517 (2)

Philippe et Pierre LOBELLE

Si j'ai créé ce Musée Virtuel personnel sur les Groupes Lourds c'est pour le souvenir de mon père le capitaine Pierre LOBELLE, que je recherchais depuis l'âge de 18 ans, et j'ai eu la grande chance de pouvoir le retrouver en 2007. Je voudrais remercier tous les Anciens, les enfants, les petits-enfants, et les amis des Groupes Lourds pour les documents qui enrichissent tous les jours le souvenir de nos anciens, nous ne les oublierons pas.

Ce site n'est pas le site officiel de l'A.A.A. des Groupes Lourds, dont je fais parti, mais privé et personnel. J'essais modestement de partager ma passion pour les Groupes Lourds et le Lorraine,"Manifestations, Cérémonies", grâce aux Anciens, enfants, petits-enfants et amis, qui me communiquent leurs documents et photos pour enrichir le souvenir de nos anciens.

Ducastelle Philippe

Toutes reproductions partielles où totales sont interdites sans l'accord de l'auteur du blog.

guistar@aol.com

 

HALIFAX 346 et 347

Groupes Lourds Français

Basés à Elvington en Grande-Bretagne

1944 - 1945

Squadron 346 et 347

2/23 "GUYENNE" - 1/25 "TUNISIE"

NOUS N'OUBLIERONS PLUS LES GROUPES LOURDS

img346

mes_images653

Insigne des Groupes Lourds créé en Grande-Bretagne pour porter sur la fourragère ou sur l'uniforme. Il est gravé au nom de chaque membre d'équipage ayant effectué des missions.

L'INSIGNE DES GROUPES LOURDS

Il y a une histoire... et cette histoire est toute simple. Un soir de janvier 1945, nous étions quelques-uns réunis autour du bar de la grande salle de l'Officer's Mess à Elvington.

On remettait whisky sur whisky..., puis on passait à l'orange-gin, faute de munitions. Les langues se déliaient et de quoi aurait-on parlé si ce n'est des opérations et... des absents? Le mois avait été très sévère au 347: Courvalin, Brachet, Bresson, Marin, Petus, comme il l'avait été en novembre dernier pour le 346: Baron, Béraud, Vlès, Hyenne, Dabadie, Loew, et chacun pensait: "De nous tous ici, combien resterons-nous dans quelques temps ?"

C'est alors qu'une idée commune germa: faire un insigne distinctif de tous pour les rescapés de cette aventure, un insigne qui leur permettrait de se reconnaître sans ambiguité possible.

"Celui-là a été comme moi, il l'a eu légèrement coincé sur le target..." devra-t-on pouvoir dire.

... Et l'on en a reparlé le lendemain. L'idée a fait son petit bonhomme de chemin; elle n'était pas tellement nouvelle d'ailleurs. Les Américains ont créé l'insigne des rescapés de Ploesti, et le caterpillars ne distingue-t-il pas les rescapés par parachute ?

Nous avons chargé Tulli de nous proposer quelques maquettes et... lorsque le Capitaine Millet revint de captivité, il s'employa à le faire réaliser.

Il avait été question d'en faire frapper pour les familles, mais nous n'avons pas voulu que le petit cousin ou la belle-soeur en fassent un hochet. C'est pourquoi la plaquette comportant l'insigne fut retenue. Nous voulions avoir l'assurance que seuls les exécutants en seraient porteurs.

Cet insigne, nous en sommes fiers parce qu'à lui seul il matérialise les missions de son détenteur et qu'il permet à un certain nombre de rescapés de compter...

Commandant WRRIER.

(L'OPS N°2 Avril 1947)

LE GROUPEMENT DE BOMBARDEMENT

LOURD N°1

img225

Un équipage du Squadron 77 a Full Sutton se prépare pour un raid prenant a son bord un membre des Forces Aériennes Françaises Libres, le Colonel BAILLY, commandant de la Base d'Elvington, Squadrons 346 et 347.

img686

Elvington 27 mai 1944.

De gauche à droite:

F/Lt H.H. GOODE, Air Commodore WALKER, Colonel BAILLY.

(collection: André HAUTOT)

img684

Cession de la station le samedi 27 mai 1944.

(collection: André HAUTOT)

mes_images286

Le Colonel BAILLY est arrivé en Grande-Bretagne le premier des Bombardiers Lourds. Il a suivi tous les stages de la R.A.F. avant d'aller à ELVINGTON y organiser la station Française qu'il devait commander jusqu'à la fin des hostilités.

Le colonel BAILLY a quitté le commandement de la base d'Elvington le 20 Mars 1945. A cette date, il a été remplacé par le Lieutenant-Colonel VENOT qui après avoir commandé le Groupe Guyenne jusqu'à son accident du 10 septembre 1944 a donc pris le commandement de la base d'Elvington pendant les deux derniers mois d'hostilité et ensuite jusqu'au retour des français sur Bordeaux plusieurs mois après la fin des hostilités. Le Lieutenant-Colonel VENOT avait fait plusieurs mois d'hôpital et ne pouvait plus voler du fait d'une impotence de sa main droite qui l'a conduit à venir se faire réopérer avec succés fin 1945 en Angleterre.

sans-titre

Cest en tant que commandant de la base qu'il avait accueilli le 15 Mai 1945 Joséphine Baker venue faire une représentation pour distraire les personnels français d'Elvington.

(collection: Alain VENOT)

C'est à LIVERPOOL qu'arrivèrent par une brumeuse matinée de septembre les premiers équipages des Groupes Lourds. Pendant plus d'un an, les transports continuèrent d'amener périodiquement jusqu'à la MERSEY les autres équipages des 2 groupes et le personnel de complément. Pour le personnel 2/23 et du 1/25 la grande aventure commençait.

Dés le printemps 1943, avaient été discutées et réglées, les modalités, des équipages au matériel quadrimoteur et de transport du personnel d'Afrique du Nord en Grande-Bretagne.

Il était important pour les forces de la France et de l'Empire maintenant tout entier dans la lutte, de participer à cet écrasement de l'Allemagne par les airs, qu'avait entrepris la R.A.F. moins d'un an avant d'être présent dans tous les ciels, fussent-ils ceux de HAMBOURG, de KIEL ou de LIEPZIG. Grâce à la compréhension de l'Air Ministry toutes les difficultés, nées des circonstances furent aplanies rapidement.

76167176

76919346 

H. MEMIN (Cdt d'avion), R. SERRA (équipage GAUBERT), J.LEGUILLOU (équipage PETIT), Air Commodore A.WALKER, Col. BAILLY, Jacques VAUTARD (équipage DABADIE), Jacques LASSERRE? (équipage PUGET), Lt-Col VENOT, Julien DIAZ (équipage MARIAS), Gabriel FERNANDEZ (Gaby équipage SIMON), Roland GONNOT (équipage BRION), Robert ROIRON (équipage SIMON), André ICHE (équipage PLAGNARD).

(source: Roger FOURES, Michel DARRIBEHAUDE)

Les premier équipages du 346 squadron  2/23 Guyenne sur la base d'Elvington le 27 mai 1944.

De gauche à droite:

F/Lt H.H. GOODE, Air Commodore WALKER, Colonel BAILLY, Lt-colonel VENOT.

(colection: André HAUTOT)

LCL_Vigouroux__Air_Cdre_X__Air_Cdre_Walker___Col_Bailly

(collection: Caroline VALAIN)

De gauche à droite:

le Lieutenant-Colonel VIGOUROUX, l'Air Vice-Marshal CARR, Chef d'état-major et le Colonel BAILLY.

(source: Archives du Yorkshire Air Muséum. NUITS DE FEU SUR L'ALLEMAGNE. Louis BOURGAIN.)

mes_images267

Le Lieutenant-Colonel VENOT.

(SHAA)

Les Groupes Français, formés en un groupement commandé par le Lieutenant-Colonel BAILLY, étaient aux ordres du Lieutenant-Colonel VENOT (GUYENNE) et du Commandant VIGOUROUX (TUNISIE). Le Capitaine PUGET et le Commandant HOQUETIS commandaient en second.

Cdt_Hoquetis___LCL_Vigouroux

(collection: Caroline VALAIN)

Le Lieutenant-Colonel HOQUETIS et le  Lieutenant-Colonel VIGOUROUX du G.B.1/25 - TUNISIE

(source: SHAA. Le "L" for LOVE DU Capitaine VEAUVY. Auteur: Andrée A.VEAUVY.)

Et le long entraînement commença. Près d'un an de travail, de nombreux stages dans les Écoles de la R.A.F. En Angleterre du Nord ou du Sud en Écosse.

mes_images266

A droite: le Commandant PUGET.

à gauche: le Lieutenant Henri DELAUNAY.

(source:NUITS DE FEU SUR L'ALLEMAGNE. Louis BOURGAIN.)

img448

Vidéo sur Henri DELAUNAY dans l'émission de TV

"Les coulisses de l'Exploit"

http://www.youtube.com/watch?v=lijArXkAeW8

Le 15 mai 1944 le premier groupe prêt à faire la guerre s'installe à ELVINGTON et le 1er juin il entre dans le combat. Le 2éme groupe entre à son tour en opérations le 12 juin et, jusqu'à la fin, GUYENNE (Squadron 346) et TUNISIE (Squadron 347) ne cesseront pas de combattre.

COLONEL COUSTEY.

(source: BULLETIN DES FORCES AERIENNES FRANCAISES EN GRANDE-BRETAGNE N° 19 1945 - collection: J.P. DELMAS)

Visite du Général VALIN le 12 juin 1944

img693

De gauche à droite:

Air Commodore BEAUMONT (R.A.F.) Colonel BAILLY (F.A.F.) Cdt de la Base, Air-Vice Marshal CARR (R.A.F.) Général VALIN (F.A.F.L.) Lt-colonel BODET (F.A.F.L.)

Visite du Général VALIN Chef d'Etat-Major Adjoint Commandant des Forces Aériennes Françaises en Grande-Bretagne aux squadron 346-347 à Elvington (York-Yorkshire) le 12 juin 1944.

(collection: André HAUTOT)

img694

Le 12 juin 1944, visite du général VALIN et de l'Air Vice-Marshal CARR au N°346 Squadron Guyenne, les deux officiers généraux conversent avec l'équipage du Cne MARIAS prêt à partir pour la mission sur la gare de Longueau.

De gauche à droite:

Asp POUGNET, Cne MARIAS, qui cache le Sgt/C DIAZ, Sgt LAFARGUES, Gal VALIN Sgt/C BLANC s'entretenant avec l'Air.Vice.Marshal CARR.

(collection: André HAUTOT)

40388981_p

 Équipage du commandant: CALMEL

VIDEO sur le Mitrailleur-supérieur Sgt: MECHALY par son petit-fils YOHAN ZERDOUN

DEUX SUPERBES VIDEOS SUR LES GROUPES LOURDS BRAVO YOHAN.


Hommage aux Groupes Lourds Francais, Tribute to the French Heavy Bomber

 

Emile HAÏM MECHALY,Groupes Lourds Français 2/23 GUYENNE, RAF Squadron 346.

 


Emile HAÏM MECHALY, Groupes Lourds Français 2_23 GUYENNE 346

concernant les erreurs de frappe sur les équipages, je voudrais vous indiquer que nous ne sommes pas des historiens, mais tout simplement des enfants et petits-enfants des Anciens des Groupes Lourds et tout ceci est fait dans le but de ne pas les oublier.

Je n'oublie pas non plus nos Anciens que nous avons encore parmi nous et bien sûr tous les Amis des Groupes Lourds qui sont de plus en plus nombreux.

DUCAPHIL.