29 janvier 2013

GRANDCAMP-MAISY SAMEDI 25 MAI 2013 ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE

006

Mémorial des Groupes Lourds, Grandcamp-Maisy

--------------------------------

Samedi 25 mai 2013

Assemblée Générale Ordinaire

à

GRANDCAMP-MAISY

-----------------------------

Messe à l'église Notre Dame de Grandcamp-Maisy

 

046

 

048

Mme Chantal ALLAIN

049

Père EDDIE.

050

Mr Paul BOGAERT, Président de l'A.A.A. des Groupes Lourds, nos amis anglais, Mr et Mme Beryl DENNETT STANNARD Président de la RAFA Sud-Ouest, Mr Ian REED Directeur du YORKSHIREAIRMUSEUM, et Mr Des MAHON.

 

052

 

Dépôt de gerbes au Monument aux morts de la ville

Place de l'église Notre Dame de Grandcamp-Maisy 

058

Nos trois anciens Lucien MALLIA, Camille COQUOT, Jean BILLAUD.

061

062

063

064

 

065

066

068

069

070

Ian REED, (Directeur du YORKSHIREAIRMUSEUM), Jean BILLAUD (2/23 Guyenne), Camille COQUOT (2/23 Guyenne) Lucien MALLIA (2/23 Guyenne) Mme Beryl DENNETT STANNARD (Présidente de la RAFA Sud-Ouest).

www.yorkshireairmuseum.co.uk

http://rafasudouest.googlepages.com/home

073

074

075

077

079

081

082

084

085

092

093

094

096

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Assemblée Générale Ordinaire (à la salle communale)

098

099

100

105

Mr Serge BIGOT Maire de Grandcamp-Maisy, Mr Paul BOGAERT Président de l'A.A.A. des Groupes Lourds, Mr Dominique THIRY Vice président.

106

108

110

112

Mr Serge BIGOT Maire de Grandcamp-Maisy, Mr Paul BOGAERT Président de l'A.A.A. des Groupes Lourds, Mr Dominique THIRY Vice Président, Mr Pierre THIRY Tresorier, Mme Chantal ALLAIN Secrétaire.

113

115

Mme Beryl DENNETT STANNARD Présidente de la RAFA Sud-Ouest, Colonel DABADIE.

116

119

120

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cérémonie au Mémorial des Groupes Lourds sur le port.

121

 

123

 

126

130

131

132

134

138

140

143

146

149

153

156

160

De gauche à droite:

Mr Paul BOGAERT Président de l'AAA des Groupes Lourds, Mr Ian REED Directeur du Yorkshire Air Museum, Mme Beryl DENNETT STANNARD Présidente de la RAFA Sud-Ouest, Général de LESPARS, Mr Jean BILLAUD 2/23 Guyenne, Mr Lucien MALLIA 2/23 Guyenne, Mr Camille COQUOT 2/23 Guyenne, Colonel DABADIE, Mr Dominique THIRY Vice Président de l'AAA des Groupes Lourds, Mr Serge BIGOT Maire de Grandcamp-Maisy.

162

167

173

Discours de Mr Paul BOGAERT.

176

178

De gauche à droite:

Michel LEVASSEUR, porte-drapeau de la Manche, Claude SOUEF, porte-drapeau Calvados/Orne, Jean-Pierre RIVIERE, Vice-président Manche, Jean-Pierre GIRONNE Président Manche, Jean DELROISE Président Calvados/Orne, Marcel DIOLOGENT ANSORAA Seine-Maritime. Vice-président Association JUBILEE DIEPPE.

180

181

Général de LESPARS, Jean BILLAUD, Lucien MALLIA, Camille COQUOT, Colonel DABADIE, Sergent GINEUX organisateur de la cérémonie.

182

183

186

190

192

Général de LESPARS, Sergent GINEUX.

194

197

200

202

Jean BILLAUD, Lucien MALLIA, Camille COQUOT, Colonel DABADIE. 

203

204

206

210

214

Nos amis anglais Mr Ian REED et Mme Beryl DENNETT STANNARD.

216

220

223

227

231

235

236

238

243

246

249

251

253

255

256

Le remerciement aux Associations Patriotiques.

257

267

268

Camille COQUOT, Jean-Michel GRAVAUD, Ian REED, Jean BILLAUD, Lucien MALLIA.

274

Philippe DUCASTELLE, Camille COQUOT, Ian REED, Jean BILLAUD, Lucien MALLIA.

280

283

Des amis anglais

284

------------------------------------------------------------------------------------------------

Apéritif suivi du repas annuel de l'Association.

 

285

 

286

 

287

 

289

 

290

Mr Jean-Paul HIBLOT membre consultatif de l'A.A.A. des Groupes Lourds. 

293

294

295

297

298

299

300

301

Discours de Mr Paul BOGAERT.

303

305

307

308

Discours de Mme Beryl DENNETT STANNARD

http://rafasudouest.googlepages.com/home

-------------------------------------------------

Visite de la batterie de Maisy

Grandcamp_Maisy_1947_1

Vue aérienne de Maisy et la batterie des pérruques prise en 1947.

(collection: Gilbert SALA)

 

img544

 

Récit de Mr Marcel DESTORS

le jour du bombardement de la

Batterie des Pérruques

commune de Maisy.

JOURNAL DE GUERRE

Juin-Juillet-Août 1944

Un régiment allemand de D.C.A. était venu s'installer sur une ligne de la Tonnellerie et allant vers la Cambe.

La ferme, elle-même, était entourée de mitrailleuses lourdes. A 500 mètres, étaient mis en batterie, des canons qui, deux heures après leur arrivée, tiraient sur les escadres aériennes anglaises.

Ce voisinage ne me plaisait pas beaucoup...

Dans la nuit de dimanche, Anne et moi sommes réveillés par un bombardement violent. Les Perruques étaient bombardées, mais également à première vue, Maisy.

Je fais descendre les enfants à demi-habillés et sous le sifflement des bombes nous filons à la tranchée préparée au fond du jardin. On récite le Confiteor et le Souvenez-vous, puis je retourne à la maison où les carreaux tombent, mais c'est la fin du bombardement.

Je pars à Maisy prendre mon poste de Chef de la défense passive. Je traverse des maisons éboulées, j'arrive au carrefour et j'apprends qu'il a des victimes au lavoir. J'y cours. Le menuisier avec une bêche essaye de dégager une femme prise jusqu'à la taille, elle appelle ses petits (6) qui sont sous les décombres et dont quelques uns gémissent.

Les secours et les outils arrivent, mais il faut aller doucement pour ménager les survivants peu nombreux.

Le D.P.K. de Grandcamp arrive ainsi que les pompiers. Iy a trop de monde. Je recommande, je gueule même. On vient me chercher pour dégager une autre maison où une mère et son fils doivent être... Au bout d'une heure, on découvre qu'il est mort, puis sa mère en bouillie...

Je retourne au lavoir, on a dégagé la mère, le père et trois enfants, par contre les trois enfants sont morts. Par ailleurs, une famille entière, père, mère et quatre enfants sont morts. Tous sont mis dans des draps et transportés dans la salle de classe.

Le maire, monsieur Damecour, est commotionné et blessé à la figure par des éclats de vitres. Les blessés sont soignés au poste de secours puis dirigés sur Bayeux.

A 9heures, je rentre à la maison pour rassurer Anne. Je déjeune à la hate et lui dit de préparer son départ chez les Costrel à 15 heures le jour même avec les enfants.

Je retourne au village. Il faut songer à ensevelir tous ces morts très abîmes. Il fait chaud, le pays a pris peur et chacun cherche une voiture, un cheval pour partir. C'est l'exode.

A 15H30 Anne part en petite voiture avec les petits; la charette suit avec matelas et couverture. Monique prend en outre une famille de réfigiés qui va dans le même sens qu'eux.

Je suis donc seul mais soulagé du poids de les voir courir un danger que je sens imminent. Je ferme la maison, retourne au village qui est déjà presque mort. Je fais partir par des moyens de fortune les derniers malheureux sans moyens.

Je retourne à 19 heures à la maison pour voir si la traite des vaches est assurée. Mon garde aidé de deux femmes, Amandine et une autre, traient les vaches. Je dîne sans appétit et range la maison. Je dois prendre mon service à minuit.

A 23 heures, les officiers allemands de la D.C.A. me demandent des chambres pour se laver. Je leur montre les chambres déjà requises; ils s'installent tant mal que bien. Je ferme tout et m'en vais prendre mon poste au carrefour pour la surveillance des biens avec un homme de Maisy et deux marins de Grandcamp. J'ai de plus une autre équipe de quatre hommes qui doit regagner le hameau vers Grandcamp. Je donne mes consignes.

A minuit, je renvoie ceux qui gardaient les morts. Les gendarmes français s'en vont à leur tour. Le village est lugubre. Il fait beau ! Quelques avions sont salués par la D.C.A. de la Tonnellerie. Je repère un fossé pour nous mettre à l'abri en cas de besoin. Gros bombardement sur le Cotentin pendant 32 minutes. C'est effrayant !

A 3 heures 30, un avion volant assez bas arrive à Grandcamp. Il lance une fusée rouge sur les Perruques et verte sur la Tonnellerie. Nous rentrons dans notre fossé et nous y sommes à peine que le sifflement des bombes se fait entendre. Cela manque de charme. Je me fais tout petit, les mains sur la tête, mais à part un peu de terre, rien ne vient jusqu'à nous. Durée: 15', cela suffit. Je pars avec un homme faire un tour dans le village voir les dégâts et voir si l'autre équipe est saine et sauve. Pas de dégâts mais l'autre équipe n'a pas répondu à mes appels. J'ai le coeur un peu serré, mais elle a peut-être fui ou cherché un abri ailleurs.

Je regagne le bourg pour assister à un nouveau bombardement du Cotentin, aussi violent que le premier, mais la D.C.A. de la ferme se met à cracher; les balles explosives passent au-dessus de nos têtes. Nous nous mettons à l'abri au même moment où arrive un nouvel avion avec fusées éclairantes.

Nouveau bombardement de Maisy. Nous nous aplatissons. Une bombe éclate tout à côté, mais seule la terre arrive à nous (durée 17').

Le jour se lève, il est 6 heures, j'entends marcher sur la route: c'est Léger et son fils qui sortaient de chez eux. J'ignorais leur présence dans le village. Peu après, c'est Delaporte, nous sommes sept. Le garde champêtre arrive de Grandcamp, il se joint à nous; A ce moment, des sifflements passent au-dessus de nos têtes et éclatent vers les Perruques. A n'en pas douter, c'est le débarquement américain, c'est la flotte qui tire. Notre trou est insuffisant. Les marins de Grandcamp nous quittent. Je les remercie chaleureusement puis à la queue leu-leu nous gagnons une tranchée connue et bonne. Au milieu du bourg nous recueillons le curé, sa mère et Mlle Villiers.

Il faut songer à manger. Je pars chercher du pain, du cidre. Je vais chercher Pierre Leroutier. Nous sommes maintenant une dizaine, mais les obus continuent à siffler. Après avoir mangé pain, beurre et un peu de viande froide, je pars avec Leroutier me rendre compte de l'état de ma ferme. Celle de Mme Gonon est coupée en deux avec trois vieillards sous les décombres. Je continue, le coeur serré. Hélas, ma maison est coupée en deux, le reste est soufflé et je pleure. Je fonce, la partie debout est dans un désordre indescriptible. Tout a été pillé par les allemands. J'arrive à ma chambre, je sauve des couvertures, des châles. Je trouve du sucre, des haricots. Tous les animaux sont a l'abandon: porcs, vaches dans le potager qui est ravagé. Les communs n'ont pas trop souffert mais les gardes ne sont pas là.

Ils ne sont pas morts me disent les allemands qui sont dans la cour. Je leur demande du pain, ils m'en donnent, je m'en vais l'âme en peine. En revenant, je retrouve quelques familles qui reviennent du fond des champs. Ils m'apprennent la mort d'Amandine, la trayeuse qui m'avait aidé la veille au soir ainsi que de son fils.

J'emmène tout le monde à la tranchée. Il y a 10 enfants dont un blessé et environ 30 personnes. Il me faut nourrir tout ce monde. J'organise une cantine avec un cafetier. Mes haricots, ma volaille tuée, tout y passe. Il faut maintenant chercher les morts, ensevelir ceux de la veille, rechercher mes quatre camarades de la D.P. et enfin assurer la traite des vaches. Nous sommes six hommes valides et quatre femmes capables. J'espère que les autres fermiers vont revenir. Je recherche les 4 camarades mais en vain. Où sont-ils ? Je ne peux croire qu'ils soient morts. Nous nous retrouvons le soir sans rien. J'ai fait creuser une nouvelle tranchée abri pour les hommes. Je fais faire des cercueils provisoires à Grandcamp. Nous couchons dans la tranchée, sommeil léger mais nuit calme. Avions nombreux.

MERCREDI

Je mets une équipe pour rechercher les trois veillards ensevelis sous la ferme Gonon. Travail difficile car les murs sont branlants. Je vais avec deux hommes chercher les camarades. Nous sommes repérés: trois obus arrivent à proximité. Nous abandonnons nos recherches. Nous y revenons à 10 heures. Au bout de deux heures, nous retrouvons les trois malheureux, étouffés. Les sortir, puis faire la toilette, je la fais moi-même. Les mettre dans des draps, les ramener à la mairie, reconnaissance par les familles. C'est déchirant, c'est dur. Il me faut un coeur de pierre et parler ferme.

Après-midi, je vais chercher le corps d'Amandine et de son fils. Travail pénible et fatiguant. Trajet bouleversé par les bombes, survolé par les avions, allemands en retraite, quel métier ! Il faut ensevelir tous les corps qui s'abîment. Je fais ouvrir et creuse moi-même une grande fosse dans le cimetière. Nous sommes trois. C'est insuffisant. Il faut aller vite. Le soir, couché dans le fossé, la tranchée est trop incommode.

JEUDI

A 8 heures 30, je continue à creuser la fosse. Le curée m'appelle et me montre le ciboire qu'il a réussi à tirer du tabernacle sous les décombres. Je communie avec lui à 10 heures pour éviter la profanation des espèces. Je suis très ému.

Je vais à Grandcamp remercier le maire, la D.P., le service de santé de l'aide apportée à notre commune. Je dois avoir une tête à faire peur, pas lavé depuis quatre jour, fatigué. Je suis très bien accueilli par tous. J'ai trouvé trois hommes de renfort pour la fosse qui avance et sera prête ce soir. Après le déjeuner, nouvelle reconnaissance des morts, puis je vais me laver. Je n'ai pas le temps. Nouvelle rafale d'obus qui tombe sur le bourg. Chacun s'abrite comme il peut. Le calme est revenu, je vais voir ce que sont devenus nos hommes. Rien de cassé !

Mais je fais travailler par quart d'heures, par équipes de quatre. A 15h30, les premiers corps sont placés, bénis puis recouverts à 17 heures. C'est le tour des enfants à 18h30. Il reste un cercueil à amener.

A ce moment là, nouvelle rafale d'obus sur le clocher, dans la fosse. Je sens une douleur à l'épaule, mais m'écarte du clocher que je crains de voir s'effondrer sur moi. Je revient deux minutes après.

Nouveau deuil: Patureau, Quelle, Letellier sont tués. Le fils Léger est blessé à la jambe. Nous regagnons tous la tranchée la mort dans l'âme et heureusement à temps pour éviter le tir d'efficacité sur l'église et le bourg. Tir qui dure 20'. C'est terrible de voir notre belle église s'en aller en lambeaux.

A la tranchée, G.Odienne soigne le fils Léger dont tout le gras de la jambe gauche a été enlevé. Elle le fait avec délicatesse et douceur, mais la plaie est à vif et la douleur est grande pour ce malheureux. A mon tour, j'ai affaire à ses bons soins, mais ma plaie est bénigne. Un petit éclat a du pénétrer dans l'omoplate gauche. Je ne souffre pas mais j'ai le bras assez lourd. J'ai saigné pas mal: canadienne, veston, chemise, sont maculés de sang. Je vais m'étendre dans la tranchée près de Léger, mais son père désire me parler et je sors en rampant, mon bras étant plus douloureux.

J'apprends que Quelle respire encore. Je donne l'ordre à Léger, Yonnel et Delaporte de le ramener avec précaution jusqu'à un point convenable d'où ils peuvent me faire signe.

Je me couche dans l'herbe en attendant le signal. Celui-ci tarde à venir. J'envoie Jean Gilbert qui revient assez vite avec ses trois camarades. Quelle est à toute extrémité, ses blessures sont multiples. Ils l'ont pansé du mieux qu'ils pouvaient, mais les obus commençant à nouveau à tomber, ils n'ont pu le ramener plus près. Nous rentrons tous dans la tranchée. J'interdis à tout le monde de sortir. Le repas du soir consistera en lait, jambon, pain. J'essaie de manger mais je n'ai guère faim.

Les hommes font le guet à tour de rôle. Des coups de feu partent un peu partout surtout vers l'église et vers la Tonnellerie. Je somnole mais j'ai des cauchemars. A 2 heures du matin, Léger arrive avec un infirmier américain qui panse les plaies de son fils, de moi-même. J'ai très soif.

Le matin arrive. Il fait toujours beau mais orageux. Mes camarades veulent absolument me descendre à l'infirmerie de Grandcamp. Aussi c'est dans un tel équipage que j'arrive au poste de secours où je suis admirablement soigné et dorloté. Le docteur refait mon pansement. Je m'endors plus calme.

L'après-midi il est décidé de nous embarquer vers une ambulance américaine de St Laurent. Le départ a lieu vers 16 heures. Route très encombrée de matériels de toutes sortes. Nous allons très lentement mais la Croix Rouge de la voiture fait s'écarter les autres véhicules. Arrivés à St Laurent, je constate que l'ambulance est installée dans une petite vallée où nous avions piqueniqué quelques mois auparavant avec G. de Gouville.

Nous sommes bien reçus mais ma blessure étant plus bénigne, je suis soigné le dernier puis conduit sous une tente où je retrouve Léger et quelques habitants de la Gambe. Je dîne d'un repas individuel donné par un américain avec qui j'ai longuement parlé au cours de mon attente dans la tente précédente. A 10 heures, émotion: alerte aux gaz. Il ne manquait plus que cela ! Mais l'émotion dure peu. C'est une fausse alerte. J'ai toujours soif et dors assez mal.

Marcel DESTORS.

 

125

 

126

Plaque commémorative a la mémoire des habitants de Maisy.

 

311

De gauche à droite:

Christian PELISSIER, Yvonne FINALE, Nicole ROUSSEAU-PAYEN, Philip BOGAERT, Paul BOGAERT.

313

314 

317

Grandcamp (2)

(collection: Gilbert SALA)

318

320

323

324

325

326

327

328

329

333

334

Mr Christian PELISSIER membre consultatif de l'A.A.A. des Groupes Lourds.

 

grandcamp-maisy

Soldat américain au périscope de la batterie de Maisy.

335

336

339 

342

grandcamp (3)

La batterie des pérruques, on aperçoit bien les impacts des trous de bombes autour de la batterie.

(collection: Gilbert SALA)

344

345

351

Grandcamp_Maisy_1947_4

(collection: Gilbert SALA)

356

Laurent TROUSSE, Dominique THIRY, Paul BOGAERT, Nicole ROUSSEAU-PAYEN, Corinne TROUSSE, Philip BOGAERT, Yvonne FINALE, Pierre THIRY.

364

Ian REED, Paul BOGAERT, Corinne TROUSSE, Laurent TROUSSE, Dominique THIRY, Philip BOGAERT, Mme BOGAERT, Nicole ROUSSEAU-PAYEN, Philippe DUCASTELLE, Pierre THIRY.

365

 Ian REED, Paul BOGAERT, Corinne TROUSSE, Laurent TROUSSE, Yvonne FINALE, Philip BOGAERT, Dominique THIRY, Nicole ROUSSEAU-PAYEN, Christian PELISSIER, Pierre THIRY.

 

GCM_13

(collection: Paul BOGAERT) 

 ---------------------------------------------------------------------------------------------

Quelques photos des plages du débarquement

Port en Bessin

Port pétrolier du débarquement

 

002

 

003

 

004

 

008

 

012

013

014

015

016

------------------------------------------------------------------------

OMAHA BEACH

146e Engineer Combat Battalion

020

021

022

023

024

http://www.americandday.org/D-Day/146th_Engineers_Combat_Battalion_Order_of_battle.html

025

026

027

028

http://www.americandday.org/D-Day/299th_Engineers_Combat_Battalion_Order_of_battle.html

029

030

032

033

034

035

036

037

039

-----------------------------------------------------------------------------------

Arromanches.

 

368

 

369

 

370

 

371

 

372

373

374

376

377

378

379

380

381

382

383

384

385

388

(collection: Ducastelle Philippe)

Posté par DUCAPHIL à 11:24 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


27 janvier 2013

MISSIONS DE GUERRE DU LIEUTENANT GUSTAVE SUVERAN

57213239_p

Le lieutenant Gustave SUVERAN à son poste de navigateur de l'équipage du Lt VERHILLE.

Voici pour le souvenir du lieutenant Gustave SUVERAN les récits de 5 missions qui l'avait particulièrement marqué lors de ses 38 missions de guerre.

Au cours de la seconde Guerre Mondiale, le lieutenant SUVERAN promotion 1939 de l'Ecole de l'Air, occupait le poste de navigateur au Groupe de Bombardement 1/25 Tunisie, 347 Squadron au sein de la R.A.F.

Ces cours récits ont été écrit sans prétention aucune à destination de son petit-fils, peu de temps avant son décès en 2002, il donne une bonne image de ce que fut la vie à cette période de cet homme tranquille.

EQUIPAGE DU LIEUTENANT VERHILLE

Pilote: Lt VERHILLE (Cdt d'avion) Navigateur: Lt SUVERAB Gustave, Bombardier: Lt HENRY, Radio: Sgt/C BONNELALBAY, Mécanicien: Adjt GORIUS, Mitrailleur-supérieur: Sgt/C NYS, Mitrailleur-arrière: Sgt/C MARTIN.

CITATION

32881551

Troisième mission.

24/25 juillet 1944 - Objectif: Stuttgart.

- Cette troisième mission, nous amenait pour la première fois, à pénétrer assez profondément en Allemagne après un long périple à travers la France. Elle s'était déroulée sans histoire. Aussi, alors que sur le chemin du retour, nous abordions les côtes françaises, nous étions très détendus. Notre inexpérience nous poussait à considérer la mission comme terminée, il ne nous restait plus qu'à rejoindre la base. Le bombardier était venu me rejoindre m'apportant un sandwich et une tasse de thé. Heureux et fiers d'avoir accompli cette première grande mission, nous plaisantions tout en nous restaurant.

Soudain, un claquement sec, brutal, plus de lumière, nous venions d'être frappés de plein fouet par un obus de D.C.A. Ne portant pas mon parachute, qui me gênait pour travailler, je vins vers l'arrière pour le chercher et l'accrocher à mon harnais. Au cours de cette opération mon serre-tête se débrancha et je n'eus plus de communication avec l'équipage. Aussi quand je revins et vis le bombardier (Lt HENRY) sauter, en parachute, je crus que l'ordre d'évacuation avait été donné et je m'apprètais à sauter à mon tour. Quand j'emjambais la trappe d'évacuation, j'observais d'instinct les instruments de navigation (anémomètre, altimètre, compas). Ils indiquaient que l'avion volait normalement. Je revins donc auprès du pilote pour l'interroger sur la conduite à tenir. Par signes, il me fit savoir que tout allait bien. Je revins donc à mon poste pour constater que toutes les cartes, tout le matériel de navigation avaient disparus, avalés par l'appel d'air créé par la trappe d'évacuation. Pour rejoindre Elvington nous ne disposions plus que le plan général de la mission donné au pilote dès le départ. Nous n'avions aucun moyen pour recaler notre navigation.

Terrain de pocklington en 1945

Terrain de Pocklington en 1945.

A l'heure prévue pour notre arrivée sur Elvington, le jour se levait, nous volions au-dessus de nuages bas de type stratocumulus et l'on pouvait voir le sol par intermittence. Nous commençâmes à tourner en rond pour rechercher une piste où se poser. Au moment où le mécanicien nous annonçait qu'il ne restait plus que quelques minutes d'essence nous vîmes une extrémité de piste. Il s'agissait en fait du terrain de Pocklington. L'atterrissage fut impeccable, mais, quand la vitesse diminuant, la queue de l'avion s'abaissa les 4 moteurs s'arrêtèrent l'un après l'autre.

Heureux de nous en sortir à bon compte nous examinèrent les dégâts. L'obus avait découpé le fuselage sur plus d'un mètre, avait pénétrer dans l'habitacle faisant exploser une boîte de connexion juste au-dessus de mon épaule; était ressorti devant le pilote pour aller éclater quelques mètres au-dessus. Un éclat avait traversé la tourelle du mitrailleur-supérieur. Par chance, à l'impact, son siège s'était déverrouillé et il s'était retrouvé affalé sur le plancher, évitant ainsi de se trouver sur sa trajectoire.

Nous rejoignimes Elvington, riche d'une expérience nouvelle

- ne pas paniquer

- une mission est terminée

- quand l'avion est au parking.

Quand au bombardier, après avoir atterri dans un parc à voitures allemand, il réussit à s'enfuir, et à contacter une filière de résistants. Ceux-ci l'évacuèrent vers la Normandie, près d'Avranches où il fut libéré par les forces du débarquement.

Il rejoignit Elvington le 15 Août 1944.

Dix-neuvième Mission

2 et 3 novembre 1944 - Objectif: Düsseldorf. 

düsseldorf

 La nuit était belle. Jusqu'à l'approche de l'objectif la mission s'était déroulée sans difficulté. Peu avant d'amorcer le "bomb run" (approche finale pour bombarder) l'atmosphère devint angoissante. Le va-et-vient incessant des projecteurs qui fouillaient la nuit, les traînées écarlates des avions abattus étaient un signe évident que la chasse allemande était au rendez-vous.

Nous atteignimes l'objectif sans encombre, après le bombardement nous fîmes demi-tour évitant de peu le faisceau lumineux d'un projecteur à notre poursuite. Les mitrailleurs continuaient à annoncer les avions abattus autour de nous. Soudain, une gerbe de feu venant de l'avant, un claquement sec, un chasseur venait de nous tirer par une attaque frontale. Il fît demi-tour et s'appréta à nous attaquer à nouveau par l'arrière. Les mitrailleurs ouvrirent le feu et informèrent le pilote de ses évolutions pour qu'il puissent effectuer des manoeuvres défensives. Il tira une nouvelle salve qui passa nettement au-dessus de l'aile, puis il disparut.

Nous reprîmes un vol normal, mais l'avion vibrait terriblement. Le pilote et le mécanicien essayèrent d'y remédier en mettant l'hélice en "drapeau" mais en vain. Le circuit d'huile avait été détruit, le moteur s'était bloqué, et l'hélice continuait à tourner provoquant ces vibrations. C'est alors que le mitrailleur-supérieur signala que le moteur extérieur gauche était en feu, des gerbes d'étincelles courraient le long de l'aile.

Nous nous apprêtions à évacuer, quand le bombardier sauta en parachute. Puis, brutalement, l'hélice s'arracha et se projeta au-dessus de l'avion. Les vibrations cessèrent, les gerbes d'étincelles disparurent et nous pûmes poursuivre normalement notre vol jusqu'en Angleterre. Par précaution nous atterrîmes sur le terrain de Manston au Sud de Londres.

Le lendemain le retour à la base se fit par train et nous permit d'apprécier le sens de l'organisation et de la discipline des Anglais.

Le bombardier, lui avait sauté aux environs d'Aix-la-Chapelle. Par chance, il atterrit dans une zone que les Américains avaient conquise la veille. Quelques jours plus tard il rejoignit la base mais ne fit plus parti de notre équipage.

 Douzième mission

11 septembre 1944 - Objectif: Gelsenkirchen

Par tradition, dans l'Armée de l'Air, le 11 septembre a lieu une cérémonie pour commémorer la mort du Capitaine Guynemer. Nous participons à cette cérémonie quand sonna l'alerte.

Les équipages se précipitèrent aux différents "brieffings". Ils s'agissait d'une mission de jour assez inhabituelle. Au lieu de naviguer individuellement, comme nous le faisions d'habitude, cinq avions devaient former un V et guider la centaines d'autres qui suivaient à différentes altitudes. Je n'ai jamais su pourquoi notre équipage fut désigné comme leader de ce dispositif.

Il faisait un temps magnifique. Nous volions vers l'Est, abordant la Ruhr par le Nord. En virant pour mettre le cap sur l'objectif nous vîmes devant nous un véritable nuage formé par les éclatements des obus de D.C.A. Puis il fallut pénétrer dans ce nuage, alors commença la sarabande. Nous avancions au milieu d'éclairs écarlates dans des nuages noires, dans un roulement continu d'explosions et d'éclatements des tôles déchirées. L'avion était secoué sans cesse, se braquant, s'inclinant, plongeant, rendant la visée du bombardier bien difficile. Enfin celui-ci annonça le "bombs gun" (bombes parties) et nous pûmes virer pour échapper à cette atmosphère infernale, dans laquelle nous avions volé pendant plus de vingt minutes. Aussi qu'elle ne fut pas notre amertume lorsque le mécanicien, après les vérifications d'usage, nous annonça que la moitié des bombes n'était pas partie. Nous dûmes les larguer en mer.

Le reste de la mission se déroula sans histoire.

Notre avion était criblés d'éclats qui, heureusement n'avaient blessé personne, et provoqué aucun dégât grave.

Par contre l'avion qui était à notre gauche fut abattu. Dans celui qui était à notre droite, le bombardier reçut un éclat dans le creux de l'aine qui sectionna une artère. Malgré les efforts de l'équipage qui ne put arrêter l'hémoragie, il mourût avant le retour à la base.

Vingt-deuxième mission

24 Décembre 1944 - Objectif: Mulheim-Essen

 

img197

Terrain de Mulheim-Essen.

Avant de commencer mon récit, je dois te donner quelques précisions sur le terrain de receuil de CARNABY.

Ce terrain avait été prévu pour recevoir des avions fortement endommagés qui ne pouvaient qu'atterrir en catastrophe. Ses pistes étaient très larges et très longues. Très larges car elles permettaient l'atterrissage simultané de trois avions. Très longues, car les avions, qui en raison de leurs avaries, se présentaient trop vite, pouvaient quand même atterrir. Ceci d'autant plus facilement que la piste était prolongée d'une zone de terre meuble où l'on pouvait se "CRASHER" sans trop de risques, mais surtout sans encombrer la piste.

 

img235

Enfin il était équipé d'un dispositif "FIDO" qui consistait en 2 rampes de brûleurs à pétrole qui longeait la piste de chaque côté. Quand il y avait un fort brouillard on allumait ces rampes. Le brouillard se dissipait alors, sur la piste et lorsque l'on arrivait en approche finale on entrait dans un espèce de tunnel où l'on voyait parfaitement le sol, ce qui permettait d'atterrir dans les meilleurs conditions.

C'était donc la veille de Noël, nous étions allés de nouveau attaquer la Ruhr vers le milieu de l'après-midi bénéficiant d'une protection de chasseurs anglais et américains. Malgré une D.C.A. nourrie comme toujours dans cette "Vallée heureuse" ce fut pour nous une mission sans histoire. Mais à notre retour sur l'Angleterre une surprise nous attendait. Tout le pays était recouvert par un brouillard extrêmement dense qui cachait entièrement le sol. La nuit commençait à tomber nous étions environ quatre cents avions en l'air, avec des réserves d'essence limitées. On nous dérouta sur CARNABY. A notre arrivée la tour de contrôle nous étagea en altitude et en attendant notre tour d'atterrir nous nous mîmes à tourner en rond. Au fur et à mesure des atterrissages on nous faisait descendre d'un niveau.

Le temps nous paraissait bien long car les réserves d'essence diminuaient. Enfin notre tour arriva. Après un atterrissage impeccable, nous dégageâmes la piste le plus rapidement possible. Il fallut alors se parquer. Le parking normal étant saturé on nous guida vers des voies de des serrement, là, quel spectacle ! les avions s'empilaient les uns derrière les autres, le nez sur la tourelle-arrière de l'avion précédent.

Après avoir récupéré nos affaires on nous rassembla au pied de la tour de contrôle et les commandants d'avion allèrent signaler leur arrivée. Malgré la nuit et le brouillard les quatre cents avions purent se poser en moins d'une heures.

Il faut rendre hommage au personnel de la tour de contrôle qui accomplir là un véritable exploit.

Commença alors le moment le plus émouvent de cette nuit de Noël, l'appel des équipages qui ne s'étaient pas présentés et nous savions bien qu'ils ne rentreraient plus. Parmi les manquants figurait l'équipage d'un de mes camarades de promotion (l'équipage du Lt LEROY).

Enfin, on nous entassa dans des cars qui nous ramenèrent à Elvington. Nous pûmes ainsi assister à la troisième messe de notre Aumonier (le Père MEURISSE), et avoir une ultime pensée pour ceux qui n'étaient pas rentrés.

 

img100

(collection: Richard BOURGEOIS)

Enfin ce fut le réveillon. Par la suite, il fallut plus d'une semaine pour récuperer nos avions les dégager de cet empilement, les réviser et refaire les pleins.

Trente troisième mission

3 mars 1945 - Objectif: Kame.

Ce fut ma mission sans histoire jusqu'à notre retour en Angleterre. A partir du franchissement des côtes anglaises, nous devions allumer nos feux de position, pour éviter les collisions qui désormais constituaient le risque majeur. Cette nuit là, sitôt la côte passée, la radio du sol nous lança le message "Bandits - Bandits", ce qui signifiait que des chasseurs allemands s'étaient glissés parmi nous sans manifester leur présence. Ils attendaient, car feux de position allumés nous devenions des proies faciles. Il fallait donc éteindre nos feux et redoubler d'attention.

Tout alla bien jusqu'à Elvington où nous primes contact avec la tour de contrôle. Pour entrer dans le circuit nous dûmes rallumé nos feux de position pour permettre à la tour de nous situer. Nous arrivions en position vent arrière quand la tour de contrôle nous donna ordre d'éteindre nos feux et nous signaler la présence d'un chasseur ennemi derrière nous. En effet celui-ci ayant lui aussi allumé ses feux, les contrôleurs au sol constatèrent qu'il s'agissait d'un avion plus petit que le notre et nous alertèrent aussitôt. Ce qui prouve une fois de plus que le personnel au sol, compétent et dévoué, savait aussi participer à nos missions

En tous cas la mesure fut efficace car nous pûmes poursuivre l'atterrissage et nous poser sans encombre.

En quittant l'avion nous vîmes dans la direction de Pocklington, s'élever dans le ciel une boule de feu qui éclata comme une fusée de feux d'artifice, immédiatement quatre où cinq parachutes s'ouvrirent.

Ce sacré chasseur continua ses exploits. Il fut à l'origine d'un beau plat ventre collectif quand il passa au ras de la salle des parachutes. Un peu plus tard alors que je me rendais au mess à vélo avec des copains, nous eûmes droit, à son passage, à un beau plongeon dans le fossé bordant la route.

Au mess on vint nous annoncer qu'il s'était écrasé après avoir percuté un arbre et une maison.

Lieutenant Gustave SUVERAN

(collection: Jean-Louis PETIT - son gendre)

Posté par DUCAPHIL à 17:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 janvier 2013

HISTORIQUE GB 2/23 GUYENNE

GB 2/23

GUYENNE

img214

 

L'insigne de la BR-66 était un aigle égyptien aux ailes déployées.

3e escadrille du groupe II/23

http://albindenis.free.fr/Site_escadrille/escadrille066.htm

img215

 

L'insigne de l'escadrille BR-129 consistait en un lapin trimardeur rouge dessiné sur sur un ovale à fond rouge.

4e escadrille du groupe II/23

Constitué le 2 octobre 1936 sur la base de Toulouse-Francazal, le groupe de bombardement II/23 était formé respectivement de deux escadrilles (3e et 4e), respectivement héritières des insignes et des traditions de la BR-66 (aigle égyptien) et de la BR-129 (lapin).

Commandé par le commandant Berthelon, ce groupe, doté de Bloch MB.200 jusqu'en avril 1938, participa à de nombreuses grandes manoeuvres conduites avant la guerre dans la région de Dijon (mai 1937) et dans le Sud-Est (août-septembre 1937). En novembre 1937, il prit part à la croisière impériale, qui le conduisit en Afrique du Nord et en Afrique noire avant un retour en métropole par Istres.

Peu de temps après la fin de la croisière, en avril 1938, le groupe fut équipé de Bloch MB.210, et, passé sous les ordres du commandant Baudouin, il rejoignit le terrain de Lille-Seclin à la mi-août 1939 afin d'accomplir des exercices en liaison avec la chasse britannique.

Quelques jours après le retour du II/23 à Francazal, la guerre éclatait; le groupe rallia la base d'Istres, où il séjourna jusqu'au 8 décembre 1939. A cette date, il fut cantonné au vallon et y poursuivit son entraînement. Il ne fut transformé sur un appareil moderne (en l'occurrence le Lioré-et-Olivier LeO 45) qu'au milieu du mois de février 1940, mais en partie seulement, chaque escadrille recevant une nouvelle machine.

La situation  s'améliore en avril et, le 27 mai, le II/23 rejoignit Orange-Plan-de-Dieu, première étape vers la base d'Etampes-Mondésir, où il arriva le 2 juin suivant. Le soir du 3 juin, il s'installa à Oisonville-Gondrevill, tout près d'Etampes, et accomplit sa première mission de guerre trois jours plus tard, dans la région de Chaulnes, contre des colonnes motorisées allemandes.

Les sorties se succèdèrent alors à un rythme accéléré, au prix de nombreuses pertes. Puis, le 11 juin, le II/23 fit mouvement sur le terrain de Tours. De là, le groupe rallia Bordeaux-Mérignac puis Toulouse, et enfin, le 22 juin, il traversa la Méditerranée. Cantonné à Blida, il fut expédié à Marrakec le 25 juin avant de gagner Oujda (16 juillet) puis Blida (21 juillet).

Bauer102

Les 3e et 4e escadrilles du GB II/23 Guyenne.

(collection: Famille BAUER)

Maintenu en activité dans le cadre de l'armée de l'Air de Vichy, le II/23 fut engagé en septembre 1940 dans les bombardements conduits sur la base britannique de Gibraltar. Il se trouvait au Maroc sous les ordres du commandant Venot quand, le 8 novembre 1942, les Alliés débarquèrent en Afrique du Nord.

Le groupe mena plusieurs attaques contre les forces anglo-américaines et séjourna quelque temps à Ras-el-Ma après l'arrêt des hostilités. Rentré à Meknès, il se renforça progressivement en personnel et en appareils et envoya quelques équipages participer, en mars-avril 1943, à la bataille livrée en Tunisie.

 

img917

Meknès, Groupe 2/23 en mai 1943.

On reconnaît sur la photo: le Lt Louis BOURGAIN, Sgt/C Marcel CROBLAN dit CROSIA, avant dernier à droite le Sgt Emile BLANC, Sgt Jean RATIER.

(collection: Emile BLANC)

En août de la même année, la totalité du personnel du II/23 fut embarqué à destination de la Grande-Bretagne; il arriva à Liverpool le 9 septembre suivant. Là, les équipages se dispersèrent entre différentes unités opérationnelles afin de se familiariser avec les méthodes de combat et le matériel britanniques. Rebaptisée groupe de bombardement II/23 Guyenne (Squadron 346 de la RAF), la formation allait être employée dans des missions de bombardement stratégique au sein du Bomber Command.

(Source: L'AVIATION N°201) 

 

Posté par DUCAPHIL à 14:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

13 janvier 2013

AVIS DE RECHERCHE POUR LA FAMILLE DE L'ADJUDANT GUY VIGNERON

AVIS DE RECHERCHE

 

Concernant l'équipage du Capitaine BARON

 

38274546

Pilote: Cne BARON (Cdt d'avion) Navigateur: Lt TRUCHE, Bombardier: VIGNERON Guy, Radio: Adjt/C MIGNOT, Mécanicien: Sgt/C CORMIER, Mitrailleur-supérieur: Sgt/C PETITJEAN, Mitrailleur-arrière: Sgt BOURELLY, 2ème Pilote: Lt-Col DAGAN.

 Monsieur Guy GOURMELLET aimerais prendre contact avec la famille de l'adjudant Guy VIGNERON, son avion est attaqué par un chasseur de nuit au retour de mission, abattu au-dessus de BOCHUM le 4/5/11/1944. Au cours de ce raid, le lieutenant-colonel DAGAN de l'Etat-major de Londres avait tenu à effectuer une mission de guerre afin de se rendre compte de visu des difficultés afférentes. Cette nuit-là, il occupait la place de deuxième pilote.

Prendre contact à l'adresse suivante: guistar@aol.com

Posté par DUCAPHIL à 17:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 janvier 2013

DOCUMENTS VIDEOS SUR LES GROUPES LOURDS

 Documents videos sur les Groupes Lourds.

Pour le souvenir d'André GUEDEZ.

Document réalisé par sa fille et ses petits-fils.

110238180_o

Vidéo du Yorkshire Air Museum.

 

Battle of the Somme, 13/07/2016, Jonathan Cowap - BBC Radio York

Refurbished World War One biplane on show at Yorkshire Air Museum

http://www.bbc.co.uk

 

Interview de monsieur Jean Billaud FAFL mitrailleur au Squadron 346 " Guyenne" 

Interview de Monsieur Jean Billaud, FAFL, mitrailleur au Squadron 346 "Guyenne"

La fin du NA 197

fatal flightna197

Peelzwerftocht

fatal flightna197

Documents de Martien Van Bussel.

________________________________________________________________________

Un nouveau film pour le YAM 

Une base de la (RAF Riccall) près d'Elvington, qui est maintenant une des nouvelles réserve naturelle nationale d'Angleterre, avec des photos et film des équipages français.

The Nature of Flight

VIDEO GROUPES LOURDS

IMPERIAL WAR MUSEUM

74159764

Equipage du lieutenant LEROY, 347 Squadron, descendu le 24/12/1944 au-dessus de Düsseldorf.

http://www.youtube.com/watch?v=2NxJzrNv0Rk

Prix du Meilleur Documentaire au Festival du Film de l'Imperial War Museum de Londres le 21 mars 2012.

70276416

Monsieur Emile BLANC mitrailleur-arrière de l'équipage du Cpt Victorien MARIAS, promu au grade d'Officier de l'Ordre national de la Légion d'Honneur.

Monsieur Emile BLANC décoré de la Légion d'Honneur par le Chef de Bataillon Mr Henri Masquet.

IMGP1598

André Guédez, Hervé Vigny. 

 Un petit souvenir pour nos deux anciens, Grandcamp-Maisy en 2008.

 
Grandcamp-Maisy, Louis Hervelin, Hervé Vigny et André Guédez.

FR3-Lyon-07-07-19

 
19 juillet 2007 à Francheville, François Duran et André Guedez, les deux rescapés de l'équipage du lieutenant Leroy, du Tunisie, abattu le 24 décembre 1944 au-dessus de Düsseldorf en Allemagne. François Duran est décédé moins de deux ans après ce reportage.

FR3_08-12-24

 
24 décembre 2008, la dernière mission d'André Guédez le 24 décembre 1944, au cours de laquelle cinq de ses camarades membres de l'équipage du lieutenant Leroy, du Tunisie, ont été tués. Il fut avec François Duran l'un des deux rescapés.

FR3-BN-08-05-28

  28 mai 2008 Grandcamp-Maisy Louis Hervelin et André Guédez.

Équipage du lieutenant JOUMAS 

 
Document réalisé par Jacques GAZEL avec la participation de Jean-Michel GRAVAUD
 
---------------------------------------------------------------

Hommage aux Groupes Lourds Francais, Tribute to the French Heavy Bomber

 
 
Document réalisé par Yohan ZERDOUN petit-fils d'Emile HAÏM MECHALY mitrailleur-supérieur de l'équipage du Cne CALMEL

Posté par DUCAPHIL à 18:07 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

09 janvier 2013

AVIS DE RECHERCHE Sgt Jean GARRIDO

AVIS DE RECHERCHE

Sgt/Chef Jean GARRIDO

Je voudrais prendre contact avec Mr Patrick PIERRE PIERRE

concernant l'avis de recherche du Sgt/C Jean GARRIDO

mitrailleur-supérieur de l'équipage du Capitaine BOURGAIN

-------------------------

Information transmise par le fils du Sgt/C Jean GARRIDO.

Mon père est né le 26 Juin 1914 à Magenta petite commune près d'Oran en Algérie, et malheureusement décédé le 14 Février 1998 à Lilhac, dans la région Toulousaine.

Posté par DUCAPHIL à 13:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

07 janvier 2013

AVIS DE RECHERCHE D'UN MECANICIEN AU SOL JOSEPH FERNAND GARCIA

AVIS DE RECHERCHE

concernant

un mécanicien au sol

de la base d'Elvington

Joseph Fernand GARCIA

son surnom était "Franky ou Frankie"

Sa ville natale  Lyon.

prendre contact à l'adresse suivante: guistar@aol.com

Posté par DUCAPHIL à 23:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 janvier 2013

SUPERBE RECIT DE L'ADJUDANT ROBERT RICHARD

Portraits_Angleterre_

Adjudant Robert RICHARD

(collection: Jean-Charles RICHARD)

 Superbe récit des souvenirs de l'adjudant Robert RICHARD

mécanicien navigant de l'équipage BRION

 Avril 1943 - Novembre 1945

L'équipage du Capitaine Antoine BRION

Pilote: Cne BRION Antoine - (Cdt d'avion) Navigateur: Lieutenant: BARTHELOT Jean - Bombardier: Sous-lieutenant: DEMESMAY Marcel - Radio: Sgt DARRIBEHAUDE Christian - Mécanicien: Adjudant: RICHARD Robert - Mitrailleur-supérieur: Sergent: FOURES Roger - Mitrailleur-arrière: Sergent-chef: GONNOT R.

 ------------------------------------------------------------------

N.B.: Le récit de ces heures est extrait d'un texte manuscrit que Robert RICHARD avait composé à l'intention de sa famille. Ce texte et la photo qui l'accompagne ont été fournis par Jean-Charles RICHARD, son fils. Seules quelques notes ont été ajoutées à partir de sources diverses afin de le compléter - Michel DARRIBEHAUDE.

Robert RICHARD a commencé dans la mécanique comme apprenti à la concession Renault de Château-du-Loir (Sarthe). Dans les années 40, il est en Afrique du Nord...

- Au mois de d'avril 1943 départ pour Biskra, nous allons là pour bombarder les troupes de Rommel qui sont en retraite vers la Tunisie.

 

img015

(source: L'Aviation N° 199)

Installation dans la ville de Biskra; nous sommes à l'hôtel, installation à plusieurs par chambre, les repas sont pris sur place. Plutôt sommaire comme nourriture et si il y a vol de nuit, le dîner nous passe sous le nez; quelquefois à la cuisine il reste du pain, après tout ça bouche trou, ce jour-là les rats n'auront rien à se mettre sous la dent. Et puis fin mai 43 Rommel abandonne la Tunisie. Dans cette période-là, au cours d'un entraînement un avion s'écrase sur la piste; sur les cinq un seul s'en sortira grièvement brûlé, 15 ans après je le reverrai à la Base du Blanc. Les avions doivent regagner Colomb-Béchard, je demande au Commandant quelques jours de liberté pour faire le détour par Sétif (1). Retour à Colomb-Béchar, mais je ne vais pas jusqu'au bout: entre-temps les avions ont été donnés à d'autres et tout le personnel est hébergé dans les écoles de Sidi-Bel-Abbès. Nous devons paraît-il suivre un entraînement chez les Américains. Nous sommes trois équipages à partir pour Rabat (Maroc), pour d'autres ce sont les Anglais.

- (1) Où habitent son épouse, son fils et sa belle-fille.

img009

Biskra Vue générale

img010

Biscra le 15 décembre 1942

Un LéO45 nous amène à Rabat, le lieutenant BRION, sergent DARRIBEHAUDE et moi-même. Le stage va durer un mois et demi. Nous sommes sur Douglas (Boston) bimoteur, théorie d'abord, pratique ensuite, surtout vol en rase-mottes avec tir sur cible. Les casse-croûtes ont changé: nourriture U.S. ; ça va un moment. Sur la table il y a toujours un bocal avec dedans ce qui semble du miel, les Américains ont l'air d'aimer. Moi je m'en fais une tartine, horreur c'est du beurre de cacahuète, j'ai bien du mal à avaler la bouchée; le restant, je le mets délicatement dans la poubelle. Cette histoire de casse-croûte me fait penser à l'aventure survenue à l'avion à son retour à Oran. Pour améliorer l'ordinaire l'équipage avait chargé dans l'avion un cochon qu'ils comptaient bien transformer en pâté à son arrivée. Mais voilà en vol l'animal étant sans doute mal à l'aise réussit à se détacher, il se met à gambader dans le couloir, tant et si bien que le pilote a bien du mal à garder sa ligne de vol; heureusement à la base du fuselage à 10 m de la queue, se trouve une trappe pour installer une mitrailleuse. Une légère porte en interdit l'entrée, mais le cochon, emporté par son élan, passe au travers et tombe sur la trappe qui s'ouvre et le voilà dans les airs sans parachute. 

img012

 Quelques jours après l'équipage apprend que leur cochon est tombé au milieu d'un marché arabe; pour une histoire ce fut une drôle d'histoire car un cochon volant on n'avait jamais vu cela et comme l'animal pour les Arabes est impur, il a dû en éclabousser quelques-uns qui ont dû demander secours à Allah dans les plus brefs délais.

Le 13 juillet 1943 nous sommes de retour à Sidi-bel-Abbès. Les journées se passent en attente, on ne sait pas encore si ce sont des avions U.S. ou anglais qui vont nous être affectés; il faut tenir la forme, aussi beaucoup de culture physique. De temps en temps nous allons voir les quelques avions qui nous restent, l'entretien se poursuit, mais on sent avec le personnel d'entretien que nous ne sommes plus des leurs. Nous sommes devenus, comme disent les Anglais, des "Flight Engineers" littéralement "Ingénieurs navigants". Sans doute ai-je été là au bon moment pour avoir grimpé un échelon si l'on peut dire.

Par avion nous allons à côté d'Alger pour passer des examens. Tout y passe: l'état général, la vue, les réflexes, il faut être en bon état. Les mal foutus sont tranquilles, ils passeront à côté de la guerre, il y en a même qui font semblant. L'ennui c'est qu'avec moi j'aime les avions, alors ! Nous quittons l'hôpital après y avoir passé neuf jours, retour à Sidi-bel-Abbès. Puis quelques jours après nous apprenons que nous partons pour l'Angleterre par un navire qui nous prendra à Alger. Avec quelques amis de Sétif nous demandons d'aller pour une semaine en famille; c'est accordé, il n'y a plus qu'à trouver un train. Comme il n'y a pas de trains de voyageurs nous prendrons un train de marchandises. Après avoir changé plusieurs fois nous arrivons à Sétif 36 heures après.

Maintenant nous sommes dans une maison préfabriquée de l'Armée un peu à la périphérie de Sétif. Il y a à côté tout un tas d'Anglais avec un passage continuel de camions de prisonniers de l'armée de Rommel. Ce n'est pas de tout repos, enfin huit jours sont vite passés et le mois d'août me voilà reparti avec les copains sur Alger. Un camion d'Américains nous embarque et quelques heures après il nous dépose dans la cour de la gare d'Alger.

Le rassemblement a lieu à Sidi-Ferruch (2), il n'y a plus qu'à attendre que l'on vienne nous chercher, ce qui fut fait le lendemain matin après une nuit passée sur les banquettes de la salle d'attente de la gare. C'est sur cette plage de Sidi-Ferruch qu'en 1830 eut lieu le débarquement des soldats de Charles X. Pour nous nous resterons une dizaine de jours  sous des tentes (nous sommes peut-être 300) en attendant d'embarquer sur un navire anglais. C'est chose faite fin d'août.

-(2) Presqu'île à 30 kilomètres d'Alger.

 

img834

Robert Richard à probablement embarqué sur le R.M.S. "ORBITA"

 

Nous embarquons, mais nous ne sommes pas seuls, il y a également des prisonniers allemands, ils terminerons la guerre tranquilles en Angleterre. En attendant nous sommes une cinquantaine que l'on a dirigée dans l'entrepont tout à l'avant du navire ; des matelas sont à même le sol, c'est là notre gîte pour la traversée, et la grosse chaîne de l'ancre nous rappelle que nous sommes bien sur un navire. Puis nous sommes partagés par groupes de dix pour le casse-croûte que nous allons chercher nous-mêmes. Une table est installée sur deux tréteaux. Nous devons avoir la même nourriture que les prisonniers: dans une corbeille , des petits pains "anglais"; on dirait qu'il y a des grains de raisins - curieux ! Mais c'est un peu plus petit et comme dit mon voisin , ç a resemble bougrement à des charançons. Au début j'ai bien essayé de les enlever, mais il y en avait tellement que lorsque tous les charançons étaient partis il n'y avait plus de pain. J'ai bien essayé les yeux fermés mais ça ne passait pas. Trois semaines sans pain, les Anglais nous soignaient bien, la belle vie quoi. Escale à Gibraltar, le temps est splendide, le rocher est fantastique, mais nous ne descendons pas à terre. Nous attendons ici trois jours, puis le convoi se reforme avec d'autres navires et des navires de guerre qui n'ont être avec nous jusqu'à Liverpool où nous arrivons vers le 15 septembre après être passés près des Açores, puis remontés vers le Groenland enfin redescendus par la mer d'Irlande entre l'Ecosse et l'Irlande.

 

052f4770

 

 

rafwk2

Camp militaire de West Kirby en 1948

(source: http://www.rafwka.co.uk)

West-Kirby à côté de Liverpool nous accueille; c'est un camp militaire où il y a tout le confort désirable: des draps dans les lits, des baignoires individuelles (dont une me sert dès le soir même). Nourriture appréciée les premiers jours, mais comme c'est toujours la même chose, on arrive à se lasser. Dès le lendemain cours d'anglais pour ceux qui le désirent; pour moi c'est le début, il n'y a plus q'à étudier. Pour cela l'écrire ça va, mais pour le prononcer c'est une autre histoire. Le samedi soir il y a bal au village, j'essaie le peu d'anglais que j'ai réussi à retenir. Au visage inquiet qu'ils me font je vois bien que mon langage n'est pas encore au point ! Au cours de la semaine interrogation par l'Intelligence Service (pour détecter les espions) puis questionnaire sur nos degrés de savoir dans l'aviation. Enfin acceptés pour suivre un stage à Cardiff où nous resterons jusqu'en avril 1944.

Alternance de cours théoriques et pratiques; nous faisons connaissance avec l'avion sur lequel nous volerons, alors autant travailler sérieusement car en cas de coup dur il faut réagir automatiquement, il est trop tard pour réfléchir. L'hiver à Cardiff il n'y fait pas chaud, aussi pour me réchauffer plus rapidement je prends un bain avant d'aller au dîner. Au moins s'il y a quelques chose de bien ici c'est bien cela. Je suis sorti une fois le dimanche pour voir la ville, personne dans les rues, tout est fermé, triste au possible, le train m'a ramené vite fait au camp.

 

img188

(collection: Ducastelle Philippe)

 A l'issue de deux jours d'examens, réunion dans une salle; je crois que nous sommes plus d'une centaine à la promotion dont six français (il en vient autant par semaine). A la lecture des résultats on m'annonce une moyenne de 16,5/20; nous sommes une dizaine à être au-dessus de 15, ce qui permet au dire du Commandant du camp notre admission à l'école des officiers. Pour les deux Français il faut qu'il demande l'accord de notre commandement, qui refuse. Pourtant il n'y avait que trois mois à passer à l'école ! Les Anglais, eux, y sont allés. Le plus fort c'est que quelques temps après, ceux qui comme nous ont réussi à être au-dessus de 15, leur admission ,'a pas été refusée et je les ai vu revenir à notre base quelques mois après avec des galons de sous-lieutenant. Pour ce coup-là la chance n'était pas de mon côté. Enfin, il n'y a plus qu'à prendre le train et direction Elvington à côté de York où se trouvent basés les avions. Et voilà, il n'y a plus qu'à prendre possession de la hutte qui nous sert de maison, c'est là que l'équipage se reconstitue; j'habite avec le radio (Darribehaude) et les deux mitrailleurs (Fourès et Gonnot). Les trois officiers sont dans une hutte mais cloisonnée celle-là.

 

46573722

Flight Engineer Leaders Course, 4 sof T.T. 1944.

Les Leaders des mécaniciens navigants à St Athan dans le pays de Galles, au Sud-Ouest de Cardiff, au centre de la photo le lieutenant Albert ROUSSEAU Leader des mécaniciens d'Elvington.

(collection: Nicole ROUSSEAU PAYEN)

Bon, eh ! bien le lendemain ça recommence, entraînement et cours. Tout le mois de mai 44 va se passer en essais de l'avion, atterrissages jour et nuit, bombardements fictifs. D'ailleurs un détail amusant: d'abord, il faut savoir qu'autour de York il y a neuf terrains d'aviation identiques, et au cours d'un atterrissage de nuit nous nous sommes trompés de terrain. Un peu étonnés quand même de voir une jeep nous courir après ! Le radio qui connaît l'anglais s'explique, tout le monde éclate de rire, une petite erreur, l'entraînement c'est fait pour ça. Les plus étonnés ont été les gens de la tour de contrôle de notre terrain lorsque nous leur avons annoncé notre atterrissage et qu'ils n'ont pas vu l'avion.

Un jour je suis descendu à York visiter la ville. Beaucoup de gens en uniforme naturellement; vers la fin de l'après-midi je retourne  à la gare des bus, mais voilà il y en a pour toutes les directions. Je demande en anglais (je crois en tout cas!) le bus qui m'interesse, personne ne comprend; je suis là à regarder les bus ne sachant lequel prendre, heureusement une vieille dame s'approche de moi. Je lui répète doucement ce que je désire, elle me dit: "Come with me", j'ai compris. Elle m'amène au pied d'un bus et me dit: "Get up!", je la remercie, elle est contente, moi aussi, j'ai pris le numéro de la ligne pour la prochaine fois.

 

331

 

445

 

446

La gare routière de York prise en 2012, est-ce toujours la même gare 68 ans après mystère?

(collection: Ducastelle Philippe)

1er juin 1944: je viens d'être nommé adjudant, quand même, le plus curieux c'est que ce soir nous partons en fin d'après-midi pour notre première mission avec huit tonnes de bombes. Nous voilà donc à la queue leu leu, la douzaine d'avions allant prendre le départ sur la piste de décollage, mais auparavant nous devons passer devant les bâtiments de la station. Et oh ! stupeur, tout le personnel est là pour nous voir partir - ils ont peut-être l'impression qu'ils ne nous reverront pas, pour nous c'est quand même un serrement au coeur. Dans la nuit nous serons tous de retour - bon début, mais hélas au fil des jours le calme ne se renouvellera pas. D'ailleurs notre deuxième mission qui a lieu le 5 juin, toujours de nuit, a failli mal se terminer.

 

img021

Vue aérienne du bombardement de la batterie de Maisy dans la nuit du 5/6 juin 1944.

 

126

(collection: Ducastelle Philippe)

Je voudrais rendre hommage aux victimes de la commune de Maisy lors du bombardement de la batterie des perruques, malgré l'extrême précision des bombardiers Français, quelques bombes sont tombés sur le village faisant des victimes parmi la population, vous avez le récit de Monsieur Marcel DESTORS maire de la commune et responsable de la Défense Passive.

http://halifax346et347.canalblog.com/archives/2009/11/20/15865677.html

 

125

(collection: Ducastelle Philippe)

Plaque à l'entrée de l'église de Maisy commémorant les victimes du bombardement.

 

Le débarquement avait lieu de nuit, et au petit matin, nous devions aller bombarder une gare de triage (3) en Normandie. Décollage à 11h du soir, l'ennui c'est qu'à peine le train d'atterrissage était rentré - nous étions peut-être à 150 mètres du sol - le feu se déclare brusquement au moteur gauche extérieur. Brion me dit: "Arrête le moteur pendant que j'essaie d'éteindre le feu". Peur, j'ai eu peur, j'ai serrer les dents pour faire les manoeuvres qui habituellement sont simples, arrêter le moteur, le compresseur, mettre l'hélice en drapeau, fermer l'arrivée d'essence. Brion me dit: "On perd de l'altitude" et demande au navigateur (4) si dans le coin il n'y a pas trop d'habitations car il faut se débarrasser des bombes pour soulager l'avion ou alors on s'écrase. Le port de Hull n'est qu'à quelques kilomètres. Après une reprise de flamme le feu s'est éteint; tout doucement nous perdons de l'altitude et les trois moteurs restants commencent à chauffer. Brion dit au bombardier: "Aussitôt que tu aperçois l'eau du port tu largues tout", ce qui est fait quelques secondes après - ouf ! de soulagement, nous n'étions plus qu'à 160 pieds d'altitude c'est-à-dire à peine 50 mètres. Les sept tonnes de bombes parties nous reprenons de l'altitude,  un quart d'heure après nous sommes de retour à notre base (5) - histoire de ne pas en rester là, le train d'atterrissage ne voulait pas sortir; après plusieurs essais infructueux, je dus le faire descendre manuellement.

- (3) L'objectif était en fait la batterie lourde de Maisy. La gare de Saint-Lô fut la cible du "Guyenne" dans la nuit du 06 au 07/06/44.

- (4) Lieutenant Jean Barthelot.

- (5) Ce qui "a failli mal se terminer" est également raconté par le Lt Col J. Calmel dans Pilote de Nuit, (La Table Ronde, p.85/90), qui cite bien comme objectif "une batterie lourde allemande", mais se trompe en mentionnant le moteur extérieur droit (confirmation dans le carnet du radio Darribehaude). Il s'agit cependant du même incident, et l'auteur parle d'un "exploit passé à peu près inaperçu sur la base".

 

img024

Compte-rendu Anglais des équipages qui ont participés au bombardement de la batterie de Maisy.

Interrogatoire naturellement. Le lendemain matin nous sommes convoqués Brion et moi, et nous expliquons séparément les faits de la nuit dernière qui nous ont obligés à larguer les bombes dans le port de Hull. Ce n'est pas réjouissant car cela ressemble à une cour d'assises où nous jouons le rôle d'accusés. Rôles que nous tenons encore le lendemain - pourquoi s'ostinent-ils à nous reposer les mêmes questions ? Nous avons su par la suite que nous avons eu une chance énorme de ne pas couler des péniches de débarquement dont la Division Leclerc qui était en préparation. Pas étonnant que les officiers qui nous interrogeaient aient voulu savoir si nous l'avions fait en toute connaissance de cause. Heureusement les mécaniciens avaient fait leur rapport sur les causes de l'incendie du moteur, concordant avec nos déclarations.

Le 12 juin mission de nuit sur la gare d'Amiens/Longueau; un de mes camarades me dit qu'il est bien embêté: son père est aiguilleur à la gare de triage, celle justement que nous allons devoir bombarder. Cette guerre nous joue de drôles de tours. Il a su par la suite que ce jour-là son père n'était pas de service; par contre il en est d'autres qui ont payé de leur vie, le Bon Dieu fait ce qu'il peut (6)

- (6) Pendant le retour de cette mission, la chasse de nuit est très active au-dessus de la France. Roger Fourès se souvient que le Halifax a été attaqué par un Ju-88, dans le fuselage duquel il a pu envoyer une rafale. Il ne l'a pas touché mortellement, mais l'avion est parti dans le stream et aurait été abattu par d'autres. D'après des sources sûres (J.-P. Ducellier, 12 juin 1944 au 15 juin 1944 - Le jour... et la nuit, p.114) deux Ju-88 ont été perdus cette nuit-là dans les parages et à des heures correspondant à cette attaque.

 

img026


Le 14 juin, toujours de nuit, au retour de la mission nous sommes attaqués par des chasseurs au-dessus de la France: les balles traçantes viennent sur nous, instinctivement je me ratatine, pendant que le pilote pique l'avion dans les nuages - ouf ! ils sont partis, nous sommes bien rentrés (7).

- (7) Mission sur Evrecy (au sud-ouest de Caen), dans le cadre de l'opération Perch; durée: 5h05, sur de vieux Halifax V usés et lents. Le radio Darribehaude notera simplement dans son carnet de vol: "Heavy losses. E/Aattack" - 'E/A' pour 'enemy aircraft'.

 

img027

 

On nous invite à prendre huit jours de repos. Tu parles ! La valise est vite faite et direction Liverpool avec mon copain Darribehaude.

Je couche chez une famille qui me loue une chambre, ils n'ont pas l'air bien riches. Quelquefois je les vois le soir quand je rentre trop tard, car tout le monde travaille; ils m'offrent alors du thé, moi je leur donne chocolat et biscuits de ma ration de navigant. Dans la journée, visite du port, midi restaurant, l'après-midi cinéma, le soir théâtre, car pour le moral ils ont conservé tout un tas d'attractions. Comme je suis habillé en militaire, avec ma casquette et mon galon blanc d'adjudant, au changement de train à Leeds une brave dame m'a pris pour le chef de gare, et comme elle demandait la direction pour Liverpool je lui ai dit qu'elle était sur le bon quai et que dans quelques minutes le train serait là. Est-ce que mon anglais s'améliore ? Toujours est-il qu'avec un sourire elle m'a remercié.

Retour à la base, le mois de juillet nous voit de jour et de nuit sur la France - Caen, V1 dans le nord, gare de triage de Vaires à côté de Paris, raffinerie de Bochum en Allemagne. J'en suis à la dixième mission de guerre (8). Dans un équipage anglais, dès qu'ils ont plus de cinq missions, les sous-officiers sont nommés sous-lieutenant, les officiers ont un grade de plus. Nous, on nous a offert la Croix de guerre avec étoile - encore une occasion manquée d'être officier.

Les missions de guerre de l'équipage BRION sur le lien suivant:

http://halifax346et347.canalblog.com/archives/2008/10/21/11035764.html

- (8) N.B.: Nombre qui ne correspond pas exactement au carnet de vol du radio ( 9, voire 8 si on retire la mission avortée du 5/6 juin)

C'est au cours d'une mission de jour au mois d'août que nous avons fait une drôle de rencontre: au-dessus de la Manche au retour, un drôle de fuselage avec deux petites ailes à l'arrière nous a doublés. C'était la première fois que nous voyons un V1, il allait son petit bonhomme de chemin exploser sur Londres. Des avions de chasse étaient chargés de les faire changer de direction ou de les faire exploser en vol, malheureusement beaucoup atteignirent leur but.

Montgomery étant en panne d'essence pour continuer son offensive dans le nord, fin septembre nous avons fait du transport d'essence avec une trentaine d'autres avions. On nous chargeait de centaines de jerrycans que nous allions déposer sur l'aérodrome de Bruxelles (9). Toute une semaine ce fut notre travail (10).

- (9) Melsbroek.

- (10) Du 25/09/44 au 02/10/44.

La deuxième semaine d'octobre nous sommes libres. Comme d'habitude, la valise est vite faite, direction gare de York. Un train est à quai à l'heure dite, nous montons dedans avec l'ami Darribehaude. En Grande-Bretagne les gares sont faites de telle façon que sur un même quai peuvent se trouver deux trains en partance pour une direction différente. Notre train à peine démarré nous nous apercevons de notre erreur: celui-ci va à Londres. Darribehaude prend son sac, ouvre la porte et saute, moi j'ai été chercher ma valise et dans la foulée je saute aussi devant les yeux éberlués d'Anglais regardant le paysage; il faut croire que notre entraînement au saut en parachute était bon, je me suis retrouvé à plat ventre au milieu des rails de l'autre voie, ma valise toujours à la main sans aucune égratignure; j'étais bien à 200 mètres de la fin du quai. Le bon train n'était pas encore parti; un coup d'oeil sur les plaques, cette fois-ci c'était le bon !

Vers la fin octobre le climat est devenu plus rude. Il fait froid, nous partons pour la Ruhr, mission de nuit, nous montons jusqu'à 6000 mètres, tout se passe bien et puis au-dessus de l'Allemagne je m'aperçois que l'un des moteurs chauffe de plus en plus. J'alerte Brion le pilote, j'arrête le moteur et met l'hélice en drapeau. Pendant ce temps-là il a mis plus de pression aux trois autres moteurs, mais on ne peut indéfiniment les garder ainsi et il est obligé de diminuer la pression; ce faisant nous commençons à perdre de l'altitude, nous n'arriverons jamais lusqu'à l'objectif. Aussi Cologne étant dans le collimateur du bombardier (11), celui-ci largues les bombes sur la ville (12). "Quand même", direz-vous, "vous auriez pu les laisser tomber en pleine campagne." C'était la guerre, c'est difficile 50 ans après de comprendre l'état d'esprit du moment. Pour nous d'ailleurs l'aventure n'était pas terminée, car un deuxième moteur n'ayant plus de pression d'huile il fallut l'arrêter. Nous avions fait demi-tour et perdu beaucoup d'altitude. Nous essayons de remettre en route le premier moteur arrêté - il repart et ne chauffe pas. Et c'est ainsi que nous sommes revenus avec deux bons moteurs, un éclopé et un arrêté, et il était temps car les deux bons moteurs avaient tourné presque tout le temps au maximum.

 

DEMESMAY

(collection: Jacques DEMESMAY)

- (11) Adjudant-chef: Marcel DEMESMAY.

- (12) Ceci n'est pas noté dans le carnet du radio; par contre, celui-ci indique (23.10.44) : "Op's Trip. Essen.Krupp's Factories & Plants. Engine trouble way in. Back on 3 engines. Nuit 3h10" (durée du vol 5h15). Ironie de la guerre: cinq nuits après (28.10.44), c'est Cologne qui est l'objectif de la mission ( " Hit by flak" précise le carnet)

Le soir même j'avais un camarade qui partait pour une mission; je lui ai dit: "Le ciel est mal pavé, ilfait froid et il y a de la chasse en l'air"; prémonition peut-être, car un chasseur passant par là leur envoya une giclée de balles qui tuèrent le pilote, d'après les deux mitrailleurs qui purent sauter. Mon copain* essaya de dégager le pilote pour prendre sa place, malheureusement l'avion explosa peu de temps après, ils furent les deux seuls rescapés (13).

* (Lelong. Témoin de son mariage en Algérie. R. Richard lui avait prêté sa montre, la sienne étant en panne.)

- (13) Pour rappel: malgré ce qu'on pourrait croire avec le recul (fin proche de la guerre, capitulation le 8 mai 1945), l'hiver 1944-45 (octobre et surtout novembre-décembre) fut terrible pour les équipages du Bomber Command. Les Allemands s'accrochaient et la chasse de nuit fut terriblement efficace.

Début décembre, quelques jours de libres, comme d'habitude je change d'air et prends la direction de Liverpool. Malheureusement ce soir-là le train a dû s'arrêter pas mal de fois et il est plus de minuit lorsque je sors de la gare. Je suis bloqué, les transports sont arrêtés et je ne peux pas aller à mon point de chute dix kilomètre plus loin. Seule dans les environs reste ouverte toute la nuit une permanence de l'YMCA (14). Je rentre et me renseigne pour savoir où passer la nuit. Le permanent est tout heureux de me dire que dans la salle des sans- logis il reste une place. Je l'occupe pour la nuit. C'est la première fois et la dernière fois que je couche avec des SDF. Deux mois plus tard d'ailleurs, même chose, j'arrive trop tard, encore une fois je demande à la permanence s'il leur reste une place pour coucher. Ils n'ont plus rien. Tant pis je m'écroule dans un fauteuil qui se trouve dans la salle en me disant je serai aussi bien là pour attendre le jour. Au bout de dix minutes je commençais à rêvasser lorsque entrent dans la salle deux agents qui parlementent avec le permanent, ils viennent vers moi. "Come in" me dit l'un; je n'ai plus qu'à les suivre, après tout en prison il y a peut-être des lits (15). Nous n'allons pas très loin, nous entrons dans une grande salle attenante à la gare de Liverpool et ils me remettent entre les mains d'une dame. Je remercie, celle-ci m'emmène dans un couloir, m'ouvre une porte qui laisse entrevoir une jolie chambre. "Bedroom for you" me dit-elle. Au matin après toilette faite je me suis aperçu que c'était l'Hôtel de la Gare de Liverpool. Je n'ai vu personne pour les remercier.

- (14) Young Men's Christian Association, mouvement de jeunesse chrétien.

- (15) C'est ce qui était arrivé à ses co-équipiers Roger Fourès et Roland Gonnot lors de la période à West-Kirby, une nuit où ils n'avaient pas respecté les consignes et étaient partis trop loin: faute de mieux, ils ont dormi dans une cellule du commisariat où des "bobbies" les avaient aimablement emmenés.

Le mois de décembre est bien rempli, de nuit l'Allemagne nous voit: Cologne deux fois, Osnabrück, Duisburg. Puis le 24 veille de Noël (16), sur la base préparatifs pour la fête ce soir, dehors un temps de chien, un brouillard, tout est blanc, les arbres sont blancs, pour se diriger c'est presque à tatons. On se dit: " Ouf ! Aujourd'hui pas de sortie, ça va être le calme complet." Hélas, deux fois hélas, c'était compter sans les Allemands qui viennent d'attaquer en direction de la Belgique (17). Nos braves tacticiens se disent qu'il faudrait les arrêter, mais qui fera cela ? C'est  un peu comme au poker, il ne faut pas se fier aux apparences. Les haut-parleurs se mettent à grésiller, ils égrènent le nom de ceux qui doivent se rendre de suite à la salle de conférence; je sursaute car le dernier équipage alerté est le mien - ça alors ! Que nous veut-on ? Je ne prends pas le vélo, je pars à pied avec les copains, 500 mètres à faire. Trois équipages sont rassemblés, ce n'est pas beaucoup mais ce sont ceux qui ont fait le plus de missions. On nous explique que malgré tout nous devons partir d'ici deux heures pour bombarder à vue les divisions blindées qui ont traversé le front américain. Nous repartons à pied au réfectoire prendre une collation et retour pour nous équiper. Rendez-vous à l'avion, comme d'habitude visite des points clés avec un regard sur la route à bombes, tout est correct. juste avant le décollage on asperge l'avion de 50 litres d'antigel. Devant nous une jeep éclairée de toutes parts nous indique le chemin pour aller prendre le départ, la rampe électrique est allumée, c'est pire qu'un vol de nuit, mais cela donne quand même une indication. Ouf ! Nous avons décollé. Au fur et à mesure que nous arrivons sur l'objectif le ciel se dégage; nous ne sommes pas à plus de 100 mètres d'altitude lorsque nous aperçevons une foule de chars. Nous larguons tout un chapelet de bombes. Ils ne nous attendaient pas si près d'eux, malgré tout nous recevons une giclée de mitrailleuse (à l'atterrissage nous aperçevons de nombreux trous, un réservoir d'essence est troué - heureusement il était vide). Il reste dans la soute encore trois bombes; sur notre trajectoire, un train: c'est lui l'heureux bénéficiaire. Le mitrailleur de queue (18) nous fait connaître que la loco après être partie dans le champ a explosé, une partie du train est en feu. Nous n'avons pus rien, la nuit est là, nous faisons demi-tour, nous reprenons l'altitude habituelle pour passer sur la france. Au-dessus de l'Angleterre le brouillard est toujours là, nous devons atterrir sur un terrain aménagé pour ce temps-là (19). On a l'impression d'être dans un tunnel, car de chaque côté de la piste des bacs de pétrole sont disposés enflammés. L'atterrissage se fait sans histoire, nous sommes dirigés sur un parking où un bus nous prend et nous dépose au mess des équipages. La fête de Noël est finie, il n'y a plus qu'à aller se coucher, nous sommes fatigués de notre journée. Joyeux Noël quand même (20). Au matin comme le brouillard est parti nous reprenons l'avion et rentrons à la base (21). Et si nous allions manger quelque chose, des oeufs au bacon par exemple ?

- (16) Curieusement, c'est exact: la mission qui est décrite ici (objectif: concentration de troupes à Saint-Vith) eut lieu le 26.12; une mission a bien eu lieu le 24.12, mais sur l'aérodrome de Mülheim-Düsseldorf (mission au cours de laquelle le Halifax du lieutenant Leroy est abattu).

- (17) Offensive allemande de l'hiver 1944/45, dite (Bataille des Ardennes).

- (18) Sergent-chef Roland Gonnot.

- (19) Aérodrome de Carnaby (Yorkshire), 2quipé du système "fido" (Fog Investigation and Dispersal Operation). "RAF Carnaby was an RAF emergency landing strip that enabled crippled bombers a safe place to land near the English coast during the Second World War". http://en.wikipedia.org/wiki/RAF_Carnaby ; pour une photo de "Fido" voir par ex. http://en.wikipedia.org/wiki/Fog_Investigation_and_Dispersal_Operation_%28FIDO%29

 - (20) Les récits d"autres français confirment UE rien n'a été prévu pour l'arrivée tardive des équipages détournés sur Carnaby en cette veille ville ou ce jour de Noël.

-(21) D'autres rentrerons à Elvington par camion - un trajet épouvantable dans le brouillard, mais moins dangereux qu'en avion.

 

64729777

(collection: Michel DARRIBEHAUDE)

http://halifax346et347.canalblog.com/archives/les_123_missions_des_groupes_lourds/index.html

 

Puis fin décembre 44, début janvier 45: entre autres la gare de triage de Cologne, usine chimique de Ludwigshafen, la gare de triage de Francfort (22), celle de Sarrebruck également; celle-ci étant la 33e mission, c'est fini pour nous, c'était le 13 janvier 45. C'est curieux cette décontraction que l'on peut avoir et pourtant maigré tout on a l'impression de participer encore. Car maintenant ce ne sont plus les missions qui nous tiennent, ce sont les cauchemars qui nous empoisonnent notre sommeil.

- (22) Objectifs des missions du 30.12.44 (Karl-Nord), 02.01.45 et 06.01.45 (Hanaü) respectivement. Pour la mission du 30.12.44 sur Cologne (gare de Karl-Nord) voir le récit qu'en fait le mitrailleur Roger Fourès, par ex. ici: http://halifax346et347.canalblog.com/archives/2012/02/18/23555798.html

Un saut jusqu'à Liverpool pour dire un "au revoir" à la famille qui me recevait pendant mes vacances. Et hop cette fois-ci nous quittons Elvington (je n'y suis jamais retourné), direction Londres où nous restons encore huit jours en banlieue afin de préparer notre retour en France qui se fera par bateau entre Douvres et Calais.

Quelques achats avant de quitter l'Angleterre, la traversée se fait sans incidents (à remarquer que Dunkerque est toujours occupée par les Allemands). Nous sommes une quinzaine à rejoindre Paris. Nous arrivons le soir Place de la Chapelle. Le camion anglais qui nous a fait faire le voyage nous dépose devant le centre de transit des Anglais où nous dînons de bon appétit et un dortoir nous accueille pour passer la nuit. Pendant deux jours je vais à la Région Aérienne sise à côté du Trocadéro pour obtenir une chambre. En attendant je dors et je mange chez les Anglais. Enfin j'ai une chambre à côté de la gare du Nord, mais comme rien n'est prévu pour le casse-croûte, avec ma carte de combattant anglais je prends pension dans un de leurs restaurants situé Boulevard des Italiens; de la table où nous mangeons nous apercevons des passants qui s'arrêtent et semblent intéressés par notre repas. C'est là que j'ai compris que la question nourriture m'avait échappé.

Robert Richard est ensuite affecté à une Ecole de Mécaniciens qui se forme à Nanterre.

Quelques jours de vacances, j'en profite pour faire un saut à Vouzon (23) où habitent mes parents; ils ne m'ont pas revu depuis milieu 1938. Comme dit ma mère, non seulement tu as vieilli mais tu n'as pas engraissé. "Bon", dit mon père, "j'ai un beau lapin on va lui faire sa fête." Nous avions beaucoup de choses à nous raconter, la première chose qu'il me dit: "Les FFI peuvent venir maintenant." j'ai su par la suite ce qu'il voulait dire par là. D'abord juin 1940, la débacle, les gens qui fuient sur les routes, mes parents en hébergeant quelques-uns, la brouette et la carabine disparaissant par la même occasion. A 50 mètres, existe l'épicerie du village, à peine les propriétaires sont-ils partis qu'en moins de deux elle est dévalisée; comme dit mon père, ces gens n'ont aucun sens moral; mes parents n'avaient pas d'argent mais étaient fiers et honnêtes.

-(23) Loir-et-Cher.

Dans la matinée du lendemain arrivent deux jeunes gens. "Tiens," dit mon père, " les voilà" Ce sont les FFI qui viennent pour voir si ce que j'ai dit est bien réel, à savoir que j'étais en Grande-Bretagne dans l'aviation; heureusement tout se termina autour d'une bouteille.

En ce temps-là beaucoup d'affaires se terminaient par un coup de fusil. A remarquer que mon père n'avait pas eu de chance car les Allemands avaient réquisitionné deux pièces (faisant bureau et chambre) pour le Commandant de la Place de Vouzon. De  plus le drapeau à croix gammée avait été installé à la fenêtre. Un bon prétexte pour fusiller le locataire de la maison. Rétrospectivement il fallait avoir le coeur bien accroché. Chapeau l'artiste, mon père a tenu le coup. Donc le 8 mai 45 me trouve à Vourzon, la guerre est finie; l'évêque de Blois est venu et fait une action de grâce à l'église de Vouzon. Comme c'est mon père qui assure la sonnerie des cloches il m'embauche. A la sortie de l'église, l'évêque me remarque car je suis habillé en kaki British, il me tend la main et me félicite, mon père est heureux, un un lapin a payé de sa vie cette belle journée.

Le travail à Nanterre se poursuit, rien de bien sensationnel; comme un fonctionnaire, les jours sont bien réglés, pas de problème de côté-là, par contre certaines nuits je fais des cauchemars épouvantables, c'est pire que la guerre.

 

NDVD_020

Premier à partir de la gauche:

Mr TILLON Ministre de l'Air à Bordeaux en 1945.

Au mois de novembre 1945 je suis invité, ainsi que les anciens du groupe de bombardement qui travaillent avec moi, pour fêter le retour d'Angleterre de celui-ci à Bordeaux. Nous sommes quatre à prendre l'avion au Bourget le 24 novembre, il nous dépose à Mérignac dans l'après-midi. Une voiture nous attend et nous dépose au lieu de rendez-vous pour nous faire inscrire, connaître l'emploi du temps et notre hébergement. Nous ne sommes pas seuls, une trentaine d'amis sont déjà dans le hall, à tour de rôle nous allons vers le secrétaire pour nous faire connaître; il nous demande notre grade car d'une part les officiers ont une chambre réservée à l'hôtel, et d'autre part les sous-officiers ont droit à la caserne, la chambrée quoi. Mais tendant l'oreille je m'aperçois qu'une demi-douzaine d'amis sous-officiers comme moi, déclarent au secrétaire être sous-lieutenants. Je m'adresse à un copain qui vient de Toulouse où il est instructeur comme moi à Nanterre, mais lui voici deux mois a été nommé sous-lieutenant et les autres c'est la même chanson, moi j'ai dû tirer le mauvais numéro.

 

NDVD_011

Premier à partir de la droite le Sergent-chef Christian DARRIBEHAUDE à Bordeaux en 1945.

Dans la foule j'aperçois le Sergent-chef Darribehaude; c'était le radio de l'équipage. Il est venu voir les copains; lui est affecté à la base de Bordeaux depuis le retour de l'escadrille. Il me dit: "ça va comme tu veux ? Sai-tu que j'ai eu une chance inouïe. Voici un mois lorsque nous sommes revenus de Grande-Bretagne, le Ministre de l'Air Tillon est venu nous passer en revue. Comme j'étais le plus grand (1m85) (24) j'étais en tête du groupe. J'avais mes décorations. Tillon arrive suivi de personnes appartenant à son cabinet. Il me demande ce que j'ai fait, je lui explique nos missions. Il se tourne vers un de ses secrétaires et lui dit: "Prenez les coordonnées de ce sergent-chef pour qu'il soit nommé sous-lieutenant à titre exceptionnel", puis il a continué sa revue sans se préocuper des autres". Comme dit Darribehaude, quelquefois ça sert d'être grand (25)

- (24) Plutôt 1m80 en réalité.

- (25) Reste à vérifier tout de même si les paroles du ministre ont bien été suivies d'effet.

Le lendemain la journée fut bien remplie: le matin revue Place des Quinconces, midi grand repas, l'après-midi promenade dans Bordeaux, le soir dîner et bal dans le hall du port. Le lendemain grande soirée au théatre de Bordeaux, les cantatrices avaient le don de réveiller même les plus endormis. Et puis l'avion nous a ramenés à notre point  de départ.

Robert RICHARD a poursuivi sa carrière dans l'Armée de l'Air et participé aux guerres d'indochine et d'Algérie. Il s'est éteind en 2001 et repose à Château-du-Loir.

(Un grand merci à Jean-Charles RICHARD pour le souvenir de son papa Robert RICHARD, et je n'oublie pas Michel DARRIBEHAUDE le fils du radio Christian DARRIBEHAUDE, il nous manque maintenant pour compléter l'équipage le Cpt BRION, le Lt BARTHELOT et le Sgt/C GONNOT.)

Posté par DUCAPHIL à 13:18 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :