Cdt. de l'avion). bombardier: S/Lt. BISMUTH. puis le S/LT de GENNES. Radio: S/Lt. BAZIMON. Mécanicien: Sgt. VANPARYS. Mitrailleur-supérieur: Sgt. RICHARD. Mitrailleur-arrière: Sgt. QUENTIN.

Sur la photo d'équipage du Capitaine MEMIN le 3ème à partir de la gauche le Sous-Lieutenant de GENNES, propriétaire du fume cigarette avec les signatures de plusieurs de ses camarades d'équipage d'ELVINGTON.

On distingue plusieurs signatures très lisibles: MEMIN, BLEUZAT, Marcel NOGES, GUIOMAR, Lucien SUSBIELLE, H. de FREYCINET, J. CHAPUT.

porte_cigarette_papa_1_169_1_

(collection: Béatrice FERNET)

UNE BELLE ANECDOTE

Voici la belle anecdote concernant ce fume cigarette. Un officier Anglais lui offrant une cigarette dans un bar de la R.A.F. Le Sous-Lieutenant de GENNES regarde cet objet et lui dit que c'est celui de son père, pilote de la 1er Guerre Mondiale, (décédé en 1929, sur les lignes LATECOERE) perdu lors d'un combat aérien, et à ce moment là l'Anglais lui dit " mon père l'a trouvé dans la boue des tranchées" nous ignorons le nom de l'Anglais et le lieu où cela s'est passé.

Une belle histoire de Madame Béatrice FERNET la fille du Sous- Lieutenant de GENNES.

 

Posté par DUCAPHIL à 16:11 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

07 octobre 2008

ENCADREMENT DU GROUPE 2/23 " GUYENNE "

ELVINGTON STATION

ENCADREMENT DU GROUPE

2/23 "GUYENNE"

PENDANT LES OPERATIONS

ELVINGTON était fait pour un Squadron: il y en a deux. C'est à dire que la place est mesurée. Pour faire voler 32 avions, il y a 2.500 hommes, dont 250 officiers. C'est une base Française, commandée par un officier Français, le Colonel BAILLY. La discipline, l'administration y sont Françaises, mais l'organisation est Anglaise.

Elle comprend:

l'Etat-Major du Groupement de Bombardement N°1. Ce groupement est aux ordres du Colonel BAILLY; du point de vue tactique, il est un organe de transmission entre la "Base" anglaise, la Base 42, dont l'Etat-Major, à POCKLINGTON, est aux ordres de l'Air-Commodore WALKER, et les deux Squadrons. Du point de vue administratif; cet E.M. du G.B.1 joue le rôle de l'E.M. d'une base Française.

img034

Air Commodore "Gus" Walker dans son bureau à POKLINGTON.

(IWM. CH9328)

Le Squadron 346 est le nom Anglais du Groupement 2/23 "GUYENNE". Comme tout squadron, il comprend deux "FLIGHTS" (escadrilles). Dans chaque Flight, il y a 8 avions, et 16 équipages; deux équipages sont affectés à un même avion, et chacun fait une mission sur deux.

A l'intérieur du groupe, le personnel vit autant par spécialité que par escadrille. Les navigateurs vivent à la Navigation, les mitrailleurs à la "Gunnery", etc... Du point de vue discipline surtout, l'escadrille intervient.

Le groupe "GUYENNE" était commandé au début des opérations par le Lieutenant-Colonel VENOT, dont l'adjoint était le Capitaine PUGET. Après le 10 septembre, le Capitaine PUGET prit le commandement du groupe, qu'il garda jusqu'à la fin.

Les Commandants d'escadrille étaient au début, le Capitaine SIMON, à la 3, le Capitaine MARIAS à la 4; le Commandant SIMON disparu le 23 octobre, fut remplacé par le Capitaine THIRY jusqu'en février 45; après le départ de celui-ci, le Capitaine GOEPFERT prit le Commandement de la 3e escadrille. A la 4e escadrille, le Commandant MARIAS, le 16 novembre 1944, fut remplacé par le Commandant BROHON, qui s'appelait alors BARRAT; après son départ, la 4e escadrille fut commandée par le Commandant MARTIN.

Le Commandant LADOUS était le leader des navigateurs; le Commandant BLAES le leader des bombardiers; le Lieutenant CARRAT le leader des radios; le Capitaine ROUSSEAU le leader des mécaniciens. Seul le leader des mitrailleurs était un officier anglais.

CITATIONS

Du Groupe de Bombardement 2/23

G.Q.G.A. Le 20 Juin 1940

ORDRE "C" N° 54

Le Général Commandant en Chef VUILLEMIN, Commandant en Chef des Forces Aériennes, cite à l'ordre de:

L'ARMEE AERIENNE

Le Groupe de Bombardement 2/23

"Engagé sous les ordres du Capitaine FLIQUE au plus fort de la bataille de France, a donné la preuve des plus belles qualités guerrières. Malgré la perte de ses deux chefs d'Escadrilles et de plusieurs de ses équipages, a conservé le même allant et continue à lutter avec le même ténacité et la même foi".

Ces citations comportent l'attribution de la Croix de Guerre avec palme.

DECISION N°235

(J.O. n°36 du 11.02.1945 page 187G)

Vu le décret du 22 novembre 1944 relatif à l'exercice de la présidence du Gouvernement provisoire de la République Française pendant l'absence du général de GAULLE.

Sur proposition du ministre de l'air, le président du Gouvernement provisoire de la République Française, chef des armées, cite:

A L'ORDRE DE L'ARMEE AERIENNE

"Groupe de bombardement 2/23 : unité d'élite de bombardement lourd appelée, la première à représenter la France dans l'effort du Bomber Command. Sous le commandement du lieutenant-colonel VENOT, puis du commandant PUGET, a pris part avec le plus grand succès, tant aux opérations qui ont préparé et appuyé l'ouverture du second front qu'aux raids en territoire ennemi : effectuant en moins de cinq mois plus de 2.000 heures de vol de guerre en 600 sorties d'opérations, dont 200 sur les objectifs lointains et puissamment défendus de l'Allemagne, lançant 2.400 tonnes de bombes. Malgré les pertes subies, continue à combattre avec la même ardente volonté."

Ces citations comportent l'attribution de la Croix de guerre avec palme de bronze.

DECISION n°957

Sur la proposition du Ministre de l'Air,

Le Général de GAULLE, Président du Gouvernement provisoire de la République Française, Chef des Armées, cite:

A L'ORDRE DE L'ARMEE AERIENNE :

(Le Groupe de Bombardement lourd 2/23 "GUYENNE")

"Groupe de bombardement lourd opérant en Grande-Bretagne. Termine sous l'impulsion énergique de son chef le commandant PUGET une série d'opérations entreprise au contact étroit du Bomber Command, ayant déversé du 25 Octobre 1944 au 25 Avril 1945 2540 tonnes de bombes au cours de 720 sorties d'avion.

Plusieurs fois détenteurs de trophées de la R.A.F. récompensant les meilleurs résultats obtenus en opération, s'est notamment distingué au cours

- des missions de harcèlement des voies de communication ennemies aboutissant au blocage de l'offensive Von Rundstedt de Décembre 1944,

- des missions entreprises pour le nivellement de la Rhur.

Conservant son allant malgré la perte de plus de 50% de son personnel navigant en 11 mois d'opération, la précision de ses tirs, l'héroisme de ses équipages, le travail acharné de ses mécaniciens lui valent la haute estime du Commandement tant allié que Français et la reconnaissance du pays."

Ces citations comportent l'attribution de la Croix de Guerre avec Palme.

(collection: Pascal HERVEZ)

--------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DU SOUS-LIEUTENANT MATHURIN

mes_images095

(collection:ANDRE HAUTOT)

Pilote: Sgt/C. JOS. Navigateur: S/Lt. MATHURIN. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Sgt. BOUQUET des CHAUX. Radio: Sgt. DUGAST. Mécanicien: Sgt. PRADIER. Mitrailleur-supérieur: Sgt. HAUTOT. Mitrailleur-arrière: Sgt. DEUTSCH.

ETAT SIGNALETIQUE ET DES SERVICES

Du Bombardier: L'Adjt/Chef Pierre-Marie BOUQUET DES CHAUX

 

img003

(collection: J. L. BOUQUET des CHAUX)

DETAIL DES SERVICES

ET MUTATIONS DIVERSES

img004

 

img005

(collection: J.L. BOUQUET des CHAUX.)

030

(collection: DUCAPHIL)

René LAMOUROUX, André HAUTOT, DUCAPHIL.

Ma première rencontre avec Monsieur André HAUTOT et René LAMOUROUX au centre Monsieur HAUTOT notre plus jeune engagé volontaire au "Squadron 346 - 2/23 GUYENNE des Groupes Lourds Français", Monsieur René LAMOUROUX directeur du Parc Ornithologique de Pont de Gau un passionné du "NORMANDIE-NIEMEN" et du "342 LORRAINE".

Parc ornithologique PONT-de-GAU

RD 570

13460 Saintes-Maries-de-la-Mer

contact@parcornithologique.com

www.parcornithologique.com

Diaporama sonore «J’étais mitrailleur sur Halifax»

_hautot_1003

_hautot_1004

 (Source: Régis JOUHAUD - N°118 du Bulletin du Musée de l'Air d'Angers - Christian RAVEL)

__________________________________


EQUIPAGE DU SOUS-LIEUTENANT JOUSSELME

Pilote: Sgt/C. CHEVRIER. Navigateur: S/Lt. JOUSSELME. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Sgt. RENARD. Radio: Sgt/C. RENARD. Mécanicien: Sgt. VILLETTE. Mitrailleur-supérieur: Sgt. LEJEUNE. Mitrailleur-arrière: Sgt. BORTHOMIEU.

 ______________________________________________________________ 

EQUIPAGE DU SOUS-LIEUTENANT LASSUS

Pilote: Sgt. BONNET. Navigateur: S/Lt. LASSUS. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Sgt. LUPISGICH. Radio: Sgt. DERBESSE. Mécanicien: Sgt. LATTES. Mitrailleur-supérieur: Sgt. BOURSET. Mitrailleur-arrière: Sgt. BOUGEROL.

__________________________________________________________ 

EQUIPAGE DU LIEUTENANT AUMONT

Pilote: Lt. AUMONT. (Cdt. de l'avion). Navigateur: S/Lt. TRENTESLAUX. Bombardier: Asp. SERIS. Radio: Sgt. PROST Roger Mécanicien: Sgt. DUBACH. Mitrailleur-supérieur: Sgt. BERTRAND. Mitrailleur-arrière: Sgt. VESQUE.

 ____________________________________________________________

EQUIPAGE DU LIEUTENANT VERGE

 

EQUIPAGE VERGE 2-23 GUYENNE

(collection: Robert Saubry-Bobet, De Paris à Elvington)

Pilote: S/Lt. MARGAILLAN. Navigateur: S/Lt. VERGE. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Asp. SAUBRY. Radio: Sgt. BARLOY. Mécanicien: Sgt. PUIG. Mitrailleur-supérieur: Sgt. FLEURY. Mitrailleur-arrière:Sgt. BALASTEGUI.

_______________________________________________________ 

EQUIPAGE DU LIEUTENANT LEFEBVRE

Pilote: Lt. LEFEBVRE. (Cdt. de l'avion) Navigateur: Asp. SCHIMD. Bombardier: Sgt/C.BOISJOU. Radio: Sgt. REQUENNE. Mécanicien: Sgt. ESTIENNE. Mitrailleur-supérieur: Sgt. SCHUTRUMPF. Mitrailleur-arrière: Sgt/C. LEHONT.

 ___________________________________________________________

EQUIPAGE DU SOUS-LIEUTENANT HUBERT

Pilote: Sgt. BABEAU. Navigateur: S/Lt HUBERT. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Sgt/C. TOURNE. Radio: Sgt/C. BECOURT. Mécanicien: Sgt. PATRICE. Mitrailleur-supérieur: Sgt. DERUI. Mitrailleur-arrière: Sgt. BAUD.

---------------------------------------------------------------- 

EQUIPAGE DU CAPITAINE PETIT

ReneBauer_PhotoEquipagePETIT

(collection: Monique BAUER)

De gauche à droite:

Mitrailleur-arrière: Sgt VIDAL Raoul, Radio: Sgt/C MIMAUD Robert, Bombardier: Adjt/C DEZELLIS André, Navigateur: Cpt PETIT Henri, Pilote: Adjt RAMES Georges, Mécanicien: Adjt BAUER René (dit DUBOIS), Mitrailleur-supérieur: Sgt LE GUILLOU.

---------------------------------------------

Composition de l'équipage du Cpt PETIT dans le journal de marche du "GUYENNE" du Cpt COCHO.

Pilote: Adjt RAMES. Mécanicien: Adjt BAUER (dit DUBOIS). Navigateur: Cpt PETIT. Bombardier: Adjt/C DEZELLIS (puis le Cdt BLAES). Radio: Sgt/C MIMAUD (puis le Sgt PERRIN). Mitrailleur-supérieur: Sgt BILLAUD. Mitrailleur-arrière: Sgt LE GUILLOU (puis le Sgt TALLONNEAU).

Le 18 décembre 1944, MIMAUD est blessé sur la Ruhr, DEZELLIS et LE GUILLOU sautent en parachute.

img198

Le mécanicien l'adjudant René BAUERT (dit DUBOIS) a son poste de travail.

(collection: Monique BAUERT)

img626

Mitrailleur-supérieur: Sgt Jean BILLAUD.

(collection: Jean BILLAUD)

Mitrailleur-arrière: Sergent Antoine TALLONNEAU.

http://www.memorial-poiresurvie.fr/1939_1945_AncienCBT/39_45_tallonneau_antoine.htm

---------------------------------------------------------------------------------------------------

EQUIPAGE DE L'ASPIRANT LECOQ

Pilote: Sgt. ALBAREIL André. Navigateur: Asp. LECOQ Marcel. (Cdt. de l'avion). Bombardier: Sgt. BEDARD Georges. Radio: Sgt. BOISDRON Pierre. Mécanicien: Sgt. SAFARIAN Ardavale. Mitrailleur-supérieur: Sgt. MARTIN Maurice. Mitrailleur-arrière:  Sgt. ARTIAQUE Jean.  

 

75936056   

   Sergent: Maurice MARTIN. 

(collection: Patrick BAUMANN)

                             

Posté par DUCAPHIL à 22:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :